Profil de Jean for Joel > Commentaires

Fiche d'identité

Contenu rédigé par Jean for Joel
Classement des meilleurs critiques: 61
Votes utiles : 2676

Chez vous : découvrez nos services personnalisés en pages d'aide !

Commentaires écrits par
Jean for Joel "J.V Omri" (Suisse)
(TOP 100 COMMENTATEURS)   

Afficher :  
Page : 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11-20
pixel
Les GEANTS
Les GEANTS
DVD ~ Zacharie Chasseriaud
Prix : EUR 11,70

13 internautes sur 14 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 une virée désespérée saupoudrée d'éclats de rire..., 12 mars 2012
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Les GEANTS (DVD)
Deux frères -un 15 ans et un presque 14- sont laissés à eux-mêmes dans la maison de leur grand-père mort il y a une année, pas de père, une mère qui travaille, qui leur promet de venir les chercher mais qui remet toujours sa venue, ils ont un peu d'argent qui ne dure pas longtemps, ils fument, ils piquent des victuailles dans la cave du voisin irascible, ils s'"emmerdent" graves... et ils rencontrent un autre 15ans, un peu perdu aussi, maltraité par sa famille, qui devient leur complice de solitude et de désarroi... les deux frères louent leur maison à un margoulin cultivateur de marijuana pour une misère, qu'ils acceptent de vider entièrement pour quelques billets à des acolytes louches et ils partent tous les trois dans une virée désabusée, folle, douloureuse par moments, esseulée et emplie des marasmes dû à leur âge de gestation doublé du sentiment très fort d'abandon... une mélopée lente, parfois trop lente, qui suit et ne vit qu'avec ses trois ados -enfin presque apparition lumineuse de Marthe Keller et de quelques autres- qui paraîtra lénifiant à certains, qui nous entraîne dans cette virée désespérée pigmentée d'éclats de rire et de la folie évidente dû à leur âge où l'enthousiasme de vie prend souvent le dessus... J'ai passé un agréable moment.


Renaissance italienne
Renaissance italienne
par Eric Laurrent
Edition : Broché
Prix : EUR 14,20

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
4.0 étoiles sur 5 une femme perdue, une femme retrouvée..., 8 mars 2012
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Renaissance italienne (Broché)
le narrateur au début de ce roman tente d'oublier une femme avec qui il a vécut pendant un temps une histoire fusionnelle, il a passé dix jours à Florence dans la contemplation apaisante des chefs d'oeuvre de la renaissance, il rentre à Paris, ayant toujours le sourd espoir d'ôter de son coeur cette femme qui elle a passé à autre chose, puis il parvient enfin à déféquer ce terrible amour en écrivant un roman sur cette femme en huit mois d'enfermement, il en sort guéri lorsque pâle et maladif il rencontre dans une partie une vague connaissance avec qui il passe toute la soirée à parler, elle l'invite à la rejoindre en Toscane dans une villa à vingt kilomètres de Florence qu'elle loue avec des amis, ni une ni deux le jour d'après il l'avertit qu'il accepte son invitation et qu'il prend la route... ils vont vivre isolés l'un et l'autre des autres hôtes, partager des villégiatures à deux, se sentir en confiance l'un avec l'autre... lui la désire de plus-en-plus fort, elle n'a plus eu de relations charnelles depuis plus d'une année, elle prétend que cela ne lui manque pas et qu'elle vit fort bien sans, lui a peur d'être éconduit, se comporte comme un adolescent timide et tâtonnant... les trois semaines s'écoulent sans qu'il y ai eu la moindre reconnaissance physique, ils vont se séparer Mais... bon Éric Laurent se gorge de mots, avec un enthousiasme presque agaçant il nous soûle de formules savantes, de descriptions minutieuses, il s'en amuse lui-même "(il dit entre autre que les plaisanteries les plus courtes sont les meilleurs)(PRÉCEPTE QUE, SOIT DIT EN PASSANT, MON LECTEUR EXTÉNUÉ EÛT SANS DOUTE AIMÉ VOIR S'APPLIQUER À NOMBRE DE PHRASES DE CET OUVRAGE, DONT LA PRÉSENTE, QUI EST LOIN DE TOUCHER À SON TERME)(...)" je vous ai épargné la phrase entière -plus de quatre-vingt lignes!!!- où il a inséré ce petit clin d'oeil d'auto-dérision, mais je dois dire qu'à l'exception de passages vraiment "too much" je me suis laissé emporté par cette tranche de vie, j'ai aimé la façon de penser du narrateur, ses excursions toscanes, ainsi que ses tourments amoureux.


Dormir avec ceux qu'on aime
Dormir avec ceux qu'on aime
par Gilles Leroy
Edition : Broché
Prix : EUR 17,00

3 internautes sur 3 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 une dernière passion..., 7 mars 2012
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Dormir avec ceux qu'on aime (Broché)
Gilles Leroy tombe éperdument amoureux d'un jeune homme de vingt-six ans -Marian- la première fois qu'il le voit, la première fois qu'il te touche dans l'aéroport de Bucarest, nous sommes en 2008, il est en tournée de promotion, il est auréolé d'une petite gloire littéraire que lui a apporté le Goncourt... ils ont trente-trois ans de différence, ils s'aiment, Gilles redécouvre les affres de la jalousie, de la passion totale, il souffre de son âge, de son confort qu'il oppose aux difficultés -bien que vécues dans l'enthousiasme de son âge- de son jeune amant issu d'une dictature récemment effondrée... il s'éloigne, il revient, il est en état de manque continuel, Marian fait partie d'un groupe de rock qui commence à marcher et donc il est très sollicité... écriture sensible un brin désabusée où il lie cette "dernière" passion à sa première à Léningrad alors qu'il avait seize ans et son amant d'alors Volodia vingt-six... on le suit dans ses marasmes, dans ses bonheurs, dans ses voyages, dans ses attentes, dans son égoïsme à deux que représente toute passion totale, dans ses réflexions sur la Roumanie et les Ceaucescu... Je me suis laissé charmé.

"À Cologne encore plus qu'ailleurs tu m'as manqué. Dans la cathédrale de dentelle noire, parmi les hautes parois fuligineuses, mille enfants de toutes couleurs étaient assemblés, mille voix qui transformaient la nef et le transept en une immense volière. Mille pépiements et chuchotis bruissant telles les ailes d'une nuée de colibris.
Tu te tais. Dans la volière cathédrale, ma main cherchait ta main. Pour mille voix d'enfants s'égayant en vingt langues, et quatre confessions différentes, et pour ta main étreignant la mienne, peut-être Dieu me fut-il apparu dans une épiphanie tardive et vaguement hérétique. Mais tu n'es pas là et jamais plus je n'aurai foi en aucun de mes élans. La réverbération de mille voix d'enfants sur les vitraux et sous la voûte obscure : un bonheur d'être au monde, un murmure d'extase primitive, un hymne des débuts - la musique des anges, diraient certains. Mais moi, mon ange musicien m'ignore et j'ai le coeur qui saigne à l'intérieur. À l'intérieur, c'est plus discret. (...)" p81/82


Skins Party
Skins Party
par Timothé le Boucher
Edition : Relié

2 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Cinq points de vue pour une même soirée, 5 mars 2012
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Skins Party (Relié)
on va vivre cette soirée qui se terminera dans le sang à travers les yeux de cinq protagonistes, trois garçons et deux filles et revivre parfois les mêmes scènes mais d'un autre angle ; donc cinq chapitres : Ève -une jolie fille qui se sait irrésistible mais qui parfois se débecte, qui veut vivre à mille à l'heure, qui jettera un crampon Et qui le payera cher...- Alexandre -un mignon gay déclaré qui regarde de loin son petit ami Quentin jouer à l'hétéro avec sa copine, qu'il retrouvera en cachette pour baiser Mais ils seront surpris par un mec homophobe et frustré Et...- Antoine -un ado sans prises de tête qui vient en partie pour abuser de tout (alcool, drogues, sexe si possible) jusqu'à perdre totalement pied...- Marion -une belle brune attirante et décomplexée qui rencontrera un jeune homme attirant puis étrange... et qui ferra une mauvaise rencontre... Et Bastien -jeune homme frustré et timide, tête de turc de Quentin, désirant Marion, qui surprendra Quentin -son persécuteur- entre les jambes d'Alexandre et qui pensera tenir sa vengeance... dessin clair et précis entre couleurs pastelles et flashy qui nous emporte avec justesse dans ce monde d'adolescents entre alcools, drogues, danses, charmes, rivalités, envies, désirs, désarrois, pétages de plomb au service d'un scénario impeccable qui nous conduira jusqu'au réalités sordides éclairées par un petit jour blafard. Une première bande-dessinée réussie d'une grande sensibilité, vivement la seconde.


Le Mystère Frontenac
Le Mystère Frontenac
par François Mauriac
Edition : Poche
Prix : EUR 5,10

8 internautes sur 9 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 "Le mystère Frontenac échappait à la destruction, car il était un rayon de l'éternel lumière réfracté à travers une race." p190, 29 février 2012
Ce commentaire fait référence à cette édition : Le Mystère Frontenac (Poche)
ce roman se déroule à la toute fin du XIXe et au tout début du XXe siècle, avant que la boucherie de la première guerre mondiale ravage la France, il met en scène une famille de la haute bourgeoisie bordelaise riche et autarcique composée de la mère de famille -Blanche- veuve et fidèle à son époux mort et gardienne du temple Frontenac à travers ses héritiers à qui elle doit tout par amour évidemment mais surtout par devoir, deux filles pratiquement effacées du récit et trois fils, Jean-Louis l'ainé qui se sacrifiera à son tour pour protéger le "cénacle" Frontenac, le second Yves poète qui deviendra un génie littéraire avant-gardiste dans la coterie des Gide et compagnie et le cadet José qui disparaîtra de l'action en entrant dans la carrière militaire, il y a encore l'oncle Xavier, le frère du défunt, tuteur des enfants, soumis plus que tout autre à la "loi" Frontenac qui gère les biens des descendants de son frère adoré tout en entretenant chichement une femme dont il a honte et qu'il veut caché à tout jamais aux demis-dieux Frontenac... le "mystère" est quelque chose d'infiniment subtil : un conglomérat de petits riens qui font que les Frontenac sont uniques, planants dans leur monde Mais comme rarement chez Mauriac ils s'avèrent être sympathiques et attachants. C'est un style tout en nuances magnifiquement pondéré et équilibré qui nous parle encore, façonné de mots justes, choisis et simples. Petit exemple "Chaque être a sa façon de souffrir dont les lois prennent forme et se fixent dès l'adolescence." Qu'il nous parle de la nature, d'amour, de marasmes humains... il me parle : un grand auteur ne vieillit pas.
Remarque sur ce commentaire Remarque sur ce commentaire (1) | Permalien | Remarque la plus récente : Jun 22, 2013 7:10 AM MEST


Mauriac : Oeuvres romanesques et théâtrales complètes, tome 1
Mauriac : Oeuvres romanesques et théâtrales complètes, tome 1
par François Mauriac
Edition : Cuir/luxe
Prix : EUR 54,50

3 internautes sur 4 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 une replongée dans le monde de Mauriac, 21 février 2012
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Mauriac : Oeuvres romanesques et théâtrales complètes, tome 1 (Cuir/luxe)
la collection de la pléiade me donne la possibilité de relire des classiques qui ont marqué mon adolescence tout en me faisant découvrir d'autres romans moins connus de l'auteur en question Et ma replongée dans "La comédie humaine" de Mauriac ne m'a aucunement déçu, c'est la description implacable d'une bourgeoisie bordelaise riche, étouffante -qu'elle soit imbibée de religiosité ou au contraire anticléricale- et imbue d'elle-même avec souvent des portraits dévastateurs de mère tyrannique (l'acmé en mère est atteint dans "Génitrix" mais celle "Du désert de l'amour" est magnifique -même si plus fade- en moraliste outragée, ainsi que celle du "Mal" en bigote forcenée chassant l'amie divorcée...) des jeunes hommes en devenir qui sont divisés entre leurs désirs de jeunes mâles et les préceptes baignés d'eau bénite de leur éducation... Une prose fluide, précise, merveilleusement imagée qui gangue aussi bien les âmes tourmentées que les phénomènes naturels, sans parler des laideurs humaines, de la passion dédiée à Dieu ou à une femme ; Mauriac est très caustique et grinçant, sa modernité m'a surpris Et à l'exception faite du premier roman "L'enfant chargé de chaînes" (les tourments de Jean-Paul 22ans qui se ferra alpagué par une sorte de secte chrétienne) que j'ai trouvé relativement peu enthousiasmant (et encore il a un certain charme) les douze autres ne m'ont apporté que du plaisir. J'ai mes préféré bien entendu comme "Génitix" -un trio entre une mère compulsivement amoureuse de son fils et honnissant sa bru qui a le malheur de mourir, car comment lutter contre une morte ?- "Le désert de l'amour" -une passion de fin d'adolescence avec une femme perdue dans le contexte empesé de la bonne bourgeoisie bordelaise Et quand son père aime la même femme...- "Le baiser au lépreux" un garçon déprécié par la nature mais extrêmement riche est marié à une très belle jeune femme obéissante pour éviter que la fortune ne passe aux cousins anticléricaux...- "La robe prétexte" -les dix-huit premières années de Jacques un orphelin élevé par sa grand-mère entre innocence et religiosité- "Le mal" l'évolution du petit dernier qui sera divisé entre sa mère bigote et une femme divorcée qu'il a toujours connue et qui finalement deviendra sa maîtresse...- même la petite nouvelle "Le visiteur nocturne" où un ami passionné de collège tombé dans la misère sonne à la porte de la garçonnière de son ancien compagnon évoluant dans le luxe et la volupté... bref les volumes suivants seront lus dans les années à venir.


Le Fleuve de feu (Le Livre de poche)
Le Fleuve de feu (Le Livre de poche)
par François Mauriac
Edition : Broché

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
4.0 étoiles sur 5 conquête de désir ou passion sincère ?, 19 février 2012
Ce commentaire fait référence à cette édition : Le Fleuve de feu (Le Livre de poche) (Broché)
Daniel Tracis se retrouve dans une auberge avec Gisèle de Plailly, il lui tourne autour, il la charme, il la séduit, elle est en attente de son amie Lucille de Villeron et de sa fille Marie qui ont retardé leur arrivée... Lucille arrivera mais elle est déjà amoureuse de Daniel et elle a peur de cette Lucille Mais pourquoi ? Daniel fut un ami de Jean Péloueyre dans l'adolescence (le héros du Le Baiser au lépreux) et surtout l'ami et comparse de beuveries de l'homme à femme Raymond Courrèges qui lui est le principal protagoniste du Le Désert de l'amouret à qui il fait souventefois référence entant que maître émérite en conquêtes féminines. Ce petit roman vaut surtout par l'écriture précise et délicate de François Mauriac, par sa prose merveilleusement fluide qui nous enchante par sa description des tourments intérieurs autant que par ses descriptions des différentes atmosphères et des phénomènes naturelles Mais cela n'est aucunement l'un de mes préférés.


Le Baiser au lépreux
Le Baiser au lépreux
par François Mauriac
Edition : Poche
Prix : EUR 5,10

2 internautes sur 3 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 "Au laideron orphelin...(...)", 13 février 2012
Ce commentaire fait référence à cette édition : Le Baiser au lépreux (Poche)
ce récit dont le héros Jean Péloueyre est le neveu et cousin des Cazenave (héroïne et héros de Génitrix) fils d'un pilier de l'église, insomniaque et richissime d'un égoïsme forcené, ce Jean est d'une laideur repoussante, il est suffisamment intelligent et fin pour se dégoûter lui-même, pour se tenir éloigné des êtres sains, il se dégoute aussi pour son âme qu'il trouve laide car il a des bouffées de haine (entre nous bien compréhensibles) pour les jeunes gens pauvres mais beaux qui courtisent les jeunes filles délicieuses et qu'il sait inatteignable pour lui le cafard humain Mais le curé (car il craint que la fortune des Péloueyre parte chez ses anticléricaux de Cazenave) persuade la famille pauvre mais d'excellente maison d'une jeune femme religieuse, extrêmement belle et obéissante de marier leur fille au fils Péloueyre... le mariage se fait Et à vous de lire la suite ; Mauriac nous fascine par la description incisive et sans concessions de la bonne bourgeoisie de Bordeaux où pas l'un ne sauve l'autre, l'atmosphère étouffante, l'hypocrisie naturelle inhérente à ce monde confiné, la certitude d'être parmi les élus et le mépris condescendant des inférieurs ; publié en 1922 on ne peut pas s'empêcher de penser aux théories nauséabondes fascistes du maître et de l'esclave, de la laideur inférieure à supprimer... ; un style précis, imagé, aux mots justes, fluide qui avance sans faillir jusqu'au point final.
Remarque sur ce commentaire Remarques sur ce commentaire (4) | Permalien | Remarque la plus récente : Feb 20, 2012 8:34 PM CET


Génitrix
Génitrix
par François Mauriac
Edition : Poche
Prix : EUR 4,60

4 internautes sur 5 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 la mère, son fils et l'ennemie, 13 février 2012
Ce commentaire fait référence à cette édition : Génitrix (Poche)
et l'ennemie c'est sa bru ; tout se déroule dans une grande villa bordelaise entourée de hauts murs près de rails de chemin de fer, la bru Madeleine vient de perdre sa petite fille, elle ne s'en remet pas, elle agonise en silence Et meurt subitement, le fils Fernand qui avait préféré sa mère chérie à son épouse trop compliquée a des remords tardifs -il a cinquante ans-, la mère tyrannique et dictatoriale chérissant maladivement son Fernand (les filles ne comptent pas) pingre et haïssant dès le début sa bru qui prétendait la remplacer auprès de son petit dieu ; elle fut tellement heureuse lorsque son fils dès le voyage de noces où il s'était senti incompris se plaignait à sa mère -au travers d'une missive-, puis il avait quitté la chambre conjugal pour son lit d'enfant -jouissance de la vieille- Mais la bru meurt Et il est quasiment impossible de lutter contre une morte omnipotente ; ajoutons encore la présence soumise, docile et asservie de la bonne Marie Et voilà une atmosphère étouffante à la Simenon, un drame domestique en sourdine invisible au étrangers : Brillantissime. Servi par une prose paisible, juste, équilibrée, d'une précision diabolique, dont voilà un petit exemple :

"Autour du drame interrompu, les grands arbres : tulipiers, peupliers carolins, platanes, chênes, agitaient leurs feuillages pluvieux sous le ciel amolli. Ils défendaient contre les regards étrangers le fils et la mère. Ce qu'on dit de la province et de ses ragots n'est vrai que pour les petites gens qui vivent porte à porte. Mais rien n'est moins accessible aux regards, ni plus propice au mystère que ces domaines ceints de murs et enserrés si étroitement d'arbres, qu'il semble que les êtres qui vivent là n'aient aucune autre communication qu'entre eux ou avec le ciel. En ville, on jugeait correcte l'attitude des Cazenave : moins nous sommes sensibles à la perte d'un parent, et plus il importe d'outrer les marques extérieures de notre deuil. Ainsi s'interprétait la claustration de la mère et du fils."


Mon frère, mon amour
Mon frère, mon amour
par Eyet-Chékib Djaziri
Edition : Broché
Prix : EUR 21,90

3 internautes sur 4 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 "-As-tu remarqué que nous avions le même sexe. Même taile, même forme. Sûrement hérité de notre père." p135, 12 février 2012
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Mon frère, mon amour (Broché)
J'ai pris un certain plaisir à cette sorte de conte féérique d'une vraisemblance fort discutable ; écriture basique et d'un dépouillement qui va droit au but, parfois joliment imagée ; Alexandre à 22ans et son demi-frère Valentin à 15ans au moment où leur père Romain -ainsi que la mère de Valentin- décède dans un attentat, Alexandre hérite du titre de duc et l'immense fortune est divisée en deux, Valentin étant dans un internat chic va rejoindre Alexandre sur sa demande, ils ne s'étaient jamais vus auparavant, ils sont très beaux l'un et l'autre, ils deviendront amants, ils partageront un amour fusionnel total... se greffe sur cette intrigue principale les malversations du sous-directeur de l'entreprise familiale, l'enlèvement de Valentin, la dénonciation de leurs amours incestueux, l'éloignement pendant trois ans de Valentin, une femme, un mariage, de la jalousie, de la violence et énormément de relations sexuelles nimbées de tendresse.


Page : 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11-20