undrgrnd Cliquez ici Litte nav-sa-clothing-shoes nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici Soldes Cliquez ici Acheter Fire Achetez Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo Montres soldes Bijoux Soldes
Profil de Louis92 > Commentaires

Fiche d'identité

Contenu rédigé par Louis92
Classement des meilleurs critiques: 9.324
Votes utiles : 105

Chez vous : découvrez nos services personnalisés en pages d'aide !

Commentaires écrits par
Louis92

Afficher :  
Page : 1 | 2
pixel
Super Smash Bros.
Super Smash Bros.
Prix : EUR 44,90

7 internautes sur 7 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Nintendo Party Inc., 18 juin 2015
Ce commentaire fait référence à cette édition : Super Smash Bros. (Jeu vidéo)
L'homme-orchestre de la série Super Smash Bros., Masahiro Sakurai, a poussé le curseur au maximum pour offrir à la Wii U l'un des jeux les plus jubilatoires de sa génération. Le principe est simple : les principaux personnages de Nintendo s'affrontent dans les principaux univers de Nintendo sous la forme d'un jeu de combat écrit à la manière d'une lettre d'amour principalement adressée aux fans de Nintendo. Tout est dit ou presque, mais pour plus de détails, voici un test rapide en bonne et due forme :

- Graphismes et présentation : On peut dire ce que l'on veut de la Wii U, mais au chapitre technique, que les combats réunissent 2 ou 8 adversaires, le jeu s'affiche en 1080p et maintient 60 images par seconde en toutes circonstances. Le cahier des charges est donc tenu, et le résultat est éblouissant et léché jusqu'à la maniaquerie. Les menus sont ergonomiques à souhait ; aucun problème d'accessibilité à relever.

- Maniabilité : Le jeu est jouable via le Wii U Gamepad, le Wii U Pro Controller, la Wiimote (à éviter), et bien entendu les manettes Gamecube (utilisables avec un adaptateur vendu séparément). On ne vous conseillera jamais assez la dernière option pour des raisons de confort. Par ailleurs, sous son aspect simpliste, le système de combat est en vérité d'une subtilité et d'une profondeur insoupçonnables, ce qui permet aux novices comme aux vétérans de s'amuser instantanément.

- Scénario : Super Smash Bros. n'est pas un jeu à scénario, mais il déborde littéralement de contenu. Personnages et arènes à débloquer, trophées, éléments de personnalisation et autres bonus par centaines à collectionner dans un grand nombre de modes de jeu, en solo ou en multi. Il est rare qu'une galette soit à ce point pleine à craquer, sans compter les Amiibo et le contenu supplémentaire téléchargeable (gratuit et payant).

- Durée de vie : Des centaines d'heures pour tout débloquer, et des centaines d'autres à s'en mettre plein la figure avec ses amis et ses personnages préférés. Le jeu est virtuellement inépuisable et totalement addictif.

- Intérêt général : Dire que Super Smash Bros. for Wii U est une réussite est un doux euphémisme. Il s'agit en vérité d'un chef-d'oeuvre complètement déjanté, véritable ode aux trente dernières années du jeu vidéo made in Nintendo. Visuellement impressionnant, techniquement inattaquable, doté d'un contenu gargantuesque qui ne cesse de s'agrandir, il est à la fois une leçon absolue de fanservice et de nostalgie positive qui fera plier jusqu'aux plus récalcitrants du fun vidéoludique.


The Legend of Zelda : Majora's Mask 3D
The Legend of Zelda : Majora's Mask 3D
Prix : EUR 35,75

21 internautes sur 21 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 L'Apocalypse version Zelda, 25 février 2015
Ce commentaire fait référence à cette édition : The Legend of Zelda : Majora's Mask 3D (Jeu vidéo)
The Legend of Zelda : Majora's Mask fut en 2000 l'un des derniers grands titres à paraître sur Nintendo 64. Depuis, sa subtile étrangeté et son atmosphère mélancolique n'ont pas cessé d'alimenter les débats. Sorti à l'époque dans l'ombre de l'intouchable Ocarina of Time, cet épisode revient 15 ans plus tard pour remettre les pendules à l'heure. Toujours aussi culte ? Un petit test rapide pour tenter d'y voir plus clair :

- Graphismes et présentation : Le jeu bénéficie d'une refonte graphique plus qu'appréciable. Les modèles des personnages ont été arrondis, la palette de couleurs est moins acide qu'autrefois. L'effet 3D (pouvant être désactivé) est réussi. De nombreuses petites retouches ont été apportées à l'interface et au système de sauvegarde pour plus de fluidité et de confort sur console portable. Enfin, le framerate a été amélioré, malgré quelques très légers ralentissements occasionnels.

- Maniabilité : On retrouve ici la maniabilité classique des Zelda en trois dimensions, c'est-à-dire intuitive et immédiatement accessible, le tout étant agrémenté d'options tactiles sur le second écran qui nous épargnent les incessantes mises sur pause de l'époque N64 pour accéder aux menus. A noter, sur New Nintendo 3DS, le second stick permet un contrôle manuel de la caméra pour un petit peu plus d'ergonomie que sur les autres modèles.

- Scénario : Après avoir vaincu Ganondorf et avoir été renvoyé à l'époque de son enfance par la princesse Zelda, Link se met en route pour un voyage introspectif qui le conduira dans le monde de Termina, l'étrange miroir d'Hyrule... Seulement, il apprendra bien vite que la lune est sur le point de s'écraser sur cette terre, et qu'il ne tient qu'à lui, le Héros du Temps, de mettre à profit les trois jours restant pour empêcher l'Apocalypse. Cette situation sera à l'origine de multiples rencontres, quêtes, voyages dans le temps etc. Un scénario très innovant à l'époque et toujours aussi accrocheur aujourd'hui.

- Durée de vie : Sur le papier, seuls quatre donjons vous attendent dans ce Zelda. Mais en réalité, la collecte de tous les masques, la complétion de toutes les quêtes annexes et le nombre infini de retours dans le temps possibles garantissent des dizaines d'heures de jeu.

- Intérêt général : Quinze ans plus tard et plus que jamais, The Legend of Zelda : Majora's Mask 3D est un jeu qui irradie tel une étoile noire au firmament de la création vidéoludique. Son ambiance oppressante, sa construction en litanie sur la fugacité de la vie et de la mort, son lyrisme glacé en font un titre tout à fait à part dans une série déjà hors du commun. Que vous le découvriez pour la première fois en 2015 ou non, il vous enchantera étrangement, à la manière d'un conte de fées à la fois universel et obscur.


Manette GameCube - édition Super Smash Bros.
Manette GameCube - édition Super Smash Bros.
Prix : EUR 23,41

4 internautes sur 4 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 La perfection faite manette., 16 décembre 2014
Ce commentaire fait référence à cette édition : Manette GameCube - édition Super Smash Bros. (Accessoire)
Les connaisseurs le savent, depuis Super Smash Bros. Melee sorti sur Gamecube en 2002, il est difficilement concevable de pratiquer la série avec autre chose que ce contrôleur. Finition parfaite, tenue en mains impeccable... Quel bonheur de sentir cette manette neuve sous les doigts !
Une précision toutefois : pour utiliser cet article avec Super Smash Bros. for Wii U, vous devez impérativement vous procurer l'adaptateur officiel vendu séparément... Et en rupture de stock partout au moment où ces lignes sont écrites.


Bayonetta + Bayonetta 2 - édition spéciale
Bayonetta + Bayonetta 2 - édition spéciale
Proposé par Turbotrance
Prix : EUR 60,58

5 internautes sur 5 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Fly me to the Moon, 25 octobre 2014
Ce commentaire fait référence à cette édition : Bayonetta + Bayonetta 2 - édition spéciale (Jeu vidéo)
Après un excellent premier épisode en 2010, Platinum Games nous offre le retour de la plus sexy et déjantée des sorcières ! Qui plus est, dans une édition comprenant le jeu original jusque là inédit sur Wii U. Le beat'em all japonais à son apogée ? Réponse dans le test rapide qui suit :

- Graphismes et présentation : Une direction artistique de haute volée, un univers complètement fou entre Paradis et Enfer, des couleurs et effets à profusion... Bref, un sans faute ! Quelques défauts mineurs complètement occultés par l'extraordinaire déluge visuel qui se produit sous nos yeux. Le degré de finition est tout à fait exemplaire. Attention cependant, les deux jeux sont très violents et ne conviendront pas aux jeunes enfants.

- Maniabilité : Que vous soyez novice ou vétéran dans l'art exquis de la découpe d'ennemis angéliques, le système de jeu est si bien pensé que vous prendrez dès les premières minutes de jeu un grand plaisir à manier la mutine Bayonetta. La maniabilité est ultra fluide et dynamique, les combos s'enchaînent parfaitement. Jouissif.

- Scénario : Le seul point faible des deux jeux, mais le scénario de la désormais série est parfaitement ridicule. De l'aveu même des développeurs, celui-ci n'est qu'un prétexte à toutes sortes de situations "over the top" et improbables. Inutile d'y prêter attention dans ce genre de jeu d'une manière générale.

- Durée de vie : Comptez entre 10 et 15 heures de jeu pour chaque jeu en mode normal. Multipliez par 3 ou 4 si vous souhaitez récupérer tous les secrets et obtenir toutes les médailles de platine pur. Tout à fait satisfaisant pour un genre de jeux habituellement courts.

- Intérêt général : Deux jeux pour le prix d'un, deux grands classiques réunis. Hideki Kamiya et sa bande de Platinum Games nous ont régalés ! Surpassant en beauté, en fluidité et en charisme la plupart de leurs prédécesseurs, Bayonetta 1 & 2 s'imposent comme deux monstres de fun qui ont su porter le genre du beat'em all vers les sommets. Amateurs de belles courbes, de gros flingues et d'univers délirants où règne le second degré, foncez !


Mario Kart 8
Mario Kart 8
Prix : EUR 44,99

Aucun internaute (sur 1) n'a trouvé ce commentaire utile :
5.0 étoiles sur 5 Le retour du roi, 10 juillet 2014
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Mario Kart 8 (Jeu vidéo)
Après six ans d'attente et un épisode Wii qui tournait parfois à la foire d'empoigne, Nintendo a mis tout son savoir-faire en oeuvre pour nous livrer un brillant opus de sa licence la plus vendeuse. Petit test rapide selon les critères habituels :

- Graphismes et présentation : Mario Kart débarque enfin en HD, profitant d'un visuel lisse et soyeux. Les animations des pilotes, les effets à profusion, la richesse des décors sont un régal pour les yeux. Le jeu tourne parfaitement à 60 images par seconde seul ou à deux, et à 30 images par seconde au-delà. Le jeu hors ligne est traditionnellement découpé en Grands Prix de 4 courses chacun à débloquer (32 circuits au total, 16 inédits et 16 anciens).

- Maniabilité : Que l'on ait déjà posé les mains ou non sur un épisode de Mario Kart, la prise en main est immédiate, instinctive et précise pour les joueurs de tous les âges. Tous les types de contrôleurs sont compatibles avec le jeu : Wii U GamePad, Wii U Pro Controller, Wiimote + Nunchuk, Classic Controller.

- Durée de vie et rejouabilité : La durée de vie de Mario Kart 8 est virtuellement inépuisable, tant que l'on a des amis sous la main. Le mode en ligne propose de nombreuses options et permet de jouer à 2 sur la même console sans le moindre soucis de connexion.

- Intérêt général : Ce Mario Kart 8 est une franche réussite. Visuellement superbe, proposant un excellent équilibre entre pilotage et objets, il promet de réunir toute la famille et les amis autour de la console pour des dizaines d'heures de courses endiablées et de fous rires. Un beau cadeau pour la Wii U !


The Wonderful 101
The Wonderful 101
Proposé par Centrale Free Agent
Prix : EUR 44,90

7 internautes sur 7 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Team, unite up !, 2 septembre 2013
Amusant:4.0 étoiles sur 5 
Ce commentaire fait référence à cette édition : The Wonderful 101 (Jeu vidéo)
Le nouveau beat'em all haut en couleurs de Platinum Games débarque en exclusivité sur Wii U. Incarnez une troupe de super héros déjantés et sauvez la planète des extraterrestres ! Voici un test rapide selon les critères habituels :

- Graphismes et présentation : le jeu est très coloré et se veut un hommage aux comics américains et autres "sentai" japonais. La direction artistique est donc volontairement naïve mais flatte la rétine de décors chatoyants et d'effets de dessins animés à profusion, d'autant que les animations sont très fluides et le jeu très dynamique. Les menus appellent à l'exploration et les sauvegardes sont automatiques.

- Maniabilité : il faut un bon temps d'adaptation avant de maîtriser (et d'apprécier) toutes les subtilités du gameplay du jeu. En effet, les premières prises en mains sont confuses et paraissent désordonnées, mais on ne peut que saluer la profondeur de la maniabilité, surtout dans un jeu d'action. Possibilité de jouer au Wii U GamePad ou à la manette Wii U Pro Controller notamment.

- Scénario : Les Wonderful 100 (le joueur incarne virtuellement le 101ème) forment une organisation d'élite destinée à repousser les attaques contre la Terre venues de l'espace. Cette base est prétexte à bon nombre de situations loufoques, pleines d'auto dérision et d'humour. Les plus jeunes apprécieront l'univers comique du jeu, les adultes en saisiront les multiples références au cinéma et aux séries japonaises de leur enfance.

- Durée de vie : entre 10 et 15 heures environ selon le niveau de difficulté choisi, ce qui est conséquent pour un jeu de ce genre. Le jeu est segmenté en missions au cours desquelles on gagne des points, ce qui augmente la possibilité de recommencer pour améliorer son style de combat.

- Intérêt général : The Wonderful 101 souffle comme un vent de fraîcheur sur Wii U. D'une grande originalité et ne laissant aucune place à l'ennui tant l'action est frénétique à l'écran, il ravira à coup sûr les joueurs avertis. Néanmoins, sa maniabilité difficile d'accès sans quelques efforts rebutera peut-être les enfants. Si vous appréciez les univers décalés et les défis bien corsés, aucune hésitation à avoir, vous ne risquez pas d'être déçus.


Console Nintendo 3DS XL bleue + Fire Emblem : Awakening - édition limitée
Console Nintendo 3DS XL bleue + Fire Emblem : Awakening - édition limitée
Proposé par CASHWALOU
Prix : EUR 249,00

2 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Les classiques ne meurent jamais., 21 juin 2013
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Je passe rapidement sur la boîte, illustrée d'un très bel artwork des héros de Fire Emblem Awakening, pour me concentrer sur l'essentiel :

- Console 3DS : Il s'agit du modèle 3DS XL bleue, portant un emblème caractéristique de la série Fire Emblem, seul attribut "collector" présent. Comme avec la 3DS XL classique, le chargeur est vendu séparément, ce qui est assez incompréhensible. N'oubliez pas de vous le procurer ! A noter également, la console n'as pas une grande autonomie (environ 5 heures avec l'effet 3D activé), ce qui est son principal inconvénient, notamment lors d'un long déplacement. Très bon produit dans l'ensemble.

- Jeu Fire Emblem Awakening : il s'agit là de l'un des meilleurs épisodes de la série. les graphismes sont superbes, l'effet 3D est très bien exploité et le jeu est long et captivant. Attention, Fire Emblem est une série de Tactical RPG et non de jeux d'aventure. Une fois encore, Nintendo a su renouveler un de ses grands classiques, qui ravira les fans de la première heure comme les novices pendant de longues heures. Le jeu est directement installé sur la console.


DmC : Devil may cry
DmC : Devil may cry
Proposé par NeoAyato
Prix : EUR 16,21

4.0 étoiles sur 5 The reboot, 11 février 2013
Ce commentaire fait référence à cette édition : DmC : Devil may cry (Jeu vidéo)
La série Devil May Cry, qui fit les beaux jours de la PS2 en son temps, semblait ronronner tranquillement dans l'attente de nouveautés significatives. Capcom a donc délégué au studio britannique Ninja Theory la lourde tâche de faire renaître Dante de ses cendres. Ce reboot du légendaire beat'em all nippon tient-il ses promesses ? Eléments de réponse dans ce test rapide selon les critères habituels :

- Graphismes et présentation : les développeurs ont opté pour un univers graphique très affirmé et stylisé, où couleurs saturées et effets à foison sont rois. Un véritable plaisir pour les yeux et les oreilles (les fans de métal seront comblés) et une prise de risque louable là où la plupart des grandes licences n'osent plus grand chose. Le jeu est segmenté en missions et l'interface est très confortable (beaucoup de cinématiques et de bavardages tout de même). La VO est plus agréable que la VF.

- Maniabilité : les combats sont un véritable régal et offrent, en plus de nombreuses armes à améliorer, des possibilités de combos proprement démoniaques. Les contrôles sont fluides et précis, à quelques rares exceptions près. Dommage que les combats contre les boss soient bien plus simples et assistés que par le passé.

- Scénario : il faut voir DmC comme une vaste farce à l'humour scabreux et décalé pour en apprécier les personnages. Dante est devenu un jeune homme débauché et arrogant, mais plus impliqué dans les évènements qu'auparavant. L'histoire en elle-même tient uniquement lieu de prétexte à l'action, comme dans les épisodes précédents.

- Durée de vie : le point faible du jeu et des beat'em all en général. Comptez 6 ou 7 heures pour finir le jeu une première fois. Les multiples bonus et, -disons-le-, la joie de revenir découper des créatures maléfiques dans les limbes, font qu'on revient au jeu après le bouclage de la quête principale.

- Intérêt général : examen réussi pour Capcom et le reboot de la série Devil May Cry. Outre un aspect visuel suffisamment inventif pour marquer les esprits, le titre de Ninja Theory bénéficie d'un gameplay riche et bien pensé. On pourra ergoter sur la nouvelle version de Dante ou sur le côté risible de la narration, il n'empêche que ce DmC est une expérience fraîche et finalement peu commune. Un jeu jouissif une fois la manette en main.


Resident Evil 4
Resident Evil 4
Proposé par NOUS C LE PRIX
Prix : EUR 25,00

5.0 étoiles sur 5 Une révolution nommée Resident Evil 4, 5 février 2013
Ce commentaire fait référence à cette édition : Resident Evil 4 (Jeu vidéo)
Shinji Mikami, réalisateur du premier Resident Evil sorti en 1996, livre avec Resident Evil 4 sa nouvelle vision de la série emblématique de Capcom. Tournant la page des épisodes "Remake" et "Zero", RE4 prend le pari de rompre avec la tradition. Pour le meilleur ou pour le pire ? Tentative de réponse dans ce test rapide selon les critères habituels :

- Graphismes et présentation : l'un des plus beaux jeux de la Gamecube (sa console d'origine), affichant un travail de développement titanesque au service d'une atmosphère gothique particulièrement prenante. Les animations et les effets graphiques et sonores sont tous admirables. Les menus du jeu sont sobres et accessibles.

- Maniabilité : c'est sur ce point que se situe la principale innovation, puisque RE4 inaugure la vue en légère plongée au-dessus de l'épaule du personnage principal. Les angles de caméras fixes ont définitivement disparu de la série avec cet épisode, et l'aspect lent et survival horror avec. Pour autant, les contrôles sont d'une précision et d'une ergonomie absolues, notamment à la télécommande Wii.

- Scénario : le seul point faible du jeu, mais l'histoire de RE4 confine au grotesque de série Z, certes habituel dans la série mais pas à ce point. Le fait d'incarner la nouvelle version de l'agent Leon S. Kennedy, héros de RE2, est tout de même réconfortant.

- Durée de vie : l'aventure principale est longue d'une quinzaine d'heures, que l'on ne voit hélas pas défiler. Le mode "Mercenaires" et autres goodies sont de bonne facture.

- Intérêt général : il y a eu, dans l'histoire du jeu vidéo, un avant et un après Resident Evil 4. Non content d'avoir régénéré glorieusement une institution vieillissante, il a fait des émules à ne plus pouvoir les compter. Disposant de graphismes forçant le respect, d'une nouvelle maniabilité alors inédite et d'une orientation action et grand spectacle, Resident Evil 4 est à lui seul la quintessence du jeu vidéo des années 2000.


Resident Evil 5 - gold édition
Resident Evil 5 - gold édition
Proposé par SC-WHOLESALE
Prix : EUR 13,23

1 internaute sur 2 a trouvé ce commentaire utile :
3.0 étoiles sur 5 Out of Africa, 3 février 2013
Ce commentaire fait référence à cette édition : Resident Evil 5 - gold édition (Jeu vidéo)
Quatre ans après l'immense succès populaire et critique de Resident Evil 4, jeu majeur s'il en est, Capcom présente la suite de sa saga phare. Adieu l'Espagne profonde, et bienvenue en Afrique, sous le soleil exactement. Le successeur de l'opus magnum de Shinji Mikami est-il à la hauteur des attentes ? Réponse dans ce test rapide selon les critères habituels :

- Graphismes et présentation : le jeu est de toute beauté du début à la fin. Le moteur graphique MT Framework est superbement exploité, tant pour les différents effets d'éclairage que pour la modélisation des personnages. Il subsiste néanmoins quelques textures assez grossières sur ce beau tableau. Les menus sont quant à eux clairs et simples, et le système de sauvegardes/points de contrôle est entièrement automatique.

- Maniabilité : les contrôles de RE5 sont assez identiques à ceux de RE4, c'est-à-dire lourds (il est impossible de se déplacer en tirant) mais relativement bien pensés pour les différents environnements du jeu. Les séquences comportant beaucoup d'ennemis sont parfois pénibles du fait de la lenteur des personnages, notamment pour se retourner. Comptez également sur la présence d'innombrables QTE. Bref, on se pose la question de la pertinence de tant de raideur dans un jeu d'action qui ne ressemble plus guère à un survival horror…

- Scénario : la série n'est pas connue pour la subtilité de son intrigue, et cet épisode ne déroge pas à la règle. La Umbrella Corp. a été démantelée par le gouvernement américain, mais c'était sans compter sur Tricell, la compagnie opaque ayant repris certaines des recherches de sa rivale… Il est quand même agréable de retrouver Chris Redfield, le héros de l'épisode original, et sa nouvelle partenaire Sheva Alomar dans une aventure coopérative.

- Durée de vie : l'aventure principale est longue d'une dizaine d'heures, intégralement jouables à deux joueurs, en ligne ou en local. Le reste du contenu du jeu augmente la durée de vie totale, un peu courte tout de même.

- Intérêt général : difficile pour RE5 de passer après son aîné, et dans les faits, le niveau n'est pas atteint. Bien que l'aventure soit belle et globalement satisfaisante, cet épisode aux relents de blockbuster américain manque cruellement d'âme. La structure même du jeu qui consiste à enchaîner à deux les phases de "shoot, couloir, cinématique, boss" ruine hélas l'immersion et au bout du compte, Resident Evil 5 ne fait pas peur… Ne serait-ce pas là le vrai problème ?


Page : 1 | 2