Profil de Le Lorgnon mélancolique > Commentaires

Fiche d'identité

Contenu rédigé par Le Lorgnon mél...
Classement des meilleurs critiques: 647
Votes utiles : 469

Chez vous : découvrez nos services personnalisés en pages d'aide !

Commentaires écrits par
Le Lorgnon mélancolique (Paris, France)
(TOP 1000 COMMENTATEURS)   

Afficher :  
Page : 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9
pixel
Wild Man Dance
Wild Man Dance
Prix : EUR 15,99

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
4.0 étoiles sur 5 Retour à Coltrane, 18 avril 2015
Ce commentaire fait référence à cette édition : Wild Man Dance (CD)
Très beau disque "live" enregistré au Festival polonais Jazztopad en novembre 2013 et qui marque le retour du saxophoniste au sein du label Blue-Note après des décennies chez ECM. Un nouveau quartet avec le pianiste Gerald Clayton (remplace Jason Moran), le bassiste Joe Sanders (à la place de Ruben Rogers) et le batteur Gerald Cleaver (prenant la place de Eric Harland), ensemble augmenté de musiciens grecs, Sokratis Sinopoulos joueur de lyra (sorte de violon tenu verticalement) et Miklos Lucaks au cymbalum qui apportent une discrète note "orientalisante". Six longues compositions (spécialement composées pour le Festival) d'inspiration nettement coltranienne, tantôt élégantes, gracieuses, turbulentes ou dynamiques, tantôt méditatives, pacifiques et émotionnelles. A noter le jeu puissant et inspiré du pianiste Gerald Clayton, propulsé par la batterie de l'excellent Gerald Cleaver (lequel "pulse" sur certains morceaux à la manière du grand Elvin Jones). L'enregistrement malheureusement est assez médiocre (conditions du "live"?), c'est un peu dommage - la technique de prise de son ECM au moins était garante d'un son "propre". Un disque intéressant qui montre qu'à 75 ans Charles Lloyd, au sommet de ses capacités artistiques, reste un (le?) maître qui assure pleinement l'héritage coltranien (via Sonny Rollins!).


Monsieur Chouchani : L'énigme d'un maître du XXe siècle (Essais et documents)
Monsieur Chouchani : L'énigme d'un maître du XXe siècle (Essais et documents)
Prix : EUR 9,99

4.0 étoiles sur 5 Le grand mystère, 18 avril 2015
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Monsieur Chouchani était un génie hypermnésique probablement né en Lituanie à la fin du XIXème siècle qui connaissait la Torah par cœur à trois ans, et tout le reste (Talmud, commentaires, et commentaires des commentaires) à cinq. Ce mystérieux érudit hébraïsant dont on sait si peu de choses alors qu'il est l'un des esprits les plus puissants du XXe siècle fut le maître de Levinas et d'Elie Wiesel. On dit que Borges aurait été "enseigné" par lui. Sur ce personnage énigmatique et ambigu (ses immenses qualités sont à l'égal de ses défauts), mort à Montevideo le témoignage/essai de Salomon Malka fondé sur une interview d'Elie Wiesel qui l'a connu en 1946-1947 est très troublant. Même si à la fin de l'enquête le mystère reste entier, néanmoins les dernières pages où Elie Wiesel essaie de synthétiser ce que l'on sait à propos de Chouchani me paraissent intéressantes pour avoir (finalement) une certaine idée du personnage. Même si l'on reste sur sa faim, l'histoire, le personnage sont fascinants.


Coming Forth By Day
Coming Forth By Day
Prix : EUR 15,99

3 internautes sur 3 ont trouvé ce commentaire utile 
2.0 étoiles sur 5 Morte aux champs d'horreurs du marketing, 11 avril 2015
Ce commentaire fait référence à cette édition : Coming Forth By Day (CD)
Enlevez l'écrin sophistiqué de l'orchestration (aux couleurs originales reconnaissons-le), il reste une voix languissante, exténuée, sans conviction ni nerf, lénifiante et finalement complètement soporifique. Où est la chanteuse maîtresse de son art, sachant enflammer le public du Festival de Marciac??? Ici encore est passé le rouleau compresseur du marketing dont le seul objectif est de fabriquer de la "musak" pour ascenseurs ou galeries commerciales... Cassandra Wilson a oublié qu'elle était une chanteuse de jazz. Triste. Revient-on d'une telle trahison? Coming forth by day another day?


Fin d'hiver: Lettres à Lucien
Fin d'hiver: Lettres à Lucien
Prix : EUR 6,99

5.0 étoiles sur 5 Touchant et édifiant, 3 avril 2015
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Fin d'hiver: Lettres à Lucien (Format Kindle)
Une longue lettre d'amour à celui qui n'est plus comme l'aurait aimée l'intéressé, à savoir le malicieux et subtil historien de la philosophie, Lucien Jerphagnon. Son épouse Thérèse lui dit son chagrin avec une retenue, une dignité et une sensibilité qui rappellent les grands auteurs romains dont Lucien était le grand connaisseur. Un couple tendrement complice comme deux oiseaux "inséparables" donnant au lecteur l'exemple rare d'une vie à deux construite dans un amour fait d'admiration et de respect mutuels. Par les temps qui courent une rareté et un bel exemple... A lire en complément des ouvrages de Lucien Jerphagnon pour l'éclairage plus "intime" de la personnalité de cet homme exceptionnel.


Trees of Light
Trees of Light
Prix : EUR 20,35

2 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Un "Objet Sonore Non Identifié" ! ! !, 22 mars 2015
Ce commentaire fait référence à cette édition : Trees of Light (CD)
Koto, voix et contrebasse, les trois éléments ici d'un album très inhabituel et d'une réussite totale. Le vétéran bassiste suédois Jormin - connu pour ses propres albums et son travail avec Bobo Stenson et Charles Lloyd - s'est adjoint les 25 cordes du koto de l'extraordinaire Karin Nakagawa et la voix incantatoire de la chanteuse folk suédoise Lena Willemark. Enregistré en Suède en mai 2013, on se délecte à l'écoute de quelque chose à la texture totalement inclassable tout au long de la douzaine de morceaux composés par l'un ou l'autre des musiciens. Jormin croise des musiques, ambiances de différents horizons (Europe du nord, Moyen orient, Japon) avec un réel bonheur. Une preuve musicale que les traditions lorsqu'elles sont maîtrisées (et non pas plaquées les unes sur les autres ou vaguement (con)fusionnées) se rejoignent sur un plan de beauté universel (qui ici participe nettement du chant incantatoire, de la mélopée à consonance disons... chamanique). Un "Objet Sonore Non Identifié" dans le catalogue de la firme ECM qui, là encore, nous surprend par son audace, son non-conformisme musical. A écouter de toute urgence.
Remarque sur ce commentaire Remarque sur ce commentaire (1) | Permalien | Remarque la plus récente : Apr 2, 2015 4:11 PM MEST


L'École du Mystère
L'École du Mystère
Prix : EUR 12,99

2 internautes sur 3 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Bruit de fond, 6 mars 2015
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : L'École du Mystère (Format Kindle)
Si le roman du XIXe siècle dévoile les réalités, et seule la littérature pouvait les dénuder parce qu'elle en avait seule la volonté, le courage, et les moyens, il faut se demander si ce n'est pas le contraire aujourd'hui : le roman aurait tendance à les masquer. Toute "la littérature digestive" qui figure en tête de gondole semble "un moyen d'organiser le passé d'une manière qui ne pèse pas trop sur les épaules" comme André Glucksman le dit de l'Histoire. Philippe Sollers semble un des rares écrivains à inverser cette pente, d’un récit à l’autre, d’un "roman" à l’autre, il restitue avec alacrité, humour, vitesse, la matière vive du réel, du présent dans sa toute soutenable pesanteur. En créant le personnage de Fanny (avatar de tout ce que le contemporain a d’absurde, comique, veule, effondrant), ce subterfuge lui permet de donner la mesure et le format d’un habituel d’époque, d'un type d’humanité ou, comme disait Georges Pérec, d’un "bruit de fond". En fin de compte et ce n'est pas si fréquent, un livre qui illustre à merveille ce qu'Adorno disait de la musique de Schoenberg : "Elle honore l'auditeur parce qu'elle ne lui concède rien".


Bric et broc
Bric et broc
par Olivier Rolin
Edition : Broché
Prix : EUR 13,70

5.0 étoiles sur 5 REMARQUABLE ! ! !, 4 mars 2015
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Bric et broc (Broché)
Ne vous fiez pas au titre, ces essais d'Olivier Rolin sont beaucoup plus que des conférences de fond de tiroir... Ses analyses du phénomène littéraire sont d'une pertinence, d'une profondeur qui pourrait bien en remontrer à des scholiastes patentés de l'université. Toute la différence entre le praticien (l'écrivain) et le commentateur.


La Civilisation des prénoms
La Civilisation des prénoms
Prix : EUR 14,99

3 internautes sur 3 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Précis de bathmologie, 27 février 2015
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : La Civilisation des prénoms (Format Kindle)
Une fois de plus Renaud Camus, sans doute l'un des meilleurs analystes de notre civilisation finissante, met toutes les ressources de sa sagacité (et de son humour) pour décrire le règne du faux, "ce double inversé du réel" qu'il dénomme "faussel". Le règne ou la manie du prénom étant une entrée (certes à forte valeur symptomatique et symbolique) pour ce faire. Bien évidemment, la subtile déconstruction bathmologique de la "doxa" ambiante, via notamment une généalogie de "l'effondrement syntaxique", est inaudible par les temps qui courent ou fera l'objet d'une censure auto-protectrice : qui veut aujourd'hui entendre parler de la RÉALITÉ (décivilisation, déculturation, nocence généralisée, "soi-mêmisme")? Face aux forces démobilisatrices régnantes qui, au cri de "pasdamalgame", se livrent aux plus délétères et aberrantes confusions (car tout doit être remis à plat, dé-signifié et "amalgamé", c'est-à-dire non discriminé sous le régime du "gnangnisme" avant liquidation et remplacement), on s'étonne qu'il existe encore des esprits pour dire que le roi est nu. Ce lumineux précis de survie en zone en cours d'effondrement rend encore plus abyssal le mystère de la résignation à l'aveuglement, à la surdité... Ceux qui du sel de la vie veulent préserver ce qui leur tient encore à cœur, se réuniront autour de ce livre. Livre dont l'auteur, rappelons-le, est l'objet d'un ostracisme pratiqué de longue date, avec une intensité variable, ce que Sollers parlant de Spinoza appelle un "herem doux" : "silencieux, insinuant, dissolvant, peut-être le plus efficace. Pas de martyre, de crucifixion, de proscription officielle : la censure-réflexe, le bas bruit, l'effacement des traces, rien de nouveau sous le soleil." ("L'Ecole du mystère").


Break Stuff
Break Stuff
Prix : EUR 17,99

2 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Surprenant et décevant!, 18 février 2015
Ce commentaire fait référence à cette édition : Break Stuff (CD)
Assez d'accord avec le commentaire précédent ("civodul"), musicalement un album très abouti: compositions très contrastées, ambiances tonales très imaginatives avec des développements inattendus, des fulgurances inouïes, surtout un doigté remarquablement puissant avec une maîtrise main gauche incroyable (qui n'a rien à envier à un Brad Mehldau). Mais toutes ces couleurs desservies par un son "ECM" qui commence à laisser désirer, plus à la hauteur de certaines pointures comme Vijay Iyer dont la vélocité complexe et surtout le toucher très nuancé ne sont pas restitués par la prise de son : le piano "sonne" mal, un son pâteux, l'excès d'écho fait reculer la basse et la batterie dans un arrière-plan où acoustiquement ils manquent de définition. L'esthétique à l’élégance un peu glacée qui a fait le prestige de la marque (nordique) dans les années 70 trouve là sa pierre d'achoppement! De plus petits labels (comme CAM Jazz) font de bien meilleures réalisations (son plus présent, plus vivant)...


Un jour
Un jour
Prix : EUR 9,99

4 internautes sur 4 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Magnifique!, 8 février 2015
Ce commentaire fait référence à cette édition : Un jour (Format Kindle)
Comment dire la perte d'un être cher sans tomber dans deux écueils: tirer la couverture du tragique à soi pour faire mousser sa petite vanité d'écrivain, tomber dans le pathétique du tire-larmes et se faire un lectorat sans peine. Michel Crépu évite magistralement ces deux travers. Son livre est immensément digne, d'une probité de cœur et d'esprit irréprochable. Il a su trouver le ton juste: pas de pathos, pas de clichés; un accent sobrement élégiaque que tempère une pointe d'humour - le meilleur pied-de-nez que l'on puisse faire à la Camarde. On atteint par moments au meilleur du Pagnol des "Souvenirs d'enfance". Nous sommes nombreux à nous retrouver dans l'évocation d'un homme et d'une époque, celle des "trente glorieuses", que Michel Crépu dépeint avec les fines nuances d'un Kodachrome légèrement décoloré. Magnifique.


Page : 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9