Profil de Adrien93 > Commentaires

Fiche d'identité

Contenu rédigé par Adrien93
Classement des meilleurs critiques: 20.039
Votes utiles : 34

Chez vous : découvrez nos services personnalisés en pages d'aide !

Commentaires écrits par
Adrien93

Afficher :  
Page : 1
pixel
Caliban et la sorcière
Caliban et la sorcière
par Silvia Federici
Edition : Broché
Prix : EUR 24,00

7 internautes sur 7 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Un chapitre du capital de Marx du point de vue des femmes, 1 juillet 2014
Ce commentaire fait référence à cette édition : Caliban et la sorcière (Broché)
Ce livre, paru en 2004 chez Autonomedia aux États-Unis, est enfin disponible en française dans une excellente traduction du collectif Senonevero. La chasse aux sorcières est parfois présentée comme folie passagère en des temps arriérés, le travail de Federici montre combien elle a été nécessaire au passage du féodalisme au capitalisme, et comment ce passage n'est pas une lente évolution naturelle ou logique mais une véritable contre-révolution face aux luttes et aux formes d'usages en commun des terres qui traversent tout le moyen-âge européen. On peut lire, pour s'en assurer, le premier chapitre du livre ici: [...]

Federici montre dans ce livre que de nouvelles interdictions (du travail des femmes au champ ou à la forge par exemple) et règles morales arrivent pour enlever tout pouvoir aux femmes (qui passaient notamment par la connaissance des plantes contraceptives) et les enfermer peu à peu dans la sphère domestique du foyer, de sorte que cela semble ensuite nécessité naturelle. En lisant ce livre, on voit comment cette prétendue naturalité de la femme au foyer s'est construite matériellement au début de l'époque moderne dans la violence et l'expropriation.

C'est un texte féministe majeur à lire, qui connaît déjà bien des lecteurs en Espagne et ailleurs. On peut espérer que sa lecture suscite tout autant de discussions en France! Il est indispensable à lire tant sur l'histoire du capitalisme que sur l'histoire des luttes féministes.


Douze ans d'esclavage : 12 Years a Slave
Douze ans d'esclavage : 12 Years a Slave
par Matthieu Renault
Edition : Broché
Prix : EUR 16,00

26 internautes sur 29 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 le texte de "Twelve Years a Slave" de Steve McQueen, 10 décembre 2013
Ce commentaire fait référence à cette édition : Douze ans d'esclavage : 12 Years a Slave (Broché)
Ce récit d'esclave autobiographique donne à lire 12 années d'esclavage avec d'autant plus de précisions que Solomon Northup détaille tant ce qu'il éprouve intérieurement que ce qu'il observe dans les plantations du sud des États-Unis en passant sous les chaines d'un maitre à un autre. Né libre, il raconte qu'il doit pourtant dissimuler tout au long du texte cette liberté dont il est privé suite à un kidnapping. A la lecture, surgissent toutes les questions autour de l'oppression et de la liberté dans les batailles politiques, on aperçoit entre les lignes que Northup fait l'expérience d'une des plus terribles formes d’assujettissement qui existent sans jamais cesser de chercher à s'enfuir ou de batailler contre la violence de ses maitres quitte à se battre contre eux en risquant sa vie. Ce texte est à l'origine du film de Steve McQueen sorti aux USA et qui sort en France en janvier, "12 Years a Slave". Après ses films Hunger, et Shame, McQueen se confronte à l'histoire de l'escalavage et j'ai hâte de voir comment il rend compte des tensions entre liberté et oppressions, ou encore entre Northup et les autres esclaves en mettant ce récit en images.
Si vous ne connaissez que très peu, ou par les chiffres, l'histoire de l'escalavage dans les plantations du sud américain, je vous conseille fortement la lecture de ce récit.


On s'en câlisse : Histoire profane de la grève, Printemps 2012, Québec
On s'en câlisse : Histoire profane de la grève, Printemps 2012, Québec
par Collectif de débrayage
Edition : Broché
Prix : EUR 16,00

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
5.0 étoiles sur 5 on s'en câlisse - histoire profane de la grève printemps 2012 Québec, 28 juin 2013
Ce livre est "une" histoire et non l'Histoire du mouvement, puisqu'il adopte un point de vue absolument partial et radical. Le collectif de
débrayage ne cherche pas d'ailleurs à amener un consensus autour de son propos ou autour de la grève elle-même. C'est évident dès les
premières lignes du texte, et par la suite (avec la critique de la démocratie en phase 10, ou de la perspective indépendantiste et des
élections).

C'est une histoire de la grève du printemps 2012 écrit par un collectif d'auteurs militants grévistes québécois (ayant participé à
la grève de différentes façons, en tant qu'étudiant, chômeur,
travailleur, lecteur d'internet) qui tient en un seul texte pourtant,
avec quelques récits individuels à chaque chapitre. Il y a déjà beaucoup d'autres
publications sur ce printemps 2012, mais aucun autre livre
ne fait si précisément le récit des événements tout en essayant de
réfléchir rétrospectivement sur les enjeux, ce qui a fait conflit, et
les tactiques utilisées tant par le gouvernement que par les
grévistes.
Le livre "on s'en câlisse" cherche à adopter le point de vue de la rue, des confrontations, des grévistes
anonymes. Le texte s'attache à ce qui a divisé plus que rassemblé.

L'ensemble du livre veut transmettre l'intensité du mouvement là où il
s'est joué (dans la rue, les manifs, les actions) sans en faire un récit officiel duquel les éléments malvenus ou
déraisonnables sont écartés, effacés de l'histoire, à commencer par
toutes les actions dîtes "violentes". Il est publié alors que commence
une commission gouvernementale sur la "crise sociale" du printemps
dernier qui veut s'assurer que de tels événements n'arrivent plus (et
notamment tout les débordements qui ont eu lieu) alors que le texte de
ce livre poursuit des objectifs absolument contraires. Pour les auteurs du collectif de débrayage, la poursuite
acharnée de la répression est à la mesure de la puissance du
faire-grève exposée au printemps. L'idée du faire-grève amenée par les auteurs suppose une grève infinie, une forme de temps non-linéaire,
messianique, où ce qui a été traversé peut ressurgir à d'autres
moments dans le temps mais d'une façon ni cumulative ni prévisible.

un article sur ce livre: [...]
et une recension: [...]


Page : 1