undrgrnd Cliquez ici Avant toi nav-sa-clothing-shoes nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici nav_WSHT16 Cliquez ici Acheter Fire Cliquez ici cliquez_ici Jeux Vidéo soldes montres soldes bijoux
Profil de Papasam > Commentaires

Fiche d'identité

Contenu rédigé par Papasam
Classement des meilleurs critiques: 1.910
Votes utiles : 977

Chez vous : découvrez nos services personnalisés en pages d'aide !

Commentaires écrits par
Papasam "papasam" (France)

Afficher :  
Page : 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11-15
pixel
Cahiers: (1957-1972)
Cahiers: (1957-1972)
par Emile Michel Cioran
Edition : Broché
Prix : EUR 38,60

6 internautes sur 7 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Un réservoir de matière., 9 janvier 2012
Ce commentaire fait référence à cette édition : Cahiers: (1957-1972) (Broché)
Ce très gros livre regroupe le contenu des cahiers que Cioran a tenus entre 1957 et 1972. Il a été édité en 1997 après le décès de l'auteur qui, de son vivant, n'aurait certainement pas accepté une telle parution en l'état...
Ces "cahiers" sont en effet plus des cahiers de brouillon, des cahiers de notes, qu'un journal régulièrement tenu. Dans ces cahiers il y a peu d'évènements datés mais beaucoup de redites, de reprises, de re-formulations... c'est donc pour moi plus de la matière accumulée au fil des jours, assez irrégulièrement, et susceptible d'être transplantée, telle quelle ou plus ou moins affinée, dans d'éventuels livres à venir.

On comprendra que ce pavé, très intéressant pour les "aficionados" qui pourront même le considérer comme un ouvrage essentiel bien que profanateur, ne sera pas très utile pour le lecteur débutant en "Cioranie"...


Brèves de philo : La sagesse secrète des phrases toutes faites
Brèves de philo : La sagesse secrète des phrases toutes faites
par Laurence Devillairs
Edition : Poche
Prix : EUR 10,00

2 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile 
3.0 étoiles sur 5 De philo ?, 2 janvier 2012
Ce commentaire fait référence à cette édition : Brèves de philo : La sagesse secrète des phrases toutes faites (Poche)
Des phrases toutes faites, passe-partout, éculées à force d'usage répété et irréfléchi... voilà la matière que l'auteur commente en la questionnant. Que se cache-t-il réellement derrière ces expressions inoffensives qui appellent le consensus ?
Ce livre se lit facilement et peut-être trop rapidement ! Attention donc à ne pas se laisser entraîner par cette apparente facilité ! L'attention doit rester en éveil... En effet si certains développements sont tout-à-fait en phase avec les phrases commentées (et heureusement !), d'autres paraissent pour le moins "décalés" quand ils ne méritent pas tout simplement la mention "hors sujet". Même si ce ne sont que des "Brèves" de Philo, il y a un minimum à assurer !
Ceci étant, et comme le dit l'auteur elle-même : "penser par soi-même, c'est au contraire digérer, interpréter, refuser"... A vous donc d'interpréter, d'exercer votre réflexion et de refuser éventuellement certaines conclusions qui pourraient vous sembler bien trop hâtives ou peu justifiées. Finalement, et pour conclure de façon positive, ce livre pourrait être considéré comme un "livre-test" genre "cherchez l'erreur"... comme un livre que les jeunes devraient pouvoir utiliser pour se faire les dents en éprouvant leur esprit critique.


Les racines du ciel
Les racines du ciel
par Romain Gary
Edition : Poche
Prix : EUR 8,70

13 internautes sur 14 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Un livre majeur, 27 décembre 2011
Ce commentaire fait référence à cette édition : Les racines du ciel (Poche)
Nous sommes au Tchad au temps de l'Afrique Equatoriale Française. Certains de ceux qui ont été marqués à vie par la seconde guerre mondiale qui vient de se terminer, en tant que victimes civiles, prisonniers de guerre ou combattants, s'y sont retrouvés. Les Indépendances sont proches et le petit monde de la Colonie commence à prendre peur. Voilà le cadre dans lequel nous allons découvrir l'histoire fragmentée de Morel...

Morel, ancien prisonnier des stalags, a pris fait et cause pour la défense de la nature et plus particulièrement pour la défense des éléphants. Il a commencé son combat de façon non violente, en essayant de faire signer ses pétitions, mais très vite il va le radicaliser en prenant les armes et en s'attaquant physiquement à tous ceux qui déciment ces splendeurs qui sont "les racines du ciel".
Bien que ce livre soit souvent présenté comme le premier roman "écologique" -un mot qui était d'ailleurs encore pratiquement inconnu à l'époque de sa parution- le lecteur se rendra vite compte qu'il déborde très largement ce cadre bien restrictif. Même si l'auteur écrit dans sa préface que les éléphants de son roman "ne sont nullement allégoriques" et qu'il ne mesurait pas "l'étendue des destructions qui se perpétraient", ce lecteur découvrira très vite que les éléphants sont également utilisés comme un révélateur de l'état de notre humanité... les personnages se révèlent face aux autres mais aussi à eux-mêmes !

Non, le livre n'est pas d'un idéalisme naïf comme le dit un commentateur... ni idéaliste, ni simpliste ni manichéen et les personnages sont très loin d'être des pantins ! Si Morel apparaît comme le combattant porteur d'une valeur universelle, le but qu'il poursuit devient vite une obsession qui le submerge et qui lui fait dépasser les bornes : son "écologie" se transforme en extrémisme. L'activiste africain Waïtiri, personnage secondaire mais très important du livre, ne cherche d'ailleurs qu'à tirer politiquement profit de cette lutte armée... Il vise une audience internationale et ne se soucie nullement des populations locales qu'il juge trop primitives. Waïtiri préfigure les despotes africains à venir... On ne peut pas non plus dire des autres personnages qu'ils sont naïfs ou simplistes, bien au contraire : que ce soit Minna, l'allemande au bout du rouleau, qui à la fin du livre semble "avoir atteint quelque chose que personne ne pourrait jamais plus lui enlever", ou encore Schölscher, l'officier méhariste, le père Fargue pour qui la vraie et la seule priorité est la lutte contre les maladies qui déciment les indigènes, Saint-Denis, l'administrateur remercié devenu gardien de réserve, le père Tassin, jésuite paléontologue, ou encore le photographe de guerre américain Abe Fields, Habib le tenancier du "Tchadien", Orsini le grand chasseur qui finira écrasé par les éléphants, De Vries, le traficant qui sera tué par Morel, et tant d'autres qui se croisent, qui se mesurent, qui s'allient, qui se réconfortent ou s'affrontent... Sans oublier le pays Oulé et ses populations pour qui les éléphants, en plus de constituer un danger permanent pour les plantations, représentent surtout une source de protéines.

Un livre qui est donc d'une extrême richesse de contenu en plus d'être très bien écrit. C'est un livre majeur qui demande néanmoins une lecture attentive car sa structure non linéaire, constituant indispensable du livre, peut paraître confuse au premier abord.


Le fanatisme de l'Apocalypse
Le fanatisme de l'Apocalypse
par Pascal Bruckner
Edition : Broché
Prix : EUR 20,30

17 internautes sur 21 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Pour une "sagesse des limites" !, 26 décembre 2011
Ce commentaire fait référence à cette édition : Le fanatisme de l'Apocalypse (Broché)
Ce livre de Pascal Bruckner constitue en quelque sorte une suite logique à ses précédents livres "Le sanglot de l'homme blanc" et "La tyrannie de la pénitence". Ainsi, après s'être attaqué au sentiment de culpabilité vis-à-vis de notre passé de colonisateurs et à la "repentance", il s'attaque ici "au remords anticipé de l'avenir" ! Pour lui, en effet, après le "mea culpa" que l'on a voulu nous imposer en lieu et place de nos parents et de nos grands parents pour les crimes qu'ils auraient commis, on voudrait nous culpabiliser maintenant pour l'hypothétique enfer que nous serions en train de construire sur terre pour nos enfants... Au cours de leur lecture certains lecteurs ne manqueront pas de replacer ces thèmes dans un cadre plus général, comme celui étudié par Nietzsche dans son deuxième traité de la "Généalogie de la morale", ou de repenser, entre autres, à d'autres livres comme "Histoire et utopie" de Cioran.

L'auteur dit clairement, dans un interview donné à un hebdomadaire lors de la sortie de ce livre, que "ce n'est pas l'écologie en tant que telle que je critique, elle est indispensable, c'est sa dérive cataclysmique". De fait, l'Histoire nous ayant montré que pratiquement toutes les nouvelles "religions" ont entraîné des excès, voire des horreurs, il ne faudrait pas que l'écologie, qui par certains côtés peu flatteurs peut déjà apparaître comme une nouvelle religion avec ses dogmes, ses élus et ses hérétiques, devienne une nouvelle sorte d'extrémisme ou de totalitarisme ! Ce qui devrait être la chose commune et la mieux partagée, intégrée et implicite à toute action citoyenne ou politique, a malheureusement déjà été récupérée par une multitude de chapelles, plus ou moins partisanes ou sectaires, qui ne brillent certainement pas par leur ouverture d'esprit et par leur aptitude au dialogue. De plus, quand on voit certaines minorités politiques venir s'intégrer à ce mouvement général pour bénéficier de sa vitalité et de son audience médiatique et ainsi renforcer leurs positions, il n'y a pas lieu d'être très optimiste quant à la possibilité d'un débat apaisé et réellement positif... et chacun de lancer ses "fatwas" en continuant à fourbir ses armes pour les futures guérillas !

Toujours dans le même interview Pascal Brukner nous dit que "le péché originel revient par l'empreinte carbone que nous laissons tous"... Nous devrions donc de nouveau expier, mais cette fois-ci pour notre soit-disant bien-être acquis, alors que d'autres, et ils sont beaucoup, en sont encore à se battre pour survivre... Ce "bien-être" n'est en réalité qu'un bien-être tout relatif, et certainement pas équitablement réparti, même dans nos sociétés. Il est même superflu d'aller jusqu'à dire, comme l'auteur : "quand un hebdomadaire [...] titre "manger tue", on a envie de demander aux Somaliens ce qu'ils en pensent".

Il faut de préserver des "gourous" et des "ayatollahs" qui militent "pour je ne sais quelle régression, privation, éloge de la pauvreté"... Mais il faut, par contre, avoir "la sagesse des limites" ! Pourquoi un tel message, même s'il est parfois développé de façon polémique, ne devrait-il pas être entendu et discuté, calmement ?


Lire Wittgenstein
Lire Wittgenstein
par Joachim Schulte
Edition : Broché

2 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile 
3.0 étoiles sur 5 Difficile à lire.., 25 décembre 2011
Ce commentaire fait référence à cette édition : Lire Wittgenstein (Broché)
Ce livre a pour objectif de nous aider à mieux comprendre Wittgenstein...
Pour nous faciliter la lecture des oeuvres de ce philosophe réputé mais difficile d'accès l'auteur traite en particulier de la sémantique utilisée par ce dernier dans des ouvrages comme le "Tractatus" ; Malheureusement pour le lecteur moyen cela reste trop théorique : il manque à l'évidence quelques exemples parlants ou signifiants qui pourraient servir de jalons ou de repères sur ce parcours qui n'est pas aisé. Vu l'importance capitale du langage pour ce philosophe on peut regretter que le livre laisse ainsi planer un doute sur la qualité de ce qu'on peut en retirer, surtout qu'en plus nous avons affaire ici à une traduction...
Il faudrait peut-être chercher un livre qui s'intitulerait "Comment lire "lire Wittgenstein""...
Je précise que ce commentaire est relatif au "Lire Wittgenstein" de Joachim Schulte aux Editions de l'Eclat.


Les Voix de Dieu (3 CD)
Les Voix de Dieu (3 CD)
Prix : EUR 10,99

3 internautes sur 9 ont trouvé ce commentaire utile 
3.0 étoiles sur 5 Dieu a-t-il trouvé un Coach ?, 23 décembre 2011
Ce commentaire fait référence à cette édition : Les Voix de Dieu (3 CD) (CD)
Compilation standard sans mauvaises surprises mais dont on ne peut nier qu'elle n'est qu'un produit commercial de circonstance.
Ceci étant, le titre de cette compilation est des plus prétentieuses et donc des plus ridicules qui soient ! Que je sache on a affaire dans ces différents morceaux à des voix humaines ou à des constructions humaines qui sont sensées s'adresser à Dieu et non à l'expression de messages en provenance de ce Dieu et à destination des hommes. On peut aussi se demander pourquoi Radio Classique semble s'autoriser à éditer cela sans avoir fait signer le moindre contrat d'exclusivité... ou alors serait-ce parce que l'auteur est tombé dans le domaine public ?


Le clavier bien tempéré, Livre 1 (Live à Moscou Avril 1969)
Le clavier bien tempéré, Livre 1 (Live à Moscou Avril 1969)

8 internautes sur 11 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Magnifique !, 23 décembre 2011
Ce commentaire fait référence à cette édition : Le clavier bien tempéré, Livre 1 (Live à Moscou Avril 1969) (CD)
Une interprétation superbe...
Comme ce Clavier bien tempéré paraît facile sous les doigts de cet interprète inspiré ! Si l'on veut comparer cette version "live" de 1969 à celle de Glenn Gould il semble évident qu'elle est plus fluide et surtout plus intériorisée.
Il ne reste plus qu'à attendre l'édition du deuxième livre...


Jésus
Jésus
par Jean-Christian Petitfils
Edition : Broché
Prix : EUR 25,40

35 internautes sur 49 ont trouvé ce commentaire utile 
3.0 étoiles sur 5 Un historien ouvert sur la foi ?, 21 décembre 2011
Ce commentaire fait référence à cette édition : Jésus (Broché)
Un nouveau livre sur Jésus, mais sur Jésus vu sous l'angle "personnage historique" !

La première question évidente qui vient à l'esprit est celle de l'utilité d'un tel livre. Qu'est-ce qu'il y a de nouveau qui justifiait cette nouvelle parution ? Que peut-il apporter et à qui ? Je crains qu'après sa lecture on reste aussi sceptique qu'avant... ce livre ne risque pas de faire bouger les frontières d'un iota ! Comme d'habitude pour ce genre d'ouvrage il a de grandes chances de n'intéresser que les lecteurs déjà convaincus.

Jésus "personnage historique", qui peut encore le nier ? Mais vouloir étoffer ce personnage, chercher à lui donner plus de consistance historique, est-ce là vraiment ce qui est important ? Il me semble que ce qui intéresserait beaucoup plus la majorité des lecteurs potentiels de ce genre de livres ce serait d'abord, si cela était possible ou envisageable, l'étude historique du passage de ce personnage de l'état de "prophète juif" à l'état proclamé de "fils de Dieu" par une communauté religieuse naissante, et ce serait ensuite, et surtout, l'étude du contenu originel du message de ce "messie" d'une part et, d'autre part, du processus de transformation de ce contenu en un ensemble de dogmes, et ceci dans un environnement historique et religieux conflictuel.

Ceci étant, une fois le cadre défini comme tel par l'auteur du Jésus "historique", on ne peut échapper à un ensemble de questions récurrentes quand un livre traite de ce sujet très sensible : peut-on, en tant qu'historien, accorder une telle importance aux évangiles canoniques, et les considérer comme des sources historiques fiables, alors que les multiples rédacteurs de ces derniers n'ont été que des collecteurs de deuxième main, et surtout que ces rédacteurs étaient fortement impliqués dans les diverses communautés chrétiennes très militantes de l'époque ?... et pourquoi privilégier l'évangile dit de Jean par rapport aux autres alors qu'il est le plus tardif ? Les autres sont-ils moins fiables parce que jugés plus "primitifs" ? D'autre part minimiser les différences qui existent entre ces évangiles, ne serait-ce que sur l'aspect "continuité/rupture" relativement aux lois religieuses juives, et sembler abandonner en partie le rationalisme dû à toute approche scientifique quand on touche au domaine du surnaturel, est-ce que cela peut réellement donner confiance au lecteur ? Que doit penser ce lecteur perturbé quand il lit dans un interview de l'auteur..."mon livre est un livre d'historien, mais d'historien ouvert sur la foi, sur le miracle" ?

Un de ces livres que je me garderai donc bien de recommander ou de déconseiller tant les attentes des lecteurs peuvent être diverses...
Remarque sur ce commentaire Remarques sur ce commentaire (5) | Permalien | Remarque la plus récente : Jun 26, 2012 4:39 PM MEST


Sur les cimes du désespoir
Sur les cimes du désespoir
par Emile Michel Cioran
Edition : Broché
Prix : EUR 10,10

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
4.0 étoiles sur 5 Un livre qui laisse son empreinte., 18 décembre 2011
Ce commentaire fait référence à cette édition : Sur les cimes du désespoir (Broché)
"Sur les cimes du désespoir" est le premier livre de Cioran. Il l'a écrit en roumain et publié en 1934 à l'âge de 22 ans. Ce livre doit donc être abordé comme une oeuvre de jeunesse...

Dans sa préface à l'édition française de 1990 l'auteur explique simplement et brièvement pourquoi le ton général de l'oeuvre est souvent si excessif, trop lyrique, peu maîtrisé : Il souffrait d'insomnie, cette "absence criminelle de l'oubli", cette "lucidité vertigineuse qui convertirait le paradis en un lieu de torture". Ce livre a donc constitué sa planche de salut : Il doit être vu comme un exutoire, une oeuvre de libération... On pourrait ajouter, et Cioran le dira lui-même dans certains entretiens par la suite, que le roumain est beaucoup plus "permissif" que le français, ce qui fait que l'expression y est moins canalisée.
Ceci étant, "Le" Cioran de l'âge mûr s'y démasque déjà, "exalté entre l'espérance du rien et le désespoir du tout", qui écrit "Je n'ai besoin d'aucun appui, d'aucun encouragement ni d'aucune compassion, car, si déchu que je sois, je me sens puissant, dur, féroce ! Je suis, en effet, le seul homme à vivre sans espoir. C'est là le sommet de l'héroïsme, son paroxisme et son paradoxe. La folie suprême !". La matière première affleure, reste à l'extraire et à l'affiner...

Un livre excessif mais superbe. Un livre qui peut emporter le lecteur. Un de ces livres qui laissent leur marque, leur empreinte... et qu'il vaut peut-être mieux conseiller à ceux qui connaissent déjà un peu Cioran. Pour une première approche de ce penseur hors-norme il paraît en effet plus facile, j'allais dire moins dangereux, de commencer avec un de ses livres d'aphorismes comme "De l'inconvénient d'être né" ou "Aveux et anathèmes".


De la certitude
De la certitude
par Ludwig Wittgenstein
Edition : Poche

8 internautes sur 11 ont trouvé ce commentaire utile 
3.0 étoiles sur 5 certitude ou expression de la certitude ?, 18 décembre 2011
Ce commentaire fait référence à cette édition : De la certitude (Poche)
A lire certains commentaires j'en arrive à me demander si je ne me suis pas trompé de livre !

Remettre en cause nos "certitudes" me paraît être un besoin essentiel et toujours d'actualité et il n'est pas question ici de revenir sur cela... Ma perplexité vient uniquement du décalage qui se fait jour entre le sujet apparent du livre et ce que l'on peut en retirer pratiquement.

On peut jouer au "jeu du langage" et discuter des valeurs respectives des diverses expressions "je sais", "je suis sur que", "je crois", "je comprends" ou "j'ai appris" mais cela ne révèle que la nécessité de définir le plus exactement possible une sémantique et une syntaxe et ceci dans un environnement donné... on semble devoir rester à la surface des choses. On se limite à l'expression et à la justesse de celle-ci. Ainsi, si certains paragraphes utilisent les mots "Dieu", "la Génèse" ou "le voyage sur la lune" (ce dernier point avec un humour involontaire) ils ne s'y attardent pas, ces derniers n'étant que des éléments parmi d'autres de "propositions exemples" tout comme "la main", "la Terre" ou les cinq orteils d'un pied humain.

"De la certitude" m'apparaît donc plus comme un document de laboratoire que comme un écrit philosophique et où l'auteur ne semble se soucier que de son positionnement par rapport à Moore. Est-ce cela "faire de la "philosophie analytique" ? On est à des années lumière des sceptiques grecs, dans un monde qui n'aurait jamais connu ni Schopenhauer ni Nietzsche... et où on semble redécouvrir le doute à la façon d'un certain Descartes (qui n'est pas cité) quand ce dernier se posait la question de savoir comment il pouvait s'assurer qu''il ne rêvait pas!

Je vais certainement relire ce livre plus tard, et peut-être plusieurs fois, pour me faire une idée mieux construite et plus exploitable, mais pour l'instant je n'ai qu'une envie : revenir à mes classiques !


Page : 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11-15