undrgrnd Cliquez ici KDP nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici nav_WSHT16 Cliquez ici Acheter Fire Achetez Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo
Profil de Vincent > Commentaires

Fiche d'identité

Contenu rédigé par Vincent
Classement des meilleurs critiques: 628
Votes utiles : 1831

Chez vous : découvrez nos services personnalisés en pages d'aide !

Commentaires écrits par
Vincent "The Chameleon" (Haute Savoie)
(TOP 1000 COMMENTATEURS)   

Afficher :  
Page : 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11-20
pixel
Satchurated: Live In Montreal
Satchurated: Live In Montreal
DVD ~ Joe Satriani
Prix : EUR 13,00

3 internautes sur 4 ont trouvé ce commentaire utile 
3.0 étoiles sur 5 Le même concert à chaque fois !!!, 14 juillet 2013
Ce commentaire fait référence à cette édition : Satchurated: Live In Montreal (DVD)
Autant j'aime tous ses albums (ou presque), autant du côté de ses prestations Live, je trouve (et je ne suis visiblement pas le seul) que Satriani se moque de ses fans, même et surtout de ses plus fervents. C'est vrai quoi, hormis le fait qu'il interprète une bonne partie de son dernier album en date, à chaque fois le guitariste pioche dans ses 4 ou 5 premiers albums. Le problème c'est qu'il en a publié deux fois plus (et + encore) au cours de toute sa carrière. A quoi bon repasser à la caisse au bout du quatrième DVD si c'est pour ce taper toujours les mêmes morceaux ? Mise à part le fait que la réalisation d'un DVD part rapport à un autre soit un peu différente à chaque fois...
Alors c'est vrai qu'avec 2 DVD, du "Satch" vous allez en avoir jusqu'à plus soif: Sur scène, en backstage, lors des balances pour deux versions extraordinaires de son dernier album en date: Le très oriental "The Golden Room" suivit de "2 Sides to Every Story". Oui mais ça ne suffit pas, ça ne me suffit plus.

Avec un total de 25 morceaux au tableau, on peut penser que Joe ne se fout pas de nous. D'autant que la réalisation dans le son comme dans les images rattrape ici aisément l'infecte Satriani, Joe - Live in Paris: I Just Wanna Rock. Et pourtant...

Il serait temps Mister Joe de CHANGER EN PROFONDEUR VOTRE RÉPERTOIRE. Nombre de vos albums contiennent ça et là quelques jolies perles qui ne demanderaient, depuis le temps, qu'à briller en public.

Faites le, maintenant !

14,5/2O


Raise the curtain ltd edition
Raise the curtain ltd edition
Prix : EUR 21,00

3 internautes sur 3 ont trouvé ce commentaire utile 
3.0 étoiles sur 5 Au lit va !, 13 juillet 2013
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Raise the curtain ltd edition (CD)
Pour des raisons qui seraient bien trop longues à expliquer ici, mon attachement à Jon Oliva demeure depuis quelques 25 années maintenant intacte. C'est donc en toute logique que j'ai acquis son premier effort en solo.

Alors qu'on m'annonçait ici ou là que cet album risquait d'en ébranler quelques uns sous prétexte de quelques instruments ayant d'ordinaire peux ou rien à voir avec celui de l'univers Metal (Flûte, trompettes, accordéon), je m'attendais vraiment a être bousculé par la musique de Jon Oliva, et comme jamais auparavant.
Croyez le ou non, mais quand Helloween a sorti son Chameleon ou Megadeth Risk, là j'avais vraiment eu matière a être secoué. Certainement pas ici !
Avec ce "Raise the Curtain", Jon Oliva ne s'éloigne pas autant que ça de l'univers qu'il avait ainsi développé au sein de son dernier projet, le Jon Oliva's Pain. Surtout au regard de son dernier album Festival.

L'embêtant ici, c'est qu'à avoir tout supervisé, et surtout quasiment tout joué (à l'exception des instruments à vents et de la batterie - Christopher Kinder est encore là), il manque de vraies et belles guitares placées bien plus en avant qu'elles ne le sont. A l'inverse l'orgue de l'ogre Jon est assez, et sans doute beaucoup trop, omniprésent tout au long de l'album.

A la sortie du disque, un journaliste vantant les immenses qualités de l'oeuvre en question affirmait que Jon avait sans doute écrit ici quelques unes de ses plus belles ballades. Là aussi, croyez le ou pas, ma réponse est non ! C'est à croire que ce journaliste n'a pas du beaucoup écouter les 4 albums de Jon Oliva's Pain, et encore moins des titres tels que "Fly Away", Firefly", "Timeless Flight" "Walk Upon the Water" ou encore "Someone".

Non je l'avoue, ce disque ne m'a pas emporté plus que ça, et encore moins ému. La faute peut être également à un Jon jouant trop sur l'aspect agressif de son chant, au détriment de mélodies fortes, dont il nous a, et à maintes reprises, prouvé qu'il en était pourtant l'un des plus grand artisant.

Et puis pour quelqu'un ayant décidé de mettre un terme définitif son ancien groupe, Savatage, il y a plus de dix ans maintenant, faire le choix de ressortir le même concept graphique pour la troisième fois au moins sur l'une de ses pochettes (le piano à queue, la guitare entourée de roses, le rideau avec les ombres fantômatiques), ça commence à devenir un poil "too much" également. Tenez ! Pour le vérifier, voyez donc la pochette de Gutter Ballet, celle de Maniacal Renderings, ou encore celle de la compilation From the Futter to the Stage: Best of.

13/20
Remarque sur ce commentaire Remarques sur ce commentaire (3) | Permalien | Remarque la plus récente : Jul 20, 2013 10:29 PM MEST


Backstreet Symphony
Backstreet Symphony

3 internautes sur 4 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Orage, ô désespoir !, 12 juillet 2013
Ce commentaire fait référence à cette édition : Backstreet Symphony (CD)
A l'heure ou j'écris ces lignes, THUNDER n'est plus. Harris James, le batteur, joue à ce jour au sein de Magnum, les autres je ne sais pas.
Ce n'était pourtant pas faute d'avoir relancé la machine une fois après un premier split au début des années 2000. Mais rien à faire, THUNDER, malgré la qualité de ces musiciens, ces textes toujours très travaillés, et son Hard Rock classieux fortement épicé d'influences Blues, THUNDER finalement n'aura pas réussi à rencontrer un aussi grand succès que d'autres formations de sa génération, pourtant moins méritantes qu'elle parfois. La faute à pas de chance ! D'abord parce qu'au moment de publier cet impeccable premier album, THUNDER est apparu dans une période ou le Hard allait connaître de sérieux changements d'orientations et de styles dans les deux ou trois années à venir. Si la scène de Seatles, Pearl Jam, Soundgarden ou Nirvana vous dises encore quelque chose, vous comprendrez alors de quoi il en retourne.
Et puis il faut bien reconnaître que THUNDER n'a aussi pas su renouveler sa musique et son répertoire comme il aurait fallu qu'il le fasse, et ce afin de parvenir à rester attrayant.
J'avoue pour ma part qu'après 7 ou 8 albums faits un peu du même bois, je n'ai plus ressenti le souhait ni le désir d'acquire ses deux ou trois derniers albums. Reste que dans celui ci, le premier, il y a déjà tout THUNDER, en plus d'être le plus "Hard Rock" de sa discographie. Le suivant sera plus Heavy, les autres plus orientés Rock que vraiment Hard.

Si vous aimez des groupes tels que Bad Co, Free ou Whitesnake, il y a fort à parier que ce premier album vous séduise en tout point. Il serait temps !

16,5/20
Remarque sur ce commentaire Remarques sur ce commentaire (4) | Permalien | Remarque la plus récente : Jul 25, 2013 12:27 PM MEST


New Gold Dream  - Edition remastérisée
New Gold Dream - Edition remastérisée
Prix : EUR 9,68

1 internaute sur 2 a trouvé ce commentaire utile :
3.0 étoiles sur 5 Avec le temps va..., 21 juin 2013
Ce commentaire fait référence à cette édition : New Gold Dream - Edition remastérisée (CD)
Certaines œuvres, certains albums ne traversent pas toujours les ans sans quelques boursouflures, sans quelques vilaines rides. Le temps a (parfois) ceci de bien cruel.

Outre son hideuse illustration (une constance chez les écossais), ce disque de mes SIMPLE MINDS adorés (dont bien des fans continuent de ne pas vouloir en dire du mal - du disque hein !), est pourtant l'un de ces albums donc la production, l'écriture et l'interprétation de chacun ne trompera plus personne quelques 30 ans après sa parution. Aujourd'hui plus qu'hier.

En résumé, malgré les réelles qualités du disque en question, la période dans laquelle il a été conçu et réalisé le rende à mon sens aujourd'hui presque obsolète.
Sauf a chercher à nous replonger occasionnellement dans nos propres et jolis souvenirs d'adolescent, sinon je ne vois pas trop ce qui pourrait nous inciter aujourd'hui a ressortir aussi souvent que d'autres cet album... Légitiment couronné de succès en son temps.

Ah ! Ces fichues 80'.

14/20


Depeche Mode - One Night In Paris, The Exciter Tour 2001 [Édition Single]
Depeche Mode - One Night In Paris, The Exciter Tour 2001 [Édition Single]
DVD ~ Depeche Mode
Prix : EUR 20,89

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
4.0 étoiles sur 5 ... Même si un peu a-Gahan-çant par endroits., 8 mai 2013
Ce commentaire fait référence à cette édition : Depeche Mode - One Night In Paris, The Exciter Tour 2001 [Édition Single] (DVD)
La meilleur façon pour moi de découvrir le répertoire, la musique, l'univers d'un groupe, est de me procurer, non pas une compile débile, mais l'un de ces témoignages Live quand cela est possible. Et chez Depeche Mode, c'est une chance, ils n'en manquent pas. Encore faut-t-il savoir choisir le bon !

Le problème de cette captation d'un soir à Paris Bercy, c'est que Dave Gahan, possédé comme il est ici, en fait sans doute parfois un peu/beaucoup. Certes, si l'on ne peut pas taxer le chanteur de se la jouer à l'économie durant le show, sur la longueur, ce trop plein d'énergie en deviendrait presque fatiguant. Surtout pour quelqu'un qui, comme je l'étais alors, connaissait si peu (ou trop peu) le répertoire de DM. Et il est vrai qu'à force d'éructer à tout bout de chant des "Oh yeah !!!" sur la plus part des morceaux, le néophyte (que j'étais alors) aura eu bien du mal à rester concentré sur les mélodies de morceaux à proprement parler.
Croyez moi, si je ne m'étais pas intéressé et renseigné sur la carrière des Depeche Mode comme je l'ai fait il y a peu, j'aurai juré que le chanteur était alors sous l'emprise de quelques stupéfiants.
En fait, ce EXCITER TOUR marquait surtout le retour à la scène d'un ex junkie revenu à la réalité de la vie après de longues années d'errances et quelques années sans tournées (désirées) de la part du groupe. Ceci expliquerait cela: Le fauve Dave Gahan était de nouveau prêt à être jeté en pâture dans une arène. Et le bougre ne s'en sera pas privé.

D'autre part, si la scène épurée aura pu en gêné certains (certainement pas moi), je suis en ce qui me concerne bien plus gêné par le rendu sonore de ce concert. Ou est la dynamique ? Ou sont passées les basses ? Dieu que tout cela sonne plat ! Sans assez de reliefs. Voilà qui jure encore d'avantage quand on voit la débauche d'énergie déployée par qui vous savez. D'autant que, flanquée en plus d'un vrai batteur assis derrière un kit de batterie énorme (avec double grosses caisses !), et je m'étonne encore plus de ce rendu général. Pour vous dire, quand mon voisin se prend pour le batteur en tapant sur ses coussins, il fait autant de bruit que lui. Vous imaginez donc la platitude d'un tel son ! Du "Dolby Digital" et rien d'autre. Raaah !!!

En résumé, malgré une sympathique partie Bonus sur le deuxième DVD et une Set List quasi parfaite (les fans de la première heure risquent en revanche d'être très déçu), je vous invite à vous tourner d'abord en direction du DVD de leur tournée précédente, via le fantastique Depeche Mode : Devotional promouvant le non moins fantastique Songs Of Faith And Devotion. La performance vocale de Dave Gahan y étant bien meilleur en 1993 qu'en cette soirée de 2001.

Il n'empêche, la remarquable réalisation du fidèle Anton Corbijn nous permettra d'apprécier une prestation haute en énergie, soutenue part des lumières de toutes beautés. Quant à l'ambiance qui régnait ce soir là dans la fournaise de Paris Bercy... Nom de Di** !!! Bien des groupes de Rock aimeraient pouvoir se venter d'avoir une telle ferveur, un tel échange, une telle interaction entre son public et lui. Parole de fan... En devenir !

15/20
Remarque sur ce commentaire Remarques sur ce commentaire (5) | Permalien | Remarque la plus récente : May 15, 2013 12:13 AM MEST


Celebrate Greatest Hits
Celebrate Greatest Hits
Prix : EUR 25,85

15 internautes sur 15 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Bien au delà du simple "Best Of"., 30 mars 2013
Ce commentaire fait référence à cette édition : Celebrate Greatest Hits (CD)
A l'heure ou le monde de la Pop s'agite autour du tout nouvel album des Depeche Mode, il m'apparaît soudain encore plus opportun de souligner à quel point SIMPLE MINDS (ce groupe lui aussi tout droit sortie des années 80) aura également su s'extirper et traverser plus de 3 décennies en proposant des oeuvres toutes plus divers les unes que les autres. Certes, toutes n'auront pas rencontrée le même succès, et toutes ne se valent pas. Il en est ainsi de toutes ces formations n'ayant pas cherchées a construire leur légende qu'aux seuls travers d'une poignée de tubes (momentanément à la mode). Et SIMPLE MINDS est bel et bien de celles là.

Puisse donc cette anthologie (plus qu'un énième "Best Of"), du haut de ses 48 titres (+ ses 2 inédits), permettre de réabilité l'éminente formation écossaise à la hauteur de son talent. Son seul tord ayant été, me semble -t- il, de ne pas avoir été en capacité de garder et/ou stabiliser son line up aussi efficacement que d'autres. Et ce tout au long de son existence.

Suivant un ordre chronologique fort judicieux, "Celebrate" couvre toute la carrière du groupe jusqu'à son dernier album, "Graffiti Soul", datant déjà de 2008.

Avec ce triple album, SIMPLE MINDS aurait-il décidé de mettre un terme (célébrer) à sa carrière ? L'avenir nous le dira.
Remarque sur ce commentaire Remarques sur ce commentaire (6) | Permalien | Remarque la plus récente : Jun 12, 2013 12:33 AM MEST


Songs Of Faith And Devotion
Songs Of Faith And Devotion
Proposé par AAWATA59
Prix : EUR 8,76

3 internautes sur 4 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Dépêchez-vous !, 24 mars 2013
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Songs Of Faith And Devotion (CD)
De ce que je connais du groupe, c'est à dire pas grand chose (3 albums à ce jours), j'ai eu le sentiment lors des premières écoutes de cet album, que "Songs Of Faith And Devotion" était plus l'album de son chanteur que le fait d'un effort collectif de groupe.
Qu'importe finalement ! Les qualités de l'oeuvre étant ce qu'elles sont...
Mieux encore, à tous ceux qui, comme moi, étaient restés sur cette image d'un groupe sans vraiment d'âme, et aux sons synthétiques et si dansant des années 80', je vous invite à ranger vos préjugés au placard, au moins pour cette fois. Car de ce disque, il émane une force particulière, directement liée à son côté ô combien organique. Oui ! Depuis quelques années déjà, Depeche Mode est devenu un groupe bien plus "Adulte" en quelque sorte.
Ainsi, et passez les premiers effets de surprises (stupéfactions), on ne s'étonnera plus de découvrir au sein des influences de cette formation aux 100 Millions d'albums vendus, de nombreux emprunts à des styles de musiques que j'aurai juré ne jamais entendre un jour sur un album d'un groupe tel que celui ci.
Si le Rock, le Blues et le Gospel vous parle, jetez donc une oreille (et pourquoi pas les deux) sur cet album qui a, et pour vous dire franchement la vérité, vraiment de la personnalité.

16,5/20
Remarque sur ce commentaire Remarques sur ce commentaire (4) | Permalien | Remarque la plus récente : Mar 27, 2013 9:26 PM CET


Get All You Deserve
Get All You Deserve
DVD ~ Steven Wilson
Prix : EUR 17,00

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
5.0 étoiles sur 5 Le temps c'est arrêté pendant 2 heures (et plus)., 24 mars 2013
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Get All You Deserve (DVD)
Avec un concert aussi audacieux que celui là (à tous niveaux), je crois pouvoir affirmer que Steve Wilson (et les musiciens qui l'accompagne) aura rendu pour l'éternité à la musique son sens premier: L'évasion dans l'abandon.
Surprenant, déroutant, enivrant, vraiment très très gonflé (quelle mise en scène !!!), innovant, maîtrisé, émouvant, jubilatoire,...
Oooh ! et puis au diable les superlatifs ! Parfois, il faut aussi savoir se taire et juste savourer (même égoïstement) une captation telle que celle là. Vraiment unique en son genre.

Les 16 premiers commentaires ont tous accordés ses 5 étoiles au produit. Je serai donc le dix septième d'entre eux. Ce qui, après un seul visionnage, n'est en rien étonnant.

Nota: Pour un plaisir encore accru, je vous invite (comme je l'ai fait) à ne pas regarder, ni la set list, ni le livret de photos du DVD, avant. Les plaisirs que vous procureront ce Live n'en seront que plus grands.

Bonne(s) écoute(s) et bon visionnage à tous.

Nota II: Il me semble soudain utile de vous préciser que ce double album qu'est Grace for Drowning n'est pas l'oeuvre de Steve Wilson que j'ai le plus apprécié. Et pourtant ici... 8 morceaux sur les 12 qu'il contient sont interprétés. A ce niveau, tout juste déplorerai-je les seuls 5 titres du premier essai en solo de Steven. Un mal pour un bien finalement. Parce qu'avec "Insurgentes" et "Salvaging" en prime ici, sûr que je risquais l'attaque cardiaque.

J'aurai eu chaud !

20/20


Slang
Slang
Prix : EUR 7,27

2 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Bon slang mais c'est bien sûr !, 26 février 2013
Ce commentaire fait référence à cette édition : Slang (CD)
Trouverez-vous exagéré de ma part si j'affirme que les anglais de DEF LEPPARD n'écoulent plus aujourd'hui leurs œuvres qu'auprès de leur dernier carré et noyau dur de fans ? Parce qu'en ce qui me concerne, je vous l'avoue, j'ai lâché l'affaire il y a..... Pfffiou !!!! Plus de 15 ans maintenant. SLANG est donc à ce jour le dernier album du groupe que j'aurais possédé.
Parce qu'enfin, et aussi vrai que la carrière des léopards avait toujours su trouver son public, tout en l'accroissant jusqu'à son point culminant (c'est à dire au moins jusqu'en 1987 et le multi-platiné Hysteria), il faut bien aussi reconnaître que par la suite, la Bande à Joe Elliott n'aura fait que se raccrocher à ses propres branches. D'abord en publiant un "sous Hysteria", avec le trop téléphoné ADRENALIZE, puis en compilant une grosse poignée de morceaux inédits (démos, reprises, face B, etc...), tous issus de séances d'enregistrements récents, à finir sur Retro Active (et sa très chouette pochette). Bref, les anglais faisaient plus que tirer sur la corde ces dernières années.

Du reste, et à ce stade-là, nombreux sont les fans qui ont déjà lâché le groupe définitivement. Ces derniers trouvant qu'un groupe qui avait publié jadis des albums tels que On Through The Night (1980), le terrible High'N'Dry (1981), ou le déjà hautement acclamé (en son temps) Pyromania (1983), lorgnait désormais trop ouvertement en direction de la bande FM.
Pas faux ! Pour ne pas dire exact. D'autant que ce qui allait suivre ne ferait que confirmer cet état de fait : DEF LEPPARD s'habillerait désormais de forts relents Pop.
Et la Pop, à condition qu'elle soit faite à son goût (cela va sans dire), ben je ne suis pas contre du tout moi ! Sauf que voilà, l'ouverture d'esprit à quand même aussi ses propres limites. Le groupe semble par exemple avoir oublié que sa renommée, il l'avait d'abord et surtout bâtie au sein d'une seule et même chapelle, celle du Hard.

Slang: L'album pile et face.

Croyez-le ou non, SLANG est un bon album dans son ensemble (j'ai d'ailleurs longuement hésité entre 3 et 4 concernant ma notation).
Son seul vrai défaut finalement, c'est qu'il navigue en permanence entre deux eaux. Les titres Hard s'opposent ainsi à d'autres ouvertement plus Pop. Et aussi réussi soient-ils, chacun dans leur domaine, il est forcément difficile de maintenir l'intensité et donc notre attention à un degré constant tout au long du disque avec une telle démarche ? Et c'est un fait, SLANG fait trop souvent le grand écart d'une plage à l'autre, voilà tout.

Libérés de leurs us et coutumes d'hier, les anglais osaient même s'aventurer sur de nouveaux terrains de jeu. Sonorités orientales (à l'image de sa pochette) sur ses deux morceaux d'introduction, nouvelles trouvailles rythmiques, voix de Joe Elliott bien plus nuancée, son et production hyper dynamique, toujours très moderne, pour un retour également plus naturel (même et surtout pour la batterie; Les fans comprendront), variété des climats (euh ! là je ne sais plus si je dois en parler en bien ou en mal). Enfin bref, et à l'écoute de SLANG, s'il est bien une chose que l'on ne pouvait plus reprocher au groupe c'est de vivre sur ses acquis.
SLANG par définition, c'est du Hard par endroit (Heavy, Groovy et même bien sauvage, le temps d'un "Gift of Flesh" pas piqué des vers), du plus ambiant aussi avec les enivrants "Blood runs Cold" et "Where Does Love go when it Dies", de belles guitares toujours, et quelques "bluettes" également qui auraient pu séduire quelques milliers de Teens en des temps plus reculés.
Quoi qu'il en soit, le succès du disque n'aura pas été franchement au rendez-vous. On peut alors parler de première grosse déconvenue de la part de celui qui, au milieu des années 80', était l'un des plus gros vendeurs de disques de la planète. Tous styles confondus. Et les disques que publiera le groupe ensuite n'inverseront nullement cette tendance.
Cette baisse sensible de vente ne semble pourtant pas avoir mis en péril l'avenir du groupe, puisque Joe, Phil, Vivian et les deux Rick arpentent toujours assez quotidiennement les routes du monde entier (ou presque), en ne concentrant il est vrai leur répertoire que sur 3 ou 4 de leurs plus grands succès discographiques, comme en attestait il y a encore peu la set list de leur album live Mirrorball Live & More.

Pour en revenir à l'album. SLANG est un disque bâtard, c'est vrai. Tenterez-vous quand même de l'apprivoiser ? Ou au contraire, continuerez-vous de l'ignorer et de rester sourd à ses avances ? Il appartient comme toujours à chacun d'en décider. SLANG est en tout cas l'un de ces disques qu'il m'arrive encore de ressortir de temps à autres. Ce qui, aujourd'hui encore, n'est pas toujours le cas d'autres albums que j'ai pourtant usés sur ma platine en leur temps et que je serais bien incapable de ressortir de leur étui aujourd'hui. Et ce n'est pourtant pas faute d'avoir essayé...

14/20
Remarque sur ce commentaire Remarques sur ce commentaire (3) | Permalien | Remarque la plus récente : Jun 24, 2013 2:13 PM MEST


The Works - Remasterisé 2011
The Works - Remasterisé 2011
Prix : EUR 10,68

4 internautes sur 4 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Du beau boulot... Quoi qu'on en dise., 29 décembre 2012
Ce commentaire fait référence à cette édition : The Works - Remasterisé 2011 (CD)
- Flinguer ce disque sous le presque seul prétexte que les machines prennent parfois le pas sur le son traditionnel de la batterie, c'est à mon sens avoir l'esprit étriqué.
- Descendre aussi le disque parce que Queen s'habille par endroit de sonorités Pop, là encore je dis que c'est toujours avoir l'esprit "rikiki". Et d'ailleurs, en quoi ce terme de Pop (contraction de Populaire faut-il le rappeler ?) devrait-il à chaque fois revêtir cet aspect ô combien dédaigneux de la part de certains amateurs de musiques ?: Le peuple c'est nous, c'est vous, c'est moi !

De toutes façons, et quelque soit ses détracteurs, Queen a heureusement toujours fait fit de ces très nombreuses critiques dont il a si souvent fait l'objet lors de chaque sortie d'un nouvel album. D'ailleurs, ce qui semble avoir échappé à certains (et aujourd'hui encore), c'est que l'une des grandes particularités du groupe, était justement de ne jamais s'enfermer dans un seul et même style ou dans un seul et même schéma. Du coup, il n'est pas étonnant qu'aucun de leurs albums ne se ressemblent vraiment. Prenez au hasard des oeuvres aussi divers que Innuendo, Jazz, The Miracle ou encore A night at the Opera, et vous reconnaîtrez que seul un groupe tel que Queen pouvait et osait se permettre de faire de tels grands écarts d'un titre à l'autre sans que la qualité d'une chanson ne prenne le pas sur une autre. Et ce, quelque soit les arrangements ou la durée de celle-ci.
Ainsi, au beau milieu de ces soit-disante maudites années 80, Queen (avec The Works) attestait encore d'une certaine audace, de son talent, de sa suprématie sur la plus part de ses contemporains surtout.

15/20

PS: Que les radios généralistes diffusent des morceaux aussi "faible" (comme l'affirme ou le prétende certains) tel que "I want to Break Free", "It's a Hard Life", "Radio Gaga", le super Heavy "Hammer to Fall" ou l'émouvant et somptueux final guitare/voix "Is this the World we Created ?" et croyez-moi, je rallume aussi sec ma radio.

Après ce presque plaidoyer en faveur d'une hypothétique réhabilitation de Queen et de cet album ci, est-ce à dire que j'aime tout chez ce groupe ? La réponse est NON ! Est-ce à dire également que j'aime Queen plus que je ne saurai me l'imaginer ? Là, il y a fort à parier que OUI ! Nul n'est parfait comme dirait l'autre.
Remarque sur ce commentaire Remarques sur ce commentaire (16) | Permalien | Remarque la plus récente : May 8, 2013 11:17 PM MEST


Page : 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11-20