ARRAY(0xafbd5ccc)
 
Profil de H. Fiori > Commentaires

Fiche d'identité

Contenu rédigé par H. Fiori
Classement des meilleurs critiques: 58.260
Votes utiles : 147

Chez vous : découvrez nos services personnalisés en pages d'aide !

Commentaires écrits par
H. Fiori "Nabu" (France)
(VRAI NOM)   

Afficher :  
Page : 1 | 2
pixel
41 euros pour une poignée de psychotropes
41 euros pour une poignée de psychotropes
par Davy Mourier
Edition : Relié
Prix : EUR 12,26

10 internautes sur 11 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Drôle et triste, intelligent et balourd, à l'image de l'auteur, 8 février 2011
Ce commentaire fait référence à cette édition : 41 euros pour une poignée de psychotropes (Relié)
Environ 100 pages de BD, un peu moin un peu plus... mais c'est pas important. Cette BD est un journal intime, celui de Davy Mourier, qui explique comment il est entré dans la vie et resté dans l'enfance, comment il est tombé amoureux, comment il s'est fait larguer et comment il tente de surmonter tout ça en allant voir un psychanalyste. Derrière les gags courts, on perçoit une critique de notre système médical dès lors qu'il s'agit des bobos à l'âme, une critique de la psychanalyse incroyablement pertinente aussi mais en même temps Davy Mourier ne jette pas le bébé avec l'eau du bain et raconte les progrès réels qu'il réalise au fil des séances. Des dessins rigolos entrecoupent cette longue et amusante exploration d'une âme tourmentée par l'amour et le refus de devenir adulte. C'est plein de philosophie assez profonde (c'est pas du Kant, attention ! Mais c'est pas du Oui-Oui non plus). Y a aussi dedans des tas de trucs qui font rire et des trucs qui dépriment grave. J'ai pas regretté de l'avoir choisi.


Initiation à la kabbale hébraïque
Initiation à la kabbale hébraïque
par Adolphe D. Grad
Edition : Broché
Prix : EUR 13,97

2 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Intéressant à certains égards, 4 février 2011
Ce commentaire fait référence à cette édition : Initiation à la kabbale hébraïque (Broché)
L'un des ombreux livres d'A. D. Grad au sujet de la kabbale, tradition ésotérique du judaïsme (à ne pas confondre avec ses succédanés commerciaux à l'usage de stars d'Holywood en mal d'exotisme et de spiritualité). Ce livre est intéressant à certains égards, notamment il contient une critique assez juste des positions évolutionnistes modernes et des théories qui amalgament hasard et nécessité, comme si ces deux termes ne juraient pas l'un à côté de l'autre. Cependant, cette critique utilise un langage volontiers jargonnant, voire pontifiant, qui devient vite assez grotesque. Certains détails sur l'architecture numérique du Pentateuque (5 premiers livres de la Torah) et du Cantique des cantiques sont intéressants et se retrouvent difficilement ailleurs. Les critiques formulées à l'égard du christianisme à partir de considérations par ailleurs fort justes sur le récit abrahamique du sacrifice empêché du fils du patriarche ne prend pas en compte la symbolique chrétienne, pourtant rigoureusement orthodoxe au regard du judaïsme lui-même puisque rigoureusement othodoxe au regard des doctrines spirituelles dans leur ensemble. En fait, le récit islamique (et A. D. Grad semble bien l'avoir remarqué) concernant Jésus est bien plus proche de la tradition juive et de l'orthodoxie spirituelle, les analogies existant entre le récit islamique de la crucifixion et celui du sacifice empêché du fils d'Abraham sont frappantes, mais cela ne conduit Grad qu'à émettre de vives critiques à l'égard du christianisme, sans s'attarder comme il l'aurait du sur le symbolisme de ces deux sacrifices "empêchés". Les considérations sur le carré SATOR sont fort justes et peuvent donner lieu à d'autres recherches, plus poussées, de la part de lecteurs attentifs. Nous n'avons pas droit, au moins, aux gloses "philologiques" et critiques d'un Charles Mopsik. Mais pour pénétrer plus sûrement les arcanes de la Kabbale, mieux vaut probablement consulter les ouvrages de Paul Vulliaud, qui n'était pas juif d'ailleurs, mais qui a écrit à ce sujet des pages très justes et très bien documentées.
Quelques détails à propos des lettres de l'alphabet hébreu sont loin d'être inintéressantes. De même, le mythe du Golem est ici abondamment commenté, mais c'est surtout le mythe lui-même qui mérite d'être connu et médité.


Astrologie, racines secrètes et sacrées
Astrologie, racines secrètes et sacrées
par Delclos
Edition : Broché
Prix : EUR 29,24

2 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile 
3.0 étoiles sur 5 Vaut surtout pour ses citations et ses illustrations, 3 février 2011
Ce commentaire fait référence à cette édition : Astrologie, racines secrètes et sacrées (Broché)
Marie Delclos, auto-proclamée grande prêtresse des sciences occultes (magie, voyance, tarots, astrologie, etc. ) a composé ce gros volume dans le but avoué de nous convaincre qu'il vaut mieux utiliser un zodiaque sidéral plutôt qu'un zodiaque tropique (tenir compte de la précession des équinoxes plutôt que des saisons, en gros). Ce faisant, elle prend les premières hypothèses qui lui viennent à l'esprit comme des vérités incontestables, et cela avec une ingénuité déconcertante. C'est ainsi que nous apprenons que Dieu était certainement pour les Anciens le centre de la Voie lactée, que les mythes grecs étaient tous des métaphores des configurations astrales et de leur évolution relativement à la fameuse précession des équinoxes. Elle concacre plusieurs chapitres à tenter de nous convaincre que les anciens astrologues de la Préhistoire (ou de l'Antiquité naissante) avaient inventé des instruments d'observation leur permettant de découvrir les trois planètes du système solaire invisibles à l'œil nu (à supposer que Pluton puisse être considérée comme une planète, elle qui ne suit même pas le plan de l'écliptique dans sa course autour du soleil). Elle parait aussi parfois émettre l'hypothèse que ces sciences divinatoires (car elle n'imagine pas un instant que l'astrologie ait pu servir à autre chose qu'à prédire l'avenir) ont été transmises aux hommes par des extraterrestres (cela est si fortement suggéré que ça en devient explicite). Bref, Marie Delclos, en dehors des considérations sur l'importance de la précession des équinoxes et des chronologies bibiliques et chaldéennes qui peuvent certes être très pertinentes à certains égards, laisse souvent son imagination et ses rêveries la guider dans ses recherches. Tout cela dit, ce livre présente un intérêt certain à cause des nombreuses citations d'auteurs anciens qu'on y trouve (Tacite, Marcus Manilius, Eudoxe, Hérodote, etc. ), les traductions de tablettes cunéiformes mésopotamiennes y sont nombreuses et fort intéressantes, de même que les nombreuses reproductions de zodiaques anciens, d'anciennes images de la voûte céleste et d'art sacré babylonien. Ce livre vaut surtout pour ses illustrations très bien faites et ses nombreuses citations d'auteurs antiques. Suivre le fil des réflexions de Marie Delclos n'est pas sans intérêt, bien au contraire, à condition bien sûr de laisser de côté les nombreuses extrapolations et interprétations qu'elle tire de son imagination débordante pour expliquer certains faits qui, eux, méritent toute notre attention.


La Philosophie Pour les Nuls, nlle édition augmentée
La Philosophie Pour les Nuls, nlle édition augmentée
par Christian GODIN
Edition : Broché
Prix : EUR 21,80

7 internautes sur 8 ont trouvé ce commentaire utile 
2.0 étoiles sur 5 Une vulgarisation un peu trop vulgarisée, 3 février 2011
Ce commentaire fait référence à cette édition : La Philosophie Pour les Nuls, nlle édition augmentée (Broché)
Ce "survol" de la philosophie par Christian Godin (probablement un auteur marxiste, mais ce n'est pas dans ma bouche un reproche, trop souvent nos contemporains jetent le bébé avec l'eau du bain par l'effet d'une sorte de "paresse mentale") est asez colosssal, en tout cas dans son ambition, car il tente de résumer les systèmes philosophiques de tous horizons et de toutes époques (Antiquité occidentale mais aussi monde arabe, philosophie juive, etc. )
Du coup, traiter de tous ces sujets passionnants en quelques pages, même si elles sont nombreuses, revient facilement à faire de la vulgarisation à outrance. La collection "Pour les nuls" est certes faite pour cela, mais la philosophie se vulgarise t-elle vraiment ? Si la vulgarisation scientifique suscite des vocations chez les jeunes, on se demande comment une vulgarisation des différents systèmes philosophiques pourrait avoir autant d'avantages que d'inconvénients. Mieux aurait valu, selon moi, un ouvrage en plusieurs volumes, n'utilisant d'ailleurs pas forcément un langage plus complexe, mais au moins ne déformant pas quelque peu certains systèmes philosophiques. Pour ne donner qu'un seul exemple illustrant mon propos, j'évoquerai un aspect de la philosophie d'Aristote : pour le Stagirite, la vertu est une "médiété relative", comme le disait si justement Jean Brun, elle est "un juste milieu par rapport à nous" ("manger avec excès" n'a pas le même sens pour un homme fort de 80 kg et pour un homme petit de 60 kg). La vertu selon Aristote n'est donc pas simplement un "juste milieu", mais il est vrai qu'une telle somme, si elle veut satisfaire son ambition, doit passer à côté de ces petits détails, quitte à trop simplifier parfois, en déformant fatalement quelque peu. De plus, il m'est impossible de passer sous silence, à propos de cet ouvrage, quelques erreurs grossières qui n'ont pas été corrigées dans cette édition revue et augmentée d'une centaine de pages : il est faux de dire que l'islam n'a retenu le nom d'aucune sainte musulmane, elles sont au contraire assez nombreuses, et nous pous citer au moins Rabia bint Ismaïl, la sainte égyptienne, ainsi que Lala Manoubiyah, la sainte de la ville de Tunis. De même, la citation du prophète de l'islam concernant les enfants qui naîtraient tous musulmans est inexacte, car ce n'est pas le terme "musulman" qui est employé dans le hadith, il est dit en fait que les enfants naissent, "selon la saine nature" (sous-entendu : originelle), et que les parents en font des juifs, des chéritens ou des zoroastriens. En effet, l'auteur traite brièvement des philosophies islamique et juive, ce qui, étant donnée l'ampleur des sujets et la limitation nécessaire de l'ouvrage, le conduit à ne leur accorder qu'une place très marginale et encore plus tronquée. Je possède ce livre et il s'agit d'un bon aide mémoire, mais je recommande plutôt l'ouvrage de Roger-Paul Droit : "Une brève histoire de la philosophie" chez Flammarion, que l'on complètera au besoin par les tomes de la série "Philosophies d'ailleurs" (sous la direction de Roger-Pol Droit), volume 1 : Les pensées indiennes, chinoises et tibétaines, volume 2 : Les pensées hébraïques, arabes, persanes et égyptiennes, Éditions Hermann, 2009.
Dans le livre de Christian Godin, "La philosophie pour les nuls", le chapitre sur la pensée de Nietzsche est, je trouve, fort juste et pertinent. Mais cela suffit-il à dresser un portrait de la philosophie d'Occident et d'ailleurs à traits si grands qu'on a parfois du mal à bien en distinguer les caractérisitiques qui, bien souvent, sont loin d'avoir une importance secondaire ?
Remarque sur ce commentaire Remarque sur ce commentaire (1) | Permalien | Remarque la plus récente : Aug 31, 2012 7:43 AM MEST


Le Néoplatonisme
Le Néoplatonisme
par Jean Brun
Edition : Poche

1 internaute sur 3 a trouvé ce commentaire utile :
3.0 étoiles sur 5 Une bone entrée en matière, 3 février 2011
Ce commentaire fait référence à cette édition : Le Néoplatonisme (Poche)
Petit "Que sais-je ?" malheureusement non réédité qu'il est difficile de trouver, comme c'est le cas de trop nombreux livres dont le contenu est fort intéressant à plus d'un titre. Cela tient probablement à des "impératifs" commerciaux sans rapport avec l'intérêt véritable que présente le contenu desdits livres, mais aussi, sûrement, à des préjugés modernes concernant certains prétendus progrès dans les différents domaines du savoir. Si dans certains domaines les progrès ne sont pas contesatables, on peut se demander s'ils nous apportent quelque chose dont les avantages dépassent les inconvénients ; tandis que dans d'autres domaines, c'est au contraire à une régression que nous avons affaire. Le progrès n'est pas continu, absolu et inexorable, on se demande d'ailleurs pour quelles raisons il le serait. Quoi qu'il en soit, ce livre de Jean Brun résumant la pensée de Plotin et de ses épigones (Porphyre, Jamblique, etc. ) n'a pas d'équivalent dans les nouvelles parutions des Presses universitaires de France, et c'est fort dommage. Non pas que Jean Brun soit un auteur incontournable, mais au moins avait-il le mérite de ne pas compliquer les systèmes philosophiques davantage que les auteurs de ces systèmes eux-mêmes ; à cet égard certains universistaires ayant pignon sur rue se montrent plus royalistes que le roi et nous livrent aussi trop souvent des réflexions "philologiques" qui n'ont que peu de rapport avec le sujet. Ce sont quelques travers dans lesquels tombent parfois Jean Brun, mais sans exagération. Certains détails sont par ailleurs intéressants, comme ceux concernant les différentes philosophies et religions qui avaient la faveur des Alexandrins à l'époque où vécut Plotin : les informations à ce sujet sont assez complètes et il suffira de consulter quelques bibliographies pour s'informer davantage. Les "Que sais-je ?" actuellement imprimés concernant les philosophies de l'Antiquité ou de l'Antiquité tardive ne concernent que les présocratiques, le platonisme, l'aristotélisme et le stoïcisme, comme si le néoplatonisme avait un intérêt bien moindre relativement à ces doctrines, ce qui ,je je crois, est tout le contraire, même si le néoplatonisme parait avoir eu moins d'influence sur le développement ultérieur de la philosophie occidentale, mais je ne vois pas bien ce que ce genre de considérations peuvent bien avoir à faire avec la recherche de la vérité, qui est l'objet de la philosophie (au moins jusqu'à Kant, et si la philosophie commence avec Kant comme semblent le croire certains, alors pourquoi continuer à enseigner les systèmes plus anciens ?)
Bien sûr, il existe de nombreux livres traitant du néoplatonisme, notamment les Ennéades elles-êmes, traduites dans de nombreuses langues ; mais ce "Que sais-je ?", comme d'autres, est assez facilement abordable, tant intellectuellement que financièrement. Il est souvent profitable d'aborder l'étude d'un auteur de cette façon plutôt que d'entrer directement dans des textes ardus où le système ne se dessine qu'après plusieurs heures d'une lecture fastidieuse, c'est notamment le cas pour le "Que sais-je ?" de Jean Brun sur l'aristotélisme (Aristote et le Lycée).


Le kung fu
Le kung fu
par César Barioli
Edition : Broché

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
5.0 étoiles sur 5 1 histoire du KungFu fort intéresante et 1 aperçu 2 ses techniques, 22 janvier 2011
Ce commentaire fait référence à cette édition : Le kung fu (Broché)
César Barioli, dans ce livre malheureusement devenu rare (comme c'est le cas de trop nombreux livres non-réédités pour des raisons plus commerciales que motivées par le maintien et la transmission d'un savoir compétent et profitable) ; César Barioli, donc, est un amateur éclairé de Kung Fu qui nous livre l'histoire de cert art sacré, lié d'abord au taoïsme puis au bouddhisme chinois. Les éléments et détails historiques sont riches et fort intéressants pour qui s'intéresse au "Chouan Fa", la boxe avec les poings de la Chine ancienne. De nos jours, le Kung Fu demeure un art du maintien de la santé du corps et un moyen d'équilibrer en lui la souplesse (yin) et la robustesse (yang). Ce livre n'essaie pas de vous arnaquer en vous promettant de devenir invincible, il expose au contraire une brève (mais dense et érudite) histoire du Kung Fu ainsi que les mouvements de base des principales écoles de Kung Fu (Taï Chi Chuan - Boxe des huit trigrammes - Boxe de la mante religieuse - Kung Fu bouddhiste de Shaolin, etc.). Avec de nombreuses illustrations et figures très bien faites. À conseiller à toutes celles et ceux qui s'intéressent à la théorie et/ou pratique du Kung Fu traditionnel, sans toutefois se laisser abuser par les méthodes soi-disant miracle pour devenir une sorte de guerrier invincible. À noter qu'on n'y trouve pas de planches sur le Kung Fu Wu Shu, seulement une brève évocation du Kung Fu moderne, qui n'est pas le Kung Fu traditionnel.


Dictionnaire de synonymes, mots de sens voisin et contraires
Dictionnaire de synonymes, mots de sens voisin et contraires
par Henri Bertaud du Chazaud
Edition : Broché

9 internautes sur 10 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Excellent dictionnaire, mais un complément peut être bienvenu, 3 août 2009
Ce commentaire fait référence à cette édition : Dictionnaire de synonymes, mots de sens voisin et contraires (Broché)
Ce dictionnaire écrit par Henri Berthaud du Chazeaud est excellent. Il donne les synonymes et mots de sens voisin de beaucoup de mots mais comporte pas mal d'archaïsmes (signalés dans le livre) en négligeant peut-être un peu la langue verte contemporaine (le langage "djeun's"). En dépit de cela, les synonymes fournis sont très pertinents. On le complétera avantageusement par un bon dictionnaire des analogies.


Platon et l'Académie
Platon et l'Académie
par Jean Brun
Edition : Poche

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
4.0 étoiles sur 5 Bonne pédagogie et relativement accesible, 3 août 2009
Ce commentaire fait référence à cette édition : Platon et l'Académie (Poche)
Ce livre de Jean Brun est très bon parce qu'il est un peu plus accessible que les ouvrages de Jean-François Matthéi traitant des mêmes sujets (la pensée grecque de l'antiquité). Tout en étant d'une lecture moins rebutante, le livre de Jean Brun ne vulgarise pas au point de trahir la pensée du philosophe et en donne une bonne vue d'ensemble.


L'arabe, langue vivante, tome 3
L'arabe, langue vivante, tome 3
par H Atoui
Edition : Broché
Prix : EUR 10,58

3 internautes sur 3 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Une méthode très scolaire mais aussi très efficace, 3 août 2009
Ce commentaire fait référence à cette édition : L'arabe, langue vivante, tome 3 (Broché)
Personnellement, je possède les 3 tomes. Cette méthode écrite par Hassan Atoui présente une progression adaptée à un large éventail de capacités d'apprentissage. Elle insiste sur la grammaire sans négliger le vocabulaire et, le grand plus, à mon avis, c'est les exercices proposés à la fin de chaque chapitre. Ces exercices sont très scolaires mais ils permettent de bien assimiler les leçons (points de grammaire, de morphologie). C'est mieux qu'avec d'autres méthodes où les exercices s'adaptent aux exigences de consommateurs qui veulent progresser trop rapidement. En revanche, il n'y a pas, contrairement à d'autres manuels d'apprentissage de la langue arabe, de cours sur la civilisation arabe ou islamique. On complétera avantageusement cette série de livres sur l'apprentissage de l'arabe avec d'autres bouquins sur la culture et la civilisation arabes.


Self islam : Histoire d'un islam personnel
Self islam : Histoire d'un islam personnel
par Abdennour Bidar
Edition : Broché
Prix : EUR 11,59

12 internautes sur 24 ont trouvé ce commentaire utile 
1.0 étoiles sur 5 Couscous sans semoule et mégalomanie, 18 mai 2007
Ce commentaire fait référence à cette édition : Self islam : Histoire d'un islam personnel (Broché)
Monsieur Bidar nous présente dans cet ouvrage une conception "areligieuse" de l'islam qui semble surtout être le fruit de sa fantaisie et de son désir d'y faire adhérer autrui. Les compétences qu'il s'imagine posséder pour traiter le sujet de son livre sont loin d'être au rendez-vous.
Remarque sur ce commentaire Remarques sur ce commentaire (8) | Permalien | Remarque la plus récente : Apr 4, 2012 7:30 PM MEST


Page : 1 | 2