Profil de Jean for Joel > Commentaires

Fiche d'identité

Contenu rédigé par Jean for Joel
Classement des meilleurs critiques: 116
Votes utiles : 2924

Chez vous : découvrez nos services personnalisés en pages d'aide !

Commentaires écrits par
Jean for Joel "J.V Omri" (Suisse)
(TOP 500 COMMENTATEURS)   

Afficher :  
Page : 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11-20
pixel
Brèves saisons au paradis : roman (Littérature Française)
Brèves saisons au paradis : roman (Littérature Française)
Prix : EUR 7,49

2 internautes sur 3 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 "(...)le collectiviste a tourné à l'égotiste, l'idéaliste au pessimiste, le révolutionnaire au misanthrope." p130, 28 mai 2013
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Brèves saisons au paradis : roman (Littérature Française) (Format Kindle)
c'est son second volet autobiographique après le bouleversant Qu'as-tu fait de tes frères ? -le récit de ses premières années au coeur de sa fratie... 12 ans dans le tourbillon de mai 68... ses multiples expériences érotiques- on est à l'orée des années 80, il a choisi -croit-il définitivement- les hommes et surtout Jacques avec qui il vit un amour totale, passionné et exclusif ; il vit avec lui dans l'immense appartement rue de Verneuil de Bernard -ami et ex de Jacques-, une sorte de grand bourgeois riche sorti du XIXe siècle balzacien teinté de Oblomov et de Charlus, qui vit sans se soucier des contingences contemporaines, fort cultivé, mettant tout son génie dans la conversation -"Je m'écoule, faute de m'enraciner : un fleuve dont Jacques serait le bac et Bernard la maison."-, on croisera dans son salon un Fabrice Luchini -Jacques dirige une revue cinématographique- ébouriffant de verve, en représentation perpétuelle, souffrant de l'échec retentissant de "Perceval le Gallois" qui charme et fascine déjà par sa connaissance des plus littéraire du verlan... après un voyage dans une Tanger décatie Jacques le quittera pour un jeune marocain et cela nous donne un chapitre magnifiquement douloureux de déréliction qui tourne à la dépression "Le soleil ne chauffe plus, ni la pluie ne mouille ; je n'ai plus de désir, mes derniers besoins tournent au dégoût. Le moindre effort m'épuise, comme si je traînais mon cadavre sur les épaules. Je sens le chien mouillé, moralement." il s'en sortira puis trouvera une compagne en Anne Fontaine, il y aura le retour dans la Corse de son enfance, la villa Médicis, la traversée des années de mort avec l'émergence du virus qui fauche implacablement.... l'écriture est toujours aussi attachante, imagée, sensible, précise, un peu plus resserrée pour nous décrire cette décennie moins éparpillée, moins magique, moins utopique de ses 25 à ses 35... un petit passage de son chapitre tangérois "(...)La saleté me gêne pourtant, et le huis clos des souks a parfois des effets asphyxiants sur mes allergies saisonnières. Effluves de laine pourrie, de menthe fraîche, de jasmins capiteux, de mouton fétide, de peaux empestant le suint, c'est l'enfer et le paradis pour mes narines. Je retiens en haut-le-coeur en découvrant la tête d'un boucher endormi parmi des ergots grouillant de mouches et des chapelets d'abats roses, velus et flasques comme des sexes hors d'âge." p159


Crépuscule
Crépuscule
par Michael CUNNINGHAM
Edition : Poche
Prix : EUR 7,50

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
5.0 étoiles sur 5 "Il y a naturellement, chez certains jeunes hommes, un instinct qui les pousse à tenter de séduire n'importe qui." p70, 23 mai 2013
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Crépuscule (Poche)
c'est le roman de Peter Harris galeriste qui est entré dans la quarantaine, marié à Rebecca de quelques années plus jeune tenant une revue artistique de seconde zone, vivant dans un loft à Soho, respirant la réussite Mais il y a la lassitude du quotidien, une fille loin d'eux pleine de ressentiments, le délitement évident du couple, amour mais lassitude... quant arrive dans leur vie le petit frère un peu paumé de Rebecca "Le voici, Ethan dit The Mistake, impudique et dévergondé, accro à la drogue, incapable de vouloir ce qu'il est censé vouloir.(...)" p237 de retour du Japon, la vingtaine flamboyante, une sorte de double rajeuni de Rebecca et aussi du frère mort de Peter, ainsi qu'un fils fantasmé, il est troublé, fasciné, perturbé par cet être somptueux à l'orée de la vie, prenant tous les risques, charmeur autant que menteur, il se sent vieux, fini, sans originalité, il se sent amoureux, lui qui n'a jamais trouvé une quelconque attirance érotique pour un homme... et il y a New York, un décors mythique à ce drame en sourdine "C'est New York, un des chaos les plus extravagants qu'ait jamais portés la surface changeante de la terre. Une ville médiévale, en réalité, tout en remparts, ziggourats, flèches et cochers, où vous pouvez voir un bossu vêtu d'un sac-poubelle clopinant à côté d'une femme qui arbore un sac à vingt mille dollars." p42 où Peter erre entre insomnies et réminiscences, on le suit dans sa galerie, avec ses artistes, dans un taxi... un livre tout en nuances où la principale question est que va-t-il se passer entre ces trois êtres après cette cohabitation qui va être plus brève que prévu... J'ai beaucoup aimé.
Remarque sur ce commentaire Remarque sur ce commentaire (1) | Permalien | Remarque la plus récente : May 27, 2013 9:37 PM MEST


Mort postiche
Mort postiche
par Mehmet Murat Somer
Edition : Poche
Prix : EUR 18,50

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
4.0 étoiles sur 5 "Et du fait que chaque pièce du puzzle trouvait sa place dans le problème des meurtres à perruques, (fin en dessous), 18 mai 2013
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Mort postiche (Poche)
j'éprouvais un réel soulagement." p279
Quand Gonül -un travesti vieillissant- demande de l'aide à notre Abla préférée -"De toute façon, je m'habille aussi bien en homme qu'en femme. C'est selon mon humeur. Je ne bride ni mon côté masculin ni mon côté féminin. Je passe librement de l'un à l'autre. Ce qui me donne globalement un mode de vie plus souple."p243- très respectée dans la communauté, tenancière appréciée d'une boite de nuit fameuse pour ses "filles" et ses shows, de venir chez elle pour l'aider à trouver l'assassin de son beau-frère pharmacien, un hétéro tranquille et maniaque, bien sous tous les rapports qu'elle a retrouvé dans sa maison le crâne fracassé avec une perruque noire et les lèvres grossièrement peinturlurées d'un rouge agressif... Abla n'est pas très tentée par cette enquête-là Mais quand la pauvre Gonül est arrêtée et considérée comme la coupable idéale elle oublie ses scrupules et met toute son intuition et ses différends talents au service de la recherche du véritable assassin... une enquête traditionnelle, de facture classique qui s'entremêle à la vie quotidienne de notre Abla -ses rencontres avec ses soeurs, la tenue de sa boîte...- qui reçoit en plus pour deux semaines Ricardo une drag-queen brésilienne mangeuse d'hommes qui devient bien rapidement encombrante... des cadavres similaires ont été retrouvé il y a quelques années, affaires non résolues que notre travesti préféré va ressortir et lier au nouveau meurtre Et finalement il trouvera le véritable tueur en série qui a commit tous ses crimes Et surtout le pourquoi de tous ces cadavres dans une Istanbul exotique et délicieuse entre bruits, foules hétéroclites et odeurs fortes.

"Parfois, dès qu'on couche avec quelqu'un, ce quelqu'un s'imagine aussitôt pouvoir s'ingérer dans votre vie et s'octroyer des droits sur vous. Je déteste ça. Entre nous, il n'y avait encore rien qui s'apparente à ce qu'on appelle une relation.(...). Nous nous étions plus et sous l'effet d'un désir mutuel, nous nous étions retrouvés dans le même lit. Rien de plus." p88


Portugal - FAUVE D'ANGOULEME 2012 - PRIX DE LA BD FNAC
Portugal - FAUVE D'ANGOULEME 2012 - PRIX DE LA BD FNAC
par Cyril Pedrosa
Edition : Album
Prix : EUR 35,00

1 internaute sur 2 a trouvé ce commentaire utile :
5.0 étoiles sur 5 Travail de mémoire, 13 mai 2013
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Portugal - FAUVE D'ANGOULEME 2012 - PRIX DE LA BD FNAC (Album)
c'est un épais volume en trois longs chapitres/évangiles (fils, père et grand-père) qui commence avec le fils Simon un dessinateur en mal d'inspiration -qui sera le héros de tout l'album- qui nage dans un marasme noir, qui suit une analyse sans véritable succès, qui ne parvient pas à parler ce qui lui coûtera son amie, qui a une relation très très distante avec son père hyper-actif... Il va petit-à-petit retrouver goût à la vie en se baignant dans sa famille oubliée, celle de son père qui vient du Portugal -son grand-père avait immigré sous la dictature de Salazar-, revivre en vivant un peu dans ce Portugal dont il ne parle pas la langue en retrouvant tante, cousin, amis de la famille... une histoire très sincère de rien, de petits moments insignifiants, de tâtonnements Magnifiquement illustrés par un dessin d'esquisses (il y a du Sempé chez Pedrosa) dont les couleurs changent par thème, un véritable arc-en-ciel, un jaillissement floral, des fois des fonds sombres -brun, noir, gris, alabandine etc- des fois pastels et clairs -rouge, jaune, céladon, turquoise etc- Et plus que l'histoire pour moi se fut la découverte des planches suivantes qui ont su me surprendre, me charmer tout au long de ses 256 pages. Je le conseille. Un album très sensible.


Le Pic du vautour
Le Pic du vautour
par John BURDETT
Edition : Broché
Prix : EUR 22,00

2 internautes sur 3 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 "(...) - Un univers sans cause, sans structure, où le mal l'emporte toujours ? - Voilà qui est parler en adulte.", 13 mai 2013
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Le Pic du vautour (Broché)
l'inspecteur Sonchaï Jitpleecheep -toujours aussi probe et incorruptible, polyglotte et bouddhiste se souciant de son karma- est diligenté par son supérieur le colonel Vikorn -roi de toutes les corruptions- a mener un enquête sur un trafic d'organes international qui aurait des ramifications en Thaïlande, afin de nettoyer leur pays de ce nouveau business immonde Et ainsi -par cet acte honnête !!!- de lui faire gagner les élections pour devenir gouverneur de Bangkok Et aussi de battre son adversaire préféré le général Zinna... de Dubaï à Phuket, de Monaco à la Chine en passant par Hong Kong, notre inspecteur si charmeur va être embarqué dans une enquête où il croisera des jumelles diaboliques et envoûtantes, richissimes et prêtresses d'une mondialisation où tout est à vendre, mystérieuses, joueuses compulsives et extraordinairement dangereuses... se greffe à cette enquête principale un violeur en série d'une laideur repoussante, la thèse de son épouse sur l'épanouissement personnel dans la prostitution -elle est elle-même une ancienne prostituée- qui est combattue par sa professeure occidentale qui ne voit qu'un esclavage dans ce trafic-là Mais son avis si péremptoire se métamorphosera petit-à-petit... On est en Thaïlande ou à Hong Kong ou... ou... par la touffeur, la philosophie, la corruption, la vie de rue, les somptueuses villas ou la petite maison de Sonchaï, l'humour...

"(...) - Tu vois, ce que personne dit à propos du capitalisme, c'est que c'est le règne déguisé des seigneurs de la guerre. Dans la jungle, la seule position qui vaut d'être tenue est au sommet de la chaîne alimentaire, le reste étant de l'esclavage plus ou moins pénible. Socialement, psychologiquement, nous sommes toujours en pleine jungle. J'en suis désolé pour toi, mais ce n'est pas moi qui ai conçu le système, j'ai simplement appris à tirer mon épingle du jeu." p135
Remarque sur ce commentaire Remarques sur ce commentaire (2) | Permalien | Remarque la plus récente : May 27, 2013 10:00 PM MEST


Thérèse Desqueyroux
Thérèse Desqueyroux
DVD ~ Philippe Noiret
Prix : EUR 16,70

21 internautes sur 23 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 une adaptation méticuleuse et juste, 4 décembre 2012
Ce commentaire fait référence à cette édition : Thérèse Desqueyroux (DVD)
Franju suit à la lettre le roman de Mauriac -enfin presque- dans le déroulement des événements, il rend à merveille l'étouffement de cette grande bourgeoisie riche et terrienne mais à la vue courte servi par deux interprètes d'exception : une Emmanuelle Riva extraordinaire dans sa déréliction due au fait qu'elle est différente par la sensibilité et par une curiosité d'esprit détonnant, elle commet l'irrémédiable ainsi sans préméditation... Philippe Noiret est tout autant extraordinaire en Georges, paternaliste à souhait, antisémite, bonasse, il offre son corps déjà rondouillard à ce personnage qu'on dirait écrit pour lui... ils sont d'une justesse bouleversante, ils aident ou servent ce grand cinéaste un peu oublié qui caressent les êtres et les lieux avec une poésie rare dans un noir et blanc contrasté qui va à merveille au monde tellement étouffant de Mauriac. Je le conseille à tous. Et il est hors de question que j'aille voir celle nouvelle adaptation, même si j'apprécie Miller...


Le musée de l'Innocence
Le musée de l'Innocence
par Orhan Pamuk
Edition : Broché
Prix : EUR 10,90

9 internautes sur 10 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 "Ces objets qui s'accumulaient sans cesse devenaient peu à peu les signes emblématiques de l'intensité de mon amour." p566, 27 novembre 2012
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Le musée de l'Innocence (Broché)
un roman sur la passion compulsive et déraisonnable dans une Istanbul mythique ; tout commence en 1975 alors que Kemal et Sibel doivent se marier -tous les deux appartenant à la grande bourgeoisie d'affaires, ils sont riches et préservés- Kemal a un coup de foudre pour une parente pauvre -Füsun- alors vendeuse dans une boutique chic où il vient acheter un sac à sa fiancée... un peu moins de deux mois d'échanges charnels et de promesses et de mensonges -surtout de la part de Kemal-... la grande soirée de fiançailles entre Kemal et Sibel a lieu aux Hilton puis dès le jour d'après Füsun disparaît Et... est-ce que le mariage aura lieu ? est qu'il retrouvera Füsun ? et ainsi de suite, je vous laisserai le plaisir de le découvrir et aussi qu'elle sera ce musée de l'Innocence qu'il constituera jusqu'à sa mort. C'est un roman de plus de 800 pages extrêmement délicat et touchant qui nous décrit à merveille les affres d'une passion totale, que lorsqu'on est percuté par La passion, plus rien ne peut exister en dehors, enfin oui le quotidien perdure mais mis au second plan, parfois cela peut vraiment ressembler vu de l'extérieur à une maladie honteuse mais de l'intérieur ce n'est que du bonheur ; c'est aussi le roman de l'Istanbul des années 80 "Leur écrin d'amour", du monde du cinéma et de cette bourgeoisie riche qui profite pleinement de son argent, sans oublier en arrière-fond les différentes crise politiques. Un plaisir, il y a un peu de Proust dans ce roman, enfin de la passion de Marcel pour Albertine...

"Hormis la jubilation enfantine et le plaisir illimité que nous avions à coucher ensemble, qu'est-ce qui me liait à elle ? Pourquoi pouvais-je faire l'amour de façon si sincère avec elle ? Qu'est-ce qui faisait naître l'amour ? Étaient-ce ce plaisir et ce désir constamment renouvelés ou bien autre chose encore, qui engendrait et alimentait ce désir réciproque ? Durant l'heureuse époque où Füsun et moi nous retrouvions chaque jour en secret pour faire l'amour, je ne me posais jamais ces questions et, comme un enfant lâché dans un magasin de bonbons, je ne faisais que me repaître de douceurs et me gorger de sucreries." p93


Ethan Mao [Import anglais]
Ethan Mao [Import anglais]
DVD ~ Jun Hee Lee
Proposé par musique-pour-vous
Prix : EUR 3,83

3 internautes sur 4 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Homophobie et Romantisme, 26 novembre 2012
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Ethan Mao [Import anglais] (DVD)
Ethan Mao est un américain issu de l'immigration chinoise, il a 18ans, il est mignon, travailleur -exploité depuis ses 11 ans dans la boutique de son géniteur- et respectueux de son père, orphelin de mère... sa belle-mère, une belle femme assez vaine, découvre une revue gay dans sa chambre et s'empresse de la montrer à son mari qui voit rouge, traite son fils de monstre, de pédé Et si il est vraiment ainsi lui ordonne de s'en aller... Ethan part et survit en devenant prostitué, il deviendra ami avec un beau jeune homme énamouré, il reviendra chez lui en sa compagnie pendant l'absence de sa famille pour reprendre ce qui lui est dû Mais par une circonstance fortuite ils rentrent... s'en suivra une prise d'otages, une confrontation douloureuse et touchante... ce film, malgré son côté amateur -certains acteurs semblent mal jouer comme la belle-mère Mais cela ajoute un effet de réel-, un éclairage un peu laiteux, une mis-en-scène un peu saccadée, se laisse regarder car il aborde de plein-front l'homophobie familiale et les drames qui peuvent en découler. Je l'ai revu non sans déplaisir.


Chez Krull
Chez Krull
par Georges Simenon
Edition : Poche
Prix : EUR 7,00

3 internautes sur 4 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 "Vous êtes des gens trop et pas assez..." p174, 18 novembre 2012
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Chez Krull (Poche)
un roman publié en 1939 qui nous plonge dans l'ignominie haineuse vis-à-vis de la différence -même si on ressent les années 30 la haine des étrangers est toujours actuelle- ; ici on est chez les Krull, une famille allemande naturalisée française depuis de nombreuses années, qui restent les "Boches" et donc les boucs-émissaires dès qu'arrive le moindre fait exceptionnel -maladie, disparation étrange, etc- ; ils tiennent un bar-épicerie face à un canal où les mariniers viennent se fournir... une jeune fille est retrouvée étranglée et violée juste en face de chez eux dans l'eau... les rumeurs ne tarderont pas, elles se transformeront en accusation, le fils timide, un peu voyeur, forcément vicieux doit être le coupable Et c'est un sale boche ; la police pourra-t-elle retenir la vindicte populaire... et le veut-elle vraiment ? Un très bon Simenon qui rend à merveille de son style lapidaire et précis l'ambiance délétère de ce bourg d'avant-guerre -mais ceux qui attaquent les Krull deviendront les collabos de demain!- ainsi que le quotidien de cette famille qui veut tenter de s'intégrer en limant ses différences mais qui ne fait que les exaspérer. Des formules stylistiques simples et parlantes. Petit exemple :

"Il était tout petit, tout rond, tout rose avec des yeux de myosotis et des lèvres d'enfant au biberon et Marguerite n'avait pas moins de fraîcheur dans sa personne boulotte qui faisait penser à quelque chose de comestible."

"Non seulement ils sortaient du temple au lieu de sortir de l'église, non seulement l'oncle Cornélius parlait à peine le français, mais tout en eux, et jusqu'au sourire résigné de Joseph, était étranger à ce qui les entourait."

Et une fin tout à fait inattendue comme si souvent chez Simenon.


L'outlaw
L'outlaw
par Georges Simenon
Edition : Poche
Prix : EUR 6,40

1 internaute sur 2 a trouvé ce commentaire utile :
4.0 étoiles sur 5 "- Il est encore malheureux... Il est à bout... Je suis sûr qu'il va faire une folie..." p122, 17 novembre 2012
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : L'outlaw (Poche)
et c'est de Stan dont Nouchi sa petite amie parle ; un Stan qui n'a plus rien dans un Paris inhospitalier, il doit être expulsé, il a peur, il a faim, il a froid, il veut livrer une bande de polonais -lui-même est d'origine polonaise-, des bouchers, des criminels endurcis, à la police contre argent comptant mais rien ne se passera comme il le veut... c'est sordide à souhait, un sordide encore amplifié par le non-style lapidaire et sec de Simenon, pas de fioritures, on ressent tout.

"Il était furieux, malheureux ! Il avait toujours été furieux et malheureux parce que toujours, fût-ce à Wilno, il avait eu conscience d'une injustice." p62


Page : 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11-20