undrgrnd Cliquez ici Litte nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici Cliquez ici Acheter Fire Achetez Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo
Profil de Jerome3001 > Commentaires

Fiche d'identité

Contenu rédigé par Jerome3001
Classement des meilleurs critiques: 1.984
Votes utiles : 381

Chez vous : découvrez nos services personnalisés en pages d'aide !

Commentaires écrits par
Jerome3001 "jerome3001" (France)

Afficher :  
Page : 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6
pixel
Bye-Bye Maggie
Bye-Bye Maggie
par Jaime Hernandez
Edition : Album
Prix : EUR 16,95

5.0 étoiles sur 5 Dans la lignée de "Love and Rockets", 27 avril 2016
Ce commentaire fait référence à cette édition : Bye-Bye Maggie (Album)
Encore un chapitre ou une histoire dans la lignée de "Love and Rockets". Le trait est remarquablement maîtrisé, fait même parfois songer à Floc'h. Le format inattendu de l'ouvrage permet de mieux saisir la pertinence et l'élégance du dessin de Jaime Hernandez. Le récit est, comme toujours, inspiré. Il s'agit d'un chapitre qui aurait pu se trouver dans un des autres volumes de la série, ou bien d'une histoire qui peut se lire séparément. Un fort bel ouvrage, qui ne mérite pas une critique aussi négative que la précédente. La narration est sensible, les personnages bien campés. Depuis des décennies, les frères Hernandez creusent un sillon sans égal : une description d'une partie de la société de leur temps, avec des écarts dans la science-fiction, parfois, qui permettent ce brin de fantaisie inimitable. Ici, nous sommes dans le réalisme. Un travail remarquable.


Les aventures de Charlotte :
Les aventures de Charlotte :
par André Taymans
Edition : Album
Prix : EUR 35,00

5.0 étoiles sur 5 Bienheureuse jeunesse, 12 mars 2016
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Les aventures de Charlotte : (Album)
Une oeuvre pour la jeunesse, de nouveau disponible ! Quelle heureuse initiative, de la part de Place du Sablon, de rééditer ces albums, devenus introuvables, des aventures de Charlotte. Naguère éditées par Casterman, qui n'a pas cru bon de maintenir dans son catalogue cette série destinée à la jeunesse, mais bien entendu lisible par les adultes - la ligne claire étant, par définition, destinée à la lecture de 7 à 77 ans, et plus si affinités -, les tribulations de la jeune Charlotte ne méritaient pas le pilon ou les solderies où son ancien éditeur les avaient reléguées. Place du Sablon poursuit son travail de restauration et de maintien du patrimoine de la BD classique. C'est un classique très contemporain : André Taymans, le dessinateur de cette série, est toujours en activité. Il en redouble même. Cette intégrale propose même un cahier qui explique les circonstances, étonnantes, dans lesquelles l'histoire de Charlotte est née. Je n'en dirai pas plus, pour ne pas gâcher le plaisir de la (re)découverte. Notons cependant l'impeccable qualité de la reproduction des planches, la reliure, magnifique, les documents d'époque, remarquablement mis en valeur. Bref, un vrai travail d'éditeur, auquel l'éditeur historique de "Charlotte" ne nous a hélas plus habitué. Place du Sablon reprend aujourd'hui le flambeau de l'édition de qualité des oeuvres en Ligne Claire de Taymans, Carin et d'autres auteurs. Il est temps de reconnaître à ce label son statut, désormais, d'éditeur de référence. Beaucoup de libraires spécialisés ignorent encore l'existence de ce label, de cette collection. C'est un tort. Il ne faut pas sous-estimer la collection et le travail de fourmi qui est actuellement en train de se faire autour de la réédition de ces classiques contemporains - et des nouvelles publications de ces auteurs remarquables, quelques peu malmenés par une certaine partie du monde de l'édition... à ce qu'on croit comprendre.


Les Aventures de Betsy, Tome 1 : Le Sortilège de l'Atalante
Les Aventures de Betsy, Tome 1 : Le Sortilège de l'Atalante
par Jérôme Phalippou
Edition : Album
Prix : EUR 14,00

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
4.0 étoiles sur 5 Ligne claire moderne, 12 mars 2016
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Les Aventures de Betsy, Tome 1 : Le Sortilège de l'Atalante (Album)
La collection Calandre réserver parfois de très bonnes surprises. Averti par des publicités sur internet de la parution de cet album, attiré par le graphisme Ligne claire de la couverture, et quelques extraits (en basse définition) je m'attendais à trouver l’œuvre d'un épigone d'Hergé ou plus exactement de Bob de Moor. Erreur : je viens de recevoir et de lire, d'un trait, cette aventure sidérante. Le graphisme est impeccable, une ligne claire, plus moderne, autrement inspirée que les collaborations précédentes de M. Marin. Le rythme est trépidiant, le trait plein de vie. La mise en couleurs allie le moderne et le classique. C'est un beau tour de force graphique. Le travail de J. Phalipppou est à suivre. On espère toutefois le voir mis au service d'une histoire moins... convenue. C'est le seul bémol que j'apporterai à ce livre, et à nombre de livre de la collection Calandre. Il est très difficile de trouver des histoires qui reposent entièrement sur l'un ou l'autre modèle de voiture qui intéresse les amateurs d'automobiles anciennes. Se renouveler, à chaque récit, est une mission quasiment impossible. Le film "Le Corniaud" de Gérard Oury est un bon exemple de la manière dont une auto peut servir à de McGuffin dans une histoire humoristique et/ou policière. Le début de "Topkapi", de Jules Dassin, également. Un trésor caché dans une voiture, des armes... ici une malédiction (dont l'hypothèse est rapidement écartée). Mais à part ces points de départ, il est vraiment difficile de se renouveler dans les récits proposés autour des véhicules de collection. C'est finalement toujours un peu la même histoire qu'on a l'impression de lire. Je garde, pour ma part, le souvenir d'un album au graphisme remarquable, même si l'histoire m'a un peu rappelé tant de récits qu'on a pu lire chez de Grands Anciens, comme Tillieux, ou même dans d'autres albums de la série Calandre. Attention, je n'ai pas écrit qu'il s'agit de décalque, de plagiat - qu'on ne me fasse pas dire ce que je n'ai pas dit. Je parle ici de la difficulté à faire des variations sur un thème, qui est un peu trop contraignant. On retrouve ces difficultés dans certains albums de la collection Cockpit. Pour dire les choses trivialement : on a rapidement fait le tour d'une auto, d'un point de vue scénaristique. Même Stephen King et son fils s'y sont cassés les dents, en voulant reproduire des variations autour de "Christine" - certaines n'ont même jamais abouti !


Lefranc, Tome 26 : Mission Antarctique
Lefranc, Tome 26 : Mission Antarctique
par Christophe Alvès
Edition : Album
Prix : EUR 11,50

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
5.0 étoiles sur 5 Une reprise digne de ce nom, 29 février 2016
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Lefranc, Tome 26 : Mission Antarctique (Album)
Lefranc n'était plus que l'ombre de lui-même. Souvenons-nous du naufrage graphique des derniers Chaillet, des scénarios bancals, rapides, parfois incompréhensibles de Martin vieillissant... En passant la main de son vivant, d'abord à Francis Carin, qui eut la lourde charge d'assumer la fin du Lefranc, ancré dans le présent - de la volonté-même de son créateur -, puis à André Taymans, J. Martin prit une sage décision. Ses histoires étaient illisibles, et même la séquentialité était mise à mal dans "L'Ultimatum", son dernier "Lefranc". Puis ce fut l'ère des expérimentations graphiques. Regric adopta un style tentant de se rapprocher de Bob de Moor, mais empreint de maladresses, sans vie - et Maury ne fit qu'une brève excursion dans le domaine du fantastique, qui n'était pas du tout dans l'esprit des aventures martiniennes. Cortegianni avait, de longue date, l'envie de faire un "Lefranc". Il eut l'excellente idée de chercher à imposer Christophe Alvès, un dessinateur discret, dont le précédent album, un reboot d'Harry Dickson en bande dessinée, pouvait laisser augurer du meilleur. On découvre dans cet album un dessinateur efficace, qui connaît son travail, n'hésite pas à surprendre par sa mise en page, conservant son style personnel tout en demeurant proche de l'esprit de la série. Il ne copie personne, ne cherche pas à prendre la place d'un Grand Ancien, mais... oeuvre pour la série. Le résultat est à la hauteur des espérances. Un début laisse présager une suite fantastique, mais le réalisme reprend le dessus. On pourra le regretter. C'est un choix éditorial. La couverture est peut-être le moins bon de cet excellent album. Les couleurs sont respectueuses de l'univers graphique de la série - dans ses meilleures années - et tout l'album, qui dépasse heureusement les 46 planches standard où Lefranc étouffait, se montre digne de figurer parmi les meilleurs épisodes de la série. Toutefois, il semble que l'éditeur continue de faire confiance, également à Regric, qui poursuit son travail de moine copiste sur la série, en parallèle, avec d'autres scénaristes. Le décevant "Cuba libre" ou l'album sur les clones de Staline n'étaient pas du niveau de "Noël noir", une véritable réussite, gâchée par une mésentente cordiale entre l'illustrateur et le scénariste. C'est cela qui manque à cette série : l'entente parfaite entre les auteurs, que l'on ressent à chacune des pages de "Mission Antarctique". Un livre à conseiller, donc. Pour les amoureux de la ligne claire, de l'aventure classique, et les fidèles de J. Martin que les précédents albums n'auront pas dégoûté à jamais des aventures de Lefranc...


La reconstitution : Livre 1, 1947-1980
La reconstitution : Livre 1, 1947-1980
par Chantal Montellier
Edition : Broché
Prix : EUR 32,00

5.0 étoiles sur 5 Un ouvrage indispensable, 9 février 2016
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : La reconstitution : Livre 1, 1947-1980 (Broché)
Pour comprendre le parcours de Chantal Montellier, artiste unique dans son genre, un retour en arrière était nécessaire. Cet état des lieux de son travail doit évidemment passer par son enfance, son apprentissage. C'est un album difficile autant que rare que nous avons là. Un ouvrage qui aurait gagné, je pense, à être publié en format roman, pour ne pas désarçonner le lecteur de bande dessinée - car ceci n'est pas (qu') une bande dessinée. Il était temps, en effet, alors que la Bande dessinée continue d'ignorer ou de feindre d'ignorer son Histoire, et les auteures qui l'ont faite et continue de la faire, de l'écrire, il était temps, que vienne cette reconstitution. J'ai appris cependant que l'éditeur n'envisageait pas la poursuite de ce projet, ce qui, si c'était vrai, est bien dommage. En effet, les années les plus intéressantes, pour l'amateur d'Histoire de la BD, auraient trouvé leur place dans le second volume, qui aurait couvert la période la plus active de l'artiste, en matière éditoriale. Ici, c'est surtout la fondation de la personnalité exceptionnelle de Ch. Montellier qui est présentée. Comme toujours, l'auteure étonne. Elle surprend, parfois, par le choix de certaines références, qu'on ne lui connaissait pas, par certains aveux. Cette "confession" est à lire. Elle marque l'Histoire de la Bande dessinée, mais, comme toujours, est ignorée, et, sans doute, mal vendue... Il faut espérer que Ch. Montellier poursuive cette reconstitution, étape nécessaire dans son parcours, qui est loin d'être achevé, et qui fait d'elle une artiste absolument unique dans le Neuvième art.


LES EXTRATERRESTRES DES ANDES pour la première fois des preuves archéologiques
LES EXTRATERRESTRES DES ANDES pour la première fois des preuves archéologiques
par Christine Dequerlor
Edition : Broché

2.0 étoiles sur 5 Décevant, 9 février 2016
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Un ouvrage décevant, car il ne peut se lire seul. Il vient en contrepoint, ou plutôt en illustration d'un ouvrage précédant de l'auteur, chez un éditeur plus connu. Etrangement, aucune argumentation ne vient accompagner les photographies, nombreuses, qui ne parlent pas d'elles-mêmes. Tirée par les cheveux, l'hypothèse de départ de l'auteur (qu'on l'envisage ou non comme sérieuse) n'est pas du tout étudiée, ni même développée. Des banalités, des renvois à d'autres ouvrages, un historique cent fois lu, bref, une immense déception. Il faut croire que les précédents ouvrages de l'auteur, qui avaient bénéficié d'un autre éditeur, et d'un public nécessairement plus large, ne suffisaient pas, puisque cet album a été publié. Mais il ne peut être lu sans les précédents. J'ignore s'ils en valent la peine, l'argumentation étant si faible - je suis désolé de l'écrire - qu'on n'a guère envie d'en savoir plus avec ces "preuves", qu'on nous présente comme définitives, alors qu'elles sont bien maigres.


Total Swarte
Total Swarte
par Joost Swarte
Edition : Relié
Prix : EUR 25,00

5.0 étoiles sur 5 La quasi intégrale du maître de la Ligne claire, 21 novembre 2015
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Total Swarte (Relié)
Tous les admirateurs des épigones d'Hergé connaissent Joost Swarte. Mais son oeuvre, traduite, reste difficile à trouver - ses ouvrages étant quasiment tous épuisés ou en voie de l'être. Denoël a pris l'initiative de rééditer l'intégrale (ou presque) de cet auteur rare, sous la houlette de l'excellent Jean-Luc Fromental, compagnon de route de nombreux auteurs de la Nouvelle Ligne claire franco-belge. Tout est donc à nouveau disponible, dans un petit format qu'on ne regrettera pas, tant le trait sûr et fin de Swarte ne souffre pas de diminution ou d'agrandissement, à l'instar de celui d'Hergé.
Les meilleures pages, les constructions les plus expérimentales, les planches les plus "underground" de ce graphiste de génie sont ainsi réunies, dans une édition impeccable, au papier épais, idéalement reliée. Un must-have pour tous les amateurs de belle illustration.


Les Rentiers de la gloire
Les Rentiers de la gloire
par Copeau
Edition : Broché
Prix : EUR 9,00

1 internaute sur 2 a trouvé ce commentaire utile :
1.0 étoiles sur 5 Un épigone de la collection Libertés, de Pauvert, 16 novembre 2015
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Les Rentiers de la gloire (Broché)
Les Belles-Lettres avaient naguère tenté de singer la collection Libertés, de Pauvert, avec des brûlots plus ou moins heureux dans la collection Iconoclastes. Muray avait pu alors y publier son "L'Empire du bien". Nous sommes aujourd'hui bien loin des textes de rééditions de Lysander Spooner, des pamphlets contre "La peste verte" ou des essais de Muray. Je m'attendais à beaucoup mieux de la part de l'éditeur qui publia naguère des inédits de Vialatte, les oeuvres de Michel Desgranges, et évidemment cette collection de libelles iconoclastes. Cette nouvelle collection de comporte que des textes écrits sous pseudonymes, ce qui ne lasse pas d'étonner. L'auteur, qui signe Copeau, réalise un tour de force : accumuler en un petit volume un ensemble d'analyses convenues; concernant le triste état de la politique et de ses pseudo serviteurs. La galerie de portraits tant vantée par l'éditeur n'est pas meilleure que celle de la fameuse Zoé Shépard, qui est d'ailleurs citée, tout comme Gaspard Koenig. L'auteur cite abondamment ses précurseurs. Un peu trop, d'ailleurs, pour étayer un état des lieux qui semble d'une évidence apodictiques. A force d'accumuler les lieux communs, on ne peut que s'interroger : ces prétendus libelles n'en sont pas vraiment. C'est du moins mon opinion. Les Belles-Lettres sont rentrées dans le rang, elles publieront en 2016 l'oeuvre intégrale de François Mitterrand - le même qui est gentiment vilipendé dans cet ouvrage. A force de grands écarts, concernant sa politique éditoriale contemporaine, l'éditeur perd son âme. Il ne publie pas de classiques contemporains, et on regrette d'avoir acheté ce volume qui est vraiment bien léger, et cache sa légèreté par son name-dropping, ses citations (souvent mille fois ressassées). Il cite même des auteurs de blogs, qui sont par ailleurs publiés dans la même collection, comme H16. C'est dire le niveau de la littérature et de la critique françaises contemporaines.
Remarque sur ce commentaire Remarque sur ce commentaire (1) | Permalien | Remarque la plus récente : Nov 19, 2015 9:36 PM CET


Roco Vargas - Intégrale T1 à T4
Roco Vargas - Intégrale T1 à T4
par Daniel Torres
Edition : Album
Prix : EUR 18,00

3 internautes sur 3 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Une réédition en forme de sauvetage, 20 septembre 2015
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Roco Vargas - Intégrale T1 à T4 (Album)
La politique des éditions Casterman semble devenue : se séparer de son fonds. Le stock est une erreur de trésorerie, apprend-on dans les écoles de commerce. Donc les stocks (ce que les bons éditeurs appellent le fonds, le catalogue) deviennent gênants. Un poids trop lourd à porter, des coûts, etc. C'est ainsi que cette intégrale, publiée par Casterman à la fin des années 1990, parfaitement réalisée (c'était encore l'époque du mensuel "A suivre") s'est retrouvée sauvée du pilon (d'après ce que j'ai compris) par Norma Editorial, éditeur historique de l'auteur, ici traduit en français, et maintenant par la Boîte à Bulles, vaillante petite maison indépendante, qui a été la seule à prendre le risque de publier le dernier album de Torres, un roman graphique sur la dépression, ma foi fort réussi. Plutôt que de laisser disparaître ce patrimoine inestimable de la Nouvelle Ligne Claire dans les pilons et autres solderies, Norma, suivie par La Boîte à Bulles, a "racheté" le fonds Torres de Casterman et Casterman-Norma, et le propose à nouveau aux lecteurs. Ce n'est donc pas une réédition de ces oeuvres fondamentales de la Ligne Claire et de la SF espagnole, mais bien une remise sur le marché des albums des années 90. Ceux-ci ont très bien vécu le passage du temps. Bien conservés, peut-être choisis et choyés par le nouvel éditeur, ils sont de nouveau disponibles, pour une somme bien inférieure à celle proposée naguère par l'éditeur historique de Torres en France. L'apposition de deux stickers, ceux de Norma et de La BaB, marque définitivement la rupture avec Casterman. C'est heureux. Un tel patrimoine ne devrait pas disparaître. La Boîte à Bulles fait ici oeuvre de préservation d'un patrimoine à sauver, et sert utilement la survivance de cette oeuvre qui reste à (re)découvrir. La science-fiction de Torres est un joyau. Son travail sur la Ligne Claire rappelle le travail, redevenu "tendance" d'un Serge Clerc, ou d'un Chaland. Ses références sont nombreuses. Il passe allègrement de l'humour au sérieux, propose des dystopies, des fantaisies... mais également de sérieux questionnements. Ses années 1980, ce XXe siècle alternatif, rappellent inévitablement celui de Ted Benoit dans ses rares aventures de Ray Banana.
Merci à ces deux éditeurs, donc, d'avoir permis au lectorat français de ne pas être privé des aventures de Roco Vargas, et plus largement, de l'oeuvre monumentale de Torres.


2957 femmes
2957 femmes
par Patrick Ledrappier
Edition : Broché

5.0 étoiles sur 5 Un roman philosophique, 10 juillet 2015
Ce commentaire fait référence à cette édition : 2957 femmes (Broché)
Qu'est devenu notre rapport à l'amour, au XXIe siècle ? L'auteur tente de répondre à cette question, sans passer par un essai, mais bien un roman. Cette oeuvre de fiction s'inspire de la réalité, mais ce n'est pas un témoignage, ni même un ensemble de leçons ou de conseils. Depuis l'éovlution de la conception de l'amour, amour courtois, puis vision romantique de l'amour, nous sommes passé à autre chose. Quelque chose d'indéfinissable. Que Serge Rivron a tenté de décrire dans "La chair". Que Michel Houellebecq n'est toujours pas parvenu à démontrer, tant sa vision clinique et désespérée du monde l'empêche de nous faire partager ce qu'il entrevoit. Patrick Ledrappier, lui, est capable de nous démontrer, par un récit enlevé, des (més)aventures en cavalcade, et des réflexions marquées par l'expérience et l'étude de nos contemporains, ce qu'il a vu et imagine des affres et des bonheurs de nos contemporains. Il nous tend un miroir, à peine déformant de notre pauvreté, de notre misère intime, ais aussi de nos possibilités, immenses, de séduire, pour retrouver l'autre, atteindre le point d'équilibre, vivre heureux. Rester vivant, aurait dit Houellebecq, en jouissant pleinement de la vie, pourrait continuer Ledrappier. Sans entrave, comme le dit Melman ? Pas si simple... mais le parallèle entre la vision du monde de Ch. Melman et l'homme sans gravité qui est au centre de ce roman n'est pas à exclure. Le chiffre de 2957 cache peut-être, en outre, un symbole, il est peut-être une des nombreuses clefs qui doivent ouvrir les nombreuses porte de ce roman à tiroirs. Bref, c'est un roman qui gagnerait à être davantage lu, cité, analysé. Il rejoint les quelques livres, comme "La chair" ou "Plateforme", qui tentent de décrire les raisons du coeur contemporain.


Page : 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6