undrgrnd Litte nav-sa-clothing-shoes Cliquez ici Cloud Drive Photos cliquez_ici ECFR_GNO_Flyout Cliquez ici Acheter Fire Achetez Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo
Profil de papi Mormès > Commentaires

Fiche d'identité

Contenu rédigé par papi Mormès
Classement des meilleurs critiques: 2.263
Votes utiles : 938

Chez vous : découvrez nos services personnalisés en pages d'aide !

Commentaires écrits par
papi Mormès (gers)

Afficher :  
Page : 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11-19
pixel
Kool Jazz at Midem
Kool Jazz at Midem
Proposé par thebookcommunity_fr
Prix : EUR 78,58

1 internaute sur 2 a trouvé ce commentaire utile :
4.0 étoiles sur 5 Trois quarts d'heure bien à vous !, 17 octobre 2009
Ce commentaire fait référence à cette édition : Kool Jazz at Midem (CD)
Kool Jazz at Midem.

Cannes janvier 1983 - Kool jazz festival.

C'est au cours de ce festival que va être assemblés sur le même CD trois enregistrements de musiciens que tout semble différencier sauf l'excellence de leur musique.
Deux guitaristes et un pianiste. BB KING, Pat METHENY, Dave BRUBECK.

Une génération séparent les deux guitaristes, aucune importance la différence n'est pas dans l'âge mais dans le style,
- Chez l'un (BB KING), bluesman consacré, (The King of the Blues), inventeur de la "Crying Guitar" avec sa fidèle "Lucille" . Il nous reste en mémoire "Sweet Sixteen" et "Confessin' The Blues" entre autres.

- Chez l'autre (Pat METHENY), une musique brillante, élégante, admirateur d'Ornette Coleman, "Bright Size Life" impressionne par sa virtuosité et l'on pense parfois à Wes Montgomery ou Jim Hall.

- Dave BRUBECK, vieux routier des concerts, n'officie pas ici avec son "New Brubeck Quartet*" mais avec Bill SMITH à la clarinette (électric), Randy JONES à la batterie et l'un de ses fils Chris BRUBECK au trombone basse et contrebasse électrique.

Dans l'ordre :
- Pour cet enregistrement Pat METHENY a rejoint les frères HEATH (MJQ), Percy à la contrebasse, Jimmy au sax ténor et Albert "Tottie", le cadet, à la batterie. Ils interprètent "Move The Groove" 7'20 qui ne laisse pas indifférent le public. La réaction est perceptible.
- Nous avons droit ensuite à trois reprises de BRUBECK, - "Lover Man" à l'entame et à la conclusion très "spatiale", effets de la clarinette electrique en décalage, surprenant ! - "Blue Rondo à la Turk" le classique, l'inusable ... et "Ol' Bill Basie", belle composition de Dave B., très swinguante. Son toucher dans la rupture rappelle les années 30, curieux, avec un solo de trombone délirant du fiston. Trois fois 7 minutes de ce vieux briscard.
- Et alors là, décalage complet avec BB King et son orchestre, entame avec "The Thrill is Gone", puis " Guess Who" et "Payin' the Cost to be the Boss". Tout le KING est là, guitare slide, guitare qui pleure, voix chaude, puissante, le blues émouvant du Mississipi. Trois plages de 6 minutes chacune. Pas le temps de s'ennuyer.

Heureux mélange des genres dans la conception de ce CD, ne choque en aucune manière bien au contraire. Encore trois quarts d'heure de plaisir. (Et si en plus vous avez une bonne bière, que peut encore demander le peuple ?....).

PS Existe aussi une autre parution, (c'est la même sauf le prix !)
Remarque sur ce commentaire Remarques sur ce commentaire (2) | Permalien | Remarque la plus récente : Nov 2, 2009 9:52 AM CET


Autour de la commune
Autour de la commune
Prix : EUR 10,00

10 internautes sur 11 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Chansons de la "démocratie citoyenne" ?, 5 octobre 2009
Ce commentaire fait référence à cette édition : Autour de la commune (CD)
1870/71 Les Prussiens assiégent Paris.
Paris s'arme.
Garde Nationale et levée de Volontaires investissent en défense les fortifications et Montmartre.
Paris est bombardée. Versailles est tombée.
Refusant la défaite la Garde Nationale et les Ouvriers de Paris prennent le contrôle de la capitale et mettent en place un gouvernement insurrectionnel : la Commune.
La Commune c'est l'arrivée d'authentiques prolétaires dans une assemblée élue. C'est un gouvernement populaire, une tentative de démocratie, de justice sociale. En un mot l'ouverture vers le "socialisme".
A Paris c'est la victoire du peuple, alors on chante !
On chante "le Chant Des Ouvriers" que P. Dupont avait déjà écrit en 1848.
On chante l'amour avec "Le Temps Des Cerises", chanson écrite en 1866 par J.B. Clément.
On chante l'horreur, mai 71, l'armée Versaillaise écrase les fédérés, "La Semaine Sanglante" J.B. Clément encore.
La Commune c'est aussi 10.000 fusillés, 4.000 déportés, des dizaines de milliers d'exilés, mais en fait on ne sait pas, on ne connait pas le nombre réel de victimes !

Puis la chanson est "dévoyée" vers le patriotisme mais aussi vers le chauvinisme revanchard, "La Ligne Anti-Prussienne" 1873. "La Fiancée Alsacienne" 1874, chanson mélo. "Le Violon Brisé" 1875, chanson pacifiste. "Le Drapeau Rouge" 1877 du théoricien anarchiste P. Brousse.

Il faudra attendre 1880, l'amnistie, le retour des déportés, des exilés communards pour redonner vigueur à la chanson d'avant-garde "Elle n'est pas Morte" 1886 de V. Parizot et E.Pottier. Et bien sûr "L'Internationale", poème de E. Pottier, 1871, mis en musique en 1888 par P. Degeyter (ouvrier Lillois).

" Debout les damnés de la terre !
...Du passé faisons table rase
Nous ne sommes rien, soyons tout ! "

A partir de 1900 "L'Internationale" deviendra l'hymne des révolutionnaires du monde entier.

Le répertoire de Marc OGERET se décline en chansons Révolutionnaires, anarchistes, de poésie, de resistance,de révolte et d'espoir.
Et puis l'internationale chanté par M. Ogeret c'est quand même plus « lyrique »!
Remarque sur ce commentaire Remarques sur ce commentaire (11) | Permalien | Remarque la plus récente : Dec 4, 2014 11:26 AM CET


Iphigenie en tauride
Iphigenie en tauride
par Goethe Wolfgang
Edition : Reliure inconnue

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
5.0 étoiles sur 5 HI-FI Génie. Les Français parlent aux Français !, 30 septembre 2009
Ce commentaire fait référence à cette édition : Iphigenie en tauride
Dans la mythologie grecque les deux aspects de la légende d'Iphigénie inspirèrent Euripide, Racine, Gluck et Goethe entre autres ...
EURIPIDE "Iphigénie en Tauride" 414 Av. J.-C. et "Iphigénie à Aulis" 406 Av. J.-C.
RACINE "Iphigénie" Tragédie de cinq actes en alexandrins - 1674 -
CW. GLUCK "Iphigénie en Aulide" Opéra en quatre actes sur un livret de Guillard -1774 - et "Iphigénie en Tauride" toujours sur un livret de Guillard - 1779 -
JW. GOETHE "Iphigénie en Tauride", rédigée en prose en 1779, plusieurs fois remaniée puis versifiée en 1786, sa forme actuelle.

Dans sa version GOETHE apporte d'importantes modifications par rapport à la tragédie d'Euripide.
IPHIGÉNIE a été emporté dans un nuage jusqu'en Tauride (Crimée) après que Diane (Artémis) l'ait substitué par une biche au moment où Calchas allait la sacrifier. (Une histoire de vents contraires !)
En Tauride règne le roi Thoas. Iphigénie devient la grande prêtresse du temple de Diane. La coutume veut que l'on immole à la déesse tous les étrangers que les tempêtes jettent sur la côte. Le roi Thoas s'éprend d'Iphigénie mais elle refuse de l'épouser. Précisément arrivent sur la côte Oreste (frère d'Iphigénie) et Pylade son ami. Condamnés ils se font reconnaître d'Iphigénie et veulent s'enfuir avec elle. Thoas prévenu s'y oppose mais vaincu par les prières d'Iphigénie consent à les laisser partir....

On parle toujours de la tragédie "IPHIGÉNIE" de RACINE qui d'ailleurs n'est pour ainsi dire plus jamais jouée et cela est bien dommage, celle de GOETHE, elle, devient dramatiquement confidentielle....
A défaut de voir jouer ces tragédies ne vous privez pas de leur saine lecture.
Les soirée d'hiver sont longues et la télé un pis-aller....
Remarque sur ce commentaire Remarques sur ce commentaire (11) | Permalien | Remarque la plus récente : Oct 23, 2009 5:55 PM MEST


Chicanos chasseurs de tete
Chicanos chasseurs de tete
DVD ~ Charles Bronson

2 internautes sur 8 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Vous aimerez j'en suis sûr., 29 septembre 2009
Ce commentaire fait référence à cette édition : Chicanos chasseurs de tete (DVD)
Il y avait Charles BRONSON dans le rôle de Jeb Maynard, chef du poste des douanes de La Mesa.
Son copain se fait tuer, Jeb va prendre la casquette d'enquêteur en place du képi de douanier.
Jusque là ça va. Après....
Je ne me souviens plus très bien...
Ce soir là j'étais sorti retrouver Charles-Edmond. Cela faisait bien cinq ans que l'on s'était perdu de vue. Et puis à la sortie du deuxième congrès des énergie déficientes, le thème ce soir là portant sur le recyclage du pain perdu, un peu rasoir certes mais faut se tenir au courant, faire preuve de civisme. Bref au plaisir des retrouvailles nous nous promîmes de nous retrouver le lendemain soir et d'aller voir une toile comme au bon vieux temps, le choix se porta sur "CHICANOS CHASSEUR DE TÊTE" seul film à l'affiche d'ailleurs, donc pas le choix en réalité. La province c'est la province.
J'avais laissé un message à la maison : -" Suis sorti voir les chasseurs de tête "- .
Ce qui me tracassait en réalité c'est que ma boite de cigares était vide ! Trouver des PARTAGAS Premium un mercredi soir, après vingt heures, relève de la plus pure insolence, j'aime ce genre de challenge. Donc avec C-E (Charles-Edmond) de bureaux à carotte en civettes opaques et de consommations en consommations, (si pas cigares faut pas être entré pour rien). La nuit s'écoula doucettement, langoureuse nuit.
En rentrant, l'aube naissante, me semblât que la rue était un couloir où titubaient les maisons.

Mais revenons au film. Donc le meilleur ami de Jeb (alias BRONSON Charles, ou l'inverse,) comme nous l'avons dit en préambule va mener l'enquête sur la mort de ... son meilleur ami. Voilà, vous savez tout.
Mais moi j'ai toujours pas mes PARTAGAS Premium !
Et c'est pas BRONSON Charles qui va....
Remarque sur ce commentaire Remarques sur ce commentaire (14) | Permalien | Remarque la plus récente : May 29, 2010 3:54 PM MEST


Dazz - Miniature - Carte Postale Michael Jackson - Loved
Dazz - Miniature - Carte Postale Michael Jackson - Loved

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
4.0 étoiles sur 5 Un objet de collection, 27 septembre 2009
Ce commentaire fait référence à cette édition : Dazz - Miniature - Carte Postale Michael Jackson - Loved (Jouet)
Cette carte postale possède un pouvoir de fascination incroyable.
Elle viendra compléter les plus belles collections de cartes postales concernant le second Empire, collection que je m'honore de posséder. (Un héritage que je n'ai pu refuser d'ailleurs).
Une étude plus approfondie, au musée nationale des us et coutumes ou à la pinacothèque communale, nous permettra de mieux définir l'époque à laquelle vivait l'étrange personnage ci présenté. Son chatoyant costume indique pourtant un personnage de haut rang, de noble famille, d'aisance aisée. Sa main droite sur le coeur, attitude altruiste et généreuse, un homme aux services des humbles et des simples.
Je ne sais si la carte est déjà pré timbrée, ...
Moi oui.
Remarque sur ce commentaire Remarques sur ce commentaire (16) | Permalien | Remarque la plus récente : Nov 20, 2009 8:41 PM CET


Bataillon de Corée
Bataillon de Corée
par Erwan Bergot
Edition : Broché
Prix : EUR 23,00

13 internautes sur 14 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Les presque oubliés de l'Histoire ?, 27 septembre 2009
Ce commentaire fait référence à cette édition : Bataillon de Corée (Broché)
"Le seul combat qui vaille est celui de la Liberté"

Les années d'après la seconde guerre seront les années de la guerre froide. L'union Soviétique pousse ses pions un peu partout (blocus de Berlin)....

Le 25 juin 1950, le monde entier apprenait que l'armée communiste de la Corée du nord avait franchi le 38 ème parallèle délimitant les deux Corées.
Le 28 juin SÉOUL tombait entre ses mains.
Le 8 juillet la moitié du territoire était envahi. Le gouvernement de la Corée du Sud en appelle à l'O.N.U. - Les Américains envoie deux sections de 170 hommes depuis le Japon, ils seront exterminés.
Le 3 août les forces communistes tiennent la presque totalité du territoire, il ne reste qu'une poche à l'extrême sud-est protégeant le port de PUSAN seul accès pour recevoir renforts et matériels.

A l'ONU très vite est prise la décision de constituer une force d'intervention afin de rétablir l'intégrité territoriale de la Corée du Sud. - 21 pays participerons à cette force multinationale.
Le 24 août Jules MOCH, président du conseil, fait admettre au parlement la création d'un Bataillon Français de Volontaires n'obérant pas par la même les effectifs militaires déjà en difficulté (défense Europe - Corps Expéditionnaire en Extrême Orient...).
Ce Bataillon constitué de volontaires sera la création du général MAGRIN-VERNERET, inspecteur de la légion, qui pour avoir le commandement des forces Françaises doit prendre le grade de Lt Colonel. Il reprendra également son nom d'officier "dissident" de la France Libre : MONCLAR.
Le commandant opérationnel sera le chef de bataillon Olivier LE MIRE. Déroutant personnage, tout à la fois rêveur et homme d'action, intellectuel et casse-cou.

Le 26 octobre les forces communistes Chinoises interviennent en Corée.
Le 29 novembre le Bataillon des Volontaires Français débarque à Pusan. Il opérera avec le 23 ème régiment d'infanterie US.
Le Bataillon s'illustrera à plusieurs reprises et fera l'admiration du haut commandement des forces de l'O.N.U. Il sera cité dix fois.
Les batailles furent sanglantes, éprouvantes, allant souvent jusqu'au corps à corps.
10 janvier 1951 - Bataille de WONJU.
3 février - Bataille de TWIN TUNNELS.
13 au 17 février - Bataille de CHIPYONG-NI.
5 mars -Bataille de la cote 1037. - 7 mars opération Ripper.
17 mai - Bataille de PUTCHAETUL.
27 août - Bataille du BOL, (Punch- Ball).
2 septembre au 22 octobre - Bataille de CREVE-COEUR.
18 décembre 51 au 28 avril 52 - Combats du « Triangle de Fer ».
20 juin au 27 juillet - Bataille du « T » BONE
5 au 12 octobre - Bataille de ARROW HEAD.....

Le 27 juillet 1953 signature du cessez le feu à PANMUNJOM.
Le 22 octobre le Bataillon est embarqué à destination de l'Indochine.
Le Bataillon avait un effectif de 1.000 hommes, 258 sont tombés au combat et 7 sont portés disparus.
Dix citations honoreront le valeureux Bataillon.

Comme à son habitude Erwan BERGOT, de son écriture vivante, nous conte et nous fait vivre ces sanglants combats, non pas au niveau des états majors, mais avec la troupe, au contact de l'ennemie, aux premières loges de l'affrontement.
Remarque sur ce commentaire Remarques sur ce commentaire (15) | Permalien | Remarque la plus récente : Oct 17, 2011 1:19 PM MEST


California Concerts Vol.2 [Ltd
California Concerts Vol.2 [Ltd

1 internaute sur 2 a trouvé ce commentaire utile :
5.0 étoiles sur 5 Le deuxième concert ...Lire le V1 avant..., 19 septembre 2009
Ce commentaire fait référence à cette édition : California Concerts Vol.2 [Ltd (CD)
- 1954 - (Cette année là le préfet A.L. Dubois interdit l'usage d'avertisseurs sonores à Paris ... On en a rien à f...).
- Donc cette année là, en fin d'année, le quartet de MULLIGAN remanié donnera une suite de concerts en Californie : le 12 novembre à Stockton et le 14 décembre à San-Diego . C'est l'objet de cette parution titrée , "California Concerts" Volume 1 & 2. On l'affublera d'une appellation erronée, de "premier enregistrement public". L'enregistrement du concert public salle Pleyel à Paris en juin 1954 étant lui répertorié comme "3 ème Salon du Jazz à Pleyel".- Nuance - !. Nuance américaine...

Concert de Stockton : Gerry MULLIGAN sax baryton. Chico HAMILTON batterie. Première apparition de Jon EARDLEY qui remplace Chet BAKER à la trompette. On disait de lui qu'il avait dans la sonorité un accent du grand Beiderbecke. Et de Red MITCHEL qui remplace Carson SMITH à la basse. Quelques titres remarquables :"Blues Going Up", "Little Girl Blues", "Piano Blues" (Gerry raconte :"Piano Blues" comme son nom l'indique, un blues au piano, instrument que nous n'utilisions jamais". "Yarbird Suite" de Charlie PARKER, un des thèmes préférés de Gerry.

Concert de San Diego : même formation, sauf que Larry BUNKER remplace Chico HAMILTON après l'intermission, tandis que Zoot SIMS, sax ténor et Bob BROOKMEYER, trombone et piano vinrent se joindre à l'ensemble.
- La session débute par "Western Réunion" dont Gerry a écrit un riff très swing pour Zoot SIMS.
- "I Know, Don't Know How" développe une autre qualité de Zoot, une sonorité vibrante et chaude. - "The Red Door", Bob BROOKMEYER s'installe au piano, s'y montre excellent pour accompagner Zoot et Gerry dans leur duo.
- "The Red Door" est un des classiques de MULLIGAN, c'est une composition de Zoot SIMS qu'ils avaient l'habitude de jouer - alors pauvre et inconnu - à New York au studio le "Don José". La porte de ce studio étant d'un rouge vif !.
Après ce concert le quartet sera dissous. Gerry se consacrant, pendant plus de six mois, à la composition et à la préparation de nouveaux enregistrements.

D'où l'importance de ces deux enregistrements de "California Concerts'" suivant celui de Paris.
Et pour se mettre dans le bain, l'enregistrement studio de San Francisco, même quartet mais avec Chet BAKER, 1952, avec en titres "Cariocia", "Line For Lyons","My Funny Valentine", "Turnstile", "The Lady is a Tramp", "Moonligth in Vermont", "Limeligth", entre autres.
Remarque sur ce commentaire Remarques sur ce commentaire (10) | Permalien | Remarque la plus récente : Oct 23, 2009 6:23 PM MEST


California Concerts, Vol. 1
California Concerts, Vol. 1

2 internautes sur 4 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 L'importance des premiers concerts. V.1, 19 septembre 2009
Ce commentaire fait référence à cette édition : California Concerts, Vol. 1 (CD)
Gerry MULLIGAN extrêmement méticuleux dans ses compositions et arrangements, aura une toute autre attitude en concerts, plus de fraîcheur, plus de spontanéité.

- 1952 - (Cette année là, à Helsinki, Emile Zatopek gagne le marathon puis le 5.000 m. et 10.000 m. devant Alain Mimoun ... On en a rien f... après tout...).
- Donc en 1952 MULLIGAN rencontre Chet BAKER à Hollywood. Ils se produiront au "Haig" (où jouait régulièrement le "Red Norvo Trio"). Le club ne possédait pas de piano, ce qui prive, en temps normal, une formation de son centre harmonique, "c'était préférable ainsi" dira G. MULLIGAN. Le quartette ainsi formé avec Chico HAMILTON à la batterie et Carson SMITH à la contrebasse eut un succès fulgurant avec un impact international grâce aux nombreux enregistrements studio diffusés par le label "Swing".
Ce quatuor d'origine "The Gerry Mulligan Quartet" n'aura vraisemblablement vécu qu'une année
de juin 1952 à 1953 .

- 1954 - (Cette année là le préfet A.L. Dubois interdit l'usage d'avertisseurs sonores à Paris ... On en a rien à f...).
- Donc cette année là, en fin d'année, le quartet remanié donnera une suite de concerts en Californie : le 12 novembre à Stockton et le 14 décembre à San-Diego . C'est l'objet de cette parution titrée , "California Concerts" Volume 1 & 2. On l'affublera d'une appellation erronée, de "premier enregistrement public". L'enregistrement du concert public salle Pleyel à Paris en juin 1954 étant lui répertorié comme "3 ème Salon du Jazz à Pleyel".- Nuance - !. Nuance américaine...

- Objet du volume 1 - Concert de Stockton : Gerry MULLIGAN sax baryton. Chico HAMILTON batterie. Première apparition de Jon EARDLEY qui remplace Chet BAKER à la trompette. On disait de lui qu'il avait dans la sonorité un accent du grand Beiderbecke. Et de Red MITCHEL qui remplace Carson SMITH à la basse. Quelques titres remarquables :"Blues Going Up", "Little Girl Blues", "Piano Blues" (Gerry raconte :"Piano Blues" comme son nom l'indique, un blues au piano, instrument que nous n'utilisions jamais". "Yarbird Suite" de Charlie PARKER, un des thèmes préférés de Gerry.

- Objet du volume 2 - Concert de San Diego : même formation, sauf que Larry BUNKER remplace Chico HAMILTON après l'intermission, tandis que Zoot SIMS, sax ténor et Bob BROOKMEYER, trombone et piano vinrent se joindre à l'ensemble.
- La session débute par "Western Réunion" dont Gerry a écrit un riff très swing pour Zoot SIMS.
- "I Know, Don't Know How" développe une autre qualité de Zoot, une sonorité vibrante et chaude. - "The Red Door", Bob BROOKMEYER s'installe au piano, s'y montre excellent dans l'accompagnement de Zoot et Gerry dans leur duo.
- "The Red Door" est un des classiques de MULLIGAN, c'est une composition de Zoot SIMS qu'ils avaient l'habitude de jouer - alors pauvre et inconnu - à New York au studio le "Don José". La porte de ce studio étant d'un rouge vif !.
Après ce concert le quartet sera dissous. Gerry se consacrant, pendant plus de six mois, à la composition et à la préparation de nouveaux enregistrements.

D'où l'importance de ces deux enregistrements de "California Concerts'" suivant celui de Paris.
Et pour se mettre dans le bain, l'enregistrement studio de San Francisco, même quartet mais avec Chet BAKER, 1952, avec en titres "Cariocia", "Line For Lyons","My Funny Valentine", "Turnstile", "The Lady is a Tramp", "Moonligth in Vermont", "Limeligth", entre autres.
Remarque sur ce commentaire Remarques sur ce commentaire (7) | Permalien | Remarque la plus récente : Jun 29, 2010 12:41 AM MEST


Grand Prix du Disque 1954
Grand Prix du Disque 1954
Prix : EUR 20,84

2 internautes sur 3 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Tout n'est peut-être pas perdu ..., 13 septembre 2009
Ce commentaire fait référence à cette édition : Grand Prix du Disque 1954 (CD)
Devons-nous vous parler d'un temps que les moins de XXX ans ne connaissent pas ?.
Eh bien non ! Plutôt si !
La musique n'a pas d'age, seulement des dates.
Il fut un temps où la France était au travail, il fallait rebâtir, la machine tournait à plein, du lundi matin au samedi soir, et les congés payés, trois semaines et ga et ga , je ne radote pas ... C'était comme ça.!
Bref tout ça pour dire, que parait-il, il existait un «Sacrement populaire» : le BAL DU SAMEDI SOIR, il fallait bien se distraire; sortir; la télé ?... peu dans la France ouvrière et peut-être seulement qu'une chaîne ?... Bon ... Revenons au Bal du Samedi soir .
- "Bal petit Bal" si bien chanté par Francis LEMARQUE.
Il y avait les guinguettes du bord de Marne, les grandes salles rive droite, les caves à jazz rive gauche et en Province itou . A la Campagne, une institution, accordéon et buvette ; en Bretagne, le biniou et la bombarde (et les sabots) ... Bon sang les mufflées du samedi !...
Donc pour approvisionner ce monde de ludique insouciance et de légitime détente il y avait flopé d'orchestres, de la fanfare à la grande formation (tendance mambo, cha cha cha...).
Jerry Mengo fut de ceux là. A la frange du jazz, mais après tout à l'origine le jazz était une musique de danse.
- Batteur émérite, il tapait sur tout qui avait une peau couvrant une caisse de résonance, avec un entrain exceptionnel et savait s'entourer des meilleurs musiciens de l'époques à savoir dans ce disque:
Aimé BARELLI et Alex RENARD à la trompette.
Guy PAQUINET au trombone.
Hubert ROSTAING à la clarinette.
Noël CHIBOUTZ et Alix COMBELLE au saxophone.
Emile STERN au piano.

Et qu'il est rassurant d'écouter ce disque en se disant que les gens de l'époque savaient s'amuser, simplement.
Tiens ça me donne envie de danser, de danser une vraie danse ... comme en ce temps béni. .....
Remarque sur ce commentaire Remarques sur ce commentaire (16) | Permalien | Remarque la plus récente : Oct 14, 2009 10:36 PM MEST


Sam/Calvin Russell
Sam/Calvin Russell

8 internautes sur 9 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Minstrel - Rock country, envoutant., 20 août 2009
Ce commentaire fait référence à cette édition : Sam/Calvin Russell (CD)
SAM - Un hommage à un vieux compagnon de cellule.

Calvin Russel nous explique : "SAM avait 72 ans quand je l'ai connu, déjà 32 ans passé en prison et condamné à vie sans être un criminel, seulement pour de petits délits !".

Aller à un concert de Calvin RUSSEL c'est plonger en apnée dans la frange d'un océan qui se noie sous les falaises. Limpide mais sombre.
Le personnage est convainquant - Bourlingueur errant des chemins en Croix. De geôles Mexicaines en cellules Texanes. De whisky sec en herbes fumantes. Visage déjà trop vieux. Sourire désarmant. Optimisme déroutant. ...

Apparition sur scène, halo persistant, condensation intemporelle. Cela sent déjà la poussière brûlantes des sentes de traverse texanes, la tranche de beef boucanée grésillante en braises. Solitaire. Genre qu'il cultive à merveille ? Ou bien est-ce naturel ?.
Jean élimé. Santiags, percuteurs en érection. Étrange Stetson sans forme, bouffé d'intempéries, brûlé des vents....
Pour tout artifice, sa six cordes acoustique, une vieille chaise de bois et un « drink » qu'il masque au pied d'icelle.
Regard sur l'auditoire. Rapide mais rassurant. Puis le Songwriter Texan replonge dans ses lointaines terres à l'horizon incertain.
Le vieux bougre, aux origines Comanche, nous force, nous contraint, nous pénètre . Nous subissons, heureux, que cela est jouissif.
Voix impossible, accent qui renifle le vieux cuir. Histoires invérifiables de l'Amérique, qu'il nous conte, qu'il nous chante, telle qu'elle est .
Country song, rugueux son du rythm n' blues.
Le voyage commence. Il ne nous lâchera plus. Que tard. Bien après sa prestation, en magicien. Heureux de nous avoir troublé, ému, envoûté.

Résonne, longtemps, bien longtemps après que la fête se fût éteinte, l'angoisse de son incroyable perception d'une réalité qui nous semble inconnue.
Remarque sur ce commentaire Remarques sur ce commentaire (18) | Permalien | Remarque la plus récente : Sep 3, 2009 7:22 PM MEST


Page : 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11-19