Profil de Claude DUTRU > Commentaires

Fiche d'identité

Contenu rédigé par Claude DUTRU
Classement des meilleurs critiques: 8.938
Votes utiles : 19

Chez vous : découvrez nos services personnalisés en pages d'aide !

Commentaires écrits par
Claude DUTRU

Afficher :  
Page : 1 | 2 | 3
pixel
Jascha Heifetz interprète les Grands Concertos pour violon (Coffret 6 CD)
Jascha Heifetz interprète les Grands Concertos pour violon (Coffret 6 CD)
Prix : EUR 14,99

2 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 l'un des 2 3 plus grands violonistes du 20e siècle, 1 décembre 2014
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Jascha Heifetz interprète les Grands Concertos pour violon (Coffret 6 CD) (CD)
L'audition de ce coffret, pas à pas, concerto après concerto, me donnerait envie d'en écrire un roman !

Je résume : Jascha Heifetz, ce fut LE violon. Sa sonorité unique (du diamant !), son incroyable virtuosité qui lui permettait d'adopter des tempi vertigineux sans incident, son exigence de perfection, aussi bien à son égard qu'à celui de ses partenaires, tout cela en faisait un musicien impressionnant et exemplaire.

Le coffret proposé par RCA, riche mais incomplet, rend bien justice au Maître. Techniquement, tout d'abord, par la qualité générale des enregistrements (à l'exception du 5e concerto de Mozart et du Vivaldi, mats et sans profondeur) qui rend magnifiquement justice au soliste et aux orchestres.
Les chefs qui accompagnent Heifetz sont généralement prestigieux et semblent globalement partager les options interprétatives du soliste, ce qui nous donne de magnifiques prestations.
Dans le détail, je dirai que les plus grandes réussites sont paradoxalement les oeuvres les moins prestigieuse : le concerto de Rozsa, ce gigantesque compositeur de musique de films (Les Quatre plumes blanches, Ben Hur, etc) mais moins coté dans le répertoire classique, ouuvre dédiée à Heifetz qui en donne une lecture éblouissante; le 5e concerto de Vieuxtemps, lui aussi considéré comme "petit" compositeur, mais dont nous avons ici une lecture impériale.
Au même niveau exceptionnel je situerai les oeuvres de Bruch dans lesquelles la grande sobriété expressive d'Heifetz se relâche quelque peu... pour notre plus grand plaisir ! Sir Malcolm Sargent s'y montre exemplaire, de même que dans le 4e concerto de Mozart où il soutient allègrement un Heifetz solaire. Puisque de Mozart il s'agit, chapeau bas pour la Symphonie concertante (avec W. Primrose), belle version dynamique et très équilibrée.
Glazounov, Prokofiev et Sibelius semblent également bien entrer dans le "cadre" du répertoire favori d'Heifetz : il s'y montre brillant, très sûr, chez lui.
Dans le concerto de Mendelssohn, l'un de ses chevaux de bataille (il le joua en public à 5 ou 6 ans !) il est ici soutenu par Munch en pleine forme et, bien entendu, il y fait une démonstration de maîtrise étonnante... personnellement, je préfère un "finale" qui respire un peu plus.
On retrouve les mêmes qualités (et la même petite réserve) dans le Tchaikovsky, magnifique version très "occidentale" (la carrure de l'accompagnement de Fritz Reiner me parait abonder dans le sens rigoureux du soliste).
Brahms, deux oeuvres, deux options différentes. Le Double concerto : excellent duo Heifetz-Piatigorsky, tempi enlevés, bonne mise en place, l'ensemble entre dans les versions toniques et sans états d'âme. Le concerto pour violon, j'ose le dire, me laisse sur ma faim d'émotion. Le mouvement initial, en particulier, est traversé par le soliste avec une certaine raideur, impression que n'arrange pas la grande rigueur de Reiner. L'adagio chante certes un peu, mais bien moins que chez d'autres violonistes. Et le finale, lui aussi pris à un train d'enfer, déçoit par une certaine mécanisation. Tout cela, bien sûr, se situe à un niveau élevé, mais comment ne pas le signaler !
Reste Beethoven : Charles Munch n'a pas construit sa gloire sur ses interprétations beethovénienne, soit. Ici, il se montre dynamique, précis, assez chaleureux. A mon sens plus concerné que par Brahms, Heifetz déroule une partition facile pour lui techniquement mais dans laquelle il s'applique à faire valoir les moindres nuances. C'est très beau.
Le bilan général est très largement positif, pas cher et passionnant.


Robert Casadesus interprète Mozart (Coffret 5 CD)
Robert Casadesus interprète Mozart (Coffret 5 CD)
Prix : EUR 15,00

5.0 étoiles sur 5 Quel talent !, 30 novembre 2014
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Robert Casadesus interprète Mozart (Coffret 5 CD) (CD)
Ce coffret est digne de figurer dans toute discothèque classique.

L'exceptionnelle entente entre George Szell et Robert Casadesus, déjà signalée par d'autres mélomanes est manifeste : les dialogues piano-bois, piano-cordes, l'intensité des relances orchestrales qui répond au discours brillant et robuste du piano... La qualité sonore de l'ensemble des enregistrements est remarquable (en ce début de l'époque "stéréo", la précision du positionnement spatial des pianos dans les concertos qui réunissent 2 puis 3 de ces instruments a du stupéfier les mélomanes !).

Un regret : il existe des enregistrements des concerti n°12 (K 414) et 20 (K 466) ainsi que que de la 13e sonate (K 333) déjà publiés par Sony dans un autre couplage : pourquoi ne pas les avoir ajoutés au présent coffret ?
te


Bruno Walter dirige Mozart
Bruno Walter dirige Mozart
Prix : EUR 13,99

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
5.0 étoiles sur 5 Les Grands ne meurent jamais., 3 novembre 2014
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Bruno Walter dirige Mozart (CD)
Les générations actuelles ont tendance à oublier que Bruno Walter fut l'un des plus grands chefs de sa génération.

Fort heureusement, il eut le temps, au crépuscule de sa vie, d'enregistrer un certain nombre d'oeuvres dans des conditions techniques très satisfaisantes (ce qui ne fut pas le cas, par exemple, pour Furtwängler).

Lorsque ces enregistrements mozartiens arrivèrent en France, ils furent certes bien accueillis, mais parfois avec une certaine condescendance de la part de critiques pourtant renommés. Ainsi, certains évoquèrent l'âge du chef, l'homogénéité de l'orchestre, etc. De plus, gravure et pressage de l'époque ne rendaient pas toujours justice aux qualités de la prise de son, point non discutable celui-là.

On croit rêver ! Qui nous a fait entendre, depuis cinquante ans, des symphonies de Mozart aussi rayonnantes, chaleureuses, à la fois dynamiques et tendres, mesurées et intenses ? La "Haffner" ? Une merveille d'équilibre (qui fut d'ailleurs longtemps considérée comme LA référence). Et quelle impérieuse tension dans la 39e... Il n'est pas indispensable de tout détailler, mais il faut dire quand même que l'objet sonore proposé est d'une lisibilité exemplaire, ce qui permet d'apprécier les qualités de l'orchestre et le soin apporté par Walter à mettre en valeur certains détails.

Je me sens obligé de dire un mot de le Petite musique de nuit... sérénade bien endormante jouée de cette manière !

Oubliez cette ligne et achetez ce coffret de pur bonheur !

PS Et le Requiem me dit-on ? Une bonne version mono, avec, comme un rayon de soleil, les interventions angéliques d'Irmgard Seefried.


Georges Onslow : Sonates pour violoncelle
Georges Onslow : Sonates pour violoncelle
Prix : EUR 5,49

5.0 étoiles sur 5 Du très bon Onslow, 23 septembre 2014
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Georges Onslow : Sonates pour violoncelle (CD)
Voila un très joli disque.
Les trois sonates sont fort agréables à écouter, avec une mention particulière pour la deuxième (op 16), oeuvre plus ambitieuse (4 mouvements au lieu de 3 pour les deux autres sonates) qui débute par un "allegro espressivo" assez beethovénien.
Très bonne prestation des deux musiciennes : Maria Kliegel, violoncelliste très sûre, d'une grande sobriété et qui évite de faire "ronfler" son instrument; et Nina Tichman, pianiste brillante quand il le faut mais aussi capable de seulement soutenir sa partenaire avec discrétion.
Superbe équilibre sonore.


César Franck : Variations Symphoniques - Les Djinns - Concerto pour piano n° 2
César Franck : Variations Symphoniques - Les Djinns - Concerto pour piano n° 2
Prix : EUR 6,99

4.0 étoiles sur 5 Rare et passionnant César Franck, 23 septembre 2014
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
D'abord bravo aux amazoniens qui ont, bien avant moi, décrit et apprécié ce CD !
L'homogénéité est pour moi l'argument essentiel d'un tel programme. Entre les très connues Variations symphoniques et les moins connus Djinns, quel plaisir de découvrir la fraîcheur du second concerto pour piano : le (très) jeune compositeur y montre un talent prometteur - A noter qu'il évoluera vers des couleurs et des structures plus sévères.
On achète ici un programme, pas une oeuvre seule. La comparaison avec tel ou tel enregistrement prestigieux (qui dit prestigieux ne dit par forcément meilleur : le snobisme du nom sur la pochette...) n'a pas grande signification. François-Joël Thiollier et Martijn van den Hoek d'une part, Roberto Benzi d'autre part sont d'excellents musiciens et défendent César Franck avec conviction.
On pourrait souhaiter, sur la plan sonore, d'un orchestre un peu plus fouillé et brillant.


Serge Rachmaninov : Préludes (intégrale)
Serge Rachmaninov : Préludes (intégrale)
Prix : EUR 7,05

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
5.0 étoiles sur 5 Magistral !, 22 septembre 2014
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Serge Rachmaninov : Préludes (intégrale) (CD)
J'avais seulement entendu le nom de ce pianiste. Puis j'ai lu les remarques des acheteurs amazoniens, et j'ai fait confiance !

Aucun regret, Nebolsin est un immense musicien. A mon sens, son plus grand mérite est de donner l'envie, à la fin de chaque prélude, d'écouter le suivant. C'est volontairement que j'ai écrit "musicien" et non pas pianiste. En effet, dans la tranche des 25/50 ans nombreux sont les pianistes qui sont techniquement capables de jouer les Préludes de Rachmaninoff. Mais combien savent à ce point les différencier, mettre en valeur leurs infinies nuances de couleur...? Par exemple, le compositeur excelle à proposer aux interprètes des pages où deux, voire trois chants se superposent... Nebolsin réalise ces harmonies complexes avec une élégance et une sûreté confondantes.
Ajoutez à cela une très belle prise de son, et vous tenez un CD exceptionnel.


Les Pins de Rome / The Birds
Les Pins de Rome / The Birds
Proposé par MusicaNapoletana . com
Prix : EUR 19,90

5.0 étoiles sur 5 Du Respighi haut de gamme, 12 septembre 2014
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Les Pins de Rome / The Birds (CD)
D'autre l'ont déjà écrit ici mais il est bon parfois d'enfoncer le clou.
Dorati et son orchestre font merveille dans ce répertoire coloré. A ma connaissance, seul Toscanini, malheureusement enregistré avant l'avènement de la hi-fi moderne, a porté les Fontaines, et surtout les Pins de Rome à un niveau encore plus spectaculaire.
Donc, compte tenu de son large avantage technique, Dorati reste actuellement le meilleur choix.
Parlons-en de la technique, cette "living presence" Mercury vraiment stupéfiante. Il faut rappeler qu'à l'époque la technique de gravure et les têtes de lecture ne permettaient pas de rendre justice à la prise de son, en particulier à la dynamique exceptionnelle de ces enregistrements. Il a fallu l'avènement du CD et des remastérisations pour que les mélomanes puissent redécouvrir ces merveilles. Merci messieurs les techniciens !


Bizet : Symphonie en ut majeur - L'Arlésienne, suites n° 1 et n° 2
Bizet : Symphonie en ut majeur - L'Arlésienne, suites n° 1 et n° 2
Prix : EUR 8,99

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
4.0 étoiles sur 5 La meilleure, bien sûr, mais..., 6 septembre 2014
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Bizet : Symphonie en ut majeur - L'Arlésienne, suites n° 1 et n° 2 (CD)
Tout le monde le dit, pourquoi pas moi ? Beecham était en état de grâce lorsqu'il a dirigé cette symphonie de rêve. C'est du bonheur à l'état pur, de la première à la dernière mesure.
Alors, pourquoi 4 étoiles seulement ?
En dépit de ce qu'ont écrit certains, la prise de son - ou, tout au moins, le RENDU sonore - flatteur durant les première minutes, ne résiste pas à une audition attentive : la "stéréo" est incertaine, floue, les timbales sont partout et nulle part (transparentes si on veut réduire les graves, ronflantes si on les amplifie). Cela n'est certes pas rédhibitoire, d'autant plus que l'orchestration très claire et aérée de Bizet demeure parfaitement lisible...
Alors, il fallait le dire, simplement. Il s'agit quand même, toujours, de la meilleure version de cette symphonie !


La Folie Russe (La Folle Journée De Nantes - 3 CD)
La Folie Russe (La Folle Journée De Nantes - 3 CD)
Prix : EUR 6,99

3 internautes sur 4 ont trouvé ce commentaire utile 
3.0 étoiles sur 5 Initiation ou déception ?, 31 août 2014
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : La Folie Russe (La Folle Journée De Nantes - 3 CD) (CD)
On peut aimer (les extraits proposés sont généralement de qualité) ou détester ce "saucissonnage", justement parce qu'il propose essentiellement des extraits, parfois très courts, d'oeuvres importantes.
Je fais plutôt partie de ceux qui écoutent les oeuvres en entier et cet achat, à ce titre, me déçoit.
Par contre, pour les mélomanes en herbe qui découvrent le répertoire classique, c'est un bon album d'initiation, à un prix imbattable !

Donc, vérifiez bien le contenu avant de vous décider... L'audition générale est agréable grâce à une qualité sonore assez homogène. Même les enregistrements anciens "sonnet" bien.


Saint-Saëns : Concertos pour violon
Saint-Saëns : Concertos pour violon
Prix : EUR 7,00

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
5.0 étoiles sur 5 Du meilleur Saint Saëns à petit prix !, 31 août 2014
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Saint-Saëns : Concertos pour violon (CD)
On aime - ou pas - la musique de Saint Saëns, généreuse, bien faite, mais qui donne parfois l'impression d'être plus technique qu'inspirée. La thématique, incontestablement riche, verse trop souvent dans la facilité.
Ceci dit, le catalogue de Saint Saëns propose de nombreuses partitions pour violon et orchestre, partitions régulièrement retenues par les plus grands interprètes car elles mettent en valeur le soliste : panache, charme, tout y est.
Le présent CD regroupe les trois concertos, dont deux sont peu connus. Bonne initiative car à n'enregistrer en permanence que des oeuvres à succès, on noie les catalogues dans une masse de doublons bien inutiles. Succintement, on peut dire qu'il y a une progression qualitative spectaculaire dans ces trois concertos : 1. ébauche; 2. approfondissement encore hésitant; 3. épanouissement. Ecouter les oeuvres dans cet ordre permet de suivre l'évolution du compositeur, ses progrès.
La jeune violoniste Fanny Clamagirand a toute les qualités requises pour s'attaquer à ce répertoire. Elle sait se montrer charmeuse ou éblouissante sans jamais en "faire trop", préservant toujours une sonorité aussi pure que juste (un style qui me fait vraiment penser à David Oïstrakh, excusez du peu !).
L'accompagnement orchestral finlandais de Patrick Gallois est parfait, la prise de son excellente, avec un bon équilibre soliste/orchestre. Tout ceci donne un 5 étoiles sans hésitation !


Page : 1 | 2 | 3