Profil de NikkiSixx > Commentaires

Fiche d'identité

Contenu rédigé par NikkiSixx
Classement des meilleurs critiques: 5.823
Votes utiles : 261

Chez vous : découvrez nos services personnalisés en pages d'aide !

Commentaires écrits par
NikkiSixx (Paris)

Afficher :  
Page : 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7
pixel
Hasta La Vista
Hasta La Vista
DVD ~ Robrecht Vanden Thoren
Proposé par cashplay
Prix : EUR 6,95

10 internautes sur 10 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 UN AMOUR DE COMÉDIE FLAMMANDE, 25 juillet 2012
Ce commentaire fait référence à cette édition : Hasta La Vista (DVD)
Il y a "Intouchables", grosse comédie formatée grand public, très bien faite cependant.

Et il y a "Hasta La Vista" ; le thème est à peu près identique : des personnes handicapées vont se trouver dans une situation rocambolesque et voir leur vie changée (en l'occurrence après avoir décidé "d'aller au bordel" en Espagne). S'ensuivent des situations plus cocasses, drolatiques et émouvantes les unes que les autres.

Les personnages sont belges-flammands et leur langue, leur façon de parler, un peu lancinante comme ça, donne un côté spontanément drôle au film.

On a facilement la larme à l'oeil, on rigole franchement, on est énervé lorsque l'un des trois protagonistes s'en prend à l'autre, sans raison particulière, juste parce que sa condition de personne à mobilité réduite l'agace.

Avec "Hasta la Vista (Baby ?)", on a le sentiment d'entrer dans l'histoire de ces trois personnages (un tétraplégique, un aveugle et un troisième atteint d'une maladie incurable), si attachants, on a le sentiment qu'on peut les croiser d'un moment à l'autre. Tout est hyper réaliste, mais jamais glauque, triste mais pas sordide.

Un "petit chef d'oeuvre d'auteur".


Weekend Warriors
Weekend Warriors
Prix : EUR 11,53

2 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Groovy Nugent, 28 juin 2012
Ce commentaire fait référence à cette édition : Weekend Warriors (CD)
Ted Nugent est ici au mieux de sa forme, qu'on se le dise !

Bizarrement passé relativement inaperçu, ce "Weekend warriors" pète pourtant le feu du début à la fin, avec le groove si particulier de Uncle Ted et, cerise sur le machine-gun, des compos un peu plus travaillés que jusqu'alors, où le Nuge privilégiait tellement la guitare que le reste ne servait que d'accompagnement.

Ici, tout est en place, parfaitement maitrisé, même si, bien évidemment, Nugent se taille la part du lion avec toujours des solos parasismiques ("Need You Bad", "Venom Soup", . . .), mais intégrès dans des morceaux un peu plus équilibrés, au niveau des instruments comme la basse, la batterie et la guitare rhytmique.

Pas véritablement de "hit" sur cet album, éternel problème des albums sombrant dans l'oubli, mais du bon, du solide, du groovy Nugent.

Tu nous tues, Ted !


State of Shock
State of Shock

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
4.0 étoiles sur 5 JUSTE UN EXCELLENT ALBUM DE HARD ROCK, 14 juin 2012
Ce commentaire fait référence à cette édition : State of Shock (CD)
À sa sortie, en 1979, cet album n'avait pas été très bien accueilli. On lui reprochait, en gros, de "dénaturer" le son et le jeu jusqu'alors caractéristique du Nuge. Le plus drôle étant que c'étaient parfois les mêmes critiques de cet album qui descendaient auparavant Nugent pour son style trop hard-rock, trop hurleur, trop bruyant . . . Bref.

L'album est incontestablement différent des premiers disques du Nuge. Il évolue, explore des horizons légèrement variés. Néanmoins, cette évolution est très souple, le changement s'effectue en douceur. On reconnaît ainsi le style et le son de guitare caractéristiques de Ted Nugent. Le premier morceau, "Paralyzed", est d'ailleurs du pure Nugent, et sera le seul à sortir du lot, le seul de l'album, en tout cas, qu'il joue parfois en concert : intro guitare avec riff hyper saignants;, voix qui se pose dessus, puis basse-batterie-refrain-solo de Nugent . . . du classique et très bon.

Les autres morceaux varient entre du "traditionnel", le titre éponyme "State Of Schock", et les "Saddle Sore", ou "Snake Charmer", et des compos plus calibrées radio, dont une ballade "Alone", avec un magnifique solo, qui nous rappelle un peu le "Together" de l'album "Free For All - 1976, ainsi qu'une reprise des Beatles, "I Want To Tell You", forcément beaucoup plus pop que ce que fait le Nuge habituellement.

Un album donc très bon (Ted fera par la suite quelques albums Hard-FM, comme "Little Miss Dangerous" ou "Pénétrator" du plus mauvais goût) malgré cet espèce de paradoxe entre la recherche d'un nouveau public et le naturel de Nugent qui revient au galop avec des morceaux de pur hard-rock.

Cette évolution, très légère, vers des horizons plus commerciaux, plus abordables pour l'auditeur "moyen", ne préfigurait en tout cas certainement pas de la bombe de violence et de furie qu'allait être son prochain album, "Scream Dream" . . .


Hard 'n' Heavy, 1966-1978, Sonic Attack
Hard 'n' Heavy, 1966-1978, Sonic Attack
par Philippe Robert
Edition : Broché
Prix : EUR 21,00

3 internautes sur 3 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 LE PENDANT PARFAIT DU BOUQUIN DE PROTAT, 6 juin 2012
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Hard 'n' Heavy, 1966-1978, Sonic Attack (Broché)
Après avoir dévoré l'encyclopédie de Denis PROTAT sur le Hard Rock des années 70's et découvert, grâce à lui, de nombreux groupes méconnus, pour ne pas dire obscures, je trouve que ce bouquin de Cabot et Robert en est un bon complément : si Protat essaye de lister "tous" les groupes du genre (c'est donc forcément un peu rapide), nos deux compères ont une autre ambition : faire découvrir une centaine d'albums hard rock incontournables sur une période allant de 1966 à 1978 (c'est donc forcément un peu incomplet).

Dans un monde parfait, quelqu'un serait en train de rédiger l'encyclopédie absolu avec une chronique par album de TOUS les groupes du genre, tâche démentielle, gargantuesque, délirante . . . un amateur ?

Donc, sur le nombre d'albums sortis à l'époque, il en manque un paquet . . . mais l'essentiel y est, et les bougres s'y connaissent : ils nous sortent du Frijid Pink, Stack Waddy, Toad, Tear Gas, Truth & Janey, Toad, Hurdy Gurdy, Flowers Traellin Band, Bloodrock, Josefus, mais aussi des "classiques" comme Purple, Sabbath, Zeppelin, Johnny Winter et consorts . . . les principaux y sont. Et c'est l'intérêt d'un tel bouquin : le mélange de groupes devenus énormes, en terme de popularité, et d'autres, complètement obscurs, en tout cas inconnus du grand public.

J'ai comptabilisé que sur les 102 albums présents dans le bouquin, j'en ai moi-même 94 ou 95.

J'ai donc lu la plupart des critiques en connaissance de cause. Et je trouve ça souvent très juste ; collectionneur en plus d'être fan de la musique, j'apprécie le fait qu'elles évoquent des groupes passés inaperçus alors qu'ils auraient pu/du faire carrière comme les grands : Pourquoi "Sir Lord Baltimore", "CWT", "Leaf Hound", etc . . n'ont pas percé quand les "gros" l'ont fait ? Non pas que les premiers nommés soient "inférieurs" aux seconds, mais, et le Hard Rock est ici presque le reflet de l'existence : des petits rien viennent parfois faire pencher une balance d'un côté ou de l'autre . . . et ça, les deux auteurs nous l'expliquent très bien.

Ils oublient peut être une explication assez simple du côté obscur de certains groupes ou albums : l'absence de "hit". Beaucoup de ces excellents, voire exceptionnels albums n'ont pas eu un seul morceau ayant accroché l'oreille des diffuseurs de l'époque et, face à la quantité démentielle des produits, sont tombés dans l'oubli. Difficile après cela, de percer pour les groupes concernés.

Les auteurs ne tombent pas, en revanche, dans le travers dans lequel a parfois, à mon goût, sombré Protat et son encyclopédie du Hard-Rock 70's : Plus c'est rare et obscure et plus c'est extraordinaire ; Non !

Si certains groupes ont ramé puis disparu, c'est aussi parfois, tout simplement qu'ils étaient moins talentueux que leurs confrères.

Pour les petites réserves que je souhaite émettre, il y a ce style un peu "chébran"-bobo-Inrocks (dont le fait de citer Julian Cope, (qui ???) toutes les 10 pages) qui détourne, à mes yeux, les auteurs de leur objectif. Sur certaines de leurs critiques, aucun titre de l'album concerné n'est évoqué. Les auteurs parlent de la genèse de l'album, du contexte musical, de la vie de la demi-soeur du guitariste (je plaisante), voire politique . . . (genre "on voit plus loin que la seule musique") mais, au bout du compte, on ne sait pas trop quoi penser du disque en lui-même, puisqu'il n'y ait fait allusion que de loin.

Pas de quoi "pourrir" le bouquin, juste un peu énervant.


Get Your Sting & Blackout
Get Your Sting & Blackout
Proposé par BT Sales GmbH
Prix : EUR 11,99

4 internautes sur 10 ont trouvé ce commentaire utile 
2.0 étoiles sur 5 C'est limite foutage de gueule, 29 mai 2012
Ce commentaire fait référence à cette édition : Get Your Sting & Blackout (CD)
Les SCORPIONS sont fatigués, ils arrêtent (disent-ils) les tournées et tirent leur révérence.

Pour l'ensemble de leur oeuvre et leur carrière, inclinons-nous une dernière fois devant ces musiciens qui se sont consacrés, 35 années durant, au hard-rock.

Pour l'album "Get Your Sting" à proprement parler (et là, je n'évoque exclusivement que le CD puisqu'il y a une version blu-ray avec plus de titres (bonjour le marketting, genre "on commercialise un CD, mais vous avez intérêt à acheter le Blu-Ray)), c'est caractéristique de Scorpions ces dernières années : très moyen (cf leur prestation au Hellfest 2011) ; ils n'ont qu'une envie, rentrer chez eux, à Hanovre, et se prélasser au soleil (y'en a pas à Hanovre, tant pis, on va opter pour Miami ou les Canaries).

Du coup, 18 titres expédiés sans réelle émotion ni envie (c'est peut-être différent sur le blu-ray puisqu'il parait qu'il est EN 3D !!! (brrr j'ai peur ! ! ! voir Klaus MEINE qui sort de ma télé, c'est limite "The Ring").

La comparaison avec un album live pas si lointain, Wacken 2006, sera largement en défaveur de ce "Get Your Sting". Il y avait, à l'époque, toute une partie du concert avec Uli Jon Roth (l'ancien gratteux, jusqu'en 1978). Là, on a plutôt droit au désormais sempiternel KOTTAK ATTAKK, bourrin de chez bourrin.

Pour ces raisons, je trouve que cet album vaut un petit 2/5.
Remarque sur ce commentaire Remarques sur ce commentaire (3) | Permalien | Remarque la plus récente : Jan 20, 2014 11:42 PM CET


Destroyer
Destroyer
Prix : EUR 11,99

1 internaute sur 3 a trouvé ce commentaire utile :
4.0 étoiles sur 5 Enfin un album studio péchu !, 15 mai 2012
Ce commentaire fait référence à cette édition : Destroyer (CD)
Jusqu'à présent, KISS était aussi fabuleux en concert (Alive I), que mou du genou en studio. À tel point que ses albums ne laissaient pas présager à quel point le groupe pouvait se transcender sur scène.

Toutes les compos, même les plus hard, prenaient en studio une dimension linéaire, pour ne pas dire à côté de la plaque, pas du tout dans le ton. Ces mêmes morceaux, qui, en concert, sonnaient tout simplement exactement comme ils devaient sonner.

Mais là, avec ce "Destroyer" (dont la pochette annonce la couleur : les 4 marchant sur une sorte de ville en ruine et en feu), on comprend tout de suite que quelque chose a changé. Le son est plus brut, comme si on passait d'un groupe de glam-rock à un groupe de hard-rock, caractéristique qui correspond juste mieux à ces 4 là.

Les morceaux sont puissants (le disque débute avec l'enchaînement de "Detroit Rock City", "King of the Night Time World" et "God Of Thunder", avec cette voix de gamin en intro qui met tout de suite dans l'ambiance). On a l'impression que l'on va assister à une bataille de rues entre gangs new-yorkais.

La suite "faiblit" un petit peu avec des morceaux comme "Great expectations" et ses violons, ou "Beth" ballade au piano chantée par Criss Peter. Mais l'ensemble reste péchu et sombre, sans aucun doute la patte du producteur Bob Ezrin, qui remplace Eddie Kramer.

Ce joyau restera, à l'époque, une sorte de parenthèse dans la disco studio de Kiss qui retourne, à mon sens, à ses vieux "démons" dès l'album suivant : "Rock'n'Roll Over" avec une prode plate ne mettant pas du tout les morceaux en valeur.


Headstone Live At Hammersmith 1983
Headstone Live At Hammersmith 1983
Prix : EUR 13,06

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
4.0 étoiles sur 5 AURAIT PU ETRE UN LIVE D'ANTHOLOGIE, 28 mars 2012
Ce commentaire fait référence à cette édition : Headstone Live At Hammersmith 1983 (CD)
Ce concert de 1983 à l'Hammersmith est tout bonnement sublime . . . en tout cas les morceaux qui figurent sur l'album. Car, malheureusement il est incomplet. Avec les "classiques" tels que "Doctor Doctor, "Rock Bottom", "Only You Can Rock Me","Shoot Shoot" et j'en passe, que le groupe n'a surement pas manqué de jouer, le CD, qui aurait du être double, aurait été tout simplement l'un des meilleurs live de l'histoire du Hard Rock.

Les morceaux figurant sur cette galette sont, en effet, interprétés à la perfection, carrés à souhait, mélodiques au possible, avec ce super guitariste, en tout cas que, perso, j'adore : Paul "Tonka" Chapman : ce gars a du naître avec une gratte gréffée sur les mains, tellement sa science du Riff est monstrueuse. Il vous transforme un morceau "ordinaire" en tuerie de hard rock mélodique, avec solis magnifiques et percutants à souhait.

La set-list ne comprend donc presqu'uniquement (l'exception étant "Electric Phase" de l'album "Lights Out - 1977) des morceaux post-Schenker (le lunatique Michael se barre fonder MSG après "Strangers In The Night", 1979 - autre live énormissime de l'OVNI) et ratisse donc les 4 albums suivants : "No Place To Run" (1980 - 2 morceaux), "The Wild, The Willing . . ." (1981 - 4 morceaux), "Mechanix" (1982 - 3 morceaux), "Making Contact" (1983 - 1 morceau), pour un total de 11 morceaux.

La réédition est magnifique, remastérisée, rendant admirablement le son brut mais toujours mélodique qu'avait UFO en concert. Le livret, avec le fameux organigramme du groupe, de sa création à 1983, sur lequel figurent tous les groupes dans lesquels ont joué les musiciens qui ont, un jour, fait partie d'UFO, est presqu'à lui tout seul une encyclopédie du Hard Rock Anglais des années 1970-1980.

Le vinyl de l'époque comportait d'ailleurs des titres de UFO, plus des tires de groupes "amis", dans lesquels, justement, ont joué des musiciens de UFO : Whitesnake, Scorpions, Lonestar (le premier groupe de Chapman !), Wild Horses, MSG . . Un album pour collectionneur hystérique de ce groupe. Comme moi.


Journal d'un mythomane
Journal d'un mythomane
par Nicolas Bedos
Edition : Broché
Prix : EUR 19,50

4 internautes sur 9 ont trouvé ce commentaire utile 
1.0 étoiles sur 5 Affligeant d'orgueil, mais surtout de nullité, 14 mars 2012
Ce commentaire fait référence à cette édition : Journal d'un mythomane (Broché)
Il n'y a vraiment que sur la pochette du livre que le fils Bedos ressemble au père. Pour le reste, tout y est consternant de médiocrité. On est en plein dans le "Je-suis-un-auteur-chroniqueur-à-la-mode-que-tout-le-monde-adooooooooooooore-à-la-télé". Mais que c'est mal dit (ce sont des chroniques radios) ! et c'est, surtout, illisible : quel orgueil de faire un livre de ça ! la littérature est agressée par de tels ouvrages.
Bedos, qui se permet de donner des avis sur tout le monde, ferait mieux de se regarder, rien qu'une fois, et de se demander comment il est arrivé là : certainement pas grâce à son talent.
Remarque sur ce commentaire Remarque sur ce commentaire (1) | Permalien | Remarque la plus récente : Feb 17, 2013 9:21 AM CET


L'exercice de l'Etat
L'exercice de l'Etat
DVD ~ Olivier Gourmet
Prix : EUR 10,00

7 internautes sur 9 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Excellent et très juste, 22 février 2012
Ce commentaire fait référence à cette édition : L'exercice de l'Etat (DVD)
Il est suffisamment rare de voir un film sur le thème de la politique aussi juste et complètement dans son élément que cet "Exercice de l'État" pour l'encenser.

Les pérégrinations d'un ministre des transports qui va en arriver à des concessions (je n'en dévoile pas plus) pour simplement exister. Et c'est très bien vu parce que les hommes politiques cherchent avant tout cela : exister (parmi les autres hommes politiques) afin de "finir" parmi les 5% d'élus influents dans le pays.

Olivier Gourmet en Ministre est stupéfiant, à tel point qu'on dirait qu'il a exercé cette fonction. Michel Blanc en Directeur de cabinet "à l'ancienne", est d'une justesse émouvante. Zabou Breitmann, en conseillère politique aux dents qui rayent la parquet, est parfaite . . jusqu'au chauffeur, superbe et dramatique.

Oui, le début est un peu déroutant, mettant presque mal à l'aise, avec cette femme nue qui rentre dans la gueule d'un crocodile, comme on pénètre le pouvoir : le symbole sexuel du Pouvoir par excellence, puis le néant, car le film a quelque chose d'une tragédie grecque, une atmosphère d'un réalisme glacial.

Un peu à la manière des frères Coen nous montrant dans "No Country fot old men" des hommes prêts à tout massacrer, détruire, anéantir pour une valise de dollars, Pierre Schöller montre bien l'engrenage dans lequel on peut être pris dès que l'on rentre dans des jeux de pouvoir où toute faiblesse (humanité) se paye au centuple.

Brillante démonstration.


Les hommes de l'ombre
Les hommes de l'ombre
DVD ~ Nathalie Baye
Prix : EUR 10,37

4 internautes sur 16 ont trouvé ce commentaire utile 
1.0 étoiles sur 5 Caricatural et présomptueux, 22 février 2012
Ce commentaire fait référence à cette édition : Les hommes de l'ombre (DVD)
Pour connaître le "milieu" politique de l'intérieur puisqu'y travaillant depuis 20 ans, je peux vous dire qu'on est, ici, dans la caricature la plus grossière et outrancière.

Je comprends bien qu'il faille grossir les traits , éxagérer un petit peu les situations, les caractères, . . mais pas de là à produire cette sombre nullité.

On prend Nathalie Baye, comme si cela représentait une caution de réussite, alors qu'elle surjoue la femme politique. On dirait qu'elle n'en a qu'une image de ce qu'elle voit sur TF 1 au journal de Laurence Ferrari tellement elle joue avec un air super sérieux, super méchante de femme de pouvoir qui a tout compris . . c'est consternant.

Mais je crois que le pire de tout est à quel point cela se prend au sérieux . .

À éviter absolument.
Remarque sur ce commentaire Remarques sur ce commentaire (5) | Permalien | Remarque la plus récente : Apr 29, 2014 3:27 PM MEST


Page : 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7