undrgrnd Cliquez ici KDPContest nav-sa-clothing-shoes nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici nav_PhotoM16 Cliquez ici Acheter Fire Achetez Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo soldes montres soldes bijoux
Profil de NikkiSixx66 > Commentaires

Fiche d'identité

Contenu rédigé par NikkiSixx66
Classement des meilleurs critiques: 6.047
Votes utiles : 329

Chez vous : découvrez nos services personnalisés en pages d'aide !

Commentaires écrits par
NikkiSixx66 (Paris)

Afficher :  
Page : 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9
pixel
Fifa 16
Fifa 16
Prix : EUR 24,99

Aucun internaute (sur 1) n'a trouvé ce commentaire utile :
4.0 étoiles sur 5 Quelques points à améliorer et ce sera parfait, 20 octobre 2015
Ce commentaire fait référence à cette édition : Fifa 16 (Jeu vidéo)
Au fil des années, FIFA s'améliore. A mon sens en tout cas. Les stades, le réalisme sont de mieux en mieux rendu. A ce niveau là, FIFA 16 est comme une apothéose. Ajoutez-y un super mode carrière ultra réaliste (J'ai pris Liverpool : au mercato d'hiver 2015 vais-je tenter d'acquérir Sirigu qui se morfond à Paris ? etc . .).
La jouabilité est terrible : fluide, tout en étant bien mise en place : si la passe n'est pas bonne, le coéquipier ne la reçoit pas, idem pour les tirs.

Le seul bémol est double et j'espère que les concepteurs lisent ces remarques afin d'améliorer leur jeu : l'arbitre ne se trompe jamais, ce qui enlève au réalisme : un bon roublard qui se jetterait dans la surface et abuserait un arbitre (surtout s'il est français, donc nul :):):, ce serait marrant ; idem pour les hors-jeu : au millimètre près, jamais une erreur).
Il est aussi agaçant que les coups-francs soient si difficiles à marquer : cela relève carrément de l'exploit, ce qui est complètement ridicule.
Autre petite remarque : même si améliorés, les défenseurs sont parfois exaspérants à courir à côté de la balle sans l'attraper , sans aller sur l'attaquant . . absolument irréaliste.

A part ça, ça va :):):)


In the Beginning
In the Beginning
Proposé par thebookcommunity_fr
Prix : EUR 56,18

4.0 étoiles sur 5 Le tout premier Triumph !, 14 octobre 2015
Ce commentaire fait référence à cette édition : In the Beginning (CD)
La discographie du trio canadien, Triumph est quelque peu complexe, et on peut s'y perdre : c'est le cas, 9 fois sur 10, avec ces albums distribués dans différents pays avec des pochettes différentes : ainsi, je me souviens bien du 1er album, dans la lignée de Rush, et que j'ai tout de suite adoré. Mais la pochette était différente (on y voyait le groupe en concert) et l'album s'appelait juste "Triumph", et non pas "In the Beginning", comme il a été rebaptisé plus tard.

De même pour le second album "Rock'n'Roll machine", sorti sous une pochette géniale avec une Flying V brillant de mille feux, puis avec une pochette totalement différente plus tard (les 3 membres du groupe de profil, dessinés avec une sorte de casque sur la tête, qui était, en réalité, une photo intérieure de l'album original).

Bref, ce tout premier album de Triumph oscille entre hard rock traditionnel 70's ("Twenty-four Hours A Day", "What's another day" et son énorme riff bien saturé, à la Nugent) et rock plus progressif, planant même parfois (la 2e partie du morceau "Street Fighter", ou "Blinding Light Show").

Les voix sont excellentes, parfois un peu aigües, très en place sur les morceaux lents ou mid-tempo, moins sur les morceaux rapides, qui sont, de manière générale, moins bons. La particularité de ce groupe étant que le chanteur est le batteur, parfois relayé par le guitariste, Rik Emett.

Le son est très pur, très dépouillé, ça sent le premier album, mais dans le bon sens du terme.

Le suivant sera à peu près de la même facture, puis les 3e et 4e beaucoup plus mélodiques, tout en restant hard-rock et progressif ; enfin, le "chef d'oeuvre" du groupe, à mon sens, sera atteint avec le 5e album "Allied Forces" qui réunira tous les meilleurs ingrédients des 4 premiers albums.

Un trio canadien qui nous délivre donc un album de hard rock 70's de très bonne facture avec de bonnes compos, bons solos, très bons passages hard-rock et d'autres mélodico-planant. Un bon 15,5/20, soit 4 étoiles.

Discographie chronologique pour s'y retrouver (telle que disponible aujourd'hui) :
- "In the Beginning" (1976) ;
- "Rock'n'Roll Machine" (1977) ;
- "Just A Game" (1979) ;
- "Progression Of Power" (1980) ;
- "Allied Forces" (1981) ;
- "Never Surrender" (1983) ;
- "Thunder Seven" (1984) ;
- "Stages" (double live - 1985) ;
- "Sport Of Kings" (1986) ;
- "Surveillance" (1987) ;
etc . . . .


Kill List
Kill List
DVD ~ Neil Maskell
Proposé par Littérature Universelle
Prix : EUR 6,45

Aucun internaute (sur 1) n'a trouvé ce commentaire utile :
1.0 étoiles sur 5 Absolument abominable, 7 juillet 2015
Ce commentaire fait référence à cette édition : Kill List (DVD)
La marque des réalisateurs médiocres est de sur-montrer ce qui devrait être suggéré.

Afin que le spectateur comprenne bien que le personnage principal s'enfonce dans une violence destructrice, il nous montre des scènes plus gerbantes les unes que les autres : et que je te montre les tripes qui sortent du ventre du gars qui se fait poignardé, et que je te montre chaque doigt démoli à coup de marteau . . .

Ce qu'a réussi à faire Scorcese avec "Taxi Driver", par exemple, archétype du film ultra-violent sans une seule scène en trop, celui de "KL" n'y arrive pas : créer une atmosphère oppressante sans avoir besoin d'en rajouter.


Ambush
Ambush
Prix : EUR 21,00

3.0 étoiles sur 5 Ce n'est plus le Tygers de 1981 mais . . ., 13 avril 2015
Ce commentaire fait référence à cette édition : Ambush (CD)
Clairement, ce précurseur de la NWOBHM (renouveau de la scène hard-rock anglaise du début des années 80) est différent aujourd'hui. Le son est différent, moins brut, moins dans l'urgence, plus posé . . . néanmoins, cet album n'en reste pas moins un bon disque de hard rock mélodique.

Les riffs sont puissants, classiques certes, mais très agréables. Le chanteur me fait penser à Joey Tempest d'Europe, voix suffisamment puissante, contrairement à ce qu'on entend ici et là, le tout est bien ficelé, avec solos incisifs.

Cet album est ainsi bien meilleur que "The Cage", tournant Hard-FM du groupe lors de leur 4e album, après les 3 tueries que sont "Wild Cats", "Spellbound" et "Crazy Nights", leurs 3 premiers efforts. Autant, "on sentait sur "The Cage" que le groupe se forçait à prendre le virage FM obligatoire, selon eux, pour vendre plus de disques. Cela donnait un résultat insupportable, noyé dans les choeurs et les claviers.

Ici, le hard est naturellement mélodique et, je trouve, de bonne facture.


Rock 'n Roll Gypsies
Rock 'n Roll Gypsies
Prix : EUR 14,73

4.0 étoiles sur 5 Hard Quo !, 11 avril 2015
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Rock 'n Roll Gypsies (CD)
En pleine période NWOBHM, Spider se démarque quelque peu de ses acolytes du genre, en sortant un album Boogie-Hard alors que les autres sont plus orientés Heavy Metal. La référence à Status Quo est évidente, ce sont exactement les mêmes bases, jouées un peu plus vite et un peu plus hard. A l'époque, certains se moquaient, tellement la ressemblance est parfois évidente.

Mais nous avons ici simplement un très bon album de Boogie Hard-Rock avec des titres dont on reprend très vite les refrains entrainants : AWOL, All the time, Part of the legend . . . Et un double medley final de plus de 11 mn reprenant des passages instrumentaux de morceaux les ayant influencés, avec du . . . Status Quo, Black Sabbath, AC/DC et consorts.

Tapons du pied et secouons notre crinière dans la joie.


Babylon By Bus
Babylon By Bus
Prix : EUR 13,99

4.0 étoiles sur 5 Mélancolique et génial, 10 avril 2015
Ce commentaire fait référence à cette édition : Babylon By Bus (CD)
Pour une raison ou pour une autre, cet album sonne résolument mélancolique, une sorte de tristesse l'enveloppe tout du long. Mais cela ne nuit pas à l'équilibre de ce disque dont les versions, plus longues, sujettes à des impros, essentiellement des solos de guitare ou des jeux de Marley avec le public, ont quelque chose de possédant.

Les tubes de Bob Marley sont présents ainsi que d'autres morceaux, légèrement moins connus où Marley donne toute son émotion et ce côté mélancolique, criant sur "Heathen" ou "Rat Race".

Le son a un peu perdu par rapport au vinyl mais l'ensemble est très très correct : chaque instrument est très net : la grosse basse toujours bien présente dans le reggae, ainsi que la guitare et ses solos où chaque note s'entend avec précision.

Pour peu que l'on ferme les yeux et s'imagine au pavillon de Paris en 1978, on peut presque sentir la Ganja.


100 M.P.H
100 M.P.H
Proposé par Fulfillment Express
Prix : EUR 38,50

4.0 étoiles sur 5 A toute barzingue !, 8 avril 2015
Ce commentaire fait référence à cette édition : 100 M.P.H (CD)
Ce disque est une sorte d'OVNI du hard rock. 1er album de ce groupe sorti de nulle part, qui déboule avec un Live comme 1er disque.

Le pari est osé puisque tous les titres sont (presque)inédits, certains sont sortis en EP auparavant. Nous sommes en 1981, en pleine période NWOBHM, ce renouveau de la scène hard-rock anglaise, et cet album prend immédiatement aux tripes par son urgence, son côté dévastateur.

Les morceaux s'enchainent, sans temps mort avec une énergie ahurissante. Les riffs de guitare sont simples et directs, comme de vrais uppercuts. Le guitariste, Steve Zodiac (référence à la série cultissime de ces marionnettes qui vont dans l'espace) enchaine les riffs et les solos avec une précision, une clarté qui font de lui une sorte de croisement entre un Fast Eddie Clarke pour le côté brut et direct, et Michaël Schenker pour les solos à la fois punchys ET mélodiques.

Le tout dans un format power-trio avec un bassiste-chanteur à la voix bien rock qui colle parfaitement aux compos. Une formule gagnante que le groupe ne retrouvera jamais à mon sens. Toute son explosivité, tout ce qu'il a à "dire" se trouvant définitivement dans ce génial album.


Double Dose - Cardboard Sleeve - High-Definition CD Deluxe Vinyl Replica
Double Dose - Cardboard Sleeve - High-Definition CD Deluxe Vinyl Replica
Prix : EUR 38,00

2 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Chapeau à cette réédition, 3 avril 2015
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Double Dose - Cardboard Sleeve - High-Definition CD Deluxe Vinyl Replica (CD)
Mythique album live de Hot Tuna : Double live, Double dose comme on en faisait dans les années 70. Celui-ci durant juste un peu plus de 80 mn, il avait été jusqu'à présent amputé d'un titre. Là il est complet et, oh miracle !, figure sur 2 CD au lieu d'un jusqu'à présent.

Les titres sont magnifiques, une première partie acoustique en hommage à la première période du groupe, puis cela s'électrifie sur les 3 faces suivantes, piochant principalement dans les 3 albums "hard" du groupe : "Yellow Fever", "America's Choice" et "Hoppkorv".

Kaukonen, avec sa voix chaude, et sa guitare parfois si tranchante, parfois si fine, toujours si parfaite, son acolyte à la basse, Jack Cassady, qui fait vrombir tant qu'il peut son instrument, tout ça donne une mixture parfaite, exactement ce que l'on attend d'un double album live.

Et bravo pour cette édition en "Vinyl Replica", ce genre d'albums ne prenant tout leur sens que dans ce format.
Remarque sur ce commentaire Remarque sur ce commentaire (1) | Permalien | Remarque la plus récente : May 9, 2015 1:56 PM MEST


A L'Olympia
A L'Olympia
Prix : EUR 10,34

1.0 étoiles sur 5 Bernie, tu te moques ?, 3 avril 2015
Ce commentaire fait référence à cette édition : A L'Olympia (CD)
Enorme excitation en prenant le cd et en regardant les titres : ils y sont tous : les "classiques" de la première époque et les titres plus récents.

Personnellement, je ne suis pas gêné par la présence d'un DJ, j'ai toujours aimé le mélange rock-"techno". Les solos de Nono mélangés à un beat techno, perso j'adore. D'autant que c'est très réussi, c'est très bien fait tout au long du concert.

Sinon, le son de l'album est très bon, péchu comme un live le mérite etc . . .

Non, le vrai truc qui m'a scotché, qui m'a, pour ainsi dire, tétanisé, à tel point que je n'y ai pas cru au début, c'est le chanteur. Je crois qu'on peut dire "ex-chanteur" maintenant. C'est simple, il ne chante pas . . . il parle. Il ne pousse jamais et, le pire, c'est qu'on sent qu'il pourrait le faire, mais il a un ton arrogant tout au long de l'album, genre, "je ne chante pas et je vous emm***". En même temps, c'est peut-être mieux car lorsqu'il s'oublie et se met à chanter, c'est faux. Il préfère ses commentaires démagos sur le public "D'ici, ça le fait grave . . ", entre autre, ou politiques.
Ca fait vraiment chier, Bernie c'était une telle pêche, une telle voix, le tiers du groupe au-moins. Sur cet album, c'est un véritable handicap qui ruine un disque qui aurait mérité beaucoup mieux que ça.


22/11/63
22/11/63
par Stephen King
Edition : Poche
Prix : EUR 9,90

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
4.0 étoiles sur 5 Tout Stephen King dans ce roman, 25 mars 2015
Ce commentaire fait référence à cette édition : 22/11/63 (Poche)
Strephen King est bien plus qu'un écrivain de roman fantastique. Dans chacun de ses livres, les plus "science-fictionnesques" compris, figure à chaque fois des sentiments, une humanité qui vous prend aux tripes. Ce qui fait la force de ses livres, ce sont ses personnages. Il décrit comme personne, la vie de gens "moyens", leur beauté, leur peur, leur cruauté (beaucoup d'hommes violents alcooliques), leurs espoirs, leur méchanceté, l'hystérie et l'omniprésence de certains (ces mères qui s'immiscent dans la vie de leurs enfants jusqu'à faire voler en éclat ces jeunes couples, pas armés face à une telle méchanceté ou à un égoïsme outrancier). Ce sont toujours des sentiments très justes.

Ce roman ne déroge pas à la règle, et un pitch fantastique (voyage dans le passé) est le prétexte à une description de plusieurs caractères des années 60's,'époque où se situe le roman, son personnage principal tentant de tuer Lee Oswald avant qu'il ne commette l'irréparable sur le Président Kennedy. Le côté fantastique passe, comme souvent, au second plan. Ce que veut King, c'est décrire des sentiments humains, comprendre comment l'homme agit comme ceci et pas comme cela, pourquoi une histoire d'amour est possible ou pas, pourquoi ou comment la vie d'un enfant peut être conditionnée par un père violent et alcoolique (thème récurent chez lui).

Et puis King trouve toujours des astuces pour pimenter ses romans. Et là, c'est une "génialité" absolue : le passé est tenace et ne se laisse pas changer comme ça.

Et comme toujours avec Stephen King, les ténèbres ne sont jamais très loin.


Page : 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9