Profil de Barbalala > Commentaires

Fiche d'identité

Contenu rédigé par Barbalala
Classement des meilleurs critiques: 4.297
Votes utiles : 288

Chez vous : découvrez nos services personnalisés en pages d'aide !

Commentaires écrits par
Barbalala
(TESTEURS)   

Afficher :  
Page : 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8
pixel
La robe d' Hannah
La robe d' Hannah
par Pascale Hugues
Edition : Broché
Prix : EUR 19,90

2 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Un document passionnant, 29 septembre 2014
Ce commentaire fait référence à cette édition : La robe d' Hannah (Broché)
Pascale Hugues a choisi de nous raconter l’histoire de sa rue à Berlin, depuis sa construction en 1904 jusqu’à aujourd’hui, sujet très casse-gueule et qui avait toutes les chances d’être ennuyeux au possible ; c’est en tout cas que j’ai pensé en lisant la quatrième de couverture.
Puis, dès les premières pages, on est frappé par la qualité de l’écriture, la précision du vocabulaire et le style impeccable de l’auteur, qui parvient dès le premier chapitre à nous passionner pour son sujet. C’est qu’à travers la destinée de quelques voisins d’une rue secondaire de Berlin - qui n’est d’ailleurs pas nommée tout au long du livre - elle nous conte en réalité, avec brio, l’histoire de l’Allemagne sur plus d’un siècle.
Ce qui est remarquable, c’est qu’elle réussit à rendre intéressants les résultats de ses recherches historiques extrêmement complètes et précises. Même les listes de noms des entrepreneurs ou de divers voisins, les lettres de plaintes des locataires, de multiples détails a priori rébarbatifs, deviennent des éléments de toute la nostalgie qui émane de ce livre, merveilleusement écrit.
L’auteur a eu le mérite de retrouver et de rencontrer plusieurs des anciens habitants de cette rue, des Juifs allemands qui ont fuit le nazisme aux Etats Unis ou en Israël, des Allemands qui sont restés à Berlin, et, pour plusieurs d’entre eux, leurs descendants. Toutes ces vies se sont croisées à un moment de l’histoire, dans la même rue, mais le temps passe et la rue poursuit sa destinée avec d’autres habitants. Les quelques photos des anciens voisins retrouvés par l’auteur, témoins d’un passé révolu, sont vraiment touchantes.
On sent que Pascale Hugues s’est passionnée pour son sujet et qu’elle a développé une tendresse particulière pour ses anciens voisins et son pays d’adoption. Son enthousiasme est contagieux. On rêverait de pouvoir lui commander un tel livre sur la rue de son enfance.


Sept années de bonheur
Sept années de bonheur
par Etgar Keret
Edition : Broché
Prix : EUR 18,00

1 internaute sur 2 a trouvé ce commentaire utile :
2.0 étoiles sur 5 Amusant, 29 septembre 2014
Ce commentaire fait référence à cette édition : Sept années de bonheur (Broché)
Ce livre est une chronique de la vie de l’auteur sur sept ans à partir de la naissance de son fils à Tel Aviv. Fait de courts chapitres sur différents petits événements de sa vie. Beaucoup d’humour et de dérision dans ce recueil qui se lit très facilement.
On peut cependant regretter l’absence de véritable structure ou d’un fil conducteur dans ce livre, qui s’apparente à un recueil de nouvelles. La qualité des chapitres est d’ailleurs très inégale, certains étant très anecdotiques et assez inutiles.
L’intérêt principal du livre est le récit de la vie que l’auteur mène en Israël, la précarité des choses, qui à tout moment peuvent voler en éclats, sa vision du monde en tant que jeune Israëlien juif voyageant beaucoup et conservant tout de même énormément de préjugés sur certaines nations. A ce propos, l’auteur, qui dénonce l’antisémitisme dont il fait l’objet, n’hésite pas à afficher son rejet ou sa méfiance de certains pays tout entiers, ce qui manque un peu de subtilité. Ainsi, par exemple, les Suisses sont « du genre froid » (p. 50) et l’Europe de l’Est est antisémite (p. 42ss).
Un livre assez amusant, léger, mais oublié aussi rapidement qu’il a été lu.


Flora
Flora
par Gail Godwin
Edition : Broché
Prix : EUR 22,50

4.0 étoiles sur 5 A découvrir, 29 septembre 2014
Ce commentaire fait référence à cette édition : Flora (Broché)
Durant l’été 1945, Helen Anstruther, jeune fille intelligente et mûre de 10 ans, se retrouve seule dans la maison familiale en Caroline du Nord sous la garde de Flora, sa jeune cousine de 22 ans qui souhaite devenir institutrice. Elle a perdu sa mère et récemment sa grand-mère adorée, tandis que son père travaille à une mission secrète pour l’armée américaine. Helen, la narratrice devenue écrivain, se remémore ce huis clos qui a changé sa vie et qui durera le temps d’un été. Il est clair dès les premières lignes que quelque chose d’irrémédiable s’est alors produit et que le cours des choses aurait pu être changé.
Au début du livre, on se perd un peu dans une multitude de personnages et des retours en arrière parfois difficiles à suivre, mais une fois que les personnages ont été bien campés, on est emporté par cette histoire familiale merveilleusement écrite et pleine de rebondissements.
Ce qui frappe le plus, c’est la capacité de l’auteur à se mettre dans la peau d’une jeune fille de dix ans, qui se sent déjà mûre tout en ayant encore l’apparence d’une enfant et dont les jugements très affirmés sur son environnement sont encore partiellement influencés par son entourage. Sa compréhension du monde adulte est extrêmement bien rendue, ses désillusions merveilleusement décrites. L'intrigue m'a beaucoup fait penser à l'excellent Expiation de Mc Ewan.
Vraiment un excellent roman, plein de subtilité, de tension, et dont les images et impressions restent longtemps en mémoire.


L'amour et les forêts
L'amour et les forêts
par Éric Reinhardt
Edition : Broché
Prix : EUR 21,90

29 internautes sur 37 ont trouvé ce commentaire utile 
1.0 étoiles sur 5 Ennui profond, 29 septembre 2014
Ce commentaire fait référence à cette édition : L'amour et les forêts (Broché)
Tout m’a déplu dans ce livre, à commencer par le thème peu imaginatif de l’auteur racontant la vie d’une de ses lectrices, rencontrée tandis qu’il peine à écrire un nouveau livre ; cela donne franchement l’impression qu’il n’a pas de sujet. Puis, on ne voit pas pourquoi l’auteur se met en scène, si ce n’est pour faire l’apologie de son précédent livre, en mettant dans la bouche de sa lectrice toute une série de compliments, dont le plus ridicule est que seule la lecture de son précédent livre lui « a de nouveau donné de la lumière » (page 245). C’est d’une prétention extraordinaire.
Mais le plus grave, c’est que Bénédicte Ombredanne n’est jamais crédible, l’auteur ne parvenant pas à s’effacer derrière son personnage féminin. Il est en effet impossible de se mettre dans la peau de cette femme tant on a l’impression que ses pensées sont celles d’un homme ou d’un personnage fabriqué à la va-vite. On a de la peine à croire qu’une femme timide, qui subit le harcèlement de son époux et excuse sa violence en prétendant l’aimer, puisse tout à coup répondre des insanités sur Meetic, qui sont très clairement celles d’un homme. L’auteur ne se donne pas non plus la peine de nous faire comprendre comment une femme cultivée, agrégée de lettres et professeur dans un lycée, qui prétend affirmer sa liberté en trompant son mari, s’avère incapable de le quitter ou du moins de répondre à ses agressions, ne serait-ce que pour protéger ses enfants. Franchement le mystère demeure et il n’est même pas crédible qu’elle ne s’en ouvre pas au moins à ses amies. Quant au discours féministe que cette femme soumise tient à sa propre fille, il est complètement risible et hors sujet. On ne croit pas une seule seconde à ce personnage péniblement créé par un auteur omniprésent. De même, l’amant est inconsistant et on ne parvient pas à se défaire de l’idée que ses élucubrations mortellement ennuyeuses sur la beauté de la nature en automne et les spécificités du tir à l’arc sont celles de l’auteur lui-même. Même la scène de séduction des amants est ridiculement entrecoupée de considérations alambiquées sur Villiers de L’Isle-Adam. Quant au mari, c’est une caricature lointaine et sans intérêt - pour qui l’auteur est « un homme inaccessible » (p. 255) c’est dire! -, ce qui ne permet pas non plus de comprendre pourquoi Bénédicte Ombredanne s’obstine à rester avec lui.
Enfin, le style est souvent lourd, les phrases parfois interminables et peu claires, en particulier lorsque l’auteur part dans ses délires sur la nature ou certains auteurs. Cela dit, il faut reconnaître que certains passages sont assez réussis, en particulier le chapitre très drôle sur Meetic.
En résumé, c’est un livre prétentieux dont les personnages caricaturaux ne sont qu’un prétexte pour nous abreuver de considérations pseudo-intellectuelles profondément ennuyeuses.


L'homme qui souriait
L'homme qui souriait
par Henning Mankell
Edition : Broché
Prix : EUR 7,90

2 internautes sur 4 ont trouvé ce commentaire utile 
1.0 étoiles sur 5 Bof..., 29 novembre 2012
Ce commentaire fait référence à cette édition : L'homme qui souriait (Broché)
C’est une enquête de l’inspecteur Wallander, qui commence par un crime déguisé et dévoile d’emblée qui est l’assassin. On suit alors l’inspecteur et son équipe dans une enquête qui piétine sur de nombreuses pages et qui contient certaines invraisemblances à mon avis (pourquoi l’inspecteur Wallander et la secrétaire Duner, qui sont presque tués par une bombe au tout début de l’enquête, ne sont plus inquiétés par la suite ?). Les 50 dernières pages comportent un certain suspense, mais je les ai trouvées décevantes par le fait que l’auteur des crimes avoue tout en bloc et que certains points de l’enquête ne sont pas élucidés (par exemple, que faisait cette boîte blanche dans la voiture de l’avocat assassiné dans le premier chapitre ?). Enfin, ce livre, qui est paru en 1994 en Suède, est un peu daté et cela se sent par le fait que les moyens modernes de communication (ordinateurs et téléphones portables) sont quasi inexistants, les personnages utilisant des cabines téléphoniques ou des téléphones fixes. En bref, c’est un livre assez décevant.


Le déclin de l'empire Whithing
Le déclin de l'empire Whithing
par Richard RUSSO
Edition : Poche
Prix : EUR 10,20

4.0 étoiles sur 5 Un bon pavé un peu lent, 22 novembre 2012
Ce commentaire fait référence à cette édition : Le déclin de l'empire Whithing (Poche)
Un bon gros roman qui décrit la vie de quelques personnages de la ville d'Empire Falls, dans le Maine, dont les commerces appartiennent en grande partie à la puissante famille Whiting. Miles Roby, universitaire frustré, a repris l’Empire Grill pour être auprès de sa mère malade et a fini par rester dans cette petite ville après le décès de celle-ci, entouré de sa fille adolescente Tick, son frère David qui l’aide au restaurant, son père Max, pilier de bar menteur et voleur. Bientôt divorcé de Janine, qui a perdu 25 kilos grâce à son nouvel futur époux Walt, directeur d’un club de gym, il espère hériter du fond de commerce de son grill au décès de Janine Whiting, héritière de l’Empire Whiting, qui employait sa mère et dont la fille handicapée est amoureuse de lui.
C’est effectivement une galerie de personnages assez réussie, mais je trouve que l’intrigue est beaucoup trop lente et qu’on est un peu déçu à chaque fin de chapitre de ne pas en savoir beaucoup plus qu’avant. Quelques flash-back nous permettent d’apprendre que la mère de Miles a eu une liaison, vite étouffée par le quotidien, lorsqu’il était enfant. On apprend par la suite qui était son amant. Là encore, je trouve que ces retours en arrière ne font avancer l’intrigue que très lentement, ce qui est assez frustrant. De plus, le style (ou la traduction) n’est pas toujours très limpide et il faut parfois relire certains paragraphes pour être sûr d’avoir bien compris. J’ai malgré tout eu du plaisir à lire ce livre qui a le mérite de nous plonger dans une certaine ambiance et qui se lit d’une traite.


Malevil
Malevil
par Robert Merle
Edition : Poche
Prix : EUR 10,60

2 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Excellent, 26 octobre 2012
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Malevil (Poche)
Une petite communauté d’amis survit dans le château de Malevil à un « événement » ayant détruit presque toute la faune et la flore et exterminé une grande partie des êtres humains des environs. La communauté s’organise pour survivre et pour résister aux bandes de pillards armés qui cherchent à s’emparer de ses richesses. Plein de rebondissements et très bien écrit, ce livre est un vrai plaisir de lecture qu’on aimerait pouvoir prolonger. L’aspect science-fiction est très secondaire par rapport aux relations psychologiques des personnages, dont les caractères sont magnifiquement décrits. Vraiment un excellent roman.
Remarque sur ce commentaire Remarque sur ce commentaire (1) | Permalien | Remarque la plus récente : Dec 13, 2012 11:10 AM CET


Féroces
Féroces
par Robert Goolrick
Edition : Broché
Prix : EUR 20,80

2 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Magnifique!, 26 juin 2012
Ce commentaire fait référence à cette édition : Féroces (Broché)
Extraordinaire récit d'une famille bourgeoise, brillante et aimant les fêtes dans une petite ville de Virginie dans les années 1950, qui n'est autre que la famille de l'auteur, ses parents, son frère et sa soeur, ses grands-parents. La construction est parfaitement maîtrisée, passant des souvenirs de l'auteur au temps présent, allant crescendo dans les révélations des faits que sa famille veut cacher. L'image de la famille parfaite se fissure peu à peu pour découvrir une réalité de plus en plus sordide. Ainsi, l'auteur commence par nous exposer l'enterrement de son père, pour terminer le chapitre par cette phrase : "Il m'est presque impossible d'exprimer combien je le haïssais". On comprendra bien plus tard la cause de cette haine et de l'enfance brisée de notre auteur. Un magnifique livre, très marquant et merveilleusement écrit.


Un très grand amour
Un très grand amour
par Franz-Olivier Giesbert
Edition : Poche
Prix : EUR 6,80

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
1.0 étoiles sur 5 Superficiel et bâclé, 25 juin 2012
Ce commentaire fait référence à cette édition : Un très grand amour (Poche)
Antoine, le double de FOG, la soixantaine, déjà marié et divorcé cinq fois, tombe amoureux d'une italienne de 25 ans sa cadette, l'épouse, lui fait deux enfants avant de se faire larguer peu après avoir su qu'il était atteint d'un cancer de la prostate. Il se lamente, alors qu'il ne peut s'empêcher de séduire tout ce qui bouge. Voilà pour l'intrigue. Le tout est mièvre, un peu bâclé et traité de manière superficielle. On se serait passé par exemple des débuts de romans écrits par le narrateur, qui semblent être des paragraphes que l'auteur ne savait où placer et qui n'apportent rien au livre. Dans l'ensemble, on se dit que le narrateur (et FOG) est totalement égocentrique et infantile et on est bien content qu'il se soit fait larguer. A éviter donc...


Les Privilèges
Les Privilèges
par Jonathan DEE
Edition : Broché
Prix : EUR 21,50

2 internautes sur 5 ont trouvé ce commentaire utile 
2.0 étoiles sur 5 Peu intéressant, 20 juin 2012
Ce commentaire fait référence à cette édition : Les Privilèges (Broché)
Je n'ai pas trouvé ce livre très palpitant. C'est l'histoire d'une famille vivant à New York et devenant de plus en plus riche grâce aux transactions fumeuses du mari. Mis à part quelques frasques des deux enfants et le relatif ennui de l'épouse, il ne se passe pas grand chose. Contrairement à ce qu'en dit la quatrième de couverture, il n'y a aucune comparaison possible avec l'admirable Bûcher des vanités, qui lui était truffé de rebondissements. De plus, ce n'est pas toujours bien écrit; par exemple, en p. 89: "La chambre n'était éclairée que de l'extérieur mais elle s'étendit, l'avant-bras posé sur ses yeux". Se laisse lire sans grand plaisir.


Page : 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8