undrgrnd Cliquez ici KDPContest nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici Cliquez ici Acheter Fire Achetez Kindle Paperwhite cliquez_ici
Profil de Vincent > Commentaires

Fiche d'identité

Contenu rédigé par Vincent
Classement des meilleurs critiques: 641
Votes utiles : 1835

Chez vous : découvrez nos services personnalisés en pages d'aide !

Commentaires écrits par
Vincent "The Chameleon" (Haute Savoie)
(TOP 1000 COMMENTATEURS)   

Afficher :  
Page : 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11-20
pixel
Thank You: Livin' Live - Birmingham
Thank You: Livin' Live - Birmingham
DVD ~ Black Stone Cherry
Prix : EUR 22,00

1 internaute sur 2 a trouvé ce commentaire utile :
3.0 étoiles sur 5 Mon Cherry sans la cerise., 5 mai 2016
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Thank You: Livin' Live - Birmingham (DVD)
A l'heure où je m'apprête à vous livrer mes impressions sur la publication du premier Live en DVD des jeunes américains de BLACK STONE CHERRY, Kentucky viendra tout juste de paraître et sera déjà la cinquième réalisation du groupe.
De ce quatuor de trentenaires, je ne possédais à ce jour que leur deuxième album. Folklore and Superstition étant un disque totalement réussi dans son registre (le Hard Rock bien grassouillet), je m'étais toujours un peu étonné de ne pas avoir cherché à acquérir leurs autres albums. Alors quand on m'annonce la sortie imminente du premier DVD Live de la formation, je me dis que voilà bien là le meilleur moyen de reconsidérer ce groupe afin de voir et vérifier de quoi il en retourne après quelques 10 ans d''existence.
Au moment de déballer le produit, je découvre aussitôt que le groupe et sa maison de disque n'ont vraiment fait aucun effort pour nous offrir un produit digne de ce nom. Je veux dire par là que, pour les quelques irréductibles comme moi qui continuent de préférer le support physique d'un disque (ou d'un DVD) plutôt que le téléchargement, la moindre des corrections aurait été de veiller à nous offrir quelque chose qui fasse au moins la différence. Le truc en plus quoi ! A commencer par un joli packaging plutôt que ce simple et bien modeste boitier cristal :-(

Démarrant mon visionnage par la partie Bonus, je m'aperçois, non sans surprise, à quel degré de succès se mesure la cote du groupe de nos jours. Enregistré sur le site du Download Festival (anciennement connu sous le nom des Monsters of Rock) en 2015 pour sa troisième participation en ces lieux (!!!), les américains de BLACK STONE CHERRY auront pu compter sur un public pour le moins réceptif. Et dans un contexte tel que celui-ci, voilà qui me permet de vérifier à quel niveau de popularité se situe aujourd'hui le groupe. D'autant que même sous cette pluie torrentielle, rien ne semblait vouloir démobiliser la foule. Bravo à eux !

Mais le vrai + de cette partie bonus, c''est l'interview que le chanteur et le guitariste auront accordé à l'une des journalistes du site. En quelques 20 minutes, Ben Wells et Chris Robertson y narrent le pourquoi de leur succès. Un succès semblant aller crescendo. Car l''histoire de BLACK STONE CHERRY c''est d'abord une histoire d'amitié remontant à l'enfance. Bien avant d'envisager de monter un groupe ensemble. Voilà sans doute l'une des clefs qui aura permis à ce groupe de traverser ensemble cette déjà première décennie de musique; sans le moindre changement de personnel, et ce, malgré certaines épreuves qui auraient pu avoir raison de n'importe quel autre groupe. Le chanteur se livre d'ailleurs avec une vraie et touchante sincérité quant à la dépression qu'il lui avait fallu combattre il n'y a pas si longtemps. Justement ! Ses amis étaient justement là pour l'aider à s'en sortir dans un moment aussi délicat que celui-là.
En résumé, cette entretien s'avère des plus intéressant pour qui voudrait comprendre ce qui, d''un rien, peu parfois faire toute la différence quant à la longévité et le succès d'un groupe sur la durée. Je sais personnellement de quoi il en retourne. Mais passons...

Au moment de démarrer cette heure et demi de concert, je suis donc plutôt dans les meilleurs dispositions.
Rapidement, lors des premières minutes de ce show chargé en électricité, je cherche a trouvé la meilleure restitution sonore possible. Et croyez-le ou non, malgré les 3 configurations proposées, aucune ne m'aura donné satisfaction. En Dolby Surround, en DTS ou en simple 5.1 rien n''y fera, le son est soit trop plat du fait de l'absence de fréquences basse, ou alors c'est tout le contraire, lesdites basses envahissent tout l'espace sonore au détriment des guitares. Zut, flûte et crotte de bique !
Du côté de la set list il y a peu à en dire. Chaque album du groupe étant ainsi représenté par quelques 4 ou 5 morceaux chacun. Même si l'on préférera toujours un titre plutôt qu''un autre en fonction de ses propres aspirations.

Il y a, comme sur les deux extraits des bonus, une chose qui vous saute instantanément au visage et aux oreilles durant tout le spectacle: La ferveur incroyable que dégage le public. Il n'est ainsi pas rare d'entendre ces quelques 15000 âmes d'un soir chanter les paroles à l'unisson du début à la fin de la plus part des morceaux. Édifiant !

Si le groupe est clairement impliqué dans ce qu'il fait, déployant une franche et réelle énergie, il en viendrait presque à ce que cela se retourne contre lui. La justesse du guitariste/chanteur notamment laisse parfois un peu à désirer. Mais c'est surtout au niveau du batteur que le problème se pose. John Fred Young, par le cirque visuel qu'il produit, finit par prendre trop souvent des allures digne du Muppets Show. Le garçon en devient assez vite fatiguant (et c''est là 'un batteur' qui vous parle).

Les musiciens ayant semble-t-il décidé de ne jouer que sur un seul registre, celui de l'énergie, il en résulte quelques morceaux ou les nuances se perdent franchement en chemin. C'est flagrant (et donc dommageable) sur une ballade telle que 'Peace is Free'. Pourquoi s'évertuer a la chanté a ce point à bloc ? C'est en vérité ce qui pour moi fait cruellement défaut à ce concert: Ce manque de variété et de nuances d'un titre à l'autre. Une erreur a mettre sur le compte de la jeunesse de ces musiciens sans doute. Je vous rappelle que même avec 10 ans de carrière derrière eux, les zozos n'ont encore qu'une petite trentaine d''années.

Enfin, et pour en terminer avec mes impressions mitigées, il est tout aussi regrettable que pour un tel concert, aucun autre back-drop que celui illustrant leur dernier album en date Magic Mountain n'ait été apporté. Voilà qui aurait permis de pallier a une trop grande uniformité des images proposées ici. Les américains n'ayant pas cherchés à varier plus que ça leur décor, au-delà de cette simple chaîne de montagnes enneigée. Si jolie soit-elle.

Verdict : Ce concert ne m'aura finalement pas donné l'envie d'acquérir quelques autres albums de ces pourtant méritant BLACK STONE CHERRY. Une autre fois qui sait ! Mais ça, c'est surtout à vous de voir.

14/20

Retrouvez cette chronique et plein d'autres choses sur le site: Le Déblocnot'


Suits (Remaster)
Suits (Remaster)
Proposé par EliteDigital FR
Prix : EUR 26,95

1 internaute sur 2 a trouvé ce commentaire utile :
2.0 étoiles sur 5 Fish se sera vraiment pris une veste cette fois ci., 29 avril 2016
Ce commentaire fait référence à cette édition : Suits (Remaster) (CD)
Fish !!!

Je ne t'ai pas seulement aimé au sein de Marillion, je t'ai adulé et vénéré jusqu'à "Clutching at Straws". Au moins...

Quand tu as pris le courageux pari d'entamer une carrière solo, alors que Marillion jouissait a l'époque d'un succès fabuleux et amplement mérité, j'ai voulu te suivre jusqu'au bout dans tes nouvelles aventures. "Vigil in Wilderness of Mirrors" avait clairement montré cette capacité que tu avais a te réinventer artistiquement, sans pour autant renier de ton ressent passif. "Internal Exile" s'émancipait clairement de ton passif de chanteur de rock progressif en proposant des choses nettement plus encré dans tes racines Écossaise, a l'image de l'illustration de ce deuxième album. Puis, après un obscure album de reprises, voilà que tu faisais paraître ce disque, "Suits", alors que ton aura avait déjà commencé a prendre sérieusement du plomb dans l'aile. Tu sais Fish, les écarts de langage, en ce bas monde... on les paye souvent cache.

"Suits", en plus d'être ultra léché dans sa production, ne choisit jamais une vraie direction. Ni complètement Rock, Pop ou Rock, Fish ne parvient que trop sporadiquement a capter l'attention sur la durée.
Inutile d'aller plus avant dans le(s) détail(s), ce troisième album studio de Fish est de ces albums que l'on écoute distraitement de temps a autres en tentant d'y trouver enfin le truc qui nous avait jusque là échappé. En vain !
Passé ses premières écoutes, on rangera ensuite cet album au milieu de tous les autres, en oubliant presque qu'il fut un jour enregistré par celui qui publiera juste après des albums autrement plus consistants et réussis que celui là. Le suivant, "Sunsets on Empire" pouvant encore en attester aujourd'hui. Mais était-il déjà trop tard pour que les fans de l'ère Marillion lui accorde encore un quelconque intérêt à l'époque ? J'ai envie de vous répondre par l'affirmatif. Quel dommage !

08/20
Remarque sur ce commentaire Remarques sur ce commentaire (6) | Permalien | Remarque la plus récente : May 3, 2016 12:04 AM MEST


Greatest Hits
Greatest Hits
Prix : EUR 22,27

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
5.0 étoiles sur 5 Tout fou Foo !, 26 avril 2016
Ce commentaire fait référence à cette édition : Greatest Hits (CD)
D'ordinaire assez réfractaire a tout ce qui porte la mention "Best Of" et/ou "Greatest Hits", je me suis pourtant laissé tenter par cet album du groupe de Dave Grohl (batteur de feu Nirvana pour ceux qui auraient été placé en hibernation ces 25 dernières années).
2 raisons m'ont ainsi poussées a l'acquisition de ce (bien nommé) Greatest Hits. La première d'entre-elle me permettait de m'immerger assez rapidement dans l'univers Rock des Foo Fighters, en quelques 15 morceaux, et ce afin de savoir une bonne fois pour toute de quoi il pouvait bien en retourner les concernant. Fort de quelques 8 albums a ce jour, l'ensemble regroupe ici des titres issus des 5 premiers albums du groupe. Mais ce qui m'aura définitivement décidé a me procurer un produit comme celui ci, c'est que, en plus de sa très belle édition en Digipack, l'objet est surtout augmenté de tous les clips vidéos de cette période. Et alors là c'est carrément le bonheur !
Car en plus de toutes ces fantastiques réalisations (franchement hilarantes pour certaines), ce sont là pas moins 21 titres qui m'auront été servis. Voilà ce qui s'appel en avoir pour son argent. Bravo les Foo !

Le seul hic finalement (car il y en a un et de taille), c'est qu'avec le pied que j'ai pris ici, je ne m'étonnerais point de céder a la tentation en tentant d'acquérir nombre des albums des Foo Fighters très prochainement. C'est malin !

19/20
Remarque sur ce commentaire Remarques sur ce commentaire (3) | Permalien | Remarque la plus récente : Apr 28, 2016 7:25 AM MEST


Gravity - Oscar® 2014 du Meilleur Réalisateur - Blu-Ray + DIGITAL Ultraviolet [Blu-ray] [Blu-ray + Copie digitale]
Gravity - Oscar® 2014 du Meilleur Réalisateur - Blu-Ray + DIGITAL Ultraviolet [Blu-ray] [Blu-ray + Copie digitale]
DVD ~ Sandra Bullock
Proposé par Art Cub
Prix : EUR 5,40

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
5.0 étoiles sur 5 Question(s) de temps !, 2 avril 2016
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Mmm ! Je crois que ce film n'est d'abord pas un film d'action. Ceux qui l'avait envisagé comme tel ont forcément dû déchanter.

Pour ma part, je pense que ce film est avant tout une expérience a ressentir bien plus qu'a voir. J'y ai vu pour ma part une métaphore, une parabole de ce qui pousse (ou pas) un homme ou une femme a vouloir continuer a VIVRE au milieu du néant. Dans les moments d'une vie ou tout d'un coup tout nous échappe et tout devient hors de contrôle malgré ce que nous sommes.
A partir de là, comment nous est-il possible de trouver la force et le courage d'aller de l'avant quand tout nous semble désormais inaccessible et/ou dénué d'un quelconque intérêt ?
- Comment poursuivre le chemin face au découragement ? Face au manque ? Face a la perte ? Face a l'oubli ?
- Quel comportement adopteriez-vous si vous vous retrouviez confronté a vous même sans le moindre soutien d'aucune sorte ? Comment affronté ÇA ?

Je crois que Gravity raconte tout ça justement. A quel moment et pourquoi choisit-on de renoncer ? D'abandonner ou pas ? De vivre ou de mourir ?

Nota: Pour ce qui concerne l'édition en Blue Ray, la partie Bonus s'avère des plus intéressante... Et dans bien des domaines.
Remarque sur ce commentaire Remarques sur ce commentaire (4) | Permalien | Remarque la plus récente : Apr 3, 2016 12:22 PM MEST


L'Étudiante et Monsieur Henri
L'Étudiante et Monsieur Henri
DVD ~ Claude Brasseur
Prix : EUR 14,99

13 internautes sur 15 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Frais et touchant., 3 février 2016
Ce commentaire fait référence à cette édition : L'Étudiante et Monsieur Henri (DVD)
Entre Comédie et Drame, ce joli film nous fait passer par des sentiments et des émotions assez divers. On s'amuse par endroits et l'on s'émeut l'instant d'après. On rit de bien des situations vécues par tous ces personnages, tant ils se montrent souvent fragiles et maladroits dans leur manières d'appréhender leur vie et celles de leurs proches. Et puis il y a aussi le fil rouge de ce film: Ou comment parvenir a s'accepter et se comprendre quand quelques 60 ans vous séparent l'un et l'autre ?

Plus tard, quand s'annonceront les dernières minutes du film, on mesurera, non sans quelques émois, combien nous ignorons si souvent a quel point nous pouvons compter l'un envers l'autre, l'un a travers l'autre ou l'un pour l'autre.

Très joli film qui parlera autant aux plus jeunes qu'a leur aînés. Sachant que L'Etudiante et Monsieur Henri ne verse jamais dans le sentimentalisme niaiseux. Vous savez, comme celui de La Famille B.

16/20
Remarque sur ce commentaire Remarques sur ce commentaire (5) | Permalien | Remarque la plus récente : Apr 2, 2016 6:41 PM MEST


Intouchables - Edition simple (César 2012 du Meilleur Acteur pour Omar Sy)
Intouchables - Edition simple (César 2012 du Meilleur Acteur pour Omar Sy)
DVD ~ François Cluzet
Proposé par MEDIA PRO
Prix : EUR 5,40

1 internaute sur 2 a trouvé ce commentaire utile :
5.0 étoiles sur 5 Oh merci ! Omar Sy., 2 février 2016
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Intouchables - Edition simple (César 2012 du Meilleur Acteur pour Omar Sy) (DVD)
Après quelques 400 commentaires clients, pensiez-vous sincèrement que j'allais être la quatre cent huitième personne a vous compter le menu de cette petite merveille de comédie humaniste ? Perdu !

Non, j'avais juste envie de m'offrir ce petit plaisir perso... un poil égoïste: Vous dire en 3 petites lignes a quel point il est bon de se laisser aller a regarder un film comme celui là, tant il est bourré jusqu'à la garde d'ondes positives.

"Intouchables" fait du bien, simplement parce qu'il parle de nous a travers notre capacité a vivre ensemble. Par delà nos différences, notre milieu social, notre culture ou notre éducation. Et en ces temps ou le communautarisme et les extrêmes font de plus en plus de dégâts, je cri là hourra !!!

19/20


Marguerite
Marguerite
DVD ~ Catherine Frot
Prix : EUR 19,17

8 internautes sur 9 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Catherine Faux, si il le faut., 30 janvier 2016
Ce commentaire fait référence à cette édition : Marguerite (DVD)
Très franchement, je ne serais pas étonné qu'une pluie de récompenses s'abattent sur ce Marguerite lors des prochains Césars.
Sa réalisation, les dialogues, LES ACTEURS (tous sans exception !), tout en effet concorde pour nous plonger avec un certain effroi dans l'histoire tragique et complètement abracadabrante (mais vraie) de cette femme de la haute bourgeoisie qui chantait (selon les dires) comme 1000 truies. L'espace d'un instant, on parviendra a rire d'autant de faussetés chez cette Dame. Le regard hébété du professeur de chant est assurément un grand moment lui aussi de ce côté là.
Puis assez vite, la gène s'emparera de nous en allant crescendo, assez instantanément. Le film y dépeignant avant toute autre chose, combien nous pouvons être, hommes et femmes de tous rangs, de pauvres imbéciles, vils, lâches, hypocrites, si parfaitement dégueulasses envers certains de nos semblables.
Une tare, un handicap ou simplement l'ignorance d'un dysfonctionnement chez un individu est-il digne que l'on s'en moque a ce point ? Ou pire ! que l'on s'en serve a des fins personnel ? C'est là l'une des grandes questions que pose le film sur nos tristes comportements en société vis a vis de nos semblables.

"Marguerite" est un film sublimement cynique. A voir autant qu'a méditer.

19/20


Joy Machine
Joy Machine
Prix : EUR 9,99

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
3.0 étoiles sur 5 Fred a terre., 24 janvier 2016
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Joy Machine (CD)
J'aurai tout aussi bien pu intituler ma bafouille "tout ça pour ça".

Autant sa pochette est des plus attirante (réussie), autant mon plaisir d'écoute de ce cinquième album studio d' Astonvilla aura engendré chez moi un plaisir bien timide. Pour ne pas dire assez décevant. Et puis 9 années d'attentes pour moins de 40 minutes de musique...

Astonvilla en 2014, c'est d'abord son chanteur: Fred Franchitti. Seul rescapé de la formation d'origine. Celui qui jadis savait écrire des textes bien troussés: Énigmatiques, poétiques, contestataires et même assez rebelles le plus souvent, comme ils l'avaient encore été sur le sublime et définitif "De Jour Comme de Nuit". De ces textes là, donc, il n'y a plus traces ici sur ce timide, bien court et bien moribond "Joy Machine". Fred nous y comptant son spleen, ces ruptures, l'abandon, la fuite, la distance, ou quelque chose comme ça, d'une voix monotone et sans relief apparent. A ce petit jeu là, il arrive que la méthode fonctionne, le temps de un ou deux morceaux. Mais sur la durée c'est autre chose. Et puis c'est aussi sans compter que deux autres titres sont eux carrément chantés en anglais. Zut !
Ce Astonvilla là revêt par bien des aspects des colorations nettement plus proche d'un Depeche Mode que de celui d'un Rock a haute teneur en électricité. L'univers de Bashung se fait également beaucoup ressentir au détour de titres tels que "Je Cultive" ou "Manhattan" (que j'aime beaucoup même dans sa répétition). Le problème majeur se pose d'avantage dans son rendu global selon moi. Celle d'une musique que je qualifierai ici de bien trop fainéante. Et pour un fan comme moi, ayant tous les albums du groupe, je suis quand même bien amère, quand bien même 3 ou 4 morceaux parviendraient, fort heureusement, a capturer momentanément mon attention.

Seul rescapé du disque précédent: Le batteur. On se demande d'ailleurs bien ce qui a pu le motiver a poursuivre l'aventure commune avec Fred, tant ce qu'il y joue aurait tout aussi bien pu l'être avec une machine (justement).
Les quelques notes de guitares, égrainées ça et là, par dessus d'épaisses orchestrations électro, ne permettent en rien au disque de décoller pour autant afin de le rendre plus attractif qu'il n'est.

12/20
Remarque sur ce commentaire Remarques sur ce commentaire (3) | Permalien | Remarque la plus récente : Apr 1, 2016 12:42 AM MEST


Tina Live (CD+DVD)
Tina Live (CD+DVD)
Prix : EUR 17,48

1 internaute sur 2 a trouvé ce commentaire utile :
5.0 étoiles sur 5 Bête de scène., 14 décembre 2015
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Tina Live (CD+DVD) (CD)
En 1996, lorsque le réalisateur David Mallet avait immortalisé le concert qu'avait donnée TINA TURNER (3 soirs de suite et devant 150 000 personnes) pour promouvoir son album Wildest Dreams , je pensais que la reine avait sans doute livré là l'un de ses derniers baroud d'honneur. Haut en électricité et en énergie, riche de morceaux d'anthologie, et porté par une super production a l'américaine, ce spectacle m'avait suffisamment marqué pour que j'en fasse de nouveau l'acquisition quelques années plus tard dans sa réédition en DVD.

Plus de 10 ans se seront écoulés. Et contre toute attente, la tigresse n'en démordrait pas... Jusqu'au bout. "Au diable mes 70 printemps... 50 ans de carrière ça se fête !" Voilà ce qu'a sans doute dû se dire au plus profond d'elle même cette incroyable et satanée Bonne Femme. Je le dis avec toute la bienveillance et tout le respect que j'ai pour cette femme au destin hors du commun et revenue de tout.
Mais comment fait-elle non d'un chien ? D'ou lui vient cette énergie ? Une telle puissance scénique ? Ce magnétisme ? Je l'ignore. Toujours est-il qu'a la vue de ce concert, filmé une nouvelle fois par David Mallet en 2009, il y a fort a parier qu'à la fin de ces 2 heures de spectacle (un peu plus même), vous soyez aussi rincé que tous les musiciens, danseuses et autres intervenants qui se seront donnés au public de TINA de façon aussi intense ce soir là.

Girls Power.

Outre les musiciens exceptionnels qui accompagnaient TINA sur cette dernière tournée (dont les fidèles Jack Bruno à la batterie, John Miles à l'une des guitares et Ollie Marland aux claviers), on comptera au total 7 musiciens + 2 choristes ainsi que 4 danseuses. Et quelles danseuses !!!! Cocorico, l'une d'elle est même française. Les premières images du concert s'ouvre d'ailleurs sur son superbe postérieur moulé dans une culotte couleur d'or. Arrrgh !!!! (remember le loup de Tex Avery... Vous me suivez !).
Le réalisateur, devant de telles plastiques, est aller jusqu'au bout de ses phantasmes, mettant chacune de ses beautés en valeur aussi souvent qu'il le souhaitait. Mais se serait occulter un peu vite tout le travail de danses et de chorégraphies que ces quatre canons fournissent tout du long pour supporter l'hypnotique TINA vers qui tous les regards convergent (non ce n'est pas un jeu de mot foireux !) malgré tout.

Ce qui est d'ailleurs assez unique dans un spectacle de TINA TURNER, c'est ce sentiment que toutes ces femmes, malgré les sept hommes qui les entourent, détiennent le contrôle total du spectacle. L'attention et la tension, se sont elles qui en on le pouvoir tout du long. Bien sûr il y a TINA qui, d'un simple regard, d'un mot, d'un geste est aussitôt capable de retourner toute une arène a son avantage. Quelques 70 000 personnes sont ainsi venus manger dans la main de "tigresse Tina". Il faut le voir pour le croire. Cette joie se lit ainsi sur chacun des visages filmés ce soir là. Evidemment. Un concert de TINA c'est l'assurance de passer un moment de pur bonheur partagé. Les musiciens s'éclatent tellement sur scène, qu'on le ressent instantanément. Et puis comment ne pas adhérer face a un tel concentré de perfection. Mise en scène "Larger than Life" (avec cascades à l'appui), lumières sublimes, son limpide et massif. Et puis encore et toujours ces danseuses qui irradient et dynamite, par leur aisance et leur présence, une collection de morceaux qui sont autant de "Classiques" dans le répertoire de la chanteuse.
Car ce soir là en effet, il n'y avait que ça... Des Classiques. La presque septuagénaire aux jambes de gazelles ne concentrant son répertoire que sur ses 3 premiers albums solo a succès, a savoir Private Dancer (6 morceaux), Break Every Rules (2 morceaux: Zut !) et Foreign Affair (4 morceaux).
Le reste est un concentré de toute sa carrière annexe. D'abord celle réalisée aux côtés de son cinglé d'ex mari Ike Turner, puis d'ajouter 2 Bandes Originales de film, dont l'incontournable "We Don't Need Another Hero" issu de Mad Max 3 puis "Goldeneyes" tiré du James Bond du même nom. Au registre des surprises, TINA nous ressort "The Acid Queen" extrait du film basé sur l'album conceptuel Tommy des Who, ainsi qu'un clin d'œil très appuyé a l'égard des Rolling Stones, et qui verra l'éminente choriste Lisa Fisher (choriste officielle des Stones depuis 1989), s'époumoner, avec le métier qu'on lui connait, sur "It's only Rock'n'Roll (But I Like It)".

Au milieu de ce spectacle dense, si magnifiquement agencé et orchestré, TINA et son équipe ont aussi eu recourt a quelques stratèges pour permettre aux danseuses et a elle même de pouvoir changer de costumes et/ou de tenues. Pour TINA cela revêt sans doute aussi un autre aspect: S'économiser un peu. Rappelons que le show dure plus de 2 heures et que la Dame approche gentiment de ses 70 ans...
Il n'est ainsi pas rare de voir apparaître quelques interludes musicaux chorégraphiés (sur les titres des B.O) ou les deux choristes donner de la voix chacune a leur tour.

Là ou le spectacle s'éternise et se perd un peu, c'est au moment ou TINA prend le soin de nous présenter tous (je dis bien tous) les acteurs ayant œuvrés pour la réussite du spectacle. On passe donc en revue tous les musiciens: Les choristes, les danseuses, mais aussi les acrobates ainsi qu'une bonne partie de l'équipe technique. A ce petit jeu des présentations (cela permettant a TINA de reprendre clairement ses esprits avant l'assaut final), l'intensité du spectacle s'évanouie quelque peu, alors que ce temps imparti aurait pu être l'occasion d'ajouter 1 ou 2 morceaux de plus. Ceux de l'album Break Every Rules par exemple. "Overnight Sensation" ou le sensuel "Paradise is Here" et son saxo langoureux n'auraient pas été superflu selon moi. Qu'a cela ne tienne. Un spectacle aussi vitaminé que celui là, il n'y en a pas légion, même de nos jours.

Tout simplement ébouriffant !
Remarque sur ce commentaire Remarques sur ce commentaire (8) | Permalien | Remarque la plus récente : Apr 5, 2016 8:34 PM MEST


Innamoramento
Innamoramento
Prix : EUR 18,99

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
5.0 étoiles sur 5 N°5, 27 novembre 2015
Ce commentaire fait référence à cette édition : Innamoramento (CD)
Après un disque résolument tourné vers des sonorités Rock (Anamorphosée), terrain sur lequel les fans n'attendaient certainement pas la jolie rouquine, voilà que Mylène s'en retournerait a quelque uns des univers sur lesquels elle avait bâti son statut d'icône transgressive et provocante quelques années plus tôt. Certains parlerons donc ici de rétropédalage, tandis que les autres s'en seront plus sûrement réjoui.
Si ce cinquième album revêt indéniablement quelques réminiscences des albums que sont Ainsi sois-je... et l'Autre..., Innamoramento n'en demeure pas moins un album atypique dans la mesure ou Mylène y aborde, sur nombre de ses nouvelles compositions, des thèmes très souvent emprunts de spiritualité.
Comme toujours, en choisissant de revenir a une certaine esthétique vocale (celle de ses débuts donc) sur ce disque, il n'est pas toujours évidant de comprendre ce que nous conte la chanteuse. La retranscriptions des textes dans le livret seront là pour pallier a ce que les détracteurs de Mylène continueront de lui reprocher jusqu'au bout: On comprend rien a ce qu'elle chante !!!

Quoi qu'il en soit, ce disque, plutôt porté par des arrangements liés à l'univers electro/pop, est assurément un disque parfaitement maîtrisé de bout en bout. Si j'avoue l'avoir ignoré tout au long de ces années (comme beaucoup d'autres albums de la chanteuse d'ailleurs), sa découverte a retardement se sera avérée être un plaisir constant pour moi. Et ce, de la première à la dernière mesure.
Pas sûr que les deux ou trois albums qui lui auront succédé aient suscité le même engouement. Même chez les fans les plus fervents.

17/20


Page : 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11-20