undrgrnd Cliquez ici Livres Fête des Mères nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici Cliquez ici Acheter Fire Acheter Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo Fête des Mères
Profil de Oskorei > Commentaires

Fiche d'identité

Contenu rédigé par Oskorei
Classement des meilleurs critiques: 5.399
Votes utiles : 57

Chez vous : découvrez nos services personnalisés en pages d'aide !

Commentaires écrits par
Oskorei

Afficher :  
Page : 1 | 2
pixel
Frontschwein
Frontschwein
Prix : EUR 10,14

5.0 étoiles sur 5 Retrouvailles confirmées !, 6 avril 2016
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Frontschwein (CD)
Depuis une dizaine d'années, j'avais fini par délaisser peu à peu Marduk. Les deux albums qui avaient suivi le très bon PlagueAngel ne m'avaient pas vraiment marqué. La découverte tardive de "Serpent Sermont" a été une excellente surprise. Je me suis alors jeté sur "Frontschwein"... Très bonne surprise à nouveau ! Outre les morceaux hyper rapides et violents que Marduk a toujours très bien maîtrisés, les titres plus lourds (Nebelwerfer, 503) sont très convaincants, ce qui n'était pas toujours le cas auparavant.

Dans ma chronique de "Serpent Sermont", je me demandais si la magie Marduk fonctionnerait à nouveau avec moi ? La réponse est incontestablement "OUI" !!!

La preuve ? J'ai écouté le CD lors d'un déplacement en voiture pour me rendre à une réunion professionnelle. Vous savez, l'un de ces grands moments du boulot où on s'emmerde à 100 sous de l'heure. La réunion n'avait pas commencé depuis 5 minutes que déjà, sans doute pour tromper mon ennui profond, la rythmique entêtante de "Between the Wolf-Packs" m'est revenue à l'esprit... Je me suis imaginé alors bondir sur la table, dégoupiller une "Stielhandgranate 24" et la balancer au beau milieu de tous mes interlocuteurs et hurlant "Death to peace !"

Il y a des signes qui ne trompent pas...


Serpent Sermon - Edition Limitée
Serpent Sermon - Edition Limitée
Proposé par RAREWAVES-FR
Prix : EUR 12,87

5.0 étoiles sur 5 Retrouvailles..., 6 avril 2016
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Serpent Sermon - Edition Limitée (CD)
Le meilleur album depuis PlagueAngel. Très bonne surprise pour moi car les deux précédents albums m'avaient peu marqué. Je vais essayé de leur donner une nouvelle chance... En tout cas, bonne surprise de la part de ce groupe que j'ai tant adoré (Heaven shall burn, Panzerdivision,...) mais que j'avais fini par délaisser peu à peu. La magie (noire forcément...) Marduk fonctionnerait-elle à nouveau avec moi ? Affaire à suivre.


Le bore-out syndrom : quand l'ennui au travail rend fou
Le bore-out syndrom : quand l'ennui au travail rend fou
par Christian Bourion
Edition : Broché
Prix : EUR 17,00

Aucun internaute (sur 1) n'a trouvé ce commentaire utile :
3.0 étoiles sur 5 Intéressant mais..., 6 avril 2016
Ce commentaire fait référence à cette édition : Le bore-out syndrom : quand l'ennui au travail rend fou (Broché)
Le livre est intéressant même si, après lecture, il ne correspondait pas à mes attentes. Je pensais que le sujet de l'ennui au travail serait traité de manière plus large. En fait, le livre n'aborde l'ennui au travail que dans le cadre de la sous-activité et de l'inactivité. J'avoue être surpris par l'empleur de ce phénomène tel qu'il est décrit dans ce livre et ce tant dans le public que dans le privé. On remarquera avec intérêt que les salariés du tertiaire forment les gros bataillons des victimes du bore-out...

En revanche, l'ennui au travail par manque d'intérêt pour les tâches effectuées y compris avec un niveau d'activité normal ou élevé (qui m'intéresse beaucoup, allez savoir pourquoi...) est évacué en deux pages (une petite référence aux Bullshit job de Graeber). Dommage... Livre instructif pour moi malgré tout.


Une élection ordinaire
Une élection ordinaire
par Geoffroy Lejeune
Edition : Broché
Prix : EUR 18,00

15 internautes sur 19 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Très drÃ'le à défaut d'être crédible, 5 octobre 2015
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Une élection ordinaire (Broché)
Zemmour Président ? Alors là' Palme d'or du scénario politique le plus improbable !

En effet, je doute très sincèrement que le principal intéressé ait un quelconque intérêt pour l'exercice du pouvoir. Zemmour aime la politique comme les voyeurs aiment le sexe : c'est toujours plus excitant quand ce sont les autres qui s'y collent ! Zemmour en éminence grise ? Oui, certainement. En homme d'État désireux de passer à l'action ? J'en doute fortement.

De plus, s'il décidait de se présenter à la Présidentielle, encore faudrait-il qu'Eric Zemmour dispose d'un appareil politique pour porter sa candidature. Sinon ça virerait rapidement au bluff façon Coluche en 1981 (l'hypothèse du livre est un clin d'œil évident à cette anecdote). Un conseiller de quelqu'un de puissant lui ferait vite comprendre que la récréation est terminée. Pour Coluche en 81, c'est l'inénarrable Jacques Attali qui s'y est collé. Parce qu'entre clowns, on se comprend. L'intérêt principal de cette politique-(science)fiction réside justement dans la mise en place de cet appareil par ralliements successifs de différents acteurs du courant souverainiste, de droite principalement mais pas seulement. Mouais' Admettons. S'ajoutent à cela, les manœuvres de la gauche pour favoriser une candidature censée favoriser la dispersion des voix de droite. Là, ça pêche quand même sérieusement. Le candidat Eric Zemmour aurait-il l'effet repoussoir d'une Marine Le Pen ou d'un Nicolas Sarkozy ? Or, un épouvantail à électeurs au second tour est indispensable à la réélection de Pépère l'Audacieux.

Admettons malgré tout que Zemmour dispose d'un appareil politique efficace suite à de nombreux ralliements, il lui faudrait aussi le soutien des mé(r)dias. Ce sont eux qui détiennent en grande partie le succès d'une élection car comme disait Tocqueville : « je ne crains pas le suffrage universel, les gens voteront comme on leur dira. » Jamais les mé(r)dias n'offriront une tribune sérieuse à Zemmour dans le cadre d'une élection. Pour eux, Zemmour n'est à peu près tolérable que dans son rôle de trublion et parce qu'il est « bankable ». Qu'ils l'aiment ou qu'ils le détestent, le « buzz Zemmour », c'est avant tout de l'audience ou des ventes. Et donc du pognon. Pour une presse écrite aux abois, Zemmour, c'est presque aussi bon que les subventions ! Mais s'il devait franchir la ligne rouge d'un engagement en politique' Alors là, ce serait bien différent ! Et comme tout le monde, Eric Zemmour doit bien avoir quelques petits secrets plus ou moins honteux : un repas au restaurant payé par un parlementaire il y a 20 ans, un arrière-oncle par alliance « actif sous Vichy », une stagiaire au Figaro culbutée en levrette dans le local photocopie, etc. Le rôle pourtant déterminant des médias n'est à mon avis pas assez développé dans ce livre.

Et enfin, abordons maintenant la question qui fâche. Et si par le plus grand des hasards Eric Zemmour se présentait à la Présidentielle et en sortait vainqueur, qu'est-ce que ça changerait ? Notez que cette question est valable pour tout candidat décrété « nauséabond » ou « anti-républicain » par la clique des Joffrin, Plenel, Giesbert, etc. (cf. point précédent). Croyez-vous vraiment qu'on lui ouvrirait les portes de l'Élysée parce qu'il a gagné les élections ? Lorsque des gens évoquent (généralement en termes apocalyptiques) une possible victoire du Front National à la Présidentielle, je leur réplique toujours que, même au prix d'une crise constitutionnelle grave, une coalition LR-UDI-MODEM-PS and Co de dernière minute n'acceptera jamais le résultat de l'élection et confisquera le pouvoir. Avec un peu moins de 50 % des Français qui vous soutiennent et la morale républicaine en bandoulière, on peut bien se le permettre... J'ai d'ailleurs noté avec intérêt la petite phrase ambiguë de Manuel Valls à la télévision portugaise il y a quelques semaines et qui semble bien confirmer ma vision des choses. Le récit de cette crise institutionnelle, voilà une idée de suite à ce premier livre. Si l'auteur est intéressé, je lui fais don du copyright !

Malgré toutes ces réserves sur la crédibilité de l'histoire, « Une élection ordinaire » est un livre intéressant qui m'a beaucoup amusé, d'où les quatre étoiles. C'est un très bon divertissement qui vaut le coup d'être lu. Quant à 2017, la réalité sera certainement beaucoup moins drôle'

Même si un candidat de droite remporte les élections, son profil est connu d'avance. Proche des centristes dont il partage les valeurs humanistes, il voue un profond respect aux pères de l'Europe (Saint Jean Monnet, priez pour nous). Libéral, il signera sans broncher l'accord transatlantique. Atlantiste, il appliquera la politique étrangère décidée à Washington (en cette période de vaches maigres, il serait alors judicieux de liquider le Quai d'Orsay. Pas besoin d'un titre et d'un salaire de ministre pour dire « Yes, Sir ». Un valet sera largement suffisant). Chrétien, il convoquera le Petit Jésus pour justifier sa faiblesse dans la « crise des migrants ». Et ça tombe bien puisque que le Medef, dans sa logique de dumping social sur tous les emplois non délocalisables, a besoin de renouveler son stock de miséreux utiles. Et j'en passe évidemment.

Voilà, cher lecteur zemmourien. Désolé d'avoir plombé l'ambiance.
Remarque sur ce commentaire Remarques sur ce commentaire (3) | Permalien | Remarque la plus récente : Oct 9, 2015 1:47 PM MEST


Combat russe : L'efficacité des techniques commandos
Combat russe : L'efficacité des techniques commandos
DVD ~ Vladimir Khoudenkikh
Proposé par SPIDO DVD 100 % Neuf
Prix : EUR 19,99

Aucun internaute (sur 1) n'a trouvé ce commentaire utile :
5.0 étoiles sur 5 A découvrir, 30 juillet 2015
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Combat russe : L'efficacité des techniques commandos (DVD)
Très intéressant. Comme toujours avec les DVD d'arts martiaux, cela ne remplace jamais la pratique assidue en club mais cela fournit des bases pour travailler des enchaînements.

En dehors de quelques stages de systema, je n'ai pas eu l'occasion de pratiquer les arts martiaux ou les techniques de self-défense russes. J'ai donc apprécié ce DVD qui permet de découvrir des techniques intéressantes et une approche du combat différente des disciplines que je pratique. Cela permet aussi de repérer les points communs et fournit donc le "matériau" nécessaire à une appropriation personnelle du combat russe.

Bref, du boulot en perspective !


Hot Fuzz [Édition Simple]
Hot Fuzz [Édition Simple]
DVD ~ Simon Pegg
Prix : EUR 10,99

5.0 étoiles sur 5 So british, 30 juillet 2015
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Hot Fuzz [Édition Simple] (DVD)
J'ai acheté ce DVD il y a longtemps. Je poste ce commentaire aujourd'hui pour me venger d'une "debbouzzerie" bien de chez nous que l'on m'a infligé contre mon gré récemment...

Ce n'est effectivement pas le cinéma français qui risque de nous proposer une aussi excellente parodie de film d'action... Humour typiquement anglais garanti 100% !

Excellent moment de détente.


From The Ashes Of Nuclear Destruction
From The Ashes Of Nuclear Destruction
Prix : EUR 14,71

5.0 étoiles sur 5 Sauvage et sans pitié !, 30 juillet 2015
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : From The Ashes Of Nuclear Destruction (CD)
"Lorsque j'écoute trop Wagner, j'ai envie d'envahir la Pologne" affirme Woody Allen. Ben moi, quand j'écoute trop Toxic Holocaust, j'ai envie de plonger la Terre entière dans un bain d'acide !

Ce groupe américain est fabuleux et tous ses albums sont excellents. A l'origine, il s'agit d'un one-man-band et cela renforce le parallèle à faire avec Bathory (période pré-Hammerheart cela va sans dire) : même rage destructrice, même dépouillement, même noirceur misanthropique. Le son est puissant mais pas "sur-produit" ce qui confère à l’ensemble un côté très abrasif.

Vous reprendrez bien une couche de napalm ?


Le Justicier de New York
Le Justicier de New York
DVD ~ Charles Bronson

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
5.0 étoiles sur 5 Nuit gravement au couillemollisme ambiant, 24 juillet 2015
Ce commentaire fait référence à cette édition : Le Justicier de New York (DVD)
Je n'ai pas acheté ce DVD, je ne peux donc pas fournir d'information sur la qualité matérielle du produit. Le hasard m'ayant conduit à revoir ce film récemment, je ne peux, du coup, pas résister à l'impérieux désir d'en faire le commentaire ici.

Troisième volet des aventures du Justicier, Death Wish 3 marque le passage de la série du thriller violent au nanard violent. La série perd en crédibilité mais l'entertainement est au rendez-vous et pas à petite dose ! Attention spoilers à répétition.

Paul Kersey/Charles Bronson est effectivement de retour et il est pas cont… Euh… En fait, si. Au début, il a l'air plutôt content de revenir à NYC. Surtout que c'est pour y retrouver un ami. Le pauvre sera malheureusement retrouvé agonisant par notre héros après avoir reçu la visite impromptue de trois « sauvageons » indélicats. Mais que font les éducateurs ?

Incarcéré par erreur au commissariat du coin suite à ce meurtre, Paul Kersey/Charles Bronson s'y bagarrera avec le chef du gang local. Vil punk au physique patibulaire (remerciements au responsable du casting) dont on découvrira très vite à quel point il est un fumier pourri de haute compétition.

Notre héros y fera également la connaissance du chef de la police, interprété par Ed Lauter, une pure tronche du cinéma américain burné XXL comme on en fait hélas plus. Et lui, on la lui fait pas ! Il a bien compris que Paul Kersey/Charles Bronson est le fameux justicier des deux premiers épisodes et que la police n'a jamais retrouvé. Et là, cash, il lui propose le deal : il fait le ménage pour lui et il le couvre. Parce que le chef de la police, il en a marre que la justice fasse pas son travail.

C'est à peu près à ce moment-là que le scénariste est parti en vacances. On ne saura donc pas si c'est Christiane Taubira qui sévissait à New-York à l'époque.

S’ensuit alors la lutte entre, d'un côté le chef de gang évoqué plus haut à la tête de ses sbires bêtes, méchants et laissés pour compte des années Reagan (là, je m'accroche aux branches pour ne pas perdre l'aile gauche des lecteurs) et notre justicier accompagné de quelques habitants du quartier et de son pote Wildey qui finira par arriver par la Poste.

Parce que Wildey en fait, c'est un Wildey Magnum calibre ,475. Un flingue surpuissant qui, Outre-Atlantique, est destiné soit à faire son intéressant avec les filles au stand de tir genre « c'est moi qui ai le plus gros » (et par analogie, la plus grosse. CQFD) soit à donner le coup grâce pour la chasse au très gros gibier. Excessif me dire-vous ? Certes mais bon, si ça fait le job avec un bison mal gracieux parce qu'il a compris qu'il n'a jamais été aussi proche du barbecue, ben cela le fera bien aussi avec les coyotes à foie jaune du quartier (CQFD une fois de plus).

De guet-apens vicieux en représailles musclées, on arrive au final quasi homérique où le règlement de compte tourne carrément à l'émeute et à la guérilla urbaine. A ce stade du film, Paul Kersey/Charles Bronson pense que la plaisanterie a assez duré. Accompagné d'un voisin latino plein de bonne volonté, il fait carrément le ménage dans la rue à la mitrailleuse Browning calibre .30. Moment de bravoure aussi excitant qu'improbable. Il faudra attendre plus de 20 ans et John Rambo 2008 (avec sa désormais cultissime séance d’équarrissage à la 12,7) pour faire mieux !

Mais attention ! Paul Kersey/Charles Bronson, c'est peut-être pas un ancien Béret Vert mais il nous offre quand même un climax au lance-roquette, à bout portant et dans une pièce fermée ! Pas de doute, Hollywood, c'est bien une usine à rêves…

A ce stade, le lecteur se demande bien pourquoi, j'ai mis tant d'enthousiasme à rédiger ce commentaire. Ben, c'est parce que dans la vie, il y a nanard et nanard. Il y a le nanard qui, le fût-il de manière stratosphérique, se contente d'être un nanard. Et puis, il y a le nanard qui donne ses lettres de noblesse au genre. « Le justicier de New-York » appartient sans conteste à la seconde catégorie, ce qui en fait d'office un « must see ».
Remarque sur ce commentaire Remarques sur ce commentaire (2) | Permalien | Remarque la plus récente : Sep 29, 2015 8:30 AM MEST


Zobena Dziesma/Sword Song
Zobena Dziesma/Sword Song
Proposé par thebookcommunity_fr
Prix : EUR 156,64

5.0 étoiles sur 5 Superbe album, 21 juillet 2015
Ce commentaire fait référence à cette édition : Zobena Dziesma/Sword Song (CD)
Enfin ! J'ai mis le temps pour trouver cet album en format CD. Je ne suis pas fan des albums métal de ce groupe mais leurs morceaux pagan-folk sont formidables. Et avec Zobena Dziesma, c'est un album entier dans ce registre. Bel hommage aux peuples baltes qui luttèrent avec courage contre les adorateurs du dieu unique. A l'heure où d'autres fanatiques du même acabit donnent le meilleur d'eux-mêmes jusque sous nos latitudes, il est important d'honorer la mémoire de ces derniers païens d'Europe et de méditer sur leur destin tragique. Formidable album !


La voie virile
La voie virile
par Jack Donovan
Edition : Broché
Prix : EUR 19,00

7 internautes sur 8 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Force, Courage, Maîtrise, Honneur : beau programme !, 2 juin 2015
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : La voie virile (Broché)
Livre intéressant mais pas aussi érudit que "La tyrannie de la faiblesse" de Paul-François Paoli qui aborde le même sujet. L'approche est ici plus basique, plus "brut de décoffrage" à l'image de l'auteur.

Pour Jack Donovan, on n'est homme qu'aux yeux d'autres hommes qui peuvent être amis (au sein de son "clan") ou ennemis mais qui tous se reconnaissent dans quatre vertus cardinales : la force, le courage, la maîtrise, et l'honneur. Autant dire des valeurs tout à fait rétrogrades à l'heure actuelle et qui vaudront à l'auteur bien des moqueries.

C'est vrai que depuis Rome ou les royaumes barbares, la société a changé en Occident. Les hommes aussi mais pas tous et finalement certains (bons ou mauvais) sont peu adaptés au monde moderne. Il n'est pas question de jeter aux orties les progrès de la technologie ou de toutes les sciences par exemple. Le but n'est pas de retourner à l'âge des cavernes mais cela n'empêche pas de méditer sur la valeur de ces vertus ancestrales et de s'efforcer de les cultiver dans un environnement qui semble les rendre désuètes.

C'est là que la bât blesse car l'auteur, peu confiant dans l'avenir du monde moderne (crise énergétique, implosion sociale, etc.), semble attendre presque avec envie la fin de notre société et le retour au système clanique. A la décharge de l'auteur, il faut bien admettre, d'abord que toutes les civilisations sont mortelles et que nous ne devrions pas être trop arrogants concernant la nôtre, plus fragile qu'il n'y paraît, ensuite que si la structure clanique a disparu en Occident, certains de ses avatars (gangs et mafias) se portent plutôt bien ! On ne peut donc pas affirmer que sa vision du monde est complètement hors-sol. De là à considérer le mode clanique comme une panacée, il y a un pas que je franchirai pas !

Livre intéressant malgré ces réserves.


Page : 1 | 2