undrgrnd Cliquez ici Avant toi nav-sa-clothing-shoes nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici nav_WSHT16 Cliquez ici Acheter Fire Cliquez ici cliquez_ici Jeux Vidéo soldes montres soldes bijoux
Profil de totor > Commentaires

Fiche d'identité

Contenu rédigé par totor
Classement des meilleurs critiques: 373.046
Votes utiles : 17

Chez vous : découvrez nos services personnalisés en pages d'aide !

Commentaires écrits par
totor "totor" (france)

Afficher :  
Page : 1
pixel
Le dossier Freud : Enquête sur l'histoire de la psychanalyse
Le dossier Freud : Enquête sur l'histoire de la psychanalyse
par Mikkel Borch-Jacobsen
Edition : Broché

5 internautes sur 7 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Un livre salutaire, 4 janvier 2015
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Le dossier Freud : Enquête sur l'histoire de la psychanalyse (Broché)
Ce livre constitue un réquisitoire fortement documenté contre le freudisme en argumentant essentiellement à partir d'éléments historiques accablants. Il s'agit d'une étude historique et non d'une analyse scientifique de l'(in)efficacité de la méthode Freudienne, quoique les deux soient liées puisque l'ouvrage se penche notamment sur les patients de Freud et leur prétendue guérison. Il ne s'agit pas d'un pamphlet (style Onfray). Le livre se lit aisément, sans nécessiter de connaissance approfondie de la psychanalyse (c'est mon cas).

Il comporte une introduction, 4 grands chapitres et une courte conclusion, l'ensemble s'appuyant sur de très nombreuses citations d'une grande variétés d'auteurs et de sources de toutes sortes. La question des sources elle-même est d'ailleurs l'objet du dernier chapitre.

L'introduction s'interroge sur l'histoire du Freudisme telle qu'écrite par Freud lui-même et ses disciples jusqu'à aujourd'hui (par ex E. Roudinesco, qui a été interrogée pour le livre et est citée de nombreuses fois). Il rappelle que dès l'origine, les théories Freudiennes ont suscité un grand nombre de commentaires négatifs et de doutes de la part des plus grands spécialistes de l'époque, alors qu'en parallèle les Freudiens s'auto-proclamaient successeurs légitimes de Copernic et de Darwin, sans apporter la moindre preuve répondant aux critères scientifiques. La question de l'ouvrage est donc: au fond, qu'est-ce qui a permis à Freud et consorts de se placer dans la lignée de ces grands scientifiques?

Les 4 chapitres suivants démolissent le mythe de façon systématique et laissent un goût amer au lecteur qui s'est, comme des millions d'autres, laissé duper par le Freudisme, qu'il soit simplement culturel (le symbole Freud, le matérialisme bien pensant de l'intelligentsia finissante des années 60-70, etc) ou thérapeutique (ce n'est pas mon cas).

Dans "Une science privée", le premier chapitre s'attaque au problème de l'origine de la psychanalyse, c'est-à-dire la fameuse auto-analyse de Freud et replace les débuts du Freudisme dans le contexte de l'époque. Elle démonte en particulier la légende d'un Freud qui "découvre l'inconscient" et développe une théorie seul dans son coin. La réalité est plus prosaïque: Freud puise dans les travaux d'autres médecins puis "oublie" de les citer lorsqu'il écrit a postériori l'histoire de ses "découvertes". Son auto-analyse n'a duré que quelques semaines, et l'analyse de ses correspondances montre qu'il n'y a accordé aucune importance a posteriori, sauf pour se justifier publiquement.

Le deuxième chapitre, "L'interpréfaction des rêves", aborde le problème de la suggestion et la façon dont Freud a répondu à cette objection fondamentale au coeur de toute la recherche sur l'inconscient de son époque. Les auteurs appellent "interpréfaction" la "transmutation d'interprétations et de constructions en faits positifs si caractéristique de la psychanalyse". Les exemples sont édifiants, en particulier les cas de "souvenirs" de patients de Freud en réalité extorqués à coup d'interrogatoires et d'admonestations autoritaires. En gros, Freud a une idée géniale et l'enfonce dans la tête du patient malgré ses dénégations, puis se vante dans ses différents écrits publics de découvertes essentielles démontrées car ayant émergées de l'inconscient du patient lui-même, tout en expliquant dans ses correspondances privées à quel point les patients sont rétifs à ses explications. Le chapitre évoque également une caractéristique du milieu Freudien qui transpire également de tout l'ouvrage, la psychiatrisation des adversaires, en particulier de ceux qui auront le malheur de changer d'avis après avoir suivi le maître. "Les confrères n'étaient pas d'accord avec ses théories? Eh bien, c'est parce qu'ils refoulaient la sexualité (Breuer et la psychiatrie allemande dans son ensemble), parce qu'ils étaient pervers (Stekel), névrosés (Rank), paranoïaque (Fliess, Adler, Ferenzi), au bord de l'effondrement psychotique (Jung) ou dans un grave "état psychiatrique" (Rank).

Le troisième chapitre s'attaque aux "Histoires de malades" en retraçant la "réécriture systématique de l'histoire, narrativisation d'interprétations arbitraires, et transformation subreptice d'hypothèses en faits". Les cas de Dora, l'homme aux loups, l'homme aux rats, etc sont passés en revue et en particulier en comparant la façon dont Freud rapporte ces cas de façon publique (dans ses ouvrages) et privée (dans ses correspondances et ses notes, enfin... celles qui ont échappée à la destruction ... par Freud lui-même). Le cas de "l'homme au loups" est éloquent: prétendument guéri par Freud, mais retrouvé des années plus tard, il raconte que la psychanalyse de Freud n'a jamais rien résolu de ses problèmes, sauf peut-être ses problèmes financiers puisqu'on apprend que son silence fut purement et simplement acheté par les "Sigmund Freud Archives"...

Le chapitre 4, le plus choquant de tous, traite de la "Police du passé", c'est-à-dire de l'entreprise de verrouillage systématique des archives concernant Freud et de falsification des éléments publiés, organisée notamment par Anna Freud. C'est le passage le plus violent car il démontre la parfaite mauvaise fois du "noyau" Freudien. L'édifice "thérapeutique" et culturel du Freudisme a tenu si longtemps grâce à la réécriture de l'histoire, la falsification des correspondances publiées, et le verrouillage des archives. En somme, un colosse intellectuel au pied d'argile, car les archives finissent par devenir publiques et les historiens font leur travail... La psychanalyse freudienne fut un château de cartes dont les architectes étaient d'une bien grande mauvaise foi.

Que reste-t-il de la légende Freudienne après ça?

Je m'intéresse à ces questions d'un point de vue purement culturel et je dois avouer avoir une pensée émue pour mon vieux prof de philo des années 80 qui nous parlait de Freud avec tant de sympathie... J'avais lu avec intérêt les 5 leçons sur la psychanalyse qui était obligatoire pour le bac, et quelques autres ouvrages du grand maître ! Quelle blague...

Peu importe au fond ce qu'on pense de la psychanalyse Freudienne au plan théorique, force est de constater qu'elle repose historiquement sur une montagne de mensonges et de manipulations. Bref, une imposture. Comment alors lui faire confiance dans une démarche intérieure ou comme élément fondateur d'une conception du monde ?

Un livre salutaire.


devolo 1647 - Pack de 3 adaptateurs CPL (dLAN 500 AVplus Network Kit) : 1 port Gigabit Ethernet / prise gigogne intégrée
devolo 1647 - Pack de 3 adaptateurs CPL (dLAN 500 AVplus Network Kit) : 1 port Gigabit Ethernet / prise gigogne intégrée

3.0 étoiles sur 5 Moyen, 21 décembre 2013
Le produit est dans l'ensemble satisfaisant au niveau débit. Je l'utilise sur la télé pour se connecter au nas et voir les vidéos. Par contre, l'un des adaptateurs a laché au bouts de quelques mois. Mort, purement et simplement. Pas terrible.


Oregon RM 303 P Radio réveil avec projecteur d'horaire
Oregon RM 303 P Radio réveil avec projecteur d'horaire

3 internautes sur 3 ont trouvé ce commentaire utile 
1.0 étoiles sur 5 Ceci n'est pas un radio réveil, 28 septembre 2012
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Oregon RM 303 P Radio réveil avec projecteur d'horaire (Cuisine)
Ce produit n'est pas un radio reveil mais un réveil dont l'heure se met à jour par ondes radio. C'est extrêmement trompeur. Vous croyez vous réveiller avec la radio et vous avez un affreux bip strident. De même, toutes les commandes sont accompagnées du même bip horrible. Vous voulez changer l'heure du réveil avec quelqu'un qui dort à côté, réveil garanti. L'affichage au plafond fonctionne bien, c'est encore heureux.
Résumé: annonce trompeuse et produit moyen.
Remarque sur ce commentaire Remarque sur ce commentaire (1) | Permalien | Remarque la plus récente : Jan 16, 2013 3:29 AM CET


Hackers
Hackers
par Steven Levy
Edition : Broché

9 internautes sur 9 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Un classique de l'histoire de l'informatique, 13 décembre 2004
Ce commentaire fait référence à cette édition : Hackers (Broché)
C'est un grand classique de l'histoire de l'informatique. Le livre commence dans les années 50 et s'arrête en 1984. Il se divise en 3 époques: les pionniers (au MIT) qui ont inventé l'esprit hacker, les hardware hackers, c'est-à-dire ceux qui ont inventé la micro-informatique, et les hackers de jeu vidéo.
Ceux qui ont connu cette époque liront le livre avec nostalgie et fierté. Les autres découvriront cette épopée avec bonheur. Curieusement, l'histoire se termine avec Richard Stallman, le père de l'open source.
L'auteur a adopté un style journalistique très agréable à lire, centré sur les personnes et leur aventure. Il regorge d'annecdotes amusantes et enrichissantes.
Si vous souhaitez vraiment comprendre l'informatique, il faut le lire. Si vous la comprenez déjà, vous prendrez votre pied en découvrant les détails de son histoire. Si vous vous en foutez, allez lire le dernier Rika Zarai.


Page : 1