Profil de Victaureau > Commentaires

Fiche d'identité

Contenu rédigé par Victaureau
Classement des meilleurs critiques: 196
Votes utiles : 1135

Chez vous : découvrez nos services personnalisés en pages d'aide !

Commentaires écrits par
Victaureau (Haute Auvergne)
(TOP 500 COMMENTATEURS)   

Afficher :  
Page : 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11-20
pixel
Avenue des Géants
Avenue des Géants
par Marc Dugain
Edition : Poche
Prix : EUR 7,90

5.0 étoiles sur 5 Une claque..., 22 août 2014
Ce commentaire fait référence à cette édition : Avenue des Géants (Poche)
C'est celle que l'on prend en lisant le roman de Marc DUGAIN. Pour nous conter l'histoire d'un serial Killer, très inspirée de la réalité, l'auteur, à contrario de tant d'autres romanciers ne verse ni dans le voyeurisme ni dans le gore et pourtant...Pourtant il réussit à tenir en haleine du début à la fin de son livre. Pas de temps mort, pas d'inutiles digressions, l'Amérique des années 60 est bien rendue et cette description est utile au lecteur, on suit pas à pas ce géant qui parle à la première personne du singulier excepté lorsqu'il se trouve en asile psychiatrique et en prison...

L'auteur parvient à nous faire comprendre, du moins en ce qui concerne Al Kenner, que cet être humain a été conditionné dès le départ par la haine que lui vouait sa mère. Ca n'excuse pas tout, surtout quand on est doté d'un Q.I supérieur à celui d'Einstein, mais on a beau être supérieurement intelligent, pour un bon départ dans la vie on a besoin de l'amour de sa mère.

Avec ce roman l'auteur nous apporte la preuve qu'on peut approcher ce sujet trop galvaudé aujourd'hui, celui des serial Killers, sans faire nécessairement dans l'hémoglobine et le gore spectaculaire, sans trop grands effets littéraires non plus. Avec son roman "Au Revoir là-Haut" Pierre LEMAÎTRE a réussi à décrocher le Goncourt, Marc DUGAIN a bien mérité le prix des Lycéennes de Elles, pour la fraîcheur qu'il apporte dans l'écriture. En tous cas c'est un auteur dont je me souviendrai.


Honneur des Bories (l')
Honneur des Bories (l')
par Roche Florence
Edition : Broché
Prix : EUR 20,50

2 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Un roman fait dans la dentelle., 12 août 2014
Ce commentaire fait référence à cette édition : Honneur des Bories (l') (Broché)
L'histoire se déroule de surcroît aux environs dans la capitale française de ce tissu si finement travaillé, mais plus que les abondantes allusions aux dentellières du Puy, j'ai retenu un texte simple avec un phrasé précis et un scénario sans fausses notes qui permet sans trop peser de décrire le quotidien des paysans de la fin du XIXé siècle qui a perduré presque jusqu'à la moitié du XXé.

Yvon, parce que c'est lui le personnage principal de l'histoire a abandonné momentanément son poste de garde-chiourme à Cayenne en Guyane. C'est qu'il considère qu'il a plus urgent à faire: au bagne il a rencontré un forçat, Paul BORIES, un paysan, combattant valeureux de 1870 et du pouvoir d'alors contre les communards, reconnu coupable du meurtre de sa fille aînée,Paulette. Paul clame son innocence et il a trouvé l'oreille d'Yvon qui est convaincu que Paul ne ment pas. Yvon va se faire embaucher à la ferme de Paul, sans se dévoiler, sauf à Marthe, la belle-mère du prisonnier qui l'a percé à jour mais restera pour Yvon une alliée totale, peu encline aux longues expressions mais efficace.

L'enquête du gardien va durer, d'autant qu'elle se complique avec une histoire magot révélée par Paul, bien mal acquis durant l'insurrection de la Commune. Elle va lui donner l'occasion de participer à tous les travaux de la ferme, décrits par le menu, dorénavant placée sous la haute autorité de Blaisine, la femme de Paul qui s'est entichée d'Amédée un marchand de bestiaux. Celui-ci, subjugué par Blaisine, a carrément laissé de côté son commerce et travaille à la ferme avec ses deux fils. Mais c'est Toinou, un adolescent qualifié d'idiot, quasiment muet, recueilli par Paulette, qui va révéler avoir du chien...

J'ai voulu aller un peu plus loin que la présentation d'Amazon et donner envie de lire ce magnifique roman qui donne la priorité aux personnages de l'histoire sans oublier de faire connaître ce que fût le travail des agriculteurs, des dentellières, des couteliers dans cette fin de XIXé siècle.


Empreinte de l'Ours (l')
Empreinte de l'Ours (l')
par Gamarra Pierre
Edition : Broché
Prix : EUR 19,00

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
3.0 étoiles sur 5 Un peu trop dispersé à mon goût., 5 août 2014
Ce commentaire fait référence à cette édition : Empreinte de l'Ours (l') (Broché)
C'est dommage parce que l'histoire est intéressante, mais le parti pris par l'auteur de la raconter en voulant faire vivre son terroir de la manière la plus poétique qui soit s'accorde mal avec la gravité des sujets qui sont abordés et notamment les faits de Résistance s'achevant de la manière la plus dramatique qui soit.

L'auteur situe son histoire dans la Haute Garonne, à la limite sans doute des Hautes Pyrénées et le sujet obsédant des bergers dans cette Région n'est pas le loup mais l'ours. Un animal beaucoup plus redoutable pour l'homme que le lointain cousin du chien. Il nous raconte la vie de Modeste BESTEGUY, berger, solitaire depuis que son père est mort dévoré par un ours, sa mère décédée et sa femme partie durant la Guerre de 14-18. Cette histoire s'étend entre la Guerre Civile espagnole et la Résistance Française, l'auteur aborde aussi la dépopulation paysanne dans ces coins reculés des Pyrénées mais le rythme est cassé (c'est mon avis) par de longs paragraphes poétiques sur la faune, la flore et l'art de vivre du monde agricole .

Trois étoiles c'est peut-être un peu juste, quatre c'est à mon avis excessif. C'est à chacun de juger pour ceux qui sont habitués à lire des romans du terroir, mais personnellement je préfère que l'on croque, littérairement parlant, les personnages à l'environnement, c'est un point de vue tout à fait personnel.


Panasonic KX-TG6823 Téléphones Sans fil Répondeur Ecran
Panasonic KX-TG6823 Téléphones Sans fil Répondeur Ecran
Proposé par VENDIDO
Prix : EUR 84,90

3 internautes sur 3 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Parfait., 2 août 2014
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Je n'aime pas trop donner mon avis sur du matériel que j'acquiers sur AMAZON préférant le consacrer entièrement à la lecture. Mais une fois n'est pas coutume, sollicité par Amazon, je donne mon avis, et là franchement j'ai été satisfait.
-Notice entièrement en Français.
-Mise en route rapide: chargement des batteries huit heures.
-Répertoire entré sur un poste répercuté simultanément sur les deux autres.
-Sonnerie suffisamment forte.
-Touches aisées à manipuler
-Ecran très lisible
Bref une petite perle ces téléphones, je ne regrette qu'un chose c'est de n'avoir pas acheté le "quatuor" pour équiper mon rez de chaussée


La ferme des Neuf chemins
La ferme des Neuf chemins
par Maximy De
Edition : Broché
Prix : EUR 14,70

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
4.0 étoiles sur 5 Envoûtements..., 2 août 2014
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : La ferme des Neuf chemins (Broché)
J'ai préféré cette couverture du roman de René de Maximy à d'autres. Cette brume qui enveloppe les coteaux sur lesquels sont parsemées quelques fermes des environs de Ponnérac en Haute-Loire (à noter que je n'ai pas retrouvé ce nom de bourg) traduit bien l'esprit de cette histoire.

Les neuf chemins c'est un endroit qu'il faut éviter comme le mauvais oeil, c'est le carrefour des sorcières. Alors quand l'aubergiste entreprend de raconter l'histoire au narrateur on est déjà plongé dans ce qui pourrait être un conte qui va prendre de plus en plus de consistance au point d'être tout à fait vraisemblable par les détails qu'il donne de la vie de Johannès, le dernier de la lignée des Neuf Chemins et de ses deux "recueillis" Josèphe puis Maria.

L'auteur restitue non pas les dialogues, parce que des trois protagonistes seul Johannés pense beaucoup plus qu'il ne dit, le silence des mots est souvent plus parlant que leur expression et c'est un fait bien paysan qui faisait qu'ils étaient plus causants avec leurs bêtes qu'avec leur entourage, mais l'ambiance qui règne sous ce toit où bizarrement tout un chacun s'est mis à vaquer ici comme un valet qui aurait été élevé à la ferme, là comme une "bonne" qui a su se rendre indispensable aux yeux du "patron".... Qui était Josèphe ? qui était Maria ? L'issue désarçonne quelque peu et la brume reprend ses droits sur ces hauteurs de l'Arzon.


Je, François Villon
Je, François Villon
par Jean TEULE
Edition : Poche
Prix : EUR 7,70

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
4.0 étoiles sur 5 J'ai vraiment aimé., 25 juillet 2014
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Je, François Villon (Poche)
C'est l'ensemble des commentaires de mes consoeurs et confrères qui m'a poussé à lire cet ouvrage. Il me restait de ce poète le souvenir de cette "ballade des pendus" apprise sur les bancs du collège et l'oeuvre de Jean TEULE a été la bonne occasion pour en savoir davantage.

Certes on peut regretter que l'auteur ait pris le pari d'un langage contemporain pour relater, selon lui, ce que fut la vie de François VILLON, joyeux boute en train mais aussi menteur, voleur, criminel...En somme un ecclésiastique qui s'asseyait allègrement sur les commandements de Dieu. Il y avait évidemment matière à discourir à la façon d'un Robert MERLE dans Fortune de France, tome 1, mais n'oublions pas que les Guerres de Religion c'était cent ans plus tard, ou presque, et qu'entre temps François 1er avait institué le Français langue obligatoire du royaume. L'auteur a préféré rester dans l'intelligible et heureusement parce que les quatrains de François VILLON sont parfois aussi mystérieux que les centuries de Nostradamus. Donc tout en laissant (ce n'est pas peu dire) vivre son héros, l'auteur traduit pour nous nombre des poèmes qui vont d' "Où sont passées les neiges d'Antan" à la célèbre" ballade des pendus".

En renouant avec ce moyen âge, plus barbare que ses adorateurs voudraient nous le faire croire aujourd'hui, j'estime ne pas avoir perdu mon temps. Si vous aimez découvrir la vie de ces illustres qui nous ont précédé, l'ouvrage de Jean TEULE est fait aussi pour vous et en compagnie de François VILLON, vous ne vous ennuierez pas.


L'odeur de la haine
L'odeur de la haine
par Tim Willocks
Edition : Relié

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
3.0 étoiles sur 5 Certains passages sont surfaits., 19 juillet 2014
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : L'odeur de la haine (Relié)
J'ai hésité entre trois et quatre étoiles donc c'est plutôt trois et demie. Après avoir lu "les douze enfants de Paris" je souhaitais une nouvelle fois lire Tim WILLOCKS avant d'essayer "La religion" gros pavé qui nécessiterait plusieurs jours de lecture. Encore une fois je sors avec une opinion mi figue mi raisin du roman de cet auteur.

L'histoire en elle même est bonne, Tim WILLOCKS a dû s'inspirer de la révolte de la prison d'ATTICA dans l'Etat de NEW YORK et le thème principal en est le racisme qui existe entre prisonniers noirs et blancs, latins et noirs etc...Il y ajoute d'autres détonateurs inconnus en 1971 tels que le sida ou plusieurs fois ressassés: le sexe d'urgence entre hommes; attention à ne pas faire l'amalgame avec l'homosexualité qui en prison semble être un genre dévalorisant sinon scandaleux. A l'origine de la révolte il place un directeur qui avait mis beaucoup d'espoir dans la rédemption des hommes qu'il a sous son contrôle (le mot n'est pas le meilleur car à part l'enfermement tous les trafics s'exercent dans cette prison) qui a décidé pour les punir de couper la climatisation d'un bloc...Comme dans toute prison à la Green River il y a des chefs et hélas ceux-ci sont les pires, ceux qui sont condamnés à de très lourdes peines et n'ont rien à perdre dans un massacre généralisé...

Je ne vous parle pas des personnages, sinon d'un seul le Dr KLEIN, prisonnier blanc qui soigne à l'infirmerie et vient d'obtenir sa libération. C'est à son sujet (pendant la tentative de préserver l'infirmerie et ceux qui y sont soignés, notamment les sidéens) que j'ai trouvé que l'auteur en avait trop fait. Mais après tout chaque romancier est libre de construire son histoire comme il l'entend, c'est au lecteur d'apprécier ensuite si cela lui a convenu....Moi, j'ai eu du mal à imaginer que certaines scènes soient vraisemblables pendant que de l'autre côté on s'acharne à détruire les barrières pour vous passer au fil d'un rasoir....
Remarque sur ce commentaire Remarque sur ce commentaire (1) | Permalien | Remarque la plus récente : Jul 21, 2014 5:48 PM MEST


La Sibylle de la Révolution
La Sibylle de la Révolution
par Nicolas Bouchard
Edition : Broché
Prix : EUR 19,00

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
4.0 étoiles sur 5 Des forces occultes à l'oeuvre sous la Révolution Française ?, 10 juillet 2014
Ce commentaire fait référence à cette édition : La Sibylle de la Révolution (Broché)
C'est tout le sens de ce roman historique de Nicolas BOUCHARD. Ce n'est peut-être pas son meilleur ouvrage mais le thème est bien trouvé. On découvre qu'après avoir détruit la toute puissance de l'église catholique, certains révolutionnaires et non des moindres lui cherchent un substitut dans la franc-maçonnerie d'une part mais aussi dans les anti francs maçons.

Pour le roman Nicolas BOUCHARD a choisi un jeune secrétaire de police , Sénart, chargé de rapporter ses enquêtes à la virgule près à un dénommé VADIER, surnommé le grand inquisiteur, qui, lui, a bien existé et dont on peut se rapporter à la longue biographie sur internet. Devant le meurtre horrible d'un franc-maçon, le jeune homme qui ne sait dans quelle direction il doit orienter son enquête se voit adjoindre une certaine Melle LENORMAND, dite la sibylle, emprisonnée par VADIER parce qu'elle a le don de prévoir l'avenir et notamment d'avoir eu l'insolence de prévoir la fin de ROBESPIERRE. Très utile évidemment pour une enquête policière. En dire davantage serait gâcher le plaisir de lire ce roman mais sachez que ce n'est pas de tout repos surtout quand FRAGONARD, célèbre anatomiste réputé pour ses écorchés est mis en cause.

Je n'ai pas mis cinq étoiles parce qu'à certains moments, certains dialogues m'ont semblé un peu surfaits, mais mis à part ces parasites, ça se lit très bien, on a envie de voir comment ça finit, on ne baille jamais d'ennui et la grande histoire avec un H est respectée pour ce que j'ai pu vérifier.


Le chemin des âmes
Le chemin des âmes
par Joseph Boyden
Edition : Broché
Prix : EUR 22,80

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
5.0 étoiles sur 5 Un windigo sur le front., 29 juin 2014
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Le chemin des âmes (Broché)
Recommandé par J-L B, ce roman de Joséph BOYDEN m'a époustouflé. J'ai eu un peu de mal à le démarrer mais passées les premières pages je me suis laissé absorber entièrement par cette histoire qui se déroule en partie sur les lignes du front durant la Guerre 1914/1918 et en partie dans le grand nord canadien dont sont issus les deux tireurs d'élite, Elijah et Xavier Bird, dont il est question dans cette histoire.

Il ne faut pas négliger l'histoire de Niska, tante de Xavier et sorte de chaman, qui a hérité d'un terrible don, celui de deviner bien au-delà de sa personne. L'auteur nous promène sans arrêt du passé de chasseur non loin de la baie d'Hudson de Xavier avec son inséparable ami Elijah au front de la terrible guerre sur laquelle ils se retrouvent tous deux enrôlés en tireurs d'élite et auteurs de coups de main particulièrement meurtriers. Si Xavier se demande ce que lui, un indien d'Amérique est venu faire dans cette guerre entre blancs, Elijah quant à lui s'y trouve vite à l'aise devient morphinomane et prend un goût bizarre à la chasse au soldat allemand.

La première personne du singulier utilisée pour la narration de cette histoire est utilisée avec adresse, on n'en ressent aucune gêne ni aucune prétention. L'auteur passe facilement d'une époque à l'autre sans que le lecteur s'y perde, le texte reste sobre, adapté aux circonstances, sans pour autant être indigent, si j'avais une comparaison à faire ce serait avec le roman de Pierre LEMAîTRE "Au revoir là haut" pour la maîtrise du phrasé. Indiscutablement l'auteur a su nous plonger dans ce terrible conflit en citant les lieux sur lesquels ont combattu les troupes canadiennes "Paschendaële" "Crête de Vimy" Douai, Cambrai... mais en ne la surchargeant pas de dates afin de laisser une certaine autonomie à son roman. Vraiment un auteur que je relirai sans oublier le traducteur qui a fait aussi un excellent travail.
Remarque sur ce commentaire Remarque sur ce commentaire (1) | Permalien | Remarque la plus récente : Jul 21, 2014 6:02 PM MEST


Les petits esclaves de la "zeriba"
Les petits esclaves de la "zeriba"
par P Barbaix
Edition : Broché
Prix : EUR 14,50

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
5.0 étoiles sur 5 Une traite de petits blancs au XXé siècle ?, 28 juin 2014
Ce commentaire fait référence à cette édition : Les petits esclaves de la "zeriba" (Broché)
Certes il s'agit d'un roman ainsi que l'a voulu l'auteur mais inspiré de la réalité puisqu'il a été chargé en 1956 par le Ministère de la justice d'enquêter sur la disparition d'enfants alors que son ouvrage date de 1992.

Il y donne d'abord une coloration rurale puisqu'on a affaire dans le cas du roman à un garçon de l'assistance publique placé dans une ferme où il subit les brimades et les très mauvais traitements du fils des fermiers, un adolescent pervers et paresseux. Enlevé par un jeune couple auquel il croit devoir son salut, il est très vite remis à une filière musulmane nomade qui va le prendre en charge et entreprendre de le dresser, avec d'autres enfants de son âge, aux dures conditions de l'esclavage au service futur de princes de l'Arabie saoudite.

On peut être stupéfait pour ne pas dire outré par le récit que prête l'auteur à cet enfant qui assiste aux pires abominations sans broncher. Mais quand on réalise qu'il s'agit du désert et que loin de la caravane il n'y a point de salut (une tentative d'évasion se solde d'ailleurs par une mesure de rétorsion d'une cruauté inouïe) on peut comprendre cette passivité que l'on finit par juger complice comme toute personne maltraitée qui finit par accepter son sort parce qu'elle trouve des excuses à son bourreau. J'ai lu parallèlement un roman qui ressemblait un peu à celui-ci mais dont l'intensité dramatique m'a semblé moindre parce que les enfants n'étaient pas en première ligne "Captifs en Barbarie : L'histoire extraordinaire des esclaves européens en terre d'Islam" de Gilles Milton. Pour ceux que cet aspect de l'histoire, assez méconnu, intéresse, je recommande la lecture de Gilles MILTON en premier et cette de Pierre BARBAIX en second lieu.


Page : 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11-20