Profil de ACG > Commentaires

Fiche d'identité

Contenu rédigé par ACG
Classement des meilleurs critiques: 1.132.440
Votes utiles : 40

Chez vous : découvrez nos services personnalisés en pages d'aide !

Commentaires écrits par
ACG "ACG" (France)

Afficher :  
Page : 1
pixel
Fatherland
Fatherland
par Robert HARRIS
Edition : Poche
Prix : EUR 6,80

13 internautes sur 14 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Thriller haut de gamme., 12 février 2007
Ce commentaire fait référence à cette édition : Fatherland (Poche)
Fatherland est un polar noir admirablement ficelé. Son originalité tient à la fois à l'excellente intrigue policière et à la description très documentée de l'Allemagne nazie. Le roman baigne de ce fait dans une atmosphère ultra-réaliste : le parti est omniprésent, Berlin vit dans le culte du Führer, la suspicion et la délation règnent en maître (terrible scène où le héros est trahi par un membre de sa propre famille). Dans ce climat étouffant et très crédible, March lutte avec l'aide d'une jeune journaliste américaine pour dévoiler la vérité indicible sur laquelle s'est bâti le Reich. On éprouve une grande sympathie pour Xavier March, seul à résister à l'endoctrinement général orchestré par les nazis et à conserver son libre-arbitre (mais à quel prix!).

Captivant et angoissant, Fatherland se dévore d'un bout à l'autre. Cerise sur le gâteau, la fin est très réussie, ce qui est loin d'être toujours le cas dans ce type de romans.
Remarque sur ce commentaire Remarque sur ce commentaire (1) | Permalien | Remarque la plus récente : Oct 25, 2013 6:30 PM MEST


Kiss Kiss
Kiss Kiss
par Roald Dahl
Edition : Poche
Prix : EUR 7,90

3 internautes sur 4 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Histoires délectables, 11 février 2007
Ce commentaire fait référence à cette édition : Kiss Kiss (Poche)
Un cerveau qui survit à la mort de son propriétaire, un chat qui s'avère être la réincarnation du musicien Franz Liszt, une logeuse qui n'empaille pas que des animaux, un bébé nourri à la gelée royale qui se transforme en abeille, tels sont quelques uns des protagonistes hauts en couleurs qui peuplent les pages de Kiss Kiss. Les nouvelles, dont certaines lorgnent allègrement vers le fantastique, mélangent avec brio réalisme et étrangeté.

On se délecte de ces histoires plus ou moins macabres, à l'humour noir délicieusement britannique. Les nouvelles que j'ai le plus appréciées sont "Tous les chemins mènent au ciel" (cruel), "Un beau dimanche", "Madame Bixby et le manteau du Colonel" (deux variantes du thème de l'arroseur arrosé) et "Une histoire vraie" (la chute glace littéralement le sang...)

Bref, un très bon moment.


Délire d'amour
Délire d'amour
par Ian McEwan
Edition : Poche
Prix : EUR 7,90

9 internautes sur 12 ont trouvé ce commentaire utile 
3.0 étoiles sur 5 Pas totalement convaincant, 11 février 2007
Ce commentaire fait référence à cette édition : Délire d'amour (Poche)
Même si le sujet de Délire d'amour est original et bien mené, je n'ai pas été totalement convaincue. Certes, le roman comporte de nombreux points forts. Le harcèlement que subit Joe et l'angoisse qu'il suscite chez lui sont remarquablement bien décrits. L'amour étouffant que lui voue Jed l'entraîne dans une spirale destructrice : son couple se désagrège lentement car Clarissa le croit paranoïaque, et il se retrouve confronté à ses propres démons (sa carrière manquée par exemple). La terreur et la solitude envahissent son existence, sa raison vacille. Une atmosphère lourde et oppressante suinte de chaque page, et le suspense est bien présent. De ce point de vue, le livre est une réussite.

Malgré cela, Délire d'amour ne m'a pas totalement emballée, peut-être à cause des longueurs et répétitions qui plombent le récit (l'écriture en boucle revient constamment sur les faits, et Joe a une fâcheuse tendance à partir dans de longs monologues scientifiques). De plus, j'ai eu du mal à m'attacher aux personnages. On compatit aux malheurs du narrateur, bien content de n'être pas à sa place, mais son comportement est parfois incohérent (Jed Parry lui laisse 50 messages sur son répondeur et il ne trouve rien de mieux que d'effacer immédiatement ces preuves irréfutables de harcèlement!).

Délire d'amour est néanmoins un roman original dont les thèmes (obsession, folie et paranoïa) ne laissent pas indifférents. A lire pour se faire sa propre opinion.


Henry Dunbar
Henry Dunbar
par Mary-Elizabeth Braddon
Edition : Poche
Prix : EUR 8,70

7 internautes sur 7 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Une lecture très agréable, 11 février 2007
Ce commentaire fait référence à cette édition : Henry Dunbar (Poche)
Considérée comme l'Agatha Christie de l'époque victorienne, Mary Elizabeth Braddon a publié plus de quatre-vingt romans.

Comparer Mary Elizabeth Braddon à Agatha Christie me semble quelque peu exagéré. Certes, il y a un meurtre et des rebondissements dans Henry Dunbar, mais on dénoue assez vite les fils de l'intrigue, et le suspense est loin d'être insoutenable. L'histoire, très bien construite au demeurant, était sans doute novatrice en 1864, date de parution du livre, mais il en faut plus à notre époque pour surprendre le lecteur.

Toutefois, ce n'est pas l'intrigue policière qui fait l'intérêt principal du roman, mais plutôt tout le reste : les personnages à la psychologie soignée (j'ai beaucoup aimé le personnage de Margaret, plein de dignité et de détermination) et les relations qu'ils entretiennent entre eux, la peinture des milieux financiers londoniens et des classes aisées au XIXe siècle, le style élégant, le charme parfois suranné qui se dégage des pages...

Au final, une lecture très agréable pour qui apprécie les ambiances victoriennes. Les autres seront peut-être moins emballés.


La Souris Bleue
La Souris Bleue
par Kate Atkinson
Edition : Broché
Prix : EUR 19,00

2 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Fabuleux, 3 janvier 2007
Ce commentaire fait référence à cette édition : La Souris Bleue (Broché)
La souris bleue suit les pas d'un détective privé, Jackson Brodie, qui enquête sur des affaires criminelles non résolues à Cambridge. Comme toujours avec Kate Atkinson, l'intrigue est loin d'être linéaire. Plusieurs histoires s'entremêlent, et les allers retours entre le passé et le présent sont légion. Tous ces récits s'articulent cependant autour d'un thème commun : les relations parents-enfants (et plus particulièrement les relations père-fille), avec ce qu'elles peuvent avoir de touchant, mais aussi d'excessif et de malsain. La structure du récit est complexe, et pourtant Kate Atkinson ne perd jamais son lecteur, montrant là l'étendue de son talent et la fluidité de son style.

Bien que le roman aborde des thèmes très durs (l'inceste notamment), l'humour est omniprésent. Les passages déchirants alternent en permanence avec des situations burlesques où l'ironie et la causticité de l'auteur font des étincelles.

En outre, ses personnages sont profondément humains, ce qui les rend très attachants. Ils ont leurs failles, leurs secrets, leurs défauts. Kate Atkinson fait preuve d'une très grande finesse psychologique dans la description des protagonistes, et l'on sort véritablement bouleversé de certains chapitres.

Ce roman inclassable (à la fois polar, étude de moeurs et récit humoristique) est à lire d'urgence.


Brokeback Mountain
Brokeback Mountain
par Annie Proulx
Edition : Broché
Prix : EUR 9,20

6 internautes sur 6 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Bouleversant, 3 janvier 2007
Ce commentaire fait référence à cette édition : Brokeback Mountain (Broché)
Brokeback mountain relate la passion contrariée que vivent deux jeunes cow-boys dans le Wyoming des années 60. Leur histoire d'amour, faite de retrouvailles et de séparations continuelles, restera secrète durant vingt ans, jusqu'à ce que la mort d'un des amants y mette définitivement un terme.

Le style d'Annie Proulx peut paraître surprenant au premier abord. Apre et sec, sans fioritures, il s'accorde en cela à la nature sauvage du Wyoming et au caractère rugueux des deux hommes. Pas de romantisme exacerbé ou de grandes envolées sentimentales dans ce récit obstinément ancré dans le réalisme, et pourtant l'émotion est là, à l'état brut. La fin bouleversante laisse d'ailleurs un goût amer, et l'on se prend à rêver d'une autre issue plus heureuse.

Annie Proulx a réussi l'exploit de donner vie en moins de cent pages à une passion aussi intense que douloureuse, et ce sans jamais céder à la facilité.


Page : 1