Profil de Parienty > Commentaires

Fiche d'identité

Contenu rédigé par Parienty
Classement des meilleurs critiques: 79.038
Votes utiles : 38

Chez vous : découvrez nos services personnalisés en pages d'aide !

Commentaires écrits par
Parienty
(VRAI NOM)   

Afficher :  
Page : 1
pixel
Principes de l'économie
Principes de l'économie
par Mark P. Taylor
Edition : Broché
Prix : EUR 49,50

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
2.0 étoiles sur 5 Le manque d'imagination pédagogique de Mankiw est parfois confondant. ..., 8 décembre 2014
Ce commentaire fait référence à cette édition : Principes de l'économie (Broché)
Le manque d'imagination pédagogique de Mankiw est parfois confondant. Ses exemples simplets n'aident guère à comprendre. Et son manque de distance critique est affligeant : il diffuse un catéchisme plus qu'un savoir scientifique, ne discute jamais les hypothèses les plus farfelues, ignore les phénomènes qui n'entrent pas dans le modèle standard, à commencer, bien sûr, par les phénomènes financiers et l'incertitude. Relativement efficace, néanmoins, pour connaître les notions de base de la discipline (ou pour caler une porte en cas de vent violent).
Remarque sur ce commentaire Remarque sur ce commentaire (1) | Permalien | Remarque la plus récente : Dec 20, 2014 9:26 PM CET


La fin de la saison des guêpes
La fin de la saison des guêpes
par Denise Mina
Edition : Poche
Prix : EUR 7,90

4.0 étoiles sur 5 Beaucoup d'ambiance, des personnages fouillés, une intrigue originale ..., 7 décembre 2014
Ce commentaire fait référence à cette édition : La fin de la saison des guêpes (Poche)
Beaucoup d'ambiance, des personnages fouillés, une intrigue originale, en particulier parce qu'est mis en scène un meurtre absurde, qui n'aurait jamais dû avoir lieu et pourtant, parfaitement crédible. L'auteure sait aussi ménager son suspense.
Mais le livre ne s'arrête pas là. Il a clairement des ambitions littéraires, ce que le commentateur moyen d'Amazon ne lui pardonne pas (c'est bien normal). Je le trouve à la hauteur de ces ambitions. Du coup, l'intrigue progresse lentement, en effet, mais on n'est pas pressé de tourner les pages, simplement parce que chacune d'entre elles est fort agréable à déguster.


Jadis Et Naguere
Jadis Et Naguere

9 internautes sur 9 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Attention, fragile, 18 mai 2007
Ce commentaire fait référence à cette édition : Jadis Et Naguere (CD)
Les fans de Manset insistent sur les premiers albums, de "animal on est mal" (que j'ai été obligé de numériser d'après vynil, car il n'a jamais voulu le sortir en CD) jusqu'à "la mort d'Orion". D'autres sont arrivés plus tard et aiment Obok (que je trouve faible). Dans les albums des dix dernières années, "Jadis et naguère" est mon préféré. Le dialogue piano guitare électrique n'a jamais mieux fonctionné, les intros sont des chef-d'oeuvre ("comme le buvard boit l'encre", par exemple), les mélodies vous poursuivent. Omniprésent dans l'oeuvre de Manset, le thème de l'entropie, du monde qui se défait est omniprésent dans cet album triste et beau (comme un grand reposoir, comme dirait l'autre).


La Vallée De La Paix
La Vallée De La Paix

5 internautes sur 7 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 A qui n'a pas aimé, 18 mai 2007
Ce commentaire fait référence à cette édition : La Vallée De La Paix (CD)
La vallée de la paix n'est pas le meilleur album du maître. Mais c'est encore largement suffisant pour en faire un disque indispensable. Comme sur Matrice, Manset commence par un titre rock méchant, qui reste mélodique. Suit la très longue Vallée de la paix et les titres s'enchaînent comme des paysages, soulignés d'arrangements de cordes typiques de Manset, son talent de mélodiste intact. Un très bon disque... jusqu'au dernier morceau : A qui n'a pas aimé, qui fait décoller pendant 8'30 l'album jusqu'à la stratosphère où planent "est-ce ainsi que les hommes meurent", 'et l'or de leur corps", "attends que le temps te vide" et quelques autres.


I'm Your Fan - The Songs Of Leonard Cohen By
I'm Your Fan - The Songs Of Leonard Cohen By

3 internautes sur 3 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Comment réussir dans un genre douteux ?, 18 mai 2007
Ce commentaire fait référence à cette édition : I'm Your Fan - The Songs Of Leonard Cohen By (CD)
Pas évident de reprendre des chansons si intimement liées à leur interprète. La seule solution est de se démarquer franchement de l'interprétation de Cohen, ce que font très bien la plupart des intervenants. Mention spéciale à REM, pour la cover fabuleuse de "first we take Manhattan", aux Pixies (I can't forget), à l'inattendu Jean-Louis Murat (Avalanche, avec traduction bien écrite) et conclusion admirable du Velvet John Cale (Hallelujah).


Songs Of Leonard Cohen
Songs Of Leonard Cohen

8 internautes sur 8 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Peut-on parler de Leonard ?, 18 mai 2007
Ce commentaire fait référence à cette édition : Songs Of Leonard Cohen (CD)
On peut comprendre qu'il n'y ait pas de commentaire de cet album : ceux qui le connaissent ont avec lui un rapport trop intime pour l'étaler sur la place publique. Passons sur Suzanne. Master song commence par une guitare qui semble marquer le début du voyage, avant qu'arrive la voix du maître. Il faudra deux ou trois écoutes avant de remarquer les cuivres et les cordes discrètes de l'arrière-plan. Stranger song est également mémorable. Le dernier titre, on le sait, a été enregistré avec un vrai choeur d'ivrognes, recrutés dans la rue à côté du studio, dont les voix approximatives viennent renforcer la dérision du texte (the room was just filled with mosquitoes : they heard that my body was free). Tout Cohen est déjà là : la difficulté de communiquer, la solitude infinie qu'amène la connaissance, le spleen...


Curtains
Curtains

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
5.0 étoiles sur 5 Brillante suite au chef-d'oeuvre, 18 mai 2007
Ce commentaire fait référence à cette édition : Curtains (CD)
Comment faire mieux que le 2ème album ? Curtains n'essaye pas de relever le défi mais change de but : moins d'atmosphère, moins d'émotion, juste une collection de chansons brillantes, aux mélodies parfaites, à l'orchestration subtile. Le dernier titre reprend la recette utilisée dans "Tindersticks II", avec sa voix planante et son piano électrique atmosphérique. L'ensemble est remarquable de maîtrise, d'homogénéité, d'intelligence.

Il n'y a rien à jeter, aucun titre faible.


Tindersticks (Second Album)
Tindersticks (Second Album)
Prix : EUR 17,44

2 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Chef-d'oeuvre, 18 mai 2007
Ce commentaire fait référence à cette édition : Tindersticks (Second Album) (CD)
Cet album est dangereux.

Il pénètre dans le sang comme un vin vénéneux. L'addiction vient vite et il n'est plus de solution que d'appuyer sur la touche Repeat. Le premier titre est un peu déconcertant, l'instrumentation tex mex un peu bizarre. Le second est poignant : la voix marmonne, lointaine, enfoncée en elle-même, la mélodie prend peu à peu de l'ampleur, les cordes s'installent en arrière plan. Les changements d'ambiance continuent jusqu'à la fin, subtils mais marquants. Jusqu'à ce dernier titre qui sonne comme l'ouverture du tombeau. Fermez le ban : comment faire mieux ?


L'Echelle de Darwin
L'Echelle de Darwin
par Greg Bear
Edition : Poche
Prix : EUR 8,60

8 internautes sur 11 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Attention, chef-d'oeuvre, 30 septembre 2006
Ce commentaire fait référence à cette édition : L'Echelle de Darwin (Poche)
La SF nous emmène généralement dans les étoiles. Ce roman nous fait voyager à l'intérieur de nous-mêmes. C'est fou et totalement crédible. L'action se déroule à plusieurs niveaux : des histoires humaines avec des personnages crédibles et nuancés ; la science, à vous donner envie de lire tout Wikipédia sur la génétique ; et la société entière, avec la politique et les forces sociales.

Bear passe de l'un à l'autre en maîtrisant le rythme et en introduisant l'un après l'autre des éléments de suspense qui en font un thriller qu'on ne lâchera pas avant la dernière page et qu'on refermera en se sentant plus savant qu'avant de l'avoir lu.


Page : 1