undrgrnd Cliquez ici KDPContest nav-sa-clothing-shoes nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici Cliquez ici Acheter Fire Cliquez ici cliquez_ici Jeux Vidéo soldes montres soldes bijoux
Profil de Remy Pignatiello > Commentaires

Fiche d'identité

Contenu rédigé par Remy Pignatiello
Classement des meilleurs critiques: 592
Votes utiles : 1128

Chez vous : découvrez nos services personnalisés en pages d'aide !

Commentaires écrits par
Remy Pignatiello (France)
(TOP 1000 COMMENTATEURS)    (VRAI NOM)   

Afficher :  
Page : 1-10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21-23
pixel
L'Heure suprême [Blu-ray]
L'Heure suprême [Blu-ray]
DVD ~ Janet Gaynor
Proposé par Art Cub
Prix : EUR 12,50

3 internautes sur 3 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Un upgrade HD très limité pour un chef d'oeuvre du mélodrame muet, 24 juin 2013
Ce commentaire fait référence à cette édition : L'Heure suprême [Blu-ray] (Blu-ray)
Il faut bien l'avouer : le Blu Ray de L'heure suprême n'est pas un modèle technique. Est-ce que ça a à voir avec le Blu Ray en lui même ? Probablement pas. Partant des éléments disponibles à la FOX (qui s'en sont servis pour leur coffret US Borzage, Murnau & Fox, et qui ont aussi servi pour l'édition UK chez BFI), Carlotta a semble-t'il opté pour une approche minimaliste. En gros : les éléments de départ sont utilisés tels quels, sans nettoyage ou restauration.

Cela invite à un constat immédiat : la définition n'est pas vraiment là. Evidemment, on élimine tout problème de compression SD, mais hormis cet apport, il faut bien admettre que l'ensemble ne possède que très peu de finesse et de piqué.

Aussi, l'absence de restauration génère des défauts limitants et récurrents :

- la copie est globalement très griffée. On note facilement de nombreux scratchs ci et là, notamment une belle ligne blanche verticale en plein milieu de l'écran à la 25e minute pendant 10 secondes.
- la copie est aussi parsemée de tâches et poussières.
- le contraste est énormément fluctuant. Certains plans sont moins affectés que d'autres, mais dans l'ensemble, les pulsations sont constantes et parfois intenses, l'image passant d'une teinte grisâtre à des blancs brûlés et des noirs bouchés.
- Enfin, le cadre est régulièrement instable.

Dans l'ensemble, le Blu Ray n'est pas déplaisant, loin s'en faut, et il ne faudrait pas croire qu'il s'agit là d'un "mauvais" Blu Ray mais il est très difficile d'imaginer qu'il représente un upgrade notable par rapport au DVD au vu des éléments survivants.

La piste mono s'en sort un peu mieux même si elle reste assez gentillette et restreinte. Si elle sonne plutôt et est globalement très stable (hormis un ou deux sauts), elle possède un léger souffle, manque un peu de vitalité, et sature légèrement quand elle se charge.

Image : 5.5/10
Son : 7/10
Film : 9/10


Les yeux sans visage [Blu-ray]
Les yeux sans visage [Blu-ray]
DVD ~ Pierre Brasseur
Prix : EUR 14,99

2 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Excellent Blu Ray du classique fantastique de Franju, mais une scène manque à l'appel, 2 juin 2013
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Les yeux sans visage [Blu-ray] (Blu-ray)
Evacuons les habitudes : le générique est évidemment en retrait d'un point de vue précision, tout comme les fondus enchaînés. Aussi, il faut noter que la copie utilisée par Gaumont n'est malheureusement pas intégrale. En effet, si l'on compare à la copie utilisée par Criterion, une scène manque à l'appel. Celle ci, située après la longue opération de Christiane en milieu de film, voyait Brasseur passer en revue les cages aux chiens avec Charles Blavette, qui joue un employé de la fourrière. C'est totalement accessoire à la bonne compréhension du film, mais tout de même.
Passées ces remarques, Gaumont présente ici une bien belle copie de ce classique fantastique de Franju. La précision de nombreux plans forcent le respect, faisant presque penser que le film a été tourné ces 10 dernières années. La palette des gris est très bien rendue, dans un éventail nuancé bien géré, sans aucun souci de compression ou de dérives verdâtres comme on peut parfois en voir. Tout juste pourra-t'on noter des plans nocturnes en retrait, avec un piqué moins prononcé, et des noirs qui semblent parfois trop profonds et potentiellement bouchés.

Côté son, c'est somme toute assez quelconque. Globalement, même si la piste est propre (pas de souffle, craquement ou autre), l'absence de grande ampleur ou de dynamique reste le principal élément limitant de la piste. Les dialogues sonnent assez typiques de l'époque, avec un rendu assez sec et brut, ne rendant pas toujours la compréhension facile (surtout les dialogues de Brasseur et sa voix rauque). La musique de Jarre profite cependant plutôt bien de l'ensemble, malgré a aussi un côté assez daté.

Image : 8.5/10
Son : 7.5/10
Film : 8/10
Remarque sur ce commentaire Remarque sur ce commentaire (1) | Permalien | Remarque la plus récente : Feb 19, 2016 7:27 PM CET


Jamais plus jamais [Édition Limitée]
Jamais plus jamais [Édition Limitée]
DVD ~ Sean Connery
Prix : EUR 12,59

6 internautes sur 6 ont trouvé ce commentaire utile 
3.0 étoiles sur 5 Un Blu Ray correct sans plus, pour un Bond dispensable, 2 juin 2013
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Jamais plus jamais [Édition Limitée] (Blu-ray)
Pour ce Bond non officiel, point de restauration Lowry de folie. En fait, ce qu'on récupère en France en 2013 n'est rien d'autre que ce qui était sorti en 2009 aux USA. En l'état, l'état global de la copie fait un peu mal : pas toujours très stable, et surtout constellée de points blancs, on ne peut que constater le travail trop léger de MGM sur ce titre de catalogue (surtout pour une sortie avec 4 ans de retard). A ce titre, le générique fait vraiment peur si on n'est pas habitué à une netteté aussi faible pour tous les génériques faits en surimpression. Heureusement, le reste du film est bien au dessus de ce générique introductif, avec un encodage qui tient la route, et des plans qui, régulièrement, sont beaux et nets. Cependant, force est de constater que l'image fait régulièrement du yoyo côté définition et niveau de détails, ce qui reste surprenant pour un titre relativement récent (1983) et au potentiel de ventes assez élevé. Au final, l'apport par rapport au DVD est bien là, mais il parait évident que l'on est loin d'avoir ici la meilleure édition du film.

Côté son, la VO 5.1 est une belle piste... stéréo (en exagérant un peu). S'il y a bien un remixage 5.1, celui ci reste très léger, et on est le plus souvent face à une piste 2.1. Pour autant, le rendu est très agréable. La piste est généreuse, bien mixée, avec un détachement clair des dialogues et de la musique, et un rendu très efficace. Qui plus est, le caisson de basses est régulièrement mis à contribution, pour les effets sonores comme la musique, pour une jolie reprise dans les graves. Cependant, il subsiste malgré tout une sous-exploitation des enceintes arrières qui, sans être gênant, aurait probablement pu être évitée.

Image : 7.5/10
Son (VO 5.1) : 8/10
Film : 6.5/10


Frankenweenie [Blu-ray]
Frankenweenie [Blu-ray]
DVD ~ Atticus Shaffer
Proposé par S-PION
Prix : EUR 10,74

4.0 étoiles sur 5 Un Blu Ray 2D sensationnel pour un film qui tourne rapidement à vide, 26 mai 2013
Ce commentaire fait référence à cette édition : Frankenweenie [Blu-ray] (Blu-ray)
Sans surprise, l'image de Frankenweenie 2D en Blu Ray est à tomber. La palette graphique est superbement bien rendue, avec une échelle de gris et des noirs jamais faillibles, un niveau de détails parfait et aucun défaut (aliasing, banding, etc) n'est à déplorer.

Côté son, c'est un chouia en dessous. Malgré une piste costaud sur le papier, et une belle spatialisation, la VO 7.1 manque de punch et de mordant (no pun intended), notamment avec un manque de reprise dans les basses. Cependant, l'ensemble des enceintes est bien sollicité, sans jamais noyer les dialogues ou virer au brouhaha.

Image : 10/10
Son (VO 7.1) : 9/10
Film : 6.5/10


L'Odyssée de Pi [Blu-ray] [Blu-ray + Copie digitale]
L'Odyssée de Pi [Blu-ray] [Blu-ray + Copie digitale]
DVD ~ Suraj Sharma
Proposé par BIKIN
Prix : EUR 11,75

4.0 étoiles sur 5 Un Blu Ray presque impeccable pour un film rapidement lassant, 25 mai 2013
Ce commentaire fait référence à cette édition : L'Odyssée de Pi [Blu-ray] [Blu-ray + Copie digitale] (Blu-ray)
L'image offerte par le Blu Ray de L'odyssée de Pi est, globalement, excellente. Evidemment, elle est hautement dépendante de la scène regardée, qui varie de gros plans très détaillés à des plans larges de paysages ultra-trafiqués et ressemblant par moment à du sous-Avatar croisé avec un jeu vidéo. Quoiqu'il en soit, dans tous les cas, l'image possède à 99% du temps une très bonne clarté, ainsi qu'un niveau de détails très soutenu. Ne subsiste que quelques secondes, en fin de film, lors de l'arrivée de Pi sur les côtes mexicaines, où la vidéo semble d'une qualité inférieure, comme si soudainement, Lee avait troqué ses caméras numériques pour du matériel de résolution inférieure.
Cependant, tout n'est pas rose. Comme pointé par nos amis (frappadingues) d'AVS Forum, il s'avère que le Blu Ray 2D de L'odyssée de Pi possède une définition inférieure à son équivalent 3D ([...]). Qui plus est, le disque 2D présente des effets de solarisation plus présents que le disque 3D. Ce n'est pas la 1ere fois que 2 versions d'un même film, 2D et 3D, diffèrent en rendu, c'était déjà le cas avec Prometheus dont le Blu Ray 3D perdait en détails ( [....]
En l'état, et au vu du rendu global, la note ne peut donc monter à 10.

Côté son, la spatialisation est exemplaire, avec une piste très active sur les enceintes arrières. En particulier, les scènes du naufrage du cargo et du passage des poissons volants fera virevolter le son sur l'ensemble des canaux. Cependant, le principal reproche que l'on peut faire est une sous-utilisation du caisson de basses. Le film a pourtant largement de quoi faire, mais hormis une poignée de graves ci et là (les rugissements du tigre, par exemple), c'est Byzance. Même le naufrage du cargo peine à impressionner.

Image : 9.5/10
Son (VO 7.1) : 9/10
Film : 6/10


The Master [Blu-ray]
The Master [Blu-ray]
DVD ~ Joaquin Phoenix
Proposé par Art Cub
Prix : EUR 14,99

1 internaute sur 3 a trouvé ce commentaire utile :
4.0 étoiles sur 5 Un excellent Blu Ray pour un film rêche mais passionnant, 23 mai 2013
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : The Master [Blu-ray] (Blu-ray)
Ce qui risque de faire tressauter les fans du film, c'est évidemment les spécifications techniques du Blu Ray en comparaison du disque US : avec un débit vidéo moyen 25% inférieur et une VO encodée en 16-bit contre du 24-bit (et un débit double), il y a de quoi s'inquiéter, surtout pour le dernier film en date quasi-intégralement tourné en 70 mm (et dieu sait que c'est rare).

Fort heureusement, à l'exception d'un léger scintillement de luminosité sur quelques plans (d'origine ? J'avoue ne pas savoir), l'image soutient amplement le travail sur les visuels du film, que ce soit au niveau de la définition ou de la gestion de la photographie. Le résultat est donc plutôt à la hauteur, et permet de s'imprégner facilement de l'ambiance du film, et de ses nombreux tons rétro (la séquence des gens qui posent devant l'appareil de photo est notamment fabuleuse).

Côté son, le mixage permet au sound design de s'étendre assez régulièrement sur les 5 enceintes. La musique composée par Jonny Greenwood (et qui fait facilement penser à la BO de Punch Drunk Love) en profite notamment beaucoup, ce qui immerge d'autant plus le spectateur. Pour autant, cela ne noie jamais les dialogues ou les effets sonores. A ce titre, les dialogues, justement, malgré 2 acteurs principaux aux voix assez renfrognées et rauques (et marmonnant 80% du temps), sont clairement retranscrits. Alors, évidemment, ce n'est pas Jack Reacher, mais ça fait un très bon boulot et rend largement justice au travail de l'équipe sonore du film.

A noter que, contrairement au disque US, le documentaire de John Huston est encodé en 1080p (cependant, la copie de départ n'est toujours pas la récente restauration, mais la copie tirée du domaine public).

Image : 9.5/10
Son (VO) : 9/10
Film : 8/10


L'Homme de Rio [Blu-ray]
L'Homme de Rio [Blu-ray]
DVD ~ Jean-Paul Belmondo
Proposé par CINEPASSION
Prix : EUR 8,78

5 internautes sur 6 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Un Blu Ray recommandable mais discutable, pour un film d'aventures toujours aussi divertissant, 19 mai 2013
Ce commentaire fait référence à cette édition : L'Homme de Rio [Blu-ray] (Blu-ray)
TF1 a visiblement chouchouté L'homme de Rio qui, pour un film de 1964 (bientôt 50 ans tout de même), s'en sort avec les honneurs avec une copie immaculée.

Pour autant, tout n'est pas du tout cuit, et certains résultats sont discutables, à commencer par la colorimétrie très jaune de pas mal de scènes. Est-ce la photo d'origine qui veut cela ? Est-ce une résultante de la dégradation du matériel disponible pour la restauration ? Etait-ce corrigeable sans générer de problèmes ? Bonne question.

En l'état, ce rendu jaune, assez variable, n'empêche pas d'avoir des couleurs éclatantes (comme lors du final dans la foret, ultra lumineux et détaillé) et saturées (le parapluie rouge de la dame qui permet à Adrien d'entrer dans l’hôtel). Cependant, on pourra regretter des noirs à la profondeur très variable.

La copie HD peut par contre se targuer d'un joli grain fin préservé, garanti sans DNR, et permettant une jolie définition et un piqué régulièrement remarquable, bien que variable. Certains plans sont en effet en retrait sur ce plan, une poignée d'entre eux semblant comme dédoublés dans les arrières plans. Aussi, on pourra notamment un impressionnant gain d'informations par rapport au DVD MGM 2003, tant celui ci était recadré. Enfin, mon exemplaire, tiré du 1er pressage, a une erreur de compression sur 1 image (1/24e de seconde, donc) à la 62e minute.

Côté sonore, c'est une autre autre histoire. Si la musique profite amplement de la stéréo pour s'étendre de manière ample et dynamique, et que les effets sonores sont souvent clairs, les dialogues bénéficient d'un rendu très limite : tout à tour nasillards ou criards, ceux ci sont typiques des enregistrements de l'époque, mais leur mixage en retrait gêne encore plus que d'habitude la compréhension globale (ne parlons même pas des quelques lignes du petit Brésilien, 80% du temps incompréhensibles). En résulte quelque chose d'assez schizophrène : une très belle piste, sauf pour les dialogues. A noter, qui plus est, que l'ensemble des dialogues ont été enregistrés en post-synchronisation, et que cela se voit facilement par endroits (en particulier la chanson de Lola dans le bar).

Enfin, après Swordsman indiqué à 2h44 au lieu d'1h40, TF1 refait ici une boulette sur la jaquette en indiquant L'homme de Rio comme durant 2h05 au lieu d'1h55.

Image : 8.5/10
Son : 6.5/10
Film : 7.5/10


Django Unchained [Édition Limitée exclusive Amazon.fr boîtier SteelBook]
Django Unchained [Édition Limitée exclusive Amazon.fr boîtier SteelBook]
DVD ~ Jamie Foxx

1 internaute sur 2 a trouvé ce commentaire utile :
5.0 étoiles sur 5 Enfin le retour de Tarantino dans une excellente édition, 19 mai 2013
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Si on pourra toujours pinailler sur la légère infériorité (sur le papier) du Blu Ray français par rapport au Blu Ray US (débit vidéo inférieur de 15% et VO en 16-bits contre 24-bits aux USA, avec logiquement un débit inférieur de 21%), le résultat semble être équivalent. Soit un disque rendant parfaitement justice à ce qui est sans aucun doute le film le plus léché de la filmo de Tarantino. Les multiples looks visuels se succèdent sans aucun souci à déplorer, que ce soit un flashback sur-saturé, un raid du KKK de nuit aux noirs d'encre sans pour autant absorber les détails, ou un trajet à cheval aux blancs brûlés, le contraste, le rendu des couleurs, et surtout le niveau de détails, est excellent.

Côté sonore, VO et VF sont sur un pied d'égalité pour un traitement identique à l'écoute (mixage, spatialisation, intégration des dialogues, rendu global).
Le film envoie régulièrement du lourd, avec un caisson régulièrement mis à contribution, et un enveloppement sonore constant grâce à une utilisation régulière des enceintes arrières. Tout juste pourra-t'on reprocher un léger manque de directivité lors des scènes d'action. Autrement, c'est du tout bon.

Image : 9.5/10
Son (VO) : 9.5/10
Son (VF) : 9.5/10
Film : 8/10

Django, donc :

Quentin Tarantino s'amuse. C'est indéniable, et ça fait vingt ans que ça dure. Et après avoir fait des films de gangsters qui s'entre-tuent joyeusement, par avidité, vengeance ou hasard, le voilà qui se met à faire des films dans des contextes historiques.
Après un Inglourious Basterds monté avec les pieds (et plombé par la partie française du casting), qui lui-même faisait suite à un Death Proof laborieux (et pas vraiment aidé par la rallonge de 20 minutes afin de le séparer de son Planet Terror de collègue), il faut bien dire qu'on attendait avec impatience le film où QT se ferait à nouveau plaisir sans oublier le spectateur en route. Non pas que le cinéaste ait perdu la main visuellement parlant, mais il est clair que d'un point de vue script, on pouvait décemment attendre un retour au niveau de Kill Bill.

Django Unchained signe probablement ce retour.

Haut en couleurs, mais souvent fun, rarement long, et surtout ultra léché, Django Unchained revisite le western spaghetti en mode QT, c'est à dire à travers le prisme habituel du réalisateur : hémoglobine coulant gratuitement à flots, caméos et références à gogo, bande son piquant à droite à gauche (mais détonnant, précisément, par les nombreuses pistes modernes la composant en partie, du gros rap US qui tâche de Rick Ross à la soul gospel de John Legend), bref, les habitués ne seront pas dépaysés. Là dessus, QT reste QT et maîtrise son langage cinématographique dans ce qui est probablement son plus beau film formellement parlant : que ce soit les nombreux trajets à cheval, les ralentis ci et là, la photographie travaillée et ultra variée, ça sent la composition réfléchie, et il faut bien dire que ça fait plaisir à voir.

Tarantino retrouve, de plus, ce qui (on l'espère) est devenu sa nouvelle trouvaille-muse : Christoph Waltz. Aussi bon que dans Inglourious Basterds, et pourvu d'une excellente dynamique avec Foxx, Waltz vole à nouveau le show, malgré un cast autrement plus uniformément exemplaire que dans les 2 films précédents de Tarantino. Si Foxx est parfois un peu figé, son charisme brut et brutal finit par l'emporter; Di Caprio livre une très bonne performance; et Samuel L Jackson fait du mieux qu'il peut en cabotinant dans son rôle assez simpliste de Noir essayant de se faire aimer des Blancs en faisant aussi bien qu'eux au jeu du négrier (dommage qu'il finisse par devenir une caricature ambulante, au trait extrêmement épais).

Pour autant, cumulant à 2h45, le film est assez long, notamment dans une seconde partie trop bavarde pour pas grand chose, et une suite de rebondissements prévisibles et linéaires, qui ressemblent, rétrospectivement, plus à un prétexte au déferlement de gunfights finaux qu'à autre chose. Même s'il on a déjà pu voir bien plus ennuyeux que ce Django, il est fort probable que le film aurait gagné à être épuré d'au moins 20 bonnes minutes, notamment dans certaines digressions ou avancées narratives trop lentement mises en place.
Cependant, notamment grâce à un humour régulier et faisant souvent mouche (même si on pourra débattre longtemps de la finesse de certains gags en fin de film, à double tranchant, et pas forcément très drôle tant l'évolution du personnage principal peut ne pas s'y prêter) et un propos progressiste efficace distillé tout le long du film (certes, pas toujours subtilement), Django Unchained signe donc le retour en forme de Tarantino qui, on ne peut que l'espérer, continuera sur cette lancée pour ses prochains films.

Mais par pitié : Quentin, reste derrière la caméra. Même si tu t'éclates (littéralement), ton (petit) rôle dans Django en est la preuve incarnée : tu joues comme un pied.

8/10


Qui veut la peau de Roger Rabbit [Blu-ray]
Qui veut la peau de Roger Rabbit [Blu-ray]
DVD ~ Alan Tilvern
Prix : EUR 14,99

5 internautes sur 6 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Un Blu Ray honorable pour un classique inégalable, 19 mai 2013
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Qui veut la peau de Roger Rabbit [Blu-ray] (Blu-ray)
Inhérents à sa production originale, la plupart des limites de ce Blu Ray de Roger Rabbit sont facilement décelables : des plans flous (notamment un beau à la 79e minute), une définition variable, des transparences parfois un peu ratées, des fluctuations de colorimétrie, etc etc. Restent par contre des problèmes plus ou moins flagrants, en fonction des scènes, de bruit vidéo et de compression dans les zones sombres, ainsi que des noirs parfois bouchés, avalant du coup les détails. Compte tenu du haut débit vidéo moyen, c'est assez surprenant, mais heureusement assez rare.
Aussi, si l'on compare à l'édition DVD de 2003, le BR présente une image parfois légèrement zoomée (plus ou moins en fonction des plans), avec une légère perte d'informations en bas du cadre, et une perte plus prononcée sur le haut du cadre. Parfois, au contraire, on a un gain d'informations sur les côtés.
Des captures comparatives sont disponibles sur caps-a-holic[....](cliquez sur une capture en haut de la page pour la sélectionner, puis sur "1920x1080 Fullscreen Comparison" pour charger la comparaison).

Cependant, si l'on excepte ces points noirs, il subsiste un transfert HD agréable, et permet un upgrade notable par rapport au DVD, notamment avec un rendu naturel, et pourvu d'un grain fin bien résolu. Spécifiquement, l'introduction animée du film est très jolie, et, comme la plupart des composites du film, dotée d'un beau rendu des couleurs.

A noter que les 3 courts métrages, proposés en 1080p en bonus, ont eux aussi été restaurés. Pour autant, celui qui est en partie utilisé dans le film possède un look très différent (personnellement, ma préférence va au look dans le film).

La partie sonore est, elle aussi, assez représentative de son époque et de sa production. Si elle est claire et engageante, elle reste très frontale, même si la musique, et quelques séquences comme le final dans le hangar et la baston face aux fouines dans le bar, bénéficient d'une expansion sur les enceintes arrières. Le caisson est lui aussi mis à contribution, mais de façon parcimonieuse.

Pour le film, que ce soit en termes de rendus globaux, de spatialisation, ou d'intégration des dialogues, VO et VF se valent à l'écoute, malgré des encodages lossless pour la VO et lossy pour la VF.

Par contre, pour les 3 courts métrages, la VO est en DD 5.1 640 kbps alors que la VF est en DD 2.0 320 kbps. Qui plus est, la VF est mixée extrêmement haut en comparaison de la VO, avec des dialogues mis en avant comme c'est pas permis, rendant la piste extrêmement criarde et insupportable tant c'est balourd.
A noter que si des STF sont disponibles pour les 3 courts, il n'y a pas de STA (contrairement au film qui bénéficie des 2).

Image : 8/10
Son (VO) : 8.5/10
Son (VF) : 8.5/10
Film : 9.5/10


Jack Reacher [Combo Blu-ray + DVD]
Jack Reacher [Combo Blu-ray + DVD]
DVD ~ Tom Cruise
Proposé par Mymediashop
Prix : EUR 6,99

7 internautes sur 9 ont trouvé ce commentaire utile 
3.0 étoiles sur 5 Un excellent Blu Ray pour un film d'action au potentiel manqué, 18 mai 2013
Ce commentaire fait référence à cette édition : Jack Reacher [Combo Blu-ray + DVD] (Blu-ray)
Visuellement, Jack Reacher est tout ce qu'on peut attendre d'un film récent : l'encodage pointu permet de retranscrire parfaitement le film qui, hormis quelques gros plans moins détaillés que ce qu'on pourrait attendre, bénéficie d'un transfert de 1er ordre. Niveau de détails excellent, contraste bien géré évitant des noirs bouchés, bref, tous les points positifs habituels qui font de Jack Reacher un excellent disque pour les HC-philes.

Côté son, la VO 7.1 envoie du lourd. Avec une préférence pour des scènes d'action sans musique, le film bénéficie de séquences assez impressionnantes en rendu. Dotées d'une excellente spatialisation, et d'un sound design profitant de l'ensemble de l'espace sonore, ces passages sont assez impressionnants, réverbérant les coups de feu ou les bruits de tôles froissées. Pour le reste, que ce soit la musique orchestrale ou les dialogues, l'ensemble es très bien rendu, jamais trop frontal, ni sourd.

En zappant très succinctement sur la VF, celle ci est ostensiblement mixée plus haut que la VO, et tend à mettre les effets sonores beaucoup trop en avant. La séquence finale, dans le chantier de construction, devient du coup assez proche de la boucherie sonore, perdant toutes les nuances du mixage original en balançant les coups de feu à un volume sonore bien trop proéminent.

Image : 9.5/10
Son (VO 7.1) : 9.5/10
Film : 6.5/10

Il y a de quoi rester perplexe face à l'assez grande quantité de critiques positives reçues par le film. Alors effectivement, ça aurait pu être bien pire, à tous les niveaux, et certaines choses tentées par le film (notamment un usage intelligent de l'absence de musique, quand la tendance actuelle est plutôt d'avoir 95% du temps une grosse bande son orchestrale qui tâche) en font un objet supérieur à une triste moyenne des blockbusters d'action policière du moment.

A ce titre, il faut saluer les moments forts du film, en particulier les 15 1eres minutes, qui sont joliment montés.

Mais pour autant, Jack Reacher reste immanquablement creux et vain, avec ses méchants très méchants, ses gentils 2nds couteaux idéalistes mais plutôt cons (Rosamund Pike, notamment, s'en tire avec un rôle de blonde de service complètement débile), et évidemment, son héros dark mais plus malin que l'intégralité des équipes de CSI et NCIS cumulées. L'action tarde. Le montage est redondant. L'émotion ou une quelconque intensité absente. Et quand ça grimpe un peu, comme cette longue course poursuite en voitures, ou ce combat final, c'est étiré comme pas permis, pour finir le plus souvent en baudruche se dégonflant.

C'est dommage car il y avait là la possibilité de faire un film brut et rêche, à l'ancienne.

Et puis, il y a Tom Cruise. Non pas qu'il soit mauvais, car il s'en sort plutôt bien. Mais il est juste un sacré mauvais choix de casting, tant sa carrure, son physique font de son personnage quelque chose de complètement à côté de la plaque. Il faut se souvenir qu'à la base, Jack Reacher fait près de 2m pour 110 kg... Dans ces conditions, voir Cruise s'en prendre à des armoires à glace et leur botter le cul comme à des fillettes devient involontairement ridicule.

Reste qu'en pointant à 2h10 (tout de même), le film, malgré une mise en scène et un montage assez atypique pour une production du genre en 2013, est long et peu palpitant, mais reste assez divertissant.


Page : 1-10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21-23