Profil de thescavenger > Commentaires

Fiche d'identité

Contenu rédigé par thescavenger
Classement des meilleurs critiques: 1.420.168
Votes utiles : 29

Chez vous : découvrez nos services personnalisés en pages d'aide !

Commentaires écrits par
"thescavenger"

Afficher :  
Page : 1
pixel
New York
New York
Prix : EUR 6,99

18 internautes sur 22 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 La Résurrection du père du punk, du low-fi et du metal, 3 juillet 2003
Ce commentaire fait référence à cette édition : New York (CD)
Les années 80 ont vu le declin artistique des plus grandes stars du rock. Bowie, Iggy, les Stones et tant d'autres, tentant de rattraper les modes pour coller à la philosophie MTV. Un train parti trop longtemps avant eux pour qu'ils l'atteignent un jour. Lou Reed a fait parti de ces gloires passées entamant alors leur longue marche vers le musée et la canonisation des rock-critics. Lou Reed en a fait partie, en effet mais a su s'en liberer avant qu'il ne soit trop tard. 1987, fin des années "yuppies", le NY City Man sort ce que plus personne n'attendait après l'explosion jouissive du punk et la demoiselle au camélias glacée que fut la new wave: un album de rock and roll. des guitares, des histoires, du blues, du blues à la pelle. et la voix usée, plus que jamais blasée du bonhomme qui en a dejà vu plus que n'importe quel directeur de major. Et ca marche. Un de ses meilleurs album.


Nude And Rude : The Best Of Iggy Pop
Nude And Rude : The Best Of Iggy Pop
Proposé par Funkingdom
Prix : EUR 29,00

11 internautes sur 13 ont trouvé ce commentaire utile 
3.0 étoiles sur 5 50% de génie, 50% d'abrutissement: la musique d'Iggy Pop, 3 juillet 2003
Ce commentaire fait référence à cette édition : Nude And Rude : The Best Of Iggy Pop (CD)
Acheter cet album c'est entrer par la petite porte dans l'univers musical de l'iguane.
Il compile les trois grandes periodes de sa musique: la sauvagerie flamboyante des Stooges où autodestruction et provocation donnent naissance à des chefs d'oeuvres du rock (i wanna be your dog ou gimme danger par exemple); Iggy periode post stooges, david bowie aux commandes, qui réussissent à faire evoluer le rock avec notamment lust for life et the passenger (tout simplement magnifique). Enfin, la désagregation de l'oeuvre et du chanteur, qui depuis les années 80 et comme son ami bowie, n'arrive plus a creer autre chose qu'une soupe inécoutable. si vs etes maso écoutez les accents souffreteux de candy. et puis il y a LE moment de grace: in the death car, b.o. du grandiose Arizona Dream composée avec Goran Bergovic.
Du très bon au pire, l'essentiel de l'Iggy.
si vous désirez quand meme achetez un disque de lui les yeux fermés preferez plutot raw power des stooges ou lust for life, parfaits de bout en bout.


Page : 1