Profil de NMK > Commentaires

Fiche d'identité

Contenu rédigé par NMK
Classement des meilleurs critiques: 1.320
Votes utiles : 1388

Chez vous : découvrez nos services personnalisés en pages d'aide !

Commentaires écrits par
NMK (Munich, DE)

Afficher :  
Page : 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11-20
pixel
Le Tigre bleu de l'Euphrate
Le Tigre bleu de l'Euphrate
par Laurent Gaudé
Edition : Broché
Prix : EUR 8,70

13 internautes sur 14 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Un monologue magnifique, 5 septembre 2009
Ce commentaire fait référence à cette édition : Le Tigre bleu de l'Euphrate (Broché)
Ce court texte de cinquante-deux pages est un monologue, un monologue envoûtant tenu par Alexandre le Grand lors de sa confrontation avec son ultime adversaire : la mort. Il lui raconte l'épopée que fut sa vie, ses désirs, ses pulsions, sa rage, sa curiosité, sa soif de vivre féroce et enfin ses rêves inassouvis.
Un texte extraordinairement poétique qui rend ce personnage légendaire encore plus fascinant.


Mémoires d'une jeune fille rangée
Mémoires d'une jeune fille rangée
par Simone de Beauvoir
Edition : Poche
Prix : EUR 8,40

22 internautes sur 25 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Une belle leçon de courage, 4 septembre 2009
Ce commentaire fait référence à cette édition : Mémoires d'une jeune fille rangée (Poche)
Cette autobiographie de Simone de Beauvoir, parue en 1958, est un pur régal. Il ne s'agit pas seulement du récit d'une vie individuelle particulièrement exceptionnelle mais aussi d'un témoignage d'une qualité extraordinaire sur un milieu social, le milieu social situé «à mi-chemin entre l'aristocrate et le bourgeois» du début du 20ième siècle.
L'histoire, comme il se doit, débute avec la naissance de Simone de Beauvoir. Elle est née le 9 janvier 1908 dans un appartement cossu du boulevard Raspail à Paris. Son père, Georges de Beauvoir, était employé dans un cabinet d'avocat et comédien amateur. Sa mère, Françoise Brasseur, était une jeune femme pieuse issue de la bourgeoisie de Verdun. Deux ans et demi plus tard, naquit une saeur, Hélène, dite Poupette. Les éléments du «drame social» se placent : le fils tant espéré «qui aurait fait Polytechnique» n'est pas né ; la guerre de 1914-1918 a lieu, ruinant au passage la fortune de la famille et balayant ainsi d'un seul coup les rêves et les espoirs d'ascendance sociale du père. Comme Georges de Beauvoir n'est plus en mesure de leur constituer une dot convenable, Poupette et Simone seront difficilement mariables : elles deviennent des charges pour leurs parents. Le destin des deux soeurs sera ainsi scellé par ce manque d'argent : elles ne se marieront pas, il leur faudra travailler et elles seront déclassées aux yeux de la société dans laquelle elles ont évolué jusqu'à présent. Dans ce laborieux avenir des deux jeunes filles, cette famille, représentative d'un milieu social où le moralisme conservateur voue les jeunes filles au mariage et à la maternité, lit sa propre déchéance.
Cette dérogeance est en fait une «chance cachée» pour Simone qui s'est distinguée très rapidement par ses capacités intellectuelles extraordinaires. En effet, son père n'est plus en mesure de s'opposer à ce qu'elle poursuive ses études au lycée bien que les aspirations sociales de la famille l'exigeraient (les études n'y étant envisagées pour les filles que comme un simple divertissement dans l'attente d'un beau mariage). Il devra aussi s'incliner devant les choix d'études et de profession de sa fille. Le prix de cette réussite intellectuelle est bien lourd: par son succès, Simone devient la vivante incarnation de l'échec social du père. Quant à la mère de Simone, elle sera effondrée de constater que sa fille de quatorze a perdu la foi.
Simone de Beauvoir expliquera aussi son parcours en nous décrivant certaines des personnes qui la marqueront à jamais, notamment Élisabeth Lacoin (dite Zaza dans son autobiographie), jeune fille brillante au destin tragique qui fut sa meilleure amie. Le lecteur y découvre aussi Jacques Champigneulle avec lequel Simone aurait presque été tentée par un «mariage convenablement bourgeois», André Herbaud (de son vrai nom René Maheu) qui lui témoignera une amitié amoureuse et qui lui trouvera son surnom du «Castor», et finalement l'élite intellectuelle de l'époque, élite dont elle fera très rapidement partie: Aron, Nizan, Merleau-Ponty, et bien sûr Jean-Paul Sartre.
Cette autobiographie est une leçon de courage, un récit ahurissant d'une combattante qui se force d'échapper aux pressions de son milieu en s'émancipant d'un carcan pour s'approprier sa vie.
Remarque sur ce commentaire Remarque sur ce commentaire (1) | Permalien | Remarque la plus récente : Oct 7, 2012 2:07 PM MEST


Les mystères romains, Tome 1 : Du sang sur la via Appia
Les mystères romains, Tome 1 : Du sang sur la via Appia
par Caroline Lawrence
Edition : Broché

2 internautes sur 3 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Roman policier romain se déroulant en l'an 79 avant Jésus-Christ, 19 août 2009
Ce commentaire fait référence à cette édition : Les mystères romains, Tome 1 : Du sang sur la via Appia (Broché)
Ce premier volume de la série des mystères romains fait découvrir au lecteur les quatre personnages principaux qui sont quatre jeunes détectives en herbe. Nos quatre héros sont de conditions bien différentes: il y a Flavia la fille du riche armateur romain Flavius Geminus, Jonathan son jeune voisin chrétien, Nubia la jeune esclave africaine attachée à la famille de Flavia et enfin Lupus le jeune mendiant muet que les trois autres enfants ont recueilli. L'action se déroule à Ostie, ville portuaire importante sous l'empire romain, où nous découvrons les quatre enfants qui doivent unir leurs efforts pour démasquer un mystérieux tueur en série de chiens.
Cet ouvrage, bien écrit et bien structuré, est aussi extrêmement intéressant d'un point de vue purement scolaire. En effet, il permet au jeune lecteur de se familiariser sans peine (voire même avec plaisir!) au mode de vie romain et de comprendre les structures sociales du monde romain d'antan.


La Vie des hommes de la préhistoire
La Vie des hommes de la préhistoire
par Brigitte Delluc
Edition : Broché

4 internautes sur 4 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Eblouissant, 19 août 2009
Ce commentaire fait référence à cette édition : La Vie des hommes de la préhistoire (Broché)
Souvent les livres ainsi que les musées nous présentent la préhistoire comme une suite de reconstitutions de squelettes, d'ossements, de cailloux, de coquillages, d'objets divers et de peintures. Ces témoignages, issus de la nuit des temps, restent souvent hermétiques pour le grand public car les préhistoriens les décrivent dans un jargon trop technique et spécialisé.
Et puis soudain, un ouvrage comme celui-ci paraît et les choses deviennent plus claires parfois même lumineuses. Les auteurs, passionnés par leur sujet, se sont évertués à dresser une immense fresque consacrée aux deux tiers à l'homme de Cro-Magnon, fresque qui sera compréhensible pour le quidam de la rue. Avec rigueur, humour, précision et légèreté, ils explorent les débuts de l'homme moderne et nous livrent une histoire très vivante et passionnante de l'homme de la Préhistoire en France. Peu à peu au cours de l'ouvrage, l'image de l'homme préhistorique change : celle du sauvage de la nuit des temps s'estompe et fait place à celle de l'ancêtre de l'homme de l'an 2000. Le lecteur comprend qu'il n'est en fait que l'héritier de cet homme de la préhistoire.
C'est un ouvrage de vulgarisation dans le meilleur sens du terme. Mon seul regret est qu'il ne décrive pas davantage les temps encore plus anciens d'il y a environ 7 millions d'années afin que je puisse enfin comprendre un peu plus sur les Toumaïs, les Orrorins, les Australopithèques, l'Homo habilis en Afrique, l'Homo erectus, etc...


Comment on fait les bébés ?
Comment on fait les bébés ?
par Babette Cole
Edition : Relié

7 internautes sur 8 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Une approche humoristique de la sexualité pour les petits, 19 août 2009
Ce commentaire fait référence à cette édition : Comment on fait les bébés ? (Relié)
Des parents décident d'informer leurs enfants sur la conception et la naissance. Mais voilà: ces parents sont très pudiques. Gênés, ils ne savent comment aborder le sujet. Alors ils contournent le(ur) problème en inventant de drôles d'histoires: les bébés se cuisinent, se cultivent, se ramassent sous des pierres; on peut aussi acheter de la pâte à bébé chez le pharmacien, et puis il existe Bébé- Express, ou encore un oeuf «explosif» contenant un bébé sera déposé sur le canapé par la maman... Heureusement, les enfants de « Comment on fait les bébés ! » savent très bien ce qui se passe entre une femme et un homme s'ils désirent un enfant et, prenant leurs parents en pitié, décident de leur apprendre enfin (!) comment on fait un bébé. Et voilà les enfants partis dans des explications avec moult croquis à l'appui (assez explicites et réalistes mais drôles!) pour faire comprendre à leurs parents comment sont conçus et naissent les bébés. Les parents eux sont déconfits, stupéfaits, voire choqués que leurs petits sachent déjà tout cela ... alors que tout cela est au fond bien naturel.
Certains parents lecteurs trouveront les explications et surtout les dessins du papa et de la maman «au travail» trop osés à leur goût et seront, tout comme les parents du livre, assez embarrassés car il n'omet rien de la conception naturelle des bébés. Ceci dit, mettre ce livre entre les mains d'un jeune enfant intéressé de trois, quatre ou cinq ans, lui permettra d'aborder la sexualité naturellement et posément, sans honte ou curiosité malsaine. Le grand «plus» est que l'enfant ne se sentira pas en situation d'infériorité lorsque, deux ou trois ans plus tard, ses camarades d'école raconteront toutes sortes de sornettes!


Le Doudou méchant
Le Doudou méchant
par Claude Ponti
Edition : Poche
Prix : EUR 5,60

11 internautes sur 11 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Un classique qui deviendra grand, 19 août 2009
Ce commentaire fait référence à cette édition : Le Doudou méchant (Poche)
Oups est un jeune lutin qui vient de découvrir un objet merveilleux dans le grenier de la maison: un doudou câlin, plein de douceur et de bonnes idées à qui le petit lutin peut raconter ses secrets. Doudou et Oups deviennent inséparables. Un jour, les parents de Oups doivent s'absenter pour faire les commissions et confient la maison à Oups en lui recommandant d'être gentil bien avec les Blayettes, de soigner les Bouchanourrirs, d'être très sage et surtout ne pas toucher à la tête de poisson, qui est en fait un piège du monstre Pêcheur d'enfants. Oups promet et les parents partent. Doudou profite de ce moment pour suggérer encore plus de bonnes idées à Oups. Malheureusement, les «bonnes» idées deviennent de moins en moins bonnes jusqu'à en devenir franchement sottes, méchantes voire cruelles. Le châtiment n'est pas loin et Oups regrette le chaos qu'il a causé. Après avoir fait taire son Doudou en lui scotchant la bouche, il tentera de réparer les fautes commises en exécutant les épreuves élaborées par le terrifiant Grabador Crabamorr, le monstre Pêcheur d'enfants.
C'est un livre merveilleux qui, j'espère, deviendra un grand classique de la littérature enfantine. Il a enchanté mes deux enfants dès la maternelle et continue toujours de leur apporter du plaisir cinq ans après. Les illustrations drôles (mais un peu effrayantes!), le texte limpide et clair (mais érudit!), les jeux de langage (qui se savourent de plus en plus en grandissant) en font un livre «accompagnateur d'enfance» ... pour le plus grand plaisir des parents qui auront eu le droit de leur lire !


Je rêve d'une autre vie
Je rêve d'une autre vie
par Youssef M.D
Edition : Broché
Prix : EUR 18,00

2 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile 
2.0 étoiles sur 5 L'auteur maîtrise-t-il son sujet?, 12 juillet 2009
Ce commentaire fait référence à cette édition : Je rêve d'une autre vie (Broché)
Youcef M D, né en France puis rentré vivre au Maroc avec ses parents à l'age de cinq ans, est désormais un sans-papiers vivant à Paris dans la clandestinité. A la suite d'une rencontre avec une enseignante de français, Marie, il se met à raconter sa vie de clandestin. Une question essentielle se pose dès la page 34: pourquoi diantre ce type est-il clandestin? Comment un homme, né sur le sol français et ayant pour mère une femme de nationalité française, peut-il ne pas avoir la nationalité française et se trouve ici dans l'obligation, de par sa nationalité soi-disant uniquement marocaine, de vivre dans la clandestinité? C'est absurde! Il est vrai que l'attribution autoritaire de la nationalité française est parfois tempérée dans certains cas par une faculté de renoncer à celle-ci mais cette renonciation ou répudiation doit être faite de manière active. Or aucune mention n'est faite de ceci dans le cas présent. Comme tout le roman repose sur les déboires du clandestin (dénonciations, alcool et impossibilité de trouver un vrai travail), les désillusions du clandestin (faux-frères et trahisons), les dérives du clandestin (drogue et violence), les peurs du clandestin (police), les trafics de papiers ou de marchandises volées (trafics obligés car clandestin!), on se demande quelle recherche a réellement été consacrée à comprendre le milieu des clandestins. Ne s'agirait-il en fait qu'un pure exercice de démagogie en se faisant de l'argent sur le dos des clandestins qui justement ne peuvent infirmer ou confirmer ces propos car eux sont vraiment clandestins?
C'est vraiment dommage: les clandestins, des personnes qui par définition connaissent de si grandes difficultés à survivre, mériteraient un témoignage plus probe.


Bled, cahiers d'activités CP-CE1. Cycle 2, niveau 2
Bled, cahiers d'activités CP-CE1. Cycle 2, niveau 2
par Bled
Edition : Broché
Prix : EUR 5,50

23 internautes sur 23 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Un cahier d'activités de vacances pour un élève en CE1 ... pas avant!, 12 juillet 2009
Ce commentaire fait référence à cette édition : Bled, cahiers d'activités CP-CE1. Cycle 2, niveau 2 (Broché)
Les thèmes abordés dans ce cahier d'activité sont: «Les mots - Les syllabes», «Le son [O]», «Les sons [OI], [IO], et [ION], [OIN]», «Les sons [M] et [N]», «Les sons [B] et [P]», «Les sons [F] et [V]», «Les sons [D] et [T]», «Les sons [K] et [G]», «Les consonnes doubles», «Des lettres que l'on entend pas », «M devant M, B, P», «Des homonymes», «Des mots invariables», «La phrase - Les mots», «Le masculin et le féminin des noms», «Le singulier et le pluriel des noms», «Quelques déterminants», «Remplacer les noms par d`autres mots», «Le verbe être au présent», «Le verbe avoir au présent», «Le verbe aller au présent», «Le verbe faire au présent», «Les verbes comme chanter au présent».
Il y a huit exercices par thème, en ordre de difficulté croissante. Cependant la différence de niveau entre le premier et le huitième exercice est très grande: pour le premier exercice il suffit souvent d'écrire un nom qui convient sous un dessin tandis que le huitième exercice est une dictée qui exige une certaine connaissance de l'orthographe, de la grammaire et des règles de conjugaison.
Il ne s'agit pas d'un cahier d'accompagnement de l'élève pendant l'année scolaire mais plutôt d'un cahier d'exercices pour une révision globale des notions normalement acquises par un élève en fin de deuxième année du primaire.


Au temps des chevaliers
Au temps des chevaliers
par François Icher
Edition : Album

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
5.0 étoiles sur 5 Un récit bien écrit qui différencie la légende de la réalité des chevaliers au temps du Moyen-Âge, 4 juillet 2009
Ce commentaire fait référence à cette édition : Au temps des chevaliers (Album)
A travers ce livre, le jeune lecteur sera amené à comprendre la complexité de la formation reçue par un jeune garçon noble, séparé de sa mère dès l'age de sept ans et envoyé dans le château d'un seigneur ami pour commencer une formation chevaleresque. Cette formation commencera en qualité de page, puis continuera en tant qu'écuyer pour finir avec la cérémonie de l'adoubement, moment où il deviendra chevalier. En tout et pour tout, cette formation aura duré environ quatorze ans.
Il ne s'agit pas d'un roman mais plutôt une description passionnante de ce long parcours initiatique à travers les témoignages des différentes personnes concernées par l'éducation de ce jeune garçon, prénommé Aymeric. Nous découvrons ainsi Frère Guillaume, (moine chapelain auprès du château, chargé de l'enseignement du latin, de la religion et de la transmission des valeurs chrétiennes chevaleresques), Philippe (le maître d'armes), le chevalier Hugues (parrain d'Aymeric), Gilles (seigneur de Tourneval). A travers ces différents points de vue, se dessine une société médiévale ni belle, ni vilaine, où les droits, les devoirs, les privilèges et les obligations du chevalier sont évoqués. Cet ouvrage est justement intéressant car il ne s'agit pas d'une énième épopée romanesque ni d'un ouvrage scolaire. Toutefois il permet au jeune lecteur de se représenter cette société médiévale telle qu'elle ait pu vraiment exister, de l'aider à faire la part des choses entre le Moyen-Âge romancé et le vrai Moyen-Âge. Une réussite!


L'enfant de Noé
L'enfant de Noé
par Eric-Emmanuel Schmitt
Edition : Poche
Prix : EUR 5,10

3 internautes sur 4 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Hymne à la tolérance, 28 juin 2009
Ce commentaire fait référence à cette édition : L'enfant de Noé (Poche)
Nous sommes en Belgique en 1942, les rafles de juifs sévissent. Afin de le mettre à l'abri des occupants allemands, des parents confient leur enfant de 7 ans, Joseph, à des inconnus. Ces personnes tout à fait charmantes, le Comte et la Comtesse de Sully, se voient à leur tour dans l'obligation de confier Joseph au Père Pons à la suite d'une dénonciation. Le petit garçon sera dissimulé avec d'autres enfants juifs jusqu'à la fin de la guerre dans un pensionnat catholique, «La Villa Jaune». Pour survivre, Joseph comprend qu'il lui faut mentir : il taira donc son nom, ses sentiments et son histoire. Il aurait oublié son identité si ce n'était pour le Père Pons, un «Juste», qui s'acharne envers et contre tout à faire survivre la culture juive pour la transmettre à ces enfants sauvés des griffes du Nazisme. C'est ainsi que le Père Pons mène un double jeu: le jour il est un prêtre catholique très conventionnel, le soir il devient un fervent étudiant de la Torah, de la Kabbale et des textes des rabbins. Cette double vie le pousse à prendre des risques énormes: sous son église, dans la crypte, le Père Pons a aménagé une synagogue secrète. Dans un univers en apparence chrétien, il s'attache à faire survivre la culture juive par un «double entendre» de la célébration des fêtes religieuses. Qu'adviendra-t-il de tous ces enfants pendant la guerre? Et surtout que deviendront ces mêmes enfants, une fois la paix revenue, avec cette double éducation juive et chrétienne?
C'est une très belle histoire, une «fable» lumineuse, encourageante, remplie d'humour malgré les temps sombres et cruels pendant lesquels le récit se déroule. Un joli roman qui se lit très facilement et très (trop?) vite...


Page : 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11-20