Profil de D. RICHARD-MULTEAU > Commentaires

Fiche d'identité

Contenu rédigé par D. RICHARD-MULTEAU
Classement des meilleurs critiques: 4.268
Votes utiles : 119

Chez vous : découvrez nos services personnalisés en pages d'aide !

Commentaires écrits par
D. RICHARD-MULTEAU (FRANCE)
(VRAI NOM)   

Afficher :  
Page : 1 | 2 | 3
pixel
Zénith-Hôtel - Prix de Flore 2012
Zénith-Hôtel - Prix de Flore 2012
par Oscar Coop-Phane
Edition : Broché
Prix : EUR 13,50

1 internaute sur 2 a trouvé ce commentaire utile :
2.0 étoiles sur 5 Factice?, 26 janvier 2013
Ce commentaire fait référence à cette édition : Zénith-Hôtel - Prix de Flore 2012 (Broché)
A priori, pas une vraie histoire, mais de toute façon, ce n'est pas toujours l'important d'un roman...
Une écriture apparemment simple et évidente, O C-P écrit au sujet des solitaires, des anonymes des grandes villes, des gens à la dérive.
Pour paraphraser Léonard Cohen, ses perdants ne sont pas magnifiques, mais des minus, de ces gens sales et pauvres auxquels on ne prête pas attention !
Un livre froid, infiniment triste, des destins qui se côtoient, la journée d’une «pute plumitive» avec sa vie sordide d’un jour ordinaire, la sensation de son corps, les lieux où elle vit.
Loin d'un Brassens qui prend fait et cause pour cette «putain qui aurait pu être ta mère» mais c’est bel et bien «une complainte de fille de joie» sans joie !
Les portraits des clients défilent à la vitesse d’une passe ! Mais on sent l’empathie de l’auteur, une réceptivité aux histoires de gens paumés,.

Ce n’est jamais vulgaire, ce n’est jamais salace. Pas de compassion ni de lamentation, pas de morale, pas de message.

Les instants où les personnages dialoguent avec « leur » pute, avant la passe en quelques lignes qui claquent !

Cela dit, les personnages sont un peu trop campés, pas assez complexes, ils manquent d’épaisseur (mais c’est peut-être voulu) et puis surtout je n'ai pu tout au long de la lecture m'empêcher de penser que c'est peut-être un peu trop efficace et calculé(serait-ce un produit marketing ?)
Taillé sur mesure pour un prix du genre du "Prix du Flore"?
Le prochain livre d'Oscar Coop-Phane apportera peut-être la réponse...


La Vie d'une autre
La Vie d'une autre
par Frédérique Deghelt
Edition : Poche
Prix : EUR 6,60

4.0 étoiles sur 5 Attachant...., 25 janvier 2013
Ce commentaire fait référence à cette édition : La Vie d'une autre (Poche)
Ce que j’aime :
Le (ou les) questionnement(s) du livre,
- Qu’est-ce que la mémoire ?
- Comment vit-on notre histoire d’amour ?
- Que reconnaissons-nous en nous-même ou dans notre compagne ou compagnon de ceux qu’on était au début de notre histoire ?
- Dans nos années de vie commune, comptons-nous plus de souvenirs que de regrets ?
- Certains évènements d’une vie de couple peuvent-ils être d’une violence telle qu’ils nous font basculer dans la négation ou la folie ? – Bien sûr…!
- Peut-on parfois prendre des vacances ou instaurer une vacance, un repli sur soi ?
- Ce qui ne nous tue pas nous rends plus fort, peut-être mais dixit la grand-mère « Ce qui nous mine quotidiennement fini par nous tuer »
- Pas de passé, pas de passif ? (p82)
- La question rappelé de Jean-Paul Sarthe : « Tu n’est pas ce que tu es, tu es en devenir » p152
- Un couple peut-il éviter le « Mais la vie sépare ceux qui s’aiment, tout doucement sans faire de bruit » cité p299
« Le secret n’est-il pas « Ne jamais s’endormir sans penser que demain sera mieux » comme dit la grand-mère p315
- Le postulat de base. On peut subitement rayer 12 ans de sa mémoire « Mes copains informaticiens me disent : - Toi tu as fait de la place sur le disque dur, tu es neuf pour mettre autre chose. – mais nous savons que ce n’est pas çà. Nous avons perdu l’accès à certains fichiers, mais ils sont toujours là ! Ils prennent de la place et ne sont pas remplaçables » (p334)

Ce livre est un précis d’amour et de vie conjugale, au delà c’est toute une réflexion sur le bonheur conjugal. L’épreuve du temps et des rencontres qui malmènent cet amour pour en arriver à la question ultime : « Stop ou encore » ?
J’aime le style de l'auteur, ces pages entières où se mêlent réflexions intérieures, dialogues, et où elle ne nous guide pas à l’aide de repères bien connus à identifier au premier coup d’œil que la personne qui parle n’est plus la même que précédemment, ou qu’on est passé de la réflexion à la parole….
Sa sensibilité, sa conception de l’amour, l’émotion partagée.

L’effet polar…suspens, livre « addictif » : on est tenu en haleine jusqu’à la dernière page et bien au-delà.
Pas de la grande littérature, certes, mais définitivement un bon roman.


Le vieux roi en son exil
Le vieux roi en son exil
par Arno Geiger
Edition : Broché
Prix : EUR 17,50

3 internautes sur 3 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 L'oubli peut nous rapprocher, 25 janvier 2013
Ce commentaire fait référence à cette édition : Le vieux roi en son exil (Broché)
Ce livre est une vraie trouvaille...Je ne connaissais pas l'auteur et n'avais pas entendu parler de ce roman, c'est donc sans à-priori que je l'ai abordé.
Peut-être parce que l'épreuve d'Arno, je la connais, je vis avec, peut-être le titre shakespearien....

Un père atteint de la maladie d'Alzheimer dont la mémoire peu à peu s'efface, un fils qui parcours le chemin qui le mène à son père, à son histoire. Une écriture oscillant entre gravité et humour, Arno reconstitue le lien que la démence d'August (le père) dilue...

Bien évidemment la raison essentielle de ma passion pour ce roman s’imposera tout naturellement au fil de la lecture, ce qui me fascine, m’effraie, me torture, me fais agir de la façon dont j’agis, m’a tenu en vie à certains moments, m’a inspiré à d’autres, m’a révolté parfois : les étranges relations d’un père et de son fils…
Mon père, mon fils.
Comment ne pas penser à ma propre histoire, avec mon propre père (né en 1926, comme August engagé dans la guerre à 17 ans, comme August !) qui n’a jamais voulu évoquer cette période et que j’ai toujours imaginée au travers de 2 ou 3 photos et autre citation et médaille militaire. Tous deux sont rentrés cassés de cette guerre, August malade, mal soigné dans les hopitaux soviétiques, mon père traumatisé par la peur et la mort.
Le début de la maladie, mariage d’un fils et « débordements gastronomiques »
« Certes, notre père était étrange par moments, mais n’avait-il pas toujours été comme cela »

Mes désirs par rapport à mon propre fils.


Working On A Dream
Working On A Dream
Prix : EUR 23,00

3 internautes sur 3 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Toujours interessant, le bougre...euh, le boss, 14 février 2009
Ce commentaire fait référence à cette édition : Working On A Dream (CD)
Décidément, les intégristes de tous poils sont toujours à s'écrier (s'écrire?) que plus rien n'est comme avant, que c'était mieux quand ceci, quand cela...Même le fait de nous proposer des bonus (DVD très interressant au demeurant, et CD d'Antoine De Caunes pour retracer la carrière du boss pas si connue que çà des moins de 30 ans!), même cela, ça prouverait que l'album n'est pas bon...!
Allez, si vous le désirez, vous pouvez rester sur "River" ou "Born to run" mais vous manquerez de bien belles choses.
Les arrangements sont certes un peu trop alambiqués à mon goût, le son ne rend pas hommage au grand Springsteen, mais le reste, l'essentiel, est là. De la belle et bonne histoire comme le boss sait nous en conter.
Et puis, tout le monde sait que pour le son, faut se bouger les fesses et aller le voir et l'entendre sur scène.
Dans l'ensemble, je dirais que cet album s'il n'est le meilleur qu'il ait enregistré, est un très bon cru et que j'y retrouve tout plein de raisons de le mettre et de le remettre dans ma platine CD....En attendant la tournée !


Page : 1 | 2 | 3