Profil de Laure > Commentaires

Fiche d'identité

Contenu rédigé par Laure
Classement des meilleurs critiques: 69
Votes utiles : 6669

Chez vous : découvrez nos services personnalisés en pages d'aide !

Commentaires écrits par
Laure (Sarthe, France)
(COMMENTATEUR DU HALL DHONNEUR)    (TESTEURS)    (TOP 100 COMMENTATEURS)   

Afficher :  
Page : 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11-20
pixel
Silver Spoon - T7
Silver Spoon - T7
par Hiromu ARAKAWA
Edition : Poche
Prix : EUR 6,80

4.0 étoiles sur 5 ça tourne un peu en rond, mais ça reste sympa, 26 février 2015
Ce commentaire fait référence à cette édition : Silver Spoon - T7 (Poche)
Décidément la fête de l’école et les concours d’équitation n’en finissent pas, mais c’est toujours avec humour et aventures. Le père de Yûgo est à son chevet, et les relations entre le père et le fils sont effroyablement distantes. La mère, plus effacée, ne parvient pas à faire le lien. Le tome s’oriente ensuite vers un tournoi de base-ball que les jeunes suivent à la télévision, et l’on se demande si Yûgo et Aki vont enfin s’avouer leurs sentiments…. Eh bien dans le tome 8 peut-être ?
J’avoue, ça tourne un peu en rond (je trouve) mais c’est léger… une lecture détente quand on pousse les portes de ce lycée agricole.


HooToo® Mini Hub USB 3.0 4-Ports , Aluminum, pour iMac, MacBook Air, Pro, MacBook, Mac Mini, PCs et ordinateurs portables
HooToo® Mini Hub USB 3.0 4-Ports , Aluminum, pour iMac, MacBook Air, Pro, MacBook, Mac Mini, PCs et ordinateurs portables
Proposé par Sunvalley-FR
Prix : EUR 29,99

5.0 étoiles sur 5 Pas de souci, 16 février 2015
Pratique et facile à glisser dans une housse de portable. La finition en alu brossé est sympa.
L'espace entre les 4 ports est assez large, ce qui permet de connecter une clé un peu large (genre celle en Pikachu de ma fille qui m'obligeait à débrancher tout le reste) simultanément à d'autres périphériques.
Je ne suis pas suffisamment compétente en technique pour en parler : je branche, ça marche, ça s'installe tout seul et ultra vite, c'est tout ce que je lui demande.
Pas de problème de compatibilité avec les ports USB2.0 pour les ordis plus anciens, le hub fonctionne tout autant, même si vous n'avez pas la vitesse d'échange des 3.0.
Un produit tout à fait satisfaisant.


Qui veut la peau du Yéti ?
Qui veut la peau du Yéti ?
par Yves Villette
Edition : Album
Prix : EUR 9,90

5.0 étoiles sur 5 Une aventure au poil !, 15 février 2015
Ce commentaire fait référence à cette édition : Qui veut la peau du Yéti ? (Album)
Accrochez-vous, ça déménage, et c'est pour rire tout du long !

Le malfrat Thamer Ziva (oui, fallait oser) participe à une émission de télé-réalité, mix de Top Chef et de la Nouvelle Star. D'ailleurs toute ressemblance avec des têtes connues ne saurait être fortuite, etc. Mais Thamer est emprisonné pour s'en être pris au célèbre juré André Cenfrapet.
Il ne tarde pas à s'évader et envoie son complice en quête de la peau du célèbre Yéti.
Par ailleurs la jeune et délurée Frangipane part avec son oncle camper en montagne, à la recherche de ce même Yéti. Commence alors une série d'aventures rocambolesques et de rebondissements pleins d'entrain, c'est joyeux, déjanté, dynamique, drôle. Un chasseur pas doué, un Yéti poltron au cœur tendre qui dort avec son doudou, un bouquetin qui joue de la guitare, heureusement que Frangipane est là pour sauver la mise, sinon on serait encore emberlificoté dans la tente 2 secondes du malheureux tonton. Clins d’œil, on savoure et on se marre.


L'homme-qui-dessine
L'homme-qui-dessine
par Benoit Séverac
Edition : Broché
Prix : EUR 14,50

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
3.0 étoiles sur 5 un polar préhistorique, 13 février 2015
Ce commentaire fait référence à cette édition : L'homme-qui-dessine (Broché)
Mounj est l’homme-qui-dessine. Il appartient à la tribu des hommes-droits (les hommes de Néandertal). Il parcourt le monde pour le dessiner et ainsi le raconter aux siens : cela leur permet de savoir où sont les montagnes, où vivent les humains… Cette mission se transmet de père en fils, aussi Mounj doit-il trouver rapidement une femme pour avoir une descendance. Mais sa tribu se décime et il n’y a presque plus de femmes.
Lorsqu’il trouve sur sa route un corps transpercé d’une sagaie, il est accusé par la tribu des hommes-qui-savent (les homo sapiens) d’être le meurtrier. Il est fait prisonnier. Il a alors sept nuits, jusqu’à la prochaine lune, pour prouver qu’il est innocent. Il va tout tenter pour y parvenir…

L’idée d’un polar à l’époque préhistorique est originale. La plongée romanesque à l’ère des homo sapiens est intéressante. J’ai trouvé hélas le début du roman un peu trop descriptif, un peu long à démarrer vraiment. Et quand enfin Mounj découvre le vrai meurtrier, il y a une sacrée surprise qui redynamise le récit, même si dès lors le lecteur devine assez bien le schéma qui va se dérouler. Avec quelques révélations de dernière minute, évidemment.

Intéressant, même s’il manque un peu de pêche au départ, pour les ados à partir de 12 ans.


Un petit livre oublié sur un banc : Tome 1
Un petit livre oublié sur un banc : Tome 1
par Mig
Edition : Album
Prix : EUR 13,90

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
4.0 étoiles sur 5 Le pouvoir des livres, 9 février 2015
Ce commentaire fait référence à cette édition : Un petit livre oublié sur un banc : Tome 1 (Album)
Voici une BD qui fait l'éloge du bookcrossing, et qui en passant fait vibrer les petits cœurs romantiques des jeunes femmes.

Un petit livre est abandonné sur un banc, dans un jardin public. Une jeune femme s'y assied, et donne le sein à son bébé. Elle repart sans prendre le livre. Là déjà, je me marre : la jeune femme est une sylphide aux jambes fines et élancées, elle porte une petite robe d'été très courte et très sexy, et n'hésite pas à offrir à la vue du passant ses seins forcément opulents pour nourrir son enfant. Mais bien sûr. La taille mannequin et la sexytude en sortant de la maternité, dans vos rêves, les mecs.
Bref, de toute façon, elle ne s'intéresse pas au livre, mais le ton est donné pour ce qui est de la plastique des personnages féminins.
La deuxième jeune femme qui s'installe est plus curieuse, et saisit l'invitation intérieure en emportant le livre. Un titre inconnu « à l'ombre des grands saules pleureurs », (faut-il y voir un lien à Proust, à l'ombre des jeunes filles en fleurs?), qu'elle s'empresse de le lire le soir chez elle, pendant que son mec décortique la notice de son téléphone aux trente six mille options.
Elle découvre alors des mots entourés, et se plaît à y lire un message caché. L'intrigue est sur les rails, elle va chercher à découvrir l'inconnu qui a déposé ce livre, et tenter d'engager avec lui une correspondance par le biais dudit roman. Elle n'échappe pas à quelques péripéties, quiproquos, mais aussi de nouvelles émotions qui la font vibrer, ce que ne réussit plus à faire son homme, visiblement.

Hélas, nous n'aurons pas le fin de mot de l'histoire, car il faut pour cela attendre le tome 2 (qui pour le moment n'a pas l'air annoncé, grr... je pensais que c'était un one shot)

Les amoureux des livres seront bien sûr sensibles aux qualités qui leur sont ici reconnues, et l'idée du bookcrossing est très joliment défendue, dans l'idée du plaisir qui se partage et qu'on n'enferme pas sur une étagère de bibliothèque.


Le chat rouge
Le chat rouge
par Grégoire Solotareff
Edition : Album
Prix : EUR 12,70

2 internautes sur 3 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Différence, courage et indépendance, 17 janvier 2015
Ce commentaire fait référence à cette édition : Le chat rouge (Album)
On connaissait chien bleu de Nadja, voici le chat rouge de Grégoire Solotareff (qui est le frère de Nadja), dans le même esprit graphique, que l’on connait bien pour ses "Loulou".

Valentin est un chat comme les autres, à la différence qu’il est rouge, ce qui lui vaut rejet et moqueries autour de lui. Il vit donc seul dans la forêt, où il rencontre un jour Blanche-Neige, une belle petite chatte blanche comme la neige, qu’il sauve des griffes du loup. Ils se réfugient dans la maison d’une sorcière, qui veut les prendre à son service. Mais entre le loup qui revient et la sorcière bien exigeante, nos deux chats vont n’en faire qu’à leur tête… comme tous les chats n’est-ce pas !

Un très bel album aux somptueuses planches colorées, on reconnaît bien le trait de Solotareff, les doubles pages sont de toute beauté, un régal pour les yeux. L’histoire est simple pour plaire aux enfants dès 4/5 ans, elle aborde le thème de la différence, joue à faire peur avec le loup et la sorcière - qui a littéralement une langue de vipère- mais montre aussi que l’on peut toujours trouver un ami sur son chemin, et que l’on porte en soi la force et le courage de ses propres choix.
Un très bel album qui mérite d’entrer au rang des classiques.


Linksys RE3000W-EJ Répéteur WiFi single bande N300
Linksys RE3000W-EJ Répéteur WiFi single bande N300
Prix : EUR 49,99

5.0 étoiles sur 5 Pas de problème, 16 janvier 2015
Ce commentaire fait référence à cette édition : Linksys RE3000W-EJ Répéteur WiFi single bande N300 (Personal Computers)
Commentaire d'un membre du Club des Testeurs Amazon (De quoi s'agit-il?)
Les commentaires précédents m'effrayaient un peu, moi qui ne suis pas spécialement geek, mais j'ai eu de la chance; j'ai pu installer très simplement ce répéteur avec le CD. Je capte à présent bien le réseau wifi dans une zone où je percevais un signal, mais beaucoup trop faible pour me connecter. Si c'est fiable dans le temps, c'est parfait.


Je m'appelle LIVRE et je vais vous raconter mon histoire
Je m'appelle LIVRE et je vais vous raconter mon histoire
par John Agard
Edition : Relié
Prix : EUR 13,90

3 internautes sur 4 ont trouvé ce commentaire utile 
3.0 étoiles sur 5 Une histoire du livre racontée à la première personne par un individu nommé "Livre" :-), 12 janvier 2015
Ce commentaire fait référence à cette édition : Je m'appelle LIVRE et je vais vous raconter mon histoire (Relié)
Curieux ouvrage publié par un éditeur jeunesse (Nathan) mais qui s'adresse à vrai dire à tous, à partir de 11/12 ans. Je m'appelle Livre est une histoire du livre (et de l'écriture) de la naissance des tablettes sumériennes en argile à l'ebook d'aujourd'hui, racontée sous une forme romanesque, à la première personne, par un personnage nommé « Livre » (cf. titre)

Le récit s'intercale d'illustrations (en noir) de Neil Packer que personnellement je n'ai pas appréciées plus que cela, et de poèmes et citations variées ayant trait bien sûr au livre.

Je reste mitigée sur cet ouvrage, je ne suis pas convaincue par la forme choisie, malgré l'humour, je trouve les tournures de phrases parfois un peu bizarres, du fait de ce choix de narration. Un documentaire illustré de photographies aurait été plus efficace, mais aurait perdu par là-même son originalité.

Je me demande si ce livre trouvera son public (et lequel?), autrement qu'auprès des amoureux de la lecture. L'objet est soigné, couverture en carton rigide, jaquette en relief, sobre, il est en cela un bel hommage.

L'histoire du livre à travers les siècles étant pour partie un élément indissociable de mon job, je n'y ai pour ma part rien appris, gageons donc que l'intérêt sera bien présent pour les jeunes et les novices qui souhaiteraient en savoir un peu plus. Le livre numérique n'est pas descendu en flammes mais poliment vu comme un cohabitant, ami du narrateur.

Un extrait :
p. 42 « Les Grecs nommèrent le papyrus byblos, du nom du port de Byblos par lequel ils importaient cette plante en provenance d’Égypte. Écrit plus tard avec un i, ce mot est à l'origine de quantité d'autres mots me concernant, moi, Livre. Mon préféré est peut-être « bibliophile », amateur de beaux-livres. »
Remarque sur ce commentaire Remarque sur ce commentaire (1) | Permalien | Remarque la plus récente : Feb 6, 2015 9:39 AM CET


20 bonnes raisons d'arrêter de lire
20 bonnes raisons d'arrêter de lire
par Pierre MENARD
Edition : Broché
Prix : EUR 12,00

2 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Absolument contre-productif, 11 janvier 2015
Ce commentaire fait référence à cette édition : 20 bonnes raisons d'arrêter de lire (Broché)
Autant vous le dire tout de suite, l'objectif visé par le titre ne sera pas atteint, bien au contraire, il est totalement contre-productif !

En 26 courts chapitres et beaucoup d'humour et d'exemples, l'auteur démontre en quoi lire est inutile, dangereux, et pourquoi cela rend laid, pédant, snob, fou et j'en passe.

Beaucoup de références à Charles Dantzig (pourquoi lire ? (Grasset, 2010), et dictionnaire égoïste
de la littérature française (Grasset, 2005)) ainsi qu'à Proust....
Lire détruit la vue et rend insomniaque, on s'en doute, mais rend chauve aussi (si si!), et surtout, fainéant :
p. 22 : « à y regarder de près, la vie d'un grand lecteur n'est pas si différente de celle d'un malade en phase terminale : se lever, s'allonger (pour lire), déjeuner, s'étendre (pour lire), dîner, lire, se coucher. Les lecteurs sont des incurables. »
Mais lire tue, aussi :
p. 53 « Lire, c'est s'enfermer dans un monde imaginaire ; un monde qui n'est pas gouverné par la Providence, si imprévisible, mais par la main de l'écrivain. Un monde qui n'est pas la vraie vie, mais qui s'en donne l'apparence, tout en étant sa négation. À force de lire des romans à l'eau de rose, Mme Bovary croit que le grand amour existe. Elle cherche à vivre sa vie comme un livre. Elle en détruit son mariage, avant de détruire sa vie, en s'empoisonnant. »

Vite, fuyez, tant qu'il est encore temps.
Lire c'est ennuyeux, les livres c'est nul, les lieux où l'on lit, les livres qui sont faits pour ne pas être lus … bref, que du bonheur pour le lecteur déjà sérieusement atteint. Car bien évidemment, à contre-courant, c'est bien un éloge de la lecture que nous offre Pierre Ménard. S'il est parfois un peu bavard ou ennuyeux, on le pardonne aisément, tant son pamphlet pour nous faire arrêter de lire n'est absolument pas … convaincant !

À offrir à tous ceux dont vous voulez encourager le vice !


Les yeux secs
Les yeux secs
par Arnaud Cathrine
Edition : Poche
Prix : EUR 4,00

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
5.0 étoiles sur 5 La terreur de la guerre, 11 janvier 2015
Ce commentaire fait référence à cette édition : Les yeux secs (Poche)
Dans un pays indéfini, une guerre civile. Une milice traque et assassine toutes les personnes dont les noms sont sur sa liste. « On leur dit de ne pas regarder le visage des victimes et d'obéir sans état d’âme aux ordres de tir de leur chef »

Odell et Hamjha sont frère et sœur, adolescents, et leur seul moyen d'échapper à la tuerie générale est de feindre la mort en s'allongeant sur les corps sans vie de leurs parents, dans le hall d'entrée de leur maison. Mais combien de temps pourront-ils tenir ainsi, dans cette horreur pure ?
Survivront-ils ? Peuvent-ils faire confiance à leurs voisins ?

Le récit est aussi bref que la narration est épurée et glaçante. Une histoire courte sur la peur, le courage, le renoncement, l'espoir, la dénonciation, la terreur qu'engendre la guerre. Un texte qui saisit le lecteur qui ne peut le lâcher avant de connaître le dénouement, aussi éprouvant soit-il.

Les yeux secs est le premier roman d'Arnaud Cathrine, qui avait 25 ans au moment de sa publication.


Page : 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11-20