undrgrnd Cliquez ici Litte nav-sa-clothing-shoes nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici Soldes Cliquez ici Acheter Fire Achetez Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo Montres soldes Bijoux Soldes
Profil de Remy Pignatiello > Commentaires

Fiche d'identité

Contenu rédigé par Remy Pignatiello
Classement des meilleurs critiques: 366
Votes utiles : 1065

Chez vous : découvrez nos services personnalisés en pages d'aide !

Commentaires écrits par
Remy Pignatiello (France)
(TOP 500 COMMENTATEURS)    (VRAI NOM)   

Afficher :  
Page : 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11-20
pixel
Breaking Bad: Complete Second Season [Blu-ray] [Import anglais]
Breaking Bad: Complete Second Season [Blu-ray] [Import anglais]
DVD ~ Bryan Cranston
Proposé par RAREWAVES USA
Prix : EUR 21,55

5.0 étoiles sur 5 La série atteint son rythme de croisière fabuleux, le Blu Ray s'améliore doucement, 23 août 2013
Ce commentaire fait référence à cette édition : Breaking Bad: Complete Second Season [Blu-ray] [Import anglais] (Blu-ray)
Légère amélioration du rendu vidéo par rapport à la saison 1. Si l'aspect reste toujours aussi brut, avec de nombreux passages possédant de l'aliasing, mais le gain en définition, en texture est visible. Les peaux, les vêtements, les décors possèdent un plus en terme de détails, mais l'ensemble conserve le look typique de la série : sec, brut, loin du top démo, et avec une photo chaude donnant des couleurs très saturées.

Côté son, c'est peu ou prou la même chose que la saison passées, même si la saison possèdent plus de séquences chargées en sons que la 1ere saison. Cela nous donne un caisson plus souvent mis à contribution, tout en conservant l'équilibre et la grande ouverture sonore entendue en saison 1.

A noter cependant que, comme la saison 1, la VO est downgradée de 24-bit à 16-bit par rapport au coffret US.

Image : 8.5/10
Son (VO) : 8.5/10
Saison : 9.5/10


Oblivion [Blu-ray + Copie digitale - Édition boîtier SteelBook]
Oblivion [Blu-ray + Copie digitale - Édition boîtier SteelBook]
DVD ~ Tom Cruise

Aucun internaute (sur 1) n'a trouvé ce commentaire utile :
4.0 étoiles sur 5 Probablement le BR de démo de l'année pour un film techniquement maîtrisé mais assez creux, 20 août 2013
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Oblivion [Blu-ray + Copie digitale - Édition boîtier SteelBook] (Blu-ray)
Avant toute chose, rendons à César ce qui lui appartient : si Universal n'a toujours pas compris comment restaurer de manière transparente un film de catalogue (hormis quelques heureuses exceptions), leur approche de plus en plus régionalisée et leur optimisation des Blu Ray commencent à se ressentir de manière flagrante, et dans le bon sens du terme.
Alors, tout n'est pas parfait, loin de là : de nombreux films voient leurs versions Unrated ne pas sortir en France (Bridesmaids, Ted, This Is 40), les VF sont dispos certes en DTS HD HR, mais ce n'est toujours pas un encodage équivalent à la VO (le DTS HD HR n'est que du DTS à gros débit), et, dans le cas présent, la piste musicale isolée est largement downgradée par rapport au disque US.

Cependant, avec un disque au chargement rapide, des écrans pré-menu tous zappables, une VF en DTS HD HR, et un très joli Steelbook, Universal livre pour Oblivion une copie de très bonne facture, et on ne peut que s'en réjouir.

L'image, avec sa patine grise très numérique, ne plaira peut être pas à tous les amateurs, et on pourra noter 2-3 plans à la définition un chouïa derrière, ainsi que 2-3 chutes de profondeur des noirs. Cependant, ces quelques limites se comptent sur les doigts d'une main et le Blu Ray délivre, dans sa très grande majorité, une prestation d'excellence. La grande majorité du film tient lieu de ce qui sera certainement le disque de démo de l'année, avec une profondeur, un niveau de détails et une précision diabolique.

Côté son, la VO 7.1 est une tuerie, tout simplement. Comme son équivalent sur Tron Legacy (du même réalisateur), la piste est extrêmement agressive, dotée d'une spatialisation ultra efficace (l'atterrissage du Bubble Ship à la 9e min, par exemple), avec un usage proéminent des enceintes arrière et du caisson.
La VF semble globalement équivalente, avec cependant ce qui m'a semblé une reprise des basses un petit peu moindre.

Par contre, gros coup de gueule sur la piste musicale isolée. En effet, et c'est assez rare sur un titre contemporain de studio, Universal propose sur la longueur du film d'écouter uniquement la BO (donc, en gros, les pistes musicales telles qu'utilisées dans le film, mais sans les effets et les dialogues). Le disque US la propose dans un format de bourrin : du Dolby TrueHD / 5.1 / 96 kHz / 2589 kbps / 16-bit (AC3 Embedded: 5.1 / 48 kHz / 448 kbps). Alors certes, ce n'est pas du 24-bit à la Baraka / Samsara, mais tout de même.

Et en Europe, on a quoi ? Bah du simple DTS mi-débit, soit un bon gros downgrade des grands-mères. Dommage, ô combien dommage. Au final, il faut donc faire le choix : soit on veut la VF en DTS HD HR, auquel cas le disque FR est là. Soit on veut la piste musicale isolée en 96/16, et il faut se tourner vers le disque US, aux spécifications techniques et au contenu identique à un point près : la VF n'est qu'en DTS mi-débit.

Image : 9.5/10
Son (VO 7.1) : 10/10
Film : 6/10

Oblivion est, malheureusement, encore un film dont on pourra se demander pourquoi il dure 2h car ça n'a quand même pas grand chose à proposer. Le film met en effet 35 min à nous amener dans le cœur du récit, avec un rebondissement démarrant clairement l'intrigue, sauf que 30 min plus tard, on se demande toujours si ZE révélation va être aussi bête qu'on le devine. La réponse est évidente : oui, elle l'est. Pourquoi alors essayer de maintenir un faux suspense dès les 20 1eres minutes par un montage éventant complètement l'intrigue principale qui n'est déjà pas bien épaisse pour commencer ?

Et puis, en parlant du montage, Oblivion, c'est aussi un peu "Le suspense pour les nuls". De nombreux choix de montages sont révélateurs d'un faux suspense qui ne surprendra que ceux qui ne regardent pas beaucoup de films (et pas forcément des films du genre, mais juste des films tout court). Entre les balles perdues pas perdues, les acteurs qui semblent ne faire que passer mais évidemment ils reviennent plus tard, le twist de milieu de film visible à 100 km à l'avance, ce n'est clairement pas par son script qu'Oblivion réussit à se distinguer.

Par contre, visuellement et musicalement, c'est autre chose : ça claque sévère et confirme en passant tout le bien qu'on pouvait penser (sur ce point) de Tron Legacy. D'ailleurs, le Blu Ray propose la piste musicale isolée (fait assez rare sur un BR de studio) et il doit être très facile de regarder le film avec cette piste tant la musique soutient parfaitement les visuels. L'adéquation musique et image sur le final m'a notamment rappelé celle du final de The Fountain.

Mais au-delà de cette maîtrise technique subsiste donc une grande impression de vacuité, l'impression que le film n'a rien à avancer thématiquement et scénaristiquement parlant. C'est creux, assez vain, avec des choses assez discutables : le style vestimentaire casual de Cruise ci et là qui sort de nulle part; la moto qui tombe en rade d'essence alors que personne n'a jamais parlé d'essence nulle part (et on ne saura donc jamais quel est le combustible utilisé par la moto); la sortie de la bibliothèque par Cruise qui tient de l'ellipse bien pratique plus qu'autre chose... Tant de passages semblent d'ailleurs d'une facilité déconcertante parce qu'ils évacuent toute explication nécessaire pour justifier ce qu'on voit, ou ce qui arrive, comme si les scénaristes s'étaient régulièrement retrouvés dans des impasses alors, dans le doute, grosse ellipse, comme ça, hop, discrétos, on évacue le souci.

Au final, tout cumulé, c'est très beau, mais c'est aussi très creux.

6/10


Breaking Bad-die Komplette Erste Season-2 Disc [Blu-ray] [Import allemand]
Breaking Bad-die Komplette Erste Season-2 Disc [Blu-ray] [Import allemand]
DVD ~ Bryan Cranston

5.0 étoiles sur 5 Une excellente série qui ne brillera pas par son transfert HD, 12 août 2013
Saison 1 :

Clairement, le Blu Ray de la saison 1 de Breaking Bad ne restera pas dans les mémoires pour son image. Si elle convoie cependant une impression HD assez nette, la précision et la définition reste régulièrement limitée, que ce soit dans les plans d'ensemble comme les gros plans. En particulier, les visages choqueront probablement certains par un aspect moins défini que ce que présentent les séries du moment en Blu Ray. Pour autant, le résultat est tout à fait acceptable, avec une image contrastée, un encodage qui tient la route, et un aspect stable, propre (minus 2-3 poussières ci et là) et évidemment brut (surtout vu que la série est une des dernières à être tournée en 35mm).

Côté son, par contre, la VO est un cran au dessus. Ca claque pas mal, avec notamment une bonne reprise dans les graves, et ce dès les premières minutes du show. Si la directivité n'est pas toujours optimale, la piste est assez bien spatialisée, permettant un champ sonore global et efficace.

Image : 8/10
Son (VO) : 8.5/10
Saison : 9/10


Dick Tracy [Blu-ray]
Dick Tracy [Blu-ray]
DVD ~ Warren Beatty
Prix : EUR 15,00

3 internautes sur 3 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Un joli traitement de la part de Disney pour un film qui n'a pas beaucoup vieilli, 12 août 2013
Ce commentaire fait référence à cette édition : Dick Tracy [Blu-ray] (Blu-ray)
Le Blu Ray de Dick Tracy rend assez bien justice à l'allure particulièrement bigarrée du film. Les couleurs sont ultra saturées, la définition souvent excellente (certains gros plans sont implacables de ce côté), les noirs profonds, et l'ensemble de bonne facture. Ceci reste évidemment à contextualiser pour un film à l'aspect ostensiblement trafiqué : certains arrière plans restent plats, avec un aspect ramenant à Roger Rabbit, et certains trucages, en particulier, sont extrêmement visibles (le final, avec les arrière plans semble-t'il en fond vert, est assez révélateur). Cependant, tout ceci remonte clairement à la production du film, et à l'aspect voulu par l'équipe de tournage.

La VO 5.1 est elle aussi une belle cure de jouvence. Si le film en lui même est loin d'être démonstratif, la piste sait se montrer dynamique quand il le faut. La spatialisation est efficace bien que parfois discrète, mais génère un champ sonore agréablement enveloppant, avec des effets d'ambiance ci et là, tout en restant bien équilibrée entre dialogues, effets et musique. Les basses se font entendre lors des passages les plus musclés, avec notamment quelques belles et grondantes explosions.

Image : 8.5/10
Son (VO 5.1) : 8.5/10
Film : 8.5/10


Breaking Bad : Saison 5 (1ère partie, 8 épisodes) [Blu-ray]
Breaking Bad : Saison 5 (1ère partie, 8 épisodes) [Blu-ray]
DVD ~ Bryan Cranston
Proposé par price-discount
Prix : EUR 19,99

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
5.0 étoiles sur 5 A tous ceux qui parlent d'une "arnaque"..., 5 août 2013
Ce commentaire fait référence à cette édition : Breaking Bad : Saison 5 (1ère partie, 8 épisodes) [Blu-ray] (Blu-ray)
...Renseignez vous !

Cela est arrivé à bien d'autres séries avant elle (la saison 4 de Battlestar Galactica, la saison 3 d'Entourage, la saison 6 des Sopranos, la saison 5 de The Shield devenue 2 saisons distinctes) : la saison 5 de Breaking Bad a tout simplement été scindée en 2. Aux USA, la 1ere partie (celle qui sort aujourd'hui en BR) a été diffusée du 15/07 au 2/09/2012. La 2e moitié sera diffusée du 11/08 au 29/09... 2013 !

Plus précisément : la 5e saison devait au départ durer de 6 à 8 épisodes, afin de réduire les coûts de production du show. Gilligan et les producteurs du show, souhaitant conclure la série avec la 5e saison, ont refusé. Sony a alors démarché des networks autres que AMC au cas où, mais finalement, AMC a accepté une saison non plus raccourcie, mais rallongées (16 épisodes au lieu de 13).
La 1ere moitié a commencé à être tournée en mars 2012, la 2e moitié en décembre 2012.

Cela devrait être donc tout sauf une surprise que seuls les 8 1ers épisodes soient aujourd'hui disponibles.

Sinon, qualitativement :

Même joueur joue encore.
Breaking Bad continue avec cette 1ere moitié de saison 5 à posséder une image assez contrastée. Le show possède en effet des plans parfois très beaux, très détaillés (que ce soit des extérieurs ou des gros plans sur les acteurs), et d'autres franchement moins fins. On continue de noter une franche propension à la fluctuation de grain, au banding, et une compression pas toujours invisible. Les plans en basse luminosité montrent parfois un léger bruit vidéo, et des noirs qui semblent bouchés par moment (mais c'est rare). Le point le plus positif reste certainement la restitution de la palette de couleurs du show, souvent très saturée, et qui est ici resplendissante. Mais pour le reste, c'est toujours aussi inconstant.

Côté sonore, c'est là aussi toujours la même chose, mais ici, c'est tant mieux. Les sons d'ambiance, la musique, les effets sonores plus bourrins, les dialogues, tout est retranscrit avec un soin dans la restitution du design sonore travaillé du show. La spatialisation est constante, et souvent très fine, sans jamais déséquilibrer la piste. L'ensemble du spectre sonore en profite, notamment les graves.

Image : 8.5/10
Son (VO) : 9.5/10
Saison : 9.5/10


L'Homme qui tua Liberty Valance [Blu-ray]
L'Homme qui tua Liberty Valance [Blu-ray]
DVD ~ James Stewart

3 internautes sur 3 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Un grand classique malheureusement bousculé en Blu Ray, 4 août 2013
Ce commentaire fait référence à cette édition : L'Homme qui tua Liberty Valance [Blu-ray] (Blu-ray)
Parfois, les studios deviennent fous. Ca leur prend, comme ça, de faire de très jolies restaurations, puis d'aller les tuer, les achever, les égorger pour leurs sorties Blu Ray. De temps à autres, les studios le reconnaissent eux mêmes, expliquant avec une certaine fierté leur façon de travailler, comme Universal qui clame à qui veut l'entendre que "oui oui, on a moyenné le grain dans les zooms optiques de To Kill A Mockingbird parce qu'on trouve ça plus beau", ou "on a stabilisé ce travelling sur Out Of Africa parce qu'on s'en fout d'être révisionnistes".

Ici, rien de tout ça, vu que Paramount a sorti ce grand classique qu'est Liberty Valance vierge de tout bonus. Où sont passés ceux présents sur les précédentes éditions DVD ? Sur l'édition Centennial ? Bonne question.
De fait, il sera impossible de savoir ce qui est passé par la tête des gens en charge de la restauration du film quand, après avoir visiblement fait un nouveau scan de très bonne facture, un nettoyage complet du film générant une copie vierge de toute poussière ou rayure, et une stabilisation complète du cadre et de la densité de contrastes, ceux ci se soient écriés "Et maintenant, pour quelque chose de complètement différent, on dégraine tout ça !"

C'est donc avec regrets qu'on constate impuissants un rendu figé, légèrement cireux sur les visages, mais surtout assez lisse, donnant parfois plus l'impression de regarder une luxueuse série TV qu'un classique de John Ford restauré en grande pompe. Heureusement, nous sommes très loin des infamies que sont Patton (dans sa 1ere édition), Predator (dans sa 2e édition), et encore plus loin du naufrage qu'est Les enfants du Paradis. Cependant, il est de bon ton de se demander pourquoi Paramount, pourtant pas les 1ers sur ce genre de bêtises, a cédé aux sirènes du dégrainage à toute berzingue.

Ce point de côté, il reste que la restauration conserve les points forts cités plus haut : une belle palette chromatique, une copie immaculée, une définition plus qu'honorable, le tout bien géré par une compression invisible (en même temps, heureusement, vu que le disque bare-bones que nous livre Paramount, et la quasi-absence de grain à gérer). Cependant, le dégrainage réduit parfois nettement la précision de l'image, en particulier sur les vêtements qui sont, le plus souvent, les 1ers à montrer un gain en résolution.

En conclusion, on ne peut qu'espérer que Paramount corrigera le tir via une ré-édition, cette fois ci vierge de tout dégrainage intempestif, afin de livrer une copie définitive de Liberty Valance. En l'état, il faudra se contenter, pour le moment, d'une copie plus qu'honnête, mais fortement tirée vers le bas.

Côté son, évacuons rapidement la VF mono proposée ici, pour indiquer qu'il semblerait que le doublage proposé ici n'est pas le doublage original, mais un "nouveau" doublage. Ne connaissant pas le doublage original, et ayant regardé le film en VO, je ne me prononcerai pas plus que cela sur ce point, mais c'est à noter.
La VO est proposée sous 2 formes : le mono d'origine, proposé restauré en DD 2.0, et un remix 5.1 proposé en Dolby TrueHD. La piste mono, bien que mixée beaucoup plus bas que le remix 5.1, est assez claire et intelligible, et sonne ostensiblement restauré, avec une absence de souffle, craquement ou distorsion, et il est dommage qu'il ne soit pas proposé en format lossless. Le remix 5.1 est, comme on pouvait s'en douter, assez discret, mais doté d'une dynamique logiquement supérieure au mono d'origine. Pour autant, la piste manque d'amplitude et reste très frontale, malgré une bonne restitution des dialogues et des effets sonores. Une bonne piste 2.0 améliorée, en somme.

On notera aussi que comme trop souvent chez Paramount, l'édition européenne est dénuée de bonus, repris depuis sur le Blu Ray US. Déplorable.

Image : 7/10
Son : 7.5/10
Film : 9/10


The Deep Blue Sea [Blu-ray] [Import anglais]
The Deep Blue Sea [Blu-ray] [Import anglais]
DVD ~ Rachel Weisz
Prix : EUR 12,88

4.0 étoiles sur 5 Un joli Blu Ray pour un drame assez froid, 4 août 2013
Ce commentaire fait référence à cette édition : The Deep Blue Sea [Blu-ray] [Import anglais] (Blu-ray)
Il est fort probable que le look du Blu Ray en surprendra désagréablement plus d'un. En effet, la patine sepia extra douce du film, tout en filtres et soft focus, donne un résultat assez surprenant pour qui s'attend à quelque chose de conventionnel. En l'état, cependant, le Blu Ray permet une richesse et un piqué tout à fait digne du support. Les vêtements, les décors, les détails du design du global ressortent plutôt bien, avec un aspect très propre, très "net", évidemment limité par la photographie du film. Rien de surprenant donc, mais un résultat assez étrange, et il vaudra mieux se renseigner sur ce point avant de venir maugréer ci et là "Mon dieu, on dirait un DVD", ce qui serait tout à fait faux.

Côté sonore, le film possède un sound design assez discret, hormis la musique de Barber utilisée ci et là, notamment en début et en fin de film. C'est elle qui profitera du plus gros de la spatialisation et de la dynamique de la piste 5.1. Pour autant, les scènes plus calmes profitent d'un mixage agrémentant sur les 5 enceintes des détails sonores : planchers qui craquent, crépitements de la cheminée, passants qui discutent. Tout cela permet d'obtenir une piste calme, mais efficace.

A noter qu'Artificial Eye ne propose aucune piste de sous titres pour le film, pas même anglais, ceci étant devenu depuis de plus en plus récurrent chez l'éditeur. On peut facilement se douter qu'il s'agit là d'une volonté des ayant droits des films qu'ils achètent, afin de limiter au maximum tout risque d'import / export d'un pays à un autre, au détriment de toute concurrence et surtout au détriment du confort du spectateur (et je ne parle même pas des sourds et malentendants britanniques qui se voient, de ce fait, privés de The Deep Blue Sea en HD). Le Blu Ray US, lui, propose des sous titres anglais.

Image : 8.5/10
Son : 8.5/10
Film : 6/10


4 mouches de velours gris [Blu-ray]
4 mouches de velours gris [Blu-ray]
DVD ~ Michael Brandon
Prix : EUR 19,99

5 internautes sur 5 ont trouvé ce commentaire utile 
3.0 étoiles sur 5 Un Blu Ray honnête pour un Argento un peu laborieux, 4 août 2013
Ce commentaire fait référence à cette édition : 4 mouches de velours gris [Blu-ray] (Blu-ray)
Un point d'introduction : Wild Side a choisi de ne pas inclure, même en option, les 40 secondes "perdues" du film, disponibles en SD chez Koch en Allemagne et Shameless en Angleterre. Ce choix est étonnant, vu que ça ne mange pas de pain, et il est dommage de voir que ce qui est inclut partout ailleurs ne l'est pas chez nous. Peut être qu'il s'agit (laissons à l'éditeur le doute) d'un problème de droits, le film ayant eu une vie très compliquée.
Hormis cela, il semble que la copie proposée par Wild Side est globalement la meilleure des 3. Cela ne veut pas dire que le film devient miraculeusement un titre de démo, loin s'en faut. Cependant, le Blu Ray de Wild Side élimine globalement les faiblesses des éditions étrangères : la colorimétrie, équivalente à celle du disque Koch, possède ce qui semble être le bon gamma et les défauts de copies trouvables sur le disque Shameless sont introuvables ici. Par contre, la barre noire horizontale qui parasite le plan final est toujours ici, là où Shameless avait tenté, sans succès, de l'éliminer correctement.
Ces points discutés, il reste que la définition n'est pas folichonne. De temps à autres, un plan sort du lot, notamment les plans larges en extérieur, mais le plus souvent, le niveau de détails est assez juste. Cependant, la copie est immaculée, complètement débarrassée de toute poussière, rayure et autres.

Côté son, les 3 pistes mono (encodées ici en 2.0) se valent plus ou moins, avec la VF légèrement inférieure aux 2 autres pistes. Des 3, la piste anglaise est la plus propre, avec en plus un bon équilibre entre musique, effets et dialogues. La piste italienne est équivalente, mais possède un léger souffle régulièrement audible. La piste française a des dialogues plus en avant que sur les 2 autres pistes, mais possède la propreté de la piste anglaise.
A noter que la piste anglaise proposée par Shameless possède des distorsions et des pertes de sons notables dans les 10 dernières minutes. Rien de tout cela ici. Aussi, la VF et la version anglaise sont légèrement incomplètes, les dialogues manquants basculant alors en italien STF. Cela donne un résultat assez étrange, cinématographiquement parlant, lors de la confrontation finale, mais la transition est inaudible.

Image : 7/10
Son (VF) : 7/10
Son (versions italienne / anglaise) : 7.5/10
Film : 6/10


Le Monde fantastique d'Oz [Blu-ray]
Le Monde fantastique d'Oz [Blu-ray]
DVD ~ James Franco
Proposé par DVDMAX
Prix : EUR 7,59

3.0 étoiles sur 5 Un excellent Blu Ray pour un film complètement à côté de la plaque, 27 juillet 2013
Ce commentaire fait référence à cette édition : Le Monde fantastique d'Oz [Blu-ray] (Blu-ray)
A noter que la VO est indiquée dans le menu comme "Near Field", ce qui pointe clairement (une 1ere au sein des éditions de studio) un retravail de la piste son pour les home cinemas

Le carnaval sur-saturé de Raimi est restitué tel quel en Blu Ray : couleurs chatoyantes, contraste profond, avec le niveau de détails typiquement élevé pour ce genre de productions pop corn grand spectacle. Globalement, le résultat est donc à la hauteur, et tous les amateurs de films flattant la rétine profiteront probablement de ce rendu très coloré.
Cependant, les 20 1eres minutes du film, en N&B, paient le tribut du choix artistique de Raimi pour cette introduction. En effet, le film démarre au format 1.37 N&B, payant ainsi un hommage au film original qui s'ouvrait en sepia. Passées ces 20 minutes, le cadre s'élargit alors vers le format 2.39 tout en passant en couleurs. Quel est le problème, demanderez-vous ? Eh bien, pour pouvoir passer du 1.37 au 2.39, il faut se farcir 20 minutes window boxées comme pas permis, soit des bandes noires à gauche et à droite de l'image pour respecter le 1.37, mais aussi en haut et en bas pour préparer le 2.39. Ce qui donne l'impression d'avoir mis le zoom x0.5 en route, et c'est extrêmement désagréable... Des exemples sont trouvables sur blu-ray.com.

Côté son, la VO 7.1, ostensiblement retravaillée pour être adaptée aux home cinemas (d'où l'appellation Near Field, c'est à dire "champ rapproché", du fait que les enceintes sont bien plus proches du spectateur qu'en salle de cinéma), balance pas mal, notamment dans une utilisation soutenue et puissante du caisson de basses, permettant une grosse reprise dans les graves, notamment dans les scènes d'action. Le champ sonore est enveloppant, utilisant pleinement les enceintes arrières, pour un spectacle sonore plus qu'efficace.

Image : 9.5/10
Son (VO 7.1) : 9.5/10
Film : 2.5/10

Oh, la purge. Pour un peu qu'on soit fatigué, difficile de rester éveillé devant ce naufrage qui n'a strictement rien compris à ce qui faisait le charme du Magicien d'Oz de Warner : sa simplicité désuète.

En 2013, Raimi enquille les "moments de bravoure" pourris, avec un cast ahurissant de platitude. C'est simple, la poupée de porcelaine est probablement plus vivante que tout le reste du casting. Il y a bien 1 ou 2 trucs sympas par ci par là, notamment le final dans la cour du palais, mais il faut se farcir 2 heures absolument interminables pour en arriver là, depuis l'intro en N&B qui ne sert à rien sauf à faire pouffer de rire ceux qui ont vu l'original (et en plus, en BR, comme c'est du 1.33 dans un cadre 2.35, 50% de la TV est composée de bandes noires... Trop sympa, fallait pas...) jusqu'à l'interminable épilogue pouet pouet.

Et puis, que c'est laid. Dire qu'on a dit du Seigneur des anneaux que c'était une croûte numérique, mais alors, Oz, c'est quoi ? C'est vide, moche et sans aucune magie (mais alors là, même pas chez le magicien en question, c'est formidable, quand même).

A part donner méchamment envie de se faire un double programme Oz 1939 / Stardust, difficile d'y trouver un intérêt.

2.5/10


Ted [Blu-ray + Copie digitale]
Ted [Blu-ray + Copie digitale]
DVD ~ Aedin Mincks
Prix : EUR 13,59

4.0 étoiles sur 5 Une comédie qui ne fait pas toujours mouche, servie par un Blu Ray adéquat, 27 juillet 2013
Ce commentaire fait référence à cette édition : Ted [Blu-ray + Copie digitale] (Blu-ray)
Universal, comme souvent avec leurs titres récents, n'a pas raté son coup avec ce Blu Ray de Ted. Evidemment, la patine du film ne se prête pas vraiment à tous les délires, et non loin du blockbuster de démonstration. Cependant, force est de constater que le niveau de détails est régulièrement impressionnant, malgré un aspect parfois très "sitcom" dans la photographie. Ceci mis à part, l'encodage est impeccable, évitant tout problème de compression, de noirs bouchés et autres. La gestion du contraste est notamment excellente.

Le son, lui, se situe une gamme en dessous. En effet, on ne peut pas attendre grand chose d'un point de vue sonore d'un film qui est extrêmement centré sur les dialogues. La piste est claire, les dialogues nets, mais le tout reste dénué de toute force, tout punch, et reste éminemment frontal, hormis de rares occasions où les enceintes arrières sont utilisées pour les bruits d'ambiance (voitures qui passent, etc). Quant au caisson de basses, s'il est utilisé de manière adéquate dans les quelques bastons parsemant le film, il est, lui aussi, rarement actif.

Image : 9.5/10
Son (VO) : 9/10
Film : 6.5/10


Page : 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11-20