Profil de Pol Macqueron > Commentaires

Fiche d'identité

Contenu rédigé par Pol Macqueron
Classement des meilleurs critiques: 263
Votes utiles : 2708

Chez vous : découvrez nos services personnalisés en pages d'aide !

Commentaires écrits par
Pol Macqueron "polopicolo" (France)
(TOP 500 COMMENTATEURS)    (VRAI NOM)   

Afficher :  
Page : 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11-20
pixel
Higher!
Higher!
Prix : EUR 14,99

5.0 étoiles sur 5 Le funk a son état le plus pur, 24 octobre 2014
Ce commentaire fait référence à cette édition : Higher! (Téléchargement MP3)
Les amateurs de listes des meilleurs albums de tous les temps sont sûrement déjà les heureux possesseurs des perles Stand et There's A Riot Goin' On. Les curieux qui ont voulu en savoir un peu plus sont aussi sûrement devenus fans des trois premiers géniaux albums de la famille Stone. Les amoureux du funk se sont aussi sûrement penchés sur les suivants et diablement réussis Fresh et Small Talk. Et à vrai dire, il fallait bien s'arrêter là. Alors, pour ceux-là, quel est l'intérêt de ces 71 titres?
Pour commencer, il y a les titres inédits (ou versions inédites), et vu le niveau de génie déployé par Sly Stewart, il y a de quoi être heureux. De I get high on you à Fortune and fame (un sommet véritable) en passant par Undercat (réponse au génial Underdog) et une partie du live de l'Ile de Wight (pas au niveau du Woodstock que tout fan se doit d'avoir, mais quand même très bon), tous les amateurs en trouveront pour leur goût.
Et puis, il y a quelque chose d'incroyable qui se dégage de la publication (quasi-)chronologique des titres de Sly and the family Stone. Si les premiers titres montrent un artiste sous influences variées allant de la soul au rock en passant par la pop pure et dure, on redécouvre à quel point les titres que le groupe a sorti dans sa période faste (Stand/Riot) sont des pierres d'angle du funk, des bases et en même temps des sommets. Car si James Brown était le parrain du funk et si Parliament en a été le petit frère déluré (n'est-ce pas Dre?), Sly Stone EST le funk. Il en est le créateur et l'incarnation. Son Sex Machine est l'un des tubes les plus sensuels et groovy jamais enregistrés. Thank you (Falettinme Be Mice Elf Agin) sorti comme un single hors album, est une pure merveille (on regrettera juste que le coffret n'ait pas renvoyé la chanson à sa version sous tranxène sortie sur Riot, le comparatif aurait été amusant). In Time est tout simplement un condensé du talent de Prince en une chanson (et on ne parlera pas de l'influence que le groupe a pu avoir sur le hip-hop, mais il est indéniable, tant dans les rythmiques que dans les ambiances). Bref, retrouver ces morceaux qui s'enchainent avec une telle aisance et une telle décontraction est un véritable moment de bonheur auditif.
Les néophytes trouveront avec ce quadruple best-of/collection d'inédits une porte d'entrée grande ouverte pour découvrir ce génial auteur (à mon avis) trop méconnu en France. Il leur sera alors dur de résister à l'envie d'écouter le reste de la discographie, et grand bien leur en prendra.
A mettre en toutes les oreilles et très vite!


Silo : Générations
Silo : Générations
par Hugh Howey
Edition : Broché
Prix : EUR 23,00

2 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Une belle conclusion, 16 octobre 2014
Ce commentaire fait référence à cette édition : Silo : Générations (Broché)
Silo, le premier volet, était un très bon roman de science-fiction, bien mené et palpitant, qui pouvait se suffire à lui-même. Silo origines, le deuxième volet, était un peu moins passionnant, le livre servait très clairement de transition au dernier volume de la trilogie, tout en introduisant de nouveaux personnages, mais sans qu'il développe une histoire propre. Cependant, en tant que livre de transition, il faisait très bien son affaire, et ce dernier volume était donc très attendu.
Et le volume est à la hauteur des attentes. On retrouve tous les personnages ainsi qu'on les avait laissés à la fin des deux précédents volumes, et c'est un vrai plaisir de les voir encore se débattre. L'histoire se tient parfaitement, et on a envie de suivre les personnages, d'autant plus qu'ils ont le bon goût de ne pas être trop simplistes: tous vivent avec leurs erreurs, leurs défauts mais aussi leur indéfectible espoir. On pourra reprocher au livre de faire quelques changements de points de vue un peu trop rapides ou d'être par moment un brin répétitif, mais il est malgré tout passionnant et plein de surprises.
Par ailleurs, les personnages et les situations (comme souvent en SF) peuvent se lire comme des allégories de notre société. Le livre peut paraitre parfois un peu naïf dans le message qu'il véhicule et dans sa vision des choses, mais il y a quand même quelque chose d'assez juste dans le fait de décrire une société où les individus vivent en silos, isolés des autres silos, se souciant peu des autres, se débattant avec ses propres problèmes. Le rapport au pouvoir m'a en revanche semblé un peu simpliste.
Bref, un bon livre d'aventures qui fera passer un bon moment.


Pastoral Division
Pastoral Division
Prix : EUR 8,99

4.0 étoiles sur 5 Superbe noirceur, 8 octobre 2014
Ce commentaire fait référence à cette édition : Pastoral Division (Téléchargement MP3)
Pastoral Division a choisi de ne pas choisir, de ne pas rentrer dans un genre de musique parfaitement défini. A l'écoute de l'ensemble, on ne sait pas vraiment si on a entendu un album de folk, de rock, d'électro ou de pop. Pastoral Division, c'est un peu tout ça en fait, noyé dans une ambiance sombre mais splendide.
Le groupe varie les plaisirs et nous en apporte à chaque titre. Sa musique est faite de plages ambiantes, de voix noyées dans la musique, de guitares folk, de synthés en boucle et de rythmiques lentes. On pense pas mal à Other Lives (dont on attend toujours le nouvel album) avec une touche d'Air des débuts. Loin des structures simples, le groupe a construit patiemment un album qui n'est pas qu'une suite de singles (même si on sortirait bien Every simple lie is an ornament du lot) mais bel et bien un creuset de petites merveilles qu'on écoute de bout en bout, avec une bonne envie d'appuyer sur repeat pour en savourer les détails.
Après Cascadeur et Mermonte, Pastoral Division vient confirmer que l'année 2014 pourrait bien être l'année de la pop française.


Art Official Age
Art Official Age
Prix : EUR 16,27

7 internautes sur 8 ont trouvé ce commentaire utile 
3.0 étoiles sur 5 Le problème Prince, 8 octobre 2014
Ce commentaire fait référence à cette édition : Art Official Age (CD)
Prince est un cas problématique depuis déjà quelques temps. Alors qu'il a démarré sa carrière sur des albums parfaitement impeccables de bout en bout, le voici maintenant en roue libre... pour le meilleur et pour le pire.
Et c'est de ça qu'il est question dans cet Art Official Age: d'excellente musique et de soupe. Forcément, un album qui commence avec un morceau aussi pompier et taillé pour les stades (mais pas pour un pressage album), il y a de quoi être sur la défensive. Seulement, dans les morceaux qui suivent, il y a de véritables perles, des pépites brutes et incroyablement géniales comme l'ultra-funky Gold Standard ou la ballade soul Breakfast Can Wait, mais le tout est parsemé de soupes comme What It Feels Like, sans intérêt. Bref, Prince ne se contente pas d'être gentiment bon ou moyennement mauvais, il est soit excellent soit exécrable. Du coup, l'album ne s'écoute pas avec un immense plaisir, mais pour les amateurs de bons morceaux (par opposition aux amateurs d'albums), il y a vraiment de quoi se faire extrêmement plaisir.
Alors, ne boudez pas votre plaisir, mais choisissez vos pistes.


Je suis Pilgrim
Je suis Pilgrim
par Terry Hayes
Edition : Broché
Prix : EUR 22,90

5.0 étoiles sur 5 Le successeur de Ludlum, 1 septembre 2014
Ce commentaire fait référence à cette édition : Je suis Pilgrim (Broché)
Robert Ludlum, en quelques livres (les Bourne, Parsifal, Matarese), avait fixé un niveau d'exigence dans le thriller d'espionnage que peu d'auteurs ont su atteindre, mêlant action, réflexion sur l'état du Monde, voyages aux quatre coins du globe, suspense impitoyable, personnages travaillés et surtout un grand plaisir de lecture immédiat. Voilà un auteur suivant Graham Greene et John Le Carré qui avait su moderniser le genre en le diluant dans une action effrénée. Depuis sa mort, peu (pas?) d'auteur avait su prendre sa suite, jusqu'à ce Pilgrim.
Terry Hayes reprend le cocktaïl explosif (espionnage, action, personnages fouillés, aventures aux coins du monde) et écrit un grand thriller d'espionnage fondamentalement ancré dans son époque. Le personnage principal est un agent secret formé sur les ruines fumantes de l'antagonisme Est-Ouest et qui doit évoluer dans un monde en (r)évolution depuis le 11 septembre. Le livre s'attarde d'ailleurs avec talent sur cet évènement et montre son impact sur la mentalité américaine. Je suis Pilgrim est un livre long, qui part dans de nombreuses digressions, mais toutes ces digressions sont les pièces d'un puzzle qui forme l'image d'un Monde (le nôtre), autant que le portrait d'un homme (Pilgrim). Chaque digression aurait pu être une histoire à part entière, et le livre contient dix livres potentiels, dix histoires qui auraient été intéressantes séparément et sont franchement passionnantes en étant ici réunies.
L'écriture est parfois un peu facile et use de recettes efficaces, mais sans en abuser pour autant, si bien que le plaisir purement littéraire est là, et comme le fond est passionnant, il est quasiment impossible de lâcher le livre.


Dickens : Souvenirs intimes de David Copperfield - De grandes espérances
Dickens : Souvenirs intimes de David Copperfield - De grandes espérances
par Charles Dickens
Edition : Cuir/luxe
Prix : EUR 53,50

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
5.0 étoiles sur 5 Chefs d'oeuvre, 1 septembre 2014
Dickens n'est pas un monument, il ne fait pas partie de ces auteurs "classiques" durs à lire, Dickens est humain et son écriture l'est aussi. Qu'il s'agisse des Grandes espérances ou de David Copperfield, l'écriture de Dickens est toujours aisé et on entre dans les récits avec une facilité déconcertante.
Et le plaisir se prolonge tout au long de la lecture. Jamais un temps mort, les récits sont longs mais sans longueurs, cela étant dû à tout l'humour déployé par l'auteur au fil de l'histoire. Ainsi, même quand les personnages ne semblent pas avancer, on rit de bon coeur. Chez Copperfield, on rit de la naïveté du jeune David, puis des caractères marqués (mais finement ciselés) de ses rencontres (Micawber ou M. Dick sont extravagants et attachants). Mais les romans, s'ils sont souvent basés sur un humour très anglais (à la fois ironique et bienveillant), savent faire passer par de nombreuses émotions: on tremble avec Pip au début des Grandes Espérances, on pleure les morts chez Copperfield, on se réjouit des retournements de situation... bref, on vit en lisant ces livres.
Lire Dickens revient à gravir un sommet, profiter du paysage, tout en ayant l'impression d'avoir fait une ballade de santé. A mettre entre toutes les mains.


The Expanse, Tome 1 : L'éveil du Leviathan
The Expanse, Tome 1 : L'éveil du Leviathan
par James S. A. Corey
Edition : Broché
Prix : EUR 23,80

2 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile 
3.0 étoiles sur 5 Plaisir coupable, 25 août 2014
Ce commentaire fait référence à cette édition : The Expanse, Tome 1 : L'éveil du Leviathan (Broché)
La collection Exofictions ayant commencé avec la trilogie Silo, Actes Sud avait mis la barre très haut. Ce livre, décrit comme un Game of Thrones de l'espace, était donc sujet à beaucoup d'attentes. Autant le dire tout de suite, c'est une petite déception.
La traduction du livre est un peu bancale (beaucoup d'anglicismes notamment) et de ce fait, il est dur de dire si certains passages sont vraiment mal écrits ou simplement mal traduits, mais toujours est-il que le pur plaisir littéraire n'est pas vraiment là. De plus, les personnages sont assez superficiels et il est difficile de s'attacher à eux.
Malgré tout, la fresque dans son ensemble se tient assez bien et certaines scènes sont vraiment palpitantes. La narration n'est pas rectiligne et le risque qu'un personnage disparaisse n'est jamais exclu, si bien qu'on se prend au jeu. Et puis, les références aux classiques SF sont légions (Star Wars, Alien, Elijah Bailey, etc.) si bien qu'on se laisse porter jusqu'à la fin sans déplaisir.
Finalement, la lecture de ce livre est un plaisir coupable: mal écrit, mais sympa.


D.
D.
par Robert HARRIS
Edition : Broché
Prix : EUR 22,00

4 internautes sur 5 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Espionnage à tout âge, 25 août 2014
Ce commentaire fait référence à cette édition : D. (Broché)
L'affaire Dreyfuss est connue de tous pour les répercussions qu'elle a eues ou pour le J'accuse de Zola. Mais finalement, le fond de l'intrigue et la façon dont les fils se sont mêlés et démêlés, voilà une chose dont on parle peu en cours d'histoire. Et quel dommage car il y a de quoi en faire un roman palpitant!
Et c'est ce que fait Robert Harris (auteur déjà admirable pour certaines de ses précédentes oeuvres) avec un talent indéniable. Pour ce faire, il choisit le point de vue de Georges Picquart, jeune chef du service de renseignement, qui fut l'un des acteurs clés pour innocenter Dreyfuss. Son histoire est tout à fait passionnante, mêlant un suspens étonnant (à près tout, on connait la fin) et une hargne rageuse (face à ses déconvenues). La reconstitution historique de Paris et de ce qu'était l'espionnage (car c'est bien un roman d'espionnage) à l'époque est très réussie et très vivante. On s'attache énormément aux personnages (qui ont été légèrement modernisés) et par le biais des lettres de Dreyfuss envoyés à sa femme (que Picquart lit), on ne peut qu'être horrifié des conditions de détention. Par ailleurs, cette recherche de la vérité dans un monde qui n'accepte pas l'échec trouve une résonance dans notre monde.
Bref, un très grand livre, permettant de mieux comprendre une page entière de l'Histoire de France, tout en se divertissant.


The Silkworm
The Silkworm
Prix : EUR 11,99

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
4.0 étoiles sur 5 Cormoran Strike (is) back, 25 août 2014
Ce commentaire fait référence à cette édition : The Silkworm (Format Kindle)
Après un premier volet plutôt très réussi, le personnage de Cormoran Strike revient pour une nouvelle enquête. Une fois de plus, pas de thriller en perspective, on est dans le polar le plus classique qui soit, c'est-à-dire une suite d'entretiens permettant d'élucider l'intrigue.
De plus, Robert Galbraith (bon ok... JK Rowling) adore décrire Londres, ce que la ville est, ce qu'elle devient et comment les anglais y vivent, tout en brossant des portraits de personnage extrêmement identifiables, rejoignant (mais dans une moindre mesure, soyons honnêtes) Kate Atkinson, le mètre-étalon du genre. Par ailleurs, après s'être attaqué au monde des célébrités, Rowling s'en prend au monde de l'édition. Je ne sais pas si elle a des comptes à régler, mais le monde qu'elle décrit est dicté par la politique et les égos démesurés des auteurs.
Malheureusement, le livre s'étire un peu et se répète par moment. Si cela permettait dans le premier volet de mettre en place les personnages, dans ce second volet, on ressent quelques longueurs. Mais globalement, ce polar reste extrêmement plaisant à lire et on sera présent pour la suite des aventures de Cormoran Strike.


In Conflict
In Conflict
Proposé par moviemars-amerique
Prix : EUR 8,62

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
5.0 étoiles sur 5 La suite d'une carrière superbe, 1 août 2014
Ce commentaire fait référence à cette édition : In Conflict (CD)
Encore sous le nom de Final Fantasy, Owen Pallett signait déjà de très beaux albums, mais c'est sous son propre nom qu'il s'empare de nos coeurs et de nos têtes avec un Heartland qui n'a pas pris une ride en 4 ans (au contraire). L'album était d'ailleurs tellement beau qu'il ne semblait pas que le génial arrangeur d'Arcade Fire (entre autres) ait besoin d'en faire plus. In Conflict allait forcément souffrir de la comparaison avec son très brillant prédécesseur. Oui, mais...
Owen Pallett a des idées plein la tête, et s'il est un violoniste virevoltant, il n'en demeure pas moins un passionné de toutes les musiques. Et le voilà donc remplissant son album de sonorités électroniques, de rythmiques variées et de plages planantes (Brian Eno est d'ailleurs présent aux synthés, ce n'est pas un hasard). Cet album est un peu son Age of Adz (ce qui n'est pas peu dire): on y retrouve tout ce qui nous plaisait dans les précédents, mais aussi des idées nouvelles (et électro) qui trouvent parfaitement leurs places dans l'univers du musicien.
Pallett évoquait déjà Björk sur ses précédents albums, et là il se pose carrément en successeur masculin de l'islandaise, période Post-Homogenic (pas la pire période, quoi). Ces deux-là partagent une connaissance autant scientifique qu'émotionnelle de la musique, qu'elle soit pop ou classique, et retranscrivent dans leurs chansons un souffle pop évident qui ne cède jamais à l'exigence artistique, quitte à exploser les formats, emportant l'auditeur dès la première écoute tout en lui demandant de s'accrocher pour savourer les subtilités.
A la première écoute, tous les titres ne ressortent pas de façon évidente (sauf Riverbed, la plus rock et la plus facile d'accès, mais aussi la moins représentative de l'album), et puis au fil des écoutes, les lignes mélodiques se font plus vives, et on profite pleinement des multiples talents d'Owen Pallett, savourant les détours, dégustant les arrangements, se régalant des mélodies tout en se laissant porter par la superbe voix haute perchée (un peu comme un Jonsi crooner).
Finalement, In Conflict ne souffre pas une minute de la comparaison avec Heartland, tant les deux albums sont complémentaires. Et In Conflict de s'emparer de nos coeurs et de nos têtes...
Remarque sur ce commentaire Remarque sur ce commentaire (1) | Permalien | Remarque la plus récente : Sep 6, 2014 7:05 PM MEST


Page : 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11-20