undrgrnd Cliquez ici ValentinB nav-sa-clothing-shoes nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici Soldes Cliquez ici Acheter Fire Achetez Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo Montres soldes Bijoux Soldes
Profil de Sylvain Tristan > Commentaires

Fiche d'identité

Contenu rédigé par Sylvain Tristan
Classement des meilleurs critiques: 451.036
Votes utiles : 166

Chez vous : découvrez nos services personnalisés en pages d'aide !

Commentaires écrits par
Sylvain Tristan "Sylvain Tristan" (France, UK and USA)

Afficher :  
Page : 1
pixel
FAUT-IL AVOIR PEUR DU NUCLEAIR
FAUT-IL AVOIR PEUR DU NUCLEAIR
par CLAUDE ALLEGRE
Edition : Broché

14 internautes sur 28 ont trouvé ce commentaire utile 
1.0 étoiles sur 5 Le cynisme du mammouth, 27 avril 2011
Ce commentaire fait référence à cette édition : FAUT-IL AVOIR PEUR DU NUCLEAIR (Broché)
Quelle honte, quelle cynisme, quel irrespect, Monsieur Allègre! Oser aller faire dans les médias, avec autant de cynisme, la promotion d'un livre qui tombe bien mal, en ce 25e anniversaire de Tchernobyl, et alors que les Japonais luttent toujours contre la centrale de Fukushima!

Comment osez-vous comparer les morts des accidents de voitures avec les dégâts occasionnés par le nucléaire (sans doute des centaines de milliers de contaminés avec Tchernobyl, des morts et d'autres qui souffrent d'une mort lente, une zone irradiée pour des siècles et encore des siècles). Comment osez-vous dire, à la TV, que la centrale de Fukushima n'a fait AUCUN mort? Rien, absolument rien, ne justifie le nucléaire. Car, comme vous le dites si bien, rien n'est sans risque. Deux accidents majeurs en un quart de siècle, est-ce de bonne augure?

Monsieur Allègre, souhaitez-vous donc laisser à nos enfants et à nos petits-enfants des bombes à retardement qui vont peu à peu contaminer à l'uranium et au césium de vastes portions de notre petite Terre déjà surpeuplée? C'est tout simplement ridicule et irresponsable.

Ecoutez le physicien nucléaire Michio Kaku, ce grand Américain d'origine japonaise qui, malgré sa formation, a préféré renoncer au nucléaire, et qui s'exprime régulièrement sur les TV américaines. Cet auteur de certains des meilleurs ouvrages sur l'astronomie a une vision du futur passionnante et raisonnée. Et il admet que les membres de sa famille vivant à Tokyo ont évacué la ville depuis l' "incident" de Fukushima, catastrophe qui selon lui pourrait s'avérer pire que celle de Tchernobyl.

Monsieur Allègre, vous parlez d'indécence lorsque certains responsables politiques relancent le débat sur le nucléaire plutôt que, dites-vous, d'avoir de la compassion pour les victimes du tsunami. Mais comment qualifiez-vous le fait que vous sortiez un livre qui relativise tant le nucléaire immédiatement après cette catastrophe? Coïncidence, ou bien surfez-vous vous aussi sur un tsunami d'opportunisme?

Sylvain Tristan, auteur des "Lignes d'or" (Alphée 2005)
Remarque sur ce commentaire Remarques sur ce commentaire (2) | Permalien | Remarque la plus récente : May 12, 2011 2:06 PM MEST


Des gens très bien
Des gens très bien
par Alexandre Jardin
Edition : Broché
Prix : EUR 18,30

38 internautes sur 49 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Une oeuvre magistrale, 15 janvier 2011
Ce commentaire fait référence à cette édition : Des gens très bien (Broché)
Rien que pour la démarche, qui vise à faire voler en éclats l'hypocrisie malsaine existant dans ce pays depuis trop longtemps, le livre d'Alexandre Jardin mérite cinq étoiles. Oui, un directeur de cabinet en 1942 savait; lorsque cela est dit, tout est dit. Le meilleur Jardin.

Sylvain Tristan, auteur des "Lignes d'or", Alphée 2005
Remarque sur ce commentaire Remarques sur ce commentaire (3) | Permalien | Remarque la plus récente : Jan 17, 2011 11:13 PM CET


Avant les pyramides: La résolution du plus grand mystère de l'archéologie
Avant les pyramides: La résolution du plus grand mystère de l'archéologie
par Christopher Knight
Edition : Broché

7 internautes sur 7 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 La réalité dépasse la fiction, 23 septembre 2010
Un essai rare, comme on n'en trouve un toutes les décennies, ou peut-être un tous les vingt ans. Ce livre marque sans aucun doute un tournant dans les recherches d'Alan Butler et de Christopher Knight. Voilà maintenant une douzaine d'années qu'Alan Butler postule l'existence d'une géométrie secrète et ancestrale en Grande-Bretagne. Ce qui jusqu'à aujourd'hui restait purement théorique prend aujourd'hui une toute autre dimension, puisque les preuves sur le terrain abondent et qu'elles sont immédiatement vérifiables par tous grâce à Internet. A présent, plus personne ne saurait dire que les auteurs inventent ou font de la spéculation gratuite.

Je n'entends pas ici déflorer ce merveilleux ouvrage, mais les implications de leurs découvertes sont phénoménales, tissant des liens improbables entre le monde mégalithique de Grande-Bretagne d'il y a 5500 ans et les pyramides de Gizeh. Beaucoup plus étonnant encore, il faut ajouter à ce lien spatial un lien temporel d'une envergure considérable, puisque le plan de la ville (en comparaison fort moderne) de Washington aux Etats-Unis vient s'imbriquer presque magiquement dans cette superstructure, dans une thèse plus forte encore que n'importe quel roman de Dan Brown... et pourtant, tout est bien réel, et, une fois encore, vérifiable par tous en l'espace de quelques minutes.

Butler et Knight ne présentent pas ici un travail universitaire au sens strict, mais un travail pluridisciplinaire, avec l'oeil d'ingénieur de Butler et la passion pour l'histoire partagée par le duo d'auteurs, qui ne peut manquer de laisser indifférent le lecteur lisant ce livre avec un esprit ouvert et sans a priori. Les données fournies dans cette fabuleuse enquête sont simples et les résultats souvent sans appel. Un livre qui, tel un gigantesque grand huit, remue, secoue, donne des frissons, et procure des sensations très fortes. A lire et à découvrir absolument.

Sylvain Tristan, auteur des "Lignes d'or" (Alphée 2005)


Surnaturel - Rencontres avec les premiers enseignants de l'humanité
Surnaturel - Rencontres avec les premiers enseignants de l'humanité
par Graham Hancock
Edition : Broché

14 internautes sur 18 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Une théorie audacieuse et unificatrice, 13 novembre 2009
Ce commentaire fait référence à cette édition : Surnaturel - Rencontres avec les premiers enseignants de l'humanité (Broché)
Un ouvrage qui renoue enfin avec le Graham Hancock tel qu'on l'a découvert à ses débuts ("Le Mystère de l'Arche perdue"): la théorie est audacieuse, le livre documenté, et l'auteur a fait une enquête de terrain sur plusieurs continents, n'hésitant pas à expérimenter sur lui-même des drogues dites dures afin d'en mesurer les conséquences sur sa propre conscience. De plus, sa théorie est unificatrice, et offre des pistes solides sur la possibilité que le phénomène OVNI, les apparitions de fées, les expériences mystiques, les dialogues entre shamans et esprits, ainsi même que les figurations mi-humaines mi-animales des peintures rupestres qui ornent nos grottes, s'expliquent au sein d'un phénomène unique: les états modifiés de conscience. Ce livre devrait ravir les passionnés de phénomènes inexpliqués et d'énigmes en tous genres, de même qu'il devrait intéresser les plus sceptiques d'entre nous, dans le sens que l'analyse du problème se veut objective et, en partie du moins, rationnelle. Même si bien sûr, Hancock, comme à son habitude, n'hésite pas à ouvrir une hypothétique porte sur l'irrationnel et l'inconnu - donc nécessairement sujette à controverse - bref, sur un autre monde aussi mystérieux qu'intriguant, et ce pour le plus grand plaisir de ses nombreux fans.

Sylvain Tristan, auteur des "Lignes d'or" (Alphée 2005) et d' "Atlantide, premier empire européen" (Alphée 2007)
Remarque sur ce commentaire Remarque sur ce commentaire (1) | Permalien | Remarque la plus récente : Dec 11, 2009 8:00 PM CET


Jésus et Jean Baptiste : Enquête historique sur une rencontre légendaire
Jésus et Jean Baptiste : Enquête historique sur une rencontre légendaire
par Laurent Guyénot
Edition : Broché

3 internautes sur 5 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Fouillé et érudit, 28 juin 2009
Un ouvrage très fouillé et érudit, qui présente une thèse inédite sur les rapports présumés entre Jésus et Jean-Baptiste. Jamais naïf, toujours précis, fondé sur une analyse critique des Evangiles, ce livre passionnera tous ceux qui portent un intérêt historique sur la période du Christ. Hautement recommandé.

Sylvain Tristan, auteur des "Lignes d'or" (Alphée 2005) et de "Atlantide, premier empire européen" (Alphée 2007).


Les druides : Des philosophes chez les Barbares
Les druides : Des philosophes chez les Barbares
par Jean-Louis Brunaux
Edition : Broché

35 internautes sur 37 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 A lire Absolument!, 28 février 2009
Ce commentaire fait référence à cette édition : Les druides : Des philosophes chez les Barbares (Broché)
Sans aucun doute l'un des meilleurs ouvrages écrit sur les druides depuis plus de 2000 ans (!), c'est-à-dire depuis celui de l'auteur grec Poseidonios d'Apamée au début du 1er siècle avant J.-C, auteur méconnu qui rencontra probablement les druides à l'époque et fit d'eux une étude détaillée, en véritable scientifique éclectique qu'il était. Méconnu, et pour cause, puisque les dizaines de volumes qu'il a écrits sont aujourd'hui malheureusement perdus, même si de nombreux auteurs tels que Strabon ou Diodore de Sicile l'ont amplement cité par la suite. Même Jules César, bien qu'il ne mentionne pas ses sources, a selon toute vraisemblance également utilisé l'ouvrage de Poseidonios pour rédiger le célèbre passage sur les druides qu'on peut trouver dans la « Guerre des Gaules ».

Rendant donc justice à Poseidonios dont le témoignage sur les druides demeure capital, examinant avec attention les autres écrits de l'antiquité mentionnant les druides, et surtout les replaçant dans leur contexte, les critiquant donc au besoin comme il se doit, enfin s'appuyant sur les toutes dernières découvertes archéologiques qui permettent de mettre en adéquation ou non les textes grecs et latins à la réalité de terrain dans une certaine mesure, Brunaux parvient à redonner vie à ces personnages hors du temps qui alimentent depuis deux mille ans de nombreux fantasmes sur nos origines.

Les druides perdent ainsi un peu de leur magie, voir de leur mysticisme, comme autant de robes d'enchanteurs qu'on a voulu leur faire porter au fil des siècles, mais surtout retrouvent leur fonction originelle, qui n'en est que plus prestigieuse encore, de philosophes au sens large du terme, c'est-à-dire d'intellectuels qui s'adonnaient à toutes les sciences et qui semblaient exceller dans chacune d'entre elles, et qui en outre se situaient même au dessus des rois dans leur société.

S'il ne fait aucun doute que cet ouvrage, qui traite la question avec la plus grande rigueur scientifique et argumente sa démonstration de façon raisonnée, fera école sur la manière dont les historiens devront désormais considérer les druides, il ne clôt pas pour autant le débat sur l'origine des druides. En effet, si le philhellénisme des druides des derniers siècles avant notre ère ne fait aucun doute, l'auteur reste un peu flou sur la nature exacte des relations entre druides et Pythagoriciens - en d'autres termes, quel mouvement fut à l'origine de l'autre ? Brunaux ne cite-t-il pas, à juste titre, Antisthène de Rhodes qui, dès le IIIe siècle av. J.-C., présentait les druides comme « les pères de la philosophie » ?

De la même façon, l'auteur présente les druides comme des « experts » en géométrie et en astronomie, mais ne fait guère remonter leur existence au-delà de la fin du VIIe siècle av. J.-C. Or n'existe-t-il pas un continuum évident des connaissances géométriques présumées du peuple responsable de monuments mégalithiques tels que Stonehenge et Avebury sur un même méridien, à celles par exemple des druides éduens dont la capitale se situait sur le Mont Beuvray, sur la même longitude que l'Alésia des Celtes qui selon toute probabilité se trouvait à Guillon ? Brunaux relègue un peu vite la légende sur la fondation d'Alésia que nous donne Diodore de Sicile, de même qu'il évacue un peu vite aussi les paroles de César qui affirme que l'origine de la doctrine druidique provient... de Grande-Bretagne !

Pour conclure, un livre passionnant où l'on apprend mille choses, entre autres qu'il existait une véritable université à Autun il y a de cela 2000 ans, ou encore que les druides sont les seuls hommes de l'histoire à être parvenus à un contrôle total de l'écriture, ou encore qu'une tribu de femmes aux moeurs pour le moins étranges vivait seule sur une île au large de l'embouchure de la Loire. Un livre qui remet à plat de façon claire et intelligente ce que l'on sait à propos des druides, tout en réouvrant le débat controversé sur l'origine, ou en tout cas la filiation originelle, du savoir druidique.

Sylvain Tristan, auteur des « Lignes d'or » (Alphée 2005).
Remarque sur ce commentaire Remarque sur ce commentaire (1) | Permalien | Remarque la plus récente : Aug 28, 2012 10:03 PM MEST


Le mystère de l'Arche perdue - À la recherche de l'Arche d'Alliance
Le mystère de l'Arche perdue - À la recherche de l'Arche d'Alliance
par Graham Hancock
Edition : Broché

12 internautes sur 13 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Une enquête historique passionnante, 19 février 2009
Ce commentaire fait référence à cette édition : Le mystère de l'Arche perdue - À la recherche de l'Arche d'Alliance (Broché)
Un ouvrage de référence pour quiconque s'intéresse à l'Arche d'alliance ou encore aux grands mystères de l'histoire, ou encore aux reliques ou aux origines des religions en général. L'auteur a fait un travail de fond, tant dans l'étude et l'analyse des sources les plus anciennes sur le sujet, que sur le terrain, de la France au Moyen Orient, et de l'Ecosse à l'Ethiopie en passant par l'Egypte. Au fil de ces périples pleins de rebondissements dont Indiana Jones n'a rien à envier, le lecteur ressort enrichi intellectuellement, et il lui est difficile de ne pas être d'accord avec Hancock sur les grandes lignes du cheminement que l'Arche d'alliance semble avoir suivi de Jérusalem à cette lointaine île monastique du Lac Tana en Ethiopie. Bien que je ne partage pas la conclusion finale de l'auteur sur la localisation actuelle présumée de l'Arche, ce livre est captivant du début à la fin et s'affirme comme l'une des quêtes les plus abouties de l'Arche d'Alliance jamais entreprises.

Sylvain Tristan, auteur des « Lignes d'or » (Alphée, 2005)


L'Histoire interdite : Révélations sur l'Histoire de France
L'Histoire interdite : Révélations sur l'Histoire de France
par Franck Ferrand
Edition : Broché

40 internautes sur 50 ont trouvé ce commentaire utile 
3.0 étoiles sur 5 Alésia à Chaux-des-Crotenay? Ce n'est guère scientifique!, 11 février 2009
Ce commentaire fait référence à cette édition : L'Histoire interdite : Révélations sur l'Histoire de France (Broché)
Une très bonne idée de départ que de vouloir rétablir des vérités historiques, même si les conclusions de l'auteur doivent aller à l'encontre de l'histoire dite « officielle ». Dommage qu'il aille trop vit en besogne ! Que la célèbre Alésia, théâtre de la défaite de Vercingétorix devant César, ne se trouve pas à Alise-Sainte-Reine, c'est plus que plausible, mais qu'elle se trouve dans le Jura à Chaux-des-Crotenay, c'est faire peu de cas du travail en général éminemment sérieux des archéologues, qui depuis longtemps jugent cette hypothèse fantaisiste. En revanche, la thèse de Bernard Fèvre à Guillon, à laquelle la science ne s'est malheureusement pas intéressée jusqu'à présent, est totalement passée sous silence par Franck Ferrand, alors que tous ceux qui connaissent le site s'accordent à dire que tout là-bas correspond aux descriptions de César ! Comment expliquer cet « oubli » de Ferrand autrement que par un besoin de privilégier le sensationnel au travail de fond indispensable lorsqu'on entend rétablir une vérité historique ? Je donne trois étoiles pour le courage de l'auteur à vouloir bousculer un ordre qui s'est peut-être trop rapidement établi, mais sur Alésia l'enquête de fond n'a manifestement pas été effectuée avec tout le sérieux nécessaire.

Sylvain Tristan, auteur des « Lignes d'or » (Alphée 2005).


Alésia retrouvé. La bataille continue
Alésia retrouvé. La bataille continue
par Serge Barnoud
Edition : Broché

3 internautes sur 4 ont trouvé ce commentaire utile 
3.0 étoiles sur 5 Dilemme presque fatal!, 9 février 2009
Ce commentaire fait référence à cette édition : Alésia retrouvé. La bataille continue (Broché)
Terrible dilemme que d'écrire un commentaire sur le livre de Serge Barnoud ! Pour ce faire, il faut radicalement séparer la forme du fond. La forme, tout d'abord. Je dois avouer que de toute ma vie, jamais je n'ai lu de livre aussi mal écrit (et je ne crois nullement exagérer) : fautes d'orthographes à la pelle, absence regrettable de chapitres, salmigondis incompréhensible de polices différentes et d'italiques qui se succèdent sans guère de logique, farrago d'informations parfois confuses qui manquent singulièrement de structure, style pompeux (l'auteur aime se mette en exergue), humour pesant omniprésent dont on se passerait volontiers (l'auteur ne cesse de faire référence à une certaine « mémé » imaginaire), références pénibles au goût prononcé de l'auteur pour les spiritueux en tous genres... Pauvre Gérard T., remercié en première page pour avoir « corrigé » l'ouvrage ! L'auteur aurait au moins pu avoir la délicatesse de prendre à son compte les (multiples) erreurs qui demeurent. Bref, le livre est une insulte non seulement au monde de l'édition, mais il couvre également de honte la réputation d'un pays qui prétend être développé. Je ne crois pas un éditeur d'un autre pays européen capable de publier quelque chose de comparable. Au crédit de l'auteur, celui-ci admet page 202, « cherche pas, je suis un peu bizarre ! », au cas où on ne l'aurait pas remarqué soi-même.

Les 3 étoiles que j'octroie à l'ouvrage jugent le fond, car pour la forme seule j'aurais pu donner MOINS 5 étoiles si cela avait été possible. Quelle tristesse donc que ce livre soit l'un des seuls à défendre la thèse de Bernard Fèvre, dont je me fais l'avocat depuis des années (voir « Les Lignes d'or »), selon laquelle Alésia se trouve à Guillon et non à Alise-Sainte-Reine ! Car ce livre possède au moins ce mérite : il décrit en détail la théorie passionnante de Fèvre (avec visite guidée sur le terrain) qui à mes yeux démolit tout autant la thèse officielle d'une Alésia à Alise que la contre-théorie très médiatique de Berthier à Chaux-des-Crotenay. Faute de mieux donc, un livre indispensable à ceux qui souhaiteraient lever une partie du voile sur la ville que Diodore de Sicile décrivait comme « le foyer et la métropole de toute la Celtique » et où Vercingétorix rendit les armes en 52 avant JC.

Sylvain Tristan, auteur de « Les Lignes d'or » (Alphée 2005)


Page : 1