Profil de Jerome BERTRAND > Commentaires

Fiche d'identité

Contenu rédigé par Jerome BERTRAND
Classement des meilleurs critiques: 17.918
Votes utiles : 53

Chez vous : découvrez nos services personnalisés en pages d'aide !

Commentaires écrits par
Jerome BERTRAND

Afficher :  
Page : 1
pixel
La Grande Aventure Lego - Blu-ray 3D + Blu-Ray + DVD + DIGITAL Ultraviolet
La Grande Aventure Lego - Blu-ray 3D + Blu-Ray + DVD + DIGITAL Ultraviolet
DVD ~ Arnaud Ducret
Prix : EUR 27,99

Aucun internaute (sur 2) n'a trouvé ce commentaire utile :
5.0 étoiles sur 5 Un Blue Ray Nécessaire, 18 juin 2014
Quel film écrirait le Tom Hanks de Big ? Comment mettre sur bobine toutes ces aventures fantasticoromanofuturistes qui se jouent chaque jour dans les chambres des enfants ? Avec "La Reine des Neiges", "LEGO LA GRANDE AVENTURE" est sans doute LA grande réussite du film d'animation 2013 mais si le premier peut s'apprécier dès la première séance, sur petit ou grand écran, le second nécessite quant à lui plus d'un visionnage. Bourré de références, de gags et de clins d'oeil en premier, second, troisième et quatrième plans, ce grand n'importe quoi nous en met à chaque minute plein les mirettes et les neurones. Tous les enfants reconnaitront le scénario qui est le leur et tous les parents se souviendront qu'ils ont un jour été eux aussi des enfants. Alors bien sûr il y a l'histoire factice, prétexte à tous les écarts, qui fait trainer le film dans sa dernière demi-heure et, surtout, il y a cette fichue fin qui ressemble à s'y méprendre à l'un de ces messages consuméristes que le film ne cesse pourtant de critiquer mais au final il y a un bon divertissement pour tous les âges et tous les degrés. C'est un peu ce que faisait PIXAR avant que son président ne devienne celui de Disney. Et pour les amateurs de VO, il y a du lourd. Et c'est déjà mieux que bien. Gros regret : dommage que le coffret collector soit réservé aux US.


Pompéi - Combo Blu-ray 3D + Blu-ray 2D
Pompéi - Combo Blu-ray 3D + Blu-ray 2D
DVD ~ Kit Harington
Prix : EUR 22,99

19 internautes sur 26 ont trouvé ce commentaire utile 
2.0 étoiles sur 5 La Furia del Volcano nullos., 31 mai 2014
Ce commentaire fait référence à cette édition : Pompéi - Combo Blu-ray 3D + Blu-ray 2D (Blu-ray)
Non, ce film n'est pas l'adaptation du Best Seller éponyme de Robert Harris et oui ce film est réalisé par le producteur et réalisateur des "Trois mousquetaires sur des bateaux qui volent", de "des voitures dans la prison", des "Zombies dans la ville Oune Dos Tres, quatros et cinquetos", de "Terminator contras Predators" et de "Soldier" avec Kurt Russel... La filmographie du Monsieur vaut finalement toutes les critiques. Comme d'habitude donc, pas de réalisation, pas de scénario ni de montage digne de ce nom. En revanche, des acteurs sans talent ni conviction déclamant en slip de peau et robes en coton des dialogues dignes d'Hawaï FO saisons un à quatre, des vieilles gloires désabusées cachetonnant sans honte et des tonneaux d'effets spéciaux bidons en images de synthèse bien criardes. De fait, pour apprécier ce film, il faut impérativement le regarder en version italienne. Là, en langue 100% péplum, il révèle toute sa dimension comique. Lorsqu'arrive le générique final, après moult rires et sourires, on arrive tous à une seule et même conclusion : pour son premier passage sur grand écran, la star de GOT aurait pu trouver mieux. Vraiment mieux. Aller, deux étoiles pour son slip d'arène et pour la pauvre Trinity, bien seuls au milieu de ce ratage.


The Amazing Spider-Man 2 : le destin d'un Héros - Blu-ray 3D + Blu-ray + DVD - Coffret collector tête d'Electro  - Edition limitée exclusive Amazon.fr
The Amazing Spider-Man 2 : le destin d'un Héros - Blu-ray 3D + Blu-ray + DVD - Coffret collector tête d'Electro - Edition limitée exclusive Amazon.fr
DVD ~ Andrew Garfield
Prix : EUR 100,32

10 internautes sur 27 ont trouvé ce commentaire utile 
1.0 étoiles sur 5 Super nanar, Spider Plantage., 28 mai 2014
Avec le presque sans faute des Studios Marvel (ah, Iron Man 2), on avait oublié combien il était facile de planter un film de super-héros. Certes avec son apathique Dark Knight Rises, son ridicule Green Lantern et son prétentieux Man Of Steel, DC nous avait rappelé qu'il y a Studio et studio. Mais avec Disney qui nous en mettait plein les mirettes et la Fox qui nous servaient des plats mutants assez copieux (à défaut d'être succulents), on avait cru durant ces six ou sept dernières années que les héros Marvel étaient tous invincibles. Même le Spider-Man nouvelle formule de Sony, bien qu'inutile après la trilogie Raimi, était assez bon. The Amazing Spider-Man 2 nous rappelle aujourd'hui brutalement à la dure réalité. Et c'est soudain l'ombre du Bruce Wayne / George Clooney / Val Kilmer qui plane sur Manhattan. Destiné exclusivement à un public pré-pubère en manque d'Harry Potter, le second opus n'a plus rien d'amazing. Face à un Peter Parker sans le moindre charisme qui balade son brushing bieberesque dans les couloirs du métro de la grosse pomme à la recherche du laboratoire secret de son papa, un Jamie Fox en roue libre surjoue un Electro crétin sans aucune dimension. Pour pallier le manque d'épaisseur de Monsieur l'EDF et l'absence pesante de scénario, Sony nous balance le Bouffon, le Rhino et les exo-squelettes du Vautour et d'Octopus. Rien que çà. Et en moins de quinze minutes chrono avant le générique final. Ponctué par des combats ratés ressemblant à s'y méprendre à de mauvais dessins animés de fin matinée, le film a pour unique objectif de nous conduire au second évènement pivot de la saga de l'homme araignée. Après le décès de l'oncle, c'est au tour de Gwen de s'y coller. Ou plus exactement de s'y décoller. Plus adaptation Bibliothèque rose très pâle d'un roman Arlequin que film de super héros, cette longue bobine indigeste nous explique durant deux très longues heures que Peter aime Gwen et que Gwen aime Peter mais que Peter peut pas aimer Gwen car le père de Gwen aimait pas Peter et que Gwen doit de toutes les manières partir à Londres mais qu'elle aimera toujours Peter malgré l'océan qui jamais ne pourra noyer l'amour que Peter porte à Gwen et l'amour que Gwen porte à Peter même si Gwen a décidé de partir loin de Peter. Bête à pleurer (ou à rire aux larmes), l'histoire (qui n'a pas besoin de cela) est plombée par l'histoire parallèle du papa de Peter qui était chercheur mais avait des principes et surtout qui aimait son fils Peter qui, rappelons-le aime Gwen qui... Heureusement, après cent vingt et quelques minutes de souffrances, on est enfin libéré de Gwen qui aimait Peter. Manque de chance, on en prend pour dix minutes de rabiot de Peter qui aimait Gwen qui est morte car elle aimait trop Peter et a donc voulu rester plutôt que de partir... Si c'est un vrai navet Marvel qui vous tente, rabattez-vous plutôt sur le second opus de Nic Cage et sa moumoute en flammes. C'est nul, même très nul, mais au moins c'est drôle.
Remarque sur ce commentaire Remarques sur ce commentaire (7) | Permalien | Remarque la plus récente : Jun 17, 2014 5:32 PM MEST


Homefront [Blu-ray]
Homefront [Blu-ray]
DVD ~ Jason Statham
Prix : EUR 22,98

4 internautes sur 5 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Sans palme ni haine., 26 mai 2014
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Homefront [Blu-ray] (Blu-ray)
Scénario : Sylvester Stallone. Rôle titre : Jason Statham. Il est des films qui annoncent la couleur sans tambour ni trompette en moins de mots que la préface du dernier Oui Oui. Ici, tout est dit en deux patronymes. S'attendre à un remake US du dernier opus des frères Dardenne serait une erreur. Même s'il y a des membres endommagés et une relation père/fils (fille) tendue que viennent compliquer les évènements, la chose n'est pas non plus la version anglophone de "De rouille et d'Os" d'Audiard. Efficace, simpliste sans jamais être simplet, ce film tient d'autant mieux la distance qu'il est réalisé par l'un de ces "faiseurs" hollywoodiens sans réel talent mais bourrés de compétences. Le montage est sans reproche, la photographie des Bayous assez esthétique et la direction d'acteurs sans faille. James Franco, bien mieux dirigé que dans le "Green Hornet" (certes plutôt parodique), offre sans grimace un méchant assez crédible même s'il paraît parfois un peu "fin" face au héros. Sérieux, Statham développe quant à lui autant d'expressions faciales que le Clint Eastwood de la belle époque de l'Inspecteur Harry, soit deux : une semi gentille et une semi méchante. En laissant parler son fusil (et ses pieds et poings) plus que ses lèvres, il nous livre l'un de ses meilleurs films après Blitz ou le Flingueur. Le tout pour une très très très honnête série B sans surprise mais sans ennui. Bref, du bon à consommer avec l'habituel pot de Pop Corn bien beurré.


Cartel - 2 Blu-ray + DHD UV (Édition Limitée : inclus la version longue non censurée en version originale sous-titrée)
Cartel - 2 Blu-ray + DHD UV (Édition Limitée : inclus la version longue non censurée en version originale sous-titrée)
DVD ~ Michael Fassbender
Prix : EUR 14,99

11 internautes sur 14 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Le dernier film de Tony Scott... réalisé par Ridley., 24 mars 2014
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Oubliez la version (relativement) courte qui fut lynchée lors de sa sortie cinéma et reportez-vous sur la version (très) longue présentée grâce au Blue Ray. Certes lent, même très lent parfois, le film est d'une beauté et d'une intelligence rare. Sans doute marqué par le suicide de son frère, Ridley Scott prend tout son temps pour nous livrer une bobine parfaite d'une noirceur totale et d'un pessimisme infini. Sans doute Tony Scott y aurait mis plus de cynisme, de punch lines et d'action mais Ridley Scott n'est pas son frère. Lui préfère privilégier la beauté esthétique et la sobriété des acteurs avec tout autant d'efficacité. Amateurs de pétarades, de courses poursuites et de montage à la Michael Bay, passez votre chemin. Message d'adieu d'un réalisateur à un autre, le discours du chef du Cartel est une oraison funèbre qui prend aux tripes, tout comme l'ensemble du film.
Remarque sur ce commentaire Remarques sur ce commentaire (2) | Permalien | Remarque la plus récente : Jun 2, 2014 6:55 PM MEST


La chute de la Maison Blanche [Blu-ray]
La chute de la Maison Blanche [Blu-ray]
DVD ~ Gerard Butler
Proposé par Neobang
Prix : EUR 14,90

9 internautes sur 14 ont trouvé ce commentaire utile 
3.0 étoiles sur 5 Deux Maisons Blanches, une seule survivra..., 6 juillet 2013
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : La chute de la Maison Blanche [Blu-ray] (Blu-ray)
2013 est l'année des prises d'otages à la Maison Blanche. "La Chute de La Maison Blanche" ouvre le bal avant le nouvel effort pyrotechnique de Roland Emmerich, "White House Down".
Si l'allemand est un habitué du dynamitage de Washington après 2012 et Independence Day, le réalisateur de "La Chute...", Antoine Fuqua, si novice soit-il en cette matière, n'est pas un bras cassé en matière de films et de scènes d'action. Tout comme "White House Down", "La Chute..." est un plagiat assumé de "Die Hard", le premier du nom évidemment et non les calamiteux 2, 4 ou 5. La formule est simple, 1 lieu inaccessible + 1 gentil modestement équipé + x méchants très armés + y otages. Personne ne rentre mais tout le monde veut sortir. Vivant de préférence. Malgré un budget visiblement plus limité que le film de son concurrent, Antoine Fuqua s'en sort avec les honneurs en compensant l'absence d'images de synthèse (qui ont d'ailleurs tué John Mc Clane dès son second opus) par des cascades et des explosions classiques qui s'enchainent sans trop laisser les neurones du spectateur chauffer. Il est épaulé par d'excellents acteurs qui jouent avec sérieux sans paraitre s'attarder sur les habituelles incohérences de ce type de films. C'est sans doute ce qui différencie au final "La Chute..." de "White House Down" : le sérieux. Alors que Fuqua ne s'éloigne jamais vraiment du premier degré, Emmerich s'éclate et ne s'embarrasse d'aucun degré. Son film est un divertissement pur qui s'approche souvent de l'humour décalé du premier "Die Hard". "La Chute.." lui, divertit mais ne fait guère sourire. Mais est-ce vraiment ce que l'on cherche ?


Page : 1