undrgrnd Cliquez ici Livres Cahier de vacances nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici Acheter Fire Achetez Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo Cliquez ici
Profil de Vincent > Commentaires

Fiche d'identité

Contenu rédigé par Vincent
Classement des meilleurs critiques: 583
Votes utiles : 1847

Chez vous : découvrez nos services personnalisés en pages d'aide !

Commentaires écrits par
Vincent "The Chameleon" (Haute Savoie)
(TOP 1000 COMMENTATEURS)   

Afficher :  
Page : 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11-20
pixel
Get All You Deserve
Get All You Deserve
DVD ~ Steven Wilson
Prix : EUR 17,00

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
5.0 étoiles sur 5 Le temps c'est arrêté pendant 2 heures (et plus)., 24 mars 2013
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Get All You Deserve (DVD)
Avec un concert aussi audacieux que celui là (à tous niveaux), je crois pouvoir affirmer que Steve Wilson (et les musiciens qui l'accompagne) aura rendu pour l'éternité à la musique son sens premier: L'évasion dans l'abandon.
Surprenant, déroutant, enivrant, vraiment très très gonflé (quelle mise en scène !!!), innovant, maîtrisé, émouvant, jubilatoire,...
Oooh ! et puis au diable les superlatifs ! Parfois, il faut aussi savoir se taire et juste savourer (même égoïstement) une captation telle que celle là. Vraiment unique en son genre.

Les 16 premiers commentaires ont tous accordés ses 5 étoiles au produit. Je serai donc le dix septième d'entre eux. Ce qui, après un seul visionnage, n'est en rien étonnant.

Nota: Pour un plaisir encore accru, je vous invite (comme je l'ai fait) à ne pas regarder, ni la set list, ni le livret de photos du DVD, avant. Les plaisirs que vous procureront ce Live n'en seront que plus grands.

Bonne(s) écoute(s) et bon visionnage à tous.

Nota II: Il me semble soudain utile de vous préciser que ce double album qu'est Grace for Drowning n'est pas l'oeuvre de Steve Wilson que j'ai le plus apprécié. Et pourtant ici... 8 morceaux sur les 12 qu'il contient sont interprétés. A ce niveau, tout juste déplorerai-je les seuls 5 titres du premier essai en solo de Steven. Un mal pour un bien finalement. Parce qu'avec "Insurgentes" et "Salvaging" en prime ici, sûr que je risquais l'attaque cardiaque.

J'aurai eu chaud !

20/20


Slang
Slang
Prix : EUR 7,63

2 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Bon slang mais c'est bien sûr !, 26 février 2013
Ce commentaire fait référence à cette édition : Slang (CD)
Trouverez-vous exagéré de ma part si j'affirme que les anglais de DEF LEPPARD n'écoulent plus aujourd'hui leurs œuvres qu'auprès de leur dernier carré et noyau dur de fans ? Parce qu'en ce qui me concerne, je vous l'avoue, j'ai lâché l'affaire il y a..... Pfffiou !!!! Plus de 15 ans maintenant. SLANG est donc à ce jour le dernier album du groupe que j'aurais possédé.
Parce qu'enfin, et aussi vrai que la carrière des léopards avait toujours su trouver son public, tout en l'accroissant jusqu'à son point culminant (c'est à dire au moins jusqu'en 1987 et le multi-platiné Hysteria), il faut bien aussi reconnaître que par la suite, la Bande à Joe Elliott n'aura fait que se raccrocher à ses propres branches. D'abord en publiant un "sous Hysteria", avec le trop téléphoné ADRENALIZE, puis en compilant une grosse poignée de morceaux inédits (démos, reprises, face B, etc...), tous issus de séances d'enregistrements récents, à finir sur Retro Active (et sa très chouette pochette). Bref, les anglais faisaient plus que tirer sur la corde ces dernières années.

Du reste, et à ce stade-là, nombreux sont les fans qui ont déjà lâché le groupe définitivement. Ces derniers trouvant qu'un groupe qui avait publié jadis des albums tels que On Through The Night (1980), le terrible High'N'Dry (1981), ou le déjà hautement acclamé (en son temps) Pyromania (1983), lorgnait désormais trop ouvertement en direction de la bande FM.
Pas faux ! Pour ne pas dire exact. D'autant que ce qui allait suivre ne ferait que confirmer cet état de fait : DEF LEPPARD s'habillerait désormais de forts relents Pop.
Et la Pop, à condition qu'elle soit faite à son goût (cela va sans dire), ben je ne suis pas contre du tout moi ! Sauf que voilà, l'ouverture d'esprit à quand même aussi ses propres limites. Le groupe semble par exemple avoir oublié que sa renommée, il l'avait d'abord et surtout bâtie au sein d'une seule et même chapelle, celle du Hard.

Slang: L'album pile et face.

Croyez-le ou non, SLANG est un bon album dans son ensemble (j'ai d'ailleurs longuement hésité entre 3 et 4 concernant ma notation).
Son seul vrai défaut finalement, c'est qu'il navigue en permanence entre deux eaux. Les titres Hard s'opposent ainsi à d'autres ouvertement plus Pop. Et aussi réussi soient-ils, chacun dans leur domaine, il est forcément difficile de maintenir l'intensité et donc notre attention à un degré constant tout au long du disque avec une telle démarche ? Et c'est un fait, SLANG fait trop souvent le grand écart d'une plage à l'autre, voilà tout.

Libérés de leurs us et coutumes d'hier, les anglais osaient même s'aventurer sur de nouveaux terrains de jeu. Sonorités orientales (à l'image de sa pochette) sur ses deux morceaux d'introduction, nouvelles trouvailles rythmiques, voix de Joe Elliott bien plus nuancée, son et production hyper dynamique, toujours très moderne, pour un retour également plus naturel (même et surtout pour la batterie; Les fans comprendront), variété des climats (euh ! là je ne sais plus si je dois en parler en bien ou en mal). Enfin bref, et à l'écoute de SLANG, s'il est bien une chose que l'on ne pouvait plus reprocher au groupe c'est de vivre sur ses acquis.
SLANG par définition, c'est du Hard par endroit (Heavy, Groovy et même bien sauvage, le temps d'un "Gift of Flesh" pas piqué des vers), du plus ambiant aussi avec les enivrants "Blood runs Cold" et "Where Does Love go when it Dies", de belles guitares toujours, et quelques "bluettes" également qui auraient pu séduire quelques milliers de Teens en des temps plus reculés.
Quoi qu'il en soit, le succès du disque n'aura pas été franchement au rendez-vous. On peut alors parler de première grosse déconvenue de la part de celui qui, au milieu des années 80', était l'un des plus gros vendeurs de disques de la planète. Tous styles confondus. Et les disques que publiera le groupe ensuite n'inverseront nullement cette tendance.
Cette baisse sensible de vente ne semble pourtant pas avoir mis en péril l'avenir du groupe, puisque Joe, Phil, Vivian et les deux Rick arpentent toujours assez quotidiennement les routes du monde entier (ou presque), en ne concentrant il est vrai leur répertoire que sur 3 ou 4 de leurs plus grands succès discographiques, comme en attestait il y a encore peu la set list de leur album live Mirrorball Live & More.

Pour en revenir à l'album. SLANG est un disque bâtard, c'est vrai. Tenterez-vous quand même de l'apprivoiser ? Ou au contraire, continuerez-vous de l'ignorer et de rester sourd à ses avances ? Il appartient comme toujours à chacun d'en décider. SLANG est en tout cas l'un de ces disques qu'il m'arrive encore de ressortir de temps à autres. Ce qui, aujourd'hui encore, n'est pas toujours le cas d'autres albums que j'ai pourtant usés sur ma platine en leur temps et que je serais bien incapable de ressortir de leur étui aujourd'hui. Et ce n'est pourtant pas faute d'avoir essayé...

14/20
Remarque sur ce commentaire Remarques sur ce commentaire (3) | Permalien | Remarque la plus récente : Jun 24, 2013 2:13 PM MEST


The Works - Remasterisé 2011
The Works - Remasterisé 2011
Prix : EUR 10,68

4 internautes sur 4 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Du beau boulot... Quoi qu'on en dise., 29 décembre 2012
Ce commentaire fait référence à cette édition : The Works - Remasterisé 2011 (CD)
- Flinguer ce disque sous le presque seul prétexte que les machines prennent parfois le pas sur le son traditionnel de la batterie, c'est à mon sens avoir l'esprit étriqué.
- Descendre aussi le disque parce que Queen s'habille par endroit de sonorités Pop, là encore je dis que c'est toujours avoir l'esprit "rikiki". Et d'ailleurs, en quoi ce terme de Pop (contraction de Populaire faut-il le rappeler ?) devrait-il à chaque fois revêtir cet aspect ô combien dédaigneux de la part de certains amateurs de musiques ?: Le peuple c'est nous, c'est vous, c'est moi !

De toutes façons, et quelque soit ses détracteurs, Queen a heureusement toujours fait fit de ces très nombreuses critiques dont il a si souvent fait l'objet lors de chaque sortie d'un nouvel album. D'ailleurs, ce qui semble avoir échappé à certains (et aujourd'hui encore), c'est que l'une des grandes particularités du groupe, était justement de ne jamais s'enfermer dans un seul et même style ou dans un seul et même schéma. Du coup, il n'est pas étonnant qu'aucun de leurs albums ne se ressemblent vraiment. Prenez au hasard des oeuvres aussi divers que Innuendo, Jazz, The Miracle ou encore A night at the Opera, et vous reconnaîtrez que seul un groupe tel que Queen pouvait et osait se permettre de faire de tels grands écarts d'un titre à l'autre sans que la qualité d'une chanson ne prenne le pas sur une autre. Et ce, quelque soit les arrangements ou la durée de celle-ci.
Ainsi, au beau milieu de ces soit-disante maudites années 80, Queen (avec The Works) attestait encore d'une certaine audace, de son talent, de sa suprématie sur la plus part de ses contemporains surtout.

15/20

PS: Que les radios généralistes diffusent des morceaux aussi "faible" (comme l'affirme ou le prétende certains) tel que "I want to Break Free", "It's a Hard Life", "Radio Gaga", le super Heavy "Hammer to Fall" ou l'émouvant et somptueux final guitare/voix "Is this the World we Created ?" et croyez-moi, je rallume aussi sec ma radio.

Après ce presque plaidoyer en faveur d'une hypothétique réhabilitation de Queen et de cet album ci, est-ce à dire que j'aime tout chez ce groupe ? La réponse est NON ! Est-ce à dire également que j'aime Queen plus que je ne saurai me l'imaginer ? Là, il y a fort à parier que OUI ! Nul n'est parfait comme dirait l'autre.
Remarque sur ce commentaire Remarques sur ce commentaire (16) | Permalien | Remarque la plus récente : May 8, 2013 11:17 PM MEST


Sleep Is The Enemy
Sleep Is The Enemy
Prix : EUR 16,05

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
3.0 étoiles sur 5 Concentré d'énergie positive, 22 décembre 2012
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Sleep Is The Enemy (CD)
Danko Jones est assurément un homme pressé. Sûrement parce qu'il sait que la vie passe vite... Très vite ! Partant de ce postulat, on ne s'étonnera pas que ses disques soient aussi fait de ça: L'urgence. Ainsi, en quelques 33 minutes pour 11 morceaux, on peut dire que Danko Jones va droit au but, sans s'encombrer du moindre artifice. Car en définitif, seul compte pour lui l'efficacité du morceau.

- Un bon riff de guitare.
- Une mélodie accrocheuse.
- Des paroles simples et efficaces (Only Sex and Rock'n'Roll).
- Une rythmique qui martèle sans baisse de régime durant toute la durée du skeud.

Voilà ce que vous promet ici le "Man in Black" Canadien.

Vous aimez le Rock ultra vitaminé mâtiné de Garage Punk à la sauce Hard Rock ? Alors il y a fort à parier que cet album vous plaise.

Personnellement je lui préfère quand même largement le suivant, Below The Belt. Sa production étant beaucoup plus dynamique et son contenu bien plus varié aussi selon moi (ce qui explique ma note de 3,5/5 ici).
Remarque sur ce commentaire Remarques sur ce commentaire (2) | Permalien | Remarque la plus récente : Jan 6, 2013 11:50 PM CET


Stalingrad Brothers in Death
Stalingrad Brothers in Death
Prix : EUR 19,47

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
4.0 étoiles sur 5 Après la bataille..., 11 décembre 2012
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Stalingrad Brothers in Death (CD)
Bah oui je sais... Certains ne manqueront pas de dire que j'arrive un peu après la bataille avec cette seconde livraison (depuis sa remise en activité bien sûr !) des allemands d'ACCEPT. Euh ! Oui vous avez raison, mais non...
Que voulez-vous, je suis sans conteste de la vieille école: Un disque, j'ai besoin de temps pour l'apprivoiser.

Il est exact que si jusqu'à ce jour vous avez toujours aimé tout ce qui a fait la caractéristique du groupe (je n'y reviendrai pas ici), il y a fort à parier que vous aimerez aussi ce "Stalingrad".
Je veux quand même faire remarquer ici que, si ce dernier album est en effet un proche cousin de Blood Of The Nations (Edition Limitée), "Stalingrad" ne c'est pourtant pas imposé à moi aussi facilement que BOTN.
Les mélodies sont pourtant là, quand la puissance de feu qui s'en dégage ne faiblie pas d'un millimètre. Pourtant je le répète, "Stalingrad" n'est pas forcément un album qui s'apprivoise lors de ces premières écoutes. Je met mon observation sur le fait que, a première(s) vue(s), l'album semble avoir été écrit d'un seul bloc. De ce fait, je l'ai d'abord trouvé assez banal (du ACCEPT quoi !) en plus de lui trouver une presque linéarité. En résumé, tout se ressemblait un peu. Erreur !!!!

"Stalingrad" est assurément un disque "Guerrier" (avec un titre pareil, l'inverse aurait été surprenant), et l'on s'apercevra après quelques écoutes (attentives) que Mark Tornillo à finalement pris ses marques plus qu'il ne me paraissait, tandis que Wolf Hoffmann s'impose, sous un déluge de guitares incendiaires, comme l'un des guitaristes Metal les plus attractif qui soit. Rien que sur ce point là précisément, "Stalingrad" est un disque qui en impose beaucoup.

15,5/20


Predator
Predator

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
3.0 étoiles sur 5 Bat-hard, 9 décembre 2012
Ce commentaire fait référence à cette édition : Predator (CD)
Il y a, comme souvent au sein d'une discographie, un album (l'album) qui fait tache chez le groupe en question... Ou du moins qui contraste avec le reste de ses albums. "Predator" fait assurément partie de ceux dont les germains ne se vantent plus guère aujourd'hui. Et pourtant...

Si l'on excepte son visuel et son intitulé à 2 balles, "Predator" n'est pas un mauvais album en soit, loin de là.
Sa mauvaise réputation, ce disque la doit principalement au fait qu'il tire dans trop de directions différentes. S'en est à un point que l'on fini par ne plus être du tout certain d'avoir écouté un album d'Accept quand retentissent les dernières notes du surprenant "Primitive". Un des deux titres chanté par son bassiste Peter Baltes. Étonnante démarche que celle ci... Convenons-en.

De plus !

Pourtant produit par le chevronné et grand connaisseur de la formation allemande, Michael Wagner, ce dernier plante le disque en lui donnant un son plus proche de celle d'une démo qu'autre chose. Sèche, sans éclat ni rondeur, voilà qui n'aidera pas d'avantage à réhabiliter ce disque. D'autant que comme je le disais plus haut, il n'y a pas de mauvais titres à proprement parler, c'est juste que la plus part de ces morceaux auraient dû apparaître sur un éventuel album solo du guitariste Wolf Hoffmann (voir de Peter Baltes).

En résumé, Accept aura essayé de surnager au milieu de ces curieuses années 90, a un moment ou le Metal n'avait plus guère le vent en poupe, en tentant de nouvelles choses. Le verdict fut sans appel: Les fans n'ont pas aimés du tout, tandis que les tensions entre le guitariste et son chanteur allaient sceller l'avenir de la formation pour les 15 ans à venir.

12/20


Accept - Metal Blast From The Past
Accept - Metal Blast From The Past
DVD ~ Accept
Prix : EUR 13,53

3 internautes sur 3 ont trouvé ce commentaire utile 
2.0 étoiles sur 5 Ça gueule aussi du côté des Fans, 7 décembre 2012
Ce commentaire fait référence à cette édition : Accept - Metal Blast From The Past (CD)
Encore un produit fait avec les pieds. Et quand on sait que ce DVD est toujours le seul produit publié par ce fleuron du Metal germanique...

En plus de nous offrir 7 clips (pas plus ?), "Blast from the Past" vaut surtout pour son équivalent en image du formidable double Live Staying A Life. A la différence près que, outre le fait que les morceaux soient entrecoupés d'images touristique du groupe (non sous-titré !), le concert est loin d'avoir été filmé dans son intégralité. 12 morceaux ici, contre 19 sur le double CD. Pourquoi ?
Autre témoigne Live, celui de la tournée de la première reformation du groupe avec Udo pour l'album Objection Overruled. 3 titres (pas plus bis) enregistré façon Bootleg (genre caméra en Super 8) agrémentent l'ensemble, tandis que le produit propose aussi un supplément CD (en retournant le DVD façon vinyl !) allant de l'inédit "Rich and Famous" (bonus japonnais d' Objection Overruled) à d'autres inédits de I'M a Rebel et Breaker + une version acoustique de l'obscure "Writing on the Wall" du tout aussi obscure album Death Raw.
Biographie, photos divers, Discographie complète, etc... Oui mais tout ça, honnêtement on s'en fiche un peu (beaucoup).

Pliiiiiiiiiz Wolf, Peter and Co !!! Offrez-nous, à nous les Fans Die-Hard, un VRAI témoignage en DVD qui soit à la hauteur de votre réputation et de votre carrière. C'est à dire énorme.

11/20
Remarque sur ce commentaire Remarques sur ce commentaire (2) | Permalien | Remarque la plus récente : Mar 11, 2013 7:04 PM CET


Never Too Late
Never Too Late

5 internautes sur 7 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Top Jimi ! (eyes of the eagle)., 1 décembre 2012
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Never Too Late (CD)
Alors que le retour discographique de Survivor (oui ! oui ! celui de "Eyes of the Tiger" de la B.O Rocky) s'annonce pour le début de l'année 2013, Jimi Jamison, son chanteur, publie aujourd'hui le bien nommé "Never too Late".
Et il a bien raison l'ami Jimi, car il n'est en effet jamais trop tard pour se procurer l'un de ses albums (en ce qui me concerne, il s'agit donc ici de ma première acquisition discographique de l'artiste). D'autant que si vous aimez ce genre de Rock (l'AOR: Adult Oriented Rock), cette dernière livraison devrait vous séduire au plus haut point.
Porté par une excellente mise en son, la voix si reconnaissable de Jimi fait encore des merveilles après autant d'années. Il me paraît important de le faire ici remarquer. Sa voix n'a en rien subit les affres du temps. Tant mieux !

"Never to Late" n'est en rien révolutionnaire il est vrai. Il est juste un de ces albums de Rock (Hard) super bien écrit, super bien composé, super bien interprété par tous, et qui ne sombre jamais dans les clichés parfois guimauves du genre (surtout quand les tempos se font plus lents en général).

Jimi à du métier, connaît son art sur le bout des doigts et ne commet donc là aucun écarts de conduite.

Du travail de pro en somme, que les amateurs d'un Journey, d'un Toto plutôt millésimé 80', de Survivor évidemment, devraient apprécier comme il se doit et à sa juste valeur. Car dans sa catégorie, "Never to Late", c'est vraiment du solide et du sérieux.

16/20 (dans le genre).

PS: Gaffe en voiture quand même ! Voilà le genre d'album qui tendrait à nous faire appuyer sur la pédale d'accélérateur instantanément. Z'êtes prévenus.

Vroom ! Vroom !
Remarque sur ce commentaire Remarques sur ce commentaire (2) | Permalien | Remarque la plus récente : Jan 19, 2013 8:50 PM CET


The Story of Light
The Story of Light
Proposé par Skyvo Direct
Prix : EUR 21,07

1 internaute sur 2 a trouvé ce commentaire utile :
2.0 étoiles sur 5 Et la lumière Steve ? Elle est ou la lumière ?, 13 novembre 2012
Ce commentaire fait référence à cette édition : The Story of Light (CD)
Si j'avais choisi délibérément de rentré dans le détail de chaque morceaux comme l'a fait ici Olivier Costa à la perfection, j'aurai repris au mot près chacune de ses observations.
Bon Di** ! Comment Steve Vai, avec la science qui est la sienne, peut-il nous délivrer une musique aussi vide et creuse que celle qu'il nous offre sur ce disque.
Sans compter qu'entendre un mix batterie aussi mal enregistré que celui là, ne m'aide pas d'avantage à rendre plus intéressant qu'il n'est ce disque sans éclats.
Quelle déconvenue !!!

Steve, je t'aurai adoré au sein des deux premiers album de David Lee Roth. De la même manière, ton Passion & Warfare de 1989 continue de me botter le c**, même après toutes ces années. Le temps étant ce qu'il est, j'avais espoir de retrouver au moins quelques unes de ses vieilles et belles émotions...
Perdu ! Tu ne m'y prendra plus.

07/20
Remarque sur ce commentaire Remarques sur ce commentaire (2) | Permalien | Remarque la plus récente : Apr 3, 2016 12:42 PM MEST


Toys in the Attic
Toys in the Attic
Prix : EUR 6,99

2 internautes sur 3 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Coffret à bijoux, 10 novembre 2012
Ce commentaire fait référence à cette édition : Toys in the Attic (CD)
Il est des disques qui rentrent dans la légende du Rock, soit par chance (le fameux bon moment) ou simplement aidé par le destin (une mort prématurée aide malheureusement souvent dans ce cas précis).
"Toys in the Attic" ne rentre en tous cas dans aucun de ces schémas puisqu'il ne doit sa réputation "d'album culte" que grâce à ses seules et très nombreuses qualités.
Je n'ai nul envie de tergiverser ou de me répandre en éloges ici. Juste une chose tout de même: Si vous vous réclamez du Rock, et que le Hard Rock 70' habillé de Blues et de Soul vous parle, il est fort à parier que cette album d'anthologie ne quittera plus votre platine CD pendant longtemps.

"Toys in the Attic" est immense, et quand je vois à quel prix il est ici vendu (env 2,50 euros) je me demande ce que vous faites encore là !

19,5/20
Remarque sur ce commentaire Remarques sur ce commentaire (3) | Permalien | Remarque la plus récente : Mar 1, 2013 12:35 PM CET


Page : 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11-20