Jeux Vidéo undrgrnd Cliquez ici NEWNEEEW nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos FIFA16 cliquez_ici Rentrée scolaire Shop Fire HD 6 Shop Kindle Paperwhite cliquez_ici
Profil de papi-mormès > Commentaires

Fiche d'identité

Contenu rédigé par papi-mormès
Classement des meilleurs critiques: 1.370
Votes utiles : 907

Chez vous : découvrez nos services personnalisés en pages d'aide !

Commentaires écrits par
papi-mormès (gers)

Afficher :  
Page : 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11-19
pixel
Le froid au service de l'homme. La chaîne du froid, tome 1 - Techniques et industries
Le froid au service de l'homme. La chaîne du froid, tome 1 - Techniques et industries
par Daniel Côme
Edition : Broché
Prix : EUR 98,00

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
5.0 étoiles sur 5 Tant qu'à être odieux..., 5 novembre 2010
La chaîne du froid...

La science progresse, progresse au profit des couples défaillants.
Cela est généreux, son honneur si l'éthique suit.
Le processus cryogénique (Cryoconservation),en est un vecteur essentiel.
Dernière avancée, après le sperme congelé, les ovocytes sont passibles de la même sanction...
Bien sûr il y eu l'abomination, l'horreur : Madame Courgeot....
Elle s'en est perdu l'âme...
Il ne fallait pas rompre la chaine du froid ...

Pardon.


Francis Carco,... Paname : . Bois originaux de Delatousche
Francis Carco,... Paname : . Bois originaux de Delatousche
par Francis Carco
Edition : Reliure inconnue

3 internautes sur 3 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Coup de coeur démodé ?, 8 août 2010
Ce commentaire fait référence à cette édition : Francis Carco,... Paname : . Bois originaux de Delatousche
"Paname"
Francis CARCO

. On nettoyait l'immense grenier. Des piles de vieux bouquins débordaient encore des cartons qui les abritaient. Sur le dessus de la pile, Francis Carco. Ce Carco qui m'avait tellement troublé dans mes premières lectures d'adolescent avec "L'Homme Traqué".
. Pour trouver le sommeil il me faut quelques pages de lecture. J'entame donc "Paname". Une odeur de vieillerie, de renfermé, d'obsolescence ... et là ... le sommeil ne vint qu'à la lecture du dernier mot du dernier chapitre ! Je ne pus m'en libérer autrement.
On ne saurait en expliquer le pourquoi.
Ce roman est traité en roman policier. Un polar des années 30 à la "périphérie" des bas-fonds de Montmartre. Le Paname miséreux, sombre et pluvieux, cher à la plume de Carco "le romancier des apaches". Un roman d'atmosphère.

. L'intrigue se déroule dans le milieu interlope de bars louches, d'hôtels borgnes, de passes, de balloches avinés, de nuit, de pluie, de reflets lugubres, suintants... de loubards, de malfrats, ceux des fortifs, de petites frappes, pour l'honneur on règle ses différents à coups de surin... Puis la rencontre d'êtres fragiles, l'amour en fond de teint.
L'écriture de Carco est belle, limpide, elle glisse avec agilité le cours des événements, logique.

. Que reste-t-il après la lecture d'un roman à l'apparence si naïve ? C'est là tout le génie littéraire de Carco, bien des jours après il reste un trouble persistant, une nauséeuse imprégnation qui colle et s'exhale de tous nos pores; on éprouve comme le fait un chien humide qui sort de l'eau le besoin de s'ébrouer, et pourtant on aime et on le refuse ... Moi j'ai aimé... Beaucoup.

Demain je retourne jeter un oeil dans le grenier de mes aïeux... Morphée pourra bien m'attendre un peu ! Et ne prendre ombrage de mes nuits en m'accordant de son temps pour de si belles lectures !
Remarque sur ce commentaire Remarques sur ce commentaire (3) | Permalien | Remarque la plus récente : Dec 25, 2010 8:53 AM CET


Ce jour-là 6 juin - 25 août 1944 : Ils arrivent ! La bataille de Normandie vue du côté allemand
Ce jour-là 6 juin - 25 août 1944 : Ils arrivent ! La bataille de Normandie vue du côté allemand
par Paul Carell
Edition : Broché
Prix : EUR 21,50

9 internautes sur 11 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Le cri qui ne fut pas cru !, 1 août 2010
Ils arrivent !

Il n'est pas que "d'un coté" pour nous narrer les faits et construire l'Histoire. Une abondante littérature sur le débarquement de juin 44 a du mal à nous le prouver. Et pourtant il y a ce livre de Paul Carell : "Ils arrivent" traduit de l'allemand "Sie Kommen". L'offensive alliés vécue du coté Allemand. (À signaler également sur le même sujet le passionnant livre Point d'appui WN 62 : Normandie 1942-1944 Omaha Beach de H.K. von Keusgen).
Et comme le précise l'auteur "C'est une grâce d'état que pouvoir se faire chroniqueur d'une victoire. Relater en revanche une campagne qui s'achève par une désastreuse catastrophe militaire est bien la pire des besognes". Cette besogne d'historien, l'auteur l'a parfaitement bien réussi, après un très long travail de recherche, tant de documents que de témoignages d'hommes ayant participé à ce drame.
Le débarquement alliés aurait pu, aurait dû être un échec, ce que révèle la lecture de ce livre. Mais là c'est l'éternelle antienne de Carell : la complexité de la diffusion des ordres à tous les échelons, l'incohérence des ordres d'Hitler... Ce qui nous conduit à dire un mot de l'auteur.
De son vrai nom Paul Karl Schmidt, sympathisant de l'association des étudiants nazis, élevé au grade d'obersturmbannführer il sera responsable de la propagande national-socialiste du troisième Reich comme porte parole du ministre des affaires étrangères J. von Ribbentrop et également responsable de la revue "Signal". Devenu journaliste, écrivain, historien après guerre, il fera évoluer son nom en Paul Karel puis Paul Carell, (l'angliciser pour plus de crédibilité ?). Son oeuvre importante sur les combats du Front de l'Est fut sujette à moult controverses. Par contre il produira un très complet ouvrage sur L'Afrika-Korps, il professait une admiration démesurée en Rommel.

Revenons au livre, objet de ce commentaire.
Du 6 juin au 23 août 44, l'auteur va nous conter les "vaillantes opérations défensives" des divisions du Reich engagées dans la bataille de la presqu'île du Cotentin.
Ce débarquement aurait dû être un échec : ce qui prévalait au G.Q.G. du Führer c'est que le débarquement ne pouvait se faire que dans la région la plus étroite de la Manche, c'est à dire dans le détroit du Pas-de-Calais, par temps clair pour l'appui aérien, par marée haute et que l'offensive du 6 juin n'était qu'une diversion (intox ou pas ?) en conséquence de quoi les grandes divisions allemandes restèrent en profondeur, en attente du vrai débarquement. La Luftwaffe fut absente. Seule la 7 ème armée subit le choc et s'engloutit dans une défense qui se désagrégeait sous la supériorité matérielle et humaine des troupes alliées, mais c'est surtout la prédominance aérienne alliée qui fut fatale à la défense Allemande.
Deux théories s'affrontaient.
Celle du feld-maréchal Rommel : "Ne pas laisser l'adversaire prendre pied. Ce sera sur la côte que se jouera le sort de l'invasion et cela dans les 24 heures". Il renforcera toutes les défenses côtières mais n'aura pas le volume de troupes nécessaire.
Celle du feld-maréchal von Rundstedt : "Livrer la bataille loin de la côte en vastes opérations de tenaille et d'encerclement jusqu'à destruction de l'adversaire" donc maintenir les grandes unités en profondeur dans le territoire. La suite des événements ne donna raison ni à l'un ni à l'autre.

Quant au livre, au-delà de la polémique concernant les positions de l'auteur, il apporte l'éclairage complémentaire indispensable au vécu de cette bataille. Par contre la traduction reste perfectible, une relecture de la traduction aurait été la bienvenue.
Par exemple :
- "le lieutenant-general Schimpf fut sérieusement atteint au mollet par un obus de 2cm... " (on chasse la palombe au canon !).
- "Le contournement par le sud mit en péril le derrière du régiment". (Sans doute celui de la cantinière ?).
- "Le 19 août Paris s'insurge. Les mouvements de résistance prirent les armes ouvertement..." puis trois pages plus loin : "Quant aux troupes régulières de la garnison (de Paris) elles tinrent jusqu'au 5 août. Ce fut à cette date que Choltitz capitula avec dix mille hommes... ".
Et beaucoup d'autres imprécisions.

Cependant un livre passionnant, une autre vision de cette dure et sanglante reconquête sur le sol de France.
Remarque sur ce commentaire Remarques sur ce commentaire (10) | Permalien | Remarque la plus récente : Dec 19, 2011 2:24 PM CET


La Grande bataille dans les airs : 1914-1918, par Marcel Jullian
La Grande bataille dans les airs : 1914-1918, par Marcel Jullian
par Marcel Jullian
Edition : Reliure inconnue

7 internautes sur 7 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Nos Dieux sont morts !, 12 juin 2010
Ce commentaire fait référence à cette édition : La Grande bataille dans les airs : 1914-1918, par Marcel Jullian
La grande bataille des airs 1914-1918.

Au début du conflit, de l'atroce guerre qui allait en découler, l'aviation de guerre est pour ainsi dire inexistante. Il n'existe que des avions d'observation chargés de repérer les positions ou mouvements ennemi au profit de l'artillerie et de renseigner l'état major, le conflit se stabilisant en guerre de position.
Il devint de plus en plus évident, de part et d'autre, que pour contrecarrer l'intrusion d'observateurs aériens le meilleur moyen était de les chasser par les airs. On commença donc à armer progressivement (pistolet puis carabine puis mitrailleuse) les avions dits d'observation. Et ainsi va naitre la première aviation militaire de chasse.
Ce livre va nous conter cette étonnante épopée. Étonnante surtout par la forte personnalité des hommes qui en furent les protagonistes.

L'auteur : Marcel Jullian, écrivain, scénariste, historien, éditeur... en résumé homme de culture mais aussi a été dans sa jeunesse grand résistant (et également pilote d'avion). Nous a donné quelques écrits sur la conquête de l'air :Nungesser, l'as des as. " Le chevalier du ciel ". "Les gens de l'air - ". "Marcel Jullian. Devenir aviateur . "....

Le 2 juillet 1914, le très select " Groupe des Aviateurs " envoie au ministre de la guerre une missive, " Les pilotes qui font partie du Groupe des Aviateurs, ont l'honneur de vous informer qu'ils se mettent à votre disposition avec leurs appareils en cas de guerre... " Les signataires en sont : R. Garros (" Ravissante tête d'oiseau grave et profonde " disait de lui son ami Cocteau), M. Pourpre, M. Chevillard, doct. Espanet, E. Gilbert, L. Gaubert... L'aviation sportive naissante avait ses stars.

Pour l'aviation, au début ce fut une variante de la guerre en dentelle. Les pilotes sont des seigneurs. On a le respect de l'adversaire, la noblesse des aristocrates. On se salue en l'air aux commandes de ces drôles de machines, en bas c'est la boue, la fureur et l'enfer.
Dans le ciel le combat s'apparente à la tauromachie, provoquer, esquiver, porter l'estocade. Picador châtiant le taureau. Paradoxe, dans ce ballet meurtrier l'esprit chevaleresque prédomine. Il arrivait, que dans ces duels, l'avion abattu obligé de se scratcher, le pilote vainqueur allât poser son avion près du vaincu, rendant hommage à sa combativité et s'excuser de l'avoir blessé. Tel Navarre se posant à coté de l'avion qu'il venait d'abattre, s'apercevant que le pilote Allemand était blessé : " Je visais votre moteur. Je suis un maladroit !" reçu en réponse " c'est un honneur d'être descendu par vous ".
-1916 - l'escadrille N3 (Nieuport) prend le nom d'escadrille des Cigognes. Elle remplacera ses démodés Nieuport 17 par des Spad VII.
Quelques noms marquant l'histoire de cette escadrille aux 175 victoires homologuées et 160 N.H. : Heurteaux, Fonck, Guynemer, Dorme, Echard, Guiguet, Garros, Deulin, Tarascon, Brocard...
-1917 - On entre dans une ère absurde " La notion de classement, de rentabilité personnelle s'inscrit de plus en plus profondément dans l'esprit des pilotes chevronnés... ". La compétition est ouverte pour obtenir et se prévaloir du titre d'as. Suprême reconnaissance !
Parmi ces AS :
- FONCK l'as des as, se prévalant de 120 victoires, " Le premier spécimen d'une nouvelle race : le chasseur technicien qui ne laisse rien au hasard ".
- NUNGESSER, alterne victoires et hôpitaux. Sa fiche de santé et étonnante : " Fracture du crane, mâchoire 7 fois brisée, les deux jambes cassées, les deux genoux, la clavicule, le poignet gauche et le pied droit déboités, le bras droit fracassé par éclat d'obus, le palais défoncé, la bouche traversée d'une balle... ". Survivra à cette guerre.
- PEGOUD, l'insatiable, l'acrobate, le premier à sauter avec un parachute, le premier à voler tête en bas, le premier à faire un looping. Abattu le 31 aout 1915.
- VEDRINES, forte tête, formateur de Guynemer, en 1919 posera son Gaudron sur le toit des Galeries Lafayette... Se tuera en avril 1919.
- R. GARROS, le Dandy, l'étudiant de Stanislas, jeunesse arrogante, ami de Cocteau, fier de lui, sera fait prisonnier 3 ans s'évadera, reprendra le combat. Abattu le 5 octobre 1918, il avait 29 ans.
- C. GUYNEMER, 53 victoires H., 29 N.H., avec son " Vieux Charles ", fait entrer la chasse dans les moeurs, trop jeune mais, note Henri Bordeaux : " Le ruban rouge, le ruban jaune et la croix de guerre, cela vous met en valeur une vareuse noire ", frêle adolescent a murit trop vite, s'enferme dans un monde qui l'éloigne des réalités. Disparait le 11 septembre 1917. Il avait 23 ans !
Citons également : De ROSE " le gaulois " Cdt de l'aviation militaire, se tue le 2 mai 1916 à bord de son Nieuport.
- DORME, le calme, le bienveillant, " le père Dorme ", 23 victoires H. 29 N.H. Abattu le 25 mai 1917. - 24 ans.
- HEURTEAUX, commandera l'Escadrille des Cigogne, 21 victoires.
- H. GUIGUET, DEULIN, NAVARRE, BROCARD, POURPRE, MADON, PINSARD, CHAPUT...
- BOYAU, " l'as des saucisses ", 35 victoires dont 20 drachen (saucisse). Abattu en septembre 1918 ...
En face ce n'est pas triste également, la course au vedettariat fait fureur, hum ! Du sérieux, des teigneux, des Teutons purs et durs.
- Max IMMELMANN, 17 victoires H., Valeureux combattant, technicien diabolique. Le Schumacher du manche à balai. Abattu en juin 1916. 26 ans.
- Oswald BOELKE, " le père de la chasse ", malgré son jeune âge sera le réformateur de la chasse Allemande. 21 victoires H. Sera abattu le 28 octobre 1916, il avait 25 ans. Ramènera dans ses valises Richthofen.
- Erwin BÖHME, " le Vétéran ", le doyen de la chasse Allemande, 23 victoires H. Abattu le 29 novembre 1917. vétéran de 38 ans !
- Manfred von RICHTHOFEN, baron, prussien guindé et ambitieux, surnommé par les troupiers au sol " le petit rouge " mais deviendra vite le célèbre " Baron rouge " dû à la couleur écarlate de son Fokker. Il drainera derrière lui son formidable cirque, sa meute de fauves, le Jagdgeschwader I (jager = chasseur) dont fait partie un jeune lieutenant : Hermann Goering que l'Histoire... Abattu une première fois par le captain Cunnel, Von Richthofen souffrira énormément de maux de tête mais malgré les avis contraire continuera à chasser jusqu'à sa 81 ième victoires et sera abattu le même jour par le captain Brown le 20 avril 1918. Son enterrement fut l'objet de la reconnaissance de tous les aviateurs combattants. En reconnaissance de son esprit chevaleresque. Il sera écrit : " On ne peut être triste. On n'ose pas être heureux. C'est une grande journée. Ce n'est pas un beau jour ".

Bon sang à 50 ans près je grimpe dans le cockpit de mon Spad, sanglé, coiffé de cuir, un signe de la main, index et pouce se refermant en signe d'assentiment au mécano, les 180 CV de l'Hispano-Suiza miaulant à tout rompre et là haut, dans le soleil, le baron attend à l'affut sa proie prochaine... j'arrive baron !...
.... Que c'est bon de rêver....

En conclusion, laissons s'exprimer Marcel Jullian :
" Comme ils sont loin, les camarades ! Guynemer, Immelmann, Dorme, Boelke, Mannock, Richthofen, Garros, Lufbery, Mac Cudden... Tant d'autres ! Comme elle était simple et dure, autrefois la mort, dans l'aboi furieux des mitrailleuses et les rugissements du moteur trop poussé ! Une balle. Un éblouissement. Une vrille. Et ce damier multicolore qui, soudain, montait vers vous à une vitesse vertigineuse ! On aurait dit qu'on allait se planter comme un arbre, s'enterrer tout seul, tout droit, avec son avion comme dernière armure !... En ce temps où on se battait seul et où on regardait son ennemi en face. "
Remarque sur ce commentaire Remarque sur ce commentaire | Permalien


Rire pour ne pas mourir
Rire pour ne pas mourir
par Lionel Duroy
Edition : Poche

5 internautes sur 9 ont trouvé ce commentaire utile 
2.0 étoiles sur 5 Le piege !, 9 juin 2010
Ce commentaire fait référence à cette édition : Rire pour ne pas mourir (Poche)
Le piège...

J'ai l'impression de jeter un pavé dans la mare des satisfécits.
Et plouf !
Se changer les idées ? Je venais de terminer "Je vois Satan tomber comme l'éclair" de René Girard.... Donc besoin de se changer les idées.
Quitter une prison pour une autre prison...

Plein de bouquins trainent un peu partout chez moi. Je n'aime pas qu'on jette un livre. Alors je récupère, j'en lis quelques uns au passage puis hop cadeau direction la biblio municipale. Plus utile que le pilon.
Donc j'attaque Bigard. Je pensais me dérider.

La première partie c'est horrible, horrible tous ces malheurs qui s'abattent sur cette famille simple et laborieuse. La mort de la mère d'un pernicieux cancer, dans la souffrance. Le décès du père peu après assassiné chez lui, poignardé plusieurs fois puis achevé d'un coup de carabine dans la nuque. Puis le fidele Craco, l'ami d'enfance, trop jeune, une crise cardiaque... Une première suspicion de la présence de Dieu, d'un message divin... c'est bien écrit, bien relaté, émouvant, poignant, sortez mouchoirs, on ne peut s'en empêcher, écraser une larme.
Ce n'est pas cela qu'en première intention on désirait trouver sous la plume de Bigard, mais bon.
Sa venue à Paris, débuts difficiles, tribulations d'un "artiste" qui a foi en lui. Etc.... Etc....
Et le pathos ressurgit : sa compagne, Claudia, pronostic vital, revient à la vie, la foi : " Et puis c'est encore Dieu qui nous a envoyé cette épreuve ahurissante : l'accident de Claudia, j'allais écrire la mort de Claudia, tant j'ai la conviction que si je n'avais pas été là pour la retenir, le bon Dieu me l'aurait prise. Pourquoi ? Je ne sais pas où tu veux me conduire, Seigneur, mais je vais essayer d'être fort... "... Puis la parabole du blouson, méditez... Puis trois chapitres plus loin, le décès de Ticky Holgado, poignant... je n'en peux plus, il me reste cinquante pages à lire, mais je ne finirai pas son bouquin, la déprime refait surface et menace.
Le paquet de Kleenex est vide...

On comprend mieux le titre de son ouvrage !
Remarque sur ce commentaire Remarques sur ce commentaire (8) | Permalien | Remarque la plus récente : Jun 15, 2010 5:38 PM MEST


Médecin malgré moi
Médecin malgré moi
par Patrick de Funès
Edition : Broché
Prix : EUR 17,25

9 internautes sur 9 ont trouvé ce commentaire utile 
3.0 étoiles sur 5 La Toinette des Diafoirus ?, 8 juin 2010
Ce commentaire fait référence à cette édition : Médecin malgré moi (Broché)
Ce petit livre, 230 pages quand même, trainait sur la crédence de l'entrée. Un distrait avait dû l'oublier, un hasard? Une intention ?
Le fait est que l'autre soir étant indécis quant à mes lectures d'avant sommeil je pris ce livre au titre qui évoque... mais rien à voir avec un propos de Molière, quoique... ! Et puis le nom de l'auteur, fils-de ...
He bien je dois avouer avoir passé une excellente soirée (même tard dans la nuit); la lecture commencée, (de courts chapitres, deux trois pages pas plus), la lecture disais-je est tellement plaisante, aisée, que les heures passent, passent trop vite.
Monsieur Patrick de Funès, médecin libéré de sa parole, a le verbe leste, acide, une giclée de citron sur les lèvres de certains spécialistes, certains pontes. Cela ne va pas plaire à cette " diaspora ", les grands patrons. Et puis l'auteur ne se prenant jamais au sérieux, a beaucoup à dénoncer, et il le fait avec tellement d'humour, d'aisance, il en a gardé l'esprit carabin et que cela est plaisant !
Une agréable soirée passée avec Monsieur fils-de... et je ne le regrette nullement et si à l'occasion, se profile devant vos yeux cette jaquette, n'hésitez pas, happez en le contenu, sa lecture vous fera passer un bon moment, on n'a pas si souvent l'occasion de rire sainement.

Trois étoiles ? Non ce n'est pas une oeuvre littéraire mais trois étoiles quand même pour le plaisir procuré, pour la franche rigolade passée avec cet iconoclaste de médecin.
Remarque sur ce commentaire Remarques sur ce commentaire (5) | Permalien | Remarque la plus récente : Jun 15, 2010 2:23 PM MEST


Lop-Eared Rabbits 2010 Calendar
Lop-Eared Rabbits 2010 Calendar

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
3.0 étoiles sur 5 "Il n'est de bonne compagnie...", 12 mai 2010
Ce commentaire fait référence à cette édition : Lop-Eared Rabbits 2010 Calendar (Calendrier)
Lop-Eared Rabbits 2010.

La mode depuis quelque temps est aux NAC (nouveaux animaux de compagnie). Une mode de citadin.
Ce calendrier présente un choix étonnant de lapinous, un chaque mois.

" Il n'est d'animaux de bonne compagnie qu'à ma table " prônait ma grand mère. " Ce qu'il y a de crédible chez le lapin c'est le râble " rajoutait-elle avec assurance.
Donc, choisissez un " oryctolagus cuniculus " d'avril. Il a passé l'hiver peinard, au calme, le muscle est détendu, reposé. Les jeunes pousses naissantes, tendres, parfumées à souhait : Thym, romarin, millepertuis, basilic, sarriette (prôné par M. Messegué, l'herbe à satyre)... que ce lapidae déguste à plaisir, va attendrir et aromatiser sa chair.
Celui de septembre étant en partie délabré. Il a passé son été à gambader, courir, folâtrer. Faut bien se reproduire. Un lapin sauteur. Le côté charnu en pâtit !

Revenons aux choses sérieuses...
Préparation de la marinade:
Mettez dans un plat 2 volumes d'huile pour 1 volume de vinaigre, du thym laurier, persil, ail haché finement, salez, poivrez.
Préparation du lapinou :
Un beau lapin, 150 Gr. de lard, 1/2 litre de vin blanc sec, petits oignons.
Prenez les cuisses et le râble, ne pas détailler, faites mariner pendant 3 à 6 jours. À terme, bardez de lard. Dans un plat, mettre au four accompagné des petits oignons entiers que vous aurez au préalable fait revenir dans du beurre. Arrosez souvent lors de la cuisson avec la marinade. Ne mouillez pas avec le vin blanc mais servez vous le très frais pendant la cuisson, " faut pas gâcher ! ".
Voila y a plus qu'a se mettre au travail, fourchette main droite, couteau main gauche, pointe en l'air. Ouvrir une autre bouteille...
Ma grand-mère était une femme de grande sagesse.
Après ce repas... Mr. Socrate, une petite tisane ?
Bon ap. !... mon lapinou...
Remarque sur ce commentaire Remarques sur ce commentaire (8) | Permalien | Remarque la plus récente : Jun 8, 2010 3:03 PM MEST


Cuisiner avec les épices
Cuisiner avec les épices
par Philippe Delacourcelle
Edition : Poche
Prix : EUR 6,10

2 internautes sur 3 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 les sanitaires en cuisine, 7 mai 2010
Ce commentaire fait référence à cette édition : Cuisiner avec les épices (Poche)
Cuisiner avec les épices

Toujours en recherche de nouveaux plats, de nouvelles saveurs j'ai lu avec passion ce guide.
Chaque recette y est savamment expliquée, jusqu'au choix d'un vin qui peut l'accompagner (ça c'est vinifiant). En complément, de succulentes photos agrémentent chaque plat.
Une très belle réalisation. Raffinée.

Cependant.
J'avoue une grande frustration car cuisiner épicé*, cet exercice demande une certaine dextérité, que je n`ai plus... Hélas !

Lourdes est à ma porte. On y a vu des miracles plus honorables, certes...
Mais ce n'est pas pour cela que je vais rendre mon tablier !

*(en même temps)
Remarque sur ce commentaire Remarques sur ce commentaire (8) | Permalien | Remarque la plus récente : May 18, 2010 6:06 PM MEST


Les carnets de René Mouchotte - commandant du groupe Alsace (1940-1943)
Les carnets de René Mouchotte - commandant du groupe Alsace (1940-1943)
par René Mouchotte
Edition : Broché

4 internautes sur 5 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 L'Histoire dans le souvenir d'un rêve d'enfant., 1 mai 2010
Ce commentaire fait référence à cette édition : Les carnets de René Mouchotte - commandant du groupe Alsace (1940-1943) (Broché)
René Mouchotte, pilote de chasse, rejoint l'Angleterre en 1941, créateur en 1942 du groupe de chasse "Ile-de-France" puis en 1943 du groupe de chasse groupe "Alsace" dont fera partie P. Clostermann. Il sera abattu en août 44 près des côtes belges.
Les carnets sont édités à partir du journal que René Mouchotte tenait au jour le jour.

Après Le grand cirque : Mémoires d'un pilote de chasse FFL dans la RAF de Pierre Clostermann je m'enfouissais dans les carnets du flight commander Mouchotte et le soir, gamin, du fond de mon lit je devenais héros, pilote intrépide, la flack, les piqués hurlants, les ressources en voile noir. Les coéquipiers. Je tirais le manche, déclenchais les mitrailleuses en staccatos assourdissants. Échappais de justesse dans une glissade éperdue aux Messerschmitt noirs. Jusqu'à ce que le sommeil m'embarque dans sa nuit. Je ne jouais plus.

J'étais un enfant. Eux étaient des hommes, jeunes, valeureux jusqu'au sacrifice, une foi les animait, celle de la résistance, de la liberté, de l`amour de la France. Eux étaient bien réels. Je n'étais qu'un enfant gonflé de leurs rêves.
Honneur à eux.

Je reprends mon pastis avant que les glaçons n'y tiédissent. L'enfance des rêves s'est noyée dedans.
Mais je n'oublierai pas.
Remarque sur ce commentaire Remarques sur ce commentaire (11) | Permalien | Remarque la plus récente : Nov 16, 2010 2:50 PM CET


A L'Etroit
A L'Etroit

1 internaute sur 2 a trouvé ce commentaire utile :
3.0 étoiles sur 5 Etendard rouge au vent de la rue ? fichtre !, 30 avril 2010
Ce commentaire fait référence à cette édition : A L'Etroit (CD)
« RUE ROUGE »

Groupe du Sud-ouest.
Il y a du texte. ... Ca nous change.
Raconte la ville. La rue. La vie de tous les jours. La banalité urbaine.
Tous les jours. C'est parfaitement bien écrit.
Musique collant au texte, exactitude.
Un rock vif. Un zest de rythme Manouche.
Désabusé. Tendre. "Une Petite fille Sur Une Balançoire".
Parfois agressif. Des accents de mal vivre.
"Oh La Vie", "Gare De L'ouest".

Il manque sur ce CD le titre "Rue Rouge". Dommage !

Soudain je pense à Yvette Horner.
A du perdre ses cheveux en traversant la rue !
Remarque sur ce commentaire Remarques sur ce commentaire (2) | Permalien | Remarque la plus récente : May 1, 2010 7:08 PM MEST


Page : 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11-19