Profil de Pam Lapouf > Commentaires

Fiche d'identité

Contenu rédigé par Pam Lapouf
Classement des meilleurs critiques: 3.432
Votes utiles : 391

Chez vous : découvrez nos services personnalisés en pages d'aide !

Commentaires écrits par
Pam Lapouf

Afficher :  
Page : 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6
pixel
L'Enfant brûlé
L'Enfant brûlé
par Stig Dagerman
Edition : Poche
Prix : EUR 10,50

10 internautes sur 13 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Bouche bée, 1 mars 2010
Ce commentaire fait référence à cette édition : L'Enfant brûlé (Poche)
Que dire d'un tel chef d'oeuvre? Les mots me manquent pour écrire un éloge qui en soit digne. Un très grand livre qui parle directement à notre part d'universel. Une écriture sans concession qui reste admirable même après traduction. J'en reste bouche bée.


Toute passion abolie (cc)
Toute passion abolie (cc)
par Vita Sackville-West
Edition : Poche
Prix : EUR 6,10

11 internautes sur 12 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Toute passion abolie..., 8 janvier 2010
Ce commentaire fait référence à cette édition : Toute passion abolie (cc) (Poche)
Devenue veuve à 88 ans, Lady Slane décide de se réapproprier sa vie et de se retirer d'un monde peuplé « d'esprits aussi équilibrés que les comptes d'une entreprise. », dans lequel « la fortune et un titre étaient les seuls critères de réussite. »

Les première et troisième parties du livre sont assez narratives, agréables à lire malgré quelques maladresses. Mais la partie centrale du livre justifie à elle seule cinq étoiles pour le livre entier.

Dans sa retraite, Lady Slane revisite sa vie, réanime ses rêves de jeune fille et analyse l'impact qu'a eu sa condition de femme. Sans être pesantes ou démagogiques, ses réflexions mettent en lumière les dilemmes qu'affrontent encore toutes les femmes dont les besoins primaires sont satisfaits : « elle n'était pas féministe, étant trop raisonnable pour se permettre le luxe d'un impossible matyre. » « Et si les femmes trop avides de révolte et de nouveauté privaient le monde du peu de poésie et de charme qui lui restait ? » « Mais en même temps, quelque chose l'offensait : l'insupportable masculinité triomphante, l'abjecte soumission féminine. » Pas étonnant que ce livre ait plu à Virginia Woolf. De plus, ces réflexions ont pour cadre un monde qui est lui aussi toujours d'actualité.

Ce livre devrait être une lecture obligatoire pour toutes les jeunes filles qui s'apprêtent à faire leur entrée au bal des débutantes. Mais il provoquera aussi bien des émotions à celles pour qui leur entrée dans le monde, quel qu'il soit, n'est plus qu'un vague souvenir. Quand aux hommes, il leur ouvrira une porte sur le mystère féminin. Vraiment un livre à lire, qui que vous soyez.


La Perte en héritage
La Perte en héritage
par Kiran Desai
Edition : Poche
Prix : EUR 7,60

6 internautes sur 6 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Une sensibilité à découvrir, 29 décembre 2009
Ce commentaire fait référence à cette édition : La Perte en héritage (Poche)
Se rencontrent pour moi dans ce livre le meilleur des littératures indienne et occidentale. Au risque de faire dans le cliché, les indiens me paraissent toujours être de fabuleux conteurs avec des livres souvent palpitants par les péripéties et l'humour dont ils regorgent (par exemple Le grand roman indien de Tharoor Shashi, Shalimar le clown de Salman Rushdie). Le lecteur reste souvent un peu spectateur extérieur.

L'action ne constitue pas le principal ressort de La perte en héritage et laisse plus de place que d'autres livres à l'intériorité des personnages. Le lecteur devine que les évènements auxquels il assiste sont énormes pour les protagonistes (un premier amour, une pseudo-révolution qui sème le chaos dans la région) mais jamais ça ne verse dans la dramatisation : ça arrive, c'est déjà arrivé à d'autres et ça arrivera encore à d'autres. Ce n'est pas dit explicitement mais l'écriture l'induit. On est à la fois très proche et spectateur des personnages et j'ai trouvé cette gestion de la distance particulièrement réussie.

En résumé, un prix des lecteurs largement mérité pour un livre d'une très grande sensibilité. Les amateurs de littérature indienne vont adorer ce livre et, pour ceux qui ne le sont pas encore, c'est un bon début.


Fugitives
Fugitives
par Munro Alice
Edition : Poche
Prix : EUR 7,60

32 internautes sur 33 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 La vie!, 5 octobre 2009
Ce commentaire fait référence à cette édition : Fugitives (Poche)
Fugitives, ce sont 8 nouvelles qui ont toutes des femmes pour héroïnes. Avec leurs aspirations et leurs incohérences, leur façade lisse et leur vie intérieure bouillonnante ou chaotique, ces femmes ressemblent finalement étrangement à mes amies. Leurs vies sont presque banales.
Ne pas s'y tromper pourtant, ce livre est bel et bien romanesque mais il n'a besoin pour cela ni de situations ou ni de personnages extravagants. C'est le talent d'Alice Munro à épingler ce que toute vie compte de romanesque qui nous embarque à sa suite. C'est à la fois triste et joyeux, banal et captivant, poignant et quotidien, c'est réellement la vie qui s'est écrite ici.


Lambeaux
Lambeaux
par Charles Juliet
Edition : Poche
Prix : EUR 6,80

3 internautes sur 3 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Charles Juliet écrivain, 14 septembre 2009
Ce commentaire fait référence à cette édition : Lambeaux (Poche)
Déjà de très bons commentaires sur ce livre admirable.
Il me semble pourtant qu'un des aspects importants reste sous silence : les pages extraordinaires que Charles Juliet consacre à la fin du livre à son expérience d'écrivain. Ces pages iront droit au coeur de tous ceux qui aiment écrire.


Cléopâtre
Cléopâtre
par Joël Schmidt
Edition : Broché
Prix : EUR 8,40

5 internautes sur 6 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Captivant, 3 septembre 2009
Ce commentaire fait référence à cette édition : Cléopâtre (Broché)
Pour pouvoir donner un avis sur la valeur scientifique de cette biographie, il faudrait connaître l'histoire bien mieux que je ne la connais.
Mais c'est assurément un plaisir de lecture. La culture populaire s'est tellement approprié le personnage de Cléopâtre qu'on aurait l'impression de la connaître. J'ai pourtant été captivée par ce livre. Les personnages et péripéties sont dignes d'une bonne fiction (ce n'est pas un hasard si Cléopâtre a tellement inspiré l'industrie du cinéma) et l'écriture devient agréable et limpide dès qu'on a passé les 50 premières pages.
Ce livre est un bon point de départ pour qui s'intéresse à cette période de l'histoire car sa lecture ne requiert pas de connaissance historique préalable.
En bonus, une bibliographie étendue et bien structurée permet de trouver facilement des références pour approfondir certains points.


Le châle
Le châle
par Cynthia Ozick
Edition : Broché
Prix : EUR 4,60

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
5.0 étoiles sur 5 Attention talent !, 25 août 2009
Ce commentaire fait référence à cette édition : Le châle (Broché)
Cynthia Ozick ne jouit pas en France de la réputation qu'aurait méritée ce livre à lui seul. Et c'est sans compter le reste de son oeuvre.
Ne (re)lisez pas le quatrième de couverture de l'édition de poche si vous ne l'avez pas encore (l'avez déjà) lu, c'est une trahison et ça ne rend pas justice à l'extraordinaire beauté de ce récit. C'est comme écrire derrière Du côté de chez Swann que « Monsieur Swann vit une vie oisive et bourgeoise jusqu'à ce qu'il rencontre Odette, une femme de moeurs légères. Il en tombe amoureux, se livre aux affres de la jalousie et ruine sa réputation pour satisfaire les caprices de cette femme. » Accessoirement, ce n'est pas tout à fait exact. Mais surtout, ça passe l'essentiel sous silence.
Alors, vous avez peut-être du mal à vous décider à lire un Xème livre sur la shoah mais vous rateriez un grand moment littéraire si vous vous arrêtiez à cela.
Juste un dernier mot, c'est tout à fait accessible dans la version anglaise.


Manuscrit trouvé à Saragosse : (Version de 1804)
Manuscrit trouvé à Saragosse : (Version de 1804)
par Jan Potocki
Edition : Poche
Prix : EUR 12,50

13 internautes sur 15 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Plus qu'il ne paraît, 10 juillet 2009
Ce commentaire fait référence à cette édition : Manuscrit trouvé à Saragosse : (Version de 1804) (Poche)
La version 1804 parue chez GF commence par 45 pages d'introduction qui éclairent sur la vie de Potocki et l'histoire de l'écriture du Manuscrit. Pas indispensable pour comprendre le roman mais intéressant en soi.
Un petit extrait au début de cette introduction donne une bonne idée de ce que trouvera le lecteur: "Roman-somme, à l'évidence, mais non pas seulement parce qu'il invite à parcourir l'univers intellectuel particulièrement riche d'un individu d'exception et qu'il apporte aussi, beaucoup plus largement, le bilan le plus complet qui soit, drôle et funèbre tout ensemble, de cette aventure qui porte le nom de Lumières européennes. Car cette somme rend compte également du processus de création de l'oeuvre, marche errante et sinueuse à la recherche de la forme la plus adéquate, au milieu des innombrables modèles élaborés par les écrivains de tous lieux et de tous temps. Entre l'oeuvre et la vie de son créateur se tissent des liens compliqués où les influences sont réciproques, et les parentés souvent décalées, comme il arrive lorsqu'un roman fini par assumer, sans qu'il ait été conçu pour cela, l'essentiel d'une expérience intérieure portée d'abord par d'autres intérêts et d'autres ambitions."
Inclassable, ce roman l'est effectivement. Car s'il est souvent qualifié de gothique, il est bien plus que ça. S'il faut à tout prix le classer, je le mettrais dans la catégorie des romans au long cours: ces romans que leur auteur ont pris le temps de murir et d'étoffer. Rien de baclé, une construction complexe avec plusieurs niveaux de narration qui s'emboîtent sans perdre le lecteur. Conjugué à la finesse d'esprit de l'auteur, une vraie réjouissance pour le lecteur qui se laisse happer par cette histoire.
Par ces trois aspects: construction complexe, longue maturation, érudition de l'auteur, le Manuscrit m'a finalement paru plus proche de La vie, mode d'emploi de Perec que de bien d'autres romans qualifiés de gothiques. CQFD, continuer à se méfier des étiquettes.
Remarque sur ce commentaire Remarque sur ce commentaire (1) | Permalien | Remarque la plus récente : Nov 17, 2014 6:54 AM CET


Joue-nous "España
Joue-nous "España
par Jocelyne François
Edition : Broché
Prix : EUR 10,85

2 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Roman de mémoire vive, 2 juin 2009
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Joue-nous "España (Broché)
Récit d'une enfance et d'une adolescence Lorraines au temps de la seconde guerre et dans l'après-guerre. Plusieurs thèmes s'y mêlent pour former un « Roman de mémoire ».
Il y a la distance que crée l'éducation entre parents et enfants qui sont la première génération à accéder aux études supérieures. Un thème qu'Annie Ernaux reprendra dans La place quelques années plus tard.
Il y a la naissance d'un amour homosexuel entre des jeunes adolescentes très innocentes. C'est pudique et sincère. Le contraste entre cette histoire des années 50 et cette même découverte de l'amour lesbien chez Nina Bouraoui montrera, s'il en était besoin, que les amours homosexuelles peuvent aussi se parer de l'éventail entier des couleurs de l'arc-en-ciel.
Je retiens enfin l'amour, ou le manque d'amour des parents pour leurs enfants, le malaise perceptible de certains parents par rapport à ces êtres issus de leur propre chair.
Bref, un livre magnifique, juste bien dosé en sensibilité et en intelligence. Car l'excès nuit en tout et l'écueil est ici magnifiquement évité.


L'Âge d'homme / De la littérature considérée comme une tauromachie
L'Âge d'homme / De la littérature considérée comme une tauromachie
par Michel Leiris
Edition : Poche
Prix : EUR 6,20

4 internautes sur 9 ont trouvé ce commentaire utile 
3.0 étoiles sur 5 Rien, rien, rien, vous ne saurez presque rien, 16 avril 2009
Ce commentaire fait référence à cette édition : L'Âge d'homme / De la littérature considérée comme une tauromachie (Poche)
L'auteur commence par nous promettre qu'il se mettra à nu dans ce livre, sans compromis. Le fera-t-il ? Le texte m'a paru très allégorique, Leiris utilise abondamment les mythes pour étayer son propos et, sans être voyeur, les choses restent souvent tellement peu dites qu'on se demande si ça valait la peine de commencer à les dire. Au final, on peut accrocher ou trouver ça un peu factice, maniéré.
Dans la veine grand déballage, Le mausolée des amants de H. Guibert contraste de manière saisissante avec L'âge d'homme. Ceux qu'a séduits L'âge d'homme trouveront peut-être Le mausolée des amants exhibitionniste et vulgaire ?


Page : 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6