Profil de Laure > Commentaires

Fiche d'identité

Contenu rédigé par Laure
Classement des meilleurs critiques: 42
Votes utiles : 6327

Chez vous : découvrez nos services personnalisés en pages d'aide !

Commentaires écrits par
Laure (Sarthe, France)
(COMMENTATEUR DU HALL DHONNEUR)    (TOP 50 COMMENTATEURS)    (TESTEURS)   

Afficher :  
Page : 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11-20
pixel
Le Cercle des femmes
Le Cercle des femmes
par Sophie BROCAS
Edition : Broché
Prix : EUR 18,50

3.0 étoiles sur 5 Rompre le cercle ..., 21 août 2014
Ce commentaire fait référence à cette édition : Le Cercle des femmes (Broché)
Quatre femmes adultes, de l'arrière-grand-mère à l'arrière-petite-fille, quatre générations : au décès de Mamie Alice, son arrière-petite-fille Lia découvre de vieilles lettres et un secret de famille en rangeant la maison de la défunte. « J'avais vingt ans. Mamie Alice était ma première morte » A l'âge où elle construit sa vie et hésite à s'engager avec son amoureux, cette découverte va la bouleverser et la conduire à s'interroger et à interpréter différemment les vies de sa mère et de sa grand-mère Sol. Ou comment la psychogénéalogie fait des siennes à l'ombre des secrets enfouis, et comment rompre le cercle.

Si le roman est joliment écrit, de manière très sobre et classique, son sujet manque un poil d'originalité. C'est une lecture agréable mais il manque l'étincelle qui le sortirait de l'ordinaire, d'autant que la fin convenue est sans surprise.


N'oublier jamais
N'oublier jamais
par Michel Bussi
Edition : Broché
Prix : EUR 21,90

3.0 étoiles sur 5 Trop c'est trop, 20 août 2014
Ce commentaire fait référence à cette édition : N'oublier jamais (Broché)
De Michel Bussi, j'avais lu "Nymphéas noirs", Prix Polar Michel Lebrun 2011, que j'avais plutôt bien aimé. Je n'avais pas récidivé dans la lecture de cet auteur français devenu « bankable » et qui a su se hisser au top des meilleurs ventes avec plusieurs best-sellers.

"N'oublier jamais", qui fait beaucoup causer pour son titre (faute, pas faute, c'est bien un infinitif et non un impératif qui aurait demandé un z, c'est bien dans cet ordre-là – et non pas « ne jamais oublier », c'est bien énoncé dans le roman mais ça convainc peu), est un polar efficace dans le genre : le lecteur est happé et veut savoir, donc tourne les pages sans s'en rendre compte. De ce point de vue-là, ça fonctionne : je l'ai lu en 2 soirées.

Maintenant rarement je n'ai autant eu envie de bondir aux renversements qui me sont proposés : si l'on se doute bien que le héros malheureux est manipulé et que l'on cherche à savoir par qui et pourquoi, la mise en scène trouvée est quand même grand-guignolesque et vraiment trop tirée par les cheveux. Je veux bien entendre que plus c'est gros plus ça passe ou que la crédibilité n'est pas l'élément essentiel dans un polar, il ne faut quand même pas se moquer du monde. C'est dommage, car cela a vraiment tout gâché pour moi.
Les deux dernières parties (Exécution, Révision) qui apportent de nouveaux renversements (il y a toujours un dernier retournement de dernière minute sinon c'est pas drôle) sont déjà plus réalistes, quoique... au moins ça passe mieux que la partie centrale (Jugement). A trop vouloir en faire ? Déception en tout cas pour ma part, qui tient aux choix faits dans l'intrigue.

Ça reste un bon bouquin détente, si on en accepte les règles, mais sans doute pas son meilleur.


On ne voyait que le bonheur
On ne voyait que le bonheur
par Grégoire Delacourt
Edition : Broché
Prix : EUR 19,00

11 internautes sur 12 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 au tréfonds de l'amour et de la famille, le meilleur Delacourt à mon goût, 20 août 2014
Ce commentaire fait référence à cette édition : On ne voyait que le bonheur (Broché)
Peut-on évaluer le prix d'une vie ? Les assureurs le font très bien, selon les circonstances du décès. Entre 30 et 40 000 euros la plupart du temps. Antoine, qui approche de la quarantaine, expert automobile pour les assurances, dresse un bilan de sa vie. Ses parents, qui n'ont jamais été démonstratifs s'aimaient-ils vraiment, l'ont-ils jamais aimé, désiré ? Comment sa mère a-t-elle pu tourner le dos et fuir ainsi ? Peut-on être un bon père quand on n'a pas connu l'amour dans son enfance, ou quand on a du moins cette impression ? Mais de même peut-on être un bon fils, à l'annonce du cancer de votre père et de sa mort annoncée ?

De courts chapitres qui s'enchaînent à toute vitesse, non pas numérotés traditionnellement mais qui ont pour titre des valeurs (des sommes en euros la plupart du temps, symboles de bribes de vie), écrits à la première personne (le "je" pouvant représenter des narrateurs différents), mais le plus présent étant Antoine qui s'adresse à Léon, son fils. Raconte son enfance, ses parents, ses sœurs jumelles, le drame, le langage amputé de l'une d'entre elles, le lecteur sent une boule au ventre grandir, c'est noir, sombre, mais tellement juste. Jusqu'à se prendre une énorme claque en fin de première partie.

Une deuxième partie qui prend davantage le temps d'analyser, et une troisième qui donne la parole à la fille d'Antoine, adolescente. Terrible et absolument magnifique.

Si vous aimez les feel good books, passez votre chemin. On est très loin de La Liste de mes envies. Si vous aimez les romans intimes qui décortiquent le cœur et l'âme, dans toute leur obscurité, vous ne pourrez qu'aimer ce livre. Soyez rassurés, la fin apporte un éclat de lumière.

Cette lecture est un vrai choc comme je les aime, on ne voit rien venir (comme sur ces photos de famille où l'"on ne voyait que le bonheur") mais l'on se prend une claque monumentale, un texte d'une telle force et maîtrise qu'on en reste un peu sonné, à ne pas bien savoir quelle autre lecture pourrait bien suivre celle-ci. Chapeau bas, monsieur Delacourt. Pour moi incontestablement son meilleur roman, qui mériterait bien un prix d'automne.

[Nota pour les grincheux qui m'accuseront de faire un commentaire positif le jour de la sortie du livre et d'être ainsi à la solde de l'éditeur ou de l'auteur : absolument pas, j'ai juste eu la chance de recevoir un service de presse numérique avant parution, comme beaucoup de libraires, journalistes et blogueurs, et je suis entièrement libre de mes propos]


Presque la mer
Presque la mer
par Jerome Attal
Edition : Broché
Prix : EUR 16,00

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
4.0 étoiles sur 5 Souriez, et laissez entrer un peu de fantaisie !, 16 août 2014
Ce commentaire fait référence à cette édition : Presque la mer (Broché)
Commentaire d'un membre du Club des Testeurs Amazon (De quoi s'agit-il?)
Le village de Patelin se meurt comme bien des bourgs français : le médecin prend sa retraite et aucun successeur ne pointe le moindre coin de page d'ordonnancier. Réunion de crise au village : et si pour attirer un jeune médecin, on lui faisait croire qu'il y a la mer, à Patelin ? C'est déjà plus vendeur, non ?

Ne cherchez pas la moindre parcelle de crédibilité, mais acceptez la fantaisie, le sourire jusqu'aux oreilles, l'humour, le burlesque, et l'observation fine ou enjouée de la nature humaine.... Louise, la jeune femme humiliée au casting d'un énième radio-crochet à la Capitale, sa déprime, silencieuse et renfrognée au retour ; Stan, son prétendant délicat comme un éléphant dans un magasin de porcelaine, et Frédéric, le tout jeune généraliste tellement bien entouré qu'il aura du mal à trouver le temps d'aller la voir, la mer.... Mais à défaut de trouver la mer on peut trouver l'amour ….

Alors non ce n'est pas de la grande littérature, mais c'est un roman bonbon qui donne la pêche et qui remet le temps de la lecture la rêverie, la poésie et la fantaisie au cœur de l'instant. A dévorer, même et surtout si vous n'allez pas à la mer, vous y serez. Tout est dans le « presque » du titre.


Apprendre à ronronner
Apprendre à ronronner
par Coline Pierré
Edition : Broché
Prix : EUR 8,50

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
4.0 étoiles sur 5 Le réconfort des ronrons, 14 août 2014
Ce commentaire fait référence à cette édition : Apprendre à ronronner (Broché)
Albin a 8 ans lorsqu'il arrive dans une nouvelle école en milieu rural, il est un peu perdu lui qui n'a toujours connu que la ville. Il se sent un peu seul, à l'écart, seule Léane, une petite fille attentive mais un peu triste, lui parle.
Pour son anniversaire, ses parents font comme si de rien n'était : Albin est d'abord vexé, avant de découvrir son cadeau bien caché sous la couette : un chaton tout mignon et ronronnant, blanc avec des taches noires comme une petite vache : il l'appellera Panda. Il découvre très vite l'effet apaisant du ronronnement de Panda. Et s'il apprenait lui aussi à ronronner pour réconforter la douce Léane, inconsolable depuis le décès de sa maman ?

C'est parti pour une aventure aussi amusante que sensible, Albin se documente et veut absolument réussir à ronronner lui aussi. Mais seuls les chats semblent avoir cette capacité, alors s'il se comporte comme un chat, peut-être cela marchera-t-il ? Formidables parents qui le laissent faire son expérience, bienveillants et attentifs à leur petit garçon. Bien sûr, manger des croquettes, laper dans un bol et faire ses besoins dans une litière, quand on est un enfant, ça devient vite compliqué.

Formidable petit roman doux et apaisant comme le ronronnement d'un chat, qui montre comme il peut être difficile parfois de dire ses émotions. C'est simple et drôle, et le lecteur adulte (s'il est un parent curieux quelque part) se régale de tout ce qui n'est pas dit ouvertement mais qui transparaît dans cette histoire (faisons confiance à nos enfants, formidable maman sociologue et papa cuisinier qui apportent le gage de l'observation et de la fantaisie au récit également). L'enfant y trouvera plusieurs niveaux de lecture selon sa sensibilité et sa maturité, mais surtout, une belle part d'imagination :-)

Les illustrations simples et colorées de José Parrondo font penser à de la BD et rappellent un peu les dessins d'Anouk Ricard (cf. Anna et Froga).


Les princes charmants n'existent pas
Les princes charmants n'existent pas
par Maïa Brami
Edition : Broché
Prix : EUR 14,90

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
4.0 étoiles sur 5 Revisiter la carte du Tendre, 14 août 2014
Ce commentaire fait référence à cette édition : Les princes charmants n'existent pas (Broché)
Nora, 15 ans, est en 3ème au collège. Fan d'Ava Gardner, elle lui voue un culte au point d'en faire la confidente de son journal intime. Nora est complexée par son absence de poitrine, et souvent agacée par sa meilleure amie qui s'interroge sans cesse sur l'amour de son petit copain Sam. Un beau jour arrive dans la jardinière de son balcon une lettre de rupture destinée à un jeune voisin de l'entrée d'à côté. Visiblement dépité, le jeune homme l'a jetée par la fenêtre.

Nora engage alors une correspondance avec ce Rodrigue, plus âgé (il est en 1ère, avec des préoccupations sérieuses, lui : le Bac français et une audition de piano qui engage son avenir !) et revisite la carte du Tendre. Elle se plaît à le vouvoyer, à rêver d'un amour noble et plus élégant que les amours terre à terre de Julie.
Les échanges sont savoureux, il faut bien le reconnaître, et Rodrigue ne se laisse pas toujours faire : pourquoi sortir une plume et du beau papier quand c'est si simple et si rapide par texto ou par email ?

Ce mélange des genres, entre une liaison épistolaire que la plupart des jeunes d'aujourd'hui voient comme d'une autre époque (de nombreuses références aux "Liaisons dangereuses" également) et la réalité très cruelle des réseaux sociaux (manipulation d'image sur Facebook par jalousie et bêtise) ajoute au charme du roman. Entre rêve et réalité, imagination et prosaïsme.

On trouvera de nombreux thèmes qui parlent aux jeunes filles de 12-15 ans, puberté, corps qui change, amours, amitié, image de soi, idéalisme, modèles, etc.
Un roman plutôt bien vu qui sort de l'ordinaire par son côté correspondance à l'ancienne, tout en demeurant très « dans l'air du temps ».


Les faibles et les forts
Les faibles et les forts
par Judith Perrignon
Edition : Broché
Prix : EUR 16,00

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
4.0 étoiles sur 5 Une dimension historique forte doublée d'une intéressante construction, 13 août 2014
Ce commentaire fait référence à cette édition : Les faibles et les forts (Broché)
Le problème avec ce roman, c'est que la plupart des critiques ou commentaires en racontent l'histoire. L'intérêt ne peut donc plus venir que de la construction ou du style de l'auteur. Moi qui ne lis jamais les 4ème de couverture, je suis allée vérifier : c'est un extrait qui prend tout son sens après lecture, mais qui justement, ne dévoile pas ouvertement l'essence du roman. Pour une fois c'est un très bon point.
Donc aborder ce roman en sachant de quoi il parle, c'est déroutant : dans toute la première partie, on ne voit pas le rapport et l'on se demande où l'auteur veut en venir....
Tout prend sens évidemment à la fin de la lecture, mais je pense que je l'aurais bien davantage appréciée si je l'avais abordée sans avoir lu au préalable critiques et commentaires. (En même temps, quand on suit l'actualité littéraire, difficile de faire autrement !)

Une première partie se déroule le 02 août 2010 au nord de la Louisiane et est écrite sous forme de roman choral. Plusieurs personnages prennent la parole à tour de rôle, on s'y perd parfois légèrement. Il est question d'une fouille au corps du jeune Marcus et l'on perçoit bien l'importance du personnage de Mary Lee sans en mesurer encore toute l'implication.

Une deuxième partie, plus narrative, ramène le lecteur le 21 juin 1949 à Saint-Louis dans le Missouri, et rappelle un fait historique doublé d'un dramatique fait divers, lors de l'ouverture des piscines municipales aux Noirs. L'histoire familiale se reconstitue...

Une troisième partie revient au 03 août 2010, où des auditeurs interviennent au cours d'une émission de radio. La boucle est bouclée pour expliquer le dernier drame qui s'éclaire à la lumière de tout ce qui précède. C'est alors que le roman prend toute son ampleur. Tant dans ce qu'il narre que dans la façon dont il le fait. Si seulement j'avais pu le découvrir sans savoir de quoi il parlait !

De Judith Perrignon j'avais beaucoup aimé aussi Les Chagrins, paru en 2010.


Philips 444015616 Lampe à Poser Wellner en Verre
Philips 444015616 Lampe à Poser Wellner en Verre
Prix : EUR 57,74

1.0 étoiles sur 5 en mille morceaux, 12 août 2014
Ce commentaire fait référence à cette édition : Philips 444015616 Lampe à Poser Wellner en Verre (Cuisine)
Commentaire d'un membre du Club des Testeurs Amazon (De quoi s'agit-il?)
Il m'est impossible de laisser un avis sur cet article : il est arrivé brisé en mille morceaux, bien que tous les cartons d'emballage (Philips + Amazon) soient intacts. Il semble que cette lampe en verre soit un peu trop fragile à expédier par la Poste.


Le club des tongs - Tome 1
Le club des tongs - Tome 1
par Ellen Richardson
Edition : Broché
Prix : EUR 9,95

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
3.0 étoiles sur 5 l'été des jeunes aventurières, 11 août 2014
Ce commentaire fait référence à cette édition : Le club des tongs - Tome 1 (Broché)
Lizzie (Elizabeth de son vrai prénom), qui a perdu sa mère d'un cancer quatre mois auparavant, est en vacances chez sa tante à Sunday Island (aussi appelée l'île des mystères), où elle s'ennuie ferme. Jusqu'à trouver une enveloppe sur son oreiller avec ce message sibyllin : « Top secret ! Réservé à Lizzie Porter » et une invitation à un rendez-vous dehors à minuit. Elle fera la connaissance de Tash (Natasha) et son fidèle chien Mojo, et de Sierra, fan de … tongs et de mode ! Elles retrouveront chacune un bijou ayant appartenu à leur mère, qui elles aussi étaient amies et avaient dans leur jeunesse caché un trésor... Nos trois aventurières vont mener l'enquête.

On pense au Club des cinq, revu ici en trio féminin, l'enquête reste assez simple (et pas très crédible) mais ce n'est pas l'important, c'est l'amitié qui est mise en avant, et les relations aux parents, aux caractères assez marqués, et à ce besoin naturel à l'adolescence de se soutenir et de comprendre.
Assez léger, idéal pour les 9-12 ans, avec quelques piques humoristiques, ça se dévore assez vite (mais un deuxième tome est paru et deux autres sont prévus pour 2015) : une lecture parfaite pour nos jeunes minettes à la plage (oui c'est plutôt girly, rien qu'à la couverture !)

Et à la fin du livre, quelques bonus : bricolages, recettes de gâteaux et tests...


Mon Année Salinger
Mon Année Salinger
par Joanna Smith-Rakoff
Edition : Broché
Prix : EUR 20,90

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
3.0 étoiles sur 5 Des fleurs pour Salinger, 10 août 2014
Ce commentaire fait référence à cette édition : Mon Année Salinger (Broché)
Commentaire d'un membre du Club des Testeurs Amazon (De quoi s'agit-il?)
En 1996, Joanna (l'auteur elle-même, il s'agit d'un récit autobiographique) termine tout juste ses études de lettres lorsqu'elle se fait embaucher comme assistante dans une Agence sur Madison Avenue à New-York, Agence chargée de l'accompagnement et de la rédaction des contrats des auteurs (le métier d'agent littéraire, s'il est assez couru à l'étranger, est encore rare en France où tout se négocie généralement au sein de la maison d'édition)
Joanna, encore jeune et timide, essaie de bien faire et de satisfaire tous les desiderata de sa patronne. L'essentiel de sa tâche consiste à taper des courriers sur une machine à écrire, à partir du magnétophone confié par sa patronne, et de respecter la sacro-sainte règle : ne jamais divulguer les coordonnées de Jerry. Qui est donc ce mystérieux Jerry qui intrigue bien Joanna ? Il s'agit du célèbre J.D. Salinger. Son aura d'auteur fuyant tout contact et vivant reclus est ici largement cultivée.
Plusieurs choses m'ont étonnée dans ce récit : son époque d'abord. Tous dans les descriptions et matériels laisse à penser qu'on est dans un décor suranné des années 60, or non, l'époque est dévoilée plus loin : on est bien à la fin des années 90, c'est juste que l'Agence qui emploie Joanna n'est pas à la pointe de l'informatique ! Il n'empêche, que de tâches répétitives inutiles quand on y songe ! Mais c'est ce qui contribue bien sûr à l'atmosphère (et au charme?) du roman. Son caractère autobiographique ensuite : j'aurais préféré sans doute un roman, car si le récit est plaisant, j'ai trouvé morne malgré tout le relationnel de Joanna avec son petit copain, avec ses collègues, …

Roman de passage à l'âge adulte, où l'auteur affirme ses choix et ses envies, face à ses parents, son amoureux, son travail, et où sa découverte des romans et nouvelles de Salinger, si elle joue une part importante dans sa vie, reste anecdotique dans le récit et sert surtout à entretenir la légende.

Une lecture en demi teinte, agréable mais sans plus.


Page : 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11-20