Profil de Terrier > Commentaires

Fiche d'identité

Contenu rédigé par Terrier
Classement des meilleurs critiques: 153.650
Votes utiles : 439

Chez vous : découvrez nos services personnalisés en pages d'aide !

Commentaires écrits par
Terrier

Afficher :  
Page : 1 | 2 | 3 | 4 | 5
pixel
Crown of Creation
Crown of Creation
Prix : EUR 7,00

21 internautes sur 23 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Psyché Délices? ....., 24 décembre 2007
Ce commentaire fait référence à cette édition : Crown of Creation (CD)
Amateurs de son West-Coast, de pop psychédélique, ceci est certainement l'album d'un groupe à son sommet. Jefferson Airplane, après l'expérimental After Bathing at Baxter's, revient à un son plus propre à son album à succès Surrealistic Pillow tout en gardant un côté musical plus recherché.
Tout commence avec cette composition de Grace Slick: "Lather" magnifiquement décalé à propos du passage de la trentaine du batteur Spencer Dryden. Grace nous offre une autre composition magnifique avec le plus rock "Greasy Heart" dans lequel toute sa puissance vocale s'exprime et où elle prouve qu'elle est bien une des meilleurs chanteuses du rock. On peut également ajouter à sa prestation le "Triad" composé par David Crosby. Et si l'on parle de prouesse vocale on ne peut ommettre Marty Balin qui fait merveille avec Grace sur "In Time", "Crown of Creation" et qui exprime des sentiments forts sur "Share a Little Joke" ou "If you Feel". En plus de pouvoir se targué d'avoir des musiciens extremement doué, le Jefferson Airplane possède même une troisième voix, moins démonstrative que les deux autres mais presque aussi belle, en la personne de Paul Kantner qui chante sur la ballade "In Time". "Crown of Creation" est un des albums majeurs du son West-Coast, tout en mélodicité, tout en finesse (seul les deux derniers titres annoncent le durcissement de ton de Volunteers).
On soulignera la présence en titre bonus du déjanté "Would you Like a Snake" fruit d'une collaboration entre Grace Slick (je sais j'insiste beaucoup, mais elle est magnifique!) et l'immense Franck Zappa.
Remarque sur ce commentaire Remarques sur ce commentaire (2) | Permalien | Remarque la plus récente : Oct 27, 2011 5:39 AM MEST


Waterloo Lily
Waterloo Lily
Prix : EUR 10,28

10 internautes sur 12 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Caravan est bien de Canterbury!, 18 décembre 2007
Ce commentaire fait référence à cette édition : Waterloo Lily (CD)
Je ne pense pas qu'en 1972 Caravan montre déjà des signes d'essoufflement ou un manque d'inspiration. Sur ce "Waterloo Lily", le groupe change de ton pour nous emmener dans un univers jazzy, plus propre à d'autres groupes de la scène Canterbury (l'arrivée du pianiste Steve Miller est certainement pour quelque chose).
Dès le premier morceau éponyme le ton est donné, chant feutré de Richard Sinclair, mélodie jazzy et jeu de basse répétitif qui rappelle le travail d'Hugh Hopper. "Nothing at All" est un long instrumental, toujours fortement connoté jazz, et qui s'apparente aux sonorités de la machine molle. Il faut attendre les "Songs&Signs", "Aristocracy" et "The World is Yours" pour retrouvé les mélodies pop sucrées présentes sur la première face de l'album précédent ("In the Land of Grey and Pink"). Enfin le titre "The Love in Your Eye" est emplit d'émotion, on regrettera simplement l'absence des grandes envolées instrumentales dont le groupe a le secret ("For Richard", "Nine Feet Underground").
Un album très réussit donc qui mêle avec magie un son plus "Canterburyen" avec les mélodies propres à un des grands groupes des seventies.
Notons que les bonus sont ici des chansons de Pye Hastings seul à la guitare et tout à fait folk (rien à voir avec le groupe!)


Per un Amico
Per un Amico
Proposé par Expédition Express
Prix : EUR 11,92

5 internautes sur 5 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 La grâce italienne, 15 décembre 2007
Ce commentaire fait référence à cette édition : Per un Amico (CD)
L'Italie du rock progressif nous a offert quelques perles, et P.F.M. plus particulièrement. Après un premier album tout à fait réussi (Storia di un Minuto), le groupe réedite l'exploit et s'inscrit définitivement dans le concert des grands du prog.
Album chaleureux, chant en italien souvent doucement murmuré, les compositions s'enchaînent sans temps faibles. Le son est varié (mellotron, harpe, violon, guitares,...) et les influences de la musique classique son grande. Et même si l'ensemble peut paraître un brin gentillet, les ruptures de rythmes, de mélodies (un peu à la manière d'un Gentle Giant)attirent l' attention tout au long de l'écoute.
Un album (un peu court sur la durée) qui est une bonne entrèe en matière dans le prog italien avant d'explorer encore cette horizon. (Banco, Le Orme,...)


World Record
World Record
Prix : EUR 11,30

7 internautes sur 8 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Du son pour le monde, 27 juillet 2007
Ce commentaire fait référence à cette édition : World Record (CD)
Des trois albums sortis entre octobre 1975 et octobre 1976, le "World Record" est souvent le plus critiqué et parfois mis de côté. Moins violent que "Godbluff", moins profond que "Still Life" il reste néanmoins un très bon album.
Une certaine routine semble s'être installée dans la composition des titres de Peter Hammill et du Van der Graaf Generator; ceci nous donne des premiers titres sans grandes surprises, mais qui reste de premier plan avec "A Place to Survive", "Masks" et "When she Comes". Le long "Meurglys III" apporte une grande nouveauté dans le son du VdGG avec l'utilisation de la guitare électrique et le long solo (peut-être un peu trop) sur un rythme quasiment reggae. Enfin "Wondering" est une superbe apothéose, notons que ce titre clôt également le live Real Time.
"World Record" est très certainement en deça des deux albums issus de la reformation du groupe en 1975, il est cependant très bien composé et reste indispensable pour tout fan du Van der Graaf Generator


Wolf City [+ bonus tracks]
Wolf City [+ bonus tracks]
Prix : EUR 15,27

16 internautes sur 16 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 sombre et rugueux, 19 juillet 2007
Ce commentaire fait référence à cette édition : Wolf City [+ bonus tracks] (CD)
Voici certainement le dernier album essentiel d'Amon Düül II. "Wolf City" se démarque, tout comme le "Carnival in Babylon", des trois premiers opus du groupe par l'absence de longues plages instrumentales, souvent improvisées. Les compositions courtes, souvent violentes et sombres (comme l'expérimental Deutsch Nepal) et parfois psychés sont parmis les meilleurs du groupe. Renate Knaup, chanteuse magnifique, illumine les deux premier titres: "Surrounded by the Bars" et "Green-Bubble-Raincoated-Man". Mais l'album dans son entier frôle le parfait avec sa cohérence incroyable et ce son rock particulier au groupe qui touche directement l'auditeur. (Dommage que l'ensemble ne dure que 35 minutes).
Un bemol a apporté pourtant à cette réedition: les titres bonus sont tout à fait dispensables (ce qui est le cas pour les autres cds que je possède du label Revisited Record...)


Present Fr Nacy/Highes
Present Fr Nacy/Highes
Prix : EUR 11,01

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
5.0 étoiles sur 5 super groupe trop souvent oublié, 29 juin 2007
Ce commentaire fait référence à cette édition : Present Fr Nacy/Highes (CD)
Les Pays-Bas possédaient une scène progressive magnifique durant les seventies: Focus, Trace, Alquin et bien sur ces Supersister géniaux.

Cette édition propose les deux premiers albums du groupe sur le même cd. Tout d'abord le "Present from Nancy" sortit en 1970. C'est un véritable album de jazz-progressif dans le style d'un Soft Machine de l'époque. Instrumentalement très impressionnant avec une fuzzbass qui fait obligatoirement penser à Hugh Hopper et un superbe flûtiste. Cependant même si les morceaux sont très bons, l'ensemble de ces compositions courtes manquent parfois un peu de cohésion.

Le second album est encore meilleur. "To the Highest Bidder" est sortit l'année suivante en 1971; le groupe y a quelque peu abandonné ce son Canterbury pour nous offrir une musique plus symphonique, parfois proche du classique. Le clavier et la flûte prennent une place primordiale sur quatre titres formidablement ficelés et très facile d'accès.

Supersister est un groupe reconnu parmis les artistes de l'époque (des personnages comme Pierre Moerlen ou Elton Dean joueront parfois avec eux), mais il lui a manqué la reconnaissance que sa musique aurait dût offrir. Le groupe à encore sortit d'autres albums très intéressant au début des seventies, ceux-ci également réedité sur des 2 en 1.


Soft Machine
Soft Machine
Prix : EUR 27,95

14 internautes sur 14 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 A Certain Perfection, 12 juin 2007
Ce commentaire fait référence à cette édition : Soft Machine (CD)
Un album surprenant, décalé et dont émane l'atmosphère surréaliste de la fin des sixties. Après quelques années passées à jouer dans des clubs underground, le trio Soft Machine (Kevin Ayers, Robert Wyatt, Mike Ratledge) se décide enfin à entrer en studion pour plancher sur le premier album qui sort en 1968.

Jazz? un peu... Plutôt une ode à la pataphysique, au psychédélisme avec des ballades poignantes de part la voix atypique de Robert Wyatt ("A certain Kind"). Mais le groupe peut se lancer dans des rythmiques hallucinantes avec Ratledge et Ayers au jeu de basse monstrueux qui amène par leur présence Wyatt à se livrer totalement sur un "Save Yourself" ou "Hope for Happiness".

Psyché donc? sûrement un peu si on se laisse prendre par les rythmiques hallucinées de la basse d'Ayers et par le jeu de batterie, ou par les nappes de claviers typique de l'époque et rarement utilisées avec tant de grâce. Un album unique, très certainement, et qui bénéficie aujourd'hui d'une sortie cd de très bonne facture et sous sa bannière seul: indispensable à tout féru de cette époque plutôt...créative!


Fourth
Fourth

9 internautes sur 9 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 soft jazz-rock..., 19 avril 2007
Ce commentaire fait référence à cette édition : Fourth (CD)
"Fourth" marque une nouvelle étape dans la carrière de Soft Machine. Le groupe composé de Hugh Hopper, Robert Wyatt, Elton Dean et Mike Ratledge s'est entouré d'invités prestigieux tels que Nick Evans ou Jimmy Hastings (Caravan). Une nouvelle étape pour parvenir aux sonorités qui marquent les albums de "Fourth" à "Seven": du pur Jazz-rock instrumental crée à partir de boucles et lignes d'instruments très claires. Très professionels, une maîtrise technique implacable, mais la fin de l'exentricité qui faisait de Soft Machine un groupe à part dans le monde de Canterbury. Robert Wyatt ne compose aucun titre (il quittera le groupe pour former la Matching Mole peu de temps après), c'est Hugh Hopper qui prend le leadership au niveau de l'écriture des morceaux.

Un très bon album, d'excellents musiciens, mais un manque de chaleur et de folie en comparaison avec les volumes 1,2,3.

Notons que cette réédition possède un son parfait et un livret assez intéressant: de quoi ravir les audiophiles!


La Geôle
La Geôle
par Hubert Selby Jr.
Edition : Poche
Prix : EUR 7,10

4 internautes sur 4 ont trouvé ce commentaire utile 
3.0 étoiles sur 5 Mieux vaut prévenir...., 6 avril 2007
Ce commentaire fait référence à cette édition : La Geôle (Poche)
Hubert Selby Jr. a écrit quelques chef d'oeuvres parmis lesquels le "Last Exit to Brooklynn" ou "Le Demon". Dans la geôle, l'auteur américain nous livre les rêves et visions glauques d'un détenu au bord de la démence. Hubert Selby profite de ce personnage pour frapper une nouvelle fois très fort et sans gants sur l'image de l'Amérique. Les institutions, surtout la justice et la chaîne de ses représentants, sont attaqués avec une violence inouïe. Mais voilà, Hubert Selby va très loin: masochisme, perversité, viol (le tout assez gratuitement); certainement trop loin pour ce coup-ci. Lorsque l'on écrit dans le but ultime de choquer ses lecteurs, l'écriture peut bien vite se transformer en vomissures. Cependant Selby parvient à écrire une histoire prenante dans laquelle le réel et la pensée s'emmêlent, si bien que l'on attend le dénouement avec impatience malgré quelques pages bien trop nauséeuses oublièes par les yeux.

Ame sensible s'abstenir, et un livre à ne pas laisser à la portée des enfants!


In The Wake Of Poseidon
In The Wake Of Poseidon
Proposé par Expédition Express
Prix : EUR 17,79

10 internautes sur 12 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 King Crimson .... Suite, 14 mars 2007
Ce commentaire fait référence à cette édition : In The Wake Of Poseidon (CD)
Vous avez aimé "In the Court of Crimson King"? Vous ne pouvez pas passer à côté de ce deuxième opus. King Crimson au bord de l'explosion explore à nouveau les mélodies présentes dans le premier album : vous le comprendrez aisément à l'écoute du titre éponyme "In the Wake of Poseidon". Pourtant cet album n'est pas seulement un dérivé de sons déjà présents. On y retrouve un rock'n'roll déjanté chanté par Greg Lake : "Cat Food" et une des plus belle (la plus belle?) ballade du groupe: "Cadence and Cascade" sur laquelle officie Gordon Haskell au chant. "Pictures of a City" et "The Devils Triangle" même s'ils rapellent quelque peu certains morceaux du premier album développe des mélodies propres. Les thèmes "Peace" gentiment pop, doucement sussurés donnent une cohésion incroyable à l'Oeuvre.

Ce remaster nous offre un son exellent, un booklet complet et surtout ajoute à l'album original le 45 tours sorti à l'époque. La version de "Cat Food" n'apporte pas grand chose mais le "Groon" nous démontre s'il est besoin tout le talent de Robert Fripp à la guitare.

"In the Wake of Poseidon" est un album presque aussi indispensable que le "In the Court of Poseidon" sorti l'année précédente.
Remarque sur ce commentaire Remarques sur ce commentaire (2) | Permalien | Remarque la plus récente : Aug 10, 2010 7:16 PM MEST


Page : 1 | 2 | 3 | 4 | 5