Profil de melodius > Commentaires

Fiche d'identité

Contenu rédigé par melodius
Classement des meilleurs critiques: 211.021
Votes utiles : 281

Chez vous : découvrez nos services personnalisés en pages d'aide !

Commentaires écrits par
melodius (Brussels Belgium)

Afficher :  
Page : 1
pixel
Saucony ProGrid Kinvara 3 Chaussure De Course à Pied
Saucony ProGrid Kinvara 3 Chaussure De Course à Pied

3 internautes sur 3 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Excellente chaussure de jogging, surtout pour le débutant!, 14 décembre 2012
Ce commentaire fait référence à cette édition : Saucony ProGrid Kinvara 3 Chaussure De Course à Pied (Vêtements)
Je cours depuis des années et, régulièrement, en augmentant la distance ou la fréquence de mes entraînements, je souffrais de douleurs aux genoux. En me documentant, j'ai commencé à me demander si le problème n'était pas lié à mes chaussures. Je portais en effet des chaussures "classiques" avec une compensation spécifique pour pronateurs. Or, ce type de chaussure permet d'atterrir d'une manière contre-nature, c'est-à-dire avec le talon d'abord. Non seulement c'est moins efficace puisque ce n'est pas la manière dont notre corps est censé fonctionner - pieds nus ce type d'atterrissage est impossible parce que trop douloureux - mais cela soumet le corps à des chocs importants, notamment au niveau des genoux. J'ai alors fait l'acquisition des Kinvara 3, plus plates que des chaussures classiques, que j'alterne avec mes chaussures précédentes. Cette transition graduelle n'a pas tardé à porter ses fruits; voilà bientôt huit mois que je n'ai pas eu mal aux genoux alors que je n'ai jamais autant couru! Evidemment, cela sollicite d'autres muscles et surtout le tendon d'Achille, raison pour laquelle il vaut mieux transiter en douceur et alterner avec les chaussures auxquelles ont est habitué. Pendant quelques mois, j'ai d'ailleurs eu les tendons d'Achille assez raides en me levant, sans douleurs toutefois. Ces raideurs disparaissaient après avoir marché une dizaine de minutes. Je suis donc super satisfait de ces chaussures. Je ne m'étendrai pas sur leur esthétique, qui est une question de goût. Les Kinvara 3 sont solides (c'était semble-t-il un souci avec le modèle précédent), très légères et confortables. Le talon est 4 mm plus haut que la plante (12mm en moyenne pour des chaussures classiques) et elles sont donc "minimalistes" plutôt que "barefoot", c'est-à-dire plates. Elles taillent assez grand. Le seul bémol est que la semelle est assez glissante hors route - mais Saucony produit une version trail. Tant qu'à faire le mauvais coucheur, peut-être que le système de laçage pourrait être amélioré pour pouvoir les enfiler plus facilement. Je mets toujours des chaussettes donc j'ignore si elles sont adaptées pour courir sans chaussettes.

Je viens de m'acheter des chaussures totalement plates Merrell Trail Glove, Chaussures de running homme et je compte alterner avec les Kinvara comme je l'ai fait avec mes chaussures précédentes et continuer à utiliser les Kinvara pour les parcours entièrement sur route. Sans doute écrirai-je un commentaire au sujet des Trail Glove d'ici quelques mois! Bref, pour synthétiser, les Kinvara 3 sont d'excellentes chaussures de route et je les recommande chaudement, tant pour les coureurs qui veulent une chaussure traditionnelle plus légère et "naturelle" que comme chaussure de transition vers le "barefoot". Pour un débutant, il me semble que ce sont les chaussures idéales, puisqu'elles permettent de ne pas acquérir de mauvaises habitudes de course tout en assurant une transition par rapport aux chaussures de ville, qui elles aussi ont un talon assez haut.
Remarque sur ce commentaire Remarque sur ce commentaire (1) | Permalien | Remarque la plus récente : Jul 24, 2013 10:29 PM MEST


C'est trop tard pour la Terre
C'est trop tard pour la Terre
par Cécile Philippe
Edition : Broché
Prix : EUR 9,10

30 internautes sur 47 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 contre les idées reçues, 22 mai 2007
Ce commentaire fait référence à cette édition : C'est trop tard pour la Terre (Broché)
Ce livre a l'énorme qualité d'examiner certaines idées reçues de manière critique, même s'il ne clôt pas le débat et qu'on peut légitimement contester certains jugements de l'auteur. Manifestement, certains "amazonautes" n'apprécient pas qu'on puisse critiquer leur foi, ce qui explique sans doute qu'ils préfèrent attaquer l'auteur plutôt que les démonstrations que contient l'ouvrage. Si c'est à la qualité de ses défenseurs qu'on juge une idée, ils n'ont pas servi le catastrophisme écologiste.


Kagemusha
Kagemusha
DVD ~ Tatsuya Nakadai
Proposé par plusdecinema
Prix : EUR 8,35

68 internautes sur 71 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 tragédie japonaise, 20 mai 2003
Ce commentaire fait référence à cette édition : Kagemusha (DVD)
Kagemusha signale le retour de Kurosawa au drame historique. L’action se déroule au Japon durant le seizième siècle. Shingen Takeda, un seigneur de la guerre engagé dans une lutte sans merci contre d’autres clans, est mortellement blessé sur le champ de bataille à un moment particulièrement inopportun. Il ordonne à ses généraux de maintenir sa mort secrète durant trois ans, pendant lesquels il sera remplacé par un sosie, le « kagemusha » du titre.
L’homme chargé d’incarner le seigneur Shingen est un « vilain », au sens féodal du terme, un voleur condamné à mort qui n’a été gracié qu’en raison de sa ressemblance avec le défunt. Cet homme du commun doit se métamorphoser en un chef de clan et un grand seigneur de la guerre, et tromper non seulement les ennemis, mais également le clan et même la famille du seigneur Shingen. Il y parvient brillamment, en s’imprégnant petit à petit de la mentalité très particulière de l’aristocratie japonaise de l’époque et en la faisant finalement sienne. Malheureusement, la folie des hommes est le meilleur auxiliaire du destin…
Ce film est une véritable claque : d’abord par sa photographie somptueuse (personne ne filme mieux que Kurosawa les scènes de bataille !) et des acteurs irréprochables, ensuite par un scénario digne d’une tragédie grecque. C'est également une méditation sur l’honneur, la noblesse et la guerre, les grands thèmes de Kurosawa. Certains seront sans doute gênés par la lenteur du film et un jeu parfois très stylisé, et c’est bien dommage pour eux !
Personnellement, je trouve fascinant qu’un film datant de 1980 puisse véhiculer avec autant de naturel une vision du monde ultra-traditionnelle. Kagemusha est un des monuments du cinéma mondial, et prépare le chef-d’œuvre absolu qu’est Ran.
Un dvd indispensable !


The Killer - Édition Collector 2 DVD [Édition Collector Limitée]
The Killer - Édition Collector 2 DVD [Édition Collector Limitée]
DVD ~ Chow Yun-Fat
Proposé par cinéphil
Prix : EUR 49,90

12 internautes sur 13 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 très beau film, très belle édition, 24 février 2003
Ce commentaire fait référence à cette édition : The Killer - Édition Collector 2 DVD [Édition Collector Limitée] (DVD)
« The Killer » est un film culte, fortement inspiré de « Le Samouraï » de Jean-Pierre Melville avec Alain Delon.
Chow Yun-Fat interprète le rôle d'un tueur à gages qui, durant une fusillade dans une boîte de nuit, aveugle par accident la chanteuse qui s'y produisait en tirant un coup de feu à quelques centimètres de son visage. Rongé par les remords, il essaie de réparer son forfait. Je ne dévoilerai pas la suite de l'intrigue (sauf pour préciser que la fin m'a déchiré...) mais elle donne lieu à une très belle réflexion sur l'honneur, l'amitié, (notamment entre le tueur et le flic qui le poursuit, interprêté par Danny Lee) et à des scènes de fusillade totalement incroyables (souvent qualifiées de « ballets »). Si vous aimez le film d'action et que vous êtes sensible à la petite musique de Chow Yun-Fat, acteur poétique s'il en est, vous adorerez.
Un petit mot sur les caractéristiques techniques de ces DVD. Cette édition comprend la version « courte » internationale et la version longue sortie en Asie. Personnellement, je préfère la version courte, dont les scènes de fusillade sont plus ramassées et par conséquent plus efficaces (et novatrices !) Les sous-titres français de la version courte sont tout à fait normaux. D'autres chroniqueurs se plaignent d'un cadre gris mangeant une partie importante de l'écran. Ce cadre cache, sur la version longue, les sous-titres (que je suppose inamovibles) en mandarin et en anglais afin d'y surimposer les sous-titres français. N'ayant aucun problème à suivre les sous-titres en anglais, je n'ai pas activé les sous-titres français, échappant ainsi à ce problème somme toute mineur. Quoi qu'il en soit, je crains que ce problème soit irrémédiablement lié à la version longue. Il serait donc dommage de se priver de cette version pour y échapper !


La Route de la servitude
La Route de la servitude
par Friedrich A. Hayek
Edition : Broché

32 internautes sur 39 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 un pamphlet incendiaire, 14 août 2002
Ce commentaire fait référence à cette édition : La Route de la servitude (Broché)
Hayek destinait au grand public ce pamphlet, écrit en 1943 durant son exil londonien. C'est par conséquent un de ses livres les plus abordables.
L'importance de l'oeuvre de Hayek, et plus particulièrement de "La route de la servitude", ne saurait être surestimée. Il s'agit tout d'abord d'une analyse lucide du totalitarisme qui ravage l'Europe à cette époque. Ensuite, il va à contre-courant du climat massivement socialiste (national ou non...) de ces années-là. (Presque) seul contre tous, Hayek défend l'individu contre le collectivisme, l'état de droit contre l'exécutif tout-puissant et le marché contre la plan. Ses articles au sujet de l'ordre de systèmes non-centralisés ou de l'application fallacieuse de concepts issus des sciencs physiques aux sciences humaines sont des classiques. Il ne se contentera d'ailleurs pas de théoriser le retour du libéralisme, mais s'engagera également dans son organisation.
Ce livre est donc essentiel pour toute personne qui veut comprendre ce qu'est aujourd'hui le libéralisme, ne serait-ce que pour savoir ce qu'elle combat.


Encyclopédie des Arts martiaux de l'Extrème Orient
Encyclopédie des Arts martiaux de l'Extrème Orient
par Roland Habersetzer
Edition : Relié

7 internautes sur 7 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 un ouvrage de référence indispensable, 14 août 2002
Ce commentaire fait référence à cette édition : Encyclopédie des Arts martiaux de l'Extrème Orient (Relié)
Cette encyclopédie souffre de tous les défauts habituels des livres sur les arts martiaux, dont notamment la propagation d'historiettes à tendance mythologico-magique, un chouia d’auto-publicité, d'occasionnelles fautes de français, etc.
Ceci étant, il faut reconnaître que les auteurs ne font pas pire que les autres et surtout, qu’ils ont mis à la disposition des pratiquants une somme d’informations tout à fait incroyable. Vous voulez vous renseigner sur un art martial, un style ou un maître dont vous n’aviez jamais entendu parler ? Vous recherchez la signification d’un mot technique ou une illustration de ladite technique ? Il y a fort à parier que vous trouverez la réponse à vos questions dans cet ouvrage. Et dire que tout cela est disponible à un prix plus que démocratique, contrairement à l’habitude des éditeurs de ce genre d’ouvrages !
Hautement recommandé donc, malgré quelques petits défauts irritants. Je doute que l’on fasse mieux de sitôt.


Le Guépard
Le Guépard
par Giuseppe Tomasi di Lampedusa
Edition : Poche

10 internautes sur 10 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 un monument, 14 août 2002
Ce commentaire fait référence à cette édition : Le Guépard (Poche)
Sicile, 1860. Garibaldi et les "Mille" débarquent et annexent le Royaume des Deux-Siciles à l'Italie unitaire.
Don Fabrice, Prince de Salina, le "Guépard" du titre, observe ces remous depuis sa résidence de campagne de Donnafugata. S'il refuse de se laisser coopter par le nouveau pouvoir, il n'empêchera pas son neveu Tancrède de se joindre à l'armée régulière italienne (qui "calmera" bientôt les ardeurs révolutionnaires de Garibaldi) et surtout d'épouser la superbe Angelica, fille du bourgeois, affairiste et vulgarissime Don Calogero Sedara. Sa propre fille Concetta, amoureuse du beau Tancrède, est donc sacrifiée bien malgré elle aux ambitions de Tancrède. Ainsi, les élites nouvelles intègrent et régénèrent les anciennes élites presque moribondes. "Il faut que tout change pour que tout reste pareil".
Ce livre est extraordinaire à plus d'un titre. Il s'agit d'abord d'une réflexion (ô combien cynique !) sur le pouvoir, l'ambition et la nature des élites. Il souligne aussi l'énorme duperie qu'a été l'unification italienne pour le peuple sicilien. Enfin, il s'agit d'un chef-d'œuvre de style et de finesse psychologique.
Comme tous les grands romans, "le Guépard" est un livre qu'on relit avec plaisir et profit, dans lequel on découvre chaque fois de nouveaux sujets de réflexion. Il s'agit aussi d'un livre irrécupérable, susceptible d'une lecture "de droite" comme d'une lecture "de gauche".
Tommasi di Lampedusa, lui-même prince sicilien, s'est inspiré de son arrière-grand père pour le personnage du Don Fabrice. Le livre, publié après sa mort par Giorgio Bassani (auteur notamment du "Jardin des Finzi-Contini"), est son seul grand roman. C'est aussi une des oeuvres majeures du XXème siècle, qui a inspiré un des plus beaux films de Visconti. Un monument.


L'art de la guerre
L'art de la guerre
par Sun Tzu
Edition : Broché

77 internautes sur 83 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 une excellente édition, 14 août 2002
Ce commentaire fait référence à cette édition : L'art de la guerre (Broché)
Pas facile de trouver une bonne édition de "l'art de la guerre". Celle-ci est une des plus récentes, et à mon avis une des meilleures (même si, je l'avoue, je ne connais pas le chinois et ne puis donc avoir d'avis éclairé sur la qualité de la traduction).
A ma connaissance, deux autres éditions sont disponibles en poche.
Il y a tout d'abord la traduction du père J.J. Amiot s.j., qui a pour principal intérêt d'être la première dans une langue européenne. Le bon père a en effet fait preuve d'une imagination qui était peut-être de bon ton en 1772, mais l'est nettement moins aujourd'hui ! Quoi qu'il en soit, sa traduction est disponible chez Pocket.
Champs Flammarion édite la traduction du Général Griffith, en d'autres termes, une traduction de l'anglais. L'introduction est très intéressante et concerne principalement les aspects militaires de l'ouvrage.
Cette traduction-ci, en revanche, est l'oeuvre d'un sinologue français. Son introduction est passionnante si l'on s'intéresse également au contexte culturel de l'ouvrage, et notamment à ses rapports avec le taoisme.
Ceux qui ont aimé "l'art de la guerre" liront avec profit "les trente-six stratagèmes" et l'ouvrage de Musashi, "le traité des cinq roues".


Akira Kurosawa - 6 chefs-d'oeuvre [Coffret Collector]
Akira Kurosawa - 6 chefs-d'oeuvre [Coffret Collector]
DVD ~ Akira Kurosawa

42 internautes sur 42 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 un coffret de rêve, 13 août 2002
Ce commentaire fait référence à cette édition : Akira Kurosawa - 6 chefs-d'oeuvre [Coffret Collector] (DVD)
Bravo à l'éditeur de ce coffret à la qualité technique irréprochable et dont les bonus sont généralement intéressants.
"La légende du grand Judo", premier film de Kurosawa, est inspiré de la vie du fondateur du Judo, Jigoro Kano. Kurosawa rend fort bien l'opposition entre les écoles traditionelles de ju-jutsu et le judo, qui se veut moderne et scientifique. Le fait que la plupart des combats ne finissent pas par la mort d'un des protagonistes réflète non seulement l'esprit de Kurosawa (comme le font judidicieusement remarquer les commentateurs dans un des bonus) mais également l'idéal non-violent du judo. Etant moi-même pratiquant d'arts martiaux, c'est le genre de finesses que j'apprécie. L'un des bonus de ce DVD est d'ailleurs un kata exécuté par Jigoro Kano lui-même. Avis aux amateurs...
"Le Château de l'Araignée" est une transposition du "Macbeth" de Shakespeare dans le Japon ancien. Ce film est paraît-il fort influencé par le théâtre nô. Je ne suis pas en mesure de juger, mais ce qui est certain, c'est que les acteurs, dont l'incomparable Toshiro Mifune, sont impériaux. L'ambiance est oppressante et tragique à souhaît.
"La forteresse cachée" est un film d'action qui a, semble-t-il, inspiré "la Guerre des Etoiles". Rassurez-vous, ici, il y a un vrai scénario et surtout, de vrais acteurs ! Dont (bis repetita...) l'hénaurme Toshiro Mifune...
Sanjuro est également un film d'action, mais d'un genre un peu particulier. Toshiro Mifune campe un personnage de rônin (samouraï sans maître) expert de sabre (scènes d'action...!!!) et bourru qui porte secours à un groupe de blancs-becs aux prises avec un fonctionnaire félon. Le film est souvent très drôle (notamment grâce aux effets musicaux) et a inspiré les spaghetti-westerns. EXTRA !
"Barberousse" est un film émouvant dont le personnage principal, joué par Toshiro Mifune, est un médecin philanthrope et bourru (et pratiquant le ju-jutsu... scène de bagarre d'anthologie !) Toshiro Mifune a reçu un prix pour son interprétation; il est vrai qu'il se surpasse.
"Dodes'kaden" enfin est le seul de ces six films qui est en couleurs et se déroule au XXème siècle. Il s'agit du tableau d'un bidonville japonais et de ses habitants. Kurosawa est parvenu à faire un film "social" sans sombrer dans le misérabilisme, fait suffisamment rare pour être relevé.
Si chacun de ces films est fantastique, on peut quand même s'interroger au sujet de la logique interne du coffret, qui n'est pas chronologique ou liée aux interprêtes (même si Toshiro Mifune joue dans quatre des six films). Il aurait par exemple été logique de coupler "Sanjuro" à "Yojimbo" ou "Barberousse" et "Dodes'kaden" à "Les Bas-fonds". On aurait d'ailleurs aimé retrouver "Les Sept Samouraïs" et "Rashomon", qui, il est vrai, se vendront très bien séparément...
Ceci étant, ce coffret ne comporte que des chefs-d'oeuvre et, ce qui ne gâte rien, à un prix alléchant. Cela suffit à le rendre incontournable.


Page : 1