Profil de Lespape > Commentaires

Fiche d'identité

Contenu rédigé par Lespape
Classement des meilleurs critiques: 196
Votes utiles : 1871

Chez vous : découvrez nos services personnalisés en pages d'aide !

Commentaires écrits par
Lespape "Mornes Bulles" (Habite gîte infâme quai Branly)
(TOP 500 COMMENTATEURS)   

Afficher :  
Page : 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11-20
pixel
Bateau 'Assassin's Creed IV : Black Flag' - Jackdaw
Bateau 'Assassin's Creed IV : Black Flag' - Jackdaw
Prix : EUR 7,46

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
5.0 étoiles sur 5 Un suberbe navire pirate pour 5 euros !, 14 octobre 2014
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Bateau 'Assassin's Creed IV : Black Flag' - Jackdaw (Accessoire)
Un peu refroidi par certains commentaires (hyper fragile, etc.), je me suis lancé car :
1- mon fils adore les pirates
2- j'adore les pirates
3- j'adore mon fils
4- à 5 euros on va pas chipoter

Bien m'en prit, ce navire tiré du jeu AC IV Black Flag est magnifique. Le montage est délicat et méticuleux. Je précise bien : DELICAT. En gros, à l'instar des maquettes d'avions de chasse qu'on pouvait trouver dans les 80's, il faut s'attendre à de la casse si on fait le bourrin.

Conseil : ne pas laisser un enfant le faire seul, sinon carnage assuré. J'ai quand même demandé à mon fils (3 ans et demi) de détacher les pièces de leur support, il y eut quelques dégâts mais rien de définitif avec un point de colle.

A deux adultes et un enfant, on a quand même mis 3 heures. A noter : tout est en carton, mais la maquette est très bien conçue, et le montage simple à partir du moment où on fait preuve d'un peu de rigueur et de patience.

Une fois monté, le bazar est très beau et orne désormais la chambre de mon fils, qui en est super fier.


Dry
Dry
Prix : EUR 14,82

2 internautes sur 3 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Sec comme un coup de trique !, 24 juillet 2014
Ce commentaire fait référence à cette édition : Dry (CD)
Album incontournable, j'avais à peine 14 ans à sa sortie, et j'ai bien senti à l'époque que ça rockait grave.

PJ Harvey, qui n'a que peu démenti son savoir-faire par la suite, n'a jamais été plus proche d'une forme de quintessence indie rock : sobriété et efficacité des mélodies, riffs cinglants, urgence à conclure (titres de 2-3 minutes).

La couv', le nom de l'album : "Dry", sec, et on ne veut pas en savoir plus : sexy en diable, violemment féminin.

Polly Jean est une vraie rockeuse, habitée, son premier album est simplement le "Surfer Rosa" des Pixies ou le "17 seconds" des Cure, il est indépassable malgré ses défauts de jeunesse (production limite, technicité à parfaire). Le redoutable tempo de "Dress" me poursuit depuis sa première écoute. C'était il y plus de 20 ans déjà.

Mon carré d'as : "Dress", "Sheela-Na-Gig", "O Stella" et "Joe".
Remarque sur ce commentaire Remarques sur ce commentaire (2) | Permalien | Remarque la plus récente : Sep 23, 2014 10:59 AM MEST


La Bande a Renaud
La Bande a Renaud
Prix : EUR 15,99

20 internautes sur 24 ont trouvé ce commentaire utile 
1.0 étoiles sur 5 Toi, t'es pas d'ma bande !, 16 juillet 2014
Ce commentaire fait référence à cette édition : La Bande a Renaud (CD)
Initiative aussi incongrue que "Pagny chante Brel", "la bande à Renaud" démontre assez froidement que la crise financière touche aussi les "grands" noms de la chanson française. Car qui mieux que Coeur de Pirate pouvait reprendre "Mistral Gagnant", et transformer une chanson entrée dans le patrimoine sentimental collectif en dégoulinante et sirupeuse mascarade ? Ils sont tous là, les chanteurs à un poumon, Bénabarbe en tête, Carla Bruni (c'te blague), Jean-Louis Abert et son sosie prépubère Raphaël.

Je suis dur, certes, mais Renaud est fort parce qu'il est inscrit dans une époque, il parle au coeur des gamins (et des moins jeunes) de cette époque, où le fond emportait la forme. Comme disait Renaud lui-même : "Toi, t'es pas d'ma bande, casse-toi tu pues, et marche à l'ombre!" (tiens, elle y est pas, celle-là, éclair de lucidité ?).

Ayant écouté jusqu'au bout cette galette, il n'y a guère que HFT qui sauve in extremis cette daube de l'outrage. Tiens, je m'en vais réécouter l'album "Morgane de toi", ça va me calmer...
Remarque sur ce commentaire Remarques sur ce commentaire (7) | Permalien | Remarque la plus récente : Aug 24, 2014 10:22 AM MEST


AM
AM
Prix : EUR 19,00

2 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 On ondule plus qu'on pogote, mais le rock bien gras est toujours là !, 9 juillet 2014
Ce commentaire fait référence à cette édition : AM (CD)
Avec une moyenne de 30 ans au compteur et 10 ans de carrière, 5 albums exploitant 5 univers différents, un groupe bien singulier renouant avec le rock anglais bien sale qui dépote. La prise de risque est grande avec cet album totalement maîtrisé, mais dans un registre plus soul, plus sage mais diablement efficace. On ondule plus qu'on pogote, en somme, mais ça reste bien gras.

Certes, on pourra regretter un batteur sous exploité par rapport à ce que les Arctic Monkeys ont pu nous servir (plus punk, plus épileptique dans les albums précédents). Mais tout de même une magnifique "Arabella" sous forme d'hommage à peine masqué au fameux "War Pigs" de Black sabbath, avec un bon riff bien gras, bien glam. Sans compter que la moitié de la galette est un concentré de tubes en puissance.

Commentaire à chaud renforcé par leur prestation d'hier aux Arènes de Nîmes : show d'enfer, Alex Turner est indiscutablement une rock star : avec ses cheveux gominés et malgré sa musculature de crevette, il parvient sans forcer à être violemment sexy dans son attitude. A 28 piges et après (déjà) 10 ans de carrière, avoir une telle maturité scénique, c'est quand même la classe !

Mon carré d'as : "Arabella", "RU Mine ?", "Why'd You Only Call Me When You're High ?", "Do I Wanna Know ?"


You Are Free
You Are Free
Prix : EUR 12,96

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
5.0 étoiles sur 5 Quand simplicité s'accorde avec exquise beauté, 1 juillet 2014
Ce commentaire fait référence à cette édition : You Are Free (Album vinyle)
2003. Cat Power donne encore la preuve qu'on peut créer de la beauté pure sans en faire des caisses. La belle Chan Marshall fait montre d'un minimalisme gracieux, par une touchante simplicité des accords (piano et guitare) et de la voix, sans force ni effets mielleux ou vibratos obsènes.

A la batterie Dave Grohl, en toute simplicité, prète son toucher magistral à quelques titres, et s'offre une pause salutaire loin des Foo Fighters.

Au chant, un invité discret : Eddie Vedder, le chanteur de Pearl Jam, qui nous gratifie pour l'occasion d'une touchante prestation sur "Good Woman".

Une oeuvre pudique, sereine, entêtante, à écouter loin du tumulte de la vie urbaine. Pour aller plus loin encore dans le cliché : "à écouter sur une île déserte".

Mon carré d'as : "Free", "I don't Blame", "Good Woman" et "He War".


The Last Splash
The Last Splash
Prix : EUR 13,09

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
5.0 étoiles sur 5 Un boulet de canon, du Girl PoWaaa, et une grande artiste, 30 juin 2014
Ce commentaire fait référence à cette édition : The Last Splash (CD)
1993. Les cendres des Pixies étaient encore chaudes. Les dernières dissensions entre le Big Black et l'alerte Kim avaient entraîné la mort prématurée du meilleur groupe du monde. Déjà, Kim avait déclenché les hostilités en montant les Breeders avec sa soeur. L'album "Pod" était sorti : mouaif... Le genre d'album dont on dit qu'il est "sympathique", "frais". Un album dispensable donc. Et quoi, après les Pixies, c'est tout ce qu'elle avait à donner : un premier album en demi-teinte et des larmes de désespoir.

Mais mon message a été entendu. "Cannonball" :comme son nom l'indique, un boulet de canon, un morceau parfait, avec une ligne de basse inoubliable, un hymne rock...

C'est tout fébrile que j'arrachais avidement le blister de "Last Splash", ça sentait bon mais je ne pouvais retenir une appréhension. Et si c'était l'album d'un tube ? Non, il s'agissait d'un album insispensable, du début à la fin. En plus, les poulettes se payent le luxe de pondre "No Aloha", incroyable indie rock hawaien ! Pour moi, le meilleur titre des Breeders.

Merci Kim, grâce à cet album, j'ai séché mes larmes post-pixisiennes et j'ai repris espoir.

Mon carré d'as : "No Aloha", "Cannonball", "I Just Wanna Get Along", "Divine Hammer".


GIRL
GIRL
Prix : EUR 15,99

2 internautes sur 3 ont trouvé ce commentaire utile 
2.0 étoiles sur 5 Talent gâché, à la conquête d'un public conformiste, 6 juin 2014
Ce commentaire fait référence à cette édition : GIRL (CD)
Comment un aussi talentueux chanteur, dont l'intelligence remarquable lui a permis jusqu'alors de briller, en tant que leader de groupes énormes ou en tant que guest incontournable, a pu se compromettre dans une telle compote variétoche ?

Il paraîtrait même qu'une écoute prolongée de "Happy" pourrait rendre une hyène dépressive et végétalienne. C'est "the" chanson à écouter dans le monde entier pour se faire des bisous. Ils sont loin les "Neptunes" et autres "N.E.R.D." Tiens, je retourne me regarder la version non censurée du clip de "Lapdance" : et ben voilà, là il était happy le Pharell !


Indie Cindy
Indie Cindy
Prix : EUR 14,99

4 internautes sur 4 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Retour inespéré pour une magnifique ballade indie-pop, 15 mai 2014
Ce commentaire fait référence à cette édition : Indie Cindy (CD)
Plus de 20 ans après "Trompe le Monde", il serait absurde d'espérer les Pixies (aka "plus grand groupe du monde à mes yeux") nous servent la même tambouille géniale qui a fait leur succès.

Déjà, entretemps, la moitié des groupes actuels ont pillé leur héritage.

Ensuite, Kim Deal s'est (enfin) barrée. Le gamin amoureux transi de la fort mignonne Kim (sur le livret de Bossanova notamment) doit savoir tourner la page. Et puis, de toute manière, Kim était quand même au moins aussi bouffie d'orgueil que le grand Black, mais sans son génie. Ce couple improbable ne pouvait plus fonctionner. Désormais, en tournée, la basse est confiée à Paz Lenchantin, superbe bassiste de A Perfect Circle. Sur l’album c’est Simon Arche, qui nous sert une belle basse bien ronde et charnue. A la prod, c’est Gil Norton. Les dessins, c’est Vaughan Oliver.

Malgré le temps et l’absence de Deal, tous les anciens sont là, et les ayant vus à Toulouse en novembre dernier, je peux vous assurer qu’aussi vieillissants qu’ils soient, les Pixies n’ont rien perdu de leur énergie, de leur connivence, de leur flamme.

Mais concentrons-nous sur "Indie Cindy". Pour qui a connu les Pixies à leurs débuts, aucune surprise du côté de la démarche : tous les albums des lutins de Boston ont commencé par sortir en EP. Là où ma surprise a été grande, c'est que même si les 3 EP sortis annonciateurs de cet album n'incitaient pas à crier au génie, leur rencontre est assurément magique et d’une remarquable cohérence.

13 titres, plus longs que par le passé. Les réflexes sont là, les riffs bizarres de Joey Santiago aussi, David Lovering est aussi métronomique qu’on pouvait l’espérer. Black Francis plane derrière chaque morceau, chaque ambiance, chaque univers, chaque note.

Ce 5ème album serait finalement une synthèse efficace des ballades de "Doolittle" et des étranges incursions spatio-christiques de "Trompe le Monde".

Si certaines ballades apparaissent plus conventionnelles que par le passé (Frank Black est passé par là), elles ne décollent plus du cerveau après quelques écoutes. Sur d’autres la puissance rageuse est bien présente.

En fait, s’il fallait le classer parmi les albums des Pixies, "Indie Cindy" serait loin d’être le meilleur : moins génial que Doolittle, moins barré que "Trompe le Monde", moins rageux que "Surfer Rosa", moins aérien que "Bossanova". Mais au fond, sans trop forcer, les Pixies, 23 ans après, se payent le luxe d’être dans le peloton de tête de l’indé actuel, les autres places étant essentiellement occupées par des disciples consentants de Monsieur Black Francis. Respect pour ce génie insuffisamment connu à mon gout.

Mon carré d’as : "What goes Boom", "Indie Cindy", “Blue Eyed Hexe” et “Bag Boy”.


Lotus Just 1 - Papier Hygiénique Aquatube x 6 Rouleaux - Lot de 2
Lotus Just 1 - Papier Hygiénique Aquatube x 6 Rouleaux - Lot de 2

2 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Un accessoire indispensable. Just one..., 16 avril 2014
C'est pas moi qui le dit. "Lotus Just One, le must du papier toilette ! Just 1 est si épais, si résistant et si absorbant qu'une feuille peut suffire". On avait connu le triple épaisseur, désormais c'est 5 ! Alors, je vous prie de m'excuser, mais avec un aussi joli piqué dans la feuille, et une épaisseur proche de la peau de requin, c'est vraiment un plaisir de l'utiliser après s'être goinfré des singles de Christophe Martichon au rayon Hygiène de votre hyper préféré. Seul bémol : on dirait de l'art et on a pas vraiment envie de le voir finir sa course dans la fosse septique, plutôt en faire du papier peint.

L'écoute imposée d'un certain nombre de daubes musicales étant devenue la norme, autant soigner ses muqueuses avec du bon matos.

Ajoutons que c'est fabriqué en France, et élu produit de l'année par l'AVSOPSII (Amicale des Victimes de la Standardisation des Oreilles et de la Promotion du Sentiment d'Insécurité Intellectuelle).


4 mots sur un piano
4 mots sur un piano
Prix : EUR 1,29

1 internaute sur 4 a trouvé ce commentaire utile :
1.0 étoiles sur 5 Fiori, il a pleuré, 16 avril 2014
Ce commentaire fait référence à cette édition : 4 mots sur un piano (Téléchargement MP3)
Assez justement classé dans la catégorie "rap et hip-hop" en ces lieux, "4 mots sur un piano" a été commis par JJ Goldman. Une fois n'est pas coutume, le crémeux JJ a repris la même recette que pour à peu près l'ensemble de sa carrière d'auteur : un mec largué, transi d'amour, un peu de triolisme, 4 accords de piano, et bim ! Des millions de titres vendus sur l'autel du premier émoi. Chanté par Fiori, ça devient du caviar.

On apprend ainsi que Patou sait compter jusqu'à 4, qu'il rêve d'enfer, qu'il nous promet 4 millions de silences (mais qu'il l'ouvre encore), qu'il a pas de figure avec sa nana qui s'est quand même barrée pour quelqu'un d'autre. Alors, après c'est un peu brouillon mais ça alimente le mystère : il nous dit vouloir "boire à son eau". Là, perso, ça dépasse mon imagination, ou alors c'est carrément du "adults only". Et pourtant, je sais compter jusqu'à 4.


Page : 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11-20