undrgrnd Cliquez ici KDPContest nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici Cliquez ici Acheter Fire Achetez Kindle Paperwhite cliquez_ici
Profil de S GRIMALDI > Commentaires

Fiche d'identité

Contenu rédigé par S GRIMALDI
Classement des meilleurs critiques: 22.953
Votes utiles : 82

Chez vous : découvrez nos services personnalisés en pages d'aide !

Commentaires écrits par
S GRIMALDI

Afficher :  
Page : 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6
pixel
Venomous Rat Regeneration Vendor
Venomous Rat Regeneration Vendor
Prix : EUR 9,80

4.0 étoiles sur 5 rassurant, 27 février 2014
Ce commentaire fait référence à cette édition : Venomous Rat Regeneration Vendor (CD)
Formule de base:application de la recette du chef Vincent Furnier(Alice Cooper)à savoir un Shock-rock aux références puisées dans les classique de l'horreur en version bien plus calorifiques,saupoudré d'indus avec hurlements de bimbos trucidées.Voila pour la toile de fond mais Rob Zombie,tout comme dans ses projets cinématographiques,n'est pas qu'un homme de remake ou un plagieur sans ame,et à l'instar de son comparse Quentin T; l'homme apporte un sévère ravalement de façade au genre.
Venomous... contient quelques titres sur- efficaces tels"dead city radio...","révélation révolution"ou "the girl who love the monster",hymnes rythmés aux titres evocant les séries z de drive-inn.L'équipe qui accompagne Rob dans ses oeuvres ne contient que des pointures tels Ginger Fish et l'énorme Josh Freese pour les futs et le mercenaire John 5 à la six-corde.Ce dernier,malgrè une technique irréprochable dispense toujours des sons leads un peu trop cliniques mais reste extremement efficace au niveau rythmique.Qui plus est ,il est ègalement responsable de la quasi-totalité des compos de cet opus haut en couleurs.
Mais l'un des moments clés de l'album est sans doute cette reprise sous stéroides du"we're an American band"de Grand funk railroad futur moment fort des prestations live du Zombie circus.Un dernier pour la route?essayez donc le titre d'ouverture,le graisseux"teenage nosferatu pussy"lugubre et lancinant aux breaks bien sentis et ses sonorités atypiques de fanfare funèbre.
Venomous rat regeneration vendor"se veux rassurant sur la santé artistique et mentale de rob,fidèle a lui-meme dans son petit univers de freaks déjantés.Rien que le titre...


Last Patrol
Last Patrol

3.0 étoiles sur 5 le monstre Magnet, 2 février 2014
Ce commentaire fait référence à cette édition : Last Patrol (CD)
Dave Wyndorf,tete pensante du vaisseau Monster Magnet depuis environ 25 ans,nous propose donc le petit dernier,un last patrol touffu et bien plus qualitatif que les derniers opus en date,mastermind en tete.
En effet,le groupe renoue avec l'inspiration du tryptique"superjudge,dopes to infinity,powertrip".Ce n'est pas ta période préférée?Bonne journée à toi et n'oublie pas de refermer en partant..
Ici,le travail de groupe semble prédominer et l'écriture revient enfin au premier plan laissant loin derrière les obligations contractuelles et les morceaux livrés dans l'urgence."i live behind the clouds",balancé en préambule est chargé d'une certaine tension ou les cordes vocales de Wyndorf empreintes de profondeur accompagnent une mélodie à tomber."last patrol"compo martelée au final vitaminée,accord simples mais mis en relief par un interpretation au taquet.La plupart des compos méritent leur laius alors on va séverement synthetiser le propos afin aller droit au but:"paradise","the duke of supernature"et son tempo très "the levee breaks"de Led Zep,"end of time"et "stay tuned",envolée solistiques bienvenue(et parfois un peu convenue),un bal électrique stoner rock entetant et jubilatoire dont la cohésion se veut rassurante sur la santé des Américains qui une nouvelle fois réussira à combler la majorité de ses aficionados.


13 - Edition Deluxe
13 - Edition Deluxe
Prix : EUR 23,64

4.0 étoiles sur 5 messe noire en gériatrie, 1 janvier 2014
Ce commentaire fait référence à cette édition : 13 - Edition Deluxe (CD)
Ces enfants d'une époque lointaine,fils des pionniers d'un rock'n'roll préhistorique,mirent leur créativité et leur naiveté au service du dieu sonique devenant par la meme les géniteurs d'un style comptant aujourd'hui des millions d'adeptes,le heavy métal.
13,exercice de style type"à la manière de ..."Black Sabbath.Rick Rubin aux manettes ajoute le sabbat noir sur son CV à rallonge et permet aux anglais de reprendre le cours de leur histoire et ce plus de 40 ans apres leur naissance."end of the beginning",inquiétante virée en territoire connu ou une Gibson SG écaillée nous livre la version 2.0 du morceau éponyme qui ouvrait jadis le premier méfait du groupe.L'album est une rétrospective de l'age d'or de Sabbath à savoir lère 69-75 et c'est ce putain d'Ozzy qui déclame les"god is dead" et"loner"nouveaux classiques ou Tony Iommi,secondé par la basse boostée de Butler s'offre une dernière virée en terres occultes et bénéficie de la frappe lourde d'un Brad Wilk(RATM,Audioslave)au pays des légendes."Zeigeist",ersatz plutot bon de "planet caravan"dispense comme bien d'autres passages une impression familière et somme toute logique de deja entendu(meme son de gratte,memes percus,meme structure)mais au dela de ça,13 est le baroud d'honneur d'une formation majeure et sévérement influente qui offre le meilleur de ce qu'elle pouvait donner, portée par une production en béton armé ou la voix si singulière du sieur Osbourne est implacable de justesse émotionnelle.
"Age of reason",autre exemple de compo tenant la route,guidée par un riff groovy et lourd à la fois ou les hommes de Birmingham emmenent "13" jusqu'à l'usure de leur propre style avec en guise d'épitaphe ce"dear father"à la fin duquel se fait de nouveau entendre le crépitement de la pluie et cette fameuse cloche,cette meme combinaison lugubre et maintes fois pillée qui ouvrait les hostilitées de leur première sortie discographique.Black Sabbath cloture ainsi sa carrière(en théorie) avec l'opus dont la plupart des fans n'osaient meme plus rever,à la fois tour de force et exemple à suivre.Chapeau.


Live in NYC
Live in NYC
Prix : EUR 27,99

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
5.0 étoiles sur 5 live, 22 décembre 2013
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Live in NYC (CD)
Enfin un enregistrement live digne de ce nom pour Farrell&co avec(droit au but l'ami)pour ouvrir le bal un"whores"du temps jadis au son mastoc,donnant le ton d'un show faisant une nouvelle fois office de best of.
La prise de son est au top,l'interpretation ne l'est pas moins,la pochette est à l'avenant(avis perso)mais le seul bémol réside dans le choix des morceaux,un peu toujours les memes si l'on excepte le riffesque"just because"et le mystique"irresistible force"l'un des moments forts du concert;on aurait préféré un ravallement de set list laissant éclore quelques compos de Strays et The great escape artist en lieu et place des habituels"mountain song"ou encore"ain't no right".Pour le reste,J.A. est dans un très grand jour et le public New-Yorkais est caressé dans le sens du poil par les interventions d'un Farrell qui sait mener un troupeau de chauvins à la baguette en rappelant qu'il a lui meme été enfanté dans la grosse pomme."Ted just admit it","up the beach"et l'épique"three days"morceau fleuve dont les trois parties distinctes laissent se développer les chorus sublimes du sieur Dave Navarro et la frappe métronomique de l'inventif Stephen Perkins.
30 années de labeur,de folie et du talent indéniable de ce quatuor Californiens qui avec ce live rien moins qu'indispensable cloture ainsi une partie de son histoire.


Hesitation Marks - Edition Deluxe
Hesitation Marks - Edition Deluxe
Prix : EUR 25,21

2 internautes sur 3 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 chef d'oeuvre, 10 novembre 2013
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Hesitation Marks - Edition Deluxe (CD)
Retour en grace d'un genie musical et de son barnum de guests,musiciens mercenaires (Palladino,lindsey Buckingham etc...)pour un serieux retour aux affaires,équilibre entre harmonies et dishamonies ou l'homme orchestre Trent Reznor mets en avant sa face electro pour un Hesitation marks ne contenant pour ainsi dire aucune gratte saturée sans pour autant perdre en intensité.Adrian Belew réinvesti la chambre d'amis et tisse des canevas marqués de son sceau Crimsonien sur quelques pépites(find my way,various method of escape)tandis que Reznor tate de tous les instruments au grès des plages d'un album ou l'on croise parfois des sons de synthés eighties reliftés sur certaines compos que l'on jugerait commerciales si leur contenu n'était pas si proche du journal intime d'un névrosé tristement lucide.
Album essentiel de NIN,rehaussant la faiblesse pardonnée des dernières productions du groupe ou l'inspiration retrouvée nous laisse un magnifique recueil de tempos lancinants a la beauté vénéneuse.


Down Iv Part 1/The Purple Ep
Down Iv Part 1/The Purple Ep
Prix : EUR 7,00

3.0 étoiles sur 5 moyen, 17 octobre 2013
Ce commentaire fait référence à cette édition : Down Iv Part 1/The Purple Ep (CD)
Down 4 premiere partie:ode aux pionniers du genre ainsi qu'à la magie noire version Mario Bava,"witchtripper"dispense une ambiance heavy old school bienvenue.Le deuxieme titre à retenir étant sans doute"open coffins",compo typée hardcore d'antan avec son riff simple et implacable agrémentant deja les prestations live des seniors de la Nouvelle Orléans.
Le reste n'inspire hélas pas à la complaisance et les "lévitation","the curse"et consorts ne laissent qu'un arrière gout de ce que les anciens nomment encore parfois des"faces B",qui plus est dispensables.Au vu de la riche carrière des membres du groupe,on espérait donc bien mieux que ces ébauches de compos indignes du down habituel et "habité".
Avec l'espoir que la prochaine récolte soit plus propice à l'élaboration d'un grand cru que l'on pourra dignement aligner aux cotés de ses biens plus dignes prédecesseurs.


Choice Of Weapon
Choice Of Weapon
Prix : EUR 15,78

2 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile 
3.0 étoiles sur 5 trop léger, 24 septembre 2013
Ce commentaire fait référence à cette édition : Choice Of Weapon (CD)
Alchimie de base:Billy Duffy,Gibson,Gretsh,Phrasé identifiable;Ian astbury,voix d'or et habitée;basse ronflante avec assise rythmique du talentueux mercenaire Tempesta en guise d'ossature.Quand la fée inspiration se penche sur leurs instruments,The cult accouche toujours de 2 ou 3 titres d'excellente facture,mais là franchement je cherche encore..du rock écoutable mais sans la flamme à laquelle ces rejetons improbables de new wave et du hard rock des grands anciens(comprendre acdc,black sab'et led zep en tete)nous avaient habitués.
For the animals,single banal,pale horse,inconsistant et j'en passe ,cotoient Elemental light ou encore Wilderness now bien plus agréables sans pour autant atteindre des sommets créatifs.
Ok,ça a l'air un peu sévère mais les Anglais ont deja cotoyés les sommmets(le précédent Born into this se situe bien au dessus).Alors les références à la culture indienne sont bien la (à commencer par sa pochette),les sujets de société sont traités avec une sévère ironie et la production organique de Chriss Goss sonne à merveille, mais on attendait mieux d'un groupe trentenaire qu'on a plusieurs fois enterré a la hate..Maintenant,et pour finir sur une note positive,un album moyen de the cult enterre tout de meme la majeure partie des groupes de rock actuels.Soyons clairs.


Rockin' The Joint (Live)
Rockin' The Joint (Live)
Prix : EUR 7,00

2 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 live in vegas, 1 septembre 2013
Ce commentaire fait référence à cette édition : Rockin' The Joint (Live) (CD)
rockin the joint,interpretation sans failles de Bostonniens au taquet,organe vocal éraillé d'un Tyler au top,set-list variée pour cette prestation en club d'un Aerosmith qui envoie le bois comme au temps de la poudreuse.
Le son est puissant et rends hommage à chaque instrument,le concert est un peu court mais bien compact avec pour seule ombre au tableau la présence d"i don't want to miss a thing"leur plus gros tube depuis Napoléon 1er;le reste n'est que plaisir auditif:seasons of wither,no more,no more,walk this way et leur ancestrale cover de "train keep a rollin'"tout cela saupoudré de deux titres d'un "just push play" alors en vigueur(beyond beautiful,light inside)corrects mais sans ames.C'est dans les vieux titres qu'une fois de plus Aerosmith met tout le monde d'accord,ces classiques joués depuis toujours par de vieux briscards qui délivrent ici un live de haute volée avec rappelons-le une nouvelle fois,un rendu audio digne de ce nom.


Anthems
Anthems
Prix : EUR 14,23

4.0 étoiles sur 5 surprenant, 27 juin 2013
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Anthems (CD)
E.P.récéatif des New-Yorkais qui cette fois décident de surprendre leurs fans par le biais de reprises qui pour au moins 3 d'entre-elles sont pour le moins innatendues.
Le groupe qui,fort de 10000 covers dans sa besace,dévoile une facette inédite de ses gouts musicaux en ouvrant le bal sur"Anthem" de Rush,maitrisée, avec en sus un timbre vocal bien plus supportable que celui du Geddy Lee originel.Deuxième surprise,Boston:incrédible mais Anthrax apprécie ce groupe mielleux en diable,souvenirs d'ados sans doute ou les ondes radios U.S. de l'époque diffusaient des kilomètres de bandes formatées pour les esgourdes.Troisième titre"keep on runnin'"de Journey(on apprend le suicide de Billy Milano)rempli son office d'a.o.r. classieux rehaussé de la rythmique bétonnée de nos camarades,et rajoutons à cela l'excellent"big eyes"de Cheap Trick interprété par un Belladona au top boostant ces compos sévérement éloignées des mosh pits.Les deux autres morceaux sont plus attendus puisqu'il s'agit du t.n.t d'acdc et du "jailbreak de Thin Lizzy(avec Phil Campbell en guise de guest)qui auraient mérités un passage à la moulinette Anthrax à l'instar d'un "got the time"en son temps.
Ajoutez à l'ensemble deux versions remplissages du single"crawling"et vous obtiendrez un E.P. taillé pour les trajets en bagnole par un formation qui une fois de plus préfère se faire plaisir plutot que jouer en terrain conquis;risque zéro et solutions de facilité ne sont toujours pas à l'ordre du jour pour les New-Yorkais.


Vivid
Vivid
Prix : EUR 7,00

4.0 étoiles sur 5 naissance, 26 mai 2013
Ce commentaire fait référence à cette édition : Vivid (CD)
New-york 1984;Vernon Reid,jeune guitariste abreuvé de jazz,de rock,de funk, mets en place l'ossature d'un Living Colour qui prendra réellement forme deux ans plus tard avec l'arrivée dans ses rangs du chanteur Corey Glover,de Muzz squilling à la basse et du batteur Will Calhoun.Parrainés par un certain Mick Jaegger,surpris de découvrir en club ce quatuor black affichant un coté hard-rock fusion torride,ce 'stones'de Mick décide de leur ouvrir les portes de l'industrie du disque permettant au groupe d'enfanter d'un vivid plutot marquant."Desperate people",titre métal groovy,le fameux"cult of personnality"ou encore le très jazzy"broken hearts",la liste des titres se déroule au grés des influences de la troupe et offre à l'auditeur un raffraichissement de choix ou les qualités de chacun servent l'ensemble sans jamais verser dans la démonstration.
Saupoudrons le tout des deux leaders de public emmemy sur le forcément rap"funny vibes"et l'on peut redécouvrir cet album au fil des années et s'en satisfaire à chaque écoute.Vivid marque donc l'éclosion d'un groupe dont le talent est,hélas,inversement proportionnel à sa notoriété.Les fans eux,ne s'y sont pas trompés..


Page : 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6