undrgrnd Cliquez ici Avant toi nav-sa-clothing-shoes nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici B01CP0MXG6 Cliquez ici Acheter Fire Cliquez ici cliquez_ici Jeux Vidéo soldes montres soldes bijoux
Profil de ARBEAU BARREAU Manuel > Commentaires

Fiche d'identité

Contenu rédigé par ARBEAU BARREAU...
Classement des meilleurs critiques: 41.346
Votes utiles : 260

Chez vous : découvrez nos services personnalisés en pages d'aide !

Commentaires écrits par
ARBEAU BARREAU Manuel

Afficher :  
Page : 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10
pixel
Live Festival De Lugano 2007
Live Festival De Lugano 2007
Prix : EUR 16,50

5.0 étoiles sur 5 L'album annuel des amis de Martha, âme reine et simple exécutante., 25 mai 2016
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Live Festival De Lugano 2007 (CD)
Martha Argerich ne voulait plus jouer en soliste, seule, unique, vedette.... La voilà qui réunit depuis presque vingt ans des amis, des vieux de la vieille, des jeunes, prometteurs exceptionnels, des complices, tous redevenus étudiants, revenus à l'étude commune, et non ces prestigieux interprètes, comme on en entend dans tant de festivals, réunis par hasard ou pour l'occasion d'un ou deux concerts, qui s'adaptent, après quelques répétitions, et "sortent" une jolie "prestation" personnelle, agréable bien sûr, en général, mais rarement aboutie, jamais complète dans l'achèvement du travail. Ici, depuis le premier enregistrement jusqu'au plus récent, la même rigueur de travail, le même plaisir est partagé, montré et transmis aux auditeurs.
De même, on pouvait s'attendre à des programmes "classique" , toujours les mêmes pièces, connues, repassées, répertoriées ... Cela n'aurait sans doute pas tenu dix ans! Non! ils ont travaillé, préparé, répété, des répertoires nouveaux, comme pour un examen, comme pour ... un concert! mais tout neuf, tout vif, tout frais pensé.
Chacun de ces coffrets, à sa façon est "frais", vivant, vif, extraordinairement énergisé par la maîtrise et le professionnalisme de tous, mais aussi tenu par le lien sensible de l'amitié et de l'affection. Cela donne des merveilles de conception, de sensibilité, de recréation.
Le choix des programmes se montre d'une diversité régulière, non pas uniquement des classiques, rebattus,mais pas mal de classiques, connus, oui, mais pas tous, mais alors! vivants, comme neufs! à côtés de morceaux qui DEVRAIENT être des classiques, œuvres méconnues, ou mal comprises, œuvres connues mais passées de mode, œuvres découvertes et que les interprètes rendent immédiatement claires et sensibles
On retrouve, on découvre donc et c'est un bonheur d'enregistrement qui apparaît à chaque minute de ces coffrets. On comprend vite à quoi cela tient tout ensemble: une reine, c'est cela: une personnalité qui règne sans gouverner, qui s'efface, qui quitte le premier plan pour d'autant mieux rayonner en chacun de ses semblables, nous.


Blow-Up
Blow-Up
DVD ~ Vanessa Redgrave
Prix : EUR 9,99

5.0 étoiles sur 5 L'œil de l'œil ou les développements successifs de la vertu., 25 mai 2016
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Blow-Up (DVD)
NOTES provisoires- ( à suivre - désolé! ) / Work in progress - To be followed - Sorry! ))
Séquence choc - Chic/ Choc photo. Arrêt image. vie. meurt mort. Apprendre à voir/ Regarder. Comprendre par le film ce qu'est le film. Saisir par le regard ce que c'est que regarder- ne pas parler, parloter, blalbla- non pas de récit: montrer. Faire toucher l'esprit aux choses en évitant de passer par "ce que c'est que". De même que le photographe est macho,brutal et silencieux, de même voir le monde demande le courage de ne pas bavarder, d'écarter les "petites femmes", les vétilles de la vie, les jolies nymphettes qui finissent déçues dans des flots de papier.La surface est à froisser, ou à plier - de passer au delà de la vraie femme: V.Redgrave, la belle, l'apparence, c 'est à dire non pas une illusion, mais un premier plan écran/ Tout est juste, précis, rigoureux ici - Rien à voir avec la découverte de la "greening America" de Zabrislie Point, un semi ratage - donc au niveau d'Antognoni, un échec. Ici la regard construit le monde en le décomposant - photo, en le pénétrant - développement agrandissement, en le recomposant -"texte" de photos coordonnées puis subordonnées à une en-quête en profondeur de champ. Le recours à l'ami toujours pris par des mondanités "sérieuses" : lui expliquer, le faire entrer dans la découverte. Le match avec NO ballon à la fin/ pourquoi une aussi longue séquence: Qui voit? Que voir? Le Swinging London du milieu des 60 ies, Le groupe CREAM Les YEUX du photographe. Rien / Aucune image ne tient par elle-même. La succession apparemment narrative de la juxtaposition des images dans l'atelier. La nouvelle "diégèse" après le vol des images. Censure. Profondeur. Sens en dehors de l'image, impossible par la seule image. Sens "mal-existant" dans la narrativité de la juxtaposition des images: jeux de la profondeur de champ- profondeur en soi inopérante, mais à un autre degré que les images seules. Nouvelle narrativité symbolisée par le vol d'images: le sens est dans le vide, dans l'entre- image ( voir le sens de la Bande Dessinée ) , dans la vacance, la lacune, ou plutôt, ce vide, cette lacune - qui en eux-mêmes n'ont pas de sens, "signifient" à l'œil que l'image n'en a pas plus que la lacune, que le vide/ ce vide est donc ce qui pousse àrefgarder autrement, entre les images, ce qui ordonne en "signifiant",, de reconstituer le "crime", de recomposer le monde, à partir des images QU'ON N'A PAS" ( symbolique du vol: l'absence de l'image comme obligation de reconstittution ? Non de constitution mentale, de compréhznsion AVEC les apparences, ET derrière elles, Les apparences sont malmenées ( les filles ), écartées ou r echerchées ( la femme) début de la vision adéquate, juste ET écran pour saisir le réel entier
Le film se fait de se défaire et de se refaire - ( Pénélope) de se chercher et de se perdre.


LE GUIDE DU CINEMA MONDIAL. Tome 1, 1895-1967
LE GUIDE DU CINEMA MONDIAL. Tome 1, 1895-1967
par Gaton Haustrate
Edition : Broché

5.0 étoiles sur 5 Un manuel indispensable, 26 décembre 2015
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : LE GUIDE DU CINEMA MONDIAL. Tome 1, 1895-1967 (Broché)
Ce livre est personnel, impliqué, "écrit", il n'est pas '' objectif" a priori, et pourtant il est vite devenu un "indispensable", parce que c'est bien fait, intelligemment pensé, et sincère, ouvert, simplement intelligent et utile. le bon outil, pas un dictionnaire! non! mais un guide et un BON!


Tatie Danielle [Édition Single]
Tatie Danielle [Édition Single]
DVD ~ Tsilla Chelton
Proposé par Expédition sous 24H
Prix : EUR 9,89

2.0 étoiles sur 5 Loin de la BD sur l'univers de l'autre petite vieille ( Carmen CRU ), un petit monde clos et lassant., 26 décembre 2015
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Tatie Danielle [Édition Single] (DVD)
Mais c'est bavard! et sans finesse, et longuet, et répétitif!
J'attendais non pas la reprise, de CARMEN CRU, adaptée, plus ou moins ( je ne sais pas pourquoi!) de cette acide Bande dessinée, mais au moins l'humour noir, très sombre, le climat acerbe, tordant, le jeu de contre-pied constant et si amusant entre le personnage enfermé dans sa vie, presque autiste et les gens "normaux", et une création, un univers, une drôlerie propre..... C'est lent, lassant, piqué des vers, attendu , téléphoné, désagréable sans être dérangeant. Ah! notre petit confort intellectuel n'est pas remis en cause. LA vieille est "méchante" et voilà! la belle affaire!
Qu'est-ce qu'on s'ennuie!


papillons, op.2 ; blümenstück, op.19 ; arabeske, op.18 ; kinderszenen, op.15 ... vol.1
papillons, op.2 ; blümenstück, op.19 ; arabeske, op.18 ; kinderszenen, op.15 ... vol.1
Prix : EUR 16,72

4.0 étoiles sur 5 UNE PERFECTION DÉCONCERTANTE., 26 décembre 2015
Katsaris est un pianiste surprenant, extrême en tout, alliant une virtuosité confondante à une finesse de nuances et d'intentions, dans ses interprétations qui étourdit presque. n Techniquement, on se surprend de temps en temps à ce point "ébouriffé" qu'on trouverait presque un Horowitz ou un Gziffra un peu "dépassés", si cela a un sens, tant la rapidité des doigts, des mouvements de mains, de bras, semble provenir de possibilités déconcertantes - si je peux dire. De même on est emporté par le sentiment toujours poussé au bout de sont expression. On est attiré jusqu'à des points d'observation, en quelque sorte, d'une acuité fascinante, pour des petites nuances secondes, pour un chant intérieur mis en évidence (et de ces mélodies "cachées" dans le médium, ou dans les basses, parfois baladeuse, la musique de Schumann est tissée). Tout est comme poussé à l'extrême: vitesse, qualité et utilisation de cette vélocité; à l'extrême la surprise de certains rubato typiquement Schumannien, j'allais dire si extrêmement schumannien; poussé à l'extrême la simplicité naïve des scènes d'enfant, à l'extrême, le "mélodisme" de l'Arabesque; à l'extrême toutes les inrentions de la musique...
On le comprend: l'auditeur admire, Et je suis, je l 'avoue, très souvent transporté et même emporté. Je suis immédiatement obligé de suivre la conviction, l'engagement de ce pianiste hors , oui, en particulier en concert public, où il excelle, comme dopé ( comme si c'était encore possible!) par le plaisir de jouer devant lui! de se faire entendre .Et constamment cette intention de manifeste s'impose et pousse à considérer l'œuvre au travers du prisme choisi . . . Cependant, dans l'ensemble, il demeure comme un doute en moi: ces "extrémités", comment et où s'accordent-elles? je perds ici un peu de cohérence, là un peu du mouvement d'ensemble à cause de la "poussée" si extrême de cette nuance subtile. Ici je suffoque, la vitesse et la finesse du jeu me frappent de plein fouet, mais me déconnectent de ce que je venais d'entendre; L'excès même, répété ne me surprend plus assez et je me surprends à m' ennuyer un peu pendant un passage admirable en tout point, mais finalement . . . attendu. Oui c'est bien le mot, je suis par moments, totalement dans le bain et à d'autres déconcerté, déconcentré, et surpris de l'être.
Bien sûr, en concert, cela apparaît beaucoup moins, et cela s'oublie dans l'enthousiasme que ce pianiste provoque. Mais au disque, on écoute en s"écoutant soi-même, en s'expérimentant. On entend ce qui demeure de jeu moyen dans le jeu prodigieux qui envoûte.
Bref,c'est toujours passionnant, mais pas totalement satisfaisant par ses perfections mêmes - comment le dire autrement! Voici un pianiste parfait, mais qui a le défaut de le savoir et de le faire sentir au lieu de réduire cette impression somme toute un peu desséchante.
Mais il FAUT aller à un au moins de ses concert!


Mahler : Des Knaben Wunderhorn
Mahler : Des Knaben Wunderhorn
Prix : EUR 23,00

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
2.0 étoiles sur 5 L' ennui naît un jour du disparate et de l'affecté.., 22 novembre 2015
Ce commentaire fait référence à cette édition : Mahler : Des Knaben Wunderhorn (CD)
Voici un enregistrement bien décevant. Si l'orchestre se tient et "ronfle" puissamment comme l'un de meilleurs orchestres du monde - qu'il est - c'est bien un des seuls points agréables et satisfaisants de cet enregistrement, car pour le reste tout semble être ici l'objet du hasard, du "pourquoi cela? - Pourquoi pas?" sans qu'une direction se manifeste de façon sûre. Pourquoi ces 4 chanteurs? Goerne a un timbre bien froid, malgré sa belle tessiture de basse, mais justement, pourquoi une basse, disons un baryton basse, car "baryton", comme l'écrit la 2e page du livret, c'est manifestement irrecevable puisqu'on a dû prendre un ténor pour assurer le lied "Revelge". Au moins ne faut-il pas alors bouder le grand plaisir - c'est le second point satisfaisant, ou presque, du disque- d'entendre le grand ténor Gösta Winberg dont la voix ici surprend nos habitudes, mais avec délice et une façon superbe "d'enlever le morceau". Passons sur le triste Ürlicht d'une mezzo déplacée, pesante, barbante, et voilà une Barbara Bonney qui fait de jolies choses, oui, oui... mais dont la voix tremble un peu, dont l'interprétation est trop souvent apprêtée, maniérée, soulignant ce que la direction, pour y revenir, celle de Ricardo Chailly a d'arbitraire, de mou, de fade. Pourquoi telle attente? Pourquoi telle affèterie? Pourquoi surtout un tel manque de projet, de personnalité! Quand on ne sait pas bien interpréter une pièce de musique, on fait des manières, cela est un signe qui ne trompe pas. Mais quel sens donne-t-on à la musique alors? L'ennui s'introduit. Le souvenir de grands interprètes aussi: Szell avec Dieskau et Schwartzkopf; Elly Hameling dans "Das himmlische Leben", avec le même Concertgebouw et Bernard Haitink; ou Irmgard Seefried... et dans les récents enregistrement, on trouvera beaucoup plus d'engagement et d'authenticité, sans ce côté "joli affiché" qui plaît, avec Philippe Herreweghe, Connolly et Henschel;


From Sleep
From Sleep
Prix : EUR 18,74

8 internautes sur 27 ont trouvé ce commentaire utile 
1.0 étoiles sur 5 La Gueule de l' ATMOSPHÈRE: Douceurs émollientes et effets suaves de classique. Bilan: une cata molle., 18 septembre 2015
Ce commentaire fait référence à cette édition : From Sleep (CD)
On peut vouloir se repaître de "muzak", c'est à dire de musique d'ascenseur: ça a la même fonction que la moquette qui couvre les parois de la boîte métallique qui enferme, et monte et descend: calmer les angoisses claustrophobes, atmosphériser un "non-lieu", faire passer le temps de ce moment de vide et de passivité physique aux passagers rendus amorphes pendant quelques secondes ou minutes.
L'entendre est une chose, qui a pu donner sens à " la Haine de la musique" selon Pascal QUIGNARD. Vouloir l'écouter confine, à mon sens à la maladie nerveuse ou à l'anémie mentale. Il faut seulement en faire un produit d’apparence “luxe”, style néo classique ou “musique des sphères”
Quant à en composer? Ah! ça, mais quand on a pigé qu'il y avait un filon facile, pourvu qu'on sauve les apparences ( luxe, calme et volupté, comme dit l'autre, dans un de ses poèmes apparemment heureux, mais sournoisement morbide, puis très explicitement mortifère - tout un programme pour nos metteur en musique de détente et méditation), et pourvu que cela rapporte! L'atmosphérisme.... FAUT QUE ÇA PLANE! L 'affairisme! Faut que ça se planque. Ah! Des questions aux intéressés? ‘ Oh! Comme tout cela est compliqué, cher Monsieur... Voyez les choses plus simplement! Oui ? Eh bien? N'est-ce pas? ’ - et on vous tourne le dos avec un sourire
Mais la MUSIQUE DIGNE DE CE NOM; est-ce qu'elle a une gueule d' atmosphère,
elle ?!?!?!
SLEEP!! Il n’y aurait que cela à FAIRE? Quelle opportune leçon! Les opportunistes ont au moins ce mérite de nous mettre le nez dans notre CATA! ( hum! hum! ) Oui! Chère lectrice délicate, cher lecteur sourcilleux: toutes mes excuses pour ces écarts , polémique oblige!

P.S. Quelqu’un, un inconnu des services d’AMAZON à qui j’adresse mon amitié pour son à-propos et son humour, a placé dans la rubrique:
Les Clients ayant acheté ce produit ont également acheté ( à moins que ce ne soit automatique! Merveille! ) l’ASPIRATEUR ROWENTA RH877101 Balai Air Force Estrême B24 V - tout ici extrêmement savoureux dans le choix de ce produit!


Memoryhouse
Memoryhouse
Prix : EUR 13,88

Aucun internaute (sur 4) n'a trouvé ce commentaire utile :
1.0 étoiles sur 5 La Gueule de l' ATMOSPHÈRE: Douceurs émollientes et effets suaves de classique. Bilan: une cata molle, 18 septembre 2015
Ce commentaire fait référence à cette édition : Memoryhouse (CD)
On peut vouloir se repaître de "muzak", c'est à dire de musique d'ascenseur: ça a la même fonction que la moquette qui couvre les parois de la boîte métallique qui enferme, et monte et descend: calmer les angoisses claustrophobes, atmosphériser un "non-lieu", faire passer le temps de ce moment de vide et de passivité physique aux passagers rendus amorphes pendant quelques secondes ou minutes.
L'entendre est une chose, qui a pu donner sens à " la Haine de la musique" selon Pascal QUIGNARD. Vouloir l'écouter confine, à mon sens à la maladie nerveuse ou à l'anémie mentale. Il faut seulement en faire un produit d’apparence “luxe”, style néo classique ou “musique des sphères”
Quant à en composer? Ah! ça, mais quand on a pigé qu'il y avait un filon facile, pourvu qu'on sauve les apparences ( luxe, calme et volupté, comme dit l'autre, dans un de ses poèmes apparemment heureux, mais sournoisement morbide, puis très explicitement mortifère - tout un programme pour nos metteur en musique de détente et méditation), et pourvu que cela rapporte! L'atmosphérisme.... FAUT QUE ÇA PLANE! L 'affairisme! Faut que ça se planque. Ah! Des questions aux intéressés? ‘ Oh! Comme tout cela est compliqué, cher Monsieur... Voyez les choses plus simplement! Oui ? Eh bien? N'est-ce pas? ’ - et on vous tourne le dos avec un sourire
Mais la MUSIQUE DIGNE DE CE NOM; est-ce qu'elle a une gueule d' atmosphère, elle ?!?!?!

P.S. Quelqu’un, un inconnu des services d’AMAZON à qui j’adresse mon amitié pour son à-propos et son humour, a placé dans la rubrique:
Les Clients ayant acheté ce produit ont également acheté ( à moins que ce ne soit automatique! Merveille! ) l’ASPIRATEUR ROWENTA RH877101 Balai Air Force Estrême B24 V - tout ici extrêmement savoureux dans le choix de ce produit!


The Blue Notebooks
The Blue Notebooks
Prix : EUR 18,00

Aucun internaute (sur 6) n'a trouvé ce commentaire utile :
1.0 étoiles sur 5 La Gueule de l' ATMOSPHÈRE: Douceurs émollientes et effets suaves de classique. Bilan: une cata molle., 18 septembre 2015
Ce commentaire fait référence à cette édition : The Blue Notebooks (CD)
On peut vouloir se repaître de "muzak", c'est à dire de musique d'ascenseur: ça a la même fonction que la moquette qui couvre les parois de la boîte métallique qui enferme, et monte et descend: calmer les angoisses claustrophobes, atmosphériser un "non-lieu", faire passer le temps de ce moment de vide et de passivité physique aux passagers rendus amorphes pendant quelques secondes ou minutes.
L'entendre est une chose, qui a pu donner sens à " la Haine de la musique" selon Pascal QUIGNARD. Vouloir l'écouter confine, à mon sens à la maladie nerveuse ou à l'anémie mentale. Il faut seulement en faire un produit d’apparence “luxe”, style néo classique ou “musique des sphères”
Quant à en composer? Ah! ça, mais quand on a pigé qu'il y avait un filon facile, pourvu qu'on sauve les apparences ( luxe, calme et volupté, comme dit l'autre, dans un de ses poèmes apparemment heureux, mais sournoisement morbide, puis très explicitement mortifère - tout un programme pour nos metteur en musique de détente et méditation), et pourvu que cela rapporte! L'atmosphérisme.... FAUT QUE ÇA PLANE! L 'affairisme! Faut que ça se planque. Ah! Des questions aux intéressés? ‘ Oh! Comme tout cela est compliqué, cher Monsieur... Voyez les choses plus simplement! Oui ? Eh bien? N'est-ce pas? ’ - et on vous tourne le dos avec un sourire
Mais la MUSIQUE DIGNE DE CE NOM; est-ce qu'elle a une gueule d' atmosphère, elle ?!?!?!


For Now I am Winter
For Now I am Winter
Prix : EUR 19,18

1 internaute sur 12 a trouvé ce commentaire utile :
1.0 étoiles sur 5 La Gueule de l' ATMOSPHÈRE: Douceurs émollientes et effets suaves de classique. Bilan: une cata molle., 18 septembre 2015
Ce commentaire fait référence à cette édition : For Now I am Winter (Album vinyle)
On peut vouloir se repaître de "muzak", c'est à dire de musique d'ascenseur: ça a la même fonction que la moquette qui couvre les parois de la boîte métallique qui enferme, et monte et descend: calmer les angoisses claustrophobes, atmosphériser un "non-lieu", faire passer le temps de ce moment de vide et de passivité physique aux passagers rendus amorphes pendant quelques secondes ou minutes.
L'entendre est une chose, qui a pu donner sens à " la Haine de la musique" selon Pascal QUIGNARD. Vouloir l'écouter confine, à mon sens à la maladie nerveuse ou à l'anémie mentale. Quant à en composer? Ah! ça, mais quand on a pigé qu'il y avait un filon facile, pourvu qu'on sauve les apparences ( luxe, calme et volupté, comme dit l'autre, dans un de ses poèmes apparemment heureux, mais sournoisement morbide, puis très explicitement mortifère - tout un programme pour nos metteur en musique de détente et méditation), et pourvu que cela rapporte! L'atmosphérisme.... l 'affairisme! Des questions aux intéressés? - Ah! Comme tout cela est compliqué, cher Monsieur... Voyez les choses plus simplement! eh bien? N'est-ce pas? - et on vous tourne le dos avec un sourire
Mais la MUSIQUE DIGNE DE CE NOM; est-ce qu'elle a une gueule d' atmosphère, elle ?!?!?!


Page : 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10