undrgrnd Cliquez ici NEWNEEEW nav-sa-clothing-shoes nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici Soldes Cliquez ici Acheter Fire Acheter Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo Montres soldes Bijoux Soldes
Profil de Jonathan P > Commentaires

Fiche d'identité

Contenu rédigé par Jonathan P
Classement des meilleurs critiques: 24.042
Votes utiles : 57

Chez vous : découvrez nos services personnalisés en pages d'aide !

Commentaires écrits par
Jonathan P (Lens)
(VRAI NOM)   

Afficher :  
Page : 1 | 2 | 3
pixel
[Upgraded Version]VicTsing HDMI 1080P vers VGA Câble Adaptateur Convertisseur pour PC Laptop Power-Free, Raspberry Pi --Noir
[Upgraded Version]VicTsing HDMI 1080P vers VGA Câble Adaptateur Convertisseur pour PC Laptop Power-Free, Raspberry Pi --Noir
Proposé par VICTSING
Prix : EUR 19,59

1 internaute sur 3 a trouvé ce commentaire utile :
1.0 étoiles sur 5 Utilisation en classe : Entre surchauffe et image qui saute!, 13 mai 2015
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Concernant le produit "HDMI 1080P vers VGA Câble Adaptateur Convertisseur" (oui parce que une note pour 4 produits complètement différents, ça ne montre pas la qualité d'un produit... Fonctionne difficilement sur plusieurs vidéoprojecteur (image qui grésille) et parfois qui ne fonctionne pas du tout (image qui saute toute les 2 secondes, impossible à utiliser). De plus, le produit, à la fin de la demi-journée, est brûlant. Je doute que ce produit ait une durée de vie étendue dans ces conditions! Bref je ne recommande pas. Je vais tester la concurrence et renvoyer celui-ci.


Le Cabinet du docteur Black
Le Cabinet du docteur Black
par E. B. HUDSPETH
Edition : Relié
Prix : EUR 26,00

3 internautes sur 3 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Un objet de collection!, 24 octobre 2014
Ce commentaire fait référence à cette édition : Le Cabinet du docteur Black (Relié)
Vous êtes passionné par les étrangetés du vivant ? Vous aimez la mythologie ? Vous rêvez d’avoir à coté de votre bibliothèque un cabinet de curiosités ? Vous allez vous lancer dans la nouvelle saison d’American Horror Story ? Alors c’est le moment de vous procurer ce magnifique livre ! Pas un simple livre mais un véritable objet de collection dévoilant la biographie d’un étrange médecin du nom de Spencer Black mais également une réédition de son livre d’anatomie comparée intitulé « Codex Extinct Animalia » publié il y a un siècle à six exemplaires !

Le livre est un objet de collection car de grande qualité. Couverture cartonnée imitation « vieux bouquins des bibliothèques », format quasi A4, page de belle épaisseur et une jolie police accompagnées de magnifiques documents d’archive.

Concernant son contenu, c’est avec surprise qu’on découvre ce qu’a été la vie de Spencer Black. Une vie glauque à souhait, une vie de cauchemars autant pour Black que pour les gens qui l’entourent. Entre Freak Show et expériences au-delà de toute éthique, on nage dans une ambiance à la Mary Shelley ou les cadavres sont déterrés et des créatures créées. Dans le paradigme nouveau de Darwin, Spencer Black propose que l’Homme descende des créatures mythologiques (ou du moins partage un ancêtre commun avec ces créatures…). Une hypothèse qu’il tente de démontrer de par des expérimentations qui vont le plonger dans la noirceur et la folie la plus totale.

Cette première partie biographique passée, nous en arrivons à la reconstitution du Codex Extinct Animalia qui nous dévoile des planches anatomiques de créatures mythologiques tel que le Sphinx, le Minotaure ou encore la Harpy. Au total, c’est 130 pages de planches pour une dizaine de nouvelles espèces. Pour chaque espèce, un point de l’auteur, un point de Black lui-même et une classification dans les grandes lignes. Les dessins sont justes magnifiques et très complets. J’ai particulièrement apprécié (voire dévoré) les planches sur les harpys ! Ceux-ci dit j’aurais aimé plus d’informations sur ces espèces. C’est peut-être le défaut (le seul) de ce très beau livre.

Puis il faut quand même le dire, tout ceci n’est que fiction. Et c’est ainsi qu’on prend conscience du génie de ce nouvel auteur. Pris dans un jeu de rôle littéraire, nous ne pouvons que saluer le travail de l’écrivain et du dessinateur. Vraiment un bel objet à mettre dans les mains du plus grand nombre.


Colorado Kid
Colorado Kid
par Stephen King
Edition : Poche

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
4.0 étoiles sur 5 Un King autrement., 24 octobre 2014
Ce commentaire fait référence à cette édition : Colorado Kid (Poche)
L’histoire du Colorado Kid est, on peut le dire un peu déroutante. Déjà, ce livre est devenu un objet de collection et pour la petite histoire, je l’ai retrouvé dans la bibliothèque sans vraiment savoir qu’il était en ma possession depuis près de 5 ans… Ensuite, ce n’est pas un livre de Stephen King comme on en a l’habitude ! On est plus proche des séries « Différentes saisons » ou « Nuit noire, étoiles mortes », soit un King dépourvu de fantastique. Ici tout repose sur le mystère.

Le mystère, c’est cet homme qui est retrouvé mort sur une plage. Pourquoi ? Je n’en sais rien et King non plus. Mais voilà, c’est une histoire qu’on se raconte autour d’un feu de camps ou sur un porche entre journaliste. Une histoire non élucidée qu’il nous faudra terminer.

Comme dans beaucoup de livre « made by King », ce n’est pas la fin qui compte mais l’aventure. Ici l’histoire nous tient en haleine du début à la fin. On s’attache très rapidement aux journalistes hauts en couleurs qui nous content ce mystère. On se confond avec la jeune stagiaire, prenant sa place sans pour autant pouvoir poser de questions.

Ceux-ci dit, la nouvelle a le mérite d’être courte, car plus long, l’histoire ne m’aurait pas donné envie de continuer. Un écrit plutôt bien dosé par le maitre de l’horreur qui nous étonne encore une fois de par ce jolie hommage au questionnements perpétuels qui nous fait avancer.


Histoire des sciences de la vie
Histoire des sciences de la vie
par Pascal Duris
Edition : Broché
Prix : EUR 31,00

4.0 étoiles sur 5 Une nouvelle version en dessous de l'ancienne..., 7 mai 2014
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Histoire des sciences de la vie (Broché)
Ayant besoin de combler mes lacunes en matière d’ « Histoire des sciences de la vie », je suis tombé à la bibliothèque sur ce livre de Pascal Duris et Gabriel Gohau. J’ai notamment travaillé sur la première édition, à savoir celle de Nathan. Je le précise car j’ai commandé la nouvelle version (Hachette) que j’ai rapidement renvoyé tant c’est une version scandaleusement allégée.

L’histoire de la classification, l’histoire de la théorie de l’évolution, le milieu intérieur, la neurophysiologie, les grands systèmes physiologiques, la génétique, l’immunologie… Tous les grands thèmes de la biologie sont abordés dans ce livre et de façon à ne pas mettre sur un piédestal tel ou tel scientifique. Les découvertes sont ancrées dans leurs contextes historiques et dans le travail d’équipe scientifique.

Le gros plus de ce livre, ce sont les gravures historiques qui agrémentent des citations de textes d’époque. Je précise que cela a été supprimé dans la nouvelle édition, ce que je ne comprends pas.

Un vrai bon livre sur l’histoire des sciences, que l’on prend plaisir à lire sans se lasser !


Mes plus belles histoires de plantes
Mes plus belles histoires de plantes
par Jean-Marie Pelt
Edition : Poche
Prix : EUR 5,10

3 internautes sur 4 ont trouvé ce commentaire utile 
1.0 étoiles sur 5 Erreurs scientifiques en veux-tu en voilà!, 30 avril 2014
Ce commentaire fait référence à cette édition : Mes plus belles histoires de plantes (Poche)
Jean-Marie PELT est l’idole de mes anciens professeurs de botanique. L’émission « L’aventure des plantes » passant sur TF1 a visiblement bercé leur enfance et leur a donné l’envie d’étudier ce large monde végétal.

Alors je me suis penché sur un de ses livres. « Mes plus belles histoires de plantes » annonce des tas d’histoire botanique à la fois amusante et enrichissante. Datant de 86, on ne peut pas dire que cette science, du moins à un niveau vulgarisé, ait beaucoup progressé, et pourtant, ce livre est tout simplement à bannir des bibliothèques si ce n’est pour prendre un exemple de livre bourré de fausses idées scientifiques.

Vous voulez des exemples ? Attention accrochez-vous à votre écran !

1. Les cellules végétales seraient à l’origine des cellules animales. (Quid des procaryotes et des cyanobactéries ?)

2. Le gaz carbonique s’associe à l’eau pour donner du sucre (pauvre photosynthèse quand on sait depuis les années 50 que l’eau ne sert que de carburant à la transformation du gaz carbonique en sucre)

3. Les plantes ont visiblement toutes des fleurs. (vive les raccourcis !)

4. Les hémisphères du cerveau seraient prédéfinis comme scientifique ou mystique. (Pur mythe scientifique jamais prouvé et désormais démenti)

5. Les fourmis ne sont visiblement plus des insectes ? (Pourtant elles ont six pattes.)

6. 1 gamète + 1 gamète = Un nouvel individu chez les angiospermes (Double fécondation des angiospermes, on en fait quoi ?)

Et ma préféré car je suis un grand fan de Gould qui à cette époque et bien avant lutter contre ce genre d’idée :

7. L’Homme est plus évolué que les animaux qui sont plus évolué que les végétaux (et là normalement, vous êtes par terre)

Je n’ai pas tout cité, je vous laisse découvrir le reste. C’est parmi les plus graves erreurs que j’ai pu lire dans un livre qui se veut scientifique. Enfin scientifique, il est vrai que l’auteur critique la science trop poussée. Seulement vouloir expliquer la science au plus grand monde, ce n’est pas forcément sortir des fautes scientifiques graves qu’il faudra ensuite sortir de la tête des gens !

Les côtés intéressants du livre, les petites histoires de plantes justement discutant des adaptations et coévolution plante insecte, du rapport science / religion, sont, en plus d’être répétitifs, douteux de véracité quand on juge le fond scientifique général du livre.

Ah et j’oubliais l’apparent dégoût que ressent l’auteur envers la jeunesse actuelle. Les jeunes actuels sont visiblement cloîtrés chez eux et ne vivent plus rien si ce n’est la pub. Bel exemple de généralisation non fondée.

On ressort de cette lecture avec l’impression d’avoir lu les écrits d’un vieux fanatique blasé par la vie et par la science qui s’efforce tout de même de vouloir marcher sur le terrain de ceux qu’il méprise. Un bouquin à éviter. Préférez Gould et ses « Réflexions sur les histoires naturelles » qui sont à des années lumières de cette vulgarisation bon marché. Adieu M. Pelt, je ne vous lirai plus.


Tuez qui vous voulez
Tuez qui vous voulez
par Olivier Barde-Cabuçon
Edition : Broché
Prix : EUR 22,90

2 internautes sur 5 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Un bon polar historique!, 25 avril 2014
Ce commentaire fait référence à cette édition : Tuez qui vous voulez (Broché)
Je suis très loin d’aimer le XVIIIe siècle. La période de renaissance est une période que je n’ai jamais été tenté d’étudier, préférant le moyen âge ou l’âge des empires. Ainsi, lorsque les librairies Décitre m’ont offert très chaleureusement (et je les en remercie !) le livre « Tuez qui vous voulez » de Barde-Cabuçon en échange d’une critique, j’ai eu très peur de ne pas aimer.

De plus, il faut savoir que ce livre fait partie d’une série de livre des « enquêtes du commissaire aux morts étranges ». N’ayant pas lu les deux précédents livres, je n’en ai pas pour autant était perdu car mis à part quelques allusions aux deux précédentes enquêtes, nul besoin de les avoir lus dans le détail pour apprécier celle-ci.

Donc ici, l’auteur nous transporte durant quelques jours de fin décembre, au cœur d’un Paris du milieu 18e siècle. La prostitution bas son plein, la répression policière est à son apogée, les libertés sont bafouées, la religion est omniprésente et la fête des fous se profile à l’horizon ! On doit bien avouer que l’auteur a de la matière pour travailler ! Sans compter que ce livre est un polar et qui dit polar dit… meurtres ! Triple ici !

L’histoire ne se limite pas à une simple interrogation du type « Qui est le coupable ? ». Non ici, l’auteur nous balade entre conflits religieux, conflits politiques, conflits amoureux, conflits familiaux… Cette enquête nous balance dans tous les sens pour nous perdre et nous révéler un meurtrier que l’on ne soupçonnait même pas !

Mais l’histoire tire surtout sa richesse de ses personnages. Outre le commissaire aux morts étrangers, Volnay se son prénom, personnage très ténébreux, intelligent et sérieux, il y a mon chouchou… Le moine, père du commissaire. Un homme en marge de la société, très contemporain dans sa façon de penser, à la réplique humoristique efficace et dont la jeunesse n’est pas à prouver ! Un duo de choc qui fait mouche et on sait tous que les duos dans les polars ont toujours était efficaces !

Enfin, l’auteur nous fait partager une passion pour cette époque. Il ne manque pas de glisser des anecdotes qui n’alourdissent pas pour autant le récit. D’autant plus que l’auteur à un style très direct et ne tourne ainsi jamais autour du pot. Une grande qualité qui fluidifie l’histoire.

En conclusion, c’est un bon polar qui m’a agréablement surpris au point de me pousser à lire les précédentes enquêtes du commissaire. Il plaira à tous les amateurs du genre et davantage aux amoureux d’histoire française !
Remarque sur ce commentaire Remarque sur ce commentaire (1) | Permalien | Remarque la plus récente : Jul 7, 2014 10:22 AM MEST


La girafe, le pélican et moi
La girafe, le pélican et moi
par Roald Dahl
Edition : Poche
Prix : EUR 8,90

3 internautes sur 3 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Il plaira aux plus jeunes... et aux adultes restés jeunes!, 10 mars 2014
Ce commentaire fait référence à cette édition : La girafe, le pélican et moi (Poche)
« La girafe, le pélican et moi » est un roman de Roald Dahl publié en 1985 juste avant son culte « Matilda ». Première chose, pourquoi ce titre ? Ben oui, où est passé le singe ?

Ce romain très court conte l’histoire d’un enfant qui découvre que la vieille confiserie fermée devant chez lui est rachetée par le « Gang des Laveurs de carreau ». Jusque-là, rien d’extraordinaire me direz-vous… Sauf que ce gang se compose d’une girafe, d’un singe et d’un pélican ! Tout prend forme lorsque l’homme le plus riche d’Angleterre demande les services de ces laveurs de carreaux !

Comme d’habitude avec Dahl, le roman est d’une grande qualité bien qu’ici il soit très très court. La troupe des animaux est très amusantes et plairont à coup sûr aux amateurs de lecture en herbe. Les dessins en couleurs agrémentent utilement le récit, utile pour faire la lecture le soir !

Au final ça passe vite mais c’est tout de même un bon moment. Un bon roman à lire pour endormir les petits comme les grands !


H.P. Lovecraft : Contre le monde, contre la vie
H.P. Lovecraft : Contre le monde, contre la vie
par Michel Houellebecq
Edition : Poche
Prix : EUR 5,20

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
4.0 étoiles sur 5 Très belle analyse de la vie du Lovecraft!, 10 mars 2014
Ce commentaire fait référence à cette édition : H.P. Lovecraft : Contre le monde, contre la vie (Poche)
On commence cette biographie par une préface de Stephen King. Qui d’autres peut parler de peur ? Personne. L’oreiller de Lovecraft est juste effrayant quand on connait le personnage et on comprend bien la terreur du Maitre. Faut-il préciser que King met en évidence la raison pour laquelle j’ai besoin et je dépends des livres : Toute la littérature, mais surtout la littérature de l’étrange et du fantastique, est une caverne où les lecteurs se cachent de la vie, se préparant à la prochaine bataille à livrer dehors, dans le monde réel. Je fais bien parti de ce troisième groupe.

Puis viens Houellebecq qui nous décrit dans un premier temps pourquoi ce Lovecraft et pas un autre, et nous introduit dans son œuvre avant de développer la recette miracle (qui n’existe d’ailleurs pas) pour écrire la nouvelle lovecraftienne par excellence. On découvre à quel point Lovecraft est un OVNI dans la littérature, à quel point il connait le domaine des rêves et à quel point il mérite d’être connu.

Suite à l’étude de son œuvre, on découvre la vie de Lovecraft, cette vie qui a fait évoluer son œuvre. Sa descente aux enfers durant les années passées à New York, ces années où le racisme s’est développé en lui. Véritable symbole de l’échec de notre société, comment réagirai Lovecraft aujourd’hui ? C’est ce que Houellebecq imagine pour terminer ce très bon livre.

Je m’en vais découvrir et relire HP Lovecraft.


Road Rage
Road Rage
par Joe Hill
Edition : Broché

5.0 étoiles sur 5 Adaptation réussie de Plein gaz, 9 mars 2014
Ce commentaire fait référence à cette édition : Road Rage (Broché)
Quand je vois ce titre « Road Rage », je ne peux que penser à ce jeu d'arcade « Road Rash » qui m'a occupé des heures durant ma tendre enfance. Mais en fait rien à voir… En fait si, on retrouve le coté motard « bad boy » roulant « Plein gaz » sur la route.
Dans cette bande dessinée, deux Nouvelles adaptées en hommage à Richard Matheson. Dans un premier temps « Plein gaz » écrit par Joe Hill et Stephen King, merveilleusement illustré par Nelson Daniel qui nous avait déjà montré ses talents sur The Cape de Joe Hill.

Puis dans un second temps « Duel » de Richard Matheson lui-même, illustré par Rafa Garres dont je suis beaucoup moins fan. C'est un bel hommage sous forme de one-shot avec des illustrations de grandes qualités et une histoire, sortie de la tête de trois grands noms de la littérature américaine, qui ne peut être que grandiose. On notera de plus, la présence de préfaces très intéressantes par Joe Hill et Stephen King narrant la genèse de cette nouvelle.


La trilogie du mal, Tome 2 : Ecrit sur les portes de l'enfer
La trilogie du mal, Tome 2 : Ecrit sur les portes de l'enfer
par Pamela Poggiali
Edition : Album
Prix : EUR 12,95

5.0 étoiles sur 5 Meilleur que le premier!, 9 mars 2014
Ce commentaire fait référence à cette édition : La trilogie du mal, Tome 2 : Ecrit sur les portes de l'enfer (Album)
J’ai enfin reçu le second tome de l’adaptation de la « Trilogie du mal » de Maxime Chattam en version bande dessinée par Michel Montheillet. Intitulé « Ecrit sur les portes de l’enfer », on fait tout de suite le rapprochement avec « La divine comédie » de Dante. On entre donc dans le vif du roman, reprenant l’histoire où on l’avait laissé, dans la cabane de Beaumont !

Concernant l’histoire, rien à dire, étant grand fan des aventures de Joshua Brolin. Mais ici le scénario est bien plus accrocheur que dans le premier opus. Le fait également de jouer avec M. Desaux est un choix judicieux tant il avait une place d’honneur parmi mes grands suspects lors de la lecture du roman. On retrouve ici tous les éléments qui ont fait le succès de « L’âme du mal » avec en plus, pas mal de descriptions de la ville ou des bâtiments. Un peu comme si l’auteur nous offrait son carnet de note complété lors d’un voyage aux states.

Enfin, tout fan de Chattam s’amusera à chercher les petits clins d’oeil glissés dans cet ouvrage. Dans le premier opus, nous avions droit à « La théorie gaïa » et à « Autre-Monde » avec la tempête. Ici on a droit aux « Goonies » dont Chattam est fan mais également au « 5e règne » de par l’enfance de Brolin ou encore à Chattam directement en faisait allusion à sa carrière (écrivain ou flic ?).

Voici pour le contenu, maintenant le contenant. J’ai encore et toujours du mal avec le format. Les grandes plaques de 32x25 centimètres, je trouve ça trop encombrant pour ce type de bande dessinée… Détails vous me direz ! Mais il y a aussi les dessins. Si on oublie les personnages, c’est très beau et soigné, le style me plait bien. Mais voilà, vous vous doutez bien que si je dis ça, c’est que les personnages ne me plaisent pas. Je ne parle pas de leur physique mais du trait, de leurs expressions, de leurs ombres… Non je n’arrive pas à m’y faire.

C’est donc après avoir relu le premier opus, qu’on se lance dans cette lecture agréable jouant avec notre nostalgie littéraire. Un bon moyen de renouer avec la trilogie du mal, de la voir différemment. J’espère que le dernier tome de l’âme du mal aura l’occasion d’être publié l’année prochaine (money money…).


Page : 1 | 2 | 3