undrgrnd Cliquez ici Litte nav-sa-clothing-shoes nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici nav_WSHT16 Cliquez ici Acheter Fire Cliquez ici cliquez_ici Jeux Vidéo soldes montres soldes bijoux
Profil de Althea in Wonderland > Commentaires

Fiche d'identité

Contenu rédigé par Althea in Wond...
Classement des meilleurs critiques: 6.235
Votes utiles : 83

Chez vous : découvrez nos services personnalisés en pages d'aide !

Commentaires écrits par
Althea in Wonderland (France)

Afficher :  
Page : 1 | 2 | 3 | 4 | 5
pixel
Dysfonctionnelle
Dysfonctionnelle
par Axl Cendres
Edition : Broché
Prix : EUR 15,50

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
5.0 étoiles sur 5 Un joli coup de coeur !, 31 mai 2016
Ce commentaire fait référence à cette édition : Dysfonctionnelle (Broché)
Que vous dire ? Par où commencer pour vous parler de cet indescriptible bijou qu'est Dysfonctionnelle ? Quitte à en faire trop j'ai juste envie de vous dire que Dysfonctionnelle est de ces romans qui le temps d'une lecture font presque se suspendre le temps. On est embarqués dans la magie qui réside entre ces lignes et on boit les paroles de Fifi, notre narratrice.

Fifi a une famille "dysfonctionnelle", une famille pas vraiment comme les autres. Y'a son père qui a une fâcheuse tendance à se retrouver "au mauvais endroit au mauvais moment" ce qui se termine souvent en prison. Y'a sa mère rescapée des camps de concentration qui a une santé mentant très précaire. Y'a sa grand-mère Zaza qui veille sur toute la famille avec amour et bienveillance. Puis y'a tous ses frères et sœurs aux caractères aussi gratinés que leurs prénoms : Dalida, Alyson, Maryline, J.R., Jésus, et Grégorio. Toute cette tribu évolue dans le bar familial, Le Bout du Monde, qui offre là encore une galerie de personnages hauts en couleurs chez les habitués.

Fifi c'est une protagoniste très particulière, avec une voix narrative très marquée, et beaucoup de personnalité. Dés le début du roman elle nous accroche pour nous embarquer à ses côtés afin de rencontre les membres de cette famille peut-être dysfonctionnelle mais terriblement attachante. On découvre les forces et les travers de chacun et surtout on la découvre elle. Fifi, l'enfant du milieu avec ses trois grandes sœurs et ses trois petits frères. Fifi la gamine au caractère bien trempé et précoce avec sa mémoire photographique. Fifi l'ado des quartiers populaires qui se retrouve dans un lycée des beaux quartiers et dont les camarades l'observent avec un mélange de fascination et de crainte. Fifi qui y rencontre la personne qui va changer sa vie, celle qui est son opposée et dont elle va pourtant tomber amoureuse. Fifi qui adulte se cherche, prend un mauvais tournant jusqu'à l’électrochoc. Fifi ce personnage entier et envoûtant duquel on ne peut se détacher même une fois la lecture terminée.

Bien sur il n'y a pas que Fifi, comme je le disais y'a toute cette famille et les personnages qui gravitent autour et n'en sont pas moins savoureux. Y'a des personnages qui vont parfois nous taper sur les nerfs (Sarah), d'autres qui vont nous faire rire (Jesus, J.R.), certains ne pourront qu'être détestés (Dalida), et d'autres sauront nous émouvoir avec une force inimaginable (Zaza). On a vraiment l'impression de vivre au rythme du Bout du Monde et on rit et pleure avec tout ceux qui s'y rendent.

Puis surtout y'a l'écriture d'Axl Cendres qui est tout simplement génialissime. Cette voix narrative si marquée, teintée d'humour et de franchise, est un vrai régal à suivre. Personnellement c'était la première fois que je lisais un roman de cette auteure et ça a été une vraie révélation, je vais vraiment me pencher sur sa bibliographie car je sens que ce n'est pas la seule pépite à son actif ;)

Tout cela pour dire que je n'ai qu'un seul conseil à vous donner : lisez Dysfonctionnelle. Rendez-vous ce service et laissez Fifi vous parler de sa vie et de sa famille pas comme les autres qui gagne pourtant à être connue.


Captive - Les Nuits de Shéhérazade
Captive - Les Nuits de Shéhérazade
par Renee Ahdieh
Edition : Broché
Prix : EUR 18,00

5.0 étoiles sur 5 Délicieusement dépaysant !, 31 mai 2016
Ce commentaire fait référence à cette édition : Captive - Les Nuits de Shéhérazade (Broché)
Déjà il y a ce monde magnifiquement dépaysant proposé par l'auteure. Il ne faut que quelque pages pour oublier tout le reste et se retrouver totalement plongé dans les milles et une nuit. Le récit est superbement empreint de cette jolie ambiance qui nous fait voyager, et ce sans effort. Il faut dire que la plume de l'auteure est particulièrement agréable, très imagé et poétique, tout en gardant une belle simplicité qui rend le style parfaitement efficace. Je pense qu'avec une écriture plus maladroite ou plus lourde le charme n'aurait certainement pas si bien opéré, voir pas opéré du tout.

Et pour évoluer dans cet univers si féerique, Renée Ahdieh nous lance à la suite de personnages tout aussi captivants les uns que les autres. J'ai eu beaucoup de tendresse pour Shéhérazade, cette jeune femme si déterminée à ce qu'aucune autre famille ne vive le calvaire qu'a vécu celle de sa meilleure amie Shiva. Néanmoins si m'attacher à elle ne fut pas une surprise, je ne pensais pas réussir à réellement apprécier les autres personnages que la jeune femme rencontre alors qu'elle vit au palais. Après tout, il semble complètement fou de s'imaginer avoir un quelconque sentiment positif à l'encontre des personnes qui assistent au ballet macabre du calife sans jamais lever le petit doigt. Et je ne vous parle même pas des a priori que j'avais sur le calife lui-même !

Et pourtant... J'ai bien vite du m'avouer vaincue puisque les personnages évoluant dans l'entourage du calife m'ont beaucoup plus plu que ceux du passé que Shéhérazade, personnages que l'on peut suivre au fil du récit alors qu'ils préparent son sauvetage. J'ai adoré Despina, la dame de compagnie de la jeune femme, qui lui apporte un soutien dans cet endroit où elle ne peut se fier à personne. J'ai tout autant adoré Jalal, le cousin du calife, particulièrement drôle et bienveillant. Mais plus surprenant que cela, je suis complètement tombée sous le charme de Khalid... Khalid le calife qui a fait exécuter toutes ses précédentes épouses au petit matin, celui-là même. Je ne veux pas trop vous parler de cet élément, car on se rend bien vite compte que ces événements sont bien plus complexes que le résumé ne nous le laisse entendre, mais je vous conseillerais sincèrement de garder l'esprit ouvert concernant ce personnage lorsque vous lirez Captive (car bien sur que vous allez lire Captive !). Il est tellement plus torturé, complexe, et plein de contradictions que les apparences veulent bien le laisser entendre. Et ça, Shéhérazade va vite s'en rendre compte à nos côtés alors qu'elle est forcée de le côtoyer.

Je soulignerais également la petite astuce de "l'histoire dans l'histoire" qui permet de jolis clins d’œil vers les contes originels des milles et nuits. Avant de commencer ma lecture j'avais peur que cet aspect soit un peu lourd, allez savoir pourquoi je m'étais convaincue que le roman se déroulait sur une seule nuit et était en grande partie rempli des histoires que Shéhérazade contait au calife ! Bien heureusement j'avais tord, le roman se déroule sur beaucoup plus de jours que cela, et les contes ne prennent qu'une place secondaire dans l'histoire. C'est donc un moyen fort sympathique de payer hommages aux contes qui ont inspirés cette histoire, et qui sont parfois assez méconnus, sans pour autant gêner le déroulement du récit.

Ainsi mon enchantement à la lecture de Captive fut total. J'ai été totalement transportée au palais du calife en compagnie de Shéhérazade et je suis complètement tombée sous le charme des contradictions du jeune souverain qu'est Khalid. Il m'a d'ailleurs été assez compliqué de passer à autre chose une fois la dernière page tournée, je n'arrête pas de repenser à ces personnages et à leurs péripéties depuis ! Y'a pas à dire, l'attente du tome 2 va être longue...


Anges d'Apocalypse : 1 - Le tourment des aurores
Anges d'Apocalypse : 1 - Le tourment des aurores
par Stéphane Soutoul
Edition : Broché
Prix : EUR 19,90

4.0 étoiles sur 5 De l'urban fantasy comme on l'aime, 31 mai 2016
Ce commentaire fait référence à cette édition : Anges d'Apocalypse : 1 - Le tourment des aurores (Broché)
Comment commencer à vous parler de ce roman sans s'arrêter un instant sur sa superbe couverture ? On a beau dire que la couverture n'est pas si importante, qu'elle ne reflète pas forcément la qualité du roman, il faut bien s'avouer que quand on tombe sur une jaquette aussi attrayante que celle-ci on a forcément l’œil qui frétille. Et on a envie d'en découvrir plus sur le roman en question. Or le truc encore plus sympa avec Le Tourment des Aurores c'est que le résumé fini le travail d'attrait de cette couverture, après l'avoir lu on a forcément envie de découvrir les aventures de Syldia.

La première particularité de cette héroïne c'est que dès l'aube, et jusqu'au crépuscule, son âme quitte son enveloppe d'être surnaturel pour habiter celle d'une adolescente tout ce qu'il y a de plus normal. Rien que ça, je sais pas vous, mais moi ça suffit pour m'intriguer. Deuxième particularité de l’héroïne, elle est en fait Famine l'un des quatre cavaliers de l'apocalypse. Hé ouais. Autant vous dire qu'à elle seule cette héroïne à de quoi sustenter tout un roman sans que l'on s'ennuie. Déjà je trouve l'idée des cavaliers de l'apocalypse terriblement intéressante. Je connais vaguement le concept mais n'ai pas souvenir d'avoir lu un roman qui mettrait l'un d'eux au centre de son récit. C'est forcément super intriguant de se dire qu'on va découvrir un être surnaturel original qui à la base a été crée pour déverser le chaos sur le monde humain. Si comme moi vous aimez bien le concept du méchant repenti, le personnage de Syldia est une promesse plus que savoureuse. De plus j'ai trouvé terriblement bien pensé que d'avoir ce côté plus humain lorsque Syldia passe ses journées dans le corps de l'humaine Samantha. Un cavalier de l'apocalypse repenti cela pourrait facilement être un personnage déshumanisé avec lequel il serait compliqué de connecter. Là Stéphane Soutoul évite totalement ce risque puisque toute l'humanité de Syldia, et je pense qu'elle a un côté plus humain qu'elle ne veut se laisser dire, se révèle alors qu'elle évolue dans la peau de Samantha.

Au-delà de l’héroïne j'ai également beaucoup aimé l'univers mis en place par l'auteur. Comme je le disais, Syldia a elle seule est un personnage si complet qu'elle pourrait tenir un roman sans univers développé sans soucis, alors le fait que le monde développé dans Anges d'Apocalypse soit si intéressant est vraiment la cerise sur le gâteau. Si on reste dans un assez classique concept de rivalités entre divers clans et espèces surnaturelles différentes, j'ai trouvé plutôt originale et bien pensée la façon dont cet aspect était développé par Stéphane Soutoul. Je dois d'ailleurs dire que j'ai trouvé la plume de l'auteur très intéressante et agréable à lire. Si j'ai été un peu déstabilisée par la lente progression de l'intrigue, en effet les choses mettent du temps à réellement se mettre en place ce qui n'est néanmoins pas si surprenant pour un premier tome d'Urban Fantasy, je n'ai cependant pas boudé mon plaisir de reprendre ma lecture dès que j'avais le temps de le faire. Maintenant que l'univers a été posé, les tomes suivants souffriront certainement moins de cet aspect laborieux et franchement je n'ai aucun doute sur l'énorme potentiel qu'offre Anges d'Apocalypse. L'univers est vraiment de ceux qu'on ne se lasse pas de retrouver après 3, 4, ou même 5 tomes ! (Et ça tombe bien car la saga comporte 5 volets)

Ainsi Le Tourment des Aurores a été une jolie découverte d'urban fantasy francophone. J'ai beaucoup aimé le concept de l'histoire et de l'univers, l’héroïne m'a beaucoup plu, avec toutes ses qualités et défauts, et j'ai été vraiment captivée une fois que le rythme s'est accéléré. Si ce premier tome n'a pas été un coup de cœur je pense que le potentiel pour que la saga en devienne un alors que les personnages secondaires se révéleront, et que le rythme s’intensifiera, est plus qu'avéré.


Bad Swimmers, Tome 2 : Les chardons ardents
Bad Swimmers, Tome 2 : Les chardons ardents
par Geoffrey Bidaut
Edition : Broché
Prix : EUR 19,90

5.0 étoiles sur 5 Tout simplement incroyable, 31 mai 2016
Ce commentaire fait référence à cette édition : Bad Swimmers, Tome 2 : Les chardons ardents (Broché)
Quand le premier volet a été une réussite le second tome s'annonce toujours un peu plus délicat, or dans le genre premier tome réussi Bad Swimmers avait un sacré candidat. Pour rappel le premier volet, Le Lac des Cieux, avait été mon coup de cœur numéro 1 de l'année 201., J'avais tout simplement TOUT adoré dans le thriller écrit par Geoffrey Bidaut et j'étais donc à la fois excitée et inquiète de découvrir Les Charbons Ardents. Excitée car folle comme je suis j'avais hâte d'embarquer une fois de plus dans les montagnes russes d'une intrigue parfaitement calculée pour nous retourner le cerveau, mais très inquiète aussi car j'angoissais vraiment que la magie n'opère pas une seconde fois. Honnêtement le tome 1 était si magistral que je ne voyais vraiment pas comment l'auteur allait réussir à renouveler cet exploit une seconde fois... Eh bien il l'a fait, Les Charbons Ardents est tout simplement aussi incroyable que son prédécesseur !

Lorsque nous retrouvons les personnages survivants du Lac des Cieux plusieurs années se sont écoulées. Ces derniers sont maintenant de jeunes adultes qui ont chacun suivi leur propre chemin avant que ces événements passés viennent pourtant les rattraper pour les obliger à se retrouver et se confronter les uns aux autres. C'est d'ailleurs plutôt intéressant que de voir où cette ellipse de temps entre les deux tomes les a menés et la façon dont ils ont évolués après toutes ces horreurs vécues. J'ai d'ailleurs trouvé que Geoffrey Bidaut gérait tout cela de manière intéressante et qu'on était en tant que lecteur vraiment partagé entre la sensation de connaître ces personnages et la méfiance de ne plus être très sûrs de qui ils sont.

Bien sûr si les protagonistes sont toujours marqués par l'affaire du Lac des Cieux, on peut en dire tout autant du lecteur. Personnellement je me souviens encore de la façon magistrale dont l'auteur nous avait baladé au travers de son récit et j'ai donc appréhendé ce second tome en conséquence. En gros j'étais bien décidée à ne pas faire confiance à Geoffrey Bidaut et à garder la tête froide face aux événements... Bon okay ça a été un gros raté de ma part puisque après quelques chapitres seulement j'étais déjà de nouveau totalement immergée dans le récit, me demandant comment et pourquoi tout ceci se produisait, et surtout tentant de démêler le vrai du faux pour trouver le coupable. Bref j'étais repartie pour un tour dans les montagnes russes de Bad Swimmers !

Une fois de plus la psychologie des personnages, leur place dans le récit, ou même les informations qui nous sont données, tout est parfaitement géré au mot près par l'auteur. Il sait exactement comment développer sa toile pour nous prendre au piège sans aucune échappatoire possible, et vous savez quoi ? Le pire c'est qu'on en redemande. A peine ce tome terminé j'étais déjà sur la page Facebook de l'auteur pour voir si un troisième tome était prévu ! En effet en tentant de remonter la trame pour rassembler les indices distillés au fil des pages certains éléments m'ont interpellée sur une suite éventuelle. Eh bien réjouissez-vous : IL VA Y AVOIR UN TOME 3 ! (Oui quand je suis contente j'abuse de la majuscule). Ce troisième tome est encore en phase d'écriture, il ne sortira donc pas tout de suite, mais avec un peu de chance cela voudra dire que je serais psychologiquement remise de ma lecture d'ici là.

Ainsi ce second tome de Bad Swimmers a une fois de plus été un énorme coup de cœur que je vous recommande à 8000%. Si je m'étais jurée de ne pas me laisser trimbaler comme dans le premier volet, je me suis encore une fois totalement laissée avoir (peut-être même encore plus). La super plume de l'auteur et l'intelligence avec laquelle il gère son intrigue ne peuvent que nous embarquer dans un tourbillon qui ne nous relâche pas avant la toute dernière page... Oui je n'ai pas honte de le dire, j'ai lu les 460 pages de Bad Swimmers d'un seul et même coup et je le referais sans hésiter !


Bad Swimmers : 1 - le Lac des Cieux
Bad Swimmers : 1 - le Lac des Cieux
par Geoffrey Bidaut
Edition : Broché
Prix : EUR 19,90

5.0 étoiles sur 5 Un thriller de choc, 31 mai 2016
Ce commentaire fait référence à cette édition : Bad Swimmers : 1 - le Lac des Cieux (Broché)
Si je suis souvent la première à me plaindre de la prévisibilité des enquêtes dans les romans, en profitant pour me la péter un peu en me prenant pour la réincarnation de Sherlock Holmes (mon ego n'a pas de limites), je peux vous dire que Bad Swimmers m'a vraiment remise à ma place. Parce que si il y a bien un roman qui a su me tenir en haleine jusqu'à la toute fin en me retournant le cerveau dans tous les sens, c'est bien celui-ci ! Et vous voulez une autre confidence ? J'ai adoré ça !

Dans Le Lac des Cieux nous suivons plusieurs adolescents qui se deviennent malgré eux les pièces maîtresses d'une sordide série de meurtres affreusement glauque. Et c'est d'ailleurs là que réside la première force du récit. Car en effet, malgré les nombreux personnages fort différents les uns des autres, on arrive extrêmement bien à suivre et on ne se sent jamais perdu plus que de raison. L'auteur gère avec une maîtrise exemplaire ses différents protagonistes et leurs places dans l'intrigue principale. On a tout d'abord un trio de base composé de Mel, l'adolescente mal dans sa peau, Marc, son meilleur ami intello sur les bords, et leur pote Tim, le jeune sportif bien sous tout rapport qui fait craquer la gent féminine. Puis au fil de pages viennent se greffer à ce noyau, Deb, la peste de l'école qui se prend pour une pseudo journaliste, Gin, la petite nouvelle, et son demi-frère Ort, délinquant notoire. Bref quand je vous disais que la palette de personnages était fort variée, je ne mentais pas. Au fil des pages et des retournements de situation on va observer les liens qui se lient et se délient entre tout ce beau monde au point que finalement c'est le groupe dans son entièreté qui devient le personnage principal de ce thriller. Pour le coup si il n'y a pas de phénomène d'identification marqué, ou de protagoniste qui se dégage du lot pour qu'on s'y attache vraiment, cela ne devient donc jamais un problème.

Mais bien sur la plus grande force de Bad Swimmers, là où tout le génie du roman réside, c'est bien cette trame principale qui nous entraîne dans ses montagnes russes en moins de temps qu'il n'en faut pour le dire. Personnellement dès le premier chapitre je me suis demandé quel pouvait être le lien entre ce qui s'y déroule et l'intrigue promise entre ces adolescents sur la quatrième couverture, et je n'ai pas réussi à me sortir cela de la tête tout au long des pages. D'ailleurs je ne vais même pas vous parler des dizaines de théories plus farfelues les unes que les autres qui ont pu naître dans mon esprit au long de ces 466 pages sinon cette chronique ne finira certainement jamais. (Et vous me prendrez également pour une dingue en vu des théories folles que mon esprit malade est capable de me conjurer, mais c'est un détail.) Mais, sincèrement, je ne sais pas quoi vous dire sur l'intrigue imaginée par Geoffrey Bidaut, à part peut-être vous dire quelle est magistrale ! Et cette fin... cette fin ! Je défie quiconque de découvrir le dénouement du récit et de dire "je le savais" sans être un ignoble menteur ! C'est pensé avec tellement de finesse et d'intelligence qu'on ne peut que se laisser prendre au piège et être admiratif de la façon dont l'auteur nous a trimbalé tout au long des péripéties de ses personnages. Chapeau !

Ainsi Bad Swimmers : Le Lac des Cieux a été pour moi une superbe découverte qui a su me retourner l'esprit dans les règles de l'art ! Tout, de l'intrigue, aux personnages, et au style d'écriture simple et entraînant de l'auteur, a fait son petit effet pour qu'une fois ma lecture terminée je n'ai plus qu'une envie : recommencer ma lecture du début pour tout analyser de nouveau une fois le fin mot de l'histoire connu. Bref voici un thriller choc qui vaut réellement d'être plus lu et connu et que je ne peux que vous conseiller. Vous aurez peut-être besoin de soutien psychologique après cette sublime torture mais ça vaut clairement le coup !


Le Casse
Le Casse
par Janet Evanovich
Edition : Broché
Prix : EUR 19,90

4.0 étoiles sur 5 Un roman entre The Blacklist et White Collar, 31 mai 2016
Ce commentaire fait référence à cette édition : Le Casse (Broché)
Si le seul nom de Janet Evanovich, bien connue pour sa série suivant la truculente chasseuse de prime Stéphanie Plum, ne suffit pas à vous donner envie de lire Le Casse, le résumé super efficace termine le boulot. Une agent spécial du FBI forcée de faire équipe avec l'escroc qu'elle poursuit sans relâche depuis des années ? C'est peut-être un pitch qui semble basique mais peu importe, ça en est surtout un qui est plus que prometteur !

Et ce pitch ne déçoit pas puisque le roman se lit vraiment tout seul. Le style des auteurs, Janet Evanovich étant ici associée à l'auteur des romans qui ont inspirés la série Monk, Lee Goldberg, fonctionne à 200 %. Le rythme est enlevé, ne s’embarrasse pas de superflu, et cela a pour avantage de donner un récit très visuel qu'on a peu de mal à voir comme un bon film. On entre très vite dans les péripéties des personnages, malgré que le résumé s'avance un peu puisqu'il faut une centaine de pages pour que le duo se forme, et on a aucun mal à s'attacher à Kate ou Nick.

D'ailleurs puisque j'évoque les personnages je dois dire que leur duo fonctionne très rapidement. Pour tout dire avant même qu'il soit officiellement formé, on voit déjà le potentiel de ces deux-là en étant partenaires. Leurs caractères semblent très bien se contrebalancer et quand on sait que le reste de la série va sûrement beaucoup reposer sur cette alchimie c'est franchement prometteur.

De plus, et ce ne serait pas un Janet Evanovich si ce n'était pas le cas, l'humour est bien sûr au rendez-vous. C'est un comique différent de celui proposé dans la série Stéphanie Plum, certainement du à la patte de Lee Goldberg, mais qui fonctionne tout autant. Disons que si les péripéties de nos héros restent parfois rocambolesques, c'est un peu moins dingue que ce qui peut arriver à la chasseuse de prime. Moi qui commençais à trouver les aventures de Stéphanie un peu trop répétitives après plusieurs tomes, je suis ravie que Le Casse dégage une atmosphère et un humour suffisamment différents pour que je n'ai pas l'impression de lire une resucée de cette autre série.

Ainsi ce premier tome des affaires de Kate et Nick m'a vraiment fait passer un bon moment. Entre le style des auteurs particulièrement efficace, et une histoire entre les séries américaines The Blacklist et White Collar, tout les éléments sont réunis pour que Le Casse fasse mouche. Vivement la suite !


Archer's voice
Archer's voice
par Mia Sheridan
Edition : Broché
Prix : EUR 17,00

5.0 étoiles sur 5 Addictif et émouvant, 31 mai 2016
Ce commentaire fait référence à cette édition : Archer's voice (Broché)
A l'attention des futurs lecteurs d'Archer's Voice : réservez votre journée avant de commencer cette lecture. Une fois plongés dans les aventures d'Archer et Bree il est littéralement impossible d'en ressortir avant la fin !

Je dois dire qu'en commençant le roman je me suis très vite attachée au personnage de Bree. Lorsque l'on fait sa connaissance elle vient tout juste d'emménager dans la petite ville de Pelion pour tenter de surmonter la mort de son père qui la hante depuis des mois. Dès le premier chapitre on se rend bien vite compte que c'est une jeune femme forte, volontaire, et déterminée malgré toutes les épreuves qu'elle a du traverser. Et si on peut craindre qu'elle ait fuit son ancienne vie pour s’apitoyer sur son sort on se rend bien vite compte que ce n'est pas le cas, son emménagement à Pelion est au contraire l'occasion pour elle de se recentrer sur elle-même et de repartir du bon pied.

Archer est quant à lui un personnage bien plus sauvage et élusif que l'on apprend à découvrir vraiment petit à petit au fil de ses rencontres avec Bree. Il faut dire que si le passé de Bree est loin d'être rose, celui d'Archer est carrément angoissant. Non seulement il a perdu ses parents, et sa capacité de parler, dans un accident lorsqu'il n'avait que cinq ans, mais il a en plus été par la suite élevé par un oncle paranoïaque qui l'a encore un peu plus isolé du monde. Ses capacités sociales sont donc proches du néant et les gens du coin ne manquent d'ailleurs pas de le penser simple d'esprit, voir de carrément le comparer à unabomber. Bref c'est un personnage singulier qui demande à ce que l'on prenne son temps avec lui.

La rencontre entre les deux jeunes gens fait donc des étincelles dès le début et il est plus qu'évident qu'ils auront beaucoup à apprendre l'un de l'autre. Leur relation se construit avec beaucoup de douceur et de patience au fil des pages et c'est donc un vrai régal que de voir ces deux jeunes gens se reconstruire et avancer au contact l'un de l'autre. Le style de l'auteure est d'ailleurs en totalement adéquation avec le récit ce qui permet à la magie d'opérer avec encore plus de facilité. L'écriture de Mia Sheridan est simple, sans fioritures, et de la même douceur que le lien qui se forme entre Bree et Archer. Pour moi il est très clair qu'avec une toute autre écriture l'histoire aurait perdue de sa superbe, or dans Archer's Voice tout fonctionne vraiment à merveille pour nous embarquer.

Archer's Voice est donc un roman qui m'a cueillie dès le premier chapitre et a su retenir tout mon intérêt jusqu'à la dernière page. On oublie très vite que la plupart des rebondissements sont assez prévisibles, la superbe romance qui nous est contée nous transportant totalement au rythme des interactions entre Bree et Archer. C'est d'ailleurs avec un petit pincement au cœur que j'ai laissé nos héros et leur histoire est de celle qui restera avec moi encore un sacré bout de temps !


Risk
Risk
par Fleur Ferris
Edition : Broché
Prix : EUR 17,00

5.0 étoiles sur 5 Un petit bijou à découvrir absolument !, 31 mai 2016
Ce commentaire fait référence à cette édition : Risk (Broché)
Risk est un roman qui m'a tout de suite attirée par son résumé. En effet ce dernier indique très clairement que le roman va évoquer, notamment, les dangers d'internet. Dangers qui sont bien souvent sous-estimés, voir ignorer, par l'ensemble de ses utilisateurs tant interne est devenu un outil de notre quotidien. Pour être dans une situation où depuis plus d'un mois je n'ai quasiment plus accès à aucune connexion, je me suis très vite rendue compte d'à quel point j'étais dépendante de cet outil que je n'utilise pourtant pas de manière si soutenue. Risk nous montre que nous utilisons nos connexions de manière très naturelle, sans forcément penser à tout ce que cela peut entraîner, et ce sans jamais tomber dans un aspect donneur de leçon qui pourrait rebuter. J'allais d'ailleurs peut qu'on tombe dans une espèce de diabolisation d'internet, hors ce n'est pas du tout le cas. Peut-être aussi car Risk n'est pas "juste" un roman qui traite des dangers d'internet. C'est un roman qui parle d'amitié, de culpabilité, de jalousie, et de danger tout court.

Dès le début de l'histoire on s'attache beaucoup à son héroïne, Taylor. C'est une adolescente normale qui a la sensation de vivre dans l'ombre de sa pétulante meilleure amie, Sierra, comme tant de jeunes femmes à cette âge. Il faut dire que Sierra nous apparaît très vite comme une adolescente extravertie, un peu irréfléchie, et au fort caractère qui tranche avec le côté plus réservé de Taylor. On a donc peu de mal à imaginer le ressentiment qui naît chez Taylor alors qu'une fois de plus Sierra obtient ce qu'elle voulait : un rendez-vous avec ce séduisant garçon rencontré lors d'un chat en ligne. Forcément lorsque Sierra ne rentre pas du dit rendez-vous beaucoup de sentiments, parfois contradictoires, se déchaînent en Taylor et ce sont des thématiques qui nous parlent forcément. L'auteure pose si bien les bases de son héroïne en peu de temps qu'on vit les événements suivants en totale adéquation avec elle.

Le style de l'auteure est d'ailleurs très fluide et le roman ne souffre d'aucune perte de rythme. Il se dévore littéralement de la première à la dernière page ! Pour ma part je l'ai commencé un jour en début d'après-midi et je n'ai pas relevé les yeux avant la dernière page tant j'étais plongée dans le récit. J'ai d'ailleurs été agréablement surprise que l'histoire ne tombe pas dans le thriller YA lambda où trop souvent les adolescents se retrouvent à faire tout le boulot de la police. Ici si Taylor est compréhensiblement obsédée par ce qui est arrivé à Sierra, l'auteure prend le temps de s'intéresser à ce que la jeune femme vit en tant qu'adolescente dont la meilleure amie a disparue. C'est ce qui fait toute la particularité et la réussite de Risk à mon sens.

Et bien sur, parmi les éléments qui m'ont beaucoup plu, c'est que si le roman nous informe sur les dangers d'internet, il ne le diabolise pas tout autant. Il y a d'ailleurs tout un passage où Taylor doit faire face à des personnes qui pensent qu'après tout Sierra n'a eu que ce qu'elle méritait pour avoir fait confiance à une personne virtuelle, passage que j'ai trouvé très intéressant dans la façon dont il est traité. L'auteure prend bien ce genre d'attitude pour ce qu'elle est, du shaming pur et simple, et rappelle que si Sierra avait rencontré le jeune homme concerné dans un centre commercial, un parc, ou autre, cela n'aurait rien changé. Pour moi c'était très intelligent de la part de l'auteure d'évoquer la présence d'autres dangers, après tout ce n'est pas car on sait se mettre à l'abri en ligne qu'on se retrouve exempts de tout risques !

Pour moi Risk est donc une jolie petite réussite. L'auteure nous propose une histoire universelle qui vaudrait la peine d'être lu par tous les adolescents et leurs parents. Pour certains cela leur permettrait de prendre conscience de dangers dont il n'ont pas conscience, particulièrement toute cette nouvelle génération qui est née avec internet, mais aussi à d'autres qui pourraient diaboliser internet de relativiser. En tout cas je serais très curieuse de lire d'autres romans écrits par Fleur Ferris, si elle traite tout ses sujets avec tant d'intelligence cela ne peut qu'être de belles réussites !


Sunshine - Épisode 1
Sunshine - Épisode 1
par Paige McKenzie
Edition : Broché
Prix : EUR 15,00

5.0 étoiles sur 5 Un récit captivant !, 31 mai 2016
Ce commentaire fait référence à cette édition : Sunshine - Épisode 1 (Broché)
J'ai été tout de suite intriguée par les événements paranormaux qui se manifestent dans la nouvelle vie de Sunshine et je ne pouvais pas ne serait-ce qu'imaginer reposer mon livre avant d'avoir eu le fin mot de l'histoire.

Il faut dire qu'en plus d'être intrigués, on s'attache plutôt rapidement à l’héroïne. Cette dernière est plutôt mature pour son âge et a l'habitude de se prendre en charge puisque sa mère est infirmière, et a donc parfois des horaires décalées. C'est de ce fait assez agréable de suivre Sunshine alors qu'elle doit faire face à tout ces événements étranges. Si elle réagit avec l’enthousiasme d'une adolescente, elle sait aussi faire parfois preuve du sang froid d'un personnage bien plus âgé ce qui évite qu'on se sente frustré en tant que lecteur. Rien de pire qu'un personnage qui agit de manière trop immature et qui fait reculer l'avancée du récit. D'ailleurs il est bien heureux que Sunshine soit si agréable, car les personnages secondaires sont vraiment peu nombreux. Le seul qui se détache un peu est Nolan, un adolescent que Sunshine rencontre dans sa nouvelle école et qui croit aux esprits. Il devient donc rapidement le seul soutien de la jeune femme ce qui nous le rend fort sympathique malgré le fait qu'on le voit globalement trop peu.

Bien sur puisqu'il s'agit d'un premier tome, on reste dans un roman assez introductif. Peu de choses nous sont révélées et il est clair que pour en apprendre plus il faudra lire la suite. Néanmoins le rythme du roman restant assez égal, on ne s'ennuie jamais vraiment pour peu qu'on ait accroché. Pour être franche ma seule déception est de ne pas avoir été si effrayée que ça par les événements décrits. Après je suis peu influençable en littérature sur ce point, si j'arrive à être émue je n'ai été vraiment effrayée par un roman, du coup je pense que la web série pourrait beaucoup mieux faire le boulot en terme de frissons ! D'ailleurs en parlant de la web série, j'ai trouvé dommage qu'il n'y ait pas ne serait-ce qu'un flashcode ou un adresse pour la trouver. Le logo Youtube est bien visible sur la couverture et personnellement j'étais donc très curieuse de voir ce que ça donnait sous ce format, or il a fallu que je me débrouille pour la trouver par moi-même. C'est un tout petit détail mais c'est un peu dommage que l’interactivité n'ait pas été plus poussée. Quand je vois certains romans qui offrent des liens pour de banales playlist de lecture, il aurait pour une fois été judicieux que le fait que le récit soit multiplate-formes soit plus accessible (et ce même si la web série n'est pas traduite).

Ainsi j'ai été totalement captivée par ma lecture de Sunshine. J'ai franchement bien accroché à l'univers proposé et aux péripéties de l’héroïne. Si ce premier tome ne fait qu'effleurer l'aspect fantastique et ses particularités, les promesses pour la suite ont vraiment de quoi donner envie de continuer à évoluer aux côtés de Sunshine !


Le pacte
Le pacte
par Karina Halle
Edition : Broché
Prix : EUR 17,00

3.0 étoiles sur 5 Sympathique, 31 mai 2016
Ce commentaire fait référence à cette édition : Le pacte (Broché)
Le pitch du romanest assez basique. Stéphanie et Linden sont amis depuis des années lorsque un soir de beuverie Linden décide de conclure un pacte entre eux : si à trente ans ils sont encore célibataires, ils se marieront. Une partie du roman est donc consacrée à ce qui se déroule dans leurs vies, année après année, jusqu'à ce qu'on arrive à la période où le pacte devrait entrer en jeu. Néanmoins le rythme n'est pas pour autant haché ce qui est assez agréable. Le roman reste très fluide, que ce soit dans ces petits coups d’œil consécutifs année par année ou dans la partie plus suivie, et on évolue donc avec beaucoup de facilité dans le récit. De plus le style de Karina Halle est assez agréable à lire et elle sait nous entraîner dans les péripéties de ses personnages malgré leur prévisibilité.

Concernant les personnages, j'ai particulièrement apprécié Stéphanie qui est une jeune femme « vraie » et moderne. Malgré une indépendance très marquée, aspect de sa personnalité que j'ai beaucoup apprécié au demeurant, elle a aussi des failles et des angoisses qui nous parlent. Si elle est tout à fait capable de se prendre en charge, n'a besoin de personne pour évoluer et être une femme accomplie, elle a aussi une certaine peur de la solitude et de l’échec. Personnellement ce sont des choses auxquelles je peux facilement m’identifier et qui m'ont donc permis de me sentir très proche de cette héroïne qui pourrait être notre bonne copine à tous.

J'ai cependant été moins enthousiasmée par Linden, le protagoniste masculin principal. Pourtant l'idée du personnage était prometteuse et son indépendance vis-à-vis de sa famille est tout aussi admirable que celle de Stéphanie, sauf que voilà il y a des moments où il m'a vraiment tapé sur les nerfs. Ses pensées et attitudes étaient si contradictoires qu'on pouvait être en droit de se demander si la personne n'avait pas quelques courants d'air au cerveau ! D'ailleurs cela a contribué à rendre le drame final inhérent aux romances du genre encore plus over-dramatique et donc franchement pénible. C'est vraiment le moment du roman où j'ai un peu décroché et qui a beaucoup influencé mon ressenti final sur un roman que j'ai globalement lu assez vite.

D'ailleurs si je dois soulever un autre petit point négatif, je déplore que l'auteure n'ait pas fait meilleur usage de ses personnages secondaires parfois prometteurs. Je pense notamment au personnage de Penny que j'ai trouvé vraiment sympathique et que j'aurais aimé côtoyer beaucoup plus que cela... Et ce même si pour voir découvrir plus Penny il avait fallu supporter encore plus de James que j'ai vraiment détesté du début à la fin. Sachant qu'il est le troisième élément du trio avec nos héros c'est pas forcément une bonne chose qu'il soit si imbuvable. J'ai vraiment eu du mal à comprendre comment il pouvait mériter l'amitié de Stéphanie et Linden et encore plus pourquoi ses derniers faisaient preuve d'une telle dévotion à son égard !

Le Pacte est donc une romance qui m'a globalement plu sans pour autant m'emporter. J'ai beaucoup aimé l’héroïne et sa relation avec le héros, qui lui m'a parfois laissée dubitative. J'ai simplement trouvé dommage que les personnages secondaires ne soient pas plus développés et que le concept du pacte n'entre pas plus que ça en considération dans l'histoire. Reste que le style de l'auteure est franchement sympathique, et qu'elle gère très bien les changements temporels de son récit, ce qui permet de lire avec énormément de facilité et de plaisir les péripéties de ses protagonistes.


Page : 1 | 2 | 3 | 4 | 5