Profil de Helicon#1 > Commentaires

Fiche d'identité

Contenu rédigé par Helicon#1
Classement des meilleurs critiques: 42.517
Votes utiles : 219

Chez vous : découvrez nos services personnalisés en pages d'aide !

Commentaires écrits par
Helicon#1 "helicon-1"

Afficher :  
Page : 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6
pixel
Bad Taste
Bad Taste
DVD ~ Various
Prix : EUR 9,49

3.0 étoiles sur 5 Complètement grotesque mais complètement assumé !, 9 août 2014
Ce commentaire fait référence à cette édition : Bad Taste (DVD)
Si vous cherchez un semblant de cohérence et de vraisemblable, passez votre chemin, ce film est 100% ridicule et grotesque d'un bout à l'autre. Mais c'est justement ce qui participe à sa drôlerie. Car on se marre en voyant ce film il faut bien le dire. Et on sent bien en le regardant que Peter Jackson s'est bien amusé (avec le scénario, les "effets" spéciaux mais aussi à jouer dedans !). Cependant, Je n'ai mis que trois étoiles (Pour rappel...2 étoiles : Je n'aime pas cet article; 3 étoiles : Ça va ; 4 étoiles : J'aime cet article...). Car, malgré tous le tapage qu'on fait autour de ce film ("film culte !", "un must !" etc. etc.), ça reste quand-même très amateur (faut aimer...) et je trouve que même d'un point de vue divertissant, il n'est pas aussi bon que Braindead, qui est encore plus éxagéré et jubilatoire ! Mais je peux comprendre le statut "culte" de ce film, pas seulement parce que c'est le premier film de Peter Jackson, mais parce que, pour un film réalisé avec un si petit budget, Jackson réussi à nous suprendre ! Et c'est une chose assez rare dans le genre "film d'horreur" pour être souligné. En effet le scénario, complètement décousu, prend le spectateur par surprise en mélangeant les genres mais aussi en présentant des scènes tellement improbables qu'elles en deviennent drôles et mémorables (comme "l'explosion de mouton" ou la scène gore finale...).


Indigo
Indigo

5.0 étoiles sur 5 De la "mood music" superbement produite. Un tableau romantique... Du crépuscule au matin., 17 juin 2011
Ce commentaire fait référence à cette édition : Indigo (CD)
L'album s'ouvre de manière assez abrupte avec un morceau plutôt sombre et inquiétant. Cet aspect « inquiétant » n'est pas nécessairement à l'image du reste de l'album (même si l'ensemble de l'album exprime une certaine mélancolie). En revanche, en terme de son et de "puissance évocatrice" (j'entends par là une capacité à "peindre" un véritable paysage sonore), oui, ce morceau d'ouverture est assez représentatif... Tout comme n'importe quel autre morceau de l'album de toute manière.
`Sacrifice' poursuit sur la même émotion inquiétante et sombre du précédent morceaux mais sans le côté insulaire et « étendue abandonnée ». Les mélodies au synthé viennent colorer un peu plus l'atmosphère. Le morceau progresse bien. Et on se rend vraiment bien compte ici de la qualité d'ingénieur du son de Patrick O'Hearn, qui ponctue le morceau par de petites touches et effets sonores qui s'incorporent parfaitement. Au milieu du morceau, la batterie et les percussions s'ajoutent au reste et viennent donner un peu plus de chaleur à ce morceau, qui apparaît ainsi comme une véritable transition vers le prochain morceau `Goba', et son bel arrangement de percussions qui nous fait penser à « Rivers Gonna Rise » et surtout « Eldorado », les deux précédents albums de Patrick O'Hearn.
Le morceau suivant est un pur moment de romantisme nocturne. On revient un peu à l'atmosphère désolée et crépusculaire du morceau d'ouverture mais ces belles phrases mélodique à la trompette donnent déjà plus de chaleur, et le côté « malfaisant » du premier morceau est totalement absent ici. Nous sommes ici dans la contemplation de la nuit.
A partir de `Sacred Heart', la nuit laisse place à l'aube, et les morceaux « sombres » de cette première partie d'album disparaissent pour laisser entrer plus de lumière. Cet espace « diurne » va perdurer jusqu'au magnifique `España'. Mais il restera toujours cette mélancolie plus ou moins présente, on est toujours dans un espace en demi-teinte, propice au rêve. Cette tonalité mélancolique est d'ailleurs ce qui contribue à l'unité de cet album. Je pense que c'est d'ailleurs pour cette raison que c'est l'album que je préfère de Patrick O'Hearn. Car il a vraiment son univers bien à lui, tantôt sombre, tantôt mélancolique, suscitant parfois de la nostalgie (`The beauty within', `The Ringmaster's dream', `España'), évoquant la sensualité (`Desire', `Sacred heart'), invitant au voyage... Cet album me touche et me donne envi de plonger dedans comme on aurait envi de plonger dans un tableau de J.M.W.Turner. Il a ce je-ne-sais-quoi de particulièrement romantique et jamais pompeux, les arrangements sont juste bien comme il faut, tout s'agence superbement... On a envi de parler de cet album comme on parle d'un tableau : en termes de "lumière", de "tons", de "couleurs" de "textures"... Mais même là on est limité pour vraiment bien le décrire. Si vous voulez « voir » ce que cet album peut donner, imaginez un tableau qui progresse de l'obscurité à la lumière, un couché de soleil par exemple... Je pense à « Coucher de soleil et personnages sur la côte » de Ivan Aivazovsky... Voilà le genre de peinture qui pourrait le mieux illustrer cet album. A défaut de pouvoir l'écouter évidemment.
Cet album c'est surtout un voyage dans lequel on se plonge.


From These Wounds
From These Wounds
Prix : EUR 13,75

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
4.0 étoiles sur 5 Du Gothic Doom de toute beauté... Même pour les néophytes !, 12 juin 2011
Ce commentaire fait référence à cette édition : From These Wounds (CD)
Après plusieurs écoutes, j'oserais dire que cet album est vraiment la jonction parfaite entre DOOM et GOTHIC Metal (mais mon petit doigt me dit que My Dying Bride a peut-être déjà effectué cette jonction sur d'autres albums, c'est possible, je ne connais pas suffisament bien ce groupe). En tout cas, ces deux styles de Metal s'entremêlent parfaitement ici. Le côté 'Doom' se retrouve dans les paroles sombres, l'omniprésence du thème de la mort, les rythmes lents et lourds. Le côté 'Gothic' se retrouve dans le côté poétique des paroles, le style du chanteur et surtout l'approche très mélodique des guitares (ce dernier aspect est d'ailleurs l'une des qualités les plus marquantes de cet album).
Mais il est vraiment difficile de résumer toute la palette d'émotions que présente cet album. Même si l'ensemble est plutôt mélancolique, il y'a quand même beaucoup de moments à l'atmosphère plus "lumineuse", presque "chaleureuse" par moment, en tout cas, suffisamment de contrastes de ce genre pour nous faire encore mieux apprécier les moments sombres qui, eux, ne le sont jamais au point de nous entrainer dans des abysses glauques et/ou malsains. Bref, c'est vraiment le genre d'album que je conseillerais aux néophytes de Doom ET de Gothic.
Une autre comparaison possible pour ceux qui ne connaîtraient pas les groupes mentionnés ci-dessus : essayez d'imaginer quelque chose entre la nocturne n°20 de Chopin et le morceau "My friend of misery" de METALLICA mais en plus lent, avec un mur de guitares plus dense, mais plus subtile, aérien et changeant. Et imaginez une voix plus belle, profonde et lancinante (loin des "Yeah yeah" caricaturaux de James Hetfield et plus proche des chants grégoriens) et vous aurez une bonne idée de ce que peut donner cet album.
...Et si vous voulez vous faire une idée de cet album à travers une seule chanson, écoutez le morceau "Pendulum", c'est à la fois le meilleur morceau de l'album (à mon avis) et le plus représentatif de tout l'album.


Sleep And Release
Sleep And Release
Prix : EUR 20,25

5.0 étoiles sur 5 Tellement bon et tellement méconnu..., 9 juin 2011
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Sleep And Release (CD)
Je trouve que la description proposée par Amazon est suffisament juste pour ne rien rajouter. Si ce n'est que cet album se clôt par un morceau caché qui vaudrait presque à lui seul l'achat de cet album...Un grand moment d'émotion quelque part entre Godspeed You ! Black Emperor, Mogwai et... Mmm... Aereogramme (et oui, c'est difficile de trouver quelque chose de vraiment ressemblant).
Ce groupe (et en particulier avec cet album) est vraiment très INJUSTEMENT méconnu et c'est bien dommage, j'aurais voulu les connaître plus tôt pour pouvoir les voir au moins une fois en concert avant qu'ils se séparent... Tant pis. Mais c'est vraiment dommage qu'ils n'aient pas eu plus de reconnaissance du temps où ils jouaient encore ensemble. Cet album prouve qu'ils l'auraient bien mérité.


Stoosh
Stoosh
Proposé par Dvd Overstocks UK
Prix : EUR 8,80

3 internautes sur 3 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Un must des années 90 !, 20 mai 2011
Ce commentaire fait référence à cette édition : Stoosh (CD)
De bons gros riffs plombés (mais pas seulement), quelque part entre ceux des Red Hot Chili Peppers, Led Zeppelin et Soundgarden. Un bassiste hors-pair (si vous en avez l'occasion, écoutez le morceau "Twisted (Everyday hurts)" pour vous en convaincre), un batteur qui joue parfaitement son rôle et une chanteuse exceptionnelle avec un registre qui passe de la douceur ("Infidelity [only you]") à la rage et l'acidité ("Milk is my sugar").
La première fois que j'ai écouté cet album, je l'ai trouvé bon, sans plus. Mais avec le temps, il est vraiment monté dans mon top ten et c'est à présent un album que je prends énormément de plaisir à écouter et réécouter, tout autant que le 'Superunknown' de SOUNDGARDEN ou le 'Vitalogy' de PEARL JAM. C'est un incontournable du son pop-rock des années 90, surtout si vous aimez la pop-rock qui tend vers le rock musclé... Ou plutôt le rock musclé avec des moments beaucoup plus pop et même folk ("Pickin' on me").
Bref, Skunk Anansie est un de ces groupes phares des années 90 qui, à l'instar des Red Hot Chili Peppers, Ben Harper et tant d'autres pratiquait une musique issue du rock mais très variée... Ce que les anglo-saxons appellent "alternative rock" (et qui n'a rien à voir avec l'appelation française "rock alternatif" qui correspond à une scène plus spécifique et délimité dans le temps).
Rangés et étiquettés comme un groupe "Britpop" à l'époque, Skunk Anansie était pourtant beaucoup plus proche des groupes mentionnés ci-dessus que d'Oasis ou Blur, et cet album en est la preuve. Beaucoup moins rentre-dedans que leur 1er album 'Paranoid & Sunburnt' mais moins pop que ce qu'ils ont fait par la suite, cet album réussi la parfaite synthèse de leur musique et avec d'excellentes chansons qui plus est. Si vous ne connaissez pas ce groupe mais que vous aimez le rock des années 90, cet album est un choix incontournable !


We're only in it for the money
We're only in it for the money
Proposé par marvelio-france
Prix : EUR 18,72

5 internautes sur 7 ont trouvé ce commentaire utile 
3.0 étoiles sur 5 Complètement barré, pop, anti-pop et 'Absolutely free' !", 14 avril 2011
Ce commentaire fait référence à cette édition : We're only in it for the money (CD)
Barré, psychédélique, marrant, plein d'ironie, satirique, expérimental, pop et anti-pop... Cet album est tout ça. Mais, à mon avis, certainement pas l'album pour commencer à découvrir Frank Zappa (nous sommes en 2011... Pourquoi ne pas commencer par un album plus récent et plus facile d'accès comme "Sheik Yerbouti" par exemple ?). Quoi qu'il en soit, si on le replace dans son contexte et si on comprend l'anglais (ce qui est trés important pour mesurer toute l'importance de cet album), on peut affirmer sans problème que cet album est l'un des albums les plus subversif de son époque.
Premièrement, du côté de la forme, il y'a déjà cette belle pochette satirique à souhait et l'une des premières d'une longue série de détournement de la célèbre pochette de "Sgt. Pepper's Lonely Hearts Club Band" des Beatles. Et pour la musique, il faut se rappeler qu'en 1968 (même si "Sgt. Pepper's..." et "The Magical Mystery Tour" avaient permis d'initier le grand public à ce genre de choses), les collages sonores et autres expérimentations de studio n'étaient pas non plus ce qui était le plus courant et encore moins le plus accessible pour tous. Et cette alternance de délires avant-gardistes et de chansons plus conventionnelles (en apparence seulement) est précisément ce qui contribue au côté subversif de cet album.
Pour le fond, cet album est conçu, et fonctionne effectivement, comme l'anti-`Sgt.Pepper's Lonely Hearts Club Band' par excellence. Tout les deux s'inspirent de la culture Hippie, mais là où « Sgt.Pepper's... » en faisait l'apologie et a vite fini par en faire parti intégrante, « We're only in it... » tourne tout ça en dérision et attaque cette culture (et sa récupération) avec une ironie aussi acide que les substances qui ont du être absorbés par les personnes visées. Le titre de l'album qui veut dire 'nous ne faisons ça que pour l'argent' annonce clairement la couleur et le ton satirique de l'album.
Bref, avant-gardiste jusqu'au bout, cet album réussi à concilier l'univers hippie/freak (dans la forme) et l'acidité punk (dans l'esprit). Un véritable tour de force ! Pourquoi alors avoir seulement mis trois étoiles ? Bin, je dois sans doute faire parti de ce `grand public' qui préfère les arrangements bien `propre' de « Sgt. Pepper's Lonely Hearts Club Band » aux aventures sonores de « We're only in it for the money », trop barré pour moi. En tout cas cet album n'est pas des plus accessibles, c'est sûr, mais trés intéressant historiquement et artistiquement parlant.


The Big Roar
The Big Roar
Prix : EUR 15,00

2 internautes sur 3 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Du bon rock indé par les temps qui court, 27 mars 2011
Ce commentaire fait référence à cette édition : The Big Roar (CD)
Ils sont gallois, ça explique peut-être pourquoi ils me font penser à Los Campesinos!... Enfin surtout deux points commun : l'énergie et le côté "rock héroïque" (j'entends par là le côté très mélodique qui va crescendo, sur une tonalité majeure, avec des choeurs etc.) qu'on peut trouver par exemple chez Arcade Fire. Bien qu'ici, la part belle est accordée aux guitares, bref... Leur approche du rock est peut-être plus direct que les groupes sus-mentionnés, mais en tout cas, le côté mélodique est à chercher du côté de ces groupes...Sauf qu'ici, c'est tout le temps la même personne au chant et c'est une femme. J'ai du mal à dire à qui me fait penser cette chanteuse, j'ai lu dans une chronique une comparaison à Kim Deal (la bassiste et co-chanteuse des Pixies), j'aurais tendance à être d'accord avec cette comparaison bien qu'ici, la chanteuse me semble plus énergique que Kim Deal.
En tout cas, entre une scène indie plutôt portée sur le folk molasson et une scène électro qui tend à se répéter, The Big Roar est le genre d'album dont on a besoin ces derniers temps pour rafraîchir un peu le paysage rock.


Birds In The Storm
Birds In The Storm
Prix : EUR 18,00

19 internautes sur 21 ont trouvé ce commentaire utile 
3.0 étoiles sur 5 L'aventure émotionnelle continue..., 5 octobre 2010
Ce commentaire fait référence à cette édition : Birds In The Storm (CD)
Une première écoute de ce deuxième album indépendante du premier (que je n'avais pas réécouté depuis presque 1 an) m'a laissé l'impression générale (mais pas exclusive) d'un sentiment d'intimité plus fort que sur l'album précédent.
Une réécoute du 1er album m'a fait changer d'avis. Au niveau de l'ambiance générale, je trouve qu'on est en fait dans la continuité du premier album, rien de bien nouveau de ce côté-là. Et je pense que les fans n'en seront que plus content.

Au niveau de la forme sonore que ces émotions prennent, je n'arrive pas à me défaire de cette comparaison avec Chris Martin. Je trouve même la comparaison encore plus pertinente sur cet album-ci que sur le précédent, car ici, ce n'est pas seulement la voix qui fait écho à Coldplay mais même les compos... En particulier "The lame souls", "Arm your eyes" et "inner eyes".
Il y'a également ce son très en vogue de retour à la cold wave et synth-pop du début des années 80 (écoutez "Ludlow L" et "Birds in the storm").
Ces références pourraient laisser penser que Aaron manque d'inspiration et s'est laissé prendre au jeu du succès, il n'en est rien !... A l'écoute de cet album on sent clairement que leur intégrité artistique est préservée, les émotions véhiculées ont toujours ce petit truc qui fait la différence et semblent tout aussi sincères que sur le premier album. Et leur musique, pourtant très familière, ne semble jamais vraiment pompeuse ou calculée.
Bref, l'aventure continue et "le son Aaron" est bel et bien là, malgré certaines comparaisons inévitables...

Personnellement, je n'accroche toujours pas à leur 45 minutes de ballades et de pop songs mélancolique (d'où mes 3 étoiles seulement) mais je ne peux aucunement remettre en doute leur engagement émotionnel et la qualité de leurs compos.
...Mention spéciale pour "Passengers". Ce morceau, qui progresse superbement, prouve à lui seul qu'on peut faire quelque chose de familié et s'en sortir pourtant trés bien artistiquement et émotionnellement parlant.
Remarque sur ce commentaire Remarque sur ce commentaire (1) | Permalien | Remarque la plus récente : Feb 13, 2011 6:47 PM CET


La journée de la jupe (César 2010 de la Meilleure Actrice)
La journée de la jupe (César 2010 de la Meilleure Actrice)
DVD ~ Isabelle Adjani
Proposé par plusdecinema
Prix : EUR 3,82

1 internaute sur 7 a trouvé ce commentaire utile :
3.0 étoiles sur 5 Difficile..., 25 juillet 2010
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : La journée de la jupe (César 2010 de la Meilleure Actrice) (DVD)
Difficile de comprendre où en a voulu venir Jean-Paul LILIENFELD, difficile d'avoir une opinion tranché sur ce film, difficile d'accepter le dénouement du film et surtout difficile d'accepter... Que malgré une série de clichés et de raccourcis, ce film reflète pourtant trés bien la dur RéALITé.

Je viens de voir le film (commandé sur Amazon et reçu aujourd'hui) et j'en sors assez perplexe. Je commence par les choses qui me déplaisent pour terminer sur du positif.
D'un côté, il y'a toute une série de détails comme le comportement et les paroles des élèves (assez caricaturaux par moment), et certains dialogues que je trouve éxagérés (notamment le chinois du quartier qui parle à la journaliste en disant des phrases du genre "moi habiter quartier", "vous pas comprendre" etc. )qui m'ont légèrement agacés. Mais ce qui m'a le plus déplu c'est la fin... Pas uniquement parce que ça vire au drame complet mais parce que ça s'enchaine trop vite par rapport au rythme qu'il y'a dans les scènes précédentes. Et puis l'image d'un élève qui (ATTENTION : CE QUI VA SUIVRE dévoile une partie de la fin) tire sur un autre élève puis quelques scènes plus loin se jette dans les bras de son père comme si de rien n'était... ça m'est vraiment resté en travers de la gorge.

Mais d'un autre côté, j'ai beaucoup aimé la performance d'Isabelle Adjani (je sais que je ne suis pas le seul à le dire mais je tiens sincèrement à le souligner, elle est vraiment à fond dans son rôle). Et il y'a quelque chose de "rassurant", "comfortant" (et c'est peut-être aussi pour ça que le film à été censuré, pas seulement pour le politiquement incorrect) à voir cette prof de français profiter de sa prise d'otages pour parler librement à ses élèves en les mettants devant leurs contradictions et en essayant de leur faire comprendre ce que leur parents attendent d'eux (entre autre). Et puis la scène où elle parle à ses parents est vraiment touchante, en plus ça casse complètement le cliché de la prof qui défend la laïcité... Bref, je n'en dit pas plus pour ne pas tout dévoiler non plus.

Voilà, j'en sors donc très mitigé... C'est vraiment de la tragi-comédie, comme les pièces de l'auteur dont elle veut parler à ses élèves : Molière. Sauf qu'ici on est quand même plus proche de la tragédie que des pièces de Molière et puis même si l'aspect "critique de la société" est bien là comme dans les pièces de Molières, ici, il semble quand-même viser plus large.


Lire à toute vitesse - avec la Photolecture (PhotoReading)
Lire à toute vitesse - avec la Photolecture (PhotoReading)
par Paul R. Scheele
Edition : Broché
Prix : EUR 17,60

18 internautes sur 20 ont trouvé ce commentaire utile 
3.0 étoiles sur 5 Un ton léger et agréable, beaucoup de conseils et d'exemples mais aucun exercice pratique., 18 juillet 2010
Ce commentaire fait référence à cette édition : Lire à toute vitesse - avec la Photolecture (PhotoReading) (Broché)
J'étais à la FNAC récemment et j'ai consulté les différents livres consacrés à la lecture rapide. J'ai feuilleté au moins 5 ou 6 ouvrages différents dont ce livre-ci mais aussi les ouvrages de Tony Buzan, le livre de Bettina Soulez "Devenir un lecteur performant : lire vite comprendre et retenir l'essentiel" et le fameux "Méthode de lecture rapide" de Richaudeau.

Ce livre semble agréable à lire et écrit sur un ton léger avec des exemples dans lesquels on peut se retrouver. Chaque chapitre se focalise sur un aspect particulier de la lecture ou de comportements particuliers du lecteur. Il y'a beaucoup de conseils, et beaucoup d'explications des problèmes rencontrés par le lecteur ainsi que la manière d'y remédier (grâce à la Photolecture nottament). MAIS aucun exercice pratique. Et c'est vraiment ça que je reproche à ce livre. Je pense que pour le même prix (d'occasion) il est préférable de se procurer "Devenir un lecteur performant : lire vite comprendre et retenir l'essentiel" de Bettina Soulez qui prend la démarche inverse : juste ce qu'il faut de théorie mais beaucoup de pratique pour s'améliorer.


Page : 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6