undrgrnd Cliquez ici Litte nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici nav_WSHT16 Cliquez ici Acheter Fire Achetez Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo
Profil de Le chat bleu > Commentaires

Fiche d'identité

Contenu rédigé par Le chat bleu
Classement des meilleurs critiques: 775
Votes utiles : 1212

Chez vous : découvrez nos services personnalisés en pages d'aide !

Commentaires écrits par
Le chat bleu (Meurthe et Moselle)
(TOP 1000 COMMENTATEURS)   

Afficher :  
Page : 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11-20
pixel
Les 82 tue l'amour féminins !
Les 82 tue l'amour féminins !
par Dikeuss
Edition : Broché

5.0 étoiles sur 5 Chacun a les siens, 25 avril 2016
Ce commentaire fait référence à cette édition : Les 82 tue l'amour féminins ! (Broché)
Un jour, je fus abordé par une jeune femme sous un prétexte futile. Elle disait faire partie d' une association quelconque, je soupçonnais que c' était pour une toute autre raison qu' elle m' accostait ; pour ce genre d' activité tarifée, je ne suis pas le bon client. C' était une jolie métisse avec des yeux gris foncés, un de mes rêves, quoique j' aurais préféré un regard vert émeraude. Elle était mince et se croyait belle dans sa courte tunique voyante et ses escarpins à talons aiguilles, cependant, elle avait les jambes légèrement arquées. Ce n' est pas grave après tout, c' est même pour cet inesthétique galbe que Samuel Fuller avait choisi Jean Peters pour son film "Pickup on South Street" en 1953. Puis, je vis ses mains un peu trop grandes, pas des mains de terrienne comme Kim Basinger, non, elles étaient osseuses ! Des mains à l' identique des tarentules, ce n' est pas possible, c' est un tue-l'amour immédiat. J' en ai un autre de tue-l'amour instantané, lorsque les petites lèvres dépassent des grandes...


Tuer le service militaire
Tuer le service militaire
par Edouard Ballot
Edition : Broché
Prix : EUR 12,30

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
5.0 étoiles sur 5 Bientôt la quille, 29 mars 2016
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Tuer le service militaire (Broché)
Si je suis content que les obligations militaires ont été supprimées, je n' ai jamais regretté les miennes au 4ème Régiment de Dragons à Mourmelon ; je m' y suis trop marré et beaucoup moins ennuyé qu' au Lycée à écouter des nases qui m' ont octroyé un BEP d' électronicien que je ne méritais pas, étant donné que je ne foutais rien, pour un métier que je n' ai jamais pratiqué. Monteur en charpentes métalliques et en grosse chaudronnerie, ça ne s' apprend pas à l' EN. Manier le PRS de 4 tonnes ou la virole de 3 mètres de diamètre, c' est un métier d' homme ; manier des composants électroniques à la pince brucelle... Notre cher Edouard, auteur de cet ouvrage qui se veut iconoclaste, croit aux études ; rien que pour ça, je souris. Faut dire qu' il a écrit son livre à l' âge canonique de 25 ans, avec un peu d' expérience de la vie. Il n' aimait pas être commandé par des gars qui étaient moins éduqués que lui ; y'a d' autre chose à supporter à l' Armée, le mec de banlieue qui chante (dégueule) du Renaud. Pour les cheveux courts, épisode qu' il l' a un peu traumatisé, franchement j' ai adopté tout de suite.

Après une formation militaire d' un mois, Edouard se retrouve derrière une photocopieuse aux services administratifs, il peut même "se déguiser" en civil entre midi ; en bref un planqué. Pas autant qu' un anorexique journaliste au Figaro, RTL et Paris première exempté pour une arthrose (ou arthrite) du genou, ou, un philosophe hystérique (Taisez-vous ! Taisez-vous !) réformé P4 (un dingue, on le soigne, on ne l' écoute pas) ; ces deux "patates" nous donnant de surcroît des leçons de patriotisme. Edouard se plaint que les appelés ne soient pas employés suivant leurs compétences et leurs formations professionnelles : se retrouver dans un AMX 10, être coincé dans un simulateur de blindé par -10° avec la flotte qui monte au fur et à mesure, faire un stage commando à Givet, des marches forcées de 40 kilomètres trois jours d' affilée, tes compétences estudiantines, tout le monde s' en fout le planqué ! Ces exercices divers et amusants te préparent à porter des sacs de boulons d' un trentaine de kilos au sommet d' un Haut-fourneau pour rattraper cette satanée virole alors que l' ascenseur est en panne, et, plus tard quand tu as changé de boulot suite à deux licenciements économiques, en-dessous d' un licenciement, t' es pas Lorrain, ça sera de te coltiner à travers les étages d' un immeuble des plaques de plâtre, des sacs d' enduit de 25 kilos et autres joyeusetés parce que t' as décidé d' envoyer balader le système entrepreneurial et de bosser seul. T' es dans la chochotterie mon pote le planqué ! Parce qu' Edouard, tu m' ennuies avec tes études supérieures. Lorsque je suis devenu définitivement monteur en CM après l' Armée, j' ai connu assez de chefs d' équipe et de chefs de chantier qui savaient à peine lire et écrire et qui buvaient sec ; mais y'avait pas mieux que ces gars-là pour monter une virole, satanée virole, de plusieurs tonnes entre un Haut-fourneau et un cowper avec deux poulies trois galets mouflées en six brins et actionnées par un treuil à air comprimé, un engin hyper dangereux qui tousse comme un tubard, avec des tire-forts de retrait afin de passer dans l' enchevêtrement des conduites ; encore un truc qui ne s' apprend pas à l' EN. C' étaient des meneurs d' hommes. Alors Edouard, ton petit laïus quant tu demandes à un engagé gradé pour quelle raison il est entré dans l' Armée : parce qu' il n' a pas le BAC ?! Edouard, tes études supérieures te féminisent et ne me fait pas le coup du féministe outragé, t' es le premier à te moquer des femmes militaires et de leur "prise de rendez-vous hebdomadaire chez le coiffeur attitré de l' organisme militaire (et très peu cher)".

Alors pourquoi je suis content que le service militaire n' existe plus, et là je suis d' accord avec certains arguments d' Edouard. D' un point de vue économique, c' est une évidence, un appelé coûte cher : encadrement, service médical, habillement, nourriture, voyages SNCF gratuits, points de retraite ; même si t' as que l' eau froide au lavabo, les douches qui fonctionnent une fois sur deux, le chauffage n' en parlons pas, et, l' ordinaire ça allait, franchement la cantine ça allait. Cela fait-il diminuer les statistiques du chômage ? Non, parce qu' avant de faire ton service, personne ne t' embauche puisque tu n' es pas dégagé de tes obligations militaires ; j' ai eu la chance de travailler en interim car il ne faut pas oublier que la solde ne suffit pas à tes besoins pendant un an, du temps d' Edouard c' était passé à dix mois, faut mettre du pognon de côté ou avoir des parents friqués, d' où une discrimination. Autre discrimination plus notoire, Edouard nous dit qu' au début des années 90, il n' y avait plus qu' un conscrit sur deux qui faisait son service tellement il y avait de sursitaires notamment à cause des études supérieures (encore), et quelle classe sociale fait le plus d' études supérieures ? les enfants de la bourgeoisie ? ou ceux des profs ? En une dizaine d' années cela avait quand même changé, le brassage social était aux oubliettes. À l' heure où certaines personnes voudraient rétablir le service militaire, beaucoup de ces personnes sont des femmes d' ailleurs de Gauche comme de Droite, il faut lire quand même ce livre d' Edouard Ballot. Les chiffres y sont précis, certaines démonstrations intéressantes. Il ne tombe pas dans le pacifisme larvé, et, il faut toujours se préparer à une guerre même si la guerre est une folie, mais ça, il n' y a que les imbéciles qui ne le comprennent pas. Par contre le petit laïus à propos des impôts qui paient le militaire engagé, les impôts paient aussi un système éducatif qui abandonne 150 000 jeunes chaque année mon cher Edouard.

En fin de compte, les engagés sont-ils heureux de ne plus avoir d' appelés dans leurs pattes ? Vu mon expérience, ma réponse est affirmative.


SOMETHING TO SAY LP (VINYL ALBUM) UK CASTLE 1990
SOMETHING TO SAY LP (VINYL ALBUM) UK CASTLE 1990

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
5.0 étoiles sur 5 Isométrie, 29 février 2016
Ce commentaire fait référence à cette édition : SOMETHING TO SAY LP (VINYL ALBUM) UK CASTLE 1990 (Album vinyle)
Se procurer cet album de 1973 paru en CD en 1990 est actuellement très difficile. Si je m' en rappelle bien, j' ai dû le chiner chez un disquaire d' occaz à Luxembourg-Ville. Paraît-il qu' il existe une version remasterisée datant de 1998 avec la pochette américaine bien plus jolie. Pourtant, il s' agit peut-être du plus personnel disque du plombier et inventeur de l' air guitar. C' est la dernière fois où Joe Cocker coécrit autant de chansons ; six tout de même dont cinq avec son fidèle claviériste Chris Stainton. Les plus connues étant "Black Eyed Blues" au tempo lancinant superbement reprise par Esther Phillips sur son album éponyme, et "High Time We Went" bâtie sur une seule ligne de force à tel point que Bob Seger, Frankie Miller ou Rod Stewart aurait dû nous en donner leur version, ainsi que "Woman to Woman" avec sa célèbre voix de fausset samplée par je ne sais plus quel rappeur. Sa mouture du "Midnight Rider" de Gregg Allman vaut bien celle de Big Bob sur "Back in '72". Et puis tout ça se termine par un "St. James Infirmary Blues" ("J'avais deux amis" par Eddy Mitchell) en public de toute beauté. Qu'est-ce que ça fait du bien d' écouter un son brut de décoffrage avec cette voix tellement bourrée de défauts reflétant tout les accidents de la vie qu' elle en devient indispensable pour son bien-être.
P.S. C' est bien de la version CD dont je parle car je n' ai pas trouvé la référence sur le site.


The Essential Emerson Lake & Palmer
The Essential Emerson Lake & Palmer
Proposé par music-station
Prix : EUR 10,00

5.0 étoiles sur 5 Greg Lake, 31 janvier 2016
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : The Essential Emerson Lake & Palmer (CD)
Dans le progressif, phébus du rock (?!), ELP, c' est la Sainte Trinité. J' ai surtout acheté ce double CD - sur le marketplace d' Amazon à moins de 5 € envoi compris, faut quand même pas déconner - parce que j' aime bien la voix de Greg Lake. Avec le recul, elle est nettement plus virile voire agressive, faut pas le hululer sur les toits non plus, que celle du chapon Jon 'Nous sommes du soleil' Anderson.

Dans cette anthologie, il faut se faner quelques instrumentaux longuets, dont l' emphatique "Fanfare For The Common Man", et surtout des arrangements qui voudraient concurrencer la musique symphonique. Y'a de quoi piquer une crise et réviser son Otto Klemperer ou son George Szell. Le pire, c' est "Tarkus". Une 'Pièce' - le fan progueux de wiki dit 'Pièce' pas 'chanson', y' en a qui se touche pas le trou de balle avec la langue - qui dure plus de vingt minutes ; je préfère un pensum estudiantin de Roger Waters. Pour se représenter le syndrome prog du 'Pourquoi faire simple quand on peut faire compliqué', les deux 'Pièces' "Take a Pebble" et "Pirates" en sont des exemples les plus ampoulés, gourmés et barbants que la postérité réduira en poussière.

Pour ce qui me plaît, "From The Beginning" est une bonne chanson, puisque je vous affirme que c' est une chanson, la preuve : il y a des couplets et un refrain ! j' arrive même à supporter le synthé d' Emerson et tous les tas de petits bruits de Palmer. "I Believe in Father Christmas", avec eux faut y croire, est une autre bonne chanson acoustique, malgré l' intervention du virtuose du clavier. Le virtuose est plus supportable sur les gaguesques "Hoedown", "Nutroker", "Honky Tonk Train Blues" et "Peter Gunn". Pour "C'est la vie" avec son accordéon, Daniel Guichard n' est pas loin, il devrait en faire une cover. Le psychédélique "Still... You Turn Me On", "Lucky Man" en dépit de la surenchère de Palmer et Emerson ou le mainstream "Affairs of The Heart" sont de bonnes chansons (si, si, j' insiste) que j' aime vraiment.


Since You Went Away [Import USA Zone 1]
Since You Went Away [Import USA Zone 1]
DVD ~ Claudette Colbert

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
5.0 étoiles sur 5 Préparez vos mouchoirs, 30 janvier 2016
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Since You Went Away [Import USA Zone 1] (DVD)
Derrière cet éblouissant mélodrame optimiste, optimiste comme tous les vrais mélodrames, qui se passe dans une ville du Middle West proche d' un camp militaire pendant la deuxième guerre mondiale, se profile aussi un film consacré à l' effort de guerre du peuple américain.

Une femme mariée (Claudette Colbert) d' un milieu aisé et mère de deux adolescentes (Jennifer Jones et Shirley Temple) doit s' adapter à un niveau de vie plus modeste depuis que son mari a rejoint l' Armée. Sur ce canevas d' autres petites histoires viendront se tisser tantôt drôles ou le plus souvent (mélo)dramatiques. Le casting est intéressant ; Monty Wolley en vieille ganache et grand-père du jeune caporal Robert Walker peu sûr de lui, l' officier playboy Joseph Cotten, Agnes Moorehead déjà sorcière, le beau Guy Madison fait une apparition en marin, Hattie McDaniel en fait un peu moins que d' habitude et la scandaleuse Star du muet Alla Nazimova tient un petit rôle réaliste ; il y a un chien et aussi deux chats. Si on peut reconnaître les épures de mise en scène du talentueux John Cromwell, certains autres réalisateurs dont Edward F. Cline et Tay Garnett y ont participé ,et, les maîtres de la lumière Lee Garmes et Stanley Cortez sont présents ; c' est le minimun d' une production David O'Selznick qui signe aussi le scénario. On peut rajouter pour Robert Walker qu' il a un rôle similaire et en vedette avec Judy Garland dans le très beau "L'Horloge" (1945) de Vincente Minnelli. La musique de Max Steiner est parfois agaçante...

Très bonne copie.
Film en noir et blanc de 1944. Format : 4/3. Durée : 177 mn.
Version audio anglaise avec sous-titres français.
Pas de version audio française.
Zone 1 et EXCLUSIVEMENT ZONE 1.


Spencer's Mountain [Import USA Zone 1]
Spencer's Mountain [Import USA Zone 1]
DVD ~ Henry Fonda
Proposé par RAREWAVES USA
Prix : EUR 4,71

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
5.0 étoiles sur 5 Maureen O'Hara, 31 décembre 2015
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Spencer's Mountain [Import USA Zone 1] (DVD)
Après le très beau western "La colline des potences" (1959) la fin de carrière du réalisateur-scénariste Delmer Daves semblait vouée aux mélodrames larmoyants voire aux bluettes pour adolescent(e)s. Faudrait peut-être mettre en doute ce cliché.

Cette chronique d' une famille modeste se passant au début des années 60 dans le Wyoming est une réussite simple, généreuse et optimiste. Clay Spencer incarné par un Henry Fonda irrésistible est un père travailleur, ne rechignant pas à faire des heures supplémentaires, croyant mais anticlérical, se saoulant la gueule (on boit après le boulot jamais pendant) et jurant comme un charretier. Sa femme Olivia interprétée par une Maureen O'Hara très en forme(s) craint Dieu, a toujours les mains dans la lessive ou les épluchures, c' est un peu normal quant on a neuf gosses. Le fils aîné Clayboy, l' excellent James MacArthur qui se fera bientôt enterrer par la médiocre série télé "Hawaï police d'État", veut aller à l' Université. L' argent est rare, Clay Spencer fera tout pour que les vœux de son fils se réalisent quitte a sacrifié les siens, même si les études pour lui... Tout le contraire de la figure paternaliste autoritaire. L' éveil à la sexualité n' est pas omis grâce à la petite amie de Clayboy, Mimsy Farmer très en forme(s) aussi, qui adore les mots interdits dans le dictionnaire intégral.

Si vous voulez passer un bon moment avec les tribulations de la famille Spencer avec Henry Fonda qui veut souvent culbuter Maureen O'Hara, c' est pour vous !

Bonne copie ; quelques points blancs par intermittence.
Film en couleur de 1963. Durée : 118 mn.
Format cinémascope respecté pour diffusion en 16/9.
Version anglaise sous-titrée française. Pas de version audio française.
Zone 1 MAIS EN FIN DE COMPTE TOUTES ZONES.

Les bonus sont tous sans sous-titres :
- Un documentaire sur le tournage et la Première du film. Durée : 7 mn 30.
- Une interview de James MacArthur et Henry Fonda d' une durée de 10 mn.
- La bande-annonce.


Précis d'anti-électoralisme élémentaire : 120 Motifs de ne pas aller voter
Précis d'anti-électoralisme élémentaire : 120 Motifs de ne pas aller voter
par Raoul Vilette
Edition : Broché
Prix : EUR 10,20

2 internautes sur 4 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Voter, c' est accepter la servitude (Sébastien Faure), 30 novembre 2015
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Je n' ai jamais voté de ma vie, mais devant la menace nationaliste, devrais-je céder à la tentation de l' isoloir pour choisir le moins pire des candidats ? Non ! Ce petit livre fait la part belle aux anarchistes : « L' anarchiste se distingue et se sépare de tous parce qu' il ne veut être ni maître, ni esclave. Il ne veut pas s' incliner, mais il ne veut pas que les autres s' inclinent devant lui (Sébastien Faure) ». Anarchistes plutôt de gauche d' ailleurs, ce qui est un peu dommage. Pas besoin nécessairement de citer des anarchistes de droite, mais faire un petit tour du côté de « L'unique et sa propriété » aurait été de bon aloi.
Remarque sur ce commentaire Remarques sur ce commentaire (2) | Permalien | Remarque la plus récente : Mar 26, 2016 8:29 AM CET


From a Whisper to a Stream
From a Whisper to a Stream
Prix : EUR 9,59

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
5.0 étoiles sur 5 Une Reine, 31 octobre 2015
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : From a Whisper to a Stream (CD)
En France d' Esther Phillips (1935-1984), on ne connaît guère que le hit semi-disco "What A Diff'rence A Day Makes" (1975) ou la magnifique ballade "Try Me" (1966) réapparue dernièrement pour illustrer une pub. Pourtant cette voix au vibrato immédiatement identifiable, comme celui d' Ertha Kitt, ne peut laisser indifférente, ainsi que sa vie plus proche des lentes dérives de Big Mama Thornton ou Fréhel que des météoritiques Amy Winehouse ou Janis Joplin. Tombée dès ses quinze-seize ans dans l' héro alors qu' elle chantait sous le nom de Little Esther avec l' orchestre de Johnny Otis, on s' étonne qu' elle nous ait quittés à l' âge de quarante-huit ans, pas de Club 27 donc ; de toutes façons, j' ai une légère préférence pour le Club 25 avec Tommy Bolin et Paul Kossoff. Cet album est pour certains son meilleur, bon, disons que c' est celui qui donne le plus dans la soul soyeuse et qu' il est bourré de tempos moyens langoureux et de romances aphrodisiaques, qu' il utilise tout le spectre musical de la superproduction avec cuivres lascifs et violons voluptueux, sans oublier les lignes de basse de Gordon Edwards et Bernard Purdie derrière les fûts. Neuf titres dont du Gil Scott-Heron, Marvin Gaye, Allen Toussaint, plus quatre autres en bonus qui ne sont absolument pas de la garniture. La voix d' Esther Phillips n' est pas spécifiquement hargneuse ou puissante, tout tient dans le timbre et ses intonations uniques ; et quelle belle bouche !


Relief Data Incomplete
Relief Data Incomplete
Prix : EUR 18,48

5.0 étoiles sur 5 Du prog, 29 septembre 2015
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Relief Data Incomplete (CD)
Parfois dans le prog, il peut y avoir de bonnes sensations pour leurs fans. Le progressive rock, à l' instar du bebop et du free jazz, se prête plutôt à l' écoute en solitaire, et, il est exécuté par des musiciens pratiquant le même plaisir ; de plus, je soupçonne leurs admirateurs de faire du vélo sans selle. Il est donc rare de tomber sur un disque organique, faisant corps avec une énergie communicative, qui puisse être apprécié par le gueux que je suis. Hauteville, c' est bien de chez nous, ce sont des Français mais c' est chanté en anglais. D' ailleurs, c' est peut-être le véritable charme du CD, c' est la voix médium et agréable de Lydie Gosselin avec un physique hiératique qui n' a rien de la bimbo ; elle ressemble à l' actrice Dominique Reymond. Certains riffs sont quasi-metal comme "From Adam to Atom", d'autres titres sont très ambiants "Perfectablism", "Reflection" ou la reprise de "Immaculate Eyes" de Lisa Dalbello paraît-il la Kate Bush canadienne ; va falloir que je m' y intéresse, en espérant qu' elle n' a pas la même voix de casse-cou..... Ma chanson préférée est "Jaywalker" ainsi que l' instrumental "There Be Dragons". Certaines réserves cependant, l' emploi par intermittence de filtre sur le chant de Lydie Gosselin, et, quelques interventions du guitariste-shredder Patrick Rondat sur deux morceaux, dont la chanson-titre "Relief Data Incomplete" aux changements de rythmes incessants et qui, subséquemment, se révèle trop complexe, limite grandiloquent, du pur prog quoi...
P.S. Apparemment un autre groupe français s' appelant Hauteville, psychédélique celui-ci, aurait sévi au début des années 70.


Never Let Go [Import USA Zone 1]
Never Let Go [Import USA Zone 1]
DVD ~ Richard Todd

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
5.0 étoiles sur 5 La revanche du faible (l' anti "voleur de bicyclette" ?!), 30 août 2015
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Never Let Go [Import USA Zone 1] (DVD)
Un terne représentant en cosmétiques (Richard Todd) achète une voiture afin d' arriver en temps et en heure à ses rendez-vous car il risque de perdre son emploi. Il se la fait voler par des jeunots commandés par un propriétaire de garage qui est en fait un chef de gang violent (Peter Sellers). Devant les résultats de la Police qui se font attendre, le modeste VRP décide donc de la récupérer par ses propres moyens contre l' avis de sa femme (Elisabeth Sellars).

Le personnage incarné par Richard Todd est un raté. Mais il en a marre de courber l' échine ; donc dans un dernier sursaut, il tente le tout pour le tout, quitte à ce que sa femme et ses deux enfants abandonnent le foyer conjugal. Peter Sellers étonne dans un rôle de salaud intégral ; tour à tour tortionnaire, obsédé sexuel, foutant sur la gueule à tout ce qui barre son chemin. Paraît-il que devant le peu succès du film, il ne voulut pas rééditer l' exploit ; quel dommage ! John Guillermin, qui coécrit l' histoire avec Peter de Sarigny, est décidément un réalisateur intéressant à plus d' un titre. La mise en scène est nette, sans bavure et temps mort. "Never Let Go" (1960) est un film noir, social, aux affrontements physiques teigneux à peine apaisé par le visage beau et tragique d' Elisabeth Sellars et celui plus "Norma Jeane" de Carol White.

Film anglais en noir et blanc de 1960 d' une durée de 91 mn.
Format letterbox 1.66:1 ; format respecté mais prévu pour être diffusé sur un écran 4/3.
Version audio anglaise uniquement.
Version originale sous-titrée française.
Zone 1 et exclusivement zone 1.
Bonne copie.


Page : 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11-20