Profil de Pingui_75 > Commentaires

Fiche d'identité

Contenu rédigé par Pingui_75
Classement des meilleurs critiques: 157.852
Votes utiles : 367

Chez vous : découvrez nos services personnalisés en pages d'aide !

Commentaires écrits par
Pingui_75 (Paris, France)

Afficher :  
Page : 1 | 2 | 3 | 4 | 5
pixel
Ushijima, l'usurier de l'ombre, tome 1
Ushijima, l'usurier de l'ombre, tome 1
par Shôhei Manabe
Edition : Broché
Prix : EUR 7,45

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
4.0 étoiles sur 5 Noir et violent, 23 août 2009
Ce commentaire fait référence à cette édition : Ushijima, l'usurier de l'ombre, tome 1 (Broché)
Ushijima l'usurier de l'ombre est un manga particulièrement sombre et violent, à ne pas mettre entre toutes les mains. La qualité du trait, particulièrement des expressions du visage, laisse souvent à désirer mais est largement compensée par l'intérêt du sujet abordé. D'une noirceur dramatique, c'est une lecture très difficile mais, au combien, intéressante. Un premier volume à lire.


L'homme du lac
L'homme du lac
par Arnaldur Indridason
Edition : Poche
Prix : EUR 7,60

1 internaute sur 2 a trouvé ce commentaire utile :
4.0 étoiles sur 5 Plongé en eau trouble, 23 août 2009
Ce commentaire fait référence à cette édition : L'homme du lac (Poche)
Encore une très bonne enquête du commissaire Erlendur Sveinsson sur un fond d'histoire d'espionnage. Un poil moins sombre que les précédents tomes, L'homme du lac aborde moins la vie privé tumultueuse du commissaire pour se concentrer sur l'enquête. Cette fois, Indridason Arnaldur nous fait découvrir les liens troubles qu'à entretenu l'Islande avec l'URSS communiste.
Je conseil une nouvelle fois la lecture de la série complète des enquêtes du commissaire Erlendur Sveinsson.


La Femme en Vert
La Femme en Vert
par Arnaldur Indridason
Edition : Pocket Book
Prix : EUR 7,30

3 internautes sur 4 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Un roman absolument formidable, 4 janvier 2009
Ce commentaire fait référence à cette édition : La Femme en Vert (Pocket Book)
La femme en vert de Arnaldur Indridason est un roman absolument formidable. Je retrouve dans La femme en vert à peu près les mêmes émotions que lorsque je regarde Coldcase. La référence à Coldcase va même plus loin puisque La femme en vert reprend le schéma générale des épisodes de cette série : une affaire classée et réouverte suite à l'apparition de nouveau élément (ici la découverte d'un vieux cadavre), puis une succession d'aller retour entre le présent (l'enquête) et le passé (les circonstances ayant mené au meurtre). L'idée est bien exploitée et est très bien mise en valeur par une écriture bien maitrisée. L'intrigue aborde avec beaucoup de justesse, en tout cas c'est mon sentiment, le thème de la violence faite aux femmes par leur conjoint mais aussi les dégâts que cela occasionne aux enfants.
Vraiment un polar que je recommande énormément.


L'arme secrète de Louis Renault: Une enquête de Célestin Louise, flic et soldat dans  la guerre de 14-18
L'arme secrète de Louis Renault: Une enquête de Célestin Louise, flic et soldat dans la guerre de 14-18
par Thierry Bourcy
Edition : Poche
Prix : EUR 6,80

4 internautes sur 5 ont trouvé ce commentaire utile 
3.0 étoiles sur 5 Un petit policier assez efficace., 4 janvier 2009
Célestin Louise, le flic et soldat, est un personnage auquel on s'attache très vite. L'intrigue est mince, mais l'ambiance qui régnait tant dans au front qu'à Paris est bien rendu. Thierry Bourcy utilise avec beaucoup de brio l'argot en cours au début du siècle. L'ensemble est bien écrit et permet de passer un bon moment de lecture.


Mon nom est Rouge
Mon nom est Rouge
par Orhan Pamuk
Edition : Poche
Prix : EUR 11,70

11 internautes sur 17 ont trouvé ce commentaire utile 
2.0 étoiles sur 5 Ce roman aurait dû être exceptionnel mais..., 15 mai 2007
Ce commentaire fait référence à cette édition : Mon nom est Rouge (Poche)
L''écriture est superbe, le vocabulaire soutenu et recherché, la forme narrative surprenante. Orhan Pamuk n''est pas prix Nobel de littérature pour rien. Il sait manier la plume et ça se voit. L''utilisation d''un "narrateur protéiforme" transforme l''enquête en un puzzle dont l''image ne nous est révélée qu''au fur et à mesure des chapitres qui se succèdent. Sur fond d''affrontement entre miniaturisme oriental et peinture vénitienne c''est la résistance de l''orient contre l''occident qui se dessine.

Bardé de tous ces éléments et qualités ce roman aurait dû être exceptionnel mais c''est finalement révélé décevant et ennuyeux. Sept cent pages de digression imbitable ont failli avoir raison de ma patience. A la décharge de l''auteur, je ne pense pas être assez cultivé ni assez fin connaisseur de l''art des miniatures turques pour avoir su gouter à leurs justes valeurs les très nombreuses références artistiques qui parsèment Mon nom est rouge. Cependant, l''auteur aurait dû s''abstenir de nous livrer une galerie de personnage si caricaturale et ayant si peu de profondeur. Bref, je ne nie pas les qualités littéraire de ce roman d''Orhan Pamuk, mais je me suis réellement ennuyé en lisant Mon nom est rouge.
Remarque sur ce commentaire Remarques sur ce commentaire (7) | Permalien | Remarque la plus récente : Jul 1, 2013 9:30 AM MEST


Mesurer le monde. L'incroyable histoire de l'invention du mètre, 1792-1799
Mesurer le monde. L'incroyable histoire de l'invention du mètre, 1792-1799
par Ken Alder
Edition : Poche

4.0 étoiles sur 5 La passion de la science, 6 mai 2007
Passionnant. Ken Adler nous promène en compagnie de Delambre et Méchain à la poursuite du mètre étalon dans la France révolutionnaire. Entre trahison, coup bas, folie révolutionnaire et folie des hommes, rien n’est épargné aux deux scientifiques dans leur quête d’absolu. Rien, pas même la confrontation d’avec leurs démons intérieurs ; Méchain passant à deux doigts de la folie et du suicide. L’auteur arrive à nous faire vivre cette découverte scientifique comme un roman d’aventure. Romancer mais toujours précis et rigoureux, Ken Adler décrit d’une manière très scientifique les bases de calculs de la mesure par triangulation du méridien qui lie Dunkerque à Rodez. Il replace d’ailleurs extrêmement bien cette expérience dans son contexte historique et politique. Un roman à découvrir pour mieux comprendre une unité devenu quasiment universelle.


Les annales du Disque-Monde, Tome 21 : Va-t-en-guerre
Les annales du Disque-Monde, Tome 21 : Va-t-en-guerre
par Terry Pratchett
Edition : Poche

2 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Ce que cache la dune, 6 mai 2007
Ce commentaire fait référence à cette édition : Les annales du Disque-Monde, Tome 21 : Va-t-en-guerre (Poche)
On suit cette fois le commissaire divisionnaire Vimaire et toute sa clique folle dans le désert du Klatch pour mille et une nuits d’aventures. Et c’est fou ce qu’on peut rencontrer comme situation cocasse au détour d’une dune… presque autant qu’au coin d’une ruelle d’Ankh-Morpok. Entre œil de mouton, crachats de chameau et charbon de bois du désert, l’équipe du guet aura bien à faire pour se sortir de cette guêpière. Sans compter le seigneur Vétérini qui n’a pas fini de nous surprendre. Forcement j’ai aimé. Quand Pratchett retrouve tout son art et nous livre un roman drôle et savoureux je ne vais pas faire mon difficile. En plus, décliné sur plus de 440 pages le régal dur encore et encore. Bref, un livre à lire d’urgence pour tous les fans des annales du Disque-Monde, mais pour les autres aussi. Attention, tout de même Va-t-en-guerre est le 21ème tome des annales et il n’est pas forcement évident de l’apprécié si l’on n’a pas lu les précédents.


Deux garçons, la mer
Deux garçons, la mer
par Jamie O'Neill
Edition : Broché

2 internautes sur 4 ont trouvé ce commentaire utile 
1.0 étoiles sur 5 Mal construit et mal romancé, un roman sans grand intérêt, 6 mai 2007
Ce commentaire fait référence à cette édition : Deux garçons, la mer (Broché)
Je n''ai pas réussi à finir ce livre. Ca m''arrive assez peu souvent pour être noté. Normalement, je termine toujours les livres que je commence, même les moins passionnants. Mais là, les presque 700 pages de construction chaotique de ce pavé ont eu raison de mon courage. Je n'aime pas être négatif par égard au travail que l''auteur a du fournir, mais là je ne peux raisonnablement pas dire que j''ai apprécié. J''ai mis plus de 1 mois à lire les 450 premières pages donc autant vous dire qu'elles m''ont semblé interminables. Mes principaux reproches porteront sur le fait que le contenu est trop mal construit, mal romancé et sans grand intérêt. J''ai été exaspéré par le style de l'auteur et par ses sauts incessants d''un narrateur à l'autre. GGrrr' horripilant.

La quatrième de couverture nous apprend que: "Ce roman ambitieux dresse le portrait d''individus emportés par le vent de l''Histoire, en quête d''une libération politique, émotionnelle et religieuse. Ce tour de force littéraire, d''un lyrisme épique, est considéré par la critique unanime parmi les chefs-d''œuvre de la littérature contemporaine irlandaise."

Bizarrement je n''ai pas l''impression d'avoir lu la même chose que l''auteur de la quatrième de couverture. Si Deux garçons, la mer n''est en aucun cas un roman d''un lyrisme épique chefs-d''œuvre de la littérature contemporaine irlandaise, ou alors la littérature irlandaise à vraiment du souci à se faire.


Brooklyn follies
Brooklyn follies
par Paul Auster
Edition : Broché
Prix : EUR 8,70

1 internaute sur 4 a trouvé ce commentaire utile :
3.0 étoiles sur 5 Agréable à lire, 6 mai 2007
Ce commentaire fait référence à cette édition : Brooklyn follies (Broché)
Globalement Brooklyn follies est un livre agréable à lire mais aussi assez ordinaire. L’histoire est bien menée, assez bien écrite et construite mais sans tambour ni trompette. Nathan Glass et son neveu tout comme l’ensemble des personnages qui traverse le roman sont attachants et touchants et j’ai vraiment apprécié de partager leur quête de bonheur tout au long de 400 pages de Brooklyn follies. Mais il manque la petite étincelle qui aurait pu en faire un roman formidable. Seule la chute, totalement inattendue, vient bouleverser l’ensemble : en trois lignes Paul Auster ancre ce roman de fiction dans une réalité tangible.


Havana Room
Havana Room
par Colin HARRISON
Edition : Poche
Prix : EUR 9,60

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
5.0 étoiles sur 5 Havana Room, un livre qui se dévore, 6 mai 2007
Ce commentaire fait référence à cette édition : Havana Room (Poche)
Havana Room de Colin Harrison est le genre de livre qui une, une fois que l’on a entamé les premières lignes, on ne peu lâcher.

Bill Wyeth a tout réussi et tout pour réussir encore et encore. Il a du succès dans ses affaires, il a du succès dans ses amours, il change souvent de secrétaire, il a son bureau en haut d’une tour où il voit la ville à l’envers. Il passe la moitié de sa vie en l’air et voyage toujours en première. Il a réussi et il en est fier entre un boulot qu’il aime et sa famille qui l’aime. Mais dans la vie on fait ce qu’on peut, pas ce qu’on veut. L’homme monospace (c’est ainsi qu’il se définit) va l’apprendre à ses dépends, un soir, barbouillé de sauce thaï et les mains grasses ; car soudain, c’est le drame. Sept lignes vont suffire à foutre sa vie en l’air et faire de lui un paria mis au banc de la société. Femme, enfant, travail, appart,… il va tout perdre et se voit obligé de rejoindre les bas-fonds de Manhattan. Désœuvré, il finit par atterrir à la table 17 d’un steackhouse qui abrite en son sein un club très privé et très mystérieux : le Havana Room. En entrant dans ce restaurant, Bill Wyeth vient de mettre la main dans l’engrenage du destin qui va le conduire bien plus loin qu’il ne s’y attendait…

Colin Harrison nous livre ici un roman noir palpitant. Sans relâche, les scènes s’enchainent et les éléments qu’elles livrent s’emboitent à la manière d’un puzzle. Havana Room est de ces livres qui, une fois la première ligne entamé, vous pousse à ne plus les refermer ; de ceux que l’on a envie de lire d’un trait.

Si vous souhaitez lire le premier chapitre je vous invite à consulter le site de l’éditeur.


Page : 1 | 2 | 3 | 4 | 5