Profil de Vorwärts > Commentaires

Fiche d'identité

Contenu rédigé par Vorwärts
Classement des meilleurs critiques: 5.036
Votes utiles : 167

Chez vous : découvrez nos services personnalisés en pages d'aide !

Commentaires écrits par
Vorwärts (Bordeaux, France)

Afficher :  
Page : 1 | 2 | 3 | 4
pixel
Algèbre 1re année - Cours et exercices avec solutions
Algèbre 1re année - Cours et exercices avec solutions
par François Liret
Edition : Broché
Prix : EUR 26,50

5.0 étoiles sur 5 Très bon livre de L1, 6 juin 2013
Ce commentaire fait référence à cette édition : Algèbre 1re année - Cours et exercices avec solutions (Broché)
Le livre adopte une présentation peu classique de l'algèbre linéaire, en commençant par le calcul matriciel (et la définition des déterminants par récurrence), et en finissant par les espaces vectoriels. L'approche calculatoire prédomine donc ici, l'essentiel de la théorie étant basé sur le rôle des matrices élémentaires et les systèmes linéaires. L'approche est certes originale mais très claire, et ne fait pas obstacle à l'acquisition d'une bonne maîtrise théorique des notions.
De plus, à l'heure de la mutualisation des parcours en L1, les étudiants en physique ou informatique seront bien plus à l'aise avec cette présentation qu'avec l'approche habituelle, plus théorique et aride.

Le reste du livre (géométrie affine, polynômes, ...) est également très bien traité, et l'ensemble du livre dépasse probablement le programme actuel de L1 dans beaucoup d'universités.

Tout au long du livre, les exemples sont très nombreux, bien choisis ; le cours est agréablement rédigé et rigoureux. La typographie est également très agréable.

C'est probablement le meilleur manuel pour étudiants de l'université, pas axé "bachotage" et adapté à un vrai travail de fond tout au long de l'année.


Populisme : Le fantasme des élites
Populisme : Le fantasme des élites
par Benoît Schneckenburger
Edition : Broché
Prix : EUR 5,00

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
4.0 étoiles sur 5 Retour aux sources, 9 avril 2013
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Populisme : Le fantasme des élites (Broché)
Alors qu'à l'origine le terme de « populisme » désignait simplement une tendance du socialisme russe visant à instruire et impliquer le peuple (via des petites communautés agraires) dans le jeu démocratique, comment et pourquoi en est-il venu à être défini comme un synonyme de fascisme ou de démagogie ? Pourquoi ce terme est-il systématiquement péjoratif de nos jours ? Pourquoi est-il utilisé pour discréditer tous ceux qui osent critiquer l'absence de morale des « élites » ? La dénonciation du « populisme » (c'est-à-dire de ceux qui parlent au nom du peuple) ne cacherait-elle pas tout simplement une haine du peuple, voire de la démocratie en général ?
C'est à ces questions qu'entend répondre Benoît Schneckenburger dans un petit mais dense ouvrage, bien ficelé, qui remet en perspective la notion de populisme. On voyagera aussi du côté de la Grèce antique (Platon) et de la Révolution française pour trouver les sources de la haine du « populisme ».
Malgré quelques conceptions un peu trop formatées « pensée Front de Gauche » (l'auteur semble assimiler libéralisme et conservatisme à plusieurs reprises, ce qui pourra laisser perplexe), un ouvrage instructif et prenant.
Remarque sur ce commentaire Remarque sur ce commentaire (1) | Permalien | Remarque la plus récente : Dec 9, 2013 4:05 AM CET


Connaître et entretenir ma C3 Diesel
Connaître et entretenir ma C3 Diesel
par Michel Nachin
Edition : Broché
Prix : EUR 13,50

4.0 étoiles sur 5 Basique, convenable pour un néophyte, 28 février 2013
Ce commentaire fait référence à cette édition : Connaître et entretenir ma C3 Diesel (Broché)
Ce petit livre conviendra très bien à ceux qui partent vraiment de zéro en mécanique. On débute par la définition et l'utilité de chaque pièce (qu'est-ce qu'un filtre à air, pourquoi changer un filtre à huile à chaque vidange, etc.) ; on continue avec l'intérêt de chaque opération d'entretien, leur périodicité conseillée, etc. Il y a aussi la liste précise de tous les outils à posséder pour entretenir soi-même sa C3.
Les opérations d'entretien courantes sont généralement bien détaillées, suffisamment illustrées, et classées en 5 niveaux de difficulté pour qu'on puisse choisir de les faire à la maison ou de les confier à un garagiste, en fonction de nos "aptitudes de bricolage". Les opérations vraiment très complexes, néanmoins, ne sont pas expliquées dans ce livre et l'auteur considère que seul un garagiste peut les effectuer.

Il y a aussi pas mal de pages sur la sécurité routière, la conduite économique, la façon de remplir un constat d'assurance, ou encore les variantes des règles du code de la route dans les autres pays européens.

Clairement pas un manuel technique pour experts, mais au moins de quoi apprendre à faire un tas d'opérations basiques (changement d'ampoules ou d'essuie-glaces, vidange, remplacement des filtres, contrôle des plaquettes de freins, etc.) sans aller se ruiner dans un garage. Et on se rend compte que même si on est un allergique complet au bricolage (ce qui est mon cas !), toutes ces opérations sont finalement extrêmement simples et rapides pourvu qu'on dispose d'une documentation adéquate.


La Culture de l'égoïsme
La Culture de l'égoïsme
par Jean-Claude Michéa
Edition : Poche
Prix : EUR 10,00

6 internautes sur 7 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Un entretien stimulant, 23 février 2013
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : La Culture de l'égoïsme (Poche)
Ce livre propose d'interroger le capitalisme sous un jour un peu nouveau : non pas comme un fait économique ou financier, mais comme un « fait social total qui envahit tout le champ de l'existence humaine » (p.68). On ne s'intéresse donc pas ici à l'organisation du capitalisme, mais au type d'individus qu'il produit. En ce sens, il s'agit en quelque sorte d'une anthropologie des sociétés capitalistes.

L'entretien entre Castoriadis et Lasch justifie le titre du livre en s'interrogeant sur la disparition de l'idée même de « communauté » dans les sociétés actuelles. De multiples aspects sont évoqués. Le repli sur leur cellule familiale d'individus angoissés et déprimés par la structure de la société. La disparition de l'espace public et de l'idée d'une temporalité et d'une histoire communes. Le remplacement de la démocratie réelle par la confrontation violente de divers groupes d'intérêts ne parlant qu'en leur nom propre.
L'entretien se termine sur un ton plus psychanalytique : comment la construction même de l'identité des individus, comment la définition d'un « moi », fait politique et social par excellence, peut-il s'opérer à l'aire du repli et de l'égoïsme généralisés ? Quelles conséquences en attendre ?

La postface par Michéa offre quelques compléments de lecture, hélas sous une forme un peu laborieuse, voire bâclée (Michéa fait des phrases de 3 pages, sans cesse entrecoupées de nombreuses parenthèses et notes : la lecture ne s'en trouve guère facilitée...). On y retrouve son lien habituel entre libéralisme économique et « liberté de mœurs », mais pour une fois, il esquisse la possibilité (positive) d'une société « libre de mœurs » sans être libérale ou capitaliste. On y retrouvera également quelques réflexions intéressantes sur le « déracinement intégral » que le capitalisme opère sur les individus, érigeant la flexibilité en dogme et engendrant une « perte des liens de communauté et de voisinage ».


A qui profitent les OGM ? : Le tournant de l'
A qui profitent les OGM ? : Le tournant de l'
par Jacques Testart
Edition : Broché
Prix : EUR 4,00

12 internautes sur 12 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Un bon petit résumé des vraies questions à se poser, 20 février 2013
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : A qui profitent les OGM ? : Le tournant de l' (Broché)
Ce tout petit livre de Jacques Testart est clairement grand public et vise plus à interpeller les citoyens qu'à entrer dans le débat « d'experts » à grands coups d'arguments techniques. Même si Testart est connu pour être contre la culture des plantes génétiquement modifiées, son ouvrage reste intellectuellement honnête et sans distorsion ou exagération idéologique de la réalité pour promouvoir sa thèse.

La controverse actuelle sur les OGM tend à ne considérer qu'un seul aspect du problème, incroyablement réducteur : « est-ce dangereux d'en manger ? ». Testart ne se prononce pas sur ce sujet, et il a raison puisqu'aucune étude scientifique ne permet de conclure sur la toxicité des OGM pour les humains. Il souhaite par contre faire en sorte que le débat porte sur des points précis, directement observables et mesurables :

- concernant les pratiques de culture : les OGM favorisent la monoculture à grande échelle (qui est un mauvais modèle) et n'ont pas du tout conduit à une réduction mais à une augmentation très importante de l'utilisation d'herbicides toxiques ;
- concernant l'environnement : l'impact sur la biodiversité est réel et mesurable ;
- concernant le social : le modèle agricole imposé par les OGM supprime des emplois, détruit l'agriculture vivrière au Sud et accentue la fracture entre villes et campagnes ;
- concernant leur efficacité : les OGM n'apportent qu'une réponse temporaire et techniquement dépassée à un problème complexe : les insectes ont tôt fait de s'adapter aux plantes génétiquement modifiées pour leur être résistantes (quelques années suffisent), l'apparition de « mauvaises herbes » résistantes à quasiment tous les herbicides est directement engendrée par les quantités croissantes d'herbicides utilisées sur les cultures GM : une fois une plante GM devenue inefficace, l'achat d'une nouvelle variété GM à la durée de vie encore plus limitée s'impose ;
- concernant l'économie : les OGM sont un brevetage du vivant qui détruit le savoir ancestral (bien plus efficace et adaptatif que les OGM !) de sélection des variétés par les paysans, place les paysans dans une situation de totale dépendance à la firme qui leur fournit les semences GM (celles-ci créant des problèmes que d'autres produits ou d'autres variétés de la firme prétendront résoudre) ;
- concernant la justice : lorsque des semences GM contaminent accidentellement un champ de variétés "classiques", Monsanto se paie le culot d'engager une poursuite judiciaire contre le paysan contaminé pour violation de brevet et utilisation non-autorisée des semences (!) ;
- concernant la science : le processus de transgénèse n'est absolument pas maîtrisé et a souvent des conséquences inattendues et néfastes sur les OGM ;
- concernant la politique : le système de lobbying et de propagande sur-développé des grands semenciers a créé un système « d'expertise » totalement à leur botte, qui ne permettent absolument pas que l'autorisation de la commercialisation de variétés GM soit décidée en fonction de l'intérêt public.

C'est tout cela que Testart souhaite évoquer dans son livre, avec de nombreuses références bibliographiques pour poursuivre la réflexion grâce à des ouvrages plus spécialisés sur chacune de ces questions. Ainsi, l'auteur entend démontrer que même en admettant que les OGM ne seraient pas un problème direct de santé publique, il existe par ailleurs suffisamment d'excellentes raisons pour se poser des questions sur l'utilité de cette technologie, au demeurant pas si efficace, et surtout, tout sauf « moderne ».


Se distraire à en mourir
Se distraire à en mourir
par Neil Postman
Edition : Poche
Prix : EUR 8,10

Aucun internaute (sur 1) n'a trouvé ce commentaire utile :
4.0 étoiles sur 5 Une analyse pertinente de la civilisation de l'image, 15 janvier 2013
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Se distraire à en mourir (Poche)
Neil Postman livre ici un ouvrage très intéressant, et très facile d'accès. Ce livre n'est absolument pas universitaire (même si son auteur l'était, lui !), et n'est pas du « format » habituel des productions des intellectuels critiques. Pas de grandes envolées conceptuelles, pas de théories fumeuses et impénétrables : on est dans le concret, et la plupart de ses idées et questionnements partent de la vie quotidienne immédiate, parfois même de simples anecdotes.
Postman l'annonce en début de livre : il compte ici démontrer et étayer la thèse selon laquelle « le média est le message », c'est-à-dire le fait que dans une civilisation, le moyen de transmettre des informations n'est pas neutre, mais est au contraire à la fois le révélateur et le déterminant culturel de cette civilisation. Postamn va loin en affirmant que « la meilleure façon d'étudier une société est d'étudier ses médias », mais son analyse est très convaincante et en de nombreux points, elle est extrêmement inspirée du matérialisme historique (l'auteur postulant que ce sont les conditions matérielles d'échange qui créent les formes de conscience, et non l'inverse).
Le livre est d'une actualité cruciale et il est frappant qu'il ait pu être publié pour la première fois en 1985. Il donnera toutes les clés pour comprendre pourquoi l'accélération du temps et des échanges, le flux continuel d'information qui nous submerge, sont au final extrêmement nuisibles pour le fonctionnement d'une démocratie.


Pradel Excellence 52393M Sauteuse Façon Pierre en Fonte Aluminium
Pradel Excellence 52393M Sauteuse Façon Pierre en Fonte Aluminium
Prix : EUR 40,90

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
4.0 étoiles sur 5 Bonne qualité, 26 septembre 2012
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Pradel Excellence 52393M Sauteuse Façon Pierre en Fonte Aluminium (Cuisine)
Comme dit par tous les autres acheteurs, cette sauteuse est très bien, avec un revêtement sain et parfaitement anti-adhésif. Je ferais juste remarquer deux petits points faibles :
- je suis peut-être mauvaise langue, mais je ne parierais pas cher sur la durée de vie de la poignée amovible, dont le mécanisme me paraît fragile et m'inspire bien peu confiance...
- c'est fabriqué en Chine : cela n'enlève rien à la qualité du produit, mais c'est étrange de voir un "Made in China", vendu à ce prix, et sous l'apparence d'une prestigieuse marque française (redressement productif, avez-vous dit ?).
Remarque sur ce commentaire Remarques sur ce commentaire (2) | Permalien | Remarque la plus récente : Jan 18, 2013 9:59 AM CET


Histoire des idées politiques aux temps modernes et contemporains
Histoire des idées politiques aux temps modernes et contemporains
par Philippe Nemo
Edition : Poche

9 internautes sur 16 ont trouvé ce commentaire utile 
1.0 étoiles sur 5 Trop partisan pour un livre prétendument universitaire, 24 septembre 2012
Ce commentaire fait référence à cette édition : Histoire des idées politiques aux temps modernes et contemporains (Poche)
L'érudition poltico-philosophique de l'auteur est une évidence, et son ouvrage condense et détaille une foule incroyable de courants d'opinion, de concepts, d'écoles, avec une clarté et un intérêts certains. En même temps, c'est bien le moins que l'on puisse attendre d'un livre universitaire.

L'ennui, c'est précisément que ce n'en est pas un. Philippe Nemo, qui n'est pas précisément connu pour être un ami du socialisme (et c'est un euphémisme), transforme quelque peu son anthologie des idées politiques en petit éloge du libéralisme et des "idées de droite en général". Si l'érudition de l'auteur, comme je le disais plus haut, est criante lorsqu'il évoque les grands penseurs du libéralisme ; il frôle parfois l'absurdité et la bêtise dès lors qu'il évoque (avec un déplaisir apparent, et le plus rapidement possible) des idées trop "marxisantes" à son goût. On dirait parfois du Nadine Morano dans le texte, et ce n'est pas précisément ce qu'on attend de ce type de bouquin.

Parce que ce livre est un manifeste qui ne dit pas son nom, et qui, sous couvert de travaux universitaires, promeut clairement un courant d'idées au détriment de tous les autres, seule la note minimale est possible pour cet ouvrage. Un peu d'objectivité, M. Nemo...
Remarque sur ce commentaire Remarque sur ce commentaire (1) | Permalien | Remarque la plus récente : Oct 1, 2012 9:39 AM MEST


Le protectionnisme et ses ennemis
Le protectionnisme et ses ennemis
par Jacques Sapir
Edition : Poche
Prix : EUR 6,90

9 internautes sur 11 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Extrêmement salutaire..., 29 août 2012
Ce commentaire fait référence à cette édition : Le protectionnisme et ses ennemis (Poche)
Une anthologie d'articles du Monde Diplomatique (ou des blogs de collaborateurs du journal) sur la question du protectionnisme, des rapports internationaux, et européens en particulier. Dans ce cadre, évidemment, chaque mini-contribution, prenant la forme d'un court billet, est très vite lue et on pourrait craindre que les problèmes n'y soient traités que superficiellement.

Il n'en est rien. La concision de ce livre n'a d'égale que sa grande densité, et sa cohérence d'ensemble : les articles sont très complémentaires, s'enchaînent tellement logiquement qu'on pourrait les croire tous écrits par le même auteur.

Frédéric Lordon ouvre cet opuscule par une contribution visant à discuter du sens même du terme « protectionnisme », à le vider de la signification indigente et simpliste qui lui est donnée par l'éditorialisme libéral, et à nous montrer que les chantres de la « concurrence libre et non-faussée » ne cherchent en fait qu'à entretenir et utiliser autant que possible les distorsions structurelles entre pays : comme le disait Vandana Shiva, « le libre-échange, c'est le protectionnisme des puissants »...

Le passage par Ha-Joon Chang s'inscrit dans la continuité de cette idée, et offre de bons arguments historiques/scientifiques (donc objectifs !) pour contrer l'idéologie libre-échangiste. Il montre en outre comment *tous* les pays développés d'aujourd'hui ont construit leur avantage abrités derrière de grandes barrières douanières, avant de se déclarer favorables au libre-échange une fois leur avantage acquis. Il parle d'une stratégie de « kicking away the ladder », autrement dit : utiliser le protectionnisme pour protéger ses industries de pointe lorsqu'elles commencent à se développer, puis passer au libre-échange ensuite, afin d'aller inonder les pays voisins de produits bon marché, empêchant le développement de leurs propres industries. Façon d'étouffer la concurrence : une fois atteint le haut du mur, on retire l'échelle qui nous avait permis d'y grimper afin de n'y être rejoint par aucun autre pays. Encore une fois, « le libre-échange, c'est le protectionnisme des puissants »...

Quant à l'article de Jacques Sapir, il offre une belle perspective de réorientation de la construction européenne autour d'une re-régulation des échanges commerciaux internationaux axée sur l'incitation au respect des normes écologiques et sociales : son protectionnisme offre une « convergence par le haut » des différents systèmes socio-structurels des pays, tout le contraire du libre-échange qui organise leur confrontation dérégulée afin de les tirer vers le bas.

Un livre brillant.
Remarque sur ce commentaire Remarques sur ce commentaire (3) | Permalien | Remarque la plus récente : Nov 12, 2012 9:22 AM CET


Les imposteurs de l'économie
Les imposteurs de l'économie
par Laurent Mauduit
Edition : Broché
Prix : EUR 21,90

8 internautes sur 8 ont trouvé ce commentaire utile 
3.0 étoiles sur 5 Pertinent... mais opportuniste ?, 19 août 2012
Ce commentaire fait référence à cette édition : Les imposteurs de l'économie (Broché)
Laurent Mauduit déroule un tableau sans concession des « experts », qu'ils soient autoproclamés, ou reconnus comme tels par la presse mainstream ou le pouvoir.
On y retrouve toute la valetaille de l'éditorialisme libéral, qui, sous couvert d'une « expertise » fort discutable (et surtout loin d'être neutre !) fait sans relâche la promotion du néo-libéralisme... non sans quelques ridicules retournements de veste rétrospectifs (« je l'avais pourtant dit que... » : ah bon ?) lorsque leur discours se retrouve trop atrocement mis en défaut par la réalité. En ce sens, Mauduit effectue un travail de zoologie poignant, révélant l'indigence autant que la malhonnêteté intellectuelles des « élites » économiques libérales.

L'ennui, c'est que parmi ces imposteurs de l'économie, on pourrait probablement ajouter... l'auteur lui-même. Sans mauvais esprit aucun, Laurent Mauduit n'a guère brillé par sa cohérence idéologique, dont les méandres ont été quelques peu grossiers durant les quinze dernières années. Il est relativement surprenant de voir l'ancien chef du service économique du Monde dresser un tel tableau d'experts à qui il a relativement complaisamment donné la parole durant de nombreuses années, cautionnant par voie éditoriale leurs « analyses ». Le tournant libéral du Monde a été définitivement pris lorsqu'il en était l'un des responsables, ce qui jette un certain malaise sur son analyse présente, tout aussi opportuniste et tortueuse que celles des économistes décriés dans le livre.

De plus, même si ce salutaire travail met en lumière les trahisons et les manipulations des médias dominants par le truchement de la parole « experte », il ne faudrait guère oublier de préciser que toutes les bassesses individuelles ici décrites ne doivent pas laisser inquestionnées les *structures*-mêmes du libéralisme : on ne peut réduire ses nuisances au vice de quelques uns.

A recommander très probablement, mais à lire avec la distance nécessaire.


Page : 1 | 2 | 3 | 4