Profil de G. Thibault > Commentaires

Fiche d'identité

Contenu rédigé par G. Thibault
Classement des meilleurs critiques: 1.035.006
Votes utiles : 31

Chez vous : découvrez nos services personnalisés en pages d'aide !

Commentaires écrits par
G. Thibault

Afficher :  
Page : 1
pixel
Live in Winterland
Live in Winterland

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
4.0 étoiles sur 5 Un concert mythique dans sa quasi-intrégralité, 24 octobre 2010
Ce commentaire fait référence à cette édition : Live in Winterland (CD)
14 janvier 1978. C'est le dernier concert des Sex Pistols avant longtemps. Un concert mythique, punk, sauvage. Le son est très bon, la basse hyper présente, et Rotten est vraiment déchaîné. On se régale aussi des répliques acerbes du groupe entre les morceaux, bien conscients de passer pour des monstres de foire. Peut-être le meilleur album live des Pistols. Mais quel dommage qu'une partie de "Bodies" ait été coupée ! Le fameux passage où Rotten enchaine les "fuck" a disparu ! On peut écouter cette version sur You Tube, images à l'appui : le groupe n'a pas sauté ce passage ce soir-là. C'est absurde. Est-ce à cause des gros mots ? S'il faut supprimer tout ce qui est susceptible de choquer chez les Sex Pistols, on n'est pas sorti.


Fire And Ice Ii/Lost Tapes
Fire And Ice Ii/Lost Tapes
Prix : EUR 16,31

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
2.0 étoiles sur 5 Here are not the Sonics !!!, 13 août 2010
Ce commentaire fait référence à cette édition : Fire And Ice Ii/Lost Tapes (CD)
Ce disque aurait dû sortir sous le nom de "Jim Brady and the Sonics", et pas avec cette photo non plus, puisque ces Sonics là sont absents de la plupart des titres ! En plus, si l'on est fan des Sonics, il est difficile d'aimer ce disque. Pour l'essentiel, on entend là une sorte de pop précieuse, un peu glam, qu'un fan de rock garage détestera en toute logique. En effet, après un troisième album un peu décevant (mais pas mal quand même), les membres des Sonics quittent le navire les uns après les autres, à commencer par Gerry Roslie, remplacé par Jim Brady, chanteur pas du tout rock'n roll. Finalement, lorsqu'Andy Papyra se retrouve dernier membre original, il décide (se figurant sans doute que personne ne se souviendrait des Sonics) de vendre le nom du groupe avant de partir à son tour... L'instrumental "Good hard rock" est le seul morceau où on retrouve un peu leur style. Les 2 premiers morceaux, psyché, se laissent écouter, "Love light" est une balade apparemment signée par Gerry Roslie... Pour le reste, ça ne devrait pas être présenté comme un disque des Sonics.


A Technicolor Dream
A Technicolor Dream
DVD ~ A Technicolor Dream
Prix : EUR 17,92

4 internautes sur 4 ont trouvé ce commentaire utile 
3.0 étoiles sur 5 Plutôt décevant, 24 avril 2009
Ce commentaire fait référence à cette édition : A Technicolor Dream (DVD)
Ce documentaire retrace, à travers des images d'archives et des interviews, l'époque psychédélique à Londres dans les années soixante, où Pink Floyd période Syd Barrett y était la principale attraction. Le film a les mêmes défauts que le documentaire "The Pink Floyd and Syd Barrett story" : toutes les vidéos du groupe sont sans cesse coupées par les interviews, et, à moins d'être néophyte, on ne découvre pas grand chose. Je ne pense pas qu'il y ait une minute d'affilée d'images d'archives durant tout le film et c'est vite frustrant. Cette déception est un peu modérée par 3 vidéos en bonus (les clips d'Arnold Layne, Scarecrow et surtout Astronomy domine live), mais on aimerait en voir plus et le documentaire nous prouve justement qu'il existe d'autres documents vidéos de l'époque, mais se contente de nous en livrer que des fragments. On peut certes les voir sur youtube, mais c'était l'occasion de les voir avec un bonne qualité d'image.


Easter Everywhere
Easter Everywhere
Proposé par culturefactory
Prix : EUR 12,00

9 internautes sur 9 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 superbe, 17 juin 2007
Ce commentaire fait référence à cette édition : Easter Everywhere (CD)
Ce deuxième album est plus apaisé que le premier, construit comme un manifeste. Les paroles, toujours plus marquées par le mysticisme, sont plus poétiques et ésotériques, les morceaux s'allongent et s'aventurent vers le folk rock (ce n'est plus vraiment du rock garage). Très psychédélique, leur musique utilise pourtant peu d'effets, tout se joue plutôt sur la beauté du chant, des guitares etc. Un disque superbe et à mon avis méconnu.


The Psychedelic Sounds Of The 13th Floor Elevators
The Psychedelic Sounds Of The 13th Floor Elevators

6 internautes sur 7 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 "like a roller coaster ride...", 17 juin 2007
Ce commentaire fait référence à cette édition : The Psychedelic Sounds Of The 13th Floor Elevators (CD)
L'un des meilleurs disques mariant rock garage et psychédélisme. Véritables pionniers en la matière (nous sommes en 1966), les 13th Floor Elevators jouent sur ce premier album un rock'n'roll sauvage, marqué par le chant et les hurlements de Roky Erickson, les guitares très acides (avec de la réverb) de Roky et Sutherland, le son étrange de la cruche électrifiée de Tommy Hall, les rythmes bizarres. Manifié par une véritable quête mystique, ce disque propose un excellent équilibre entre l'expérimentation psychédélique et l'énergie d'un rock'n'roll primitif.


Le Livre des damnés
Le Livre des damnés
par Charles Fort
Edition : Broché

10 internautes sur 11 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 S.F dada, 14 janvier 2007
Ce commentaire fait référence à cette édition : Le Livre des damnés (Broché)
Pluies de poissons et de grenouilles, de sang et de chair, de gélatine. Une ombre gigantesque sur la lune, des engins volants dans le ciel avant les premiers avions... Voici quelques-uns des faits "damnés" par la "Science dogmatique" que Charles Fort, en bon prophète du doute (pour lui on ne peut rien prouver) et humoriste insolent, nous propose de découvrir dans ce livre hallucinant de 1919, ainsi que ses curieuses hypothèses: une "Supermer des Sargasses" flotterait quelque part dans l'espace, et nous avons eu de nombreux visiteurs venus d'autres mondes, visiteurs qui ont sur nous un "droit légal". H.P. Lovecraft s'en souviendra.


Page : 1