Profil de Latour07 > Commentaires

Fiche d'identité

Contenu rédigé par Latour07
Classement des meilleurs critiques: 410
Votes utiles : 15910

Chez vous : découvrez nos services personnalisés en pages d'aide !

Commentaires écrits par
Latour07 (Paris, France)
(#1 CRITIQUE au Tableau d'HONNEUR)    (TOP 500 COMMENTATEURS)    (TESTEURS)   

Afficher :  
Page : 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11-20
pixel
Hexagone : Sur les routes de l'histoire de France
Hexagone : Sur les routes de l'histoire de France
par Lorant Deutsch
Edition : Broché
Prix : EUR 18,95

4.0 étoiles sur 5 Plaisante ballade historique sur les routes de France, 21 août 2014
Ce commentaire fait référence à cette édition : Hexagone : Sur les routes de l'histoire de France (Broché)
Loorant Deutsch est un passionné d'histoire. Son "Metronome", dont j'ai savouré la lecture dans ses deux versions, témoigne de cet engouement à aimer et faire aimer.

Des sombres "esprits" en 1989, à la faveur de la chute du mur de Berlin, décrétairent que l'Histoire était finie. Cette absurdité dont BHL se fit un héraut, que l'actualité de vie et heurts des peuples dément continuellement, à créé un vide. Le vide par le bruitage des mensonges d'une part, le vide par le défaut d'histoires d'autre part.

Lorant Deutsch comme Stéphane Bern, tous deux amis de la Nouvelle Action Royaliste (Bertrand Renouvin) défendent la légitimité du goût populaire pour l'Histoire de France. Ils poursuivent l'oeuvre de conteurs historiens de talent (critiquables, parfois, sur le plan de la rigueur de l'exposé scientifique de l'Histoire) tels qu'André Castelot ou Alain Decaux.

2.600 ans d'histoires sur les routes de notre pays. Fernand Braudel avait déjà bien explicité l'i€portance des voies routières et fluviales dans la construction de l'identité française. Sur le mode du promeneur, Lorant Deutsch nous fait vibrer par ses récits que pimentent les anecdotes et curiosités.


Napoléon et les Français
Napoléon et les Français
par Jean-Paul Bertaud
Edition : Broché
Prix : EUR 24,50

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
5.0 étoiles sur 5 Très belle étude historique des Français sous Napoléon, 11 août 2014
Ce commentaire fait référence à cette édition : Napoléon et les Français (Broché)
Commentaire d'un membre du Club des Testeurs Amazon (De quoi s'agit-il?)
Jean-Paul Bertaud, que je découvre à la faveur de cet ouvrage d'Histoire de France, est professeur émérite à la Sorbonne, auteur d'une vingtaine de livres sur la Révolution et l'Empire dont, précise l'éditeur, un distingué par le prix de l'Académie française et un autre par la Fondation Napoléon.
Bonaparte, le fils botté de la Révolution comme l'indiquait Léon Daudet, place dans le sort des armes sa légitimité au pouvoir. La guerre sans fin, à visée idéologique héritée de la Révolution, est consubstantielle à l'exercice de son pouvoir. Hors l'année 1802, la France ne connaîtra que l'état de guerre avec toute l'Europe pendant les 14 années de pouvoir de Bonaparte et près de 23 si on ajoute celles de la Révolution.
Napoléon est la père de la conscription. Il appellera plus de 2 millions de conscrits sous les drapeaux.
"Le bon fonctionnement de la conscription devient pour toute l'administration impériale une véritable "obsession" et les Français vivent dans la rumeur continuelle des gens en armes. (...)
A accumuler les victoires, à faire s'incliner les rois et les peuples et à croire entrer par son second mariage dans la famille royale de France, Napoléon est devenu un autocrate. Il n'écoute plus que les flatteries de ses courtisans et ne voit pas la montée en puissance de ses adversaires politiques, les royalistes qui recrutent dans tous les milieux et investissent les sphère du pouvoir local, de l'éducation, et des oeuvres caritatives".

Napoléon s'affirme en dictateur. Les délits d'opinion sont sévèrement punis de prison (les Bastilles fonctionnent à plein régime), les opposants déportés ou bien emmurés chez les fous.

Napoléon a besoin d'une troupe de fidèles dévoués qui remplacent l'ancienne aristocratie. La création des fonctions notables (brillante description de l'apparat qui va avec la fonction de préfet) et la noblesse d'Empire répondent à ce souci d'unification de la France. Le code civil, affirmant la primauté des droits de l'homme sur ceux de la femme (majeure sans pouvoir), traduit l'ordre bourgeois qui anime les affaires. La misère s'accroit. La santé publique, malgré de louables efforts dans l'hygiène des hôpitaux, n'étant que mal financée au détriment de l'effort constant de la guerre, progresse cependant : la durée de vie moyenne passe de 30 ans à 38 ans. Les progrès médicaux (la vaccination contre la petite vérole est appliquée au Roi de Rome), ainsi que les progrès industriels sont encouragés. C'est sous Napoléon que seront créées des école de médecine et de pharmacie pour qualifier les soins.

La misère ne disparaît pas avec Napoléon. Elle s'accroit. La sordide loi Le Chapelier héritée de la Révolution est maintenue. Elle a réussi à dissoudre les corporations qui protégeaient les ouvriers. Le capitalisme prend son essor en exploitant la main d'oeuvre infantile, maltraitant les femmes. La prostitution se développe.

L'ordre bourgeois s'étend. L'élite industrielle et terrienne se concentre, se reproduit, et barre l'accès aux fonctions élevées des Français issus de ce que l'on appellera plus tard, le prolétariat. La gloire des armes pour l'ascension sociale tient du mythe. Rares sont les généraux issus du rang. Sont privilégiés ceux ayant été suivi une formation dans une école militaire. L'auteur cite à raison le cas de Marbot dont la progression fut très lente, sortant des rangs (Mémoires du général baron de Marbot, Volume 1 et volume 2)

Napoléon, c'est aussi, sur pression des lobbies coloniaux (dont une représentante est son épouse Joséphine de Beauharnais) le retour en arrière sur l'esclavagisme pourtant aboli par la Révolution (Convention : 4 février 1794) qui faisait suite à un premier texte en faveur des gens de couleur porté par le Roi Louis XVI le 28 septembre 1791. C'est aussi une certaine défiance des Juifs marquant un pas en arrière par rapport à l'esprit du décret d'émancipation promu par le Roi Louis XVI le 13 novembre 1791.

Le portrait de la France est manifestement bien étudié. Le texte est d'écriture serrée. L'information y est riche. Il s'en dégage une image plus réaliste du génial aventurier que fut Napoléon, désolant sur le plan des frontières et de la richesse nationale (cf. Histoire de la restauration), mais fondateur d'un mythe qui défendra l'image de la Grande Nation.
Remarque sur ce commentaire Remarques sur ce commentaire (4) | Permalien | Remarque la plus récente : Aug 12, 2014 10:52 PM MEST


House of cards (BBC)
House of cards (BBC)
DVD ~ Ian Richardson
Prix : EUR 10,00

5.0 étoiles sur 5 Scénario glaçant, 11 août 2014
Ce commentaire fait référence à cette édition : House of cards (BBC) (DVD)
Manipuler en politique pour parvenir à ses fins doit être une seconde nature tout à fait accomplie chez le politicien chevronné. Savoir contre-manipuler exige l'abandon de toute sentimentalité.
Les deux saisons de "House of Cards" offrent une magistrale démonstration du jeu politicien, calculateur, froid, cynique bien entendu, hors du champ de ce que le commun appelle l'honneur. Fi de telles considérations bloquantes !
L'audace n'admet aucune limite.


J'ai donné la vie dans un camp de la mort
J'ai donné la vie dans un camp de la mort
par Madeleine Aylmer-Roubenne
Edition : Broché

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
5.0 étoiles sur 5 "Oui, l'amour est plus fort que la mort", Geneviève de Gaulle-Anthonioz, préface, 4 août 2014
Ce commentaire fait référence à cette édition : J'ai donné la vie dans un camp de la mort (Broché)
Madeleine est une jeune femme de 20 ans, quand, engagée dans la Résistance sur Paris, elle se marie avec un jeune homme également résistant. Elle est enceinte quand les deux sont arrêtés par la Gestapo puis déportés dans des convois séparés, après avoir été violentés, l'un à Buchenwald et l'autre, Madeleine, au camp de concentration allemand pour femmes de Ravensbrück le 15 août 1944 à quelques jours de la libération de Paris.

Madeleine décrit l'enfer concentrationnaire, persuadée qu'elle s'en sortira vivante avec l'enfant qu'elle porte en elle. Les pages, d'une grande sobriété, décrivent, cinquante ans après la libération le 23 avril 1945 via la Croix Rouge suédoise, la terreur, la violence, qui ne parviennent pas à mettre fin à l'amour, la solidarité de femmes pour l'accouchement (dans le silence obligé sous peine de tortures et de mort en cas de réveil de la doctoresse et de l'infirmière nazies) et, avec des moyens dérisoires, ce don de soi par le don du peu de nourriture qui délimite la frontière ténue de la vie et de la mort pour ces affamées et malades de dénutrition. Ainsi naquit et survécut Sylvie comme un autre enfant, Guy.

Geneviève de Gaulle - Anthonioz, qui préface ce très bel ouvrage, a connu Ravensbrück en tant que résistante déportée, expérience qu'elle décrivit dansLa traversée de la nuit. Je pense au témoignage d'une autre résistante déportée, Brigitte Friang dans Marche autant que tu pourras et tant d'autres ouvrages dont Si c'est un homme de Primo Levi.

Ce très beau témoignage grandit le lecteur. L'admirable sagesse de la maman et de sa fille nous apprend en effet sur le sens du combat pour la dignité, la liberté, la grandeur de l'Homme.


Dien Bien Phu Les médias et l'événement La Documentation française
Dien Bien Phu Les médias et l'événement La Documentation française
par Dalloz Jacques
Edition : Fournitures diverses

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
4.0 étoiles sur 5 Intéressante analyse de la presse de l'époque : mai 1954, 4 août 2014
Dien-Bien Phu : terrible bataille et défaite de l'élite de l'armée française. Ce qui devait fixer et détruire le principal des forces de Giap fut le point d'orgue de la présence française en Indochine, la création de deux zones, celle du Nord sous gouvernement communiste Ho Chi Minh et celle du Sud sous tutelle, rapidement, nord-américaine. Un scénario politique ressemblant à celui de la Corée se fit jour. La corruption du Sud, l'infiltration active des communistes, l'exaspération étrangère (après la colonisation française, la montée en puissance américaine) créèrent le chaos qui entrainera l'effondrement d'un régime qui ne sut recueillir l'assentiment populaire.
La France termina dans le sang son action politique en Asie.
La presse de l'époque, métropolitaine et somme toute, bien éloignée de ce conflit lointain, s'empare du sujet. La droite en fait un deuil national. L'Humanité, organe de presse du Parti Communiste sous la botte de l'URSS, applaudit à la libération du peuple et la fin d'une colonisation refusant la création d'une Communauté Européenne de la Défense qui traduirait, par la remilitarisation de l'Allemagne, le risque militariste qui en 70 ans avait envahi notre territoire (bon point d'analyse).
Les reproductions des "unes" des principaux journaux de 1954 de mars pendant la bataille), mai (fin des combats) et de juillet (cessez le feu) 1954 alimentent avec intérêt ce travail d'historien, publié à la Documentation Française en 1991 par Jacques Dalloz.

- L'Aurore, mercredi 24 mars 1954 "Les héroïques défenseurs de DIen-Bien-Phu écrivent un magnifique chapitre de l'histoire militaire française" (les cendres du général Bigeard devaient y être réparties à sa demande; elles le seront au mémorial de Fréjus, des soldats morts pour la Patrie en Indochine)
- Le Figaro, samedi 8 / dimanche 9 mai 1954 : "Après cinquante-cinq jours d'une résistance héroïque, le camp retranché de Dien-Bien-Phu est tombé hier"
- La Croix, lundi 10 mai 1954 "La chute de Dien-Bien-Phu cause une profonde émotion dans le monde" - les dernier moments de Dien-Bien-Phu "Ils sont à quelques mètres. Nous ne nous rendrons pas..." a déclaré le général de CAstries avant de détruire son poste émetteur.
- L'Aurore, samedi 8 / dimanche 9 mai 1954: "La France fière de ses héros / La chute de Dien-Bien-Phu dont les défenseurs (à bout de munitions) ont été submergés, DRAMATIQUEMENT accueillie dans le monde entier." Eisenhower : "Cette bataille restera à jamais un symbole de dévouement et de courage" - Churchill : "La longue et héroïque résistance de la forteresse est un exemple pour le monde libre".
- L'Humanité, mercredi 21 juillet 1954 "Après huit ans de lutte des peuples pour la paix, le CESSEZ-LE-FEU en Indochine SIGNE à Genève"
Remarque sur ce commentaire Remarque sur ce commentaire (1) | Permalien | Remarque la plus récente : Aug 8, 2014 12:20 PM MEST


Des hommes et des plantes.
Des hommes et des plantes.
par Maurice Mességué
Edition : Poche

5.0 étoiles sur 5 Passionnante aventure humaine, 3 août 2014
Ce commentaire fait référence à cette édition : Des hommes et des plantes. (Poche)
Maurice Mességué est un enfant du Gers né en 1921. Son père lui apprit l'amour des plantes, leurs facultés de guérison. Tôt orphelin, l'auteur décrit que la passion des plantes et herbes naturelles, frustrée par la vie de collège urbain, fut un lien qui se renforça du souvenir de son père. La Résistance le trouva naturellement en refus du STO en 1944 (il participera à la libération de la poche de Royan). Sans diplôme, mais aventurier de l'humain, aimant trop l'Autre pour ne pas vouloir le guérir, Maurice Mességué part à Nice rejoindre un médecin obligé de ses parents. La greffe a du mal à prendre malgré l'enthousiasme jamais démenti du guérisseur. Et puis les cas désespérés soignés apportent leur lot de reconnaissance et de publicité naturelle - le bouche-à-oreille étant vraiment efficace. Parmi tous ses malades, prescrits parfois par les médecins à court de traitement, des personnalités émergent : Misstinguette, Edouard Herriot, Winston Churchill, Pierre Clostermann, des champions cyclistes, un braqueur de banque ennemi public, ...
Les rencontres ne sont jamais fades. Elles surprennent par l'intensité émotive proportionnelle au désespoir qui contraint ces malades à demander une aide, bien souvent, en dernier ressort.

Toujours désireux de porter assistance, guérir, Mességué refuse catégoriquement de se substituer au médecin. La "médecine libre" dont il conquiert à force de procès (vingt et un) à revendiquer l'exercice, doit être purgée des charlatans qui utilisent la détresse humaine pour s'enrichir, manipuler le malade, et lui interdire toute guérison médicale.

"Des hommes et des plantes", récit autobiographique édité en 1970, est savoureux dans le récit, le style direct et naïf, la profondeur humaine de son auteur, sa recherche perpétuelle du bien-être de nos esprits et corps.
Remarque sur ce commentaire Remarque sur ce commentaire (1) | Permalien | Remarque la plus récente : Aug 8, 2014 11:01 AM MEST


Opération bagration la revanche de Staline (été 1944)
Opération bagration la revanche de Staline (été 1944)
par Jean Lopez
Edition : Broché
Prix : EUR 29,00

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
5.0 étoiles sur 5 Bagration : la fulgurante victoire soviétique, 2 août 2014
Ce commentaire fait référence à cette édition : Opération bagration la revanche de Staline (été 1944) (Broché)
En moins de trois mois, fin juin - août 1944, l'armée rouge va démolir le front de l'Est sur 600 km de profondeur, pour se rapprocher de Varsovie, de la frontière avec la Prusse. Avec 28 divisions détruites, le Reich encaisse la plus lourde défaite de toute l'histoire militaire allemande. 400.000 hommes disparaissent : tués, prisonniers, blessés, soit près de deux fois plus qu'à Stalingrad. Bagration est un chef d'œuvre de supériorité stratégique et tactique soviétique sur l'Allemand. Pour la première fois, les Soviétiques ne lanceront pas leurs chars suivis de l'infanterie pour prendre possession des territoires. Cette stratégie, bien trop coûteuse en hommes, est revue en profondeur notamment par le maréchal Joukov et l'élite de la Stavka présidée par Staline. Une longue préparation de l'attaque sur plusieurs points du front tenu par le Groupe d'Armée Centre, une magistrale campagne d'intox, une superbe organisation entre armée aérienne, troupes au sol, artillerie, la combinaison jusqu'au niveau du régiment de plusieurs armes agissant de concert vont littéralement subjuguer l'ennemi.
Jean Lopez, historien spécialiste de la seconde guerre mondiale et plus précisément de la guerre germano-soviétique, nous livre un remarquable ouvrage de stratégie militaire, permettant une compréhension novatrice de cette bataille totalement ignorée des Occidentaux.

Pourtant Bagration répondait à un objectif concerté avec les Etats-Unis et la Grande Bretagne d'attaque simultanée avec le Débarquement "opération Overlord". Cette double attaque sur les fronts ouest et est a en effet gravement perturbé l'affectation des réserves de la Wehrmacht.

La force mécanique n'explique pas tout. La stratégie est maîtresse si en outre les chefs savent se comporter comme tels. Aussi l'arrivée de l'hitlérien Model à la tête du Groupe d'Armée Centre va rétablir la situation et empêcher que cette lourde défaite ne devienne un désastre total pour les Allemands. L'obstination de Hitler à conserver les territoires baltes va contribuer à cette défaite des armes allemandes.

L'attentant contre Hitler en juillet 1944 et l'insurrection de Varsovie sont directement liés à Bagration.
Hitler pensait sans doute possible cet été 1944, en conservant la poche de la Baltique (Groupe d'Armée Nord) pouvoir négocier une paix séparée avec Staline en s'en servant de monnaie d'échange. Quant aux conspirateurs officiers supérieurs et généraux, appartenant pour certains d'entre eux, à une minorité d'officiers non hitlériens (différence avec les nazis) de la Wehrmacht, c'est évidemment la peur de l'invasion de la Prusse qui les a précipités à tenter l'assassinat du Führer pour obtenir, en cas de réussite, une alliance avec les Occidentaux. L'échec de l'attentat produira le resserrement du Peuple allemand autour de son guide.
Quant à Varsovie les historiens débattent encore de savoir si Staline a fait exprès de laisser mourir le soulèvement populaire par les nazis. Jean Lopez expose avec clarté les points d'accord entre historiens et permet une vision plus claire de son combat politique.

L'auteur démontre que Bagration est le premier vrai combat de la Guerre froide, affirmant l'autorité de Staline sur les pays limitrophes à la Russie, pour éviter notamment que ces derniers ne puissent devenir des bases de départ de nouvelles attaques militaires. Chaque bloc constitue sa zone d'influence. De Gaulle, dans le tome 3 de Mémoires de guerre / Tome 3 : Le salut : 1944-1946 précisera, de sa rencontre en décembre 1944 avec Staline à Moscou, que ce dernier n'avait pas apprécié que l'occupation de l'Italie fut découpée entre alliés occidentaux, sans même en référer à l'allié soviétique.

La lecture de "Opération Bagration" est palpitante et illustre, s'il en était besoin encore, la pertinence de l'Appel du 18 Juin de De Gaulle dont je reprends un extrait :

"(...) Certes, nous avons été, nous sommes, submergés par la force mécanique, terrestre et aérienne, de l'ennemi.

Infiniment plus que leur nombre, ce sont les chars, les avions, la tactique des Allemands qui nous font reculer. Ce sont les chars, les avions, la tactique des Allemands qui ont surpris nos chefs au point de les amener là où ils en sont aujourd'hui.

Mais le dernier mot est-il dit ? L'espérance doit-elle disparaître ? La défaite est-elle définitive ? Non !

Croyez-moi, moi qui vous parle en connaissance de cause et vous dis que rien n'est perdu pour la France. Les mêmes moyens qui nous ont vaincus peuvent faire venir un jour la victoire. (...)"

C'est aussi la découverte du premier camp d'extermination de Maidanek qui va choquer profondément l'armée soviétique et renforcer sa détermination à n'octroyer aucun quartier au barbare germanique. L'auteur souligne avec intérêt que l'Occident n'a pas voulu diffuser cette information capitale, perturbant, par le doute installé via le silence épais, pour des années la compréhension de la Shoah.

Cet ouvrage rend plus sensible l'actualité en nous permettant d'apprécier avec force l'alliance franco-russe.
Remarque sur ce commentaire Remarque sur ce commentaire (1) | Permalien | Remarque la plus récente : Aug 8, 2014 11:30 AM MEST


Mémoires de guerre / Tome 3 : Le salut : 1944-1946
Mémoires de guerre / Tome 3 : Le salut : 1944-1946
par Charles de Gaulle
Edition : Poche
Prix : EUR 8,10

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
5.0 étoiles sur 5 Indispensable lecture politique, 2 août 2014
Ce commentaire fait référence à cette édition : Mémoires de guerre / Tome 3 : Le salut : 1944-1946 (Poche)
Le tome 3 des mémoires de guerre du Général de Gaulle s'impose en lecture pour tout citoyen désireux d'approfondir ses recherches actuelles sur la destinée de la France, le quoi de la France, sa mission, son originalité, la grandeur de son Peuple dans l'Histoire des Nations. Le sujet est donc bien d'autant plus sensible qu'une pléiade de demeurés ont chanté, depuis l'effondrement du mur de Berlin fin 1989, que la fin de l'Histoire s'imposait du fait de la fin des Nations. Erreur grave flanquée d'un orgueil enflé par l'incurié d'une inculture béante.

Ces mémoires du Général de Gaulle retracent le périple de l'identification du destin d'un homme à celui de notre Nation.
Seconde partie de la guerre de 30 ans - comme l'avait écrit de manière prémonitoire l'historien royaliste Jacques Bainville début 1915 La guerre démocratique et le reprit De Gaulle- cette seconde guerre mondiale avait surpris précisément les Etats-Unis sur la rapidité de l'effondrement de nos armées en mai-juin 1940, puis l'instauration d'un régime fantoche, se plaçant volontairement sous la botte de l'occupant allemand, le pillage éhonté de nos richesses nationales, la guerre à la liberté, l'interdiction de brandir les couleurs nationales, de fêter les Fêtes nationales etc. avaient fini de reléguer notre Nation au ban des pays avec lesquels l'avenir allait se créer. De Gaulle lutta contre cette vision fausse du destin de notre Nation, contre l'ennemi commun, contre la majorité des oligarques vichysites, contre aussi, trop souvent nos Alliés, qui usaient jusqu'à la corde de l'argument erroné et sentant la mauvaise foi de l'absence de légitimité populaire, démocratique, de De Gaulle. Roosevelt n'avait-il pas rien fait ni même laissé la moindre intention d'intervenir dans le conflit en juin 1940 quand les autorités françaises le lui demandaient ? n'avait-il pas tenu ambassade à Vichy ? puis reconnu le numéro 2 du régime de collaboration comme représentant légal de la France fin 1942 à Alger en la personne de l'Amiral Darlan ? etc. malgré la fédération des résistances sous la direction de Jean Moulin, la création d'une assemblée consultative à Alger ? la délivrance de la Corse en 1943 ? la brillance de nos armes en Italie (Juin) ? puis le rôle déterminant de la France dans le second débarquement du 15 août en Provence et la conquête fulgurante de notre territoire (De Lattre) ? la libération de Paris essentiellement par les troupes françaises (2ème DB de Leclerc) etc. ?

De Gaulle ne cesse de défendre la France, la légitimité de son action auprès de nos alliés, dans la lutte commune contre l'Allemand. Après la percée de Falaise, les Alliés mettront moins de temps que les Allemands en 1940 pour les repousser aux frontières de notre Nation.

N'oublions pas l'héroïque détermination de De Gaulle dans l'appel du 18 juin 1940 :

"(...) Certes, nous avons été, nous sommes, submergés par la force mécanique, terrestre et aérienne, de l'ennemi.

Infiniment plus que leur nombre, ce sont les chars, les avions, la tactique des Allemands qui nous font reculer. Ce sont les chars, les avions, la tactique des Allemands qui ont surpris nos chefs au point de les amener là où ils en sont aujourd'hui.

Mais le dernier mot est-il dit ? L'espérance doit-elle disparaître ? La défaite est-elle définitive ? Non !

Croyez-moi, moi qui vous parle en connaissance de cause et vous dis que rien n'est perdu pour la France. Les mêmes moyens qui nous ont vaincus peuvent faire venir un jour la victoire. (...)"

La France, écartée de Téhéran, de Yalta, entend montrer qu'elle renoue avec sa tradition de créer des alliances avec d'autres nations, dont en décembre 1944, avec l'URSS du maréchal Staline.
La France se fait entendre : aucune paix ne peut se traiter sans que la France ne joue un rôle majeur.
La France devra occuper, avec ses Alliés, des territoires allemands.
Il est nécessaire de protéger nos frontières envahies à trois reprises dans une vie d'homme par l'Allemand (1870, 1914, 1940).

De Gaulle parvient, avec ses proches collaborateurs, à faire entendre la voix de la France. Quel souffle ! Quelle détermination !

Cette lecture démontre que des hommes et femmes politiques déterminés peuvent redonner vie à la politique de notre Nation ce qui est aux antipodes de ce que nous subissons depuis bonne vingtaine d'années.

Ces mémoires, publiées en 1959, appellent au retour de De Gaulle au pouvoir et à la création d'une République qui ne soit plus soumise aux aléas d'alliances conjoncturelles de l'Assemblée nationale, cause première de l'effondrement de notre Nation dans l'entre-deux-guerres et de sa quasi disparition avec l'avènement de Vichy. C'est faute d'avoir pu insuffler une nouvelle direction qui sera celle qui sera acceptée en préalable à son retour au Pouvoir, par la constitution de la Vème République, que De Gaulle, en 1946, offre sa démission.


Ces décideurs qui méditent et s'engagent - Un pont entre sagesse et business
Ces décideurs qui méditent et s'engagent - Un pont entre sagesse et business
par Sébastien Henry
Edition : Broché
Prix : EUR 22,00

Aucun internaute (sur 1) n'a trouvé ce commentaire utile :
5.0 étoiles sur 5 Méditation et affaires font bon ménage contrairement aux a priori, 24 juillet 2014
Commentaire d'un membre du Club des Testeurs Amazon (De quoi s'agit-il?)
Ouvrage en cours de lecture. L'auteur, sensible à la philosophie et à la psychologie de formation a su allier celle de l'apprentissage des affaires à l'ESSEC dans son entrepreneuriat en Chine. Il sait écouter et expliquer.
La sérénité est essentielle dans la conduite des affaires car le lien humain est fondamental. Comment appréhender les affaires avec une intelligence relationnelle nulle ou perturbée par le tropisme du Moi érigé en icône intouchable ? Pas possible.
Je reviendrai à l'issue de la lecture (terminée) de cet ouvrage pour compléter mon avis.
Remarque sur ce commentaire Remarques sur ce commentaire (2) | Permalien | Remarque la plus récente : Aug 20, 2014 11:44 AM MEST


1914. Une année qui a fait basculer le monde: Essai d'histoire globale
1914. Une année qui a fait basculer le monde: Essai d'histoire globale
par Rémy Porte
Edition : Broché
Prix : EUR 24,90

2 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile 
2.0 étoiles sur 5 Les limites de l'histoire événementielle, 20 juillet 2014
Ce commentaire fait référence à cette édition : 1914. Une année qui a fait basculer le monde: Essai d'histoire globale (Broché)
Commentaire d'un membre du Club des Testeurs Amazon (De quoi s'agit-il?)
Rémi Porte est présenté par l'éditeur comme étant un officier historien intéressé par la première guerre mondiale. Le soucis de justesse anime manifestement l'auteur qui détaille au scalpel le déroulé des événements de l'année 1914. A défaut de prendre de la hauteur et de mesurer tout particulièrement le militarisme prussien, l'auteur commet de graves contresens. Ecrire à plusieurs reprises que les élites allemandes, dirigeantes, ne furent pas du tout responsables du déclenchement de la guerre (je parle des élites et non du Peuple) est faux, mensonger et participe à une action de démolition du sens historique.
Rémi Porte serait bien avisé de lire Les Conséquences politiques de la paix de Jacques Bainville qu'il ne cite évidemment pas du tout dans son ouvrage, malgré quelques références éditorialistes à l'Action Française.
L'intéressante lecture dans le détail ne suffit pas à défendre l'ouvrage.
Un bon mot toutefois cité par l'auteur sur l'impayable Aristide Briand, l'une des "lumières" pacifistes endiablées :

« Ce que je sais bien, c'est que les Allemands ne nous déclareront pas la guerre. Ce ne sont pas des idiots. Ils ne sont pas fous. Je vous le dis, ils ne feront pas la guerre. »
-Aristide Briand, ministre de la justice, le 31 juillet 1914.
Remarque sur ce commentaire Remarque sur ce commentaire (1) | Permalien | Remarque la plus récente : Jul 20, 2014 9:43 PM MEST


Page : 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11-20