ARRAY(0xac5a3bb8)
 
Profil de bourgeoisdécalé > Commentaires

Fiche d'identité

Contenu rédigé par bourgeoisdécalé
Classement des meilleurs critiques: 3.446
Votes utiles : 229

Chez vous : découvrez nos services personnalisés en pages d'aide !

Commentaires écrits par
bourgeoisdécalé

Afficher :  
Page : 1 | 2
pixel
Superdupont, Tome 7 : In Vitro Véritas
Superdupont, Tome 7 : In Vitro Véritas
par Gotlib
Edition : Album
Prix : EUR 10,26

1 internaute sur 2 a trouvé ce commentaire utile :
3.0 étoiles sur 5 Un peu Superflu, 14 avril 2014
Ce commentaire fait référence à cette édition : Superdupont, Tome 7 : In Vitro Véritas (Album)
Ces temps ci, les associations destinées à faire revivre les gloires BD du passé ont du mal à passer la rampe.
Lefred-Thouron est généralement drôlissime et Solé est un sacré dessinateur...et pourtant, le couple fonctionne mal.

On est content de revoir notre héros à béret, surtout quand il retrouve sa Georgette et que cette dernière voudrait un enfant de lui (prendre un enfant de super héros par la main pour l’emmener vers demain ?).
Ça va être compliquée car Georgette est en prison, donc, difficilement assimilable à une française comme les aime notre caution patriotique.

Sur cet album, rien n'est indigne, mais rien ne transporte. On sourit, mais guère plus.
Je me demande quand même s'il ne faudrait pas laisser dormir définitivement ces vielles séries en se contentant de les ressortir avec une mise en couleurs par exemple, plutôt que d'essayer de leur donner une descendance encore et encore (Spirou, Astérix, Blake et Mortimer...) sans réel intérêt artistique.
Mais dans le mesure où le succès financier semble encore là, j'ai peur qu'on continue à être superdupés pendant un moment ...


Deux Fois l'Infini
Deux Fois l'Infini
Prix : EUR 15,99

6 internautes sur 14 ont trouvé ce commentaire utile 
2.0 étoiles sur 5 D'un ennui infini. Enfin, doublement infini., 13 novembre 2013
Ce commentaire fait référence à cette édition : Deux Fois l'Infini (CD)
2 fois zéro ou l'infini ?

Musiques indigentes qui passeront dans les supermarchés et les bars-lounge sans éveiller ni intérêt ni qui que ce soit d'ailleurs, textes convenus d'un humanisme bêlant pour coller à la voix.

Disque plus que mauvais : attendu, caricatural, plein de bonnes intentions qui donnent envie d'en avoir de mauvaises.

Ne surtout pas écouter en voiture, les risques d'assoupissement sont réels.
Personnes souffrant de cholestérol, s'abstenir également.

Vous aurez compris : je n'aime pas.
Remarque sur ce commentaire Remarques sur ce commentaire (4) | Permalien | Remarque la plus récente : Apr 11, 2014 5:03 PM MEST


Rachida ne meurt jamais
Rachida ne meurt jamais
par Elisabeth Chavelet
Edition : Broché
Prix : EUR 15,68

13 internautes sur 17 ont trouvé ce commentaire utile 
1.0 étoiles sur 5 Rachida est-elle une grosse huile ?, 13 novembre 2013
Ce commentaire fait référence à cette édition : Rachida ne meurt jamais (Broché)
Difficile de dire qu'elle luit Rachida. Elle ne touche pas une cacahouète.

Je ne voudrais pas rédiger trop tôt un commentaire sur cette future étoile filante de peur qu'il paraisse anti-dati. Mais les historiens se demanderont peut être un jour comment des politiciens avec aussi peu de fond ont pu un jour occuper des postes aussi prestigieux que celui de Garde des sceaux.

Rachida Dati est une politicienne 2.0 (enfin, surtout zéro d'ailleurs), surfant en permanence sur le buzz qu'elle entretient à coups de petites phrases, sms, tweets...toute réflexion dépassant les 2 lignes, s'avérant une épreuve trop difficile.

Son fait d'armes le plus intéressant reste quand même son lapsus fellation/inflation qui est sans doute le plus proche de ce qu'on pourrait considérer chez elle comme une réflexion pertinente (il s'agit après tout, de 2 mouvements encourageant l'ascension).

Ce livre est à son image, totalement creux, accumulant anecdotes et poncifs, vantant son énergie et ses attaques permanentes un peu puériles, ses intrigues et autres mouvements de réseaux, sans oublier son arme principale, la séduction.
Il parait aussi qu'elle est drôle. C'est bien le seul point du livre que je crois volontiers. D'ailleurs, elle me fait souvent rire.

Conçu visiblement comme une arme de propagande dans la lutte pour l'investiture, il est désormais aussi obsolète que le point central d'un autre chapitre important (mais pour qui ?) : qui est le père de Zohra ?

La seule question qui vaille est pourtant : Qui est la mère de Zohra ?
J'ai ma réponse.
Remarque sur ce commentaire Remarques sur ce commentaire (5) | Permalien | Remarque la plus récente : Apr 14, 2014 9:19 AM MEST


Une envie de vérité
Une envie de vérité
par Cécilia Attias
Edition : Broché
Prix : EUR 18,91

97 internautes sur 117 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 La géante Attias soutient le (beau) Monde, 14 octobre 2013
Ce commentaire fait référence à cette édition : Une envie de vérité (Broché)
Ma chère Cecilia,
je vous ai entendue hier soir plaider pour un retour des valeurs du travail et j'ai versé une larme quand vous nous avez invités à retrousser les manches.

Vous m'avez convaincu et je souhaite suivre vos traces désormais.

J'ai donc parcouru votre biographie pour savoir comment vous rejoindre au pays des travailleurs.

Je constate qu'effectivement, vous n'avez jamais ménagé votre peine.

Née dans une famille aisée et après de légers débuts d'études de droit et un peu de mannequinat, vous devenez assistante de René Touzet, sénateur de l'Indre (Gauche démocratique). Cela a du vous occuper à plein temps, je suppose.

Puis votre carrière décolle enfin. Vous épousez Jacques Martin dont vous étiez sans doute fan, tout en ayant une aventure avec Nicolas Sarkozy que vous quittez pour Richard Attias.

Curieusement, je n'ai pas trouvé trace de relations avec un ouvrier zingueur ou un manutentionnaire dans votre CV, mais j'ai sans doute mal lu.

Vous vivez désormais à Dubaï où vous travaillez certainement en usine ou dans un centre de réponses téléphoniques.

Je suis vraiment admiratif et je tiens mon CV à votre disposition si vous pouviez m'introduire.
A propos d'introduction et bien que désireux de connaître la même réussite que vous dans votre travail, j'aimerais bien éviter les cases Martin et Sarkozy pour une question de bon goût élémentaire et Richard Attias, par inclinaison sexuelle.

En attendant, je suis de tout cœur avec vous et n'écoutez pas les aigris et les jaloux.
Remarque sur ce commentaire Remarques sur ce commentaire (12) | Permalien | Remarque la plus récente : Apr 14, 2014 9:22 AM MEST


Steve Jobs
Steve Jobs
par Walter Isaacson
Edition : Broché
Prix : EUR 8,46

12 internautes sur 21 ont trouvé ce commentaire utile 
1.0 étoiles sur 5 Une vie pauvre comme Jobs, 29 novembre 2012
Ce commentaire fait référence à cette édition : Steve Jobs (Broché)
Cet homme est un génie.

Il a inventé la machine à vapeur, à calculer, le piano forte, l'automobile, l'avion, la vaccination, la photo, le cinéma, le générateur de courant, la pénicilline, la pile, le tube cathodique, les rayons X, la pile atomique, la pilule, la bombe H, a réalisé des greffes du coeur, de la peau et des organes, le microprocesseur, la position de la brouette japonaise, a nourri des millions d'individus, soigné des milliards de personnes, arrêté les ravages épidémiques...

....
....Ah, non. On me dit dans l'oreillette qu'en fait, il a su exploiter les découvertes des autres, les habiller, les vendre et concevoir un système totalitaro-marchand. Rendez vous compte, il a créé l'Iphone, l'Ipod et l'Ipad ! Et ça existe même en blanc !

Dire que le monde s'en est passé aussi longtemps...

La vie d'un génie...

Bon : qu'on le décore de l'ordre d'HEC et qu'on passe à autre chose.
Remarque sur ce commentaire Remarques sur ce commentaire (2) | Permalien | Remarque la plus récente : Mar 6, 2013 3:09 PM CET


La malédiction du cloporte et autres histoires de parasites
La malédiction du cloporte et autres histoires de parasites
par Olivier Hertel
Edition : Poche
Prix : EUR 6,75

6 internautes sur 10 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Vote Non Utile, 17 novembre 2012
Ce commentaire fait référence à cette édition : La malédiction du cloporte et autres histoires de parasites (Poche)
On pourrait croire que dans nos sociétés aseptisées, les cloportes tendent à disparaître.
Erreur.
Même au coeur de l'Amazonie, des cafards au chaud dans les feuillages touffus, font crisser leur zèle avant de se reproduire en choisissant des proies au hasard, simplement parce que les couleurs chatoyantes de leurs corps graciles les ont rendus jaloux.
Ces parasites n'ont pas d'intelligence propre ni de capacités particulière autre que celle de s'adapter à n'importe quel milieu, de sucer le sang protéiné qu'ils sont bien incapables de produire par eux mêmes.

Le parasite amazonien est en forte recrudescence, Singeant ses confrères tout aussi inutiles. Un bon coup de pesticide pourrait-il en venir à bout ?

On peut aussi penser qu'une exposition prolongée à des signes d'intelligence lui sera fatale.

En attendant on peut lui opposer un droit d'honneur. Bien profond.
Remarque sur ce commentaire Remarques sur ce commentaire (26) | Permalien | Remarque la plus récente : Apr 10, 2014 11:49 AM MEST


Les paradis perdus
Les paradis perdus

5 internautes sur 6 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 L'enfer, c'est les autres, 6 novembre 2012
Ce commentaire fait référence à cette édition : Les paradis perdus (Téléchargement MP3)
Sans doute le meilleur album de Christophe. Compositions quasi parfaites qui ne cèdent en rien aux ténors du rock d’outre-manche ("qui étonnaient même les anglais" dit-il) et textes de JM Jarre qui confirme qu’il a bien fait de ne pas se lancer dans la musique (quoi, il l’a fait ?...Ah, ça…).

Ce disque établit définitivement le rôle que Christophe va habiter : le dandy.

Tout dans cet album, dessine ce personnage rêveur, nostalgique, détaché et désabusé, de "Beau bizarre", qu’il va habiter par la suite avec plus ou moins de bonheur, jusqu’à Bevilacqua qui lui verra prendre un virage plus techno.

Pas un titre faible ici, des tubes ironiques comme "Mickey" et bien sûr, "Les paradis perdus" et son final décadent. Court, mais compact, sans point faible. Ça ressemble au disque parfait (nonobstant l'hideuse nouvelle pochette, mais comme on ne trouve plus que l'album en téléchargement...).

Indispensable.
Remarque sur ce commentaire Remarques sur ce commentaire (3) | Permalien | Remarque la plus récente : Nov 19, 2012 7:43 PM CET


Je vais passer pour un vieux con: et autres petites histoires qui en disent long
Je vais passer pour un vieux con: et autres petites histoires qui en disent long
Prix : EUR 9,99

16 internautes sur 19 ont trouvé ce commentaire utile 
1.0 étoiles sur 5 Si c'est toi qui le dis..., 30 octobre 2012
Non Philippe, rassure toi, le risque de passer pour un vieux c.on est infime.

D'abord, parce que ton lectorat se lasse de tes sempiternelles petites histoires, de ton petit manteau, de ta petite auto, de ta petite gorgée de bière...et donc, tout le monde étant parti lire ailleurs, le nombre de personnes susceptibles de tomber(d'ennui) sur ton petit livre est infime (toi, tu dirais, petit).
Ensuite, parce qu'on ne dit plus "vieux c.on, c'est politiquement incorrect. On dirait plutôt : "personne dont les capacités de réflexion sont émoussées par l'abus de visionnage des émissions de TF1 et présentant une profil démographique à tendance défavorable".
Enfin et surtout, comme tu le saurais, Philippe, si tu écoutais autre chose que les petits disques de ton fils : "le temps ne fait rien à l'affaire".
Remarque sur ce commentaire Remarque sur ce commentaire (1) | Permalien | Remarque la plus récente : Nov 15, 2012 11:31 PM CET


Vise Le Ciel
Vise Le Ciel
Prix : EUR 17,99

7 internautes sur 12 ont trouvé ce commentaire utile 
3.0 étoiles sur 5 Tout se finit là Bébé Bleu, cong ?, 26 octobre 2012
Ce commentaire fait référence à cette édition : Vise Le Ciel (CD)
Ras le bol des hommages divers qui ne sont là que pour pallier les pannes d'inspiration.
Cabrel qui est un brave gars et qui a pondu quelques unes des plus belles chansons qui soient : Animal, La Corrida ou encore Hors saison...n'arrivait pas à boucler son album décennal.
Tiens se dit il, pourquoi ne pas rendre hommage à Dylan que je vénère ?

Il faut lui rendre justice, personne n'ira songer à une opération mercantile de sa part, hypothèse qu'on écarte moins facilement chez, au hasard, Yannick-Rasta-Noah.
Mais la bonne volonté ne fait pas tout.

Les adaptations retenues sont très réussies au plan musical, domaine que Dylan de toute façon, abandonne de plus en plus.

Mais les traductions !! Dignes d'un élève de 6ème aménagée, elles ont l'air de sortir de Google Traduction avec un mot à mot qui les rend souvent ridicules.

Seul point commun avec Dylan, indéniable celui là : la pochette est infâme !

Avec ce disque on a l'impression de retrouver une copine sympa, mais ingrate. Bon, on reste amis ?
Remarque sur ce commentaire Remarques sur ce commentaire (2) | Permalien | Remarque la plus récente : Oct 30, 2012 11:34 AM CET


Best Of 3 Cd
Best Of 3 Cd
Prix : EUR 23,85

16 internautes sur 30 ont trouvé ce commentaire utile 
1.0 étoiles sur 5 Pro-lettrés de tous les pays : unissez vous !, 2 juillet 2012
Ce commentaire fait référence à cette édition : Best Of 3 Cd (CD)
La bio du bonhomme est éclairante : on l'appellerait le stakhanoviste de l'écriture.

Je voudrais insister sur la pertinence de cette comparaison.

Pour cela, il convient d'abord de rafraîchir la mémoire des plus jeunes (et celle des vieux partisans de Maurice Thorez) : il existait jadis un pays appelé URSS qui bénéficiait d'un système tellement évolué, qu'il n'hésitait pas déjà, à récompenser le vrai travail.

En l'occurrence, le modèle de l'ouvrier soviétique se nommait Stakhanov. Il était mineur et explosait les records de productivité en sortant des wagonnets de charbon avant même que ses flemmards de collègues aient fini leur 6ème pause ersatz de café ou aient entamé leur 2ème heure de file d'attente devant un magasin de chaussures en plastiques (une seule taille et que des pieds gauches), vide.

Hélas, ce beau compte de fée a vécu et on sait aujourd'hui que Stakanov trichait en se faisant aider par plusieurs collègues.

Comment s'étonner alors, que ce brillant ouvrier, ait inspiré notre Didier : productivité forcenée, valeurs buissono-sarkozienne, supercherie'tout correspond. Au moindre détail.

Ce Best Of en 3 (!!!) CD rappelle les chariots de coke du héros soviétique : démesuré et salissant.

Tout comme Stakhanov et la hiérarchie des Soviets, Barbelivien a réussi une gigantesque mystification idéologique : faire le bonheur des gens malgré eux, en prenant le bon peuple en otage. Les intellectuels valets du Grand Capital sont devenus les gauchistes bobo dans l'imagerie du bon sens populaire.

Pour accomplir son grand dessein, Barbelivien a choisi sa voie : n'écrire que des chansons ridicules ("Elle m'oublie", "L'Eté s'ra chaud", "Et tu danses avec lui", "Dis jamais goodbye", "Les Sunlights des tropiques", ou encore "Il tape sur des bambous")' tout en se réclamant au niveau de l'inspiration, de Jean Ferrat, Georges Brassens, Claude Nougaro, Barbara, John Lennon, Marilyn Monroe et Michael Jackson'

Chapeau l'artiste.
Remarque sur ce commentaire Remarques sur ce commentaire (7) | Permalien | Remarque la plus récente : Oct 17, 2013 4:07 PM MEST


Page : 1 | 2