ARRAY(0xac0c227c)
 
Profil de Norbert > Commentaires

Fiche d'identité

Contenu rédigé par Norbert
Classement des meilleurs critiques: 414
Votes utiles : 1373

Chez vous : découvrez nos services personnalisés en pages d'aide !

Commentaires écrits par
Norbert (France)
(TOP 500 COMMENTATEURS)   

Afficher :  
Page : 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11-20
pixel
Monstres à l'état pur
Monstres à l'état pur
par Miguel Angel Molfino
Edition : Broché
Prix : EUR 19,00

1 internaute sur 2 a trouvé ce commentaire utile :
4.0 étoiles sur 5 Superbement écrit, un roman noir aussi fascinant qu'envoûtant, 20 janvier 2014
Ce commentaire fait référence à cette édition : Monstres à l'état pur (Broché)
Porté de bout en bout par une prose limpide et de toute beauté qui parvient à allier précision cinématographique et fulgurances poétiques, Monstres à l'état pur est un roman noir initiatique aussi fascinant qu'envoûtant. Ici, pas d'énigme à résoudre ou d'intrigue au cordeau - celle-ci servant davantage de fil rouge au récit - mais un texte magnétique qui nous fait voyager dans une Argentine méconnue et rurale : « Les épisodes relatés dans ce livre se sont déroulés en 1968 dans la province du Chaco, en Argentine. »
Malgré la beauté des paysages, c'est un soleil de plomb qui sculpte ici, avec le dur labeur des terres, des hommes durs, travailleurs, secs comme des lianes. Certains paysans ont pu hériter de ces lopins de terre qui se transmettent de père en fils, uniques moyens de subsistance : c'est le cas du père de Miro. Pour les autres, ceux qui ne sont ni gros propriétaires terriens ni même paysans, seuls les combines et les petits trafics leur permettent de survivre. Confrontés à une police gangrénée par la corruption et capables des pires crimes, mieux vaut avoir la carapace dure.
Pour Miro, adolescent solitaire, rêveur et fragile, ce n'est pas un endroit pour vivre. Maltraité par un père aigri par la vie, frustré de ne pas avoir eu un fils digne de lui et capable de reprendre à sa mort la petite exploitation familiale, il ne trouve guère de réconfort auprès d'une mère qui l'aime mais qui a malheureusement fui dans l'alcool. Après le meurtre de ses parents, conscient qu'il va être recherché par la police, il se décide une nuit à faire du stop et se retrouve dans la voiture d'un étrange personnage, Hansen. Celui-ci, trafiquant d'armes, le voit avant tout comme une aide provisoire, un bouclier humain pour la livraison à hauts risques qu'il s'apprête à faire, et dont il se débarrassera ensuite. Mais au fil de la route et des préparatifs à effectuer, il va découvrir peu à peu la personnalité complexe et les multiples facettes de Miro, lequel, de son côté, apprend à goûter à cette nouvelle liberté et à cette nouvelle vie d'aventurier qui s'offre à lui.
Noir mais lumineux, un roman qui transporte littéralement le lecteur dans une Argentine aussi belle que sauvage, à travers un récit sinueux mais bien agencé qui permet d'en découvrir les plus sombres facettes. À travers une galerie de personnages hauts en couleurs, une atmosphère pleine de contrastes merveilleusement bien restituée et de somptueux paysages, Molfino signe un très beau texte, riche en images fortes et envoûtantes que le lecteur n'est pas prêt d'oublier...


La Méthode du crocodile
La Méthode du crocodile
par Maurizio DE GIOVANNI
Edition : Broché
Prix : EUR 18,91

2 internautes sur 3 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Un polar implacable, poignant et douloureux, qui fait l'effet d'un noeud coulant !, 20 janvier 2014
Ce commentaire fait référence à cette édition : La Méthode du crocodile (Broché)
Déjà auteur des enquêtes du commissaire Ricciardi (L'Hiver du commissaire Ricciardi et Le printemps du commissaire Ricciardi), Maurizio De Giovanni signe avec La méthode du crocodile un polar implacable et douloureux, impressionnant de maîtrise et d'efficacité. Dans une Naples glaciale et pluvieuse, hautaine et indifférente, où personne n'ose croiser le regard des autres de peur de devoir supporter la douleur qui ils y trouveront, passer inaperçu n'a jamais été aussi facile, surtout pour le tueur.
Impossible de relâcher ce roman de 280 pages, découpé en chapitres courts qui alternent les points de vue des futures victimes, du tueur et celui de l'inspecteur Lojacano.
Avec une écriture épurée, l'auteur construit pourtant des personnages touchants et d'une réelle épaisseur, des solitaires rongés par une séparation, un deuil, ou un divorce, mais qui, malgré tout, continuent d'avancer et de se battre. L'intrigue à la construction diabolique joue avec les clichés du thriller pour mieux s'en détourner au final et, le moment venu, prendre le lecteur à la gorge. Un polar suffocant et poignant, récompensé par le Prix Scerbanenco 2012 du meilleur polar italien de l'année au Festival de Courmayeur.
À NE PAS MANQUER : Dans la même veine, je conseille vivement un autre polar italien magistral et bluffant (mais malheureusement méconnu) : Tu es le mal de Roberto Costantini, un roman noir époustouflant d'une intensité rare !


La Fille des souterrains
La Fille des souterrains
par Anders ROSLUND
Edition : Broché
Prix : EUR 19,95

3 internautes sur 3 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Basé sur des faits réels, un roman noir glaçant et sans concession. Une lecture salutaire!, 20 janvier 2014
Ce commentaire fait référence à cette édition : La Fille des souterrains (Broché)
Comme à leur habitude, Roslund & Hellström nous livrent un polar d'autant plus glaçant qu'il est le fruit d'une longue enquête de la part des deux auteurs sur des faits malheureusement réels.
Ici, l'arnaque à l'aide humanitaire dans les pays de l'Est doublée d'un portrait effroyable d'une population rejetée qui vit dans les égouts et les sous-sols de Stockholm, depuis que les coupes budgétaires de l'Etat suédois ont fermé ou réhabilité nombre d'établissements de soins psychiatriques.
Tous les ingrédients du polar scandinave sont ici présents, le commissaire Ewert Grens est un personnage torturé par une vie privée insupportable.
Chapitres courts qui alternent les points de vue, une écriture au scalpel et une intrigue policière qui n'oublie pas de secouer le lecteur jusqu'à la dernière page.
Après La Bête, Box 21 et L'honneur d'Edward Finnigan, un nouveau roman du duo de choc suédois à ne pas manquer !
Brutale et sans concession, une lecture salutaire !


Des noeuds d'acier
Des noeuds d'acier
par Sandrine Collette
Edition : Broché
Prix : EUR 16,15

2 internautes sur 3 ont trouvé ce commentaire utile 
3.0 étoiles sur 5 Un roman noir captivant, mais qui manque parfois d'intensité, 20 janvier 2014
Ce commentaire fait référence à cette édition : Des noeuds d'acier (Broché)
Un premier roman plutôt réussi avec lequel Sandrine Collette aborde le huis-clos selon l'angle du roman noir, en traitant avant tout de la dépersonnalisation de la victime et de survie.
Elle a également l'habileté d'y confronter un personnage peu sympathique, Théo, un ex-taulard condamné pour avoir quasiment réduit son propre frère en bouillie après que celui-ci ait séduit sa fiancée. Un pari audacieux, car jamais ce personnage principal ne réussira à susciter durant son calvaire beaucoup d'empathie de la part du lecteur.
Malgré une écriture parfois un peu plate, elle réussit à planter un décor et une situation crédible et glaçants. Seules la rapidité et la facilité apparentes avec lesquels son personnage se soumet et abandonne toute tentative de révolte ou de fuite sont assez déconcertantes, avec pour résultat une progression dramatique du récit qui semble un peu trop courte, comme amputée d'un dénouement qui aurait pu faire culminer la tension.
Malgré cela, le découpage serré du texte et sa relative brièveté facilitent et accélèrent sa lecture. Bien que captivant et globalement bien mené, on peut toutefois être un peu déçu de constater qu'une fois la dernière page tournée, ce premier roman prometteur se révèle au final un peu trop "court en bouche", et qu'il n'ait pas ancré davantage de sensations, d'images, de souvenirs et d'émotions dans l'imaginaire du lecteur.


Dans la rue j'entends les sirènes
Dans la rue j'entends les sirènes
par Adrian McKinty
Edition : Broché
Prix : EUR 20,90

1 internaute sur 2 a trouvé ce commentaire utile :
5.0 étoiles sur 5 Digne de James Ellroy, Adrian McKinty signe à nouveau l'un des meilleurs romans noirs de ces dernières années !, 30 décembre 2013
Ce commentaire fait référence à cette édition : Dans la rue j'entends les sirènes (Broché)
Après Une terre si froide, qui inaugurait cette nouvelle trilogie du grand Adrian McKinty, voici donc une nouvelle enquête de Sean Duffy, immergée dans une Irlande du Nord du début des années 1980 en pleine guerre civile. Si les 2 romans peuvent se lire indépendamment, en tout cas la plupart des amateurs, spécialistes ou chroniqueurs de polars les ont donc classés dans les meilleurs polars de l'année !
Plusieurs signes ne trompent pas.
Même arrivés à la fin du livre, vous vous surprenez à freiner malgré tout au maximum votre lecture, anxieux à l'idée de devoir quitter Sean Duffy et son univers.
Vous vous dîtes : "Quel plaisir de lecture!" et n'avez plus qu'une envie, celle de vous ruer sur le prochain roman de McKinty. Un plaisir de lecture intense et malheureusement bien rare.
Or, avec Adrian McKinty, il y a tout un ensemble d'éléments qui font de chacun de ses romans de très grands polars.
Le contexte historique superbement reconstitué, passionnant, comme si vous y étiez. Il y aussi l'intrigue, solide et menée de main de maître qui, en plus de vous captiver, révèle à chaque fois de nouveaux rouages méconnus de cette Irlande à feu et à sang. Il y aussi l'écriture de McKinty, puissante, fluide et d'une rare force romanesque, agrémentée de cet humour noir mordant, de cette ironie désenchantée qui rendent les dialogues si savoureux.
Et puis, il y a le personnage de Sean Duffy, magnifique et tellement humain avec ses forces et ses faiblesses. Même les autres personnages sont superbement dépeints par l'auteur.
C'est grâce à tout cela que McKinty signe de formidables romans noirs !
Un dernier conseil : que vous commenciez votre lecture par ce roman ou par le précédent, Une terre si froide, assurez-vous d'avoir malgré tout d'avoir les deux à disposition : cela vous évitera d'enrager en attendant que le deuxième arrive enfin !
En attendant que paraisse enfin le troisième et dernier volet de cette magnifique trilogie, Adrian McKinty est tout simplement l'un des meilleurs auteurs de polars, une très grande plume à découvrir absolument !


Châtiments
Châtiments
par Hans KOPPEL
Edition : Broché
Prix : EUR 18,05

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
3.0 étoiles sur 5 Aussi sombre et dérangeant qu'un fait divers sordide..., 29 novembre 2013
Ce commentaire fait référence à cette édition : Châtiments (Broché)
Roman noir et psychologique sur le thème de la vengeance, qui se veut une illustration de l'emprise des bourreaux sur leurs victimes, "Châtiments" se lit vite et sans ennui, grâce à quelques retournements de situation qui maintiennent l'intérêt du lecteur. Il y a aussi la dissection d'un couple trentenaire, avec ses non-dits et ses failles, qui sont intéressantes.
Le lecteur ne connait pas ce qu'a pu faire la victime dans sa jeunesse pour susciter une quinzaine d'années plus tard de tels actes de vengeance, d'asservissement et d'humiliation de la part de ses bourreaux, jusqu'au dernier chapitre, percutant, qui éclaire alors ce "fait divers" sous un angle totalement différent et laisse un goût âpre.
Malheureusement, si l'écriture directe et crue participe au malaise suscité chez le lecteur, elle manque toutefois singulièrement de souffle pour l'embarquer totalement, d'autant plus que les personnages secondaires ne sont absolument pas crédibles. Malgré quelques bonnes idées et une construction habile, le manque d'épaisseur et de consistance dont souffre ce roman l'empêche de dépasser le niveau anecdotique d'une série B vite lue, mais vite oubliée.


La Maison des tocards
La Maison des tocards
par Mick HERRON
Edition : Broché
Prix : EUR 19,95

5.0 étoiles sur 5 Un thriller psychologique passionnant qui renouvelle les codes du roman d'espionnage, 19 novembre 2013
Ce commentaire fait référence à cette édition : La Maison des tocards (Broché)
Dès les premières pages, ce qui marque et accroche le lecteur, c'est que Mick Herron, qui n'est pas un petit nouveau dans le monde du polar puisqu'il est l'auteur de plusieurs romans à succès en Grande Bretagne, possède un redoutable talent de conteur et une écriture d'une grande qualité qui captive l'attention par sa puissance romanesque.
Mais contrairement à la 4eme de couverture qui laisserait croire qu'il s'agit presque d'une comédie policière, nous sommes bel et bien là plongés dans une parfaite ambiance de romans noirs, sombre et intrigante, même si l'humour noir notamment lors de certains dialogues fait mouche.
L'intrigue est passionnante et renouvelle totalement les codes du roman d'espionnage : pas de gadgets ni de clichés à la James Bond ici, mais au contraire une lutte entre les services de renseignements anglais, comme s'il s'agissait de rivalités entre le FBI et la police locale aux USA.
Après les attentats de Londres en 2005 qui ont bouleversé les consciences et culpabiliser les services secrets, la menace sur internet de l'exécution d'un otage va remobiliser les fameux "tocards" du MI5, mis au "Placard" depuis de longues années et réduits à des tâches administratives subalternes et déprimantes. Mais lorsque ceux-ci interviennent en croyant avoir des atouts, ils vont peu à peu démasquer une sombre machination...
Personnages réussis et bien campés, suspense savamment dosé, rythme soutenu et une intrigue originale font de ce roman noir subtil et intelligent un thriller psychologique particulièrement réussi et addictif, dans la lignée d'un John Le Carré !
Je conseille vivement sa lecture, qui vous changera agréablement de l'immense majorité des polars et thrillers publiés aujourd'hui.


Une terre si froide: Traduit de l'anglais (Irlande) par Florence Vuarnesson
Une terre si froide: Traduit de l'anglais (Irlande) par Florence Vuarnesson
par Adrian McKinty
Edition : Relié
Prix : EUR 20,43

4 internautes sur 4 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Underworld Ulster tome 1... Adrian McKinty, le Ellroy irlandais !, 14 novembre 2013
On pourrait nommer cette nouvelle trilogie d'Adrian McKinty "Underworld Ulster", tant, comme l'a déjà fait James Ellroy avec les Etats-Unis, McKinty nous plonge ici avec son personnage de Sean Duffy dans les arcanes d'une Irlande du Nord en plein chaos et en pleine guerre civile, au tout début des années 1980, reconstituant toute la violence aveugle, l'intolérance et l'atmosphère de terreur qui régnaient, mais dévoilant aussi les secrets et autres dessous inattendus et peu reluisants du conflit.
Pourtant, loin d'assommer son lecteur de données politiques ou historiques, McKinty nous livre avant tout un vrai polar noir, où il déroule les bases d'une enquête à priori "classique", à la poursuite d'un tueur en série qui s'en prendrait aux homosexuels. Rapidement, le lecteur s'identifie au magnifique personnage de Sean Duffy qui va devoir affronter un mur du silence total mais qui, à force de volonté, va réussir à ouvrir des brèches qui vont le conduire de révélations explosives en retournements de situation haletants.
Avec son écriture puissante, son humour à froid et son style racé, Adrian McKinty dresse une galerie de personnages fascinants, et signe un impressionnant roman noir, palpitant et sans concession, au contexte historique passionnant, qui prend le lecteur aux tripes.
Inutile de préciser qu'après ce premier opus, je viens de me précipiter sur le second volet de la trilogie : "Dans la rue j'entends les sirènes", qui vient de paraître chez le même éditeur !
Du très grand roman noir à ne pas manquer, et un auteur virtuose à découvrir absolument !


La Maison des absents
La Maison des absents
par Tana French
Edition : Broché
Prix : EUR 20,81

4 internautes sur 4 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Un thriller noir et psychologique d'un suspense et d'un réalisme terrifiants. Excellent !, 3 novembre 2013
Ce commentaire fait référence à cette édition : La Maison des absents (Broché)
Après le grand Adrian McKinty (auteur, entre autres, des formidables "Une terre si froide " et "Dans la rue j'entends les sirènes", parus récemment et à découvrir absolument), Tana French est sans conteste l'un de mes auteurs irlandais préférés.
Elle a un talent exceptionnel, une plume envoûtante qui cisèle la psychologie de personnages pour lesquels on éprouve une totale empathie, vivant leurs déceptions, leurs chagrins, leurs blessures.
J'ai retrouvé ces mêmes sentiments de mélancolie, d'inéluctabilité qui m'avaient tant subjugué à la lecture de son premier roman, "Ecorces de sang", mais ici on sent qu'elle a gagné en maturité, en efficacité, et nous livre une fin asphyxiante de noirceur, comme une lente agonie, et l'impression que chacune de mes tripes passaient les unes après les autres à la moulinette.
Tana French signe un thriller noir et psychologique d'autant plus poignant qu'il illustre avec intelligence et subtilité l'un des fléaux de notre époque marquée par la crise.
Une tragédie d'un réalisme vertigineux, à la conclusion quasi insoutenable.


Les Disparues de Juarez
Les Disparues de Juarez
par Sam HAWKEN
Edition : Broché
Prix : EUR 19,95

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
5.0 étoiles sur 5 Attention talent ! Un polar choc et implacable sur un sujet occulté par les médias, 11 octobre 2013
Ce commentaire fait référence à cette édition : Les Disparues de Juarez (Broché)
Je suis ressorti de la lecture de ce roman noir marqué à vif.
C'est tout d'abord la révélation d'un nouveau talent, comme l'a été il y a peu de temps aussi l'Italien Roberto Costantini avec son magnifique polar "Tu es le mal", bien que sur un sujet totalement différent.
Ici, Sam Hawken dédie son roman aux centaines de femmes disparues, mortes, à Ciudad Juárez, Mexique : « Pour las mujeres muertas de Juárez ».
Alors que ce véritable drame humain est rarement abordé, y compris dans le roman noir, et qu'il est totalement occulté par la guerre des narcotrafiquants au Mexique dans les médias, ce polar à l'ambiance crépusculaire est là pour nous montrer les faits. Et si l'on sent une documentation parfaite de la part de l'auteur, à aucun moment celui-ci ne s'embarrasse pourtant de longs passages didactiques.
Ses personnages finement dessinés, en quête de rédemption, semblent condamnés inéluctablement par une société où ceux qui profitent de cet immonde trafic humain font partie de la haute société et habitent des terres ultra-sécurisées pour milliardaires.
Drogue, trafic humain et exploitation de populations misérables sont les fondements de cette société mexicaine rongée par la corruption généralisée et la soumission à un ultra-libéralisme mondialisé, conséquences notamment de cette proximité étouffante avec les Etats-Unis.
Avec un style sec et sans fioriture, Sam Hawken dégaine un grand polar, très noir, direct et brutal, dans lequel, parfois, des relents d'humanité permettent de ne pas perdre quand même totalement espoir.
Il nous livre aussi, notamment, le magnifique portrait d'un personnage qui semble tout droit sorti de chez David Goodis : le boxeur américain et ex-toxico Kelly Courter, qui a du se réfugier de l'autre côté de la frontière et doit servir de punching-ball vivant dans les combats clandestins où le public qui vient est assoiffé de sang, n' a même pas dépassé la trentaine qu'il ne se croit même plus digne d'avoir un avenir. Heureusement, son pote Esteban, qui va lui confier un peu d'herbe à vendre pour qu'il n'ait plus à se faire défigurer pour survivre, ainsi que Paloma, la soeur d'Esteban et petite amie "non-officielle" de Kelly, vont lui montrer qu'il peut suivre une autre voie, en prenant soin de lui. C'est ce qu'il va faire, en arrêtant les combats, en faisant attention à sa santé, mais c'est à croire qu'il n'y a vraiment pas d'avenir possible, pas de rédemption possible pour des personnages comme Kelly. Sa descente en enfer est glaçante. Et la suite est terrifiante.
Car ici, on est loin des thrillers formatés avec rebondissements artificiels toutes les deux pages ! Au contraire, la progression dramatique du récit prend le lecteur à la gorge et lorsque rebondissements il y a, ils font l'effet d'un coup de massue...
C'est dire s'il y a du Goodis, du Hammett et du Jim Thompson chez Sam Hawken qui est vraiment un auteur à suivre ! D'ailleurs, je vais me ruer sur son second roman, "Guet-apens", paru cet été chez le même éditeur.
Une lecture qui glace le sang, poignante mais salutaire, dont on ne ressort pas indemne... Un auteur à découvrir, pour tous les amateurs de noir !

PS : À noter aussi que dans ce roman, Sam Hawken nous délivre un terrible exemple de ce fameux phénomène des "enclosures", ces quartiers, lotissements, ou ici carrément une colline entière, qui sont privatisés, coupés du reste du monde et ultra-sécurisés par des sociétés de sécurité privées, permettant ainsi aux plus riches de se retirer en toute sécurité, de vivre tranquilles à l'abri de la misère et des regards des autres. C'est d'ailleurs le sujet de Pur, le dernier roman d'Antoine Chainas, ainsi que du court mais percutant roman noir d'anticipation "Utopia", de Ahmed Khaled Towfik.


Page : 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11-20