undrgrnd Cliquez ici Toys Avant toi nav-sa-clothing-shoes nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici nav_GWeek16Q2 Cliquez ici Acheter Fire Cliquez ici cliquez_ici Jeux Vidéo soldes montres soldes bijoux
Profil de Mr. Tanguy Ollivier > Commentaires

Fiche d'identité

Contenu rédigé par Mr. Tanguy Oll...
Classement des meilleurs critiques: 1.806.761
Votes utiles : 16

Chez vous : découvrez nos services personnalisés en pages d'aide !

Commentaires écrits par
Mr. Tanguy Ollivier "Songarour35" (Rennes, France)
(VRAI NOM)   

Afficher :  
Page : 1
pixel
Earthbound
Earthbound
Prix : EUR 21,06

3 internautes sur 4 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Une face cachée du 'Roi Pourpre', 10 septembre 2011
Ce commentaire fait référence à cette édition : Earthbound (CD)
Ayant habitué son public dans le passé à une musique plutôt douce, gentillette et bien ficelée dans les précédents albums studios, King Krimsom surprend ici par un style débridé inhabituel pour un soi-disant groupe progressif, se rapprochant plus du hard-rock que des morceaux sophistiqués et colorés auquels il nous avait habitué jusqu'alors. Ce qui peut se comprendre d'ailleurs avec une composition de membres presque entièrement renouvelée en mettant de côté des leaders comme Fripp.
La face A (pour ceux qui ont eu la chance d'avoir la version vinyle) débute en fanfare avec un 21th Century Schizoid Man revisité à la lumière d'une vitalité et d'un entrain communicatif grâce entre autre à une rythmique très dynamique (plus que dans la version studio qui paraît anémique en comparaison, voire figée). De même dans le morceau Stories of a Sailor's Tale qui semble davantage épanouie que sa version studio plus 'artificielle' et sage en comparaison. C'est seulement dommage que l'enregistrement ait été coupé avant la fin réelle du morceau.
Là, c'est même à croire s'ils ne jouent pas ivres parfois tant l'énergie est euphorique, grisante et débordante de vie. Je pense notamment à Peoria ou Earthbound sur la face B, où souvent, les spasmes vocaux du chanteur principal font penser à un clochard en train de chanter sa joie de vivre dans la rue, accompagné par un batteur au swing survitaminé et un saxophoniste jazzy très volubile. Il est à mentionner également un super solo de batterie n'ayant rien à envier aux plus musclés rythmes ethnique de l'Afrique Noire, sans omettre le fameux délire de synthétiseur à la fin qui finit dans un feu d'artifice sonore bien qu'en Queue de poisson, hélas, un peu comme dans la 8ème symphonie de Shubert, l'inachevée.
J'ai découvert cet enregistrement grâce à un ami mélomane et je ne le regrette pas.


Revue Moto Technique, numéro 39
Revue Moto Technique, numéro 39
par Collectif
Edition : Broché
Prix : EUR 30,50

2 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Très bonne revue technique, 22 février 2010
Ce commentaire fait référence à cette édition : Revue Moto Technique, numéro 39 (Broché)
Livret très instructif dont on ne peut plus se passer si on est possesseur d'une Honda CX 400-500-650 ou d'une Yamaha XS 500. Permet de se dépanner et de mieux comprendre son moteur dans la plupart des cas de réparation ou d'entretien classiques.


Réparation et entretien de votre vélo
Réparation et entretien de votre vélo
par Chris Sidwells
Edition : Broché

2 internautes sur 3 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Ouvrage technique complet sur le vélo, 22 février 2010
Ce commentaire fait référence à cette édition : Réparation et entretien de votre vélo (Broché)
Un des rares ouvrages à traiter de la réparation des cycles. Très complet avec toutes les méthodes requises pour remettre un vélo en état de A à Z. Pratiquement tous les types de bicyclettes sont passés en revue. En outre, de nombreuses illustrations ou photos sont là pour accompagner les explications textuelles et rendre les opérations plus claires.


Farewell To Kings
Farewell To Kings
Prix : EUR 7,00

7 internautes sur 7 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Le progressive rock se démocratise, 17 novembre 2009
Ce commentaire fait référence à cette édition : Farewell To Kings (CD)
Groupe de progressive rock de génération intermédiaire (né dans le milieu des années 70), Rush a su se démarquer rapidement de ses prédécesseurs ou concurrents en imprégnant sa musique d'une personnalité propre et aisément identifiable, c'est-à-dire d'un mélange de hard rock, de passages calmes, de sonorités acoustiques, électriques et d'une emphase sur la performance technique instrumentale. En cela, il rejoint d'autres artistes tels que Genesis, Led Zeppelin, Gentle Giant ou Yes.
Cet album peut être considéré comme l'apogée de leur première période en phase avec cette décennie, combinant des chansons longues non standard du Top 50 (Cygnus X-1 durant 10mn) avec d'autres écourtés (Closer To The Heart de 2mn52 ou Madrigal de 2mn33) plus assimilables en mémoire, des couleurs orchestrales inédites (pour du rock pur) comme de la guitare acoustique, de mellotron, du glockenspiel ou même de cloches tubulaires entre autres. En outre, il marie diverses influences musicales dans un même morceau. Par exemple, dans la première composition, les premières secondes s'égrènent tranquillement avant de s'électriser au fur et à mesure pour s'enflammer définitivement dans un style nettement néo-symphonique, voire d'opéra lyrique lorsqu'entre en scène la voie du chanteur Geddy Lee. D'ailleurs, les morceaux longs sont structurés comme des œuvres classiques avec introduction, thème principal, développement, reprises, etc... Cependant, malgré tous ces artifices techniques, l'ensemble reste très agréable à écouter même en écoute distraite...
En résumé, un must du rock progressif à acheter sans arrière pensée.


Moving Pictures
Moving Pictures
Prix : EUR 8,24

2 internautes sur 3 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Progressive rock mutant, 17 novembre 2009
Ce commentaire fait référence à cette édition : Moving Pictures (CD)
Groupe de rock progressif, à mi-chemin entre Genesis, Gentle Giant, Led Zeppelin, Yes et Van Der Graft Generator, Rush nous livre ici un opus majeur avec morceaux souvent nerveux, saturés de guitares électriques, tempérés de temps à autres par des timbres de claviers à la Genesis et leurs arpèges ou accords caractéristiques. Sur cet album du début des années 80, Rush a voulu s'adapter à son temps et aux normes restrictives du show-business d'alors en rendant ses morceaux plus concis (tous inférieur ou égal à 6 minutes) sauf pour 'The Camera Eye' qui étale sa longueur étendue typique des années 70, synomymes d'aventures et d'expérimentation musicale pour la plupart des formations progressives. D'ailleurs, bien que le son sonne très moderne et aura du mal à vieillir, on sent que les musiciens ne sont pas complètement départis de certaines nuances acoustiques en vogue de la décennie précédente...
En tout cas, on trouve dans cet excellent enregistrement tous les ingrédients inhérents à ce genre musical, à savoir une ligne vocale très mélodique (ici, à tendance Hard en ce qui concerne le chanteur Geddy Lee), une alternance de moments durs et d'autres apaisés dans une même composition (Tom Sawyer, Limelight) et une mise en avant de la virtuosité instrumentale exacerbée des interprètes. A ce sujet, écoutez donc l'unique instrumental de l'album, 'YYZ' qui n'a rien à envier aux plus grands groupes de Hard rock spécialiste de la célérité rythmique et mélodique. En bref, c'est un CD à acheter les yeux fermés.


Page : 1