undrgrnd Cliquez ici KDPContest nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici Cliquez ici Acheter Fire Achetez Kindle Paperwhite cliquez_ici
Profil de Remy Pignatiello > Commentaires

Fiche d'identité

Contenu rédigé par Remy Pignatiello
Classement des meilleurs critiques: 457
Votes utiles : 1106

Chez vous : découvrez nos services personnalisés en pages d'aide !

Commentaires écrits par
Remy Pignatiello (France)
(TOP 500 COMMENTATEURS)    (VRAI NOM)   

Afficher :  
Page : 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11-20
pixel
A la merveille [Combo Blu-ray + DVD - Édition Limitée]
A la merveille [Combo Blu-ray + DVD - Édition Limitée]
DVD ~ Ben Affleck

8 internautes sur 8 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Une image immaculée, une piste son mixée bien trop bas, et un film magnifique mais imparfait, 11 octobre 2013
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : A la merveille [Combo Blu-ray + DVD - Édition Limitée] (Blu-ray)
L'image du Blu Ray de To The Wonder est une pure merveille, dans la digne lignée de celle de The Tree Of Life. La définition est constamment au top (minus évidemment les 1eres minutes, filmées en SD sur un téléphone), sans qu'aucun défaut ne vienne entacher le plaisir du visionnage. Que ce soit le niveau de détails, le naturel de l'image, la restitution des couleurs ou des contrastes, l'ensemble est un ravissement de chaque instant, rendant amplement justice à la grande qualité de la photographie du film à travers un encodage au diapason. L'ensemble est tellement propice à cela que la galerie de captures est doublée pour la peine.

Malheureusement, la déception est de mise pour la partie sonore. La raison est simple : un manque flagrant de puissance du à un mixage bien trop bas. Que ce soit La ligne rouge, The Tree of Life ou maintenant To The Wonder, les Blu Rays de ces films possèdent (en fonction de l'édition) un panneau introductif où Terrence Malick nous invite à monter le son pour profiter du film avec un volume sonore important. Eh bien, peine perdue ici : même en montant [i]sérieusement[/i] le volume, impossible d'obtenir un volume sonore adéquat. Pour les connaisseurs, j'ai un ampli Yamaha RX-V467. Mon réglage de référence est -32.5 dB, pour une gamme allant de -60 dB à +20 dB. Je suis monté à -10 dB sans avoir l'impression que ce soit suffisant.
En l'état, la piste manque du coup sérieusement de punch, ne serait-ce que pour permettre aux multiples pistes musicales de s'envoler de manière adéquate. Les dialogues, une fois le son monté plus que largement, restent un chouia sourds, la faute probablement au mixage de la piste. Reste une spatialisation honnête mais un peu limitée, et une reprise des graves décente mais le film n'est pas particulièrement prompt à l'utilisation du caisson.

Au final, difficile de juger si le problème de niveau sonore est restreint à la présente édition française ou non. Les éditions françaises, anglaises et US présentes toutes des pistes différentes sur le papier (DTS HD MA 5.1 48/16 sur le disque US, DTS HD MA 5.1 et 7.1 48/24 avec core mi-débit sur le disque UK). N'ayant que l'édition française, je ne peux comparer et juger globalement, même si les retours des éditions US et UK ne pointent pas de problème de ce type. En état, je ne peux donc que sanctionner avec déception la note finale.

Image : 10/10
Son : 7/10
Film : 8/10

Incomplet. Imparfait. Inabouti. To The Wonder peut se voir un prolongement de The Tree of Life, reprenant notamment ses visuels, ses méthodes de mises en scène, ses cadrages à fleur de peau.
Cependant, il manque au film ce qui permettait à The Tree of Life de fonctionner : un courant pour le faire avancer, peu importe les détours du montage, qui faisaient sens et n'empêchaient jamais le récit de continuer de se dérouler.

The Tree of Life était une rivière, tortueuse mais avec son courant. Ici, le montage fonctionne plus par à-coups, par succession de vignettes interrompues par un montage semblant maladroit, et qui ne fait que ressortir l'absence de véritable moteur narratif. Evidemment, je n'attends pas de To The Wonder un film narrativement balisé, bien carré et structuré. Mais le manque constant de motivation finit par lasser, surtout en 2e moitié de film. On saute d'un endroit à un autre, d'une femme à une autre, avec ces personnages ne dépassant que trop rarement l'esquisse, mais toujours en mouvements, à pied, en voiture, en train, en métro, en avion. Les sentiments vont et viennent, les lieux s'alternent, les rideaux passent de blanc à noir, et les étendues d'eaux au départ sans limite deviennent étroites et empoisonnées. Certes, mais où vont donc ces personnages ? Pourquoi brassent-ils tant de vide ?

Parce qu'ils s'ennuient, parce que l'ennui d'Affleck attire le désintérêt, l'attise, et ce désintérêt finit par être le nôtre. Difficile de saisir les émotions, de capter la tendresse qui est offerte, de s'ouvrir, tout cela finit par devenir froid, distant, refermé sur soi-même. Par-dessus ce couple se greffent quelques passages sur le boulot d'Affleck, des réactions d'habitants d'une zone polluée (et donc, dont la beauté a été corrompue), et des interventions de Javier Bardem, mais c'est tellement épars qu'on se demande pourquoi ne pas les avoir carrément complètement éliminés. C'est d'autant plus dommage qu'ils soient présents sous leur forme actuelle, car ils sont frustrants, tant ils auraient pu apporter un plus notable permettant d'élargir les thématiques du film à autre chose que ces 3 personnages principaux. C'est probablement la plus grosse déception du film, car en l'état, il n'en subsiste plus que quelques minutes, qui le plus souvent consistent à montrer un prêtre qui doute mais répète jusqu'à plus soif que Dieu est partout / en nous / autour de nous / près de nous / nous / ...

Rarement face-à-face, tournant l'un autour de l'autre dans des mouvements souvent commencés, rarement finis, les personnages errent plus qu'ils n'existent, ce qui pourrait fonctionner si tout cela ne finissait pas par laisser à une distance poliment ennuyeuse toute création d'émotion, d'autant plus que les questionnements existentiels de Malick n'ont rarement été écrits avec une telle naïveté quasi puérile (le monologue de Bardem en fin de film est quasi involontairement hilarant, mais surtout presque insupportable). C'est dommage car visuellement et thématiquement, To The Wonder aurait pu être grand, très grand, autant au moins que Le nouveau monde ou The Tree of Life. Il est évident que visuellement, le film est invariablement supérieur à 95% des productions actuelles, et que la très grande majeure partie du film pourrait être tiré en poster tant c'est magnifique.

Pour autant, le film est d'une beauté absolue qui compense en partie son manque de liant, notamment la 1ere moitié du film, d'une grâce folle, et qui fonctionne parfaitement comme un prolongement de The Tree of Life.

Le problème, c'est que cette 1ere partie s'arrête avec le départ des filles, et l'arrivée soudaine de Rachel McAdams, le tout centré sur Ben Affleck. C'est une cassure nette qui stoppe complètement le film dans son élan, et brise la dynamique narrative entre Kurylenko et Affleck, ainsi que la montée progressive des éléments de dissension du couple. Soudainement, c'en est trop, alors elles s'en vont, et voilà...

Pour autant, le film reste d'une grande légèreté et d'une grande fluidité, la beauté et la fluidité des sensations prenant le dessus sur les gros problèmes de structure. C'est juste magnifique, une évocation de la beauté en elle-même, que ce soit celle de la nature, des gens ou des sentiments.

8/10
Remarque sur ce commentaire Remarque sur ce commentaire (1) | Permalien | Remarque la plus récente : Dec 5, 2015 11:14 PM CET


One Big Soul : Une Histoire Orale de Terrence Malick
One Big Soul : Une Histoire Orale de Terrence Malick
par Paul Maher Jr
Edition : Relié

4.0 étoiles sur 5 Très intéressant, 9 octobre 2013
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : One Big Soul : Une Histoire Orale de Terrence Malick (Relié)
Le but du livre est de fonctionner comme un recueil autour de Malick et ses films (le majorité sont abordés de manière abondante, The Tree of Life et To The Wonder ayant, compte tenu de leur plus jeune âge, moins de pages consacrées), au lieu d'un ensemble analytique ou biographique.

Ainsi, partant d'un projet original visant à compiler un maximum d'articles, interviews et discussions sur Malick et ses films, le livre traduit la compilation d'articles journalistiques, tendance US, parus ci et là (NY Times, SF Post, etc etc), des interviews des producteurs des films, ou encore des acteurs.

Si cela manque parfois de liants, sautant du coq à l'âne en fonction des personnes interrogées, ça a le mérite de fournir un éclairage large et objectif, les retours positifs comme négatifs étant inclus pèle mèle. On trouvera donc autant d'acteurs heureux de tourner avec Malick que de producteurs en pleine crise devant les méthodes de tournage peu orthodoxes de Malick... et vice versa.

La principale limite du livre est donc, logiquement, sa principale force : cela donne en effet l'impression d'avoir simplement dans les mains les résultats qu'on pourrait obtenir en lançant une recherche sur Internet. Pour autant, vu la très faible quantité d'ouvrage sur le réalisateur, on ne peut qu'apprécier la tentative de l'éditeur de combler un peu ce trou.

Côté mise en page, si on notera quelques fautes d'orthographe ci et là ou quelques tournures pas toujours heureuses, c'est fait avec sérieux dans l'ensemble.


English Revolution / A Field in England (2013) [ Origine UK, Sans Langue Francaise ] (Blu-Ray)
English Revolution / A Field in England (2013) [ Origine UK, Sans Langue Francaise ] (Blu-Ray)
DVD ~ Michael Smiley
Proposé par DaaVeeDee-fr
Prix : EUR 25,99

3 internautes sur 3 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Un bon Blu Ray pour un film psychédélique mal distribué en France, 7 octobre 2013
L'image de A Field In England est plutôt solide. De nombreux plans possèdent un rendu très précis, avec un contraste appuyé et un excellent niveau de détails. Le film possède un côté très naturel qui est très bien rendu ici, avec une très bonne restitution de la photo du film. On notera cependant quelques plans à l'aspect plus lisse ou flou, et il est fort probable que cela provienne du tournage en lui même. Aussi, certains plans possèdent une photo éthérée, qui est ici retranscrite avec un rendu évidemment plus doux.

La bande son du film est globalement assez posée, et n'amène clairement pas à un disque de démonstration. Cependant, le début et la fin du film possèdent de nombreux coups de feu et explosions à même de réveiller un peu votre installation. Cependant, le plus gros de la bande son reste traversée par les dialogues, ainsi que la musique et les effets sonores, particulièrement lors des séquences psychédéliques.
Dans l'ensemble, le principal reproche qu'on pourra faire est un manque d'équilibre dans le mixage, avec des dialogues franchement en retrait, avec du coup un rendu sourd forçant à monter le son. Cependant, une fois cela accepté, l'ensemble est tout à fait honnête, avec une jolie petite spatialisation musicale et lors des coups de feu et explosions mentionnés plus haut.

A noter un détail pratique : les très nombreux bonus (1h40 de video) sont sous titrés en anglais. Malheureusement, le commentaire audio, lui, ne l'est pas.

Image : 8.5/10
Son : 8/10
Film : 7.5/10

A noter que Wild Side possède les droits d'exploitation français et a préféré ne rendre disponible le film qu'en VOD, sans aucune sortie matérielle, ni DVD, ni encore moins Blu Ray. Si l'on peut comprendre les impératifs commerciaux de l'éditeur, ainsi que le faible potentiel de ventes du film, on ne pourra qu'être déçu de ce choix, surtout après le soutien maintes fois vantés à Ben Wheatley dont les 2 précédents films (Kill List et Touristes), tout aussi atypiques, ont eux été distribués en France en DVD et en Blu Ray.


Nous ne vieillirons pas ensemble [Blu-ray]
Nous ne vieillirons pas ensemble [Blu-ray]
DVD ~ Marlène Jobert
Prix : EUR 10,99

8 internautes sur 8 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Un excellent Blu Ray d'un énième excellent film de Pialat, 22 septembre 2013
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Nous ne vieillirons pas ensemble [Blu-ray] (Blu-ray)
Avec leurs excellentes images et leurs quantités industrielles de bonus (ici 75 min inédites en HD + la totalité des bonus DVD pour un total de 2h05 de bonus), Gaumont peut être fier de leurs 6 sorties HD Pialat, et Nous ne vieillirons pas ensemble ne dérogera certainement pas à la règle.

Malgré un habituel, mais ici extrêmement léger, dégrainage qui se voit uniquement dans une poignée de scènes en basse luminosité, le transfert HD est résolument excellent. Que ce soit les détails sur les vêtements ou les visages, l'ensemble possède une très belle résolution et un piqué très naturel. L'ensemble est très stable, et vierge de toute salissure, poussière ou rayures. La palette chromatique du film est terne, et limite donc le punch des couleurs, mais régulièrement, une jolie saturation se fait sentir, notamment sur les nombreuses tenues de Marlène Jobert.

Côté son, comme souvent, la piste fait son âge au niveau des dialogues, pas toujours impeccablement intelligibles. Pour le reste, la piste est propre et sans souffle, mais globalement peu remarquable.

Image : 8.5/10
Son : 7.5/10
Film : 8.5/10


Demolition Man [Blu-ray]
Demolition Man [Blu-ray]
DVD ~ Sylvester Stallone
Proposé par plusdecinema
Prix : EUR 7,53

3 internautes sur 3 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Une belle surprise HD pour un film d'action encore très efficace, 22 septembre 2013
Ce commentaire fait référence à cette édition : Demolition Man [Blu-ray] (Blu-ray)
En voilà une jolie surprise. Malgré un disque pas vraiment optimisé et un débit vidéo moyen assez limite (presque 20 Mbps, typique de chez Warner qui semble payer le débit au Mbps), le Blu Ray part soit de matériel récent, soit très bien conservé. En effet, si on pourra trouver évidemment de nombreux plans tirés de trucages d'époque assez limités en détails, ainsi que d'autres à la mise au point discutable, le gros du film possède une image qui ne fait pas son âge : détaillée, très stable, et joliment contrastée et saturée, sans post processing inutile. On retrouve donc un joli grain cinéma bien conservé, ainsi qu'une patine pellicule très naturelle. Les seules scènes ostensiblement en retrait sont probablement les quelques scènes d'action nocturnes, chargées en grain, et globalement moins définies.

C'est à peu près le même constat sur la VO 5.1. Plutôt dynamique, bien que très brouillonne par rapport aux standards actuels, celle ci manque cependant de reprise dans les basses, sous-utilisant le caisson. Aussi, le champ sonore est plutôt frontal, même si la musique, ainsi qu'une poignée d'effets sonores durant les scènes d'action, utilise tant que possible les enceintes arrière. Dans l'ensemble cependant, même si l'on aurait aimé avoir une plus grande spatialisation, la piste 5.1 soutient plutôt bien l'action à l'écran.

Image : 8.5/10
Son (VO) : 8/10
Film : 8/10


Battlestar Galactica : Blood & Chrome [Blu-ray]
Battlestar Galactica : Blood & Chrome [Blu-ray]
DVD ~ Luke Pasqualino
Prix : EUR 10,99

2 internautes sur 3 ont trouvé ce commentaire utile 
3.0 étoiles sur 5 Un BR certainement fidèle à des intentions artistiques de mauvais goût, 22 septembre 2013
Ce commentaire fait référence à cette édition : Battlestar Galactica : Blood & Chrome [Blu-ray] (Blu-ray)
Battlestar Galactica n'a jamais été pensé pour posséder une jolie image, et Blood & Chrome ne fait pas exception à cela. Cependant, contrairement à la série mère, B&C a été conçu intégralement sur fond vert, ce qui aura permis à l'équipe technique tous les délires du monde. Et, en un mot comme en mille, mal leur en aura pris, car la patine visuelle de B&C est tout simplement hideuse. Blindée de lens flares (à côté de ça, JJ Abrams est un enfant de chœur), d'effets de flous, de CGI pas toujours finis, d'un grain très fluctuant (de très prononcé à... oublié), l'image est de celle qui passe ou qui casse.
L'image est donc logiquement limitée par le parti-pris visuel du show, mais on peut décemment supposer que le rendu du disque est fidèle aux intentions originales même si on peut noter quelques apparitions de légers défauts de compression, ainsi que des noirs pas toujours au top. Cependant, la plupart des plans (les moins mouvementés, en général) s'en sortent très bien, avec un joli niveau de détails, des couleurs bien rendues et un contraste souvent bien gérés.

La partie sonore, par contre, est beaucoup plus directe à évaluer, et se situe dans la lignée de la série, à ceci près que Blood & Chrome est beaucoup plus orienté action. La conséquence, c'est une piste très efficace, dotée de très nombreuses séquences permettant à tous les éléments habituels de s'exprimer pleinement : les tirs et explosions alimentent le caisson de basses pour un punch immédiat tandis que les Vipers passent d'une enceinte à une autre, la musique percussive de Bear McCreary envoie du bois aussi, tandis que les dialogues restent bien incorporés à tout cela. Si l'image semble avoir été finie à la va-vite, rien ne laisse supposer cela pour le son.

Notons aussi que Universal, dans la lignée de la série mère, propose la VF en DTS HD MA 5.1 16-bit. En zappant rapidement, le rendu semble identique à la VO. Par contre, le disque US possédait une VO quantifiée en 24-bit. Elle est ici downgradée à du 16-bit. La série mère possédait bien une VO 24-bit dans le magnifique (on ne le dira jamais assez) coffret FR.

Enfin, si les 2 modules de bonus du disque US sont repris (30 min de scènes coupées, et 30 min sur les effets spéciaux), les menus présents dans différentes langues sur le disque FR utilisent le menu pourri Universal à base d'icônes (une étoile pour les bonus, un haut parleur pour le menu des langues, etc)... Le disque US, lui, proposait une menu textuel classique et beaucoup plus pratique.

Image : 8/10
Son (VO) : 9/10
Film : 5/10

Comme je l'écrivais plus, donc, le TV Film est moche. C'est pas juste moche, c'est hideux, à un point où on peut se demander comment une personne saine d'esprit a pu se dire qu'une palette visuelle aussi laide était une bonne idée. Tourner en fond vert, pourquoi pas, d'autres l'ont fait avant avec des résultats parfois très intéressants (j'ai notamment un excellent souvenir de Sky Captain), mais là, c'est pourri par une tonne de traficotages visuels, dont une quantité innommable de lens flares qui remplissent tellement l'écran qu'il est parfois difficile de visualiser ce qu'il y a derrière les lens flares.

Et tout ça pour quoi ? Pour pas grand chose, en fait, tant Blood & Chrome n'a rien à raconter. On ne peut qu'être déçu tant Edward James Olmos a fait de William Adama un personnage iconique sur lequel B&C n'arrive pas un seul instant à capitaliser. Tout parait complètement superficiel, débile et téléphoné, comme si BSG avait été rabaissé 10 niveaux plus bas. Que ce soit plus orienté action, pourquoi pas. Certains épisodes de la série mère l'était aussi, et ça n'a jamais gêné, mais ici, le souci c'est qu'en dehors de ces séquences (qui sont plutôt bien foutues et dans la lignée de la série mère d'ailleurs), il n'y a pour ainsi dire rien d'intéressant, tant les personnages sont vides d'épaisseur, et prévisibles au possible.

En l'état, c'est donc assez triste que l'on termine B&C, triste de voir que les gens derrière ce truc n'ont visiblement rien compris de ce qui faisait la force du show, et ont donc compilé toutes les pires idées en 1h30 : la patine visuelle crados devenue simplement hideuse, des amitiés guerrières devenues dignes de Top Gun, et un niveau intellectuel proche d'un Transformers.


Peter & Elliott le dragon [Blu-ray]
Peter & Elliott le dragon [Blu-ray]
DVD ~ Helen Reddy
Proposé par CVRD-Médias
Prix : EUR 11,89

2 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile 
3.0 étoiles sur 5 Attention à la durée du film !, 22 septembre 2013
Ce commentaire fait référence à cette édition : Peter & Elliott le dragon [Blu-ray] (Blu-ray)
Peter et Elliott le dragon est un film qui a connu au moins 4 montages différents, de 92 min pour la TV à 131 min originellement.
Si le Blu Ray US sorti en octobre 2012, avec VF et STF, propose la reconstruction 2002 de 129 min, le Blu Ray FR, lui, ne propose que le montage de 1994, de 106 min. Aucune dire que la différence est plus que notable, quand le DVD de 2009 proposait bel et bien ce montage de 129 min. On ne peut que regretter l'absence de ce montage long en France.


Star Trek - La nouvelle génération - Saison 1 [Blu-ray]
Star Trek - La nouvelle génération - Saison 1 [Blu-ray]
DVD ~ Patrick Stewart
Prix : EUR 70,48

8 internautes sur 8 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Une restauration époustouflante, 15 septembre 2013
Ce commentaire fait référence à cette édition : Star Trek - La nouvelle génération - Saison 1 [Blu-ray] (Blu-ray)
Il est difficile de juger la qualité technique d'une sortie comme The Next Generation. En effet, très peu de séries aussi longues (7 saisons d'environ 25 épisodes chacune, tout de même) ont pu bénéficier d'une restauration aussi poussée que celle présentée ici. La série vient de loin, visuellement parlant : lancée en 1987, prévue pour de la bonne vieille TV 4/3 SD, il est clair que les concepteurs du show étaient loin d'imaginer que 25 ans plus tard, la série sortirait dans une résolution telle que du 1920x1080. Comment en est-on arrivés là ? C'est simple : en repartant à zéro, quitte à recréer carrément les modèles, les SFX et les quelques CGI avant-gardistes ci et là. Le tout permet un certain nombre d'avantages évidents : une meilleure intégration des plans à trucages au sein des épisodes, un aspect naturel et homogène sans pour autant trahir les visuels d'origine (les grands écarts de colorimétrie d'un plan à un autre ont notamment disparu grâce à une palette chromatique ajustée), mais surtout un bond qualitatif impressionnant tant en terme de précision que de stabilité. Que ce soit les détails des décors, des costumes, des maquillages, la clarté et la définition sont régulièrement impressionnants. Les nouveaux modèles s'intègrent particulièrement bien, sans pour autant perdre ce côté désuet de l'époque, faisant en grande partie le charme de la série (la moderniser aurait été du révisionnisme). Les couleurs sont bien rendues, notamment les couleurs des uniformes Starfleet.

Pour autant, TNG ne rivalisera évidemment pas avec les ténors actuels du genre, et la série n'aura jamais la précision de, disons, True Blood ou Game of Thrones. De nombreux plans restent datés, avec un aspect légèrement lisse, et des détails légèrement en retrait (sur les visages, notamment). Pour autant, on ne peut que saluer les efforts fournis par CBS pour proposer la série dans une qualité telle que celle présentée ici en HD et on ne peut qu'espérer que les autres séries (notamment Deep Space Nine) suivront avec ce niveau de qualité.

Mais attention, ça ne s'arrête pas là. Si la restauration propose déjà des visuels largement améliorés, elle s'accompagne aussi d'un nouveau remixage 7.1 souvent impressionnant par sa franche ouverture. De nombreuses séquences proposent une exploitation complètement de l'environnement sonore, avec une multitude d'effets d'ambiance ci et là, et les réguliers passages en Warp s'accompagnent d'une jolie reprise dans les basses. Là aussi, il ne faut évidemment pas s'attendre à la démo du siècle, loin de là, mais la piste est sensiblement rafraîchie et propose des conditions d'écoute extrêmement confortables.

Image : 8/10
Son (VO 7.1) : 8.5/10
Saison : 8/10


Breaking Bad-die Komplette Dritte Season-3 Dis [Blu-ray] [Import anglais]
Breaking Bad-die Komplette Dritte Season-3 Dis [Blu-ray] [Import anglais]
DVD ~ Bryan Cranston
Prix : EUR 20,21

Aucun internaute (sur 1) n'a trouvé ce commentaire utile :
5.0 étoiles sur 5 Breaking Bad continue sur son excellente lancée, 15 septembre 2013
Breaking Bad continue sur la lancée de la saison 2 avec une image maintenant assez fine et plus détaillée qu'auparavant. L'aspect reste toujours fidèle au look du show avec un côté brut de décoffrage, mais une stabilisation de la définition se fait (enfin) sentir, faisant ressortir de manière plus régulière les détails (peaux, vêtements, décors).

La VO est dans la lignée de celle des saisons précédentes, avec un champ sonore ample et travaillé (l'épisode 10 et sa mouche passant d'une enceinte à une autre), bien que le show soit surtout guidé par les dialogues. Cependant, de nombreuses scènes plus mouvementées continuent d'utiliser avec puissance l'ensemble des enceintes et du caisson. S'il y a bien un point où la série est positivement consistante au fil des saisons, c'est bien sur la partie audio.

A noter cependant que, comme les saisons 1 et 2, la VO est downgradée de 24-bit à 16-bit par rapport au coffret US. Cependant, de manière assez étrange, les 1ers épisodes de chaque disque (respectivement les épisodes 1, 6 et 10) possèdent un bitrate bien plus élevé que les autres épisodes, autour de 2320 kbps contre 1720 à 1830 kbps pour les autres épisodes.

Image : 8.5/10
Son (VO) : 8.5/10
Saison : 9.5/10


Trance [Blu-ray]
Trance [Blu-ray]
DVD ~ James McAvoy
Prix : EUR 10,99

4.0 étoiles sur 5 Une belle image, une partie sonore décevante, un film intéressant mais sans étincelle, 15 septembre 2013
Ce commentaire fait référence à cette édition : Trance [Blu-ray] (Blu-ray)
Le film possède une patine visuelle extrêmement vaste, mais typique de nombreux films de Boyle, avec une grosse utilisation de filtres et des caméras très variées. Le résultat est souvent très précis mais le look peut très facilement varier d'un plan à un autre. La seule constante tend à être l'apparition régulière d'un léger bruit vidéo, qui semble être du à la source plutôt qu'à l'encodage. En effet, celui tient largement la route, avec une compression invisible, une très bonne gestion des couleurs et des noirs profonds juste comme il faut. Dans l'ensemble, cela permet un rendu très naturel, visiblement fidèle aux intentions de l'équipe du film.

Côté son, on se fait grave entuber sur la VO. En effet, si les amateurs de VF auront raison de se tourner vers le disque français pour profiter un meilleur encodage, les amateurs de VO, eux, devraient plutôt songer à se tourner vers le disque US, Zone Free, et proposant une VO English / DTS-HD Master Audio / 7.1 / 48 kHz / 4709 kbps / 24-bit (DTS Core: 5.1-ES / 48 kHz / 1509 kbps / 24-bit). Avec un encodage "seulement" 5.1 et 16-bit, la piste perd évidemment en spatialisation, mais aussi en dynamique (et donc mathématiquement en débit). Si la piste reste tout à fait honnête, celle ci manque ostensiblement de punch et de profondeur, en plus d'être mixée un peu bas et obligeant à monter le volume. De nombreuses scènes profitent d'une ambiance sonore travaillée, que la VO peine à retranscrire notamment à cause d'un manque de basse amputant le spectre sonore inférieur. Le champ sonore semble aussi assez limité en spatialisation, malgré de nombreux passages où la musique remplit les 5 enceintes. Quoiqu'il en soit, j'ai e-mailé Pathé à ce sujet. En l'état, la note finale fait office de "sanction" par rapport à cette déception sonore.

A noter que la piste française est globalement équivalente sur le papier et en pratique (mêmes défauts de punch, donc).

Image : 9.5/10
Son (VO) : 8/10
Film : 7/10


Page : 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11-20