Profil de Barbalala > Commentaires

Fiche d'identité

Contenu rédigé par Barbalala
Classement des meilleurs critiques: 2.051
Votes utiles : 336

Chez vous : découvrez nos services personnalisés en pages d'aide !

Commentaires écrits par
Barbalala
(TESTEURS)   

Afficher :  
Page : 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9
pixel
Angor
Angor
par Franck Thilliez
Edition : Broché
Prix : EUR 21,90

4.0 étoiles sur 5 Prenant, 28 avril 2015
Ce commentaire fait référence à cette édition : Angor (Broché)
J’ai trouvé ce polar extrêmement prenant, rapide, bien construit, suffisamment complexe pour que le lecteur ne devine pas le fin mot de l’histoire. On suit dès le départ une double enquête de la jeune gendarme Camille, qui fait des cauchemars depuis sa greffe du cœur et cherche l’identité de son donneur, et du couple Lucie et Sharko chargés d’élucider la disparition de jeunes filles. Les deux enquêtes se compliquent toujours plus jusqu’à ce qu’elles finissent par se rejoindre, dans un rythme toujours plus haletant.
J’ai particulièrement aimé le fait que l’auteur ne prenne jamais son lecteur pour un idiot, ne cherchant pas à lui faciliter la tâche, ni à lui faire des résumés à la fin de chaque chapitre.
Un page turner d’une efficacité redoutable et très plaisant à lire.


L'Amérique des écrivains
L'Amérique des écrivains
par Guillaume BINET
Edition : Broché
Prix : EUR 35,00

2 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Génial, 28 avril 2015
Ce commentaire fait référence à cette édition : L'Amérique des écrivains (Broché)
Ce livre est un vrai bonheur de lecture.
Pendant un an, l’écrivain Pauline Guéna, son ami photographe et leurs quatre enfants ont parcouru les Etats-Unis et le Canada à la rencontre de 26 grands écrivains américains. Tandis que Pauline Guéna nous restitue les conversations qu’elle a eues avec chaque écrivain, Guillaume Binet expose des photos, qui nous mettent dans l’ambiance.
Au-delà de l’idée géniale d’un périple littéraire permettant de définir « comment un lieu infuse une œuvre », ce livre permet d’entrer chez chacun de ces auteurs, de comprendre la place qu’occupent la littérature et l’écriture pour chacun, l’influence du lieu, de l’entourage et de la vie qu’ils mènent sur leurs romans, de se rendre compte des efforts quotidiens livrés au service de la littérature. Ce qui est impressionnant, c’est la connaissance que Pauline Guéna a de l’œuvre de chaque auteur, lui permettant d’orienter la conversation sur l’imaginaire propre à chacun et sur l’origine de certains romans en particulier. Ces dialogues sont vraiment passionnants quand on connaît soi-même certains titres des auteurs concernés. De plus, la mise en page est très bien faite et permet de lire ce livre d’une traite ou par chapitre, le périple étant mentionné en début de livre, ainsi que par des paragraphes d’introduction pour chaque écrivain.


Derrière la grille
Derrière la grille
par Maude Julien
Edition : Broché
Prix : EUR 19,50

5.0 étoiles sur 5 Effroyable, 17 mars 2015
Ce commentaire fait référence à cette édition : Derrière la grille (Broché)
Dès les premières pages, on est saisi d’effroi. L’auteur nous explique très simplement que son père « adopte » une petite fille de six ans, qui deviendra sa mère et sera formée dans les meilleures écoles pour lui assurer une éducation à domicile. L’auteur nous raconte alors avec beaucoup de sincérité son enfance cloîtrée dans une maison dirigée par son père, qui veut en faire un sur-être capable de surmonter la douleur et la peur. Sa mère sera l’instrument de la folie de son père et s’avérera lâche et méchante avec sa propre fille.
Elle nous décrit les multiples épreuves qu’elle doit subir quotidiennement, les leçons, les brimades, le manque d’amour. Elle n’aura ni jouet, ni amis, ni visites, ni télévision, sera coupée du monde et de l’actualité du moment, ce qui lui vaudra de rater le bac, malgré ses excellents résultats dans plusieurs matières. Elle sera sauvée du désespoir par son amour des animaux et de la lecture.
On est abasourdi par tant de cruauté, en particulier de la part de la mère, qui est également victime d’un mari tout-puissant et qui, à aucun moment n’est capable de défendre sa fille, semblant plutôt se considérer comme sa rivale.
Evidemment, une fois le livre refermé, on aurait envie d’en apprendre davantage, de savoir si l’auteur a pu s’entretenir avec sa mère du calvaire qu’elle a vécu, de son inadaptation à la vie en société, de savoir aussi si elle a pu revoir les rares invités qui auraient pu la secourir, mais n’ont rien fait, de connaître ses sentiments actuels à l’égard de ses parents. On aimerait qu’il y ait un deuxième tome sur la reconstruction de cette jeune fille si courageuse et attachante. Un document terrible, magnifiquement écrit et très touchant, qui hante le lecteur des semaines durant.


Kobra
Kobra
par Deon Meyer
Edition : Broché
Prix : EUR 22,00

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
2.0 étoiles sur 5 Inégal, 17 mars 2015
Ce commentaire fait référence à cette édition : Kobra (Broché)
J’ai trouvé ce polar très inégal.
En premier lieu, il est beaucoup trop lent à démarrer. Mis à part les morts des premières pages, il ne se passe strictement rien pendant les 140 premières pages, qui ne sont qu’une préparation confuse et ennuyeuse de l’intrigue. Les personnages sont difficiles à différencier, parce que l’auteur utilise à tour de rôle leurs prénoms ou leurs noms, sans vraiment les décrire. Le vocabulaire en afrikaans, dont il faut chercher la traduction dans les pages finales, n’aide pas non plus à se plonger dans l’intrigue.
La course poursuite qui démarre par la suite est remarquablement construite et pleine de rebondissements. L’auteur raccourcit ses chapitres, ce qui rend le rythme de plus en plus haletant. Pour cette partie, on peut saluer la technique de l’auteur et sa parfaite maîtrise du suspense.
Malheureusement la fin est désastreuse à mon avis, pour des raisons qu’il est difficile d’expliquer sans révéler le dénouement. Disons que le sujet est un peu bateau et la conclusion complètement bâclée. La morale sous-jacente est très naïve et donne à ce roman un côté grand public assez navrant.
Enfin, je n’ai pas trouvé que les descriptions du Cap soient très parlantes, mais qu’au contraire, ce livre pourrait se dérouler absolument n’importe où, les vagues références à l’apartheid et à la corruption restant très superficielles.
D’une manière générale, j’ai eu l’impression que l’auteur, qui fait preuve d’une grande maîtrise du suspense, aurait pu mieux faire en évitant de s’attaquer à un thème trop vaste pour lui et en soignant un minimum le dénouement de son histoire pour que le lecteur n’ait pas l’impression d’avoir perdu son temps.
Remarque sur ce commentaire Remarques sur ce commentaire (2) | Permalien | Remarque la plus récente : Mar 31, 2015 1:16 PM MEST


Le Village
Le Village
par Dan SMITH
Edition : Broché
Prix : EUR 19,50

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
4.0 étoiles sur 5 Un bon thriller, 13 janvier 2015
Ce commentaire fait référence à cette édition : Le Village (Broché)
En hiver 1930, dans un petit village de l’ouest de l’Ukraine, Luka, père de famille et vétéran de la guerre de Crimée, trouve un homme tirant un traineau dans la neige sur lequel reposent deux enfants morts, l’un d’eux mutilé à une jambe. L’homme mourant est recueilli par Luka dans sa famille. Lorsqu’une petite fille du village disparaît, Luka part sur les traces d’un tueur en série, tandis que l’Armée rouge passe de village en village réquisitionner les biens et les terres.
Beaucoup de suspense et de tension dans ce roman qui se lit d’une traite. La traque du tueur dans la steppe enneigée est particulièrement réussie. La construction du roman est brillante et à aucun moment on ne prévoit le déroulement de l’intrigue.
Par contre, j’ai trouvé agaçant le côté moralisateur du héros, qui se lance dans de la psychologie simpliste assez ennuyeuse, gâchant le bon niveau de l’intrigue. Lorsqu’il se met à insister sur l’humanité qu’il faut conserver en toutes circonstances et sur le fait que « les gens bien peuvent faire le mal » et vice versa (p. 460), on s’ennuie devant tant de platitudes. On se dit aussi que l’auteur ratisse large en faisant beaucoup de répétitions dans les premiers chapitres pour être sûr de ne perdre aucun lecteur en route.
Mis à part ces quelques aspects bas de gamme, qui pourraient être parfaitement évités, ce roman reste un bon thriller qui se lit avec plaisir.


Mon Année Salinger
Mon Année Salinger
par Joanna Smith-Rakoff
Edition : Broché
Prix : EUR 20,90

5.0 étoiles sur 5 Une année à New York, 13 janvier 2015
Ce commentaire fait référence à cette édition : Mon Année Salinger (Broché)
En 1996, l’auteur, qui a 23 ans et vient de terminer ses études de lettres, effectue son premier stage dans une agence littéraire à New York qui représente Salinger.
J’ai eu beaucoup de plaisir à lire ce livre, plein d’humour et très bien écrit. Dès les premières pages, on ressent une grande empathie pour cette jeune stagiaire qui essaie de bien faire face à une cheffe peu commode et qui connaît ses premières désillusions dans le monde du travail.
L’auteur parvient avec beaucoup de talent à nous transporter dans le New York des années 90 et dans le monde du travail de l’époque, où l’utilisation du dictaphone et la rédaction de lettres étaient encore communes. Elle nous raconte avec beaucoup de sincérité et de modestie son entrée dans le monde du travail et son passage à l’âge adulte, en évitant de romancer ses contacts avec Salinger ou d’en faire le centre de son récit.
Un excellent livre qui se lit avec un grand plaisir.


Constellation
Constellation
par Adrien Bosc
Edition : Broché
Prix : EUR 18,00

5 internautes sur 6 ont trouvé ce commentaire utile 
1.0 étoiles sur 5 Agaçant et prétentieux, 13 janvier 2015
Ce commentaire fait référence à cette édition : Constellation (Broché)
Je me suis terriblement ennuyée en lisant ce livre, qui est une sorte de compilation de tout ce que l’auteur a pu trouver sur l’accident d’avion du 27 octobre 1949 ayant emporté Marcel Cerdan et Ginette Neveu.
Les descriptions des victimes sont sèches, concises, sans aucune psychologie des personnages, une suite d’éléments biographiques qu’on pourrait trouver dans Wikipédia, une série de curriculum vitae peu intéressants pour la plupart. Les détails techniques de l’avion, de la météo et des recherches après l’accident sont absolument rébarbatifs.
On a l’impression que l’auteur essaie d’être érudit en accumulant les références y compris littéraires et cinématographiques, sauf qu’il le fait de manière prétentieuse, comme un étalage de savoir, qui tombe à plat, sans souffle, ni style. Les citations, qui se veulent intellectuelles, sont juste ennuyeuses au possible, souvent sans véritable lien avec le sujet. On n’est à aucun moment emporté par le récit qui n’est qu’un amalgame compact d’informations et de références. On en vient à sauter des chapitres entiers tant on est exaspéré.
Quant à la réflexion sur le hasard de l’accident ou le destin de ces victimes, je ne vois pas ce qu’elle apporte. C’est évidemment un concours de circonstances comme dans tout accident, pas de quoi en faire un roman malheureusement. On se demande si l’auteur, qui semble émerveillé devant l’extinction de 48 personnes réunies par hasard, est trop jeune pour avoir déjà réfléchi à ce type de question existentielle élémentaire.
Je ne vois vraiment pas l’intérêt de ce livre qui n’est pas assez développé pour être une véritable enquête, voire une biographie de certains personnages, et trop sec et énumératif pour être un bon roman.
Enfin, le style est agaçant et prétentieux, tout comme l’auteur en interview.


Le violoniste
Le violoniste
par Mechtild Borrmann
Edition : Poche
Prix : EUR 19,00

2.0 étoiles sur 5 Inégal, 28 décembre 2014
Ce commentaire fait référence à cette édition : Le violoniste (Poche)
Mai 1948, Ilia Grenko, violoniste célèbre, est arrêté à Moscou à l’issue d’un concert; son Stradivarius disparaît et il est déporté dans un camp de travail, accusé d’avoir voulu quitter sa patrie. Sa femme et ses deux enfants sont déportés également et referont leur vie en pensant qu’il les a abandonnés pour vivre en Europe. En 2008, Sasha Grenko, petit-fils d’Ilia qui vit en Allemagne, enquête sur la disparition du violon appartenant à sa famille.
La mise en place est assez longue et un peu trop axée sur la prison et les camps de travail. On se croirait dans un livre de Soljenitsyne résumé pour le grand public. En parallèle, l‘enquête de Sasha est très rapide et rocambolesque, au point qu’on n’y croit pas vraiment. Les deux époques ne se mélangent pas très bien, l’une étant trop lente et l’autre trop rapide, ce qui donne l’impression que ce livre manque d’unité.
Plus généralement, j’ai trouvé que tout ce roman était sombre et opaque et que les personnages n’étaient pas suffisamment attachants pour qu’on se préoccupe de leurs sorts. Enfin, le dénouement est assez prévisible et sans grande surprise. Cela dit, les derniers chapitres sont assez bien construits et l’auteur réussit à nous épargner la leçon de morale cucul la praline à laquelle on pouvait s’attendre.


Molière à la campagne
Molière à la campagne
par Emmanuelle Delacomptée
Edition : Broché
Prix : EUR 16,50

3.0 étoiles sur 5 Une stagiaire à la campagne, 28 décembre 2014
Ce commentaire fait référence à cette édition : Molière à la campagne (Broché)
L’auteur, parisienne et jeune professeur de français, nous raconte son stage dans une classe de 4ème en pleine campagne du fond de la Normandie. Elle fait face à des élèves turbulents, incultes et parfois attachants et suit sa formation pratique dans un centre où elle se retrouve avec d’autres stagiaires tout aussi désespérés qu’elle.
Les citations données en introduction donnent le ton de ce récit qui compare la réalité de l’inculture des élèves au jargon inadapté de l’éducation nationale française.
Je me suis beaucoup amusée en lisant ce livre que j’ai trouvé bien écrit, rythmé et très courageux dans ses constats. On se régale en lisant les séances du coach-psychologue et les conseils des formateurs, qui en prennent pour leur grade. L’auteur a d’ailleurs la bonne idée de décrire ces épisodes avec distance et sans les commenter, ce qui permet au lecteur de se faire son idée.
Beaucoup d’humour et de dérision dans ce livre qui est une formidable critique du système scolaire et de son inadaptation aux situations concrètes.


Prieres pour celles qui furent volées
Prieres pour celles qui furent volées
par Clement Jennifer
Edition : Broché
Prix : EUR 20,00

2 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Brillant, 28 décembre 2014
Ce commentaire fait référence à cette édition : Prieres pour celles qui furent volées (Broché)
Ladydi, une jeune mexicaine de 16 ans qui vit dans la jungle du Guerrero avec sa mère, nous raconte sa vie, l’absence des hommes partis travailler aux Etats-Unis, ses amies volées par les narcotrafiquants pour être leurs esclaves sexuelles, sa mère devenue alcoolique et attendant le retour de son mari volage.
En commençant cette lecture, on se dit que c’est un livre écrit par une femme pour les femmes, les petites fleurs encadrant les chiffres des chapitres et l’image de couverture accentuant cette première impression. On a aussi le sentiment que l’écriture est un peu simple et que la narratrice saute du coq à l’âne sans arrêt. Puis on très vite est pris par cette histoire, son cadre original, ses excellentes métaphores et son humour décapant. On se rend compte que le caractère brouillon du récit vient du fait que la narratrice est une jeune fille et qu’elle suit le cours de ses pensées. Les détails des prénoms, de l’habillement et de la télévision omniprésente sont tellement bien rendus qu’on est transporté immédiatement dans ce village mexicain et qu’on s’attache très vite aux différents personnages.
L’auteur a une grande capacité à faire surgir des images qui s’inscrivent durablement dans l’esprit. Elle a aussi l’intelligence de ne pas trop en rajouter dans le tragique, ce qui fait que son histoire, terrible par moment, est toujours crédible et ne verse pas dans le pathos exagéré. Elle nous épargne également le manifeste féministe, même si les hommes ne sont pas très présents ni recommandables. Enfin, j’ai trouvé excellente l’idée de faire survenir les événements dramatiques sans aucune préparation parfois au milieu d’un chapitre ; cela permet de montrer la banalité du crime dans ces villages perdus du Mexique et donne beaucoup de force et d’originalité à ce roman.
Un livre brillant, extrêmement bien mené de bout en bout et qui est un vrai bonheur de lecture.


Page : 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9