Profil de Fr. Beaudoin-prise 2 > Commentaires

Fiche d'identité

Contenu rédigé par Fr. Beaudoin-p...
Classement des meilleurs critiques: 1.188.583
Votes utiles : 27

Chez vous : découvrez nos services personnalisés en pages d'aide !

Commentaires écrits par
Fr. Beaudoin-prise 2 "Le Vigilant" (Québec, Ville fortifiée (Canada ))

Afficher :  
Page : 1
pixel
Sonates Vol 2
Sonates Vol 2
Prix : EUR 20,67

Aucun internaute (sur 2) n'a trouvé ce commentaire utile :
2.0 étoiles sur 5 Limites techniques ? et... prise de son brouillonne !, 3 mars 2007
Ce commentaire fait référence à cette édition : Sonates Vol 2 (CD)
J'ai déjà encensé le volume 1 de cette série (opus 5). Tel ne sera pas le cas pour ce second volume consacré à quatre sonates du Quatrième livre de J-M Leclair. Bien des athlètes se sont cassés les reins vouloir interpréter quelques unes des plus redoutables sonates de ce répertoire (Livre 4). Mais ce qui frappe d'abord dans cet enregistrement, c'est la prise de son «brouillonne», sourde, toute en basse fréquence, qui n'avantage en rien le violon qui se doit d'être souverain au royaume des embûches de Leclair. Ce qui est plus dommage, c'est que le jeu de l'artiste, est lui aussi, brouillon, approximatif, empesé et parfois carrément inaudible dams des moments ou les difficultés atteignent leur paroxysme; en effet, quel beau gâchis que la fin du Tambourin-Presto de la sonate no 3 ou l'artiste fait bourdonner son violon dams un sourd et lourd vrombissement inaudible !

Le bel allegro enflammé et la gigue énergique de la sonate no 7 notamment sauvent timidement la mise. Mais, en définitive, on reste sur sa faim. Le récital est certes quelque peu ennuyant. Et la prise sonore ruine le dialogue entre l'artiste et l'auditeur qui ne parvient pas à demeurer captif.

De plus, Madame Wallfisch n'a pas su choisir non plus les plus belles et les plus redoutables sonates du quatrième Livre. C'est bien dommage... Limites techniques ? Allez savoir... Enfin, la prestation récente de Patrick Bismuth du même Livre reste indétrônable.


Works for Violin & Bass Continuo
Works for Violin & Bass Continuo

2 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Archet conquérant..., 28 janvier 2007
Ce commentaire fait référence à cette édition : Works for Violin & Bass Continuo (CD)
Certains athlètes se sont casser les reins à vouloir interpréter certaines pièces ici gravées pour violon et basse continue (lire : Manze -HM) Tel n'est pas le cas ici. Hélène Schmitt se révèle à la fois virtuose et d'une justesse exemplaire dans l'interprétation d'aeuvres pour violon moult fois enregistrées mais dont on tient ici la meilleure gravure avec celle, bien sûr, de Reinhard Goebel (Archiv). Inventive, parfois furieuse, elle ne craint pas de prendre des risques; elle révèle toute sa fabuleuse technique en livrant ici et là quelques pirouettes qui font le bonheur de l'auditeur résolument captif.

Son plus grand mérite est de rendre Bach captivant, attrayant, mordant.

La Fugue pour violon et basse continue BWV 1026, notamment, est un petit chef-d'oeuvre d'inventivité, démontrant la très grande virtuosité de l'interprète. Elle fait décidément ce qu'elle veut de son violon. Quelle technique ! Et ces accords torturés en basse fréquence !

Délectez-vous également du premier mouvement, en violon solo, de la sonate BWV 1023.

Bien que visionnaire, voire expérimentatrice dans son approche, madame Schmitt conserve «l'esprit Bach» se gardant bien de quelconque frivolité et de surenchère inutile.

Une référence.


J.-S. Bach : Sonates et Partitas pour violon seul
J.-S. Bach : Sonates et Partitas pour violon seul
Prix : EUR 29,90

25 internautes sur 26 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Du Bach extrême ..., 19 janvier 2007
Ce commentaire fait référence à cette édition : J.-S. Bach : Sonates et Partitas pour violon seul (CD)
D'entrée de jeu je dois mentionner que cette prestation, absolument démentielle, ne plaira pas aux puristes. En effet, Gidon Kremer livre ici une vision extrêmement personnelle et engagée des sonates et partitas de Bach. Je dois saluer l'audace visionnaire, voire expérimentatrice du violoniste qui sort ici carrément des sentiers battus. Un atout majeur pour Kremer : son superbe violon «Guarneri del gesu» qui déploie une sonorité absolument sublime, rarement entendue dans la discographie.

Kremer sculpte littéralement les oeuvres de Bach; il morcelle chaque accord, les découpent, toujours avec un archet incisif, extrême, infiniment intense, mordant son violon comme s'il le découpait. L'intensité qui s'en dégage nous rends littéralement captif de la science déployée par l'artiste pour une redécouverte de Bach; c'est manifestement son pari : jouer du Bach comme personne ne l'a jamais osé. Quel sublime déploiement d'énergie ! Et quelle superbe réussite ! Écoutez pour vous en convaincre l'archet conquérant du «Double-presto» de la Partita no 1, la «Sarabande» et l'inouï «Tempo di borea» !

La prestation de Kremer m'envoûte et me passionne ; elle accélère mon rythme cardiaque; bref, elle me rends complètement captif et me subjugue. Elle exerce en effet un puissant ascendant sur ma matière grise. Notons que cette prestation est aux antipodes de celle de Julia Fischer.

À vous de choisir.


Page : 1